Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Thèses

Les enjeux de la nouvelle presse économique dans l’Espagne des années 1980

Chantal Chartier

Résumé

Résumé de la thèse intitulée Entreprise de presse et journalisme économique en Espagne (1975-1990) (Étude de El País Negocios de 1985 à 1990). Thèse réalisée sous la direction de Jean-Claude Rabaté et soutenue le 4 décembre 2010 à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 (École Doctorale 122, Europe latine-Amérique latine) devant un jury composé également de Mmes Marie-Claude Chaput, Marie Franco, Matilde Alonso. Deux volumes, 697 pages, dont 22 pages de bibliographie et 195 pages de documents annexes, liste et reproduction d’une sélection d’articles de El País Negocios publiés entre 1985 à 1989.

Haut de page

Texte intégral

1Cette étude aborde l’évolution de l’entreprise de presse en Espagne pendant la Transition démocratique et sous le pouvoir socialiste de Felipe González. Renouveau démocratique et continuité en lien avec la tradition culturelle libérale du début du xxe siècle marquent les changements qui s’opèrent au sein du journalisme espagnol. Le milieu des années 1980 voit l’émergence du marché très convoité de la presse économique. El País, fondé sur un projet régénérationniste, parangon de la presse écrite dite de qualité, diversifie ses publications et crée El País Negocios, supplément économique hebdomadaire. Ce périodique de l’organe d’influence qu’est devenu El País s’adresse en priorité aux nouvelles élites socio-économiques, un public d’entrepreneurs et de cadres en quête de modernité économique. Politiques économiques, relations salariales, représentations managériales illustrent les modifications vécues dans le monde de l’entreprise au sein d’une Espagne qui intègre pleinement l’environnement européen et adopte les modèles néolibéraux. L’analyse du discours politique et économique éclaire l’évolution idéologique du périodique, reflet d’une démarche consensuelle et d’une société civile en construction.

2Ces quelques lignes n’ont pour but que de susciter l’intérêt du lecteur sans apporter toutes les réponses. Une analyse de l’évolution de l’entreprise de presse doit prendre en compte son caractère bivalent : projet d’entreprise et projet intellectuel, ainsi que le contexte informatif dans lequel elle est immergée. Il convient donc de comprendre l’évolution du système informatif et de préciser quelles sont les conditions historiques de production de la presse qui voient l’avènement du supplément économique hebdomadaire Negocios. L’Espagne a traversé une longue période de censure, dès le début du xxe siècle et sous le franquisme, qu’il convient de rappeler pour comprendre également l’évolution postérieure des rapports entre l’État et la presse, et mesurer le degré de liberté et le niveau d’indépendance gagnés par celle-ci au moment de la Transition et sous les gouvernements de Felipe González. Il est nécessaire de prendre en compte, dans la longue ou la moyenne durée, la lente évolution des rapports entre moyens de communication publics et privés ainsi que l’évolution de l’entreprise de presse et du journalisme, pour comprendre la permanence de certains aspects ou l’irruption de nouveaux phénomènes dans le monde informatif, de la censure à la déréglementation, de l’éditeur individuel au groupe de communication, de l’homme de plume au journaliste spécialisé, à mi-chemin entre l’intellectuel et le cadre d’entreprise. En outre, la question de l’évolution de la réception de l’information journalistique et du lecteur est un élément de compréhension du rapport entre la presse écrite et l’opinion.

3Rompre avec le passé de la dictature, en finir avec le carcan législatif répressif et avec les privilèges accordés à une presse d’État moribonde fut le combat de la presse indépendante désireuse de reconquérir l’espace public et de reprendre le flambeau de la modernité initiée par d’illustres modèles comme El Sol d’Ortega et d’Urgoiti. Les éditeurs de l’AEDE (Asociación de Editores de Diarios Españoles, Association des Éditeurs de Quotidiens Espagnols) rêvaient de renouer avec une tradition régénérationniste de la presse et de donner naissance à de grands organes de presse de qualité dignes des grands journaux européens et états-uniens. Les éditeurs et journalistes ont eu un rôle important dans la démocratisation et la défense d’une information indépendante.

4La formation de l’opinion publique et le rôle de la presse sont au cœur de la problématique du fonctionnement démocratique. La presse est reflet, médiation, et parfois acteur important d’une époque, comme ce fut le cas au moment de la Transition. On peut l’aborder sous l’angle de son influence dans la sphère publique, en évoquant le modèle informatif de type néocapitaliste qui se met en place (secteur public et secteur privé), ou la considérer du point de vue de l’histoire culturelle, en s’intéressant moins aux structures de production de produits culturels de masse qu’aux pratiques culturelles et à leur appropriation par les ‘masses’ ou mieux, par les individus, au-delà des classes sociologiques.

5Les années de la Transition, après une courte période faste pour la presse, révélèrent la difficulté de maintenir en vie un journal dans les conditions économiques de crise et de redéploiement de l’ensemble des titres. Faire face aux nouveaux enjeux, à la fois politiques et économiques, face au retard technologique et à la consolidation des médias audiovisuels, puis à l’internationalisation des groupes de presse, s’avérait difficile. Produire un journal qui puisse s’affirmer en rupture avec le passé dictatorial et revendiquer une vision démocratique et progressiste, tout en récupérant une tradition culturelle libérale, et ce, dans un paysage entrepreneurial en construction, n’allait pas de soi.

6Si l’on considère que la presse espagnole s’est éloignée de l’influence de l’État, ce qui est aussi à relativiser, est-ce à dire pour autant qu’elle soit passée sous un pouvoir d’un autre type ? A-t-elle pu maintenir un degré d’indépendance malgré la marchandisation qui envahit les entreprises de type culturel ? Les contraintes du marché prennent parfois le pas sur les préoccupations de la polis. El País est de ces journaux qui revendiquent un rôle essentiel dans le débat public. Est-il le lieu d’une véritable ‘démocratie délibérative’ ?

7En considérant la lecture de la presse et d’un quotidien plus spécifiquement, comme une pratique culturelle à laquelle accède un plus grand nombre d’Espagnols au cours du xxe siècle, il est important d’observer que les éditeurs de grands quotidiens et de El País, tout particulièrement, cherchent à se distinguer des mass-médias en présentant ce bien culturel, non pas comme un produit destiné à la ‘masse’ ou à un public global comme le serait un produit télévisuel ou radiophonique, mais comme un produit destiné à une élite, à un lecteur cultivé.

8Promouvoir une grande entreprise de presse et satisfaire les objectifs d’une mission informative objective, éthique, éducative et civique, furent aussi le projet des créateurs du journal El País, fondé par les élites libérales, soucieuses de donner naissance à un grand journal d’information générale, démocratique et européen. Défendant une ligne éditoriale au croisement d’une droite libérale pro-européenne et d’une gauche modérée, le quotidien, mené par Cebrián et son équipe de jeunes journalistes, administré par Polanco et ses gestionnaires, réussit à s’ancrer durablement dans le panorama de la presse au point de devenir un leader face à l’ABC de la droite conservatrice, avant d’affronter El Mundo de Pedro J. Ramírez, à partir de 1989.

9L’arrivée et la formation de grands groupes de presse en Espagne dans les années 1980 modifient le contexte informatif et aiguisent la concurrence. La quête de ressources publicitaires vitales à l’entreprise de presse stimule, en particulier, la segmentation du lectorat et incite à mieux cibler son public et à se lancer dans la politique des suppléments, ce qui pose aussi la question de la fragmentation de l’opinion publique. Avec l’entrée de l’Espagne au sein de la Communauté européenne, l’on assiste à un véritable boom de l’information économique. Le samedi 19 octobre 1985 paraissait pour la première fois El País Negocios, supplément économique hebdomadaire, tiré à part et distribué à l’intérieur de El País, dans un premier temps, puis distribué séparément par la suite, en pages saumon comme les grands journaux financiers, avec l’édition dominicale, temps du loisir.

10Cela correspondait non seulement à une demande en phase avec les nouvelles élites socio-économiques et avec l’expansion économique du milieu des années 1980, mais cela confortait aussi El País dans sa démarche d’affirmation de grand quotidien d’information générale et dans son processus d’identification à la grande presse de qualité, quality paper ou elite press, l’information de type économique en constituant un des emblèmes.

11On peut se demander qui est le lecteur de Negocios, même si cela peut s’avérer difficile puisqu’il est distribué avec une édition comprenant plusieurs suppléments, mais l’on sait plus ou moins qui est l’acheteur du quotidien et l’on peut tenter de cerner le lecteur à travers la structure du supplément, l’évolution de sa formule, ses articles et leur style, ou la publicité qui y figure. Peut-on en déduire une ‘représentation’ d’un groupe de lecteurs ? Est-il homogène ou multiple quant à ses goûts et ses intérêts ? Même s’il est difficile de conclure à une identification de l’acheteur au produit El País Negocios, on peut légitimement se demander si le lecteur espagnol est devenu un homo economicus à l’instar du lecteur anglo-saxon de The Wall Street Journal.

12S’intéresser à l’information économique est-elle devenue alors une pratique culturelle conçue comme une ‘distinction’, au sens de Bourdieu, qui permet de s’identifier à une élite socio-économique, ou est-elle devenue le bien de tous ? Peut-on parler d’une massification de l’information économique ?

13L’information économique, qui a en Espagne une aura de presse ilustrada, revêt une importance significative. Il convient de se demander dans quelle mesure Negocios contribue à forger une image ‘éclairée’ de El País, qui tente de se positionner et se poser en héritier du régénérationnisme quelque peu élitiste d’Ortega, dont il se dit le successeur. Le supplément économique participe sans doute d’un certain rapport avec les élites socio-économiques. Le discours de Negocios s’adresse à l’entrepreneur, et évoque le monde de l’entreprise sous ses aspects multiformes, de la grande entreprise à la PME, du travailleur autonome au cadre d’entreprise, mais il peut être lu par des leaders syndicaux, des militants politiques, ou tout un chacun. Aussi est-il permis de s’interroger sur la représentation du monde économique et entrepreneurial qu’il véhicule, sur l’orientation social-démocrate qu’on lui prête, comme sur le gouvernementalisme dont on a pu accuser le quotidien El país. Finalement l’on peut se demander, après l’étude de Negocios, si El País fait l’opinion ou s’il se soumet à l’opinion.

14Ces questionnements nous ont conduit aussi à rendre compte d’une certaine représentation du monde de l’entreprise en Espagne, sujet relativement peu traité dans l’ensemble, à travers Negocios, sur une période donnée, notre étude visant à confronter le discours informatif de Negocios avec la réalité socio-économique du moment. La presse est source d’information historique et peut donner à voir une ‘construction’ de la réalité et permettre d’approcher l’élite socio-économique de l’expansion économique de la seconde moitié des années 1980.

15L’histoire espagnole de ce siècle, marquée de continuité et de discontinuité, nous apporte des éclairages pour comprendre le monde de l’entreprise et celui de l’entreprise de presse, comme pour cerner les conditions d’exercice et d’expression d’une opinion publique. Notre démarche s’est employée à aborder le temps court compris entre les années 1975-1990 et plus spécifiquement les années comprises entre 1985 et 1990, mais prend aussi en compte un temps plus long, celui du xxe siècle, car, pour comprendre certains phénomènes, il nous faut confronter le présent et le passé, le présent du félipisme, le passé plus immédiat de la Transition, celui plus antérieur du franquisme, ou celui plus lointain du début du xxe siècle, lui-même héritier de visions empruntées aux siècles antérieurs.

16Approcher l’évolution de l’entreprise de presse, de l’entreprise plus généralement et de l’opinion nous conduit au croisement de l’histoire culturelle, politique, sociale et économique, nous éclaire sur les représentations et permet de révéler les mentalités à l’œuvre.

17Au travers de PRISA, groupe éditeur de El País et de Negocios, nous avons approché l’évolution d’une entreprise de presse de référence, ses stratégies et positionnements. Nous avons rappelé les conditions hautement politisées de la naissance de El País afin de clarifier l’origine et le développement postérieur du projet d’entreprise, ainsi que l’organisation et la structure, au sein du groupe de presse, de cet organe influent. Cette évolution jusqu’à la création de Negocios et au-delà, dans le panorama de la presse d’information générale et de la presse économique, plus spécifiquement, nous a permis d’évaluer la place de Negocios dans une stratégie commerciale de groupe, dans sa dimension nationale et internationale, et de recherche d’auto-identification en tant que journal de qualité. La réalité entrepreneuriale, la question des modèles, les aspects techniques (format, couleur, pagination, rubriques), comme le niveau de diffusion, l’étude du style, des titres, de la publicité et de la fonction des photos, afin de tenter de cerner le public de El País et de son supplément hebdomadaire économique, n’ont pas été absents de nos considérations.

18Nous avons tenté de dégager le discours informatif en œuvre dans les pages du supplément. Nous avons analysé le discours économique, de type macroéconomique, en rapport avec la politique gouvernementale socialiste. L’étude d’articles en lien avec les forces sociales, abordant la politique nationale et la négociation collective (relations entre salariés, patronat et État, accords sociaux, et conflictualité), nous a permis d’observer de quelle manière sont évoqués les syndicats (le syndicat patronal CEOE, les grandes centrales syndicales comme l’UGT et CC.OO.), et si une vision dominante du syndicalisme ou d’un modèle de négociation collective et de gestion salariale était en œuvre.

19Du point de vue microéconomique, récits et portraits donnent une vision de l’organisation des hommes en entreprise qui est loin d’être uniforme, que ceux-ci soient managers d’une grande entreprise, ou d’une petite, ou encore cadres de direction d’une entreprise multinationale ou d’une entreprise de type coopératif (comme les “Sociedades anónimas laborales”). Nombre d’articles ont conduit notre étude vers des champs et des notions interrogeant la société et l’individu, la culture et les valeurs : modernité, progrès, européanisation, cosmopolitisme, efficacité, performance, compétition, consommation, valorisation sociale, promotion personnelle, place de l’argent, séduction, mode. Les années 1980 voient-elles l’émergence de l’individu entrepreneur et de nouvelles représentations ? Notre interrogation a également porté sur la portée régénérationniste, la dimension éthique ou civique du discours informatif.

20Nous avons voulu approcher une époque, un milieu socio-économique, « le monde de l’entreprise », du point de vue entrepreneurial comme salarial. L’entreprise est un lieu où se croisent le politique, l’économique, le social et le culturel et un élément fondamental dans l’exercice de l’activité humaine. Interpréter le discours informatif socio-économique permet d’observer les changements significatifs qui modèlent une société ou ses résistances. Tenter d’approcher le monde de l’entreprise et de l’entreprise de presse est un objectif qui s’inscrit dans l’histoire socio-économique comme dans l’histoire des idées et des mentalités. À partir des concepts occidentaux d’État et de pouvoir, nous avons tenté également de comprendre les mécanismes de fonctionnement des rapports sociaux, politiques et économiques tels qu’ils se mettent en place dans l’Espagne de la démocratie, héritière d’un passé immédiat, la Transition démocratique et d’un passé plus lointain, le franquisme, mais aussi tournée vers d’autres modèles, européens ou anglo-saxons et nous interroger sur l’existence d’un discours idéologique dominant porté par le premier quotidien espagnol El País, à travers son supplément économique hebdomadaire Negocios.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Chartier, « Les enjeux de la nouvelle presse économique dans l’Espagne des années 1980 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/3741 ; DOI : 10.4000/ccec.3741

Haut de page

Auteur

Chantal Chartier

Université Paris-Est

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org