Skip to navigation – Site map
Les hispanistes publient

Pietsie Feenstra et Hub. Hermans (dir.), Miradas sobre pasado y presente en el cine español

Laurence Mullaly
Bibliographical reference

Numéro de la revue semestrielle Foro hispánico (collection hispanique des Flandres et des Pays Bas) consacre au cinéma espagnol, Amsterdam, Rodopi

Author's notes

Miradas sobre pasado y presente en el cine español (1990-2005) vient d’obtenir le Prix de la recherche des livres collectifs de la AEHC (Asociación Española de Historiadores de Cine).

Full text

1Publié en 2008 par les éditions Rodopi (Amsterdam-New York), il propose une étude sur le cinéma espagnol des années 90 aux années 2005 et les regards que porte celui-ci sur le passé et le présent.

2L’ambition de l’ouvrage, exposée en introduction (« La migración del cine español ») par Pietsie Feenstra, enseignante de cinéma à l’Université Paris-iii Sorbonne Nouvelle et spécialiste du cinéma espagnol, et Hub. Hermans, professeur en Études Hispaniques à l’université de Groningen, est d’explorer les différentes façons qu’ont les cinéastes espagnols de poursuivre leur révision de l’histoire nationale d’une part, et de s’attacher à la réalité sociale d’autre part. Elle souligne d’ailleurs qu’il s’agit là d’une tendance européenne qui interroge le rôle de l’état-nation, les effets de la glocalisation et la mémoire historique et reconsidère le processus identitaire aussi bien sur le plan personnel que collectif.

3Un panorama rédigé par Eduardo Rodríguez Merchán et Gema Fernández-Hoya présente « La definitiva renovación generacional (1990-2005) » en soulignant les caractéristiques économique, politique et esthétique de cette transformation.

4Miradas sobre pasado y presente en el cine español se compose de deux parties, dont la première, composée de six articles, est consacrée au passé et la seconde, composée de dix articles et sous-divisée en « Ficción » et « Documentales ficticios » aborde le présent.

5Les productions de cinéastes vétérans ou ayant entamé leur carrière dans les années quatre-vingts est plus significative dans la première partie. Celle-ci constitue de ce fait une transition entre les générations et rappelle la détermination de ces figures de passeurs expérimentant des formes esthétiques au service d’un objectif civique : interroger la mémoire de la Guerre Civile. C’est le cas du documentaire Los niños de la guerra de Jaime Camino (Bénédicte Brémard), de la fiction hybride El grito del sur : Casas Viejas de Basilio Marín Patino (Pilar García Jiménez), de Silencio roto de Montxo Armendariz (Vicente Sánchez Biosca) et Soldados de Salamina (Hub. Hermans) de Fernando Trueba, qui insistent tous sur le statut et le rôle du témoignage dans la quête de vérité historique.

6Les deux dernières études de cette première partie nous plongent à travers un voyage historique aux sources de la culture et de la mythologie espagnole : La niña de tus ojos (Pietsie Feenstra) et Goya en Burdeos de Carlos Saura (Nancy Berthier).

7Dans la seconde partie, la présence des réalisatrices Isabel Coixet (María Camí-Vela), Chus Gutiérrez (Lorenzo Javier Torres Hortelano) et Icíar Bollaín (Pascale Thibaudeau) illustre l’un des éléments les plus significatifs du renouveau générationnel. Les femmes cinéastes – qui ne représentent encore que 10 % des réalisateurs – tracent une voie autre où le protagonisme et les désirs ne sont plus exclusivement masculins. Qu’elles tournent en Espagne ou ailleurs, comme c’est le cas d’Isabel Coixet qui revendique un cinéma nomade et transnational, chacune à sa façon témoigne de son engagement dans la réalité sociale qui les entoure.

8Et d’ailleurs, les articles consacrés au films Solas, de Benito Zambrano (Verena Berger), dont les deux protagonistes sont des femmes isolées socialement, Hable con ella de Pedro Almodóvar (Isabel Maurer Queipo), Princesas de Fernando León de Aranoa (Ángel Quintana) et, dans une certaine mesure Del otro lado de la cama de Emilio Martínez-Lázaro (Marina Díaz López) interrogent eux aussi les rôles assignés aux femmes, leurs relations au sein du couple et de la famille et les représentations dont elles sont l’objet. Preuve s’il en est besoin de la nécessaire remise en question, que ce soit sur le mode de la fiction ou du documentaire, des modèles et des identités parfois stéréotypés véhiculées par le cinéma.

9L’un des points communs de ce renouveau générationnel n’est-il pas précisément de s’attacher ou de s’attaquer à ce réel complexe, difficile, douloureux, drôle et perturbant ? Les stratégies narratives et les points de vue diffèrent, se contredisent, enrichissant et révélant des nuances parfois ignorées.

10La mémoire et la politique, le racisme et la violence contre les femmes, la difficulté d’être soi, autant d’interrogations qui traduisent les bouleversements contemporains d’individus sommés de se déterminer dans un monde dont les dimensions et les valeurs ont changé d’échelle. L’approche est tour à tour timide – pour reprendre l’adjectif utilisé par A. Quintana « Princesas (2005) y el realismo tímido en el cine español », angoissée : « Mar adentro (Alejandro Amenábar, 2004) y las zozobras del cine español » (José Luis Castro de Paz) ou militante dans le cas de « ¡Hay motivo!(2004): un macrotexto de cine militante » (Román Gubern) et « Volar sobre el conflicto vasco : La pelota vasca. La piel contra la piedra/Euskal Pilota. Larrua Harriaren Kontra (Julio Medem, 2003) » (Josexto Cerdán).

11L’intérêt de l’ouvrage tient pour beaucoup à la diversité des chercheurs eux-mêmes et à la spécificité de leur regard sur un cinéma transnational dont les productions interpellent aussi bien les spécialistes de l’histoire du cinéma espagnol (María Díaz López, Nancy Berthier, Roman Gubern, Pietsie Feenstra), de la théorie du cinéma et des sciences de la communication (Eduardo Rodríguez Merchán, Ángel Quintana, Lorenzo Javier Torres Hortelano, Vicente Sánchez-Biosca), des rapports du cinéma et de la littérature (Marí Camí-Vela, Pascale Thibaudeau, Verena Berger, Bénédicte Brémard, Josexto Cerdán Los Arcos).

12L’ensemble des recherches proposées dans ce volume de 295 pages souligne l’importance qu’occupe aujourd’hui le traitement de l’histoire passée et l’intérêt pour l’histoire présente dans le cinéma espagnol contemporain.

Top of page

References

Electronic reference

Laurence Mullaly, « Pietsie Feenstra et Hub. Hermans (dir.), Miradas sobre pasado y presente en el cine español », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [Online], 7 | 2010, Online since 18 February 2011, connection on 17 October 2017. URL : http://ccec.revues.org/3566

Top of page

About the author

Laurence Mullaly

Maître de Conférences, Université Michel de Montaigne Bordeaux-III

Top of page

Copyright

© CCEC ; auteurs

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org