Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Inmaculada Sánchez et Marta Díaz (dir.), Doc 21 Panorama del reciente cine documental en España

Pietsie Feenstra
Référence(s) :

Girona, Editorial Luces de Gálibo, 2009.

Texte intégral

1Inmaculada Sánchez et Marta Díaz apportent un recueil d’articles très intéressants sur la richesse du documentaire espagnol actuel. A part des analyses précieuses sur quelques documentaires récents (En Construcción, 2000, Guerín ; El efecto Iguazú, 2002, Pere Joan Ventura et Georgina Cisquella ; La leyenda del tiempo, 2006, Isaki Lacuesta,…), l’ouvrage pose de nouvelles questions sur le processus de création et les moyens de financement ou la diffusion. Les deux axes permettent de mettre en lumière de nombreuses questions abordées par les 18 auteurs : des universitaires, des réalisateurs ou des critiques du cinéma. La préface de Román Gubern indique, de manière significative, l’influence des nouvelles conditions de visionner des documentaires (diffusion par la télévision, DVD, Musée). Gubern fait référence au livre Expanded Cinema de Gene Youngblood (1970) en illustrant l’importance de ce que Gubern décrit comme « l’extra-territorialité »  dans le processus de visionner les documentaires actuels.

2Le livre est organisé en deux parties : la première partie présente les thèmes et tendances du cinéma documentaire contemporain et la deuxième partie pose la question sur le processus de production et la diffusion du documentaire dans la société espagnole actuelle en le liant au changement du statut des images. La thématique abordée dans la première partie met en lumière des questions d’actualité en Espagne (la mémoire historique du passé récent, la multi-culturalité, l’immigration et l’émigration, le terrorisme, etc.). L’ensemble de l’ouvrage ne peut être dévoilé ici, mais je tiens à illustrer quelques tendances. Fransisco Javier Ruiz del Olmo ouvre avec un article synthétique sur le nouveau statut des images. Il détecte l’influence du monde audiovisuel sur la façon de réaliser les documentaires et de les visualiser : la télévision et les média imposent une nouvelle façon d’intervenir dans la réalité et de jouer avec le ‘réel’. Ces influences sont illustrées par El efecto Iguazú réalisé par Pere Joan Ventura et Georgina Cisquella en 2001, en filmant des ouvriers de Sintel virés du jour au lendemain. Pendant quatre mois les réalisateurs vivaient avec les ouvriers, en grève au centre de Madrid. Le documentaire a été récompensé entre autres par la Academia del cine avec un prix Goya. Un autre documentaire que l’auteur analyse est La leyenda del tiempo (2005) de Isaki Lacuesta sur un enfant gitan appartenant à une famille de chanteurs renommés, qui après la mort de son père ne peut plus chanter. L’auteur décrit les documentaires de Lacuesta comme un hommage à Chris Marker par sa façon de poser des questions par les images qui interrogent en même temps la réalité filmée. Il finit son article en analysant l’œuvre de José Luis Guerín, à savoir En Construcción de 2001. Après ce premier article, le réalisateur Isaki Lacuesta décrit de manière poétique quelques thèmes importants du documentaire actuel, comme la question de la mémoire dans ce pays. Il cite le réalisateur néerlandais, Johan van der Keuken, qui considérait que le cinéma n’était pas le langage convenable pour montrer le passage de la vie à la mort – comme le soutenait André Bazin –, mais le media parfait pour capter la transition encore plus tangible, de la mort à la vie. Pour le contexte espagnol, où la mémoire du franquisme et de la guerre civile reste de toute actualité, cette phrase est très explicite.

3La diversité des sujets continue dans tout l’ouvrage : tel l’article précieux de Josetxo Cerdán sur le changement de la réception et de la production du documentaire espagnol, mais aussi l’article de Lidia Peralta sur la représentation de l’étranger dans le documentaire espagnol contemporain, ou l’article d’Inmaculada Sánchez Alarcón sur le documentaire historique et les recours de la fiction. La thématique nommée met en valeur de manière précise comment le statut des images illustre et interroge les sujets d’actualité. Dans la deuxième partie, l’article de Margarita Ledo, qui elle-même est auteur de documentaires comme Liste, pronunciado Lister (Galicia, 2007), expose de manière pertinente des questions sur la création des images dans des contextes audiovisuels actuels. Catalina González clôture le livre en exposant les influences significatives du programme Media de la Communauté Européenne. Evidemment ces aides financières sont très importantes pour l’industrie cinématographique, pour soutenir la culture européenne et son patrimoine. L’auteur illustre l’apport de ce programme en commentant la mise en place du film Triana, paraíso perdido de Dácil Pérez de Guzmán. Le sujet s’inspire de l’enfance de la réalisatrice qui se souvient des visites avec son père au quartier des gitans, à Triana. Elle était informée qu’ils étaient expulsés de leurs maisons. Après des années, la cinéaste va approcher de nouveau leur culture en laissant librement la parole aux protagonistes. Grâce au programme Media, le documentaire s’inscrit dans un contexte international. Catalina González commente les différentes étapes dans la phase de production liée à ce programme international.

4Comme le chercheur Josetxo Cerdán le déclare ouvertement dans cet ouvrage : le statut du documentaire comme objet d’art est souvent critiqué. Souvent on demande aux réalisateurs s’ils feront un « vrai » film la prochaine fois, donc évidemment un film de fiction. Cerdán  insiste en soulignant que la production espagnole actuelle est riche en idées,  très créative et novatrice dans ses approches. Les éditeurs de cet ouvrage, Inmaculada Sánchez et Marta Díaz, ont brillamment réussi à réunir des questions essentielles et actuelles sur le documentaire espagnol. Les deux axes traités s’inscrivent dans la pensée exposée dans Expanded Cinema, où la salle de cinéma a perdu son statut de privilège, où les musées montrent des films comme étant des installations, et où le documentaire s’inspire du langage télévisuel en gardant sa propre spécificité. Les réalisateurs espagnols témoignent, une fois de plus, de leur grand engagement dans la vie politique et sociale, en posant des questions par et dans les images, sur le passé et sur le présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pietsie Feenstra, « Inmaculada Sánchez et Marta Díaz (dir.), Doc 21 Panorama del reciente cine documental en España », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 18 février 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://ccec.revues.org/3559

Haut de page

Auteur

Pietsie Feenstra

Enseignante, Docteur, Université Sorbonne Nouvelle Paris-III, Groupe de recherche "Théâtres de la mémoire"

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org