Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Jean-Philippe Luis, L’ivresse de la fortune. A.M. Aguado, un génie des affaires

Claude Morange
Référence(s) :

Paris, Payot, 2009, 512 p.

Résumé

Desde la vieja biografía de Cortines y Murube (Un Sevillano en París, 1918), y con la excepción del reciente libro de Armando Rubén Puente (Alejandro Aguado, militar, banquero, mecenas, Madrid, 2007), que todavía no he podido ver, nadie se había interesado por Alejandro María Aguado, personaje ilustre y desconocido a la vez, a pesar de la importancia que tuvo, durante cerca de tres decenios, en la historia de las relaciones entre España y Francia. Con este libro, viene a subsanar esta laguna J. P. Luis, buen conocedor de la «ominosa década», como demostró ya en su tesis doctoral, L’Utopie réactionnaire.

 Aguado nació en el seno de una familia navarra, algunos de cuyos miembros se trasladaron a Andalucía para dedicarse al comercio, gracias al cual consiguieron enriquecerse, fundar un mayorazgo y «comprar» un título de nobleza, pasando luego a integrarse en la oligarquía sevillana. Como solía pasar con los segundones, se le destinó al Ejército. En 1800, entró de cadete en un regimiento, con el cual pasó varios años en Ceuta. Al producirse la invasión napoleónica, sirvió en el campo patriótico, hasta que, ocupada Sevilla, no vio más salida que aceptar la colaboración con el ocupante. Se pasó a las filas del ejército de José Bonaparte, llegando a coronel y, sobre todo, edecán del mariscal Soult, al que acompañó en sus campañas.

En 1813, no tuvo más remedio que huir a Francia, donde al poco tiempo abandonó la carrera militar. La fractura que significó la Guerra de la Independencia fue para él definitiva. En 1815 ya, solicitó la nacionalidad francesa, señal de una voluntad de cortar definitivamente los lazos con su patria. Creó en París un comercio de importación de vinos y frutos andaluces, y empezó a especular. Lo decisivo fue la rapidez con que supo aprovechar la coyuntura financiera dificilísima por la que estaba pasando la monarquía española. De 1824 a 1832, su nombre se encuentra vinculado a la negociación en París de empréstitos destinados a salvar al gobierno de Madrid de la bancarrota. Ese papel de banquero de España en París le proporcionó oportunidades para hacer toda clase de especulaciones, con las que consiguió en poco tiempo pasar a ser uno de los hombres más ricos de Francia.

Esta rapidísma ascensión fue facilitada, en términos generales, por la catastrófica situación de la Hacienda española, el papel de Francia en España después de la invasión de 1823 y el dinamismo del capitalismo bancario en París. Pero nada hubiera sido posible sin las dotes personales de Aguado. Oportunista audaz, iba siempre con rapidez a lo suyo: ganar todo el dinero posible, sin reparar en consideraciones políticas, morales o patrióticas. Enriquecerse a costa de un Estado apurado como el de su propia patria no le planteaba ningún problema moral. Tampoco el comprar a algunos periodistas para que sirvieran sus intereses. Arquetipo de la nueva aristocracia del dinero triunfante, sirvió de modelo a novelistas como Balzac o Dumas, y al mismo tiempo fue el blanco de mordaces sátiras, en las que se denunciaban sus apetitos y procederes de «lobo cerval».

Al mismo tiempo que, desde su palacete parisino, reinaba sobre el mundo de los negocios, asentó su prestigio con todos los medios al uso. Compró grandes propiedades en provincias (como el castillo y viñedos de Château-Margaux, cerca de Burdeos), se portó en mecenas, tomando el control de la Ópera y del Teatro Italiano, protegiendo a Rossini, reuniendo una prestigiosa colección de cuadros, recibiendo al «Todo París» de la política y de las artes en sus suntuosos saraos, etc. En la nueva sociedad, como dijo Larra, la aristocracia del dinero ponía a su servicio a la del talento, para que sirviera de adorno, por decirlo así, a su poderío. Puede sorprender que, una vez encumbrado, Aguado siguiera otorgando importancia a los valores de la vieja sociedad: títulos nobiliarios (aunque el de marqués de las Marismas del Guadalquivir, que creó para él Fernando vii, no era de lo más prestigioso), condecoraciones, castillos y extensos dominios. La otra cara del personaje la constituyen las inversiones que realizó en el mundo industrial o en proyectos de fomento: minas del Creusot, ferrocarril de París a Dieppe, y, en España, minas de plomo de la sierra de Gador, saneamiento de las marismas del Guadalquivir y minas de carbón de Asturias. Allí le sorprendió la muerte, en 1842, cuando fue a inaugurar la carretera que había hecho construir para transportar el carbón hacia el puerto de Gijón.

Dejó una fortuna aún considerable, a pesar de que había despilfarrado gran parte en gastos de prestigio e inversiones a veces poco acertadas. Pero no consiguió fundar y dejar tras sí una dinastía como la de los Rothschild. El itinerario de Aguado es, sin duda, representativo de una época, la del tránsito de la vieja sociedad aristocrática a la de la burguesía capitalista, con las contradicciones que esto conllevaba, siendo la principal la persistencia de los viejos valores en medio de una sociedad profundamente revolucionada. A lo largo de este riquísimo estudio, J. P. Luis reflexiona sobre la importancia respectiva que tienen en el destino de un individuo condicionamientos de estamento o de clase, redes familiares y de amistad y factores individuales que, en su opinión, siempre pesan más, en última instancia, que el entorno. Obviamente, esto se verifica sobre todo en el caso de una personalidad excepcional como la de Aguado.

Libro fundamental, pues, para los historiadores de la España y la Francia de principios del siglo xix. Libro denso y muy documentado, pero accesible para el simple curioso de la Europa posnapoleónica, que verá desfilar por sus páginas cantidad de personajes españoles y franceses, desde la Andalucía de finales del siglo xviii hasta el París tan contrastado de La Comédie humaine, entre capitalismo conquistador y elitismo romántico.

Haut de page

Texte intégral

1Enfin – a-t-on envie de dire –, enfin une biographie sérieuse consacrée à Alexandre-Marie Aguado (1785-1842), cet Espagnol au destin hors du commun, souvent cité mais à vrai dire très mal connu. Elle est le produit des travaux menés par Jean-Philippe Luis, pour l’habilitation à diriger des recherches, soutenue en 2007 à l’Université de Provence, dont il a déjà été brièvement fait mention dans le n° 3 des Cahiers de civilisation espagnole contemporaine. L’auteur, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Clermont-Ferrand, déjà connu par sa thèse sur ce qu’il avait appelé L’utopie réactionnaire, analyse systématique des efforts de modernisation menés sous l’impulsion de López Ballesteros pendant les dix dernières années du règne de Ferdinand vii, prolonge cette recherche en s’intéressant au banquier espagnol, dont il avait pu mesurer le rôle central dans les tentatives répétées pour surmonter la profonde crise financière qui menaçait la survie de l’absolutisme monarchique en Espagne. Il souligne dès le départ qu’il s’est efforcé d’écrire, plus qu’une biographie, un « essai biographique », qui l’a conduit, non seulement à décrire des mécanismes de pouvoir, mais aussi à réfléchir sur le rapport de l’individu à la société, l’importance respective des déterminations sociales, familiales et relationnelles dans l’ascension d’un homme qui ne semblait pas plus destiné qu’un autre à atteindre le sommet du pouvoir financier, et qui plus est, dans un autre pays que le sien.

2Alexandre-Marie Aguado était issu d’une famille navarraise, dont plusieurs membres s’étaient installés en Andalousie pour se consacrer au commerce. Dès le milieu du xviiie, ils figuraient parmi les commerçants les plus riches de Cadix, achetant des biens fonciers, fondant un majorat et obtenant (on pourrait dire achetant), un titre de noblesse, en n’hésitant pas à rectifier un peu les documents généalogiques. Un itinéraire, somme toute, assez classique. Un peu plus tard, son père et son oncle, grâce à la fortune qu’ils avaient amassée, parvinrent à intégrer l’oligarchie sévillane. Mobilité sociale grâce à la fortune, qui permettait de briser la rigidité des estamentos ? Dans une certaine mesure seulement, puisque la famille échoua dans sa tentative de conquête du pouvoir local dans sa ville natale de Corella, où les mentalités et les traditions étaient sans doute plus figées que dans le milieu des commerçants andalous. Le jeune Aguado avait connu trois mondes : le négoce gaditan, l’oligarchie sévillane et, par d’autres membres de sa famille, l’oligarchie sucrière cubaine.

3Voulant éviter tout déterminisme mécaniste et retrouver « l’individu derrière la rigidité du cadre nobiliaire », J.P. Luis s’intéresse longuement aux relations personnelles qui auraient pu influer sur la formation de la personnalité du jeune homme. N’étant pas l’aîné de la fratrie, celui-ci ne pouvait hériter du majorat et du titre de comte de Montelirios, laissés par son père à sa mort en 1795. Comme souvent pour les segundones, il est alors destiné à l’armée. Dès 1798 (il avait treize ans), sa famille entreprend les démarches pour le faire entrer comme cadet dans un régiment. Elle y parvient en 1800. Il passe ensuite plusieurs années avec son régiment à Ceuta. Il bénéficia, peut-être, dès cette époque de la protection d’un parent de sa mère, Gonzalo O’Farrill, qu’il retrouva en tout cas, plus tard, pendant le voyage de Joseph Bonaparte en Andalousie en 1810. Comme beaucoup d’autres, il ne s’engagea dans la collaboration qu’après l’occupation des provinces méridionales. Le fait majeur de cette période de sa vie est sa proximité avec Soult, en qualité d’aide-de-camp. Il l’accompagne dans ses campagnes, est fait par lui capitaine en 1811, puis colonel et commandant de la gendarmerie royale en Andalousie, en 1812. Concernant la question maintes fois débattue des motivations de ceux qui choisirent le camp joséphin, J. P. Luis s’efforce de concilier facteurs généraux et options individuelles. Il critique avec raison ceux qui ne voient dans ces choix que des déterminations idéologiques. Mais il observe bien que, d’un autre côté, l’explication par les solidarités familiales ou de réseau est souvent mise en échec (par exemple, dans le cas des frères Arjona, qui se retrouvèrent dans des camps opposés ; ou quand l’amitié, pourtant solide, entre Jovellanos et Cabarrús ne résiste pas à l’épreuve de 1808, l’un décidant de se rallier à la nouvelle dynastie, l’autre de choisir le camp de la résistance, non d’ailleurs sans avoir hésité).

4Il y a deux époques dans la vie d’Aguado : avant et après la Guerre d’Indépendance. On pourrait, certes, en dire autant de bien d’autres hommes de sa génération. Mais, dans son cas, le séisme qui secoua la monarchie espagnole eut des répercussions essentielles, définitives pourrait-on dire. Obligé de s’exiler, il quitte l’Espagne en 1813, avec sa compagne, qui met au monde un enfant peu après leur arrivée en France. La situation du couple (qui ne sera régularisée qu’en 1830) était évidemment peu conforme aux valeurs dominantes et ne fut sans doute pas du goût de la famille. Il partage d’abord le sort des réfugiés, mais avec un niveau de revenus qui le met à l’abri du besoin. Dès 1815, il sollicite la nationalité française, ce qui marque nettement sa volonté de rupture avec le monde dont il est issu. Mais il ne l’obtiendra qu’en 1830, longtemps donc après le délai réglementaire de résidence en France. Bientôt autorisé à résider à Paris, il se consacre au commerce des produits espagnols, en particulier des vins andalous. En 1819, il apparaît dans l’Almanach du commerce, et en 1821, il se présente comme « négociant pour tout ce qui concerne l’Espagne », dans son magasin du 69 rue Saint-Honoré.

5Son commerce semble avoir été prospère (sans doute grâce à l’aide qu’il recevait de sa famille pour l’importation des produits andalous), mais il n’aurait pas suffi à le hisser au sommet de la pyramide sociale. C’est après le renversement du régime libéral par l’intervention militaire de 1823 que surgit pour Aguado une opportunité qu’il saisit avec audace. Son nom est lié, à partir de 1824, à la négociation à Paris d’emprunts destinés à sauver le régime espagnol de la banqueroute. Jusqu’en 1832, il sera le banquier de l’État espagnol à Paris. L’analyse, extrêmement détaillée, des mécanismes de son enrichissement par le placement des emprunts espagnols sur la place de Paris et une spéculation sans retenue ni scrupule, constitue le cœur de l’ouvrage. Mettant à profit (¡nunca mejor dicho!) la crise d’un régime acculé à une sorte de fuite en avant, Aguado amassa en peu de temps une fortune considérable. Pour parvenir à ses fins, il utilisa les services d’un groupe d’hommes protégé par le ministre des Finances López Ballesteros. Ces hommes, essentiellement d’anciens joséphins, sont davantage un réseau d’arrivistes sans principes, comme Burgos ou Miñano, qu’un groupe cohérent définissable par des caractéristiques idéologiques.

6La réussite d’Aguado tient en partie à un contexte général favorable. Paris était devenu une des principales places financières. La spéculation, sous toutes ses formes, s’y donnait libre cours. De plus, le rôle joué par la France dans le renversement du régime libéral espagnol lui conférait une position privilégiée, même si toutes les pressions exercées pour persuader le gouvernement espagnol d’établir une monarchie « tempérée », pour couper court à toute tentation révolutionnaire, échouèrent. Enfin, la France avait tout intérêt à favoriser le redressement des finances espagnoles, dans la mesure où elle espérait obtenir un dédommagement pour les dépenses engagées pendant l’intervention et pour l’entretien des troupes françaises en Espagne. Pour un spéculateur comme Aguado, et pour le gouvernement espagnol, il était de la plus haute importance de contrôler quelques organes de presse. Aussi n’hésita-t-il pas à s’assurer la bienveillance de quelques journalistes par des générosités et flatteries diverses. Il reçut, en général, l’appui des légitimistes, mais parfois aussi celui de quelques libéraux notoires comme Laffitte ou l’avocat et député libéral Mauguin. J.P. Luis y voit la preuve que les clivages idéologiques trop rigides ne sont pas pertinents pour rendre compte des comportements individuels, les opposants à la politique de Ferdinand vii se trouvant à la fois du côté libéral et du côté des royalistes purs et durs. C’est indéniable. Mais, même s’il est vrai que la lutte qui se déroule autour du Trône prend souvent l’aspect d’une rivalité de clans, les positionnements idéologiques y jouent un rôle essentiel.

7Quoi qu’il en soit, la fulgurante ascension d’Aguado n’eût pas été possible sans les qualités (et les défauts !) de l’homme : ses capacités d’homme d’affaires, sa pugnacité et son manque total de scrupules, qualité première chez un spéculateur. Il était dur en affaires, ce qu’exprimait lucidement Ofalia, qui le connaissait bien, lorsqu’il écrivait:  «  Pour moi, comme ambassadeur du roi, il y a deux Aguado à Paris : « celui que je dois soutenir et appuyer quand il s’agit de soutenir le crédit de l’Espagne et qui est attaqué par haine pour ce pays ; l’autre, à qui je dois faire face quand il prétend imposer des conditions dures ou des exigences immodérées ». La négociation des emprunts ne relevait pas, en effet, chez Aguado d’une démarche patriotique, et encore moins idéologique. Il n’avait qu’un but et ne le dissimulait pas : faire le maximum de bénéfices, fût-ce au détriment de son pays, qu’il ne considérait d’ailleurs plus comme le sien. Ses prodigalités et ses excès ne lui valurent pas toujours le respect des contemporains. Ils y virent avant tout les travers d’un parvenu arrogant, et même d’un prédateur, que certains n’hésitèrent pas à traiter de « loup-cervier ». J.P. Luis décrit cette corruption par l’argent-roi, qui permet d’obtenir des appuis, ou d’acheter silences et complicités. En ces temps d’argent-fou, comme disent aujourd’hui certains journalistes pour les raisons que l’on sait (mais n’a-t-il pas toujours rendu fou ?), le lecteur ne manquera sans doute pas de faire quelques rapprochements, à la fois logiques et hasardeux, entre le capitalisme conquérant du xixe siècle et celui …, mais ne nous égarons pas.

8À partir de 1831, Aguado semble s’éloigner du monde de la banque. Il fait de nombreux placements, dans la terre et dans la pierre, autre forme de spéculation sans doute, mais surtout moyen d’asseoir son prestige et d’affirmer son rang social. Il investit aussi, en prenant des risques parfois mal calculés, dans le domaine industriel : les mines du Creusot, le chemin de fer Paris-Rouen-Dieppe, etc. Il n’oublie pas l’Espagne où, sans doute à la demande de López Ballesteros, il finance des projets de développement, comme l’exploitation du plomb de la sierra de Gador, l’assèchement des marais du Guadalquivir (ce qui explique son titre, peu glorieux, de marquis des Marais du Guadalquivir, obtenu en 1829) ou la reprise des travaux du canal de Castille. En 1838, il revient vers le monde de la banque et les projets d’emprunt pour l’Espagne, qui en avait grand besoin pour financer la guerre contre les carlistes. Mais un projet d’emprunt de 500 millions de réaux, avec garantie sur le produit des mines d’Almadén et de Linares, échoue sous la pression des Rothschild, qui en avaient précédemment obtenu la concession pour cinq ans. Il se tourne ensuite vers les mines de charbon des Asturies, crée plusieurs sociétés pour son exploitation et fait construire une route pour l’évacuation du minerai vers le port de Gijón. Et c’est en se rendant à l’inauguration de cette route qu’il meurt subitement en 1842.

9Sa fortune – note J.P. Luis – lui aurait sans doute permis de faire une carrière politique (forme suprême de reconnaissance sociale pour beaucoup), mais il ne semble pas l’avoir souhaité, même s’il fut pendant quelque temps maire d’Évry, où il se comporta en riche notable bienfaiteur, version moderne du châtelain d’Ancien Régime, et donc manifestation de la prégnance du modèle ancien. Sa manière à lui de s’intéresser à la politique fut de nouer des relations avec les puissants du jour (notamment Decazes et Thiers) et de contrôler les faiseurs d’opinion en achetant la plume de journalistes à la conscience élastique et à l’échine souple, afin de contrecarrer les campagnes qui auraient pu desservir ses intérêts.

10Depuis les somptueuses résidences qui jalonnent son ascension sociale, il préfère régner sur le monde de la finance. Pour parfaire son image de potentat et de nouvel aristocrate, il achète de vastes domaines en province (notamment la propriété de Château-Margaux, ce qui en fait un des premiers investisseurs dans le vignoble bordelais). Il se pose en protecteur des arts et des lettres, prend quasiment le contrôle de l’Opéra et du Théâtre-Italien et, bien sûr, entretient une danseuse. Il peut se targuer d’être l’ami de Rossini et de recevoir dans ses fêtes somptueuses le Tout-Paris de l’époque. Figure paradigmatique de la nouvelle aristocratie de l’argent, il sert de modèle à des romanciers comme Balzac et Dumas. Il acquiert, parfois à grand prix et sans discernement, des œuvres d’art et se constitue une des plus riches collections de tableaux du Paris de l’époque. Il la fait visiter avec orgueil à ses familiers et à ceux qu’il veut impressionner, contribuant ainsi à la découverte en France de la peinture espagnole. Cela étant dit, sa bibliothèque de 1 719 volumes, dont la valeur fut estimée en 1843 à 6 000 francs représentait bien peu de choses au regard de l’immensité de sa fortune. Alors, simple décor culturel ? Plutôt conquête d’une forme de pouvoir, celle qui était liée au prestige symbolique que conférait le rôle de protecteur des arts et des lettres. Mais, là encore, on est un peu entre deux mondes : après tout, les aristocrates d’Ancien Régime se piquaient aussi de protéger écrivains et artistes. D’une nature particulière est son rapport à l’art lyrique. D’abord parce qu’il est, davantage encore, lié au pouvoir de l’argent : la gestion du Théâtre Italien, puis de l’Opéra, lui coûte cher, mais lui donne prestige et pouvoir aux yeux des élites parisiennes. Ensuite, parce qu’il s’agit d’une forme de vie culturelle perçue comme nouvelle et raffinée, un espace de sociabilité réservée aux élites. Très tôt, Aguado réussit à s’attacher Rossini (arrivé à Paris en 1824, pour y prendre la direction du Théâtre Italien), ou plutôt à le protéger en lui prodiguant ses faveurs. Placer Rossini au centre des fêtes somptueuses qu’il donnait était évidemment du meilleur effet. En février 1831, il l’emmena avec lui à Madrid, où le maître était l’objet d’un véritable culte, et le présenta au roi et à la cour.

11Tout cela est très caractéristique d’un monde où l’aristocratie de l’argent (comme disait Larra) se servait de l’aristocratie du génie pour mieux asseoir sa position sociale. Entre les trois systèmes de valeurs qui s’affrontent (naissance, richesse et compétence), J.P. Luis fait remarquer qu’il n’y a pas de cloison étanche, puisque richesse aussi bien que talent renvoient à l’idéal méritocratique. C’est vrai, à condition de ne pas oublier que, pour la jeunesse romantique, l’aristocratie de l’argent est, en quelque sorte, une aristocratie roturière, encore plus détestable que celle du sang. Issu du monde ancien, Aguado devient très vite et de façon spectaculaire, l’incarnation d’une société où l’aristocratie de l’argent a pris le dessus sur celle de la naissance. Il se situe donc à la croisée de deux mondes. Mais, il est frappant de voir comment les anciennes valeurs, non seulement ont la vie dure, mais servent de référence à ceux-là mêmes qui semblent le plus destinés à les contester. Pour un parvenu comme Aguado, la reconnaissance sociale, par les titres nobiliaires, les décorations (comme l’Ordre de Charles iii, qui était une distinction d’Ancien Régime) ou la grande propriété foncière, est encore essentielle. Dans les usages qu’il fait de sa fortune, il n’est pas facile de discerner ce qui relève de la culture espagnole traditionnelle, ce qui est inspiré par la nouvelle culture parisienne, et ce qui vient des choix personnels d’un individu, estime J.P. Luis. En quelques belles pages, il analyse la représentation de lui-même qu’a voulu donner Aguado. Dans le portrait peint par Lacoma, il a soin de mettre en valeur ses titres de noblesse, ses décorations et, plus surprenant, son passé de militaire : on est donc ici dans le registre des valeurs hispaniques traditionnelles. Mais dans les réceptions mondaines ou dans le décor de sa loge au théâtre, c’est à un autre genre de mise en scène que l’on assiste. Il s’efforce alors d’impressionner par la somptuosité, l’ostentation et donc, c’est ici la valeur richesse qui prend le dessus. Mais, comme le rappelle J.P. Luis, les dépenses somptuaires étaient aussi traditionnellement un signe que les aristocrates se devaient de donner, pour tenir leur rang.

12Dans la France post-révolutionnaire, cela pouvait être mal perçu par beaucoup. Il y eut donc, logiquement, attaques, caricatures et satires. On y rappelle ses origines modestes, pour mieux souligner qu’il n’est qu’un parvenu ; on l’accuse (non sans raison) de ruiner des milliers de petits épargnants ; on se moque de sa fréquentation des coulisses de l’Opéra, de la maîtresse qu’il entretient dans le luxe le plus choquant (ce qui était pourtant très à la mode dans la haute société), de son carrosse aussi richement décoré que celui du Roi, etc. D’un tout autre point de vue, il semble qu’il n’ait pas été reçu dans les salons parisiens les plus huppés avec autant d’empressement qu’il mettait à recevoir le Tout-Paris. Faut-il y voir un signe des limites qu’il n’avait pas réussi à franchir dans sa quête de reconnaissance sociale ? J.P. Luis parle de réussite météorique, et finalement limitée. À sa mort, sa fortune était encore évaluée à environ vingt millions de francs, bien qu’il eût beaucoup gaspillé en dépenses de prestige ou en investissements mal calculés. Mais, s’il avait été, pendant près de deux décennies, plus riche et plus célèbre que les Rothschild, il n’avait pas su, comme eux, fonder une dynastie bancaire.

13Tout en suivant le cheminement d’Aguado, J. P. Luis s’efforce d’analyser les voies nouvelles de l’ascension sociale dans l’Europe post-napoléonienne, Tout au long de l’étude, court comme un fil rouge, et à chaque étape de la vie du héros (ce qui conduit à quelques redites), une réflexion sur le rapport de l’individu à l’histoire, appuyée sur les travaux de ceux qui ont attiré l’attention sur l’importance des réseaux relationnels (de parenté, d’amitié, de patronage, etc.). Tout en soulignant l’importance de ces réseaux, J.P. Luis sait s’en démarquer. Il juge excessive, par exemple, l’assertion d’un historien, pour qui le facteur déterminant dans la stratification sociale n’est pas tant le statut socio-professionnel, la richesse ou le privilège, que les réseaux relationnels dont bénéficient des individus, et prioritairement la parenté et le patronage (p. 365). On sent bien ici, en effet, qu’à trop vouloir prendre le contrepied d’une idée généralement admise, on risque de donner dans le paradoxe. Aguado venait d’un monde où les marques de l’ascension sociale étaient la reconnaissance de la noblesse (si possible couronnée par l’obtention d’un titre) et l’intégration à une oligarchie urbaine. Mais à l’intérieur de ces normes, il y avait bien des possibles : par exemple, une cédule de 1783 avait reconnu la compatibilité de la noblesse et d’une activité commerciale. Après la fracture de la Guerre d’Indépendance, ces normes sont fragilisées. De plus, Aguado s’en trouve en quelque sorte dégagé par sa place marginale dans la fratrie, la coupure que fut l’exil et l’immensité de sa fortune. Dans une société de transition, codes anciens et nouveaux coexistent pendant un temps plus ou moins long et de façon variable selon les domaines. Les contradictions qui en résultent sont à la fois plus facilement perceptibles et moins déterminantes chez un personnage hors normes comme Aguado.

14Au total, c’est une très belle étude que nous donne J.P. Luis. Extrêmement dense et documentée, précise parfois jusqu’à la minutie, sans jamais avoir la lourdeur de l’étude érudite, elle est le fruit d’une connaissance exhaustive de la bibliographie sur et autour du sujet, et de patientes recherches dans tous les dépôts d’archives où il était légitime d’espérer trouver des informations sur Aguado. C’est un ouvrage essentiel pour tous les historiens, espagnols et français, spécialistes de la période. Et, comme la lecture en est agréable, les simples curieux de l’histoire de l’Europe postnapoléonienne y découvriront avec plaisir l’histoire d’une destinée tout à fait exceptionnelle et passionnante.

15Le texte a été soigneusement revu. Je n’y relève que deux coquilles (ce ne peuvent être que des coquilles) : il est question (p. 89) de l’insurrection du 26 mai 1810, au lieu de 1808 ; et (p. 97) on attribue à Reinoso la paternité de l’Espectador sevillano, fondé et rédigé en réalité par Alberto Lista. Peu de choses, en vérité, dans un livre de plus de 500 pages.

16Un regret pour finir, à l’intention de l’éditeur : était-il si difficile de faire figurer les notes en bas de page ? La lecture en eût été grandement facilitée. Se reporter 1.682 fois à la fin de l’ouvrage…, dure gymnastique pour le lecteur désireux de ne rien laisser échapper !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Morange, « Jean-Philippe Luis, L’ivresse de la fortune. A.M. Aguado, un génie des affaires », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 18 février 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/3554

Haut de page

Auteur

Claude Morange

Maître de Conférences honoraire, Université Sorbonne-Nouvelle Paris-iii

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org