Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Jordi Canal (dir.), Sophie Baby, Jean-Philippe Luis, Stéphane Michonneau et Mercedes Yusta, Histoire de l’Espagne contemporaine de 1808 à nos jours. Politique et société

Jacques Maurice
Référence(s) :

Paris, Armand Colin, Collection « Histoire » 2009, 334 p.

Résumé

Esta obra sobre la España contemporánea de cinco historiadores que ejercen la docencia en la Enseñanza Superior de Francia es una apuesta: abarcar en 300 páginas dos siglos de sucesos harto complejos.

Se divide en tres partes de idéntica extensión que se corresponden con períodos de igual duración.

La primera parte examina el período 1808-1874 caracterizado como « dilatada y persistente guerra civil » durante la cual se va construyendo el Estado liberal. Enfocado más como práctica política que como ideología, el liberalismo se analiza como fenómeno urbano en un país fundamentalmente agrario. Va evolucionando en un sentido cada vez más conservador hasta aceptar que la soberanía nacional fuera compartida entre las Cortes y la Corona.

En el terreno económico, la privatización de tierras enajenadas es un proceso dilatado y de gran amplitud que favorece un desarrollo extensivo de la agricultura. El fracaso del sexenio democrático es el de una monarquía democrática basada sobre las libertades y el sufragio universal. Se echa de menos un análisis concreto del fenómeno singular que fue el cantonalismo.

La segunda parte abarca el período 1875-1939 con la consolidación y crisis del sistema liberal, las soluciones contrapuestas para resolver dicha crisis con el régimen de excepción de Primo de Rivera y la experiencia democrática de la Segunda República.

En el análisis del bipartidismo propio del régimen de la Restauración se minimiza la importancia del caciquismo que trae como consecuencia la desnaturalización del sufragio universal. En igual sentido se discute la interpretación del regeneracionismo como variante de nacionalismo y la subestimación del movimiento obrero en la crisis de 1917, apuntándose a este respecto el desconocimiento de lo que ocurrió en Andalucía durante el trienio bolchevique.

La crisis del turno político facilitó la toma del poder por el general Primo de Rivera que, tras pacificar Marruecos, no logró institucionalizar un régimen corporativista.

Es cierto que, en el terreno político, la Segunda República constituyó una ruptura con el reconocimiento del derecho de voto para las mujeres y la separación del Estado y de la Iglesia, la cual provocó la enemistad del catolicismo que encabezó la reconfiguración de la derecha. Pero lentitud e insuficiencias de una reforma tan anhelada como era la de la propiedad de la tierra se debió menos al desinterés del personal político que a la determinación que mostró la burguesía agraria en la defensa de sus intereses.

La guerra civil por antonomasia se internacionalizó pronto por necesitar armas los beligerantes, lo que consiguió fácilmente Franco de los estados fascistas, dándole temprana superioridad militar. Se subraya el carácter contrarrevolucionario de la sublevacíon, el uso sistemático que hizo del terror contra los republicanos. Se echan de menos análisis concretos del proceso colectivizador en la España republicana así como de los luctuosos sucesos de mayo de 1937. También se pudo recordar la movilización internacional de escritores y artistas en apoyo de la República.

De la dictadura a la democracia, reza la tercera parte que plantea la problemática de la modernización de la sociedad española.

El Caudillo tardó mucho en institucionalizar un Estado a su medida, adaptándose hábilmente al entorno internacional y estableciendo temprano una relación bilateral con los EE.UU de América que ha perdurado hasta la actualidad. Base de su régimen fue una represión multiforme en el marco de una autarquía económica dura para el pueblo. Multiforme fue también la resistencia, siendo una de las formas más originales la político-sindical de CC.OO.

El desarrollismo llevado a cabo por miembros del Opus Dei –organización de seglares dependiente del Vaticano– tuvo resultados desiguales y el crecimiento de clases medias urbanas no significa que fue « total » la transformación de la sociedad española.

El paso a la democracia fue doblemente democrático, siendo un largo proceso presidido por la voluntad de transigir pero en base a la triple exigencia de la oposición antifranquista : amnistía, autonomía y libertad. Culminó en una Constitución abierta completada, apenas promulgada, por acuerdos con el Vaticano que cercenan la no confesionalidad del Estado.

¿ Fue « una revancha de los vencidos de la guerra civil » la victoria del PSOE liderado por Felipe González ? O, más bien, la realización de una política reformista que –conforme se estaba construyendo el Estado de las autonomías– « ajustaba » la economía según los criterios europeos…Sería conveniente matizar el balance globalmente positivo que se hace de los catorce años de gobierno socialista.

El último capítulo sobre « cultura y sociedad » plantea varios interrogantes de carácter metodológico sobre el papel que los autores otorgan a la literatura en su quehacer de historiador. Se evoca, en conclusión, la cuestión batallona de la « recuperación de la memoria histórica ».

La bibliografía, copiosa, pudo distinguir mejor las obras de referencia de los libros de vulgarización. Pobre en trabajos de historia social, confirma que se ha dado la primacía a lo político. De aquí el carácter desigual de una obra en la cual las nociones recurrentes de « modernización » y « normalización » no bastan en darle coherencia.

Haut de page

Texte intégral

1La publication par un éditeur français de manuels universitaires d’un ouvrage d’histoire sur les xixe et xxe siècles espagnols retient forcément l’attention du directeur d’une revue qui, à sa création, a choisi de couvrir la totalité de l’époque contemporaine, en remontant jusqu’à ses origines, pour reprendre le titre d’un ouvrage de Miguel Artola, persuadés que nous sommes que seule la longue durée permet de distinguer ce qui, dans le court et le moyen terme, relève de permanences ou constitue des ruptures, à plus forte raison en ce début de millénaire dominé par un présentisme extrêmement réducteur. Certes, il y a vingt ans à peine, lors de la célébration du ve centenaire de la découverte de l’Amérique – officiellement baptisée « rencontre des cultures » –, nos maisons d’édition s’étaient prises d’un intérêt soudain pour ce pays voisin qui, sous la direction d’un leader jeune – du moins rapporté à la moyenne d’âge des gouvernants de l’Hexagone –, devenait enfin présentable une fois admis à part entière dans la famille européenne. Toutefois, les universitaires mis à contribution avaient été incités à mettre en lumière l’histoire d’un siècle, le xxe , pendant lequel, absorbée par des problèmes séculaires, l’Espagne ne les avait résolus qu’au prix d’une guerre fratricide suivie d’une longue dictature, tout en restant à l’écart de ce que certains, tel Enzo Traverso, considèrent comme une guerre civile européenne continue s’étendant de la Grande Guerre de 1914-1918 à la Seconde Guerre Mondiale de 1939-1945.

2Reconnaissons, d’emblée, que c’est une gageure de faire tenir en 300 pages serrées deux siècles qui, sur un plan strictement événementiel, apparaissent d’une assez grande complexité. Nous verrons plus avant si cette gageure est tenue par les cinq auteurs qui, en privilégiant les niveaux du politique et du social, proposent « une nouvelle écriture de l’histoire » qui intègre les apports les plus récents de l’historiographie espagnole.

3L’ouvrage comporte trois parties de longueur identique qui correspondent aux périodes d’égale durée résultant du découpage de la matière historique ; il s’achève sur un bref épilogue qui rend sommairement compte des années écoulées depuis 1996. Chacun des 21 chapitres s’ouvre sur une introduction qui en problématise le contenu de façon généralement convaincante. Le souci pédagogique transparaît dans les encadrés qui scandent le texte ; les uns spécifient des phénomènes proprement hispaniques : afrancesados, juntes, camarilla, pronunciamiento ; les autres synthétisent des controverses historiographiques telles que le retard espagnol, la nature du franquisme, ou condensent des biographies – celle de Sabino Arana, le fondateur du nationalisme basque – et des textes importants : ainsi la Constitution de 1978 qui régit le régime démocratique actuel.

Construction de l’État libéral

4La première partie analyse « la longue et persistante guerre civile » née de la crise de l’Ancien Régime et pendant laquelle s’effectue par à coups la construction de l’État libéral. L’intrication de l’ancien et du nouveau est le fil directeur qui permet de dégager les traits caractéristiques de la période qui court de 1808 – début de la résistance à l’occupation étrangère – à 1874 – échec de la démocratisation du système politique. Le premier chapitre revient sur la crise de l’Ancien Régime, dont l’affaiblissement procède, paradoxalement, de l’absolutisme bourbonien – fondé sur le rôle moteur de l’État – et favorise les visées hégémoniques de Napoléon ier que ne parvient pas à contrecarrer « le difficile équilibrisme » de Charles iv et de son favori, Godoy qu’il a nommé « généralissime »

5C’est très rapidement que la guerre d’Indépendance – objet du second chapitre – revêtit un caractère de guerre civile, une minorité de patriotes se ralliant « par raison et par souci d’ordre » à Joseph Bonaparte, le roi intrus. La défaite de l’Empereur contraignit nombre de ces afrancesados à se réfugier en France où ils constituèrent la première vague d’exilés politiques de l’époque contemporaine. Simultanément à la résistance armée de guérillas cinq fois inférieures en nombre aux forces d’occupation, les élites urbaines, organisées en juntes, feraient « l’expérience fondatrice » d’une communauté unie par un projet commun, celui d’une nation. Cette conception révolutionnaire fut formalisée dans la Constitution de 1812, dite de Cadix – analysée au chapitre 4 –, restée le texte de référence du libéralisme espagnol pour sa proclamation solennelle de l’unité nationale et son choix de la monarchie constitutionnelle comme fondement du système politique. La confessionnalité de l’État serait le seul principe à être remis en cause à plusieurs reprises : en 1869, en 1931 et en 1978.

6Le libéralisme est considéré plus comme pratique politique que comme idéologie dans les chapitres 3 à 6 qui analysent la vie politique sous les règnes de Ferdinand vii et d’Isabelle ii ainsi que sous les Régences intermédiaires de Marie-Christine de Naples et du général Espartero. C’est un phénomène urbain qui, dans un pays fondamentalement agraire, et conservateur, se manifeste de façon récurrente par des soulèvements populaires, la formation de juntes locales éphémères et, le plus souvent, des changements de gouvernement plus favorables aux couches populaires. Dans tous les cas, cependant – soulignons-le – , et jusqu’au renversement d’Isabelle ii, le libéralisme reste lié à l’institution monarchique, à la Couronne comme disent les Espagnols. Il ne manque pas d’adversaires, que ce soit les absolutistes, étatistes et pragmatiques, ou les ultra-royalistes, qui mettent sur pied des milices paramilitaires, avant de s’effacer devant les carlistes qui, eux, « banalisent un activisme populaire armé » par le recours systématique à la violence.

7Sous la pression des circonstances, le libéralisme se différencie progressivement, il évolue dans un sens de plus en plus conservateur comme le montrent les Constitutions de 1837 et de 1845 : avec les moderados, la nation partage désormais la souveraineté avec le Roi. Dès lors, la monarchie constitutionnelle ne peut se transformer en monarchie parlementaire : on a affaire à un régime de notables assis sur un électorat rétréci par le suffrage censitaire et soumis au clientélisme.

8Le chapitre 7 offre une synthèse des transformations structurelles qui résultent des réformes du libéralisme en matière économique. La modernisation, incontestable, est toutefois lente et inégale, dépendante du capital étranger, notamment français, pour le développement des transports (le chemin de fer), la mise en valeur des ressources du sous-sol et l’implantation d’une industrie lourde. Là-dessus, l’analyse reste largement tributaire des travaux, classiques, de Broder et Chastagnaret et elle s’étend surtout sur le vaste mouvement de libération de terres aliénées ou collectives, sur leur privatisation découlant des lois dites de désamortissement qui affectent pour près de deux tiers les biens d’Église. Est soulignée à juste titre l’ampleur de ce transfert de propriété ainsi que son inscription dans la longue durée, ce qui favorise un développement extensif de l’agriculture qui n’est pas pour autant « synonyme de révolution agricole ». En revanche, si l’on peut admettre que la privatisation de la terre a renforcé, plus qu’elle ne les a créées, les structures inégalitaires de la propriété dans le sud du pays, on regrettera qu’il ne soit rien dit des nouvelles relations sociales établies avec leur main d’œuvre salariée par les ex-régisseurs de la grande noblesse ou du clergé : tel fut le cas dans les campagnes sévillanes ainsi que sur le vaste territoire de Jerez de la Frontera.

9Cette première partie s’achève sur deux chapitres dus au second auteur, qui traite également du premier tiers du xxe siècle dans la seconde partie de l’ouvrage, soit en tout 5 chapitres. Le projet du chapitre 8 est prometteur : « définir le comportement romantique qui prévalut dans la société espagnole entre 1835 et 1868 ». Mis en appétit, le lecteur reste sur sa faim, ne trouvant qu’une présentation succincte de l’évolution démographique, puis des développements plutôt redondants par rapport au chapitre précédent sur les mutations de la société et une rapide introduction à la « contestation sociale » dans laquelle ne manque ni anachronisme, ni inexactitude : en 1887 – date tardive ! – ce n’est pas le « droit de manifestation » qui est reconnu par la loi mais la liberté d’association.

10Avec le chapitre 9, retour à l’événementiel, sur cette brève période connue dans l’historiographie espagnole sous le nom de « sexennat démocratique », considéré d’emblée comme « la matrice de l’Espagne contemporaine ». C’est alors, en effet, que les Espagnols font l’apprentissage de la démocratie, et ce n’est rien retirer au rôle des élites politiques, ni à celui de militaires dressés contre un pouvoir arbitraire que d’estimer à sa juste valeur, plus que ne le fait ce livre, l’impact de la mobilisation populaire sur le cours des événements, sur l’institutionnalisation d’une monarchie démocratique fondée sur la reconnaissance des libertés individuelles et collectives et sur la mise en pratique de la souveraineté nationale par le suffrage universel, exercé ces années là par environ 4 millions d’électeurs masculins. Il est malaisé de mettre de la clarté dans une période confuse, ouverte et close par des gouvernements provisoires présidés par des généraux prestigieux, dominée par l’essai non transformé d’une monarchie démocratique incarnée par un prince étranger et par l’expérience prématurée d’une République advenue par défaut, qui transposait mimétiquement le modèle helvétique à un pays profondément divisé.

11L’étude du sexennat est ici très événementielle, ce qui est utile mais insuffisant pour appréhender la dynamique de cette « glorieuse » révolution de septembre 1868, menée par une coalition composite qui dut très rapidement faire face aux difficultés économiques et financières non résolues par les derniers gouvernements d’Isabelle ii et qui s’engagea, à cet effet, dans une voie carrément libre-échangiste. Hormis l’abolition des impopulaires taxes sur la consommation, bien des promesses ne furent pas tenues, notamment la fin de l’injuste régime de conscription des quintas dont il n’est dit nulle part qu’il était fondé sur le tirage au sort et le rachat par l’argent, qui offrait aux jeunes gens fortunés la possibilité d’obtenir un remplaçant si le sort leur était adverse.

12Désormais, la déception trouvait à s’exprimer et à se canaliser grâce aux journaux et aux organisations du parti républicain et du mouvement ouvrier dont les militants respectifs partageaient souvent à la base, dans les cercles, les sociétés de secours mutuel et de résistance, le même idéal de société égalitaire. Certains, tel Fermín Salvochea – « l’apôtre de l’anarchisme andalou », allaient jusqu’à pratiquer la double adhésion, au parti républicain fédéral et à la première fédération ouvrière au plan national affiliée à l’Association Internationale des Travailleurs, AIT, créée par Karl Marx et Frédéric Engels. Après l’assassinat du général Prim, la révolution fut déportée sur sa droite, Sagasta fit interdire l’Internationale espagnole, cédant ainsi à la panique semée parmi les possédants par la Commune de Paris. L’électorat ne suivit pas, les positions se radicalisèrent et les fédéraux « intransigeants » poussèrent leur logique jusqu’au bout : sur tout le pourtour méditerranéen, de Valence à Cadix, villes et bourgades s’érigèrent en « cantons » indépendants, espèces de cités-États qui se structurèrent et amorcèrent, ici et là, une autre politique économique : à Cadix, par exemple, Salvochea, Président du canton, prit des mesures en faveur du commerce et limita la journée de travail à 8 heures.

13Bref, parler tout à trac d’« autonomie communautaire » et d’« État communaliste » c’est entretenir un flou conceptuel qui ne rend pas compte de la réalité de ce phénomène singulier que fut le « cantonalisme ». Sauf exception, les internationalistes n’y participèrent pas : Engels le leur reprocherait dans une célèbre brochure. C’est que le cantonalisme, mouvement de la bourgeoisie urbaine, ne se préoccupa guère des aspirations de la petite paysannerie pauvre et du prolétariat agricole à un partage plus égalitaire de la terre, idéal qui n’avait rien de « messianique », même si ces aspirations se manifestaient sporadiquement par des actions collectives violentes, assimilées dans l’ouvrage commenté à des « jacqueries ». Ni dans les déclarations des cantons, ni dans leur pratique, on ne trouve trace de ce projet de « loi agraire » que Pi y Margall avait présenté aux Cortes juste avant de démissionner de la Présidence de la République. Or, ce projet était modeste : il ne s’agissait que de morceler les terres collectives et d’en vendre les lots à tempérament. Encore fallait-il le préciser… En un mot, l’échec du cantonalisme signa celui de la République fédérale et sociale et, par là, le report sine die de réponse positive à la faim de terre des masses paysannes. Leur avenir, celui du pays, en seraient hypothéqués pour longtemps.

Consolidation et crise du libéralisme

14La seconde partie examine la période qui s’étend de 1875 à 1939. Le fil directeur pourrait en être la consolidation du libéralisme, sa crise, les solutions opposées par lesquelles l’Espagne essaie de résoudre celle-ci avec le régime d’exception du général Primo de Rivera et l’expérience démocratique de la Seconde République qui se clôt sur l’épilogue tragique d’une guerre dite civile : son vainqueur, le général Franco, se targuerait d’avoir extirpé le libéralisme de l’esprit des Espagnols.

15Stricto sensu, la Restauration s’achève avec l’avènement d’Alphonse xiii en 1902. C’est le coordinateur de l’ouvrage qui en présente les caractéristiques au début de cette seconde partie (chapitre 10) .La Restauration fut d’abord celle d’une dynastie ou, plus exactement, celle de sa branche aînée en la personne d’Alphonse xii, toujours récusée par le prétendant carliste. Ce fut aussi celle d’un système politique codifié dans une nouvelle Constitution, celle de 1876 : retour à la souveraineté partagée, concrètement à la prééminence de la Couronne sur le Parlement pour le choix des gouvernants, l’élaboration de la loi ainsi que le droit de dissolution du Congrès des députés ; intégration des institutions traditionnelles : armée, Église, Université représentées ès qualités à la Chambre Haute, le Sénat ; réaffirmation du catholicisme comme religion d’État atténuée par la tolérance d’autres confessions.

16C’est dans ce cadre que serait recomposé le système des partis à l’initiative de Cánovas del Castillo et de Sagasta, tous deux politiciens chevronnés, le premier ex-ministre d’Isabelle ii et artisan de la Restauration, le second ex-ministre et ex-Président d’un gouvernement d’Amédée ier . Il s’agissait pour eux de surmonter les divisions partisanes des trente années précédentes en instaurant un bipartisme à l’anglaise fondé sur deux partis dynastiques, à l’exclusion de tous les autres. Une fois le régime assis et la paix civile rétablie par les conservateurs de Cánovas – liés pour la plupart à la grande propriété foncière –, celui-ci fit place à Sagasta afin que la « fusion » des courants héritiers de la « Glorieuse » permette la naissance du parti libéral stricto sensu – représentatif des classes moyennes urbaines – et, par conséquent, la possibilité d’une alternance, pacifique, de deux partis de gouvernement.

17Partis de notables ? Certes. « Structures politiques de transition » ? Peut-être. Machines électorales efficaces, assurément. L’alternance fut rodée grâce au suffrage censitaire avec un corps électoral de 800.000 personnes, parmi lesquelles étaient sur-représentés les propriétaires fonciers. Puis, une fois le suffrage universel rétabli – soit près de 5 millions d’électeurs –, les élections législatives se succédèrent à des intervalles de plus en plus rapprochés : pas moins de six entre février 1891 et mai 1901, sans que le monopole des deux partis dynastiques fut aucunement menacé par les oppositions de droite (les carlistes) et de gauche (les républicains) auxquelles il arrivait, selon les circonstances, de présenter des candidats. Car, comment ne pas y revenir, l’exercice du droit de vote était généralement falsifié par un ensemble de pratiques connues sous le nom de « caciquisme », phénomène que l’on ne peut expédier au prétexte qu’on le trouverait ailleurs et que la dénonciation de ses « maux » par des intellectuels critiques aurait été « exagérée ».

18Pourtant, les travaux d’historiens espagnols ne manquent pas à ce sujet et, même si certains mettent en avant la figure du « bon » cacique, la plupart soulignent combien l’emprise des caciques a conditionné négativement la culture politique des Espagnols. Le cacique n’était pas un simple notable, ni seulement le fondé de pouvoir de puissants intérêts ; il était le chef local d’un des deux partis de gouvernement, le rouage d’un dispositif qui de bas en haut, de haut en bas, des communes au gouvernement, du gouvernement aux communes, verrouillait, par le truchement du gouverneur civil, la libre expression des suffrages. Pour acheter ses clients – comme dans la Rome antique – il favorisait la corruption ; pour faire « élire » le candidat choisi par l’exécutif, il recourait de plus en plus à des moyens illégaux, bref, après avoir démobilisé l’électorat, il dénaturait le suffrage universel. C’est à ce prix que le régime de la Restauration connut « une stabilité exceptionnelle ».

19La crise de la monarchie restaurée (chapitre 11) et la solution autoritaire qui la résout (chapitre 12) sont traitées par le second auteur de l’ouvrage, qui fait du nouveau et jeune monarque, Alphonse xiii, le pivot de la vie politique : « le Roi règne et gouverne ». Fut-il « imprégné d’esprit régénérationniste » ? On peut en discuter. Ce qui renvoie à la question de savoir ce que l’on met sous ce terme : est-ce « la couleur que prend le nationalisme dans le premier tiers du xxe siècle » ? On se demande, en tout cas, quelle est la cible et quel est l’enjeu de la critique émise à l’encontre d’une « approche excessivement culturaliste de l’histoire de l’Espagne (qui) conduit à surestimer le rôle des intellectuels ». On se le demande d’autant plus que cette proposition initiale est suivie d’un long développement consacré à ces intellectuels qui attachèrent leur nom à ce terme : Unamuno, dont nous rappellerons qu’il fut socialiste et marxiste dans sa jeunesse ; Costa, qui incarna le mieux un certain volontarisme et qui ne formalisa sa pensée dans son rapport à l’Ateneo de Madrid, Oligarchie et caciquisme, qu’à la suite de l’échec de l’Union Nationale, ce projet de tiers parti qui s’appuyait sur des fractions de la bourgeoisie commerçante certainement plus patriotes que nationalistes, parce que précisément elles étaient antioligarchiques. Cette mobilisation citoyenne avant la lettre fut, d’ailleurs, pour quelque chose dans la prise en compte par l’État libéral du rôle qu’il avait à jouer en matière d’instruction publique : telle fut l’appellation du ministère créé en 1900, on ne parlait pas encore d’Éducation nationale…

20L’importance des nationalismes dits périphériques – le basque, le catalan – ainsi que leurs traits distinctifs sont bien mis en valeur. La force du catalanisme, doté d’une idéologie cohérente par Prat de la Riba dans La nacionalitat catalana, le conduit à jouer un rôle majeur dans la crise de régime qui éclate en 1917 lorsque, de concert avec les autres oppositions parlementaires, il pose ouvertement la nécessité d’une réforme constitutionnelle. Bien entendu, il rentre rapidement dans le rang et se « discrédite » en dépêchant son homme fort, Cambó, au gouvernement. C’est aussi, c’est surtout, soulignons-le, la fin de l’alternance : libéraux, conservateurs et catalanistes bourgeois se retrouvent côte à côte pour tenter de replâtrer le système politique et de sauvegarder l’ordre social. Le premier objectif ne serait pas atteint.

21A l’action de ces forces nationalistes, à celle des officiers d’infanterie, qui s’organisent à leur tour en « juntes » pour défendre leur pouvoir d’achat, s’ajoute une troisième composante dont le rôle dans la crise de 1917 et ses prolongements est, à notre sens, très minorée : il s’agit du mouvement ouvrier. La hausse continuelle des prix qui se produit pendant les années de la Grande Guerre est le terreau sur lequel se développe la lutte revendicative en faveur du rattrapage des salaires, lutte favorable au renforcement d’un mouvement syndical encore faible mais dont l’unité d’action – et non « l’unification » – entre ses deux composantes, Unión General de Trabajadores et Confederación Nacional del Trabajo, débouche sur la première grève générale à l’échelle du pays. La capacité de la classe ouvrière à faire entendre sa voix se traduirait l’année suivante par l’élection de 4 députés socialistes, parmi lesquels Largo Caballero, élu par ailleurs secrétaire général de l’UGT (et non du PSOE).

22Mais, autant que l’intensité des luttes sociales et la montée en puissance de la CNT dans la Catalogne industrielle, l’élément nouveau est l’entrée en lice des travailleurs agricoles d’Andalousie, où se succèdent des vagues de grèves coordonnées qui entraînent la proclamation de la loi martiale au printemps 1919 : c’est cela qu’autorités et propriétaires avaient en vue lorsque leur peur des « partageux » leur fit qualifier la période de « triennat bolchevik », question traitée depuis quelque temps déjà dans des travaux d’histoire sociale édités en Espagne, qu’il est, pour cela même, surprenant de voir ignorés. En avoir eu connaissance eût évité de reprendre l’antienne selon laquelle les rabassaires catalans auraient « donné naissance » à la première organisation de salariés agricoles à l’échelle nationale, la Fédération Nationale des Ouvriers Agricoles, FNOA, alors que l’initiative en revenait aux paysans prolétaires de Jerez de la Frontera, les uns et les autres agissant ensuite à l’unisson. Les idées reçues, c’est bien connu, ont la vie dure, surtout lorsqu’il s’agit des mouvements paysans andalous. La FNOA, au demeurant, finirait par être absorbée par la CNT qui, rejetant les fédérations d’industrie, adopta un mode d’organisation différent, le syndicat « unique » – et non unitaire !!! – , regroupement au niveau local des sections de métier d’une même branche.

23En définitive, bien que ces luttes aient été défensives – orientées vers la sauvegarde du pouvoir d’achat –, elles eurent assez d’impact dans l’opinion pour que fût décrétée la journée de travail de 8 heures dans l’industrie (1919) et créé le Ministère du Travail (1920).

24L’accession au pouvoir de Primo de Rivera n’a rien d’un phénomène exceptionnel dans l’Europe de l’entre-deux-guerres, nous dit-on. Sans doute, mais comparaison est-elle raison ? Beaucoup de régimes autoritaires établis dans les années 20 le furent dans des pays qui avaient participé à la Grande Guerre ou dans des états qui en étaient issus. L’Espagne, quant à elle, était restée neutre, dès lors terrain de propagandes adverses et toujours réceptacle d’investissements étrangers. Pas de mouvement d’anciens combattants meurtris alimentant un discours démagogique comme en Italie, mais une désintégration des partis de gouvernement divisés en coteries, un galvaudage du suffrage universel – six élections en neuf ans, davantage qu’à la fin du xixe siècle – et son corollaire : un abstentionnisme massif. Pourquoi la population aurait-elle résisté à un général qui lui promettait « une solution rapide, digne et sensée » au problème marocain, une guerre coloniale qui, après celle de Cuba, avait causé tant de victimes ?

25Cette dictature, assez brève au demeurant, fut-elle fasciste ou pré-fasciste ? Observateurs et historiens, la plupart étrangers (Borkenau, Carr, Togliatti), en ont beaucoup disputé, il est vrai. Mais le fascisme en son berceau italien s’est-il construit en un jour ? Ce qui est sûr et certain c’est le caractère de régime d’exception permanent, justement souligné dans le livre, qui préfigure, sous bien des aspects, le régime du général Franco à ses débuts, ne serait-ce que par la continuité du personnel politique : Aunós, ministre du Travail de Primo de Rivera, serait ministre de la Justice avec Franco, Martínez Anido remplirait les mêmes fonctions à l’Intérieur avec l’un et l’autre dictateur.

26A l’actif de cette première dictature, on met généralement la pacification du Maroc –obtenue avec l’aide décisive du corps expéditionnaire français commandé par Pétain –, le rétablissement de la paix sociale avec une Organisation Corporative du Travail et ses comités paritaires qui ne domestiquaient pas l’ensemble du syndicalisme, une politique dirigiste de développement de l’urbanisme, des moyens de communication et des sources d’énergie pour laquelle – ce fut le point faible – on laissa filer les déficits, alors que le système bancaire privé était florissant (il est dommage, soit dit en passant, que l’ouvrage fasse l’impasse sur ce secteur-clé de l’économie). La dépréciation de la peseta, en 1929, ne fut pas étrangère à la perte de confiance des grands intérêts économiques, toile de fond de la démission du dictateur.

27Le passif c’est l’incapacité du dictateur et de ses affidés de l’Union Patriotique – le parti officiel – d’institutionnaliser un régime corporatiste en rupture avec celui du libéralisme puisque, la Constitution de 1876 suspendue, les partis dissous, les municipalités contrôlées par les militaires, la pré-autonomie catalane abrogée, les opposants intellectuels et dirigeants anarcho-syndicalistes pourchassés, la presse soumise à une stricte censure, un point de non retour avait été atteint. Privées des libertés d’opinion et d’expression, les classes moyennes urbaines en expansion, de mieux en mieux instruites et qualifiées, ressentirent vivement les effets d’une propagande qui vantait les vertus d’un ordre moral enraciné dans un catholicisme militant. C’est pourquoi la jeunesse étudiante, comme à la fin du règne d’Isabelle ii, se mobilisa et fit échouer le projet qui prétendait égaler pour la collation des grades l’Enseignement Supérieur privé (Jésuites de Deusto, Augustins de l’Escurial) au public. Avec des menaces de récession à l’horizon, les bases sociales du régime s’effritaient les unes après les autres. En mai 1934, le socialiste Araquistain soutenait la thèse que Primo de Rivera s’était aliéné la petite bourgeoisie, base de masse du fascisme, en favorisant les intérêts du « grand capital ». Une thèse qui peut éclairer la conclusion paradoxale du chapitre 12 suivant laquelle « la dictature fut finalement le principal obstacle à la conquête du pouvoir du fascisme en Espagne ». Au lecteur de juger.

28Nous ne revenons pas sur le bilan fait au chapitre 13 : « transformation et immobilisme de la société espagnole du premier tiers du xxe siècle », dont plusieurs éléments ont été intégrés dans notre commentaire. C’est un troisième auteur qui traite de la Seconde République et de la Guerre Civile sur lesquelles s’achève la seconde partie. Elle s’occupe également dans la troisième partie de la dictature franquiste.

29Période controversée que celle de la Seconde République, sommes-nous prévenus d’emblée, et on sait pourquoi : libéralisme et monarchie ont eu partie liée longtemps, et le « passage » à la République, qui plus est pacifique, fut une franche rupture pour une opinion conservatrice qui ne l’a jamais admise. Après tout, contrairement aux Anglais et aux Français, les Espagnols n’ont jamais commis de régicide… On suit volontiers l’auteure lorsqu’elle souligne « l’ample éventail social » que représentait l’alliance de la gauche républicaine et du socialisme réformiste, la nouveauté que constituait la reconnaissance du droit de vote aux femmes, la séparation de l’Église et de l’État dans une Constitution qui, par ailleurs, établissait un régime parlementaire monocaméral, esquissait dans une longue déclaration des droits et des devoirs la conception d’un État tutélaire ainsi que la voie d’une large décentralisation susceptible de satisfaire a minima l’aspiration à l’autonomie des Basques et des Catalans.

30Est bien mis en évidence le processus de « reconfiguration » du système des partis, à droite notamment, à l’initiative des propagandistes et des organisateurs du syndicalisme catholique de la Castille agraire comme Gil Robles. Ce dernier mit sur pied des organisations de masse telles que les Jeunesses d’Action Populaire qui rendaient un véritable culte au « chef » lors de grands rassemblements conçus sur le modèle de l’Allemagne hitlérienne : au retour d’un voyage dans ce pays – septembre 1933 – Gil Robles n’estimait-il pas tout le « profit » qu’il y avait à tirer du fascisme, en raison de ses racines et de son action « éminemment populaires » ?

31On sera plus réservé, en revanche, quant à la caractérisation des principales personnalités du nouveau régime. Loin d’être « un dirigeant historique du républicanisme espagnol », Alcalá Zamora, avocat de formation, deux fois ministre d’Alphonse XIII, à Fomento et à la Guerre, dans deux gouvernements García Prieto, était un rallié de fraîche date : à la tête du Gouvernement Provisoire, puis à la Présidence de la République, il était là pour rassurer. Plus importante, sans doute, fut la présence, une fois la Constitution approuvée par une Assemblée Constituante élue au suffrage universel – comme en 1869 –, d’intellectuels à la tête de l’exécutif et du législatif. Le magistère moral d’Azaña – exercé à l’Ateneo de Madrid ainsi que dans des revues d’idées – avait précédé son entrée en politique : Président du Gouvernement jusqu’en juin 1933, il assumerait à nouveau cette charge en février 1936 afin de garantir la victoire du rassemblement des gauches – le Frente Popular – dont il était l’artisan et le symbole. A la Présidence des Cortes Constituantes, Besteiro, Professeur de Philosophie à l’Université de Madrid, incarnait, par son adhésion au PSOE en 1912, l’alliance des intellectuels et des ouvriers.

32Nous ne pouvons taire, d’autre part, notre dissentiment avec la façon dont sont traitées – ou plutôt maltraitées – deux des questions majeures que s’efforça de résoudre le gouvernement de centre gauche : la réforme de l’armée, la réforme agraire. On en parle en termes vagues sans préciser en quoi elles consistèrent. C’est fâcheux lorsqu’on sait que la première entretint le mécontentement des officiers en mettant nombre d’entre eux en retraite anticipée et en ôtant à la hiérarchie militaire et à ses tribunaux le privilège exorbitant – obtenu en 1906 – de juger des délits de presse.

33Quant aux « insuffisances » et à la lenteur de la réforme agraire, elles ne peuvent être imputées au seul « désintérêt des politiciens républicains », ni expliquer à elles seules « la désillusion des masses de sans terre ». La lenteur découla du souci qu’avait le gouvernement d’une République interclassiste de respecter la légalité : il n’y avait que l’extrême gauche pour exiger une expropriation révolutionnaire, c’est pourquoi les modalités et le montant de l’indemnisation furent l’objet de longs débats. Les limites furent celles imposées par une bourgeoisie agraire, celle des exploitants directs, à laquelle était lié Alcalá Zamora lui-même, et dont les représentants aux Cortes bataillèrent ferme afin de réduire le plus possible le nombre de propriétés utilisables pour y établir paysans pauvres et journaliers. Ils y parvinrent d’autant mieux que, la République ayant hérité d’une difficile situation économique et financière, la rigueur de sa politique budgétaire lui fit réviser à la baisse le nombre de bénéficiaires de la redistribution de terres.

34Reste qu’un instrument avait été créé avec l’Institut de Réforme Agraire et que celui-ci, grâce à la compétence et au dévouement de ses personnels, les ingénieurs agronomes en particulier, démontra que son action pouvait être efficace dès que les conditions étaient réunies. Ce fut le cas au printemps 1936 lorsque la pression des travailleurs et les initiatives du ministère de l’Agriculture se conjuguèrent et permirent l’attribution en quelques mois de plus de 500 000 hectares à plus de 100 000 travailleurs. S’il y eut un « printemps tragique », ce ne fut pas forcément pour ces derniers, mais plutôt pour les possédants dont les ténors de la droite, Gil Robles et Calvo Sotelo, se faisaient les hérauts au Parlement. Il est regrettable que les historiens prennent si souvent à la lettre leurs philippiques sans vérifier suffisamment la véracité des faits et des chiffres qu’elles avançaient.

35Les élections perdues par des gauches divisées, la politique de régression sociale menée par la coalition conservatrice, la radicalisation des positions qui l’accompagna de part et d’autre, une insurrection ouvrière – la « Commune des Asturies » – mal préparée et la lourde répression qui s’abattit sur le mouvement ouvrier, la victoire de justesse du Frente Popular, la montée de la violence sur laquelle misait l’extrême droite pour entretenir la tension, tel est l’enchaînement des faits retracé à la fin du chapitre 14.

36Le début du chapitre suivant nous interpelle : de toutes les guerres civiles vécues par les Espagnols, seule celle de 1936-1939 est passée à la postérité sous ce nom. Est-ce tellement surprenant ? Cette guerre à peine achevée, Azaña l’analysait à chaud et soulignait le fait inouï que « l’intervention armée d’états étrangers » sur le sol espagnol ait été voulue, et obtenue, par une « partie de la nation », qui s’arrogeait le monopole du patriotisme. C’est pourquoi, à l’étranger, on parle aussi de « guerre d’Espagne » pour signifier que le conflit se déroula bien sur le territoire de l’Espagne mais qu’il impliqua d’autres protagonistes que les Espagnols. Nullement déclenchée de l’extérieur, cette guerre s’internationalisa rapidement car, devant l’échec de leur pronunciamiento, les insurgés durent se procurer ailleurs les armements qui leur faisaient défaut ; tant il est vrai que les hostilités initiales mirent aux prises requetés de Navarre, troupes indigènes du Maroc, miliciens ouvriers peu aguerris qui se livrèrent alors « une guerre de pauvres ». L’inégalité des forces, incontestable, ne fut pas seulement quantitative : l’aide des états fascistes fut décisive autant par sa rapidité que par son ampleur et sa régularité.

37En face, l’aide soviétique en armements lourds fut non seulement plus tardive : son acheminement par le territoire français fut entravé pendant des mois et à plusieurs reprises par des dirigeants qui appliquaient à la lettre la non intervention, dirigeants auxquels, soit dit en passant, n’était pas réductible « la France du Front Populaire ». La solidarité ouvrière fut multiforme, faut-il le rappeler : l’engagement le plus visible, celui des jeunes gens qui combattirent dans les Brigades Internationales, ne doit pas occulter l’aide en nature fournie au peuple espagnol, visé dans les grandes villes par les bombardements aériens et qui voyait empirer ses conditions de vie et son moral baisser.

38On en conviendra : cette guerre fut éminemment « multiple » et admet donc une variété d’éclairages. Demeure l’essentiel : une interprétation de l’événement qui ne sacrifie pas à la lecture benoîte, encore trop répandue, qui renvoie dos à dos agresseurs et agressés et les rend également responsables des horreurs de la guerre. L’auteure du chapitre met clairement en évidence la rapidité avec laquelle l’Église catholique légitima le coup d’État en lui donnant le statut de Croisade antimarxiste, justifiée a posteriori par la persécution antireligieuse en zone républicaine et qui donne lieu, depuis, à des vagues de béatification de « martyrs » par le Vatican.

39Le caractère contre-révolutionnaire du coup d’État, énoncé par sa tête pensante, le général Mola, portait en lui la violence structurelle qui s’abattit sur tous les républicains : du terrorisme d’État en quelque sorte. La personnalité de l’officier supérieur qui incarnait le mieux l’esprit de l’armée coloniale, Francisco Franco Bahamonde, joua un rôle majeur pour asseoir la pleine unité de commandement en zone dite « nationale » et lui donner l’avantage sur le camp adverse : il marqua un point décisif sur le plan diplomatique lorsqu’en plein siège de Madrid son « gouvernement » fut reconnu par Hitler et Mussolini.

40Avouons-le : le développement sur « la révolution en marche » dans le camp républicain nous semble moins convaincant. Que le soulèvement militaire provoquât l’effondrement de l’État républicain et que ce « vide » fût comblé par une multitude de comités locaux, soit. Mais les uns, pluralistes, préfiguraient les municipalités, bientôt reconstituées, d’un Front Populaire élargi, et d’autres, idéologiquement plus homogènes, se rangeaient sous l’autorité d’exécutifs régionaux comme le Conseil d’Aragon anarchisant et le gouvernement nationaliste basque enfin doté d’un Statut d’autonomie. Par ailleurs, après quelques semaines d’inévitables flottements, ce furent des gouvernements à direction socialiste qui entreprirent la restauration d’un appareil d’État, notamment dans le domaine de la justice, ainsi que la construction d’une armée populaire dont le noyau – pourquoi le taire ? – était le 5e Régiment constitué à la hâte par le Parti Communiste et commandé par des officiers sortis du rang.

41Quant à la collectivisation, il est plutôt rapide – et un rien obscur – de prétendre qu’on y procéda « dans toute la zone républicaine » et d’ajouter aussitôt que ce fut « à des degrés divers et selon des modalités différentes dans chaque zone ». Or, des régions (le Pays basque), des villes (Madrid) y échappèrent et il eût fallu, pour le moins, distinguer les collectivisations industrielles, surtout catalanes, des collectivisations agricoles qui, elles, s’étendirent à toute la zone républicaine et qui, à leur apogée, se traduisirent par une redistribution de terres à grande échelle, environ 5 millions et demi d’hectares, enregistrés et validés par un Institut de Réforme Agraire revitalisé, terres qui furent loin d’être toutes exploitées collectivement.

42Comment ne pas revenir, enfin, sur des journées qui, en mai 1937, endeuillèrent Barcelone, couverte de barricades. Se réduisirent-elles à des affrontements sanglants entre frères ennemis, anarchistes et communistes ? La CNT, qui participait, ainsi que la Fédération Anarchiste Ibérique, FAI – « cerveau » du mouvement libertaire –, au gouvernement Largo Caballero, ne fut-elle pas débordée par des militants qui refusaient la transgression des sacro-saints principes ainsi que les contraintes imposées par la durée de la guerre ? La presse du POUM n’attisa-t-elle pas le feu avec le concours actif de groupuscules comme « Les Amis de Durruti » ? Le remplacement de Largo Caballero par Negrín ne fut pas seulement la reprise en main de l’ordre public en Catalogne ; ce fut aussi l’effacement des syndicats au profit des partis dans la conduite de la politique et, par conséquent, celle de la guerre : c’en était fini de la tentation du « gouvernement syndical » qui justifiait le « collaborationnisme » du mouvement libertaire.

43En conclusion de ce chapitre, il aurait été utile de distinguer le front de l’arrière : un front stabilisé des mois durant sur certains terrains d’opération et où les unités de l’armée populaire se livrèrent à des actions d’alphabétisation et d’agitation culturelle ; et, à l’arrière, une population qui, malgré privations et bombardements, s’efforçait de vivre comme en ont témoigné romanciers et reporters-photographes. Nécessaire de rappeler que l’esprit, l’intelligence universelle prit parti pour la République et qu’elle le manifesta hautement avec la participation de nombreux écrivains de renom, venus du monde entier, au congrès international de Valence en juillet 1937. « Événement quasi mythique », la Guerre Civile espagnole ? « Laboratoire, spectacle et représentation » de ce que les autres peuples allaient vivre, estimait Pierre Vilar qui, dans ses jeunes années, l’avait observée de près.

Dictature vs démocratie

44La troisième partie englobe le régime établi par les vainqueurs de la guerre et celui qui, après la mort de Franco, a fini par s’imposer : la démocratie parlementaire. La démocratisation comme moyen d’une modernisation réussie : telle pourrait être l’idée directrice des six chapitres qui composent cette partie.

45La construction de l’État franquiste – chapitre 16 – met en évidence la lenteur avec laquelle Franco institutionnalisa sa dictature et l’art avec lequel il s’adapta à l’environnement international : Seconde Guerre mondiale et guerre froide. C’est près de trente ans après la « victoire » que la Loi Organique de l’État paracheva l’édifice, constitué d’un empilement de textes hétéroclites, les « Lois Fondamentales » : celui-ci avait pour raison d’être de donner un vernis de respectabilité à un régime d’origine illégitime et de préparer l’avenir. Si bien « ficelée » fût-elle, cette pseudo-démocratie organique d’un royaume sans Roi, n’a pas survécu à celui pour qui elle était taillée sur mesure. C’est la monarchie qui est sortie gagnante au point que son titulaire, Juan Carlos ier , avait pu déclarer, au début de son règne, qu’elle incarnait la « continuité » historique. Autre élément de continuité dans le domaine des relations internationales : la relation bilatérale avec les États-Unis d’Amérique, périodiquement renouvelée jusqu’à nos jours, qui a permis à l’hyper puissance de disposer sur le sol espagnol, à la porte occidentale de la Méditerranée, de bases militaires, aériennes et navales, bien avant l’admission de l’Espagne dans l’OTAN.

46Après tout, l’objectif premier des franquistes n’était pas d’agir conformément au droit, il était de châtier les vaincus et d’asservir le peuple. Très justement, l’auteure s’étend sur les techniques d’encadrement des différentes catégories de la population : travailleurs, femmes, étudiants, jeunes – qui apparentent le franquisme à un système totalitaire. Elle met en lumière des aspects de la répression moins connus que les exécutions sommaires et les emprisonnements de longue durée, comme, par exemple, le travail forcé des détenus politiques sur de grands chantiers. Ont été révélés, depuis, les vols d’enfants : enlevés à leurs mères emprisonnées, ces enfants étaient « adoptés » par des familles politiquement sûres… À bien des égards, la dictature franquiste a préfiguré les dictatures latino-américaines du Cône Sud des années 1970-80…

47Il y eut aussi cette politique économique connue sous le nom d’« autarcie », clairement analysée, qui fut cause de restrictions, voire de disette, pour le peuple et source d’enrichissement pour les affidés du régime qui se livrèrent au marché noir ; sans parler de cette corruption généralisée qui n’a pas disparu, hélas, avec le changement de régime. Est fortement soulignée la mission assignée au « national-catholicisme » de façonner les consciences à l’école et de faire régner l’ordre moral par le prêche et l’imprimé. Le parti unique, la Phalange, vite dissoute dans un « Mouvement » moins idéologiquement marqué, joua sa partition dans la propagande officielle, utilisant tous les moyens d’expression, à commencer par les actualités cinématographiques du NO-DO à un moment où le spectacle populaire, et bon marché, qu’était le cinéma (deux films par séance !), n’était pas encore supplanté par la télévision.

48Même passive, la résistance populaire se manifesta assez tôt sous des formes diverses : guérilla dans les zones montagneuses, grèves dans les régions industrielles, agitation à l’Université. Avec la politique dite de développement – chapitre 17 –, les luttes ouvrières s’amplifièrent et s’organisèrent de façon originale par rapport à l’avant-guerre avec les Commissions Ouvrières surgies dans les entreprises et où se retrouvaient côte à côte communistes et chrétiens progressistes. Illégales, ces structures n’étaient pas pour autant clandestines, ce qui les distinguait des syndicats d’avant-guerre, interdits. Au même moment, soit dit en passant, s’amorçait en milieu intellectuel le dialogue entre catholiques et marxistes.

49Catholiques, l’étaient aussi les membres de l’Opus Dei appelés par Franco pour gérer l’économie. Suffit-il de les qualifier, après tant d’autres auteurs, de « technocrates » sans préciser ce qu’a signifié, et ce que signifie encore, l’Opus Dei en Espagne et, au-delà, en Amérique latine ? Créée par un prêtre espagnol, Mgr Escrivà, canonisé en un temps record, l’Œuvre a cette particularité d’être placée, tout comme la Compagnie de Jésus – autre création espagnole –, sous l’autorité directe du Pape, sans être néanmoins un ordre religieux mais une union de fidèles composée majoritairement de laïcs des deux sexes. Autant que d’une organisation fondée sur une sorte de partage des tâches entre ses membres, la force de l’Opus Dei procède de l’idéologie de la sanctification par le travail, qui suppose l’accomplissement des devoirs familiaux et sociaux. Avec l’Opus Dei, dont l’Université de Navarre concrétise sa fonction de formation des élites, on est loin de ces prêtres et évêques qui prirent leurs distances vis-à-vis du régime en prêtant assistance aux militants ouvriers et soutien aux langues basque et catalane. Ce statut privilégié de l’Oeuvre dans l’univers du catholicisme éclaire l’alignement de l’épiscopat espagnol sur la politique du Vatican.

50Le développement qui eut lieu dans les années 1960, avec croissance soutenue et hausse du revenu par habitant exceptionnelle, est indéniable ; il coïncida, rappelons-le, avec la fin des « trente glorieuses » en Europe. Toutefois, sans noircir le tableau, suivons l’invitation des auteurs à nuancer, pour relever que ce développement a été inégal sectoriellement et géographiquement du fait de la concentration des investissements étrangers dans certaines industries et régions ; que l’Institut National d’Industrie, INI, contribua à socialiser les pertes dans les Houillères – avant que le relais ne soit pris par l’Europe pour maintenir à flot un secteur déficitaire ; et que l’État poussa la construction navale sans trop se préoccuper de son avenir. Si le « décollage » industriel fut limité, le développement du tertiaire, lié en partie à l’essor du tourisme de masse, se caractérisa par son ampleur, favorisant l’accroissement des couches moyennes urbaines, apparentées par leur mode de vie au standard européen. De là à soutenir que la transformation de la société espagnole fut « totale », il y a une marge : en 1975, plus d’un actif sur cinq était encore dans l’agriculture et plus d’une ville de province restait pénétrée de ruralité aux yeux de l’observateur étranger. Ajoutons que l’absence de politique d’aménagement du territoire laissa les promoteurs immobiliers « bétonner » le littoral et ainsi défigurer les paysages. Un certain nombre de problèmes environnementaux que doit résoudre l’Espagne d’aujourd’hui font partie de l’héritage du franquisme.

51L’assassinat de Carrero Blanco, est-il souligné opportunément, marqua l’échec de la solution de rechange échafaudée par le dictateur vieillissant lorsqu’il nomma l’amiral Président du Gouvernement. Le régime qu’il incarnait ne lui survivrait pas, tant il est vrai que ce fut avant tout un régime de pouvoir personnel. Aussi, prolonger l’agonie du Caudillo s’avéra-t-il inutile. Désormais, un champ de possibles s’ouvrait devant le peuple espagnol.

52Une autre auteure examine, en trois chapitres, la transition démocratique, la consolidation du nouveau régime avec l’alternance socialiste, l’intégration dans l’Europe et ses répercussions économiques, sociales, diplomatiques.

53La transition démocratique l’a été doublement : le passage de la dictature à la démocratie s’est effectué par des voies démocratiques, celles de la « rupture négociée » – un oxymore – entre des néo-franquistes conscients de la nécessité de l’ouverture et des opposants antifranquistes qui percevaient l’impossibilité d’une révolution à l’ancienne, de celles qui jusque-là déclenchaient un changement rapide de gouvernement ou de régime. Un observateur français avait pu parler, à l’époque, de « lente rupture » – autre oxymore. Ce fut donc un processus assez long, présidé – l’ouvrage le met bien en lumière – par l’esprit de compromis et parfois critiqué pour cela. Il se déroula, néanmoins, sur une base claire : l’exigence de voir satisfaites les aspirations à l’amnistie, à la liberté, à l’autonomie exprimées par les forces démocratiques avec le soutien d’une mobilisation populaire qui parvenait à reconquérir la rue, l’espace public. Cette transition dut surmonter maints obstacles, en particulier une violence polymorphe par laquelle différents extrémismes prétendaient peser sur le cours des événements : on ajoutera à l’analyse très minutieuse qui en est faite les agressions contre des librairies – cible symbolique ! – réputées progressistes.

54Le point d’orgue de la période fut l’approbation à de très larges majorités, au Parlement et par référendum – d’une Constitution dont le caractère ouvert, évolutif, en ce qui concerne l’organisation territoriale de l’État, est mis en évidence. Contrairement à ce qui s’était passé en 1869 et en 1931, les constituants avaient pris leur temps et avaient beaucoup négocié en coulisse. Parmi les questions laissées « en suspens », celle de la place de l’Église catholique fut réglée, la Constitution à peine promulguée, par des « accords spécifiques » – toujours en vigueur – avec le Vatican, accords qui limitent singulièrement le caractère non confessionnel de l’État puisque celui-ci s’engageait à verser une dotation annuelle à l’Église et à subventionner ses établissements d’enseignement. Joli tour de passe-passe qui méritait d’être signalé.

55Le lecteur adhère à l’analyse de la crise que traversèrent au début des années 1980 une démocratie encore fragile et le parti hétéroclite qui en avait la charge, ainsi qu’à celle de ses facteurs, notamment le redoublement du terrorisme basque, cause de tension, de déstabilisation, hérité du franquisme, chancre de la démocratie nouvelle. L’échec de la tentative de coup d’État du 23 février 1981 eut pour conséquence imprévue la mise au pas de l’armée, condition préalable à sa professionnalisation. A terme, il prépara le « raz-de-marée » socialiste qui permit, pour la première fois depuis la fin de la guerre civile, l’alternance. Était-ce pour autant « la victoire des héritiers des vaincus » S’il s’en trouvait parmi les dirigeants socialistes d’alors, leur « leader charismatique », Felipe González, ne peut être tenu comme tel, et ce n’est pas seulement affaire de génération (exclu du PSOE au début de la guerre froide, Negrín y a été réintégré… en 2009 : en matière de réhabilitation, les records soviétiques sont largement battus).

56González avait fait ses premières armes en politique dans les rangs de la jeunesse chrétienne, il avait défendu comme avocat, à Séville, des syndicalistes poursuivis par la dictature, il avait évincé la vieille garde à la direction du PSOE, il avait fait admettre le pluralisme idéologique comme base de l’action de son parti. Autrement dit, il ne s’inscrivait pas dans la filiation d’une histoire presque séculaire, il regardait plutôt du côté de la social-démocratie allemande : de ce point de vue, il était très représentatif des nouvelles classes moyennes.

57L’action des gouvernements socialistes pendant près de quatorze années fait l’objet de deux chapitres : d’une part – chapitre 19 – une analyse évolutive qui passe en revue les phases successives, d’autre part – chapitre 20 – un bilan plus systématique des bénéfices escomptés et obtenus de l’entrée dans l’Europe.

58L’œuvre accomplie en une décennie de majorité absolue au Parlement est examinée à différents niveaux. Sur le plan politique, il faut, en effet, porter au crédit du PSOE la mise en œuvre de « l’État de droit, social et démocratique » stipulé par la Constitution, au premier chef la construction, controversée, de cet État des autonomies qui, reposant sur le transfert de compétences du centre vers les régions, a donné lieu à d’infinis marchandages en ce qui concerne l’allocation par l’État des moyens financiers et humains correspondants. Sur le plan économique, les effets de la politique dite d’ajustement ont été moins reluisants : l’inflation a été, certes, ramenée à un chiffre, mais le salaire réel a diminué ; des branches comme l’industrie automobile ont progressé mais, passées totalement sous contrôle du capital étranger, elles ont supprimé beaucoup d’emplois ; cette destruction, ainsi que l’entrée continue des femmes dans la vie professionnelle se sont conjuguées pour faire grimper le chômage à des taux extrêmement élevés en Europe : aujourd’hui encore, l’Espagne reste en queue de peloton.

59Sur le plan social, le « soutien des syndicats » n’a été ni entier, ni durable : faut-il rappeler qu’en moins de six ans, il y a eu, à l’appel de l’UGT et des Commissions Ouvrières, trois grèves générales, dont le but était de défendre une protection sociale de plus en plus rognée, bien qu’elle fût récente, et de limiter les effets d’une trop grande flexibilité du travail. Sur le plan éducatif, il y eut des avancées, dans un cadre de plus en plus décentralisé, mais la résorption tardive d’un analphabétisme résiduel, les grandes disparités de l’implantation universitaire sont à mettre en rapport avec un taux de lecture extrêmement bas pour un pays développé.

60Les « difficultés grandissantes » d’une majorité devenue relative – chômage, corruption, terrorisme – sont clairement exposées : elles révèlent la perte d’hégémonie du socialisme réformiste tandis que, sous la conduite d’un nouveau leader, le Parti Populaire, principale force d’alternance, recentrait son discours afin d’incarner une droite civilisée.

61Le bilan de la modernisation engagée dans le cadre de l’Europe et de sa monnaie unique est, dans l’ensemble, flatteur ; il se voit, toutefois, très atténué par la conclusion sur le « rattrapage incomplet » du retard de l’Espagne. De fait, son économie n’est pas aussi « compétitive » qu’on le prétend car trop dépendante, sur le plan technologique, de l’étranger, certains allant même jusqu’à parler de « colonisation ». Avec son chômage de masse et sa forte immigration, l’Espagne nous apparaît comme un concentré des contradictions du capitalisme actuel. On nous objectera son rayonnement extérieur : il tient beaucoup à une politique culturelle volontariste qui œuvre à la promotion de la langue – en l’occurrence, le castillan : 400 millions de locuteurs au monde – et utilise, à cet effet, les technologies nouvelles, ce qui stimule le développement des industries culturelles.

62Avec le chapitre 21 : « Culture et société : de la dictature à la démocratie » – écrit par le troisième auteur –, nous avons un chapitre exceptionnel dans l’économie générale de l’ouvrage. La culture y est abordée dans son rapport à la politique et à la psychologie collective, ce qui en soi est légitime, mais suscite, on va le voir, des interrogations. Un développement touffu passe en revue les formes diverses par lesquelles s’affirme une « culture de résistance » face à la culture officielle. Mais, en dehors des milieux intellectuels, quelle influence exercent, par exemple, les revues dissidentes de phalangistes repentis ? Et quelles sont les pratiques culturelles du plus grand nombre pendant les années noires du franquisme ? L’exercice de l’esprit critique et le besoin de divertissement allaient-ils toujours de pair ?

63Il est également question dans ce chapitre de littérature et plus précisément du genre le plus prisé du public, le roman, dont on montre qu’il évolue au diapason de la sensibilité collective. Pourquoi pas ? Mais, à ce compte-là, le chapitre sur « la société romantique » aurait pu justifier son titre en rappelant l’attrait qu’exerçait l’Histoire sur les romanciers, les dramaturges et les peintres au milieu du xixe siècle. Le chapitre sur la Restauration pouvait faire droit au roman réaliste de la fin du xixe siècle, fine radiographie d’une société tiraillée entre tradition et modernité, avec des personnages féminins, telles la Fortunata de Galdós et la Regenta de Clarín, recherchant à tâtons la voie de leur émancipation et qui valaient bien quelques lignes à côté des longs paragraphes détaillant les associations pré-féministes de la Catalogne des années 1900. Les historiens font-ils si peu de cas de la littérature, envisagée non comme source, ni comme « reflet », mais comme composante d’une société ?

64Trois pages sont consacrées au phénomène limité dans l’espace et le temps qu’a été la movida. N’est-ce pas disproportionné ? Il se peut que la culture de l’éphémère répandue dans une jeunesse revenue de tout ait été spontanée et que son « fonds tragique » ait exprimé l’incertitude du lendemain. N’aurait-elle pas été instrumentalisée par un maire aussi soucieux de sa popularité que nostalgique des sympathies libertaires de sa jeunesse ? En aurait-on parlé autant si elle n’avait été popularisée par des médias friands de pittoresque ? Pedro Almodóvar ne fut que l’interprète momentané, et talentueux, d’une variante de culture underground mêlant sexe et drogue : il l’a transcendée depuis.

65Avant l’épilogue – qui aurait pu présenter un bilan sommaire des huit années Aznar –, le dernier chapitre aborde une question de plus en plus présente dans la conscience des Espagnols, celle de « la récupération de la mémoire historique ». En clair, il s’agit pour les descendants des vaincus de la Guerre Civile de faire toute la lumière sur les circonstances dans lesquelles leurs aïeux ont disparu et leurs cadavres jetés dans des fosses communes. Des associations se sont créées afin de localiser ces fosses et d’en exhumer, après identification, les dépouilles des victimes, ce qui permet ensuite de leur donner une sépulture digne. La transition avait jeté un voile pudique sur ce passé douloureux, les enfants ayant fini par intérioriser le silence auquel les avait réduits la dictature. Ce passé enfoui n’était pas, pour autant, oublié et s’il a refait surface, au propre et au figuré, c’est surtout à l’initiative de la génération suivante qui osait, enfin, prendre la parole : une donnée sociologique sans doute aussi déterminante, si ce n’est plus, que le succès de tel ou tel best-seller. Un signe avant-coureur avait été l’accueil chaleureux réservé en 1996, quelques mois après l’entrée en fonctions du Président Aznar, aux vétérans des Brigades Internationales. Quoiqu’il en soit, la « guerre des mémoires » qui s’en est ensuivie – et à laquelle ne se mêle pas le gouvernement socialiste actuel – constitue une bataille idéologique qui montre que le franquisme n’est pas tout à fait mort…

Un ouvrage inégal

66Le livre refermé, l’universitaire retraité, qui a le loisir d’en faire une lecture suivie, se demande d’abord s’il constitue un bon outil pour les apprentis chercheurs de master et de doctorat auxquels il est en principe destiné.

67Outre les encadrés signalés, l’appareil scientifique comporte 14 cartes, quelques-unes visualisant les opérations militaires dans les plus importants conflits, d’autres des aspects administratifs, économiques, démographiques. En raison du noir et blanc, la carte sur les élections municipales d’avril 1931 n’est pas très lisible et, sur celle qui montre l’Espagne des autonomies, il manque les villes autonomes de Ceuta et Melilla. On ne trouve ni chronologie, ni liste de sigles.

68La bibliographie, sur 13 pages, est fournie. Il manque toutefois des ouvrages, donc des auteurs, indispensables (nous bannissons le terme, galvaudé, de fondamentaux), ne serait-ce que Jaume Vicens Vives – on vient de célébrer le centenaire de sa naissance – pour son Historia de España y América social y económica (c’est tout de même lui qui a introduit l’Ecole des Annales dans l’historiographie espagnole !), et Pierre Vilar pour son ouvrage magistral – un classique ! – La Catalogne dans l’Espagne moderne. Plus généralement, cette bibliographie serait plus utile si elle distinguait les ouvrages de référence – issus le plus souvent de travaux de recherche – des livres de vulgarisation que le lecteur averti reconnaît à leurs éditeurs.

69Les aspects formels ne sont pas secondaires : ils appellent quelques observations. Ce n’est pas sacrifier à un académisme tatillon que de relever au fil des pages trop de coquilles malencontreuses, trop de mots espagnols transposés mécaniquement – de ces « hispanismes » contre lesquels nous mettons en garde les étudiants, parfois aussi – c’est heureusement plus rare – des phrases inutilement contournées. La langue française ne mérite-t-elle pas plus d’égards de la part d’historiens reconnus ? Sa maîtrise ne participe-t-elle pas d’une écriture attrayante de l’Histoire ? C’est la responsabilité partagée de l’éditeur, du coordinateur et des auteurs d’arracher les mauvaises herbes en vue d’une éventuelle réédition.

70Venons-en au fond. Il est clair que le politique a été privilégié. La part plus faible faite au social se reflète dans la bibliographie, pauvre en références sur les mouvements sociaux, notamment ceux de l’Espagne rurale. Même si l’histoire sociale est aujourd’hui moins cultivée qu’elle ne le fut naguère, devrait-on admettre que des ouvrages datant d’une vingtaine d’années, voire plus, soient désormais périmés ? Autrement dit, devrait-on se soumettre, dans le domaine scientifique, à la dictature du marché qui impose toujours plus de produits nouveaux au détriment de biens durables ? Ou bien, le petit jeu des références croisées est-il devenu le lot commun d’universitaires soucieux de leur carrière ?

71Bref, il s’agit d’un ouvrage stimulant par endroits mais assez inégal, et c’est compréhensible : il ne suffit pas de réunir talents et compétences pour donner cohérence à un ouvrage collectif dont l’élaboration requiert forcément du temps. Les deux notions récurrentes qui parcourent et sous-tendent ces 300 pages – modernisation et normalisation – peuvent difficilement rendre compte du sens général de l’époque contemporaine.

72Le premier s’applique surtout au terrain de l’économie, appréhendé presque exclusivement au moyen des grands indicateurs statistiques : est-ce le seul critère pour repérer les signes de modernité ? Est-ce un pays moderne celui qui crée un néologisme pour désigner les salariés qui ne gagnent pas plus de mille euros par mois ? Moderne, un pays de propriétaires où les jeunes gens, faute de trouver un logement abordable, continuent d’habiter au domicile de leurs parents jusqu’à un âge avancé ? Moderne, ce pays où un juge d’instruction est poursuivi par d’autres magistrats pour avoir tenté de faire respecter une loi de réparation en faveur des victimes du franquisme et de leurs ayant-droits ?

73Normalisation renvoie plutôt au politique et son usage pose encore plus de questions. Mieux vaudrait dire : standardisation, voire homogénéisation. Normalisation évoque trop la guerre froide et l’alignement des pays de l’Est sur le grand frère soviétique. Au demeurant, si la normalité du psychisme humain est discutée par les spécialistes, qu’en est-il de celle d’une société ? Un exemple : des passages du livre laissent entendre que le bipartisme serait par excellence le moyen de normalisation d’une situation politique. Faisons un peu d’histoire comparée et demandons-nous où donc en Europe ce système fonctionne de façon aussi idéale.

74Ce commentaire peut paraître sévère. On connaît le proverbe : qui aime bien châtie bien. Partisans du libre débat, c’est très volontiers que nous accorderons droit de réponse aux auteurs de cette Histoire de l’Espagne contemporaine sous la forme qu’ils estimeront la plus appropriée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Maurice, « Jordi Canal (dir.), Sophie Baby, Jean-Philippe Luis, Stéphane Michonneau et Mercedes Yusta, Histoire de l’Espagne contemporaine de 1808 à nos jours. Politique et société », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 18 février 2011, consulté le 30 mai 2017. URL : http://ccec.revues.org/3549

Haut de page

Auteur

Jacques Maurice

Professeur honoraire, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org