Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Michel Porret (dir.), Objectif bulles. Bande dessinée et histoire

Danielle Corrado
Référence(s) :

Genève, Georg, Collection L’Equinoxe, 2009, 214 p.

Texte intégral

1Le titre choisi par Michel Porret donne la mesure de la double ambition qui préside la construction de cet ouvrage collectif. Objectif bulles convoque non seulement un des personnages incontournables de la bande dessinée mais également un créateur qui s’inspire de l’actualité historique quand il ne l’anticipe pas. Bande dessinée et histoire définit le champ assigné à la réflexion sur un media à la situation paradoxale entre reconnaissance médiatique et nécessité de légitimation culturelle. Dans son propos introductif M. Porret s’attache à l’histoire comme objet de la bande dessinée – de langue française pour l’essentiel –  depuis son exploitation pédagogique et patriotique à des fins d’exemplarité dans les années 40-50 jusqu’à l’avènement d’une bande dessinée historique adulte qui fait écho aux évolutions de l’historiographie dans les années 70 ; les récits événementiels laissent alors la place à « une mise en perspective problématisée de structures et des conjonctures ainsi que des mentalités (32) ».

2Regrettant un conformisme culturel qui écarte encore trop souvent les albums de bande dessinée des bibliothèques universitaires, M. Porret a invité onze chercheurs à mettre en pratique une lecture des représentations de l’histoire telle qu’elle apparaît au fil des vignettes.

3Du Moyen-Âge à l’ère atomique, de la figure christique à Jack l’Eventreur, des Incas au Génocide juif, de la gaillarde résistance gauloise à l’humour amer des dessinateurs de l’après-guerre civile espagnole, les différentes contributions donnent la mesure de la variété des thèmes, des époques qui ont nourri la créativité des auteurs de bande dessinée du xxe siècle. Le projet d’ensemble ne vise pas une impossible exhaustivité mais à réaliser des plongées méthodiques et documentées dans des œuvres ou des corpus emblématiques.

4Explorant les enjeux de la transposition de l’actualité dans l’antiquité burlesque d’Astérix, S. Farré dévoile une projection métaphorique de la collaboration et des interrogations identitaires qu’elle engendra dans la société française. À travers les albums des Schtroumpfs, A. Corbellari explore la prégnance de l’imaginaire médiéval dans la bande dessinée en consonance avec l’évolution de l’historiographie. À côté des figures incontournables de la bande dessinée francophone, des lectures thématiques interrogent les choix et intentions des multiples réécritures de la figure du Christ nourries des représentations contemporaines (A. Boillat), ou analysent le thème de l’enfermement comme prisme révélateur de la société des années 30. Les conséquences des conflits majeurs du xxe siècle sont abordées à travers les interrogations que suscite la mise en images du Génocide par Mauss (Y. Schubert) ou les codes et les significations de la représentation du péril nucléaire (M. Porret).

5Les analyses de corpus tracent également les contours d’une histoire culturelle de la bande dessinée et de ses enjeux, depuis la recherche des origines (Ph. Kaenel) jusqu’à la métaréflexion sur le processus critique (O. Roche). L’enquête policière d’un Moore sur les traces de Jack l’Eventreur se double d’une interrogation épistémologique sur les rapports entre histoire et fiction (D. Chaperon) et le thème du Génocide pose la question de la thématisation de l’extermination et de l’accompagnement paratextuel tels qu’exposés par Y. Schubert.

6Deux contributions s’attachent plus particulièrement à l’aire hispanophone. Philippe Marguerat consacre son étude aux albums de Tintin en Amérique Latine en interrogeant le regard politique porté par Hergé sur un continent dont la représentation se concentre pour l’essentiel sur les révolutions militaires et les communautés indiennes. Analysant les sources documentaires d’Hergé, Marguerat met en exergue l’approche ethnologique respectueuse d’Hergé dans L’Oreille cassée et Le Temple du soleil, deux albums qui révèlent un souci de réalisme historique en présentant d’une part des sociétés indiennes plus harmonieuses que celle des blancs civilisés qui la menacent et d’autre part en établissant une continuité idéologique entre la conquête espagnole et les spoliations économiques et scientifiques du xxe siècle. Les albums consacrés à l’Amérique latine témoignent de l’évolution d’Hergé depuis le paternalisme des albums des années 30 vers une empathie avec les victimes de l’Histoire. La vision politique est également présente, perceptible dans les dénonciations relevées par Marguerat : ingérence et prédation économique des compagnies étrangères favorisent la militarisation et les régimes dictatoriaux (Tintin et les Picaros) tout en imposant des modèles sociaux-économiques européens au détriment des cultures nationales et du peuple. L’intérêt de l’analyse de Marguerat est de mettre en regard la représentation d’Hergé et les données historiographiques tout en dégageant la vision politique d’Hergé qui, à travers les aventures latino-américaines de son héros-reporter pose un regard humaniste et désenchanté sur les hommes et leurs modes de relations. Un humanisme « bon teint » nous dit Marguerat qui récuse les extrêmes et se défie des idéologies.

7Dans l’Espagne franquiste, le tebeo constitue un objet pertinent pour l’analyse de cette période historique. C’est la perspective adoptée par Viviane Alary pour analyser trois types de bandes dessinées populaires dans les années 1940-1960 et qui sont le fruit d’une « convergence entre intérêts éditoriaux et idéologiques ». La signification du héros d’aventure, dont le prototype est El Guerrillero del Antifaz, est à saisir dans un contexte d’autarcie politique et économique justifié par la présence d’un ennemi non plus réel mais imaginaire qui légitime le régime. L’évolution de ce tebeo sous l’influence de la bande dessinée nord-américaine, de la censure et des contraintes éditoriales est tout aussi significative de l’époque de production. Ainsi, en dépit d’une modernisation formelle, les héroïnes de la bande dessinée féminine abondent la représentation de la femme cantonnée à son foyer et relais des valeurs prônées par le régime. Reflet des problèmes du quotidien des Espagnols, le tebeo humoristique constitue un reflet de la distorsion entre le bien-être décrété par le discours officiel et la réalité vécue. L’analyse de V. Alary s’enrichit d’une intéressante prise en compte du rôle de la censure peu soucieuse de ces bandes dessinées jugées récréatives et donc peu préoccupantes…


*

8Si chaque contribution présente un intérêt singulier, l’ouvrage dans son ensemble offre un fertile croisement de thèmes et de réflexions sur les relations entre fiction et histoire et sur la spécificité d’un media qui offre plusieurs niveaux de lecture. En interrogeant les relations entre neuvième art et histoire, l’ouvrage montre que la bande dessinée est tout à la fois le reflet du moment, des codes et des mentalités qui ont présidé à sa création et un agent de la diffusion des représentations de l’histoire.

9Outre les bibliographies consistantes, le volume propose des illustrations fort utiles en ce qu’elles contribuent pour une bonne part à rendre concret le dialogue avec le texte analytique tout en suscitant le désir de lire, de relire et d’explorer cette forme d’expression encore trop facilement reléguée à la catégorie réductrice d’art récréatif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danielle Corrado, « Michel Porret (dir.), Objectif bulles. Bande dessinée et histoire », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ccec.revues.org/3546

Haut de page

Auteur

Danielle Corrado

Maître de conférences
Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand-II, CELIS (Centre de Recherches sur la Littérature et la Sociopoétique)

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org