Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Habilitation à diriger des recherches

Pensée politique, sociologie, franquisme  et Transition

La tentation de l’expertise sociale
Pensamiento político, sociología, franquismo y Transición
Serge Buj

Notes de l’auteur

HDR obtenue le 2 octobre 2010, Université Paris-IV Sorbonne, soutenue devant un jury composé de Mesdames les Professeures Danièle Bussy Genevois (Université Paris-VIII) et Christine Delfour (Université Paris-Est Marne-la-Vallée), et de Messieurs les Professeurs Paul Aubert (Université de Provence Aix-Marseille-I), Antonio Elorza (Universidad Complutense, Madrid), Michel Ralle, garant (Université Paris-iv Sorbonne) et Miguel Rodriguez (Université Paris-IV Sorbonne).

Texte intégral

1Le second franquisme est une période de l’histoire sociale espagnole qui est loin d’avoir livré tous ses secrets. S’achevant avec la mort du chef de l’État en titre dont la légitimité avait toujours été mise en question par les défenseurs de la légalité de l’État républicain, il s'acheva par une période que les historiens et la vox populi espagnole ont appelée la Transition démocratique.

  • 1  Thèse dirigée par Monsieur le Professeur Michel Ralle et soutenue le 4 décembre 2004 à l’Universit (...)

2Dans notre travail précédent1, nous avons montré que, dans le cadre académique des études de droit, un vrai débat s’était instauré dès la fin des années cinquante dont le but était d’envisager de nouvelles formes institutionnelles pour l’étape prévisible de l’après-Franco. Mené dans le désordre à l’intérieur des faibles espaces de dialogue que le régime autoritaire laissait ouverts, ce débat fut animé, riche en propositions de toutes sortes et ne fut pas exempt de visées politiques aussi différentes les unes que les autres : revenir au statut légal républicain, maintenir les institutions franquistes et l’appareil légal franquiste, restaurer une monarchie de type « nordique ».

3Les juristes espagnols, et parmi ceux-ci, les universitaires, avaient constitué depuis le xixe siècle le vivier d'hommes d’État et des hauts fonctionnaires de l’Espagne. Cette situation n’avait pas changé pendant la longue période de la dictature. Aussi leurs voix, leurs opinions prirent-elles un tour stratégique quelles qu’aient été leurs divergences. Ils furent les artisans du changement, un changement que l’on peut juger de différentes façons : technique, puisqu’il s’agissait de prévoir un nouveau système de lois et d’institutions ; politique, puisque l’enjeu était de savoir si des formules telles que celle « la démocratie limitée » pouvaient être acceptées par le peuple. La Transition mit en place un appareil de lois (en tout premier lieu une Loi électorale puis une Constitution) qui reconnaissait dans sa plénitude le libre exercice des droits et des libertés fondamentales et qui mettait en place un modèle d’État particulier tenant compte des aspirations manifestées, celles d’une Espagne reconnaissant sa diversité culturelle et historique.

4A partir du début des années cinquante, après les juristes, nous avons fait le choix d'examiner le rôle joué par les sociologues dans les termes du changement intervenu. Leur rôle, plus en retrait que celui des juristes, consistait à mettre leur expertise au service des gouvernants, leur capacité d’analyse des phénomènes sociaux, l’opérativité des outils dont ils disposaient pour proposer une image de l’Espagne la plus juste possible et permettre aux politiques de mieux choisir les orientations de cette nouvelle politique.

  • 2  «Balmes se resiste a pasar la página de la historia; no sólo porque desde muy joven se había educa (...)

5Pour étudier leur rôle dans cette période de transition, il était nécessaire de remonter quelque peu dans le temps pour comprendre sur quel socle d’idées la sociologie espagnole réapparaissait au sein de l’Université au début des années cinquante après quinze années d'éclipse totale, mesurer le degré de méfiance de cette discipline manifesté par l’idéologie officielle et saisir commet les premières générations de sociologues espagnols, ont pu, au début des années soixante, introduire dans les enseignements et dans la recherche sociologique, les outils et les concepts d’une sociologie empirique qui les éloigneraient de la sociologie à fort contenu philosophique, la sociologie de la connaissance, celle des précurseurs. Ces précurseurs, à l’image de Severino Aznar, mais aussi des premiers sociologues en titre, étaient issus des études de droit. Ils manifestaient une forte réticence face à la théorie comtienne, face au positivisme théorique ou pratique, et de manière générale face à la sociologie pratiquée au-delà des frontières de leur pays. Ils étaient imprégnés d’une idée sociale développée par ceux qu’ils considéraient encore comme les premiers sociologues espagnols, Juan Donoso Cortés et Jaime Balmes, qui, même s'ils ne dédaignaient pas l'étude des faits sociaux (dans des registres radicalement opposés), ne considéraient pas cette approche comme une science mais plutôt comme une lecture raisonnée de la création divine2. Ils souhaitaient surtout maintenir une forte coupure épistémologique avec les premiers sociologues espagnols de la fin du xixe siècle et du début du xxe qui avaient été les passeurs d'une forme de matérialisme de la pensée sociale (Adolfo González Posada, Gumersindo Azcárate). Aux yeux des initiateurs de cette refondation, ces derniers étaient trop proches d'une vision évolutionniste de l'humanité, contraire aux canons chrétiens qu'ils entendaient imposer aux nouvelles études sociologiques.

  • 3  Catégorie sociologique qui pose toujours quelques problèmes si l’on en croit le sociologue françai (...)

6C’est en 1954 que fut créée au sein de l’Université de Madrid la première chaire de sociologie. Enrique Gómez Arboleya, son titulaire, était issu de la tradition philosophique d’une sociologie de la connaissance3, alimentée par une bonne connaissance des premiers sociologues dont il est fait mention, mais aussi par l’œuvre des grands auteurs de la néoscolastique espagnole (Francisco Suárez, en particulier).

7A la fin de sa courte carrière (il décède en 1959), Gómez Arboleya prit un virage surprenant et choisit de laisser le champ libre aux études empiriques et à la diversité des méthodes d’approche de la réalité sociale. Ses élèves, dont la formation de base était le droit, avaient pu, grâce à une relative ouverture vers le monde extérieur, se former aux méthodes de l’École de Chicago (ce fut le cas de Salustiano del Campo, de Juan José Linz ou même de Luis González Seará) et à celle des épigones et dissidents de l’École de Francfort (c’est le cas de Carlos Moya Valgañón). Après quelques années d’incertitude, de nouvelles chaires de sociologie furent créées entre  1962 et 1970, donnant à cette discipline une visibilité qu’elle n’avait jamais eue jusqu’alors.

8La position d’experts était familière aux juristes. Comme l’essentiel de la première génération de sociologues espagnols, celle qui accéda aux chaires créées au cours des années soixante, était familiarisée avec cette donnée, c’est donc tout naturellement qu’elle prétendit à un rôle similaire dans le domaine de l’étude sociale. Dès 1953, Francisco J. Conde, Jesús Fueyo et José Antonio Maravall avaient déjà prévu cette possibilité.

9Ce qui avait facilité leur prétention ne relevait pas d’un droit « naturel » à l’expertise, mais plutôt du vécu de ces premières années soixante qui voyaient l’Espagne vivre une forte croissance économique et voyait aussi se détruire à grande vitesse le tissu social d’une société à  prédominance encore rurale au début de la décennie. L’Espagne craquait dans ses coutures, les villes devenant de nouveaux foyers de précarité, les campagnes se transformant avec brutalité en déserts humains. L’appétit de « vie bonne » avait conduit aussi une classe moyenne productive (artisans, boutiquiers) à s’enrichir. Elle passait au degré supérieur dans sa demande de reconnaissance, avec une demande de pouvoir et de connaissance. L’entrée de ses enfants à l’Université en fut une traduction, ils furent pour nombre d’entre eux les promoteurs des changements disciplinaires. Il fallait disposer de nouveaux instruments de mesure de la société pour en enregistrer non seulement le pouls mais aussi les aspirations.

10Notre travail a donc consisté à examiner, à partir de textes des sociologues eux-mêmes ou de leurs précurseurs, selon quelles procédures, avec quelles nuances de la pensée, la sociologie s’est imposée comme vivier d’experts aux côtés des politiques. Nous examinons cette relation dès les débuts d’une nouvelle pensée sociologique attestée en Espagne vers la fin des années quarante du xxe siècle jusqu’aux prémices de la Transition.

11Nos sources comprennent les ouvrages théoriques que les sociologues espagnols ont pu rédiger, mais ces derniers sont tardifs, ils ne commencent à paraître dans le champ éditorial qu’à partir de la fin des années soixante. Notre fonds est surtout constitué par un corpus important d’articles qu’ils ont pu publier essentiellement dans les revues telles que Cuenta y Razón, Revista Española de Investigaciones Sociológicas, et surtout la revue éditée par l’Institut des Études Politiques, Revista de Estudios Políticos. Leur choix est lié à différents critères dont le principal est relatif au cœur même de la question soulevée : traiter du rapport entre politique et société. Ensuite ces articles abordent tous des questions de fond touchant à la doctrine sociologique, à son rapport avec l'empirisme et le travail de connaissance du réel, et enfin, la place de la sociologie dans le monde académique. Tous ces textes publiés entre 1940 et 1977, constituent un corpus de textes assez souvent oubliés qui méritaient d’être relus et mis en perspective à la lumière de l’histoire récente de l’Espagne. D'autant que la sociologie espagnole, quel que soit le terreau particulier sur lequel elle a retrouvé droit de cité dans l'Université, terreau bien singulier puisque assorti d'un contrôle idéologique constant, a tout de même développé les mêmes symptômes que les sociologies nationales les plus développées, celle d'une authentique crise existentielle, liée au passage du statut de « science des sciences de l'humain » à celui de discipline universitaire, de celui de « science de la totalité humaine » – aussi bien dans son inspiration comtienne que marxiste – à celui de science fragmentée, science auxiliaire du politique. Cette crise provoquera certaines formes variées de repliement sur soi: reniements (c'est le cas du sociologue des questions urbaines Manuel Castells), retour vers une sociologie plus philosophique (Carlos Moya Valgañón) ou désenchantement idéologique (Salvador Giner, Ramón Cotarelo).

12Pourquoi la sociologie, dans son rôle d’expertise, n’a-t-elle pas eu la même aura, le même prestige que l’expertise économique au cours de ces dernières décennies – prestige écorné tout de même par les récents développements de la crise financière ? Pourquoi s’est-elle perdue, en renonçant à sa capacité critique, dans la vente ou location de services ?

  • 4  José María Maravall, Trabajo y conflicto social, Madrid, Ed. Cuadernos para el diálogo, 1968.

13La réponse doit être pesée, mais il est évident que c’est parce que le modèle de rechange  qu’évoquait José María Maravall en 1968 dans Trabajo y conflicto social4 n’a jamais existé. Il y a eu en Espagne un vrai « modelo de recambio » institutionnel, mais son fondement consensuel a permis aussi que le nouveau modèle social espagnol soit mis sous le boisseau. C’est peut-être alors que la sociologie espagnole, déjà en pleine crise conceptuelle, est entrée dans une crise existentielle.

14Pour répondre à la question que nous nous posions au début de notre travail, celle qui tentait de peser, à travers la refondation académique de la sociologie pendant le franquisme, les manifestations de la tentation de sa transformation en science du diagnostic et de la prescription sociale dans une perspective de changement, nous pouvons avancer que nous n’avons fait qu’explorer les prémices d’un échec. Il est nécessairement partagé, n’est pas exclusif de cette science du tout social, il implique d’autres acteurs, d’autres sciences humaines. La question reste encore ouverte, notamment à propos de l'histoire et de l'économie comme sciences du diagnostic sociétal et de son interprétation.

  • 5  María Antonia García De León Álvarez, Para una historia de las disciplinas académicas. El caso de (...)

15Pour ce qui concerne l’avenir de la sociologie elle-même, on sent que ses acteurs espagnols contemporains sont désemparés et attendent des jours meilleurs, c’est ce que semblait indiquer, avec prudence, la sociologue María Antonia García de León Álvarez :  « Las aguas están agitadas. Habrá que volver a revisar el estado de la sociedad y, por ende, de la sociología española, pasado un tiempo5 ».

  • 6  José Félix Tezanos, «Todos somos economistas», Temas para el debate (Madrid), n° 168, novembre 200 (...)
  • 7  «…avispados expertos en «ingeniería financiera» – ¡menuda palabreja! – que se dedicaban a ilustrar (...)
  • 8  José Luis Gómez y Patiño, Puntoycoma, Boletín de los traductores españoles de las instituciones eu (...)

16En 2008, sur un ton plus polémique6, José Félix Tezanos dénonce l’apparition depuis quelques années d’« une sorte d’expertise » étroite, dont l’objectif est uniquement de clouer le bec à quiconque critique les recettes en usage, ou qui tente d’attirer l’attention sur certains signes sociaux alarmants. Il élargit sa critique en remarquant que, où que l’on aille, on se retrouve face à des experts de fortune qui diagnostiquent volontiers les maux de la société et prônent toutes sortes de remèdes. La crise a montré comment ces experts ont lamentablement échoué dans leur rôle prédictif. D’ailleurs, conclut-il, l’expert ne sert plus à rien puisque les experts sont au pouvoir et que ce qui compte c’est le pouvoir politique. Naturellement, il ne s’en prend pas aux experts sociologues ou aux politologues mais aux experts financiers, désignés comme responsables de n'avoir pas prédit la crise que traverse l’Espagne depuis ces dernières années7. En quelque sorte, il jette l'eau du bain de l'expertise mais sauve son bébé, la sociologie, pour employer une formule très appréciée par les sociologues allemands et français et qui peut trouver sa traduction espagnole à partir d'une référence évangélique: «arrancó la cizaña y recogió el trigo en su granero8» .  

Haut de page

Notes

1  Thèse dirigée par Monsieur le Professeur Michel Ralle et soutenue le 4 décembre 2004 à l’Université Paris-iv Sorbonne: Tardofranquismo, État et Institutions. Données et enjeux du discours politico-juridique (1959-1969).

2  «Balmes se resiste a pasar la página de la historia; no sólo porque desde muy joven se había educado en un seminario y, de algún modo, formaba parte de ese mundo en retroceso, sino también debido a su talante conservador contrario a la exageración de lo nuevo y al conflicto», María Esther Blázquez Bejarano, Aspectos básicos de la mentalidad sociológica de Jaime Balmes, thèse de doctorat, Universidad Complutense de Madrid, 1998, p. 387. URL: http://eprints.ucm.es/2006/.

3  Catégorie sociologique qui pose toujours quelques problèmes si l’on en croit le sociologue français Raymond Boudon qui lui préfère celle de sociologie des idées: «Une idée peut être vraie ou fausse, alors qu’une connaissance fausse est un oxymore», Boudon, Raymond, La sociologie comme science, Paris, Éditions La Découverte, 2010, p. 53.

4  José María Maravall, Trabajo y conflicto social, Madrid, Ed. Cuadernos para el diálogo, 1968.

5  María Antonia García De León Álvarez, Para una historia de las disciplinas académicas. El caso de la sociología en España (1940-1990), Madrid, Revista Complutense de Educación, Vol. 5, Ediciones Complutense, 1994, p. 171.

6  José Félix Tezanos, «Todos somos economistas», Temas para el debate (Madrid), n° 168, novembre 2008, p. 5-6.

7  «…avispados expertos en «ingeniería financiera» – ¡menuda palabreja! – que se dedicaban a ilustrar confusamente al común de los mortales sobre la más imaginativa manera de sacar los máximos rendimientos a los recursos dinerarios». Idem, p. 5.

8  José Luis Gómez y Patiño, Puntoycoma, Boletín de los traductores españoles de las instituciones europeas, n° 99, juillet-septembre 2006,
http://ec.europa.eu/translation/bulletins/puntoycoma/numeros.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Buj, « Pensée politique, sociologie, franquisme  et Transition », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/3478

Haut de page

Auteur

Serge Buj

Maître de Conférences, Université Denis Diderot Paris-VII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org