Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Thèses

Analyse critique du discours sur le Groupe Antiterroriste de Libération dans la presse française et espagnole (1983-1986)

Análisis crítico del discurso sobre los GAL en la prensa francesa y española (1983-1986)
Ludivine Thouverez

Notes de l’auteur

Thèse réalisée en régime de cotutelle sous la direction de Gérard Brey (Université de Franche-Comté, Besançon) et de Xavier Giró (Université Autonome de Barcelone) et soutenue le 30 octobre 2010 à Barcelone. Cette thèse a été primée par la Fondation Varenne pour la Presse et la Communication, puis remaniée et publiée sous le titre Violence d’Etat et médias. Le traitement informatif du GAL dans la presse française et espagnole de référence (1983-1986), Paris, Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence et Fondation Varenne pour la Presse et la Communication, 2010, 400 p., 45 euros. ISBN 978-2-916606-39-2.

Texte intégral

1La thèse Analyse critique du discours sur le Groupe Antiterroriste de Libération (GAL) dans la presse française et espagnole étudie la couverture informative de trois quotidiens français – Le Monde, Le Figaro, Libération – et de trois quotidiens espagnols – ABC, El País, Diario 16 – sur le GAL, une organisation responsable de l’assassinat de vingt-six personnes au Pays basque français et d’une personne au Pays basque espagnol entre les mois d’octobre 1983 et de juillet 1987. Financé par le ministère de l’Intérieur espagnol, le GAL avait pour but de déstabiliser l’arrière-base de l’organisation séparatiste basque ETA (Euskadi Ta Askatasuna, « Pays basque et Liberté »), réfugiée dans le département français des Pyrénées-Atlantiques depuis le début des années 1970.

2Contrairement à d’autres études abordant la couverture d’événements dits « terroristes » depuis la perspective de la manipulation1 ou de la relation entre médias, pouvoirs et « terroristes2», cette thèse envisage le traitement de l’information à partir de la théorie du conflit. Cette approche particulière, adoptée par les chercheurs de l’Observatoire de la Couverture des Conflits de l’Université Autonome de Barcelone, s’interroge sur l’influence des discours journalistiques dans la manifestation, la résolution ou l’enlisement des conflits sociaux ou politiques. Appliquée au traitement informatif du GAL, cette approche vise à déterminer si la presse nationale de référence a condamné la répression illégale contre les militants de l’ETA (et, si oui, dans quelle mesure ?) et appelé les autorités politiques et policières des deux pays à faire preuve d’une attitude éthique et exemplaire dans la lutte antiterroriste.

3Notre méthodologie s’inspire des fondements théoriques de l’Analyse Critique du Discours (ACD) et de la linguistique énonciative. Tandis que la théorie de l’énonciation s’intéresse aux contenus implicites des discours3, l’ACD est une démarche interdisciplinaire qui s’est développée dans les années 1990 sous l’impulsion des chercheurs Teun Van Dijk, Michael Meyer ou Ruth Wodak4. Issue de la pragmatique, de la linguistique textuelle et de la sociologie, l’ACD porte une attention particulière sur la manifestation de l’idéologie dans les textes, c’est-à-dire sur la manière dont les textes reflètent, légitiment et reproduisent les relations de domination et d’exclusion existant au sein d’une société.

4Cette thèse se scinde en trois parties : l’approche théorique, l’étude empirique de la presse française et l’étude empirique de la presse espagnole. Le premier chapitre de la partie théorique est consacré à la définition des termes employés par les médias dans la représentation du conflit basque (« terrorisme », « contre-terrorisme », « ethnie », « nation », « nationalisme »), de même qu’à notre positionnement vis-à-vis de ceux-ci. Considérant que le substantif « terrorisme » relève d’une stratégie accusatoire opposant un pouvoir établi à un pouvoir émergent (ou revendiqué), nous expliquons notre choix de ne pas l’employer lorsqu’il est question de l’activité du GAL ou de l’ETA. Nous rappelons également que l’« ethnie » peut être considérée comme un sentiment collectif d’appartenance à une communauté culturelle différenciée, laquelle peut revendiquer des droits politiques ou se limiter à l’exhibition de ses symboles et de ses coutumes5. Si on suit l’historien tchèque Miroslav Hroch dans ses travaux sur la résurgence nationaliste en Europe, l’évolution d’un mouvement ethnique vers le nationalisme se fait en plusieurs phases : la (re)découverte d’une culture commune par les élites, la diffusion d’un discours nationalitaire, la transformation de ce courant politico-culturel en mouvement de masse et la revendication d’un territoire et d’institutions propres6. Un bref rappel de l’histoire contemporaine du Pays basque permet de rendre compte de ces évolutions, tout comme des différences existant entre le nationalisme basque – de nature séparatiste – et d’autres mouvements identitaires. Plusieurs idéologies cohabitent d’ailleurs au sein de ce mouvement. C’est pourquoi il semble plus approprié de parler des nationalismes basques, plutôt que d’un nationalisme unique, monolithique et fédérateur7.

5Le deuxième chapitre traite du contexte historique des événements. Il revient sur la Transition démocratique espagnole et sur la violence des groupes paramilitaires opérant contre les activistes de l’ETA, de 1974 et 1986. La « sale guerre », comme la nommèrent certains médias en référence à l’élimination des membres de l’OAS par l’État français durant la guerre d’Algérie (1954-1962), est un phénomène dont les origines remontent à 1974, soit un an après l’assassinat de l’Amiral Carrero Blanco par l’ETA à Madrid. Dans le but de venger l’attentat commis contre le successeur de Franco à la tête de l’État espagnol, les services secrets recrutent des membres de l’extrême droite et du banditisme international pour assassiner des militants ou des sympathisants de l’ETA réfugiés en France. Entre 1975 et 1980, le Bataillon Basque Espagnol, l’Antiterrorisme Anti-ETA ou l’Alliance Anticommuniste Apostolique (Triple A) réalisent ainsi plusieurs « missions spéciales » pour le compte des autorités espagnoles. Le retour de la démocratie, en 1977, et l’arrivée au pouvoir du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol, en 1982, ne mettent pas fin à ces pratiques. Au contraire, celles-ci tendent à s’intensifier au cours de la première législature de Felipe González (1982-1986) puisque vingt-sept personnes sont assassinées par le Groupe Antiterroriste de Libération entre les mois d’octobre 1983 et de juillet 1987.

6Bien que la plupart des archives sur le GAL demeurent inaccessibles aux historiens, certains documents des services secrets ont été déclassés dans les années 1990 afin que le tribunal de l’Audiencia Nacional puisse enquêter sur les crimes commis par le GAL. L’instruction du juge Baltasar Garzón permet de mieux appréhender le phénomène de la « sale guerre ». Elle révèle notamment que certains hommes politiques et dirigeants de la lutte antiterroriste ont ordonné l’enlèvement, voire l’assassinat, de citoyens soupçonnés d’appartenir à l’ETA. José Barrionuevo, ancien ministre de l’Intérieur (1982-1988), fut ainsi condamné en 1998 pour avoir dirigé les opérations relatives à la séquestration de Segundo Marey, un Français d’origine espagnole enlevé en décembre 1983. En 2000, la responsabilité de la Police et de la Garde Civile fut également démontrée dans l’assassinat de Joxi Lasa et Joxean Zabala, deux membres supposés de l’ETA enlevés à Bayonne le 16 octobre 1983, puis torturés, assassinés et enterrés dans un bois de la province d’Alicante. Certains documents, inclus comme pièces à convictions dans les dossiers judiciaires, attirent particulièrement l’attention. Dans le compte-rendu d’une réunion du 6 juillet 1983, le Centro Superior de Información de la Defensa (CESID, soit l’équivalent des services secrets) déclare ainsi son intention de faire disparaître les chefs de l’ETA et de réaliser une campagne d’« intoxication intelligente » de l’opinion, à travers la fuite d’informations mensongères aux médias.

7Ces faits conduisent à s’interroger, dans le troisième chapitre, sur la fonction sociale des médias. Bien qu’ils se targuent de défendre les intérêts du citoyen face aux abus éventuels des institutions politiques, économiques, financières ou judiciaires, les médias sont, avant tout, et surtout, des entreprises à la recherche de profit et d’influence sociale. Leur quête de pouvoir en fait des acteurs politiques qui produisent, reproduisent et rendent légitime l’idéologie des classes sociales dominantes8. Le processus de sélection des événements et la construction de l’actualité l’attestent. Depuis le début des années 1980, les études en Sciences de l’Information et de la Communication soulignent le poids des sources institutionnelles et médiatiques dans l’élaboration des nouvelles, ainsi que la dépendance des médias à l’égard du pouvoir politique et financier9. Les relations de bonne entente entre les grands médias et les instances décisionnelles de leur pays contribuent à faire de l’information un bien standardisé, homogène et peu amène à remettre en question l’ordre social en vigueur. Cela ne veut pas dire, néanmoins, que l’information n’est pas libre.

8Dans leurs chartes éthiques et déontologiques, les professionnels de l’information s’engagent à quatre principes fondamentaux : ne pas mentir, séparer l’opinion de l’information, offrir un traitement juste et équilibré de l’actualité et publier une information véridique. À défaut d’être vraie (comme le souligne Greimas, la vérité n’est qu’un effet de sens10) l’information doit, au moins, paraître crédible. En outre, elle doit rendre compte d’un certain pluralisme. Ce pluralisme est d’autant plus nécessaire qu’un contrat de confiance fiduciaire, attribuant aux journalistes la faculté de rapporter fidèlement les événements, existe entre les médias et leur public11. En règle générale, les faits sont rapportés fidèlement et la pluralité des opinions, respectée. Cependant, les médias ne se contentent pas de rapporter des faits : ils leur donnent un sens et transmettent des connaissances sur le monde qui nous entoure. En ce sens, il convient de s’intéresser à l’idéologie présente dans leurs discours, ainsi qu’aux pratiques sociales et attitudes qu’ils justifient ou condamnent.

9Les quatrième et cinquième chapitres sont consacrés à la présentation de l’Analyse Critique du Discours (ACD) et de la méthodologie appliquée. Celle-ci comporte plusieurs paliers. Dans un premier temps, les 944 articles de notre corpus font l’objet d’une analyse quantitative dont l’objectif est de déterminer la place occupée par le GAL dans l’information sur le conflit basque, les acteurs sociaux présents dans les récits, les sources de l’information et les acteurs cités par les journalistes. Dans un deuxième temps, nous reconstituons la ligne éditoriale des quotidiens à propos du GAL et dégageons la cohérence globale des récits d’information. L’analyse de contenu des articles permet ensuite de reconstruire le conflit et de comparer la représentation qui en est faite par rapport à la réalité (ou, du moins, celle connue en 2010), tout en insistant sur les valeurs et attitudes associées aux différents acteurs. Une microanalyse de textes fait enfin ressortir les stratégies discursives mises en place par Le Monde, Le Figaro, Libération, ABC, El País et Diario 16 sur le GAL.

10L’étude empirique des articles permet d’affirmer que l’activité criminelle du GAL n’est ni occultée ni minimisée par la presse. En règle générale, les six quotidiens s’illustrent par une attitude similaire lors de la (re)construction de l’actualité. Leur dépendance aux sources institutionnelles et médiatiques les conduit à reproduire un discours du « centre » qui s’oppose à celui de la « périphérie » (F. Letamendía). Le faible recours aux sources civiles et périphériques (et cela, même si l’épicentre de la violence est loin de Paris et de Madrid) tend à exclure les opinions divergeant de l’idéologie sociale dominante. Un sondage réalisé en janvier 1984 au Pays basque espagnol indique, par exemple, que seul 1% de la population basque approuve le recours aux méthodes « contre-terroristes » pour venir à bout de l’ETA. Or, dans les journaux madrilènes, un nombre non négligeable de lecteurs et de chroniqueurs applaudit l’usage de la loi du Talion : l’opinion reflétée ne correspond donc pas à celle de la « périphérie ».

11Contrairement aux quotidiens espagnols, qui abordent la « sale guerre » comme un élément mineur d’un problème politique majeur, la violence du GAL accapare l’essentiel de l’information des quotidiens français sur le Pays basque. Le Monde, Libération et Le Figaro adoptent donc une attitude ethnocentriste : la querelle basque n’intéresse que dans la mesure où les actions du GAL altèrent l’ordre et la sécurité nationale. Par contre, la mise en place d’un nouveau cadre politique en Espagne (création d’un État décentralisé, transfert de pouvoirs entre Madrid et Vitoria, capitale de la Communauté Autonome d’Euskadi) et les initiatives du gouvernement de Felipe González pour rétablir la paix au Pays basque (plan de « réinsertion sociale » des membres de l’ETA politico-militaire, renforcement de l’arsenal politico-judiciaire pour lutter contre le « terrorisme », déploiement de forces armées dans la région, pacte de législature entre les socialistes et les nationalistes modérés du PNB) ne sont guère évoqués.

12Si les six quotidiens adoptent une terminologie axiologiquement négative pour se référer au GAL, tous n’adoptent pas les mêmes stratégies discursives dans le conflit. Dans Le Monde, Le Figaro et Libération, le GAL sert de prétexte pour critiquer l’Espagne, et cela d’autant plus que l’entrée imminente de ce pays dans la Communauté Économique Européenne est perçue comme une menace envers les intérêts financiers des agriculteurs et des pêcheurs français. Le Monde et Libération affirment également qu’en faisant assassiner des membres de l’ETA par des délinquants ou par des activistes d’extrême droite, la Garde Civile et la Police font preuve de « faiblesse et d’irresponsabilité » et que le gouvernement de Felipe González est « complice des violations des droits de l’homme » commises au Pays basque. Dans Le Figaro, en revanche, la violence du GAL sert d’argument en faveur de la réforme du droit d’asile en France. Dans un contexte de montée du chômage et de la xénophobie dans l’Hexagone, Le Figaro n’hésite pas à rendre les nationalistes basques espagnols responsables de l’insécurité et à demander leur expulsion vers l’Espagne. Un tiers des victimes du GAL, pourtant, n’a aucun lien avec l’ETA.

13Les mêmes stratégies accusatoires sont mises en place par la presse espagnole. Si ABC, El País et Diario 16 condamnent officiellement la violence du GAL, tous trois s’offusquent de la « bienveillance » des autorités françaises à l’égard de l’ETA, une organisation ayant tué, en date du 1er janvier 1984, 568 personnes. Selon ces quotidiens madrilènes, les gouvernements de Pierre Mauroy (mai 1981-juillet 1984) et de Laurent Fabius (juillet 1984-mars 1986) sont complices de la « barbarie terroriste ». À partir du 20 septembre 1984, date à laquelle la France donne son feu vert aux premières extraditions vers l’Espagne, le discours des quotidiens évolue néanmoins.

14En ce qui concerne le GAL, les stratégies discursives varient en fonction du profil idéologico-politique des journaux. Si ABC se limite à reproduire les communiqués du ministère de l’Intérieur sans les remettre en question, El País et Diario 16 s’interrogent sur les pratiques des services secrets qu’ils désignent comme les commanditaires éventuels des attentats. Pour sa part, Diario 16 tente de se démarquer de ses concurrents en publiant une information à sensation qui déforme parfois la réalité. Les conjectures à propos de la « veuve noire » du GAL (une mercenaire opérant au Pays basque durant l’été 1984) et les confessions « exclusives » de prétendus mercenaires relèvent ainsi plus de la fiction que de l’information. L’idéologie présente dans les discours des quotidiens et des acteurs prenant la parole sur la « sale guerre » tend à banaliser la violence, voire à la justifier. De même, les personnes assassinées ou blessées par le GAL sont généralement privées de la condition de victimes.

15Une microanalyse de textes caractéristiques de la couverture de chaque média permet enfin de décrire et d’évaluer les arguments employés en faveur ou contre l’activité du GAL. Ce dernier niveau d’analyse révèle comment les faits sont déformés ou falsifiés en fonction de la ligne éditoriale des journaux et comment les discours portés sur la « sale guerre » entrent en interaction avec d’autres discours, comme ceux portés sur les relations franco-espagnoles, la nécessité de renforcer le champ d’action de la lutte antiterroriste en Europe, la future adhésion de l’Espagne à la CEE ou la présence d’étrangers sur le sol français.

Haut de page

Notes

1  Francisco José SetiénMartínez, Terrorismo y prensa en la Transición política española (1976-1986), Thèse de Doctorat réalisée sous la direction d’Alejandro Pizarroso Quintero, Madrid, Université Complutense, 1993.

2  Michel Wieviorka, et Dominique Wolton, Terrorisme à la une, Paris, Gallimard, 1987 ; Miquel Rodrigo Alsina, Los medios de comunicación ante el terrorismo, Barcelone, Icaria, 1991 ; Isabelle Garcin Marrou, Terrorisme, médias et démocratie, Lyon, PUL, 2001.

3  Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’énonciation : de la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin, 1999. De la même auteure, L’énonciation, Paris, Armand Colin, 2002.

4  Ruth Wodak et Michael Meyer, Métodos de análisis crítico del discurso, Barcelone, Gedisa, 2003. Teun VanDijk, La noticia como discurso, Barcelone, Paidós, 1990. Du même auteur, Racismo y análisis crítico de los medios, Barcelone, Paidós, 1997.

5  Francisco Letamendía, Juego de espejos, Conflictos nacionales centro-periferia, Madrid, Trotta, 1997.

6  Miroslav Hroch, « From national Movement to the fully-formed Nation », in New Left Review, nº198, Londres, New Left Review Edition, 1993.

7  Ramón Zallo, El País de los vascos, Madrid, Fundamentos, 2001.

8  Hector Borrat, El periódico, actor político, Barcelone, Gustavo Gili, 1989.

9  Noam Chomsky et Edward Herman, La fabrique de l’opinion publique : la politique économique des médias américains, Paris, Le Serpent à plumes, 2003.

10  Algirdas Julien Greimas, Du sens II, Paris, Seuil, 1983.

11  Eliseo Verón, « La construction sociale des événements », in Periodística, n°2, Barcelone, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludivine Thouverez, « Analyse critique du discours sur le Groupe Antiterroriste de Libération dans la presse française et espagnole (1983-1986) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 18 février 2011, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://ccec.revues.org/3434

Haut de page

Auteur

Ludivine Thouverez

Université de Franche-Comté, Université Autonome de Barcelone

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org