Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Thèses

Thèses soutenues dans le domaine de l’image en France et en Espagne entre novembre 2009 et novembre 2010

Tesis defendidas sobre cine e imagen en España y Francia entre noviembre de 2009 y noviembre de 2010
Nancy Berthier

Résumé

Ce texte recense les travaux de recherches soutenus en France et en Espagne dans le domaine de l’image entre novembre 2009 et novembre 2010. Les résumés ont été fournis par les auteurs des travaux recensés.

Haut de page

Texte intégral

Jean-Paul Aubert

Recherches sur le cinéma espagnol contemporain. Contextes et problèmes du personnage et du récit filmiques

Habilitation à Diriger des Recherches


Tuteur du dossier: Jean-Claude Seguin (Université Lumière Lyon-ii)

Soutenance le 27 novembre 2010, à l’Université Lumière Lyon-ii. Jury composé de Messieurs et Mesdames les Professeurs Nancy Berthier (Université Paris-Sorbonne Paris-iv) ; José Luis Castro de Paz (Universidad de Santiago de Compostela) ; Philippe Merlo (Université Lumière Lyon-ii) ; Jean-Claude Seguin (Université Lumière Lyon-ii) ; Jacques Terrasa (université de Provence Aix-Marseille-i).

Résumé des travaux

1Le dossier scientifique présenté en vue de l’Habilitation à Diriger des Recherches se compose comme suit :

  • un mémoire de synthèse intitulé Recherches sur le cinéma espagnol contemporain. Contextes et problèmes du personnage et du récit filmiques ;

  • un recueil de dix-huit articles publiés dans diverses revues universitaires ou intégrés, comme chapitres, à des ouvrages collectifs ;

  • un ouvrage intitulé Le Cinéma de Vicente Aranda. Pour une esthétique du personnage filmique (Paris, L’Harmattan, 2001), qui est une version abrégée et remaniée de la thèse de Doctorat ; un ouvrage intitulé L’École de Barcelone. Un cinéma d’avant-garde en Espagne sous le franquisme (Paris, L’Harmattan, 2009) qui tient lieu d’ « inédit ».

2Cet ensemble offre le bilan scientifique d’un parcours de recherche qui s’étire sur une vingtaine d’années de 1989 à 2009. Le mémoire de synthèse a pour objet de problématiser et mettre à l’épreuve la démarche du chercheur et d’ouvrir de nouvelles pistes pour des recherches à venir. En premier lieu, il entend rendre compte de la définition d’un objet et d’une méthode. C’est pourquoi le premier chapitre retrace le parcours intellectuel qui aboutit à la rédaction de la thèse de Doctorat (Le Cinéma de Vicente Aranda. Étude du personnage filmique), puis à la publication d’un premier ouvrage en 2001. Cette première étape, qui constitue le socle de l’ensemble des travaux présentés, affiche une double ambition : contribuer à une meilleure connaissance du cinéma espagnol contemporain par l’étude de l’un de ses représentants majeurs, bien que largement ignoré par la critique universitaire, et se doter d’outils théoriques et méthodologiques susceptibles de rendre compte des spécificités du personnage filmique. Un examen systématique de l’œuvre de Vicente Aranda permet d’en dégager les principales constantes : un travail minutieux d’adaptation de romans, un regard critique sur l’histoire de l’Espagne contemporaine avec une attention particulière pour la Guerre Civile, la période franquiste et la période dite de la Transition, un attrait marqué pour les personnages féminins, un traitement original des thèmes de l’amour, de l’érotisme et de la cruauté, une direction d’acteurs fondée sur la confiance et la collaboration. La spécificité du personnage filmique tient notamment aux effets liés à la médiation et à l’incarnation. Elle appelle une méthode d’analyse distincte de celle que la narratologie réserve au personnage littéraire. L’étude de la filmographie de Vicente Aranda et, au sein de cet ensemble, l’étude du sous-corpus que constituent les films qui associent le réalisateur à son actrice fétiche, Victoria Abril, permettent de dégager une méthode d’analyse qui s’emploie à revaloriser le rôle créatif de l’acteur. La distinction entre le niveau du « comédien » et celui de l’« acteur » semble, à cet égard, primordiale. Accessible à partir des catégories sémiotiques de l’analyse textuelle, le comédien relève du domaine des « star studies » qui conçoivent la star comme une entité partiellement extra-filmique voire extra-cinématographique. En revanche, l’acteur, autrement dit le comédien « en acte », nous entraîne dans le domaine des études « actorales », qui sont encore balbutiantes au moment de la rédaction de la thèse. A cet égard, l’enquête réalisée dans le cadre du doctorat et les différents travaux qui lui succèdent, et dont le deuxième chapitre du mémoire de synthèse propose un bilan, visent à combler les béances méthodologiques et analytiques devant lesquelles se trouve celui qui prétend analyser le « jeu » de l’acteur. L’étude du corps filmé et l’analyse du geste à partir notamment de l’approche offerte par les études chorégraphiques, constituent un premier pas. La tentative de conceptualisation des notions, souvent galvaudées, de « présence » et de « performance » (servie par l’étude des œuvres de Vicente Aranda, Pedro Almodóvar, Carlos Saura, ou Fernando Trueba et du travail d’acteur accompli par Marisa Paredes ou Francisco Rabal) se veut une seconde étape.

3Le troisième chapitre du mémoire de synthèse prend acte de l’éloignement progressif de l’auteur à l’égard de la narratologie. La notion de « figure » s’impose dans des travaux qui interrogent le « corps-matière » et retiennent avant tout la plasticité de l’œuvre. En outre, la catégorie du récit tend à s’évanouir dans les œuvres de jeunes réalisateurs fascinés par la discontinuité de la narration, l’hétérogénéité de l’image, la fragmentation de l’espace et des corps. Les études ponctuelles menées sur le cinéma d’Alejandro Amenábar permettent de mettre en évidence les nouveaux horizons d’un cinéma contemporain, qui s’ouvre à de nouveaux médias, et invitent à une réflexion sur la place qu’occupe désormais le spectateur dans de nouvelles formes de narrations.

4Les travaux réunis dans ce dossier n’envisagent pas la création hors de son contexte. La recension dans le chapitre 4 du mémoire de synthèse d’une série d’articles consacrés à des films de Vicente Aranda, David Trueba ou Joaquín Jordá permet de souligner les enjeux que revêt la représentation de l’histoire récente dans le cinéma de l’Espagne démocratique. Le choix des réalisateurs et des films témoigne sans aucun doute d’une inclination particulière pour des créateurs qui font de la mémoire une exigence et une quête et qui, par leurs œuvres, contribuent à combattre les processus de mythification auxquels la société espagnole est tentée d’adhérer.

5Tenir ensemble l’analyse sociale et culturelle et l’analyse esthétique, telle est finalement l’ambition du document présenté comme inédit dans le cadre de cette Habilitation à Diriger des Recherches. L’étude de l’École de Barcelone, un courant cinématographique actif dans la seconde moitié des années soixante, se prête à pareille entreprise. L’émergence de l’École de Barcelone ne peut être dissociée des transformations que connaît la société espagnole des années soixante, marquée par l’essor du tourisme de masse, les premiers signes de la société de consommation, le renouveau de la création, qu’elle soit littéraire, photographique, architecturale ou picturale, et par l’émergence d’une nouvelle cinéphilie gagnée par le désir d’imiter les exemples français ou italiens. Mais le phénomène que constitue l’École de Barcelone relève également du domaine de l’art et de l’histoire des langages cinématographiques. Inspirée par les cinémas de la modernité, l’École de Barcelone se place sous la protection de Mallarmé et de Godard pour engager la révolution du langage cinématographique qu’elle appelle de ses vœux. En dépit de ses limites et de son inachèvement, l’École de Barcelone relève ainsi d’un « fait culturel total » dans lequel sont pliés et inextricablement mêlés les faits sociaux, les faits culturels et les faits esthétiques.

Paul-Henri Giraud

Iconographie et poésie dans le monde hispanique. Mexique-Espagne, xvie-xxie siècles

Habilitation à Diriger des Recherches


Tuteur du dossier : Eduardo Ramos-Izquierdo, Paris Sorbonne (Paris-iv)

Soutenance le 27 novembre 2009 à l’université Paris Sorbonne (Paris-iv). Jury composé de Messieurs et Mesdames les Professeurs Jean-Claude Lemagny (Bibliothèque Nationale de France) ; Annie Molinié (Paris-Sorbonne Paris-iv) ; Florence Olivier (Sorbonne Nouvelle Paris-iii) ; Eduardo Ramos-Izquierdo (tuteur, Paris-Sorbonne Paris-iv) ; Jacques Terrasa (Université de Provence) ; Marie-Claire Zimmermann (Paris-Sorbonne Paris-iv)

Résumé de l’inédit: L’impalpable et l’imaginaire. La photographie de Manuel Álvarez Bravo  

6Partant de la mise en garde de Baudelaire qui, dans le Salon de 1859, voulait interdire à la photographie « d’empiéter sur le domaine de l’impalpable et de l’imaginaire », et reconnaissant, avec Octavio Paz, que la photographie a désormais conquis quelque droit à cet empiètement, l’auteur s’attache à illustrer cette dernière thèse à travers l’exemple de Manuel Álvarez Bravo (1902-2002), photographe considéré comme « le père de la photographie mexicaine ». Pour ce faire, il étudie l’ensemble de l’œuvre publié, selon un ordre raisonné mais globalement chronologique. Après avoir situé Álvarez Bravo dans le contexte de l’avant-garde des années 1920-1930, en rupture avec le « pictorialisme » photographique, il envisage successivement les différents genres iconographiques et/ou photographiques pratiqués par cet artiste : nature morte, scène de rue, portrait, motifs symboliques, nu, paysage, photographie de plantes. Un chapitre est plus spécifiquement dédié aux aspects graphiques, avec un développement sur la photo couleur, qui reste une exception chez Álvarez Bravo. Le lien de la photographie avec la peinture sert de fil conducteur à cette étude, soit pour opposer ces deux médiums visuels, soit, plus profondément, pour les réunir dans une même quête. Poésie en images ou, pour le dire avec le photographe lui-même, recherche de « l’invisible » à travers le visible.

Euriell Gobbé-Mévellec

« Habiter l’image » : Jeux et enjeux du visuel dans l’album de jeunesse illustré et le théâtre jeune public contemporains en Espagne.

Directeurs: Monique Martinez Thomas (Université Toulouse-ii Le Mirail) et Arnaud Rykner (Université Toulouse-ii Le Mirail).

Soutenance: 30 septembre 2010, à l’Université Toulouse-ii Le Mirail. Jury composé de Messieurs et Mesdames les Professeurs Teresa Durán i Armengol (Universitat de Barcelona, Espagne) ; Marie Franco (Université de Paris-iii Sorbonne Nouvelle) ; Jaime García Padrino (Universidad Complutense de Madrid, Espagne) ; Monique Martinez Thomas (Université Toulouse-ii Le Mirail) ; Arnaud Rykner (Université Toulouse-ii Le Mirail).

Résumé

7La littérature pour la jeunesse actuelle témoigne de la prédominance d’une logique iconique et balaie la conception ancienne d’une illustration asservie au texte. Aujourd’hui, le livre tout entier se présente comme un objet visuel et demande à être analysé comme tel. Ce phénomène, loin d’être isolé, gagne à être pensé en lien avec l’évolution des usages médiatiques dans la vidéosphère postmoderne, et fait écho à certains questionnements de l’art contemporain. Comment le livre réagit-il face aux images mobiles, multimédias, interactives que notre société propose à l’enfant ? La littérature pour la jeunesse, de plus en plus consciente des spécificités psychologiques de son lectorat, explore les possibilités d’un contact toujours plus direct, immédiat et chaleureux avec l’enfant. Elle n’hésite pas pour cela à s’inspirer des modes de représentation d’autres pratiques, et emprunte notamment au théâtre ses dispositifs. L’album se révèle être un support particulièrement apte à investir ces dispositifs étrangers et à les adapter à ses propres codes, cherchant à optimiser la communication. Ses pages dévoilent le monde à l’enfant tout en reflétant son expérience et ses émotions, et l’invitent à visiter et à investir l’image. L’image s’offre ainsi comme un paysage mental, une enveloppe protectrice qui filtre le rapport entre le moi et le monde et dont les contours s’ajustent à la mesure de l’enfant. Paradoxalement, c’est dans l’altération du visible, dans l’organisation de sa propre disparition, que l’image puise son efficacité visuelle. Elle donne ainsi naissance à de nouvelles écritures : celles de l’empreinte, de l’indice, sollicitant toute l’attention du petit lecteur-enquêteur.

Marion Le Corre Carrasco

Le sacré espagnol aux prises avec la Modernité (1868-1923). Etude d’un motif iconographique et littéraire, au carrefour de l’identité nationale et de la création artistique.

Doctorat

Directrices: Marie-Claude Chaput (Université Paris Ouest) et Michèle Ramond (Paris-viii)

Soutenance: le 27 novembre 2010 à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense. Jury composé de Messieurs et Mesdames les Professeurs Jean-François Botrel (Université de Rennes-ii) ; Adolfo Castelo Vazquez, (Universitat de Barcelona); Teresa Keame Greimas (Université de Paris-xii) et des co-directrices Marie-Claude Chaput (Paris Ouest) Michèle Ramond (Paris-viii)

Résumé

8A la charnière du xixe et du xxe siècle, l’Espagne vit une révolution cultuelle et culturelle sans précédent. La question du sacré permet de cristalliser les enjeux de cette crise. Une approche résolument transversale révèle en effet le sacré comme clef de voûte des troubles qui agitent les Espagnols. La remise en cause continue de la place de l’Église dans la société, alimentée par l’affrontement sous-jacent entre cléricaux et anticléricaux, est fondamentale dans la douloureuse quête idiosyncratique qui ébranle la nation. Les artistes, témoins et acteurs de leur époque, se font l’écho de cette tension politique et sociale. Dans un premier temps, l’analyse du motif du sacré, livré par des romans et des tableaux, met en évidence non seulement la manifestation d’une sécularisation en marche, mais également la prégnance d’une culture religieuse durablement fixée. Dans un second temps, la polymorphie intrinsèque de ce sacré pré-moderne est abordée par une typologie qui en précise l’expression, de la plus manifeste à la moins tangible, cette dilution du sacré étant caractéristique de la Modernité. Enfin, au-delà de l’étude du motif iconographique et romanesque, une analyse du processus du sacré met en lumière combien les artistes de cette période sondent et interrogent la sacralité présente dans leurs œuvres, et combien celle-ci, ondoyante et industrieuse, échappe à leur contrôle, creusant les prémices d’une religion de l’art.

Fernando Luque Gutiérrez

Naturaleza y realismo en la escritura fílmica de Vacas (Julio Medem, 1992)

Doctorat

Directeur: Pedro Poyato Sánchez

Soutenance: 14 décembre 2009 à la Facultad de Filosofía y Letras (Cordoue). Jury composé de Messieurs et Mesdames les Professeurs Mª Ángeles Hermosilla Álvarez (présidente) ; José Luis Castro de Paz, Agustín Gómez Gómez, Pascale Thibaudeau (rapporteurs) ; Fernando Moreno Cuadro (secrétaire).

Résumé

9A lo largo de la presente tesis doctoral nos hemos propuesto efectuar una aproximación al cine de Julio Medem tomando como principal referencia el análisis de la escritura de su primer film, Vacas (1992), y la influencia que éste ejerce en la filmografía posterior del autor. La investigación comienza con el desarrollo de los fundamentos metodológicos en los que está basada para, posteriormente, enmarcar teóricamente un concepto tan escurridizo y ambiguo como es la noción de realismo en el ámbito cinematográfico. Una vez establecido el marco teórico se lleva a cabo un exhaustivo análisis textual de Vacas, en el que se deletrea la escritura que allí trabaja con el objetivo de desentrañar las claves que definen su poética visual. A continuación, partiendo de las conclusiones obtenidas en el análisis previo, se profundiza en dos aspectos fundamentales: el tratamiento de la Naturaleza y la problemática que se establece en torno al Realismo, aspectos estos que se manifiestan clave en el cine medemiano y que le hacen entablar una interesante dialéctica con otras cinematografías, trazándose una profusa red de relaciones intertextuales con el cine nacional e internacional. Finalmente, un último bloque se encarga de rastrear a través de la filmografía del autor las resonancias de su ópera prima, génesis de la escritura medemiana.

Myriam Mayer

10Le temps des fantômes. Approche de l’œuvre cinématographique de José Luis Guerin

11Thèse pour l’obtention du doctorat dirigée en cotutelle par MM.les Professeurs Jacques Terrasa (Université de Provence Aix-Marseille-i, Études Hispaniques, Cinéma) et Domènec Font (Université Pompeu Fabra, Barcelone, Esthétique du Cinéma) et soutenue le 12 juillet 2010 à l’Université de Provence Aix-Marseille-i devant un, jury composé de : Jordi Ballò, Universitat Pompeu Fabra, Barcelone ; Domènec Font, Universitat Pompeu Fabra, Barcelone ; Françoise Heitz, Université de Reims Champagne-Ardennes ; Jean-Claude Seguin, Université Lumière Lyon-ii ; Jacques Terrasa, Université de Provence, Aix-Marseille-i ; Santos Zunzunegui, Universidad del País Vasco, Bilbao.

12L’œuvre cinématographique de José Luis Guerin (Barcelone, 1960) est longtemps restée inaccessible (du fait d’une mauvaise distribution) et a souvent été considérée comme « inclassable ». Aujourd’hui encore (2010), aucune thèse ni aucune monographie ne s’est intéressée à cette filmographie pourtant largement reconnue (Premio Nacional de la Cinematografía et Goya en 2002, participation à la Biennale Artistique de Venise en 2007...). Ce travail souhaite donc combler un manque, espère ouvrir des pistes de recherche et entend comprendre la complexité de cette œuvre. Après une considération générale de la filmographie (présentation de l’auteur, de ses films, des discours tenus sur eux), une exploration minutieuse et attentive de l’écriture à l’œuvre dans les films du cinéaste est proposée. Chaque film suscite son analyse – par ordre chronologique : Los motivos de Berta, 1984 ; Innisfree, 1990 ; Tren de sombras, 1997 ; En construcción, 2001 et En la ciudad de Sylvia, 2007. Au terme de ces analyses, un dernier chapitre explore le tissu complexe de l’œuvre, examine la toile brumeuse qui unit et sépare chacun des films. Au fil de cette étude, le temps des fantômes apparaît comme la réponse (lourde de questions) aux interrogations soulevées par la problématique de ce travail : de quelles limites les films de José Luis Guerin font-ils l’expérience ? Pourquoi l’œuvre est-elle considérée comme « inclassable » ? Que peut révéler cette œuvre de son contexte et de nos conceptions? Quel temps sculpte-t-elle ? De quelle histoire s’arrache-t-elle ? Dans quelle histoire s’inscrit-elle ?

Fernando Sanz Ferreruela

Catolicismo y cine en España: 1936-1957

Doctorat

Directrice: Amparo Martínez Herranz

Soutenance: 16 avril 2010, à l’Université de Saragosse. Jury composé de Messieurs et Mesdames les Professeurs Dr. Agustín Sánchez Vidal, Dr. Ángel Luis Hueso Montón, Dr. José Carlos Suárez, Dr. Gonzalo Pavés, Dra. Ascensión Hernández Martínez.

Résumé

13El tema que aborda la presente Tesis Doctoral, Catolicismo y cine en España: 1936-1957, realizada en el Departamento de Historia del Arte de la Universidad de Zaragoza bajo la dirección de la Doctora Amparo Martínez Herranz, y defendida el día 16 de abril de 2010 obteniendo la calificación de Sobresaliente cum laude, tiene como objetivo el estudio de las diversas relaciones entre la religión católica y el cine español entre 1936 y 1957, desde dos puntos de vista diferentes y complementarios.

14El primero de ellos comprende el examen de los diversos posicionamientos que la Iglesia española sostuvo a lo largo de este periodo en relación al Séptimo Arte, así como la evolución de dichas posturas, que se plasmaron en multitud de iniciativas, textos pastorales, artículos de opinión y críticas de estrenos en revistas dependientes de la Iglesia.

15De forma complementaria a este análisis, se ha pretendido llevar a cabo el estudio de la trascendencia, reflejo y tratamiento de los motivos extraídos de la moral, la doctrina o la tradición católicas, en la producción cinematográfica española de ficción a lo largo de esta etapa. Todo ello con un doble fin:

16Comprender las motivaciones que impulsaron las actitudes de la Iglesia en materia de gestión moral del cine y las circunstancias que las propiciaron, por un lado y por otro conocer las diversas estrategias narrativas, simbolismos, objetivos y evolución con los que se llevaron a las pantallas españolas los motivos de la religión católica.

Pascale Thibaudeau

Cinéma, arts et représentations dans le monde hispanique contemporain

Habilitation à Diriger des Recherches

Tuteur du dossier : Jean-Claude Seguin (Université Lumière-Lyon-ii)

Soutenance le 26 novembre 2010, à l’Université Lumière-Lyon-ii. Jury composé de Messieurs et Mesdames les Professeurs François Amy de la Bretèque (Université Paul Valéry Montpellier-iii) ; Nancy Berthier (Université Paris-Sorbonne Paris-iv) ; José Luis Castro de Paz (Universidad de Santiago de Compostela) ; Philippe Merlo (Université Lumière Lyon-ii) ; Jean-Claude Seguin (Université Lumière Lyon-ii) ; Jacques Terrasa (Université de Provence Aix-Marseille-i).

Résumé des travaux

17Le cinéma espagnol présente un certain nombre de particularités par rapport aux autres cinématographies européennes. Du fait du retard industriel et économique du pays, il n’a pas connu un développement continu ni bénéficié d’un soutien institutionnel régulier. Les quarante années de dictature franquiste et la censure qui les a accompagnées ont constitué un frein incontestable à la créativité cinématographique et à sa diffusion internationale. Avec la démocratie, des mesures mises en place, dès les années 80, ont permis une amélioration progressive de la production et de la distribution des films à l’étranger. Après de nombreux aléas, l’industrie cinématographique espagnole a conquis, à partir du milieu des années 90, des parts de marché et enregistré plusieurs grands succès internationaux. Néanmoins, il n’y a pas de véritable politique d’auteurs ni de soutien aux démarches artistiques originales et non conventionnelles. Que l’un des plus grands cinéastes espagnols, Víctor Erice, n’ait pas tourné de long métrage depuis 1992, et que le plus célèbre, Pedro Almodóvar, ait sa propre maison de production sont des signes tout à fait révélateurs des priorités et limitations de l’économie du cinéma espagnol.

18Les trente-deux travaux réunis sous le titre Cinéma, arts et représentations dans le monde hispanique contemporain explorent plusieurs aspects de cette filmographie nationale, de la fin des années cinquante à nos jours, en privilégiant l’approche analytique des films. Ils s’intéressent à l’élaboration d’un langage spécifique, à l’affirmation d’une esthétique au sein de filmographies telles que celles de Víctor Erice, Carlos Saura, Julio Medem et Pedro Almodóvar. Parallèlement, les relations qu’entretient le cinéma espagnol avec le réel et l’histoire sont examinées et interrogées, notamment à travers les œuvres de David Trueba, Benito Zambrano, Marc Recha, Alejandro Amenábar, Icíar Bollaín.

19À l’exception d’incursions ponctuelles dans les domaines du cinéma latino-américain et de la littérature, cette recherche reste liée au cadre de la cinématographie espagnole en ce qu’elle constitue une caisse de résonance de l’évolution socio-culturelle de cette société. Toutefois, sans perdre de vue cet ancrage particulier, les travaux rassemblés mettent à l’épreuve d’un corpus hispanique des questions formelles, esthétiques et théoriques communes à d’autres cinématographies. Ils proposent, par le biais de l’analyse, une articulation entre un exemple particulier et un cadre théorique ayant une portée plus vaste. En outre, quelques articles proposent une réflexion et une formalisation plus générales (le réalisme cinématographique, l’adaptation, le mouvement) où peuvent être utilisés des exemples issus d’autres cinématographies nationales.

20Plusieurs axes structurent cette recherche en privilégiant les phénomènes de transaction ou d’hybridation internes au cinéma lui-même ou se produisant entre le cinéma et d’autres modes de représentation : la littérature, la peinture, les autres images, les arts vivants (théâtre, danse).

21Les relations qui se nouent entre la littérature et le cinéma sont envisagées à partir du prisme de l’adaptation de textes littéraires et de la spécificité de l’écriture scénaristique. Elles sont également examinées depuis les parentés et divergences de leurs approches théoriques respectives, notamment pour les notions de narration, d’énonciation et de transtextualité. Les propositions de Gérard Genette, pour la littérature, et de Christian Metz, pour le cinéma, sont notamment convoquées et mises à l’épreuve d’exemples filmiques concrets, ainsi que les travaux de Michel Chion sur le son dont le rôle est déterminant dans l’étude de la narration et de l’énonciation au cinéma. Le recours aux notions d’indécidabilité et de différance postulées par la déconstruction derridienne des textes philosophiques et littéraires permet de prolonger la réflexion autour de structures filmiques complexes et aporétiques.

22En tant que lieu privilégié d’échanges et d’hybridations des arts et des représentations, le cinéma interroge constamment son propre statut en incluant, imitant et détournant d’autres images provenant de sources exogènes (images picturales, d’archives, télévisuelles, publicitaires, vidéo, etc.) ou endogènes (plans, séquences, films ou genres cinématographiques). La filmographie de Pedro Almodóvar offre un terrain de prédilection à l’étude de ces pratiques spéculaires. De même, la mise en scène cinématographique du théâtre et de la danse participe d’une réflexion du medium, à la fois sur sa capacité à rendre compte des arts vivants et sur sa nature d’art reproductible. Un ouvrage inédit, Danse et cinéma. L’hybridation des formes dans les films de Carlos Saura, est consacré à cette problématique ; il utilise le fil conducteur de la danse pour revisiter l’ensemble de la production de ce réalisateur.

23Enfin, la relation du langage filmique au réel fait l’objet d’une recherche dans plusieurs directions qui s’entrecroisent : la faculté du cinéma de capter le réel (Víctor Erice, Marc Recha), de le reconstituer (les différentes formes de réalismes) ; la proximité de la perception spectatorielle au cinéma et de la perception phénoménologique de la réalité sensible ; enfin, la fictionnalisation de l’histoire et l’historicisation de la fiction. Cette dernière question revêt une importance capitale dans le contexte espagnol actuel où sont exhumés, aux sens propre et figuré, les vestiges douloureux de tout un pan refoulé de l’histoire de l’Espagne. Dans le travail de mémoire entrepris, le cinéma, formidable machine à produire des représentations collectives, à les diffuser et à les transformer, est un lieu privilégié pour dire ce qui a longtemps été tu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nancy Berthier, « Thèses soutenues dans le domaine de l’image en France et en Espagne entre novembre 2009 et novembre 2010 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 07 mars 2011, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://ccec.revues.org/3433

Haut de page

Auteur

Nancy Berthier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org