Navigation – Plan du site
Études

La commémoration du bicentenaire de la Guerre d’Indépendance (1808-1814) en Espagne et dans d’autres pays

La conmemoración del bicentenario de la Guerra de la Independencia (1808-1814) en España y otros países
Jean-René Aymes

Résumé

La conmemoración en España del bicentenario de los inicios de la Guerra de la Independencia (1808-1814) ha sido marcada, ya a partir de 2007 pero sobre todo a lo largo de 2008, por una serie de celebraciones y de exposiciones, así como por una proliferación de escritos de todas clases, desde la reedición de estudios antiguos hasta la publicación de novelas históricas. Los historiadores, en varios congresos, se han esforzado en renovar la interpretación del conflicto, en particular respecto a la guerrilla – tema controvertido – y al liberalismo. Entre las nuevas tendencias historiográficas descuella el estudio de la memorización colectiva de los sucesos que han dado lugar a un proceso de mitificación.

Haut de page

Notes de l’auteur

Rédaction terminée fin décembre 2010.

Texte intégral

Complément à la première partie

1Comme il a été indiqué, la première partie de ce travail a été rédigée, il y a environ un an, au début de décembre 2009. Outre qu’elle comportait d’inévitables lacunes dont certaines ont été repérées et palliées, elle ne pouvait faire état des multiples actes ultérieurs de commémoration du début de la Guerre d’Indépendance et des nombreuses publications de tout genre qui ont vu le jour au cours de la présente année (2010). Ces publications ont trait, non seulement aux grands événements de 1808 (Deux Mai madrilène, Baylen, premier siège de Saragosse…), mais aussi à des épisodes militaires des années 1809 et 1810, ainsi qu’aux préparatifs et aux débuts de la réunion des Cortès. C’est pourquoi j’ai cru utile, à cette heure (fin décembre 2010), de rédiger ce « Complément », de nouveau fatalement incomplet, d’autant que sont passées sous silence des commémorations, les unes très récentes ou en préparation, les autres appelées à donner lieu à publication. Il est notoire que les Espagnols s’apprêtent à commémorer, pendant quatre années encore, les grands épisodes qui se sont succédé entre 1810 (réunion des Cortès) et 1814 (campagne victorieuse des Pyrénées), avec une place faite à l’année 1812 (proclamation de la Constitution).

2M’est parvenue à la dernière minute la separata d’un article remarquable qui fait un peu doublon avec le mien, en dépit de sa dimension plus modeste : c’est celui de Pedro Rújula, intitulé « A vueltas con la Guerra de la Independencia. Una visión historiográfica del bicentenario » (Hispania. Revista Española de Historia, n° 235, vol. lxx, mayo-agosto 2010). Dans la première note de son article riche, tout du long, d’observations denses et pénétantes, l’historien saragossain énumère tous les aperçus récents portant sur les bilans historiographiques du bicentenaire : ceux de G. Butrón, J.-P. Luis, M. Moreno Alonso, ainsi que la première partie de mon propre article déjà paru ici. Je m’abstiens d’énumérer, à mon tour, les nombreux ouvrages panoramiques, jugés importants par lui comme par moi. Je préfère signaler deux points : le premier est que P. Rújula est plus au fait que moi des progrès de la digitalisation, en Espagne, des documents d’archives ; d’où l’intérêt des mentions rassemblées en page 487. Le second point est que nous coïncidons dans notre approche des nouvelles lignes de force apparues à l’occasion de la commémoration du bicentenaire ; je tente de les dégager à la fin du présent article. On verra que nos considérations concernent notamment les Juntes, la guérilla et le libéralisme, ainsi que les notions de « mythe », de « mémoire collective », de « regards », d’«histoire culturelle » et d’« histoire sociale ».

La Guerre d’indépendance étudiée hors d’Espagne

3À plusieurs reprises au cours de ces dernières années, l’étude de la Guerre d’Indépendance a été conduite massivement en Espagne, mais aussi, dans une moindre mesure, en Angleterre, au Portugal, en France et en Italie. Mais il faut relever une autre nouveauté notoire, à savoir que, en liaison avec la célébration, dans les anciennes colonies espagnoles d’Outre-Atlantique, des mouvements indépendantistes de 1810 et des années suivantes, l’étude des répercussions des événements survenus dans la métropole en 1808 (soulèvement madrilène du 2 mai, abdication de Ferdinand vii à Bayonne, constitution de Juntes…) a donné lieu en Amérique latine, à partir de 2008, à des publications, parfois issues de congrès et colloques internationaux. A ces congrès ont participé parfois des universitaires espagnols, français, portugais, britanniques…, connaisseurs de la Guerre d’Indépendance espagnole. Les ouvrages issus de ces rencontres portent ou porteront la signature de chercheurs tels que F. Durán López, V. León, J. Checa, A. Ventura, J.-A. Ferrer Benimeli, J.-R. Aymes. Fréquemment, ces études, au lieu de se circonscrire à l’année 1808, ont englobé les décennies suivantes. Comme mon travail devait être centré sur la commémoration en Espagne des événements survenus au cours des premières années du conflit, je me bornerai à faire état de trois ouvrages récents, riches et remarquables, ainsi que d’un article :

  • Ávila, Alfredo; Pérez Herrero, Pedro (compilateurs), Las experiencias de 1808 en Iberoamérica, Universidad de Alcalá / México, Universidad Nacional Autónoma, 2008.

  • Breña, Roberto, (ed.), En el umbral de las revoluciones hispánicas: el bienio 1808-1810, Madrid, El Colegio de México/Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2010.

  • Koprivitza, Milena, et alii (eds.), La Guerra de conciencias. Monarquía o independencias en el mundo hispánico y lusitano, México, Gobierno del Estado de Txacala, 2010.

  • Portillo Valdés, José María, «Independencia española y emancipación americana», España 1808-1814. La nación en armas, Madrid, Ministerio de Defensa, 2008.

Les expositions

4Dans la première partie de mon article, j’avais signalé la tenue d’une exposition, de février 2008 à mai 2009, dans la capitale aragonaise. Elle portrait sur Los Sitios de Zaragoza ; mais je n’ai disposé que plus tard du magnifique catalogue qui accompagnait l’exposition (Saragosse, Colección Editorial Fundación 2008, n° 7, 2009). Ce catalogue comporte 20 articles, certes très brefs, dont une moitié a trait directement, comme de juste, au déroulement des deux sièges de la ville et à la guerre en Aragon, tandis que l’autre moitié offre des aperçus sur la façon dont ces événements ont été interprétés par des témoins et des historiens anglais, italiens, polonais…

5De mars à juin 2010 a été présentée au « Castell de Sant Ferran de Figueres (Girona) » une exposition intitulée Álvarez de Castro y su tiempo/i el seu temps (1749-1810). Elle a été accompagnée par la publication d’un catalogue comportant plus de 50 illustrations. La ministre de la Défense, Madame Carme Chacón Piqueras, en a rédigé la préface. La moitié des 12 textes, en castillan et et en catalan, se rapporte à la Guerre de l’Indépendance en Catalogne.

Les congrès et colloques

6Le «Congreso Internacional del Bicentenario», consacré à l’étude du début de la Guerre d’Indépendance, s’est tenu à Madrid du 8 au 11 avril 2008. L’organisateur en était Emilio de Diego García.

7Organisé par le « Foro para el Estudio de la Historia Militar de España», a eu lieu à Figueras, les 21-22 et 23 octobre 2009, un Forum International dont les actes ont été publiés dans le n° 7 (décembre 2009) des Cuadernos del Bicentenario. La totalité des dix communications se rapportait à la campagne militaire des Français en Catalogne.

8Egalement organisée par ledit « Foro… », s’est déroulée à San Fernando (Cadix), la « Première journée sur la Constitution de 1812 », consacrée à l’étude du « Posicionamiento institucional en la España del Antiguo Régimen en vísperas de la convocatoria a Cortes ». Les actes en ont été publiés dans le n° 8 (avril 2010) des Cuadernos del Bicentenario.

9En 2009 et 2010 se sont succédé plusieurs colloques de moins en moins centrés sur les événements de 1808 (« Dos de Mayo », Bailén, Saragosse…) et de plus en plus centrés, en toute logique, sur des événements postérieurs, principalement militaires, tels que les sièges de Ciudad Rodrigo et d’Almeida, au Portugal.

10D’autres rencontres couvrent toute la durée du conflit, notamment lorsque prédominent les approches biographiques. Il a en été ainsi du très récent colloque de Saragosse organisé par Pedro Rújula et ayant pour thème « Les députés d’Aragon aux Cortès de Cadix (1810-1814) » ; ont été ainsi tracés les itinéraires, avant et après la guerre, de personnages connus tels que Isidoro de Antillón, Pedro María Ric et Martín de Garay, mais aussi les parcours de personnages jusqu’ici restés plus ou moins dans l’ombre, tels qu’un économiste, un juriste et un ecclésiastique libéral.

Les publications de documents et les rééditions d’ouvrages anciens

11On a voulu montrer dans la première partie que la commémoration du bicentenaire des événements de 1808 aura eu le mérite de faciliter le travail des chercheurs, dans la mesure où ont été ou seront répertoriés et, parfois, reproduits et rendus accessibles des documents divers, tels que pièces d’archives, opuscules, feuilles volantes, gazettes, etc. Ces documents sont de provenance diverse, espagnole surtout, mais aussi portugaise, britannique, française… L’accès au contenu des débats aux Cortès est désormais facilité par l’existence d’un DVD consacré au Diario de SesionesCortes de CádizActas de BayonaSesiones secretas 1810-1814 y legislaturas 1813-1814 (Edición especial Bicentenario). Les producteurs de ce DVD très précieux pour les chercheurs sont le « Congreso de los Diputados » et le « Consorcio para la Conmemoración del iio Centenario de la Constitución de 1812 ».

12Mérite d’être signalé l’utile travail d’Alicia Laspra Rodríguez, La Guerra de la Independencia en los archivos británicos del War Office. Colección documental, vol. I (1808-1809), Madrid, Ministerio de Defensa, 2010.

13L’année précédente, Herminio Lafoz Rabaza avait publié, le faisant précéder d’une introduction de 50 pages, un imposant volume de plus de 500 pages comportant les Actas de la Junta Superior de Aragón y parte de Castilla (1809), Saragosse, Institución «Fernando el Católico» (Excma. Diputación de Zaragoza)/CSIC, 2009. Ces centaines de menues rubriques permettent d’entrevoir comment, à l’échelon d’une région ou d’une localité, les Juntes se fixent des objectifs et fonctionnent, comment s’élaborent des proclamations, se recrutent et s’équipent les combattants, sont imposées des contributions et comment collaborent la Junte Supérieure d’Aragon et les « juntas de partido » qui en dépendent.

14Sous la forme, soit de Mémoires autobiographiques, soit de biographies, ont continué à être publiés des témoignages émanant, en particulier, de Français. Ainsi, le n° 8 (avril 2010) des Cuadernos del Bicentenario édités par le « Foro … » offre les textes suivants :

  • Bapst, Germain, « Las aventuras de un artillero francés durante el sitio de Cádiz (1810-1812) (Extractado de Souvenirs d’un canonnier de l’Armée d’Espagne). Traduction de Jorge Planas Campos.

  • Lorédan Larchey, Étienne, Historia de C. de Méry, oficial de voltigeurs de la Guardia de París. Traduction de Jorge Planas Campos.

  • Díaz Torrejón, Francisco Luis, Un Borbón en la Estepa napoleónica: François Louis de Bourbon-Busset.

  • Concernant les acteurs ou témoins espagnols, grâce à l’étude riche et précise, en catalan, entreprise par Antoni Moliner Prada, nous pouvons disposer enfin du texte, bien connu et intéressant, du R.P. Raymundo Ferrer, Barcelona cautiva (…). L’ouvrage, intitulé La Guerra del Francès a Catalunya segons el diari de Raimón Ferrer, a été publié en décembre 2010 par l’Université Autonome de Barcelone, dans la série « Documents 92 ».

15En matière de publication de mémoires autobiographiques, une œuvre majeure, quant à sa richesse, son originalité et le grand soin apporté à son élaboration, est celle de Vittorio Scotti Douglas qui a donné à connaître le témoignage de l’italien Gabriele Pepe, intitulé, en raccourci, Galimatías ; l’imposant ouvrage (deux tomes, 1170 pages) est intitulé De Molise a Cataluña. Gabriele Pepe y sus experiencias en la Guerra del francés. Textos inéditos y cartas, Provincia de Campobasso, AGR Editrice, Biblioteca provinciale «P.Albino» ; il comporte, outre la présentation du personnage par V. Scotti Douglas (« Gabriele Pepe ‘revolucionario’ moderado y coherente»), des considérations de Lluís Roura i Aulinas («Las tropas italianas en la «Guerra del Francés»: ¿ guerra patriótica o guerra mercenaria?») et une étude sémantique due à Mauro Bico («La lengua de Gabriele Pepe entre diario, epístola y ensayo»).

Autres publications en espagnol de Mémoires d’Espagnols et d’étrangers

  • Alonso, Julián, Un veterano de la Guerra de la Independencia. Memorias de Julián Alonso, edición de Manuel Espadas Burgos, Ciudad Real, Universidad de Castilla-La Mancha, 2008.

  • Marbot (barón de), Memorias. Campañas de Napoleón en la Península Ibérica, Madrid, Castalia, 2008.

  • Blaze de Bury, Sébastien, Un boticario francés en la guerra de España, 1808-1814. Memorias, Madrid, Trifaldi, 2008.

  • Vaughan, Charles Richard, Narrativa del Sitio de Zaragoza, Saragosse, Comuniter/Institución «Fernando el Católico», 2008.

  • Espoz y Mina, Francisco, Memorias de un guerrillero, Barcelone, Crítica, 2009.

  • Lamadrid Manrique de la Vega, Matías de, Diario de un oficial en la Guerra de la Independencia (1813-1814), Palencia, Región Editorial, 2009.

  • Soult (Nicolas Jean de Dieu), Memorias (España y Portugal) (edición de Fernando Valdés) Madrid, Ediciones Polifemo, 2010.

  • Plusieurs Mémoires ont été rassemblés dans : Guerrero Acosta, José M., Memorias de la Guerra de la Independencia (1806-1815). Dinamarca-Rusia-España, Madrid, Ministerio de Defensa, 2009.

Les études d’ensemble

16La rubrique « Etudes d’ensemble », dans la première partie de mon travail, ne comportait pas moins d’une dizaine de références. J’aurais pu gonfler ce chiffre en y adjoignant, par exemple, les ouvrages de José Manuel Cuenca Toribio, La Guerra de la Independencia. Un conflicto decisivo (Madrid, Encuentro, 2008) et de Rafael Torres, España contra España (Madrid, La Esfera, 2008). J’aurais ainsi mis en valeur le « boom » éditorial engendré par la commémoration du Bicentenaire de 1808. Cette notion de « boom éditorial » vient justement d’être évoquée par Alberto Martínez Cebolla dans son petit livre El mito reflejado. La memoria de la Guerra de la Independencia y de los sitios de Zaragoza en 1908 y en 2008 (Saragosse, Mira editores, 2010) dont il sera question plus longuement à la rubrique « La mémoire collective ». Mais, ici, on va laisser s’exprimer longuement ledit auteur converti en porte-parole des lecteurs espagnols lassés ou accablés par cette prolifération d’ouvrages parfois superfétatoires ou insuffisamment novateurs :

Ante la inminente llegada del Bicentenario de la Guerra de la Independencia, muchos historiadores se pusieron a trabajar para «colocar» libros e investigaciones a las editoriales. Desgraciadamente, las editoriales también se pusieron a trabajar para lanzar productos de todo tipo con que sacar tajada del ambiente de celebraciones generado […]. En este caso el tema estaba más o menos olvidado por la historiografía a finales del siglo xx, pero varios y magníficos libros habían abierto nuevas perspectivas sin necesidad de centenarios, destacando en particular la aportación de Ronald Fraser. En este sentido, el auténtico alud del bicentenario no dejó de sorprender a los aficionados al tema, que pasamos de anotar una o dos novedades relevantes al año a no dar abasto para asumir semejante cantidad de novedades. Bien es verdad que muchas de ellas apenas eran relevantes, meros productos editoriales escritos deprisa por periodistas o escritores de éxito hablando de lugares comunes con gran afectación. El problema del número es que oculta los trabajos rigurosos y serios tras los que se oculta una labor de años. Entre los libros olvidables, sin duda, están los de los periodistas metidos a historiadores que cargan las tintas en el aspecto ideológico que más les interesa para la actualidad. Así, Rafael Torres afirma que la Guerra de la Independencia no es tal, sino una guerra civil ideológica que sienta las bases del conflicto de 1936. En el extremo opuesto, César Vidal habla de « guerra de liberación nacional contra un Napoleón que había puesto en peligro a la nación». Ya en el terreno profesional, los historiadores clásicos (como Cuenca Toribio) no han perdido la oportunidad de hacer balance de largos años de investigación, aunque ni las aportaciones ni la amenidad destaquen en su aportación. La historia militar, cómo no, también se ha colado, para intentar al fin hacer una síntesis moderna, como en el caso de Emilio de Diego. Seguramente, la aportación más relevante del Bicentenario sea El sueño de la nación indomable de Ricardo García Cárcel.

17Josep Fontana, que j’ai mentionné pour une étude parue en 2007, aurait dû figurer, à plus forte raison, pour son ouvrage postérieur et important, La Guerra del Francés, 1808-1814 (Barcelone, Portic, 2008).

18Là aussi aurait trouvé sa place l’ouvrage récent de Manuel Moreno Alonso, El nacimiento de una nación. Sevilla, 1808-1810 (Madrid, Cátedra, 2010), qui prolonge et complète l’étude La revolución « santa » de Sevilla paru en 1997. Mais comme plusieurs énoncés sont propres à susciter des commentaires critiques, l’ouvrage paru cette année sera examiné plus loin, à la rubrique « Les divergences historiographiques ».

19Dans la présentation de l’ouvrage qu’ils ont coordonné sous le titre de 1808-1812 : los emblemas de la libertad (Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz, 2009), Alberto Ramos Santana et Alberto Romero Ferrer rappellent les grandes lignes et les publications déjà nombreuses du dynamique et productif groupe de recherche « Las Cortes de Cádiz y el Primer Liberalismo en Andalucía ». Ce dernier ouvrage recueille les conclusions du quatrième Congrès International « Doceañista » qui s’est tenu à Cadix en mars 2008. Dans le cadre des séances plénières, ont été abordés le théâtre politique et patriotique (A. Calderone), les mythes (C. Esdaile), la fête patriotique (M. Hernández González), le discours patriotique dans la Nouvelle-Espagne (M. A. Landavazo), les chansons et les légendes (J. M. Pedrosa) et les représentations iconographiques de Ferdinand vii et de Joseph i (V. Mínguez). Les thèmes abordés dans les 21 communications sont d’une grande variété et s’éloignent parfois du sujet central, celui des « emblèmes de la liberté », mais, le plus souvent, l’originalité des approches en préserve l’intérêt. A titre d’exemple, on mentionnera l’image des femmes combattantes (L. Triviño Cabrera), l’iconographie à caractère scatologique (C. Reyero), le journal absolutiste le Diario de la Tarde (M.A. Díaz Dota) et l’exaltation patriotique à La Havane en 1808 (J. Vázquez Cienfuegos).

20Comme le précise le sous-titre de l’ouvrage coordonné par Gérard Dufour et Elisabel Larriba, L’Espagne en 1808. Régénération ou révolution ? (Publications de l’Université de Provence, Collection « Le temps de l’histoire », 2009), l’étude est centrée, dans une perspective comparative, sur le concept de « régénération », telle que l’envisageaient Napoléon, les « afrancesados » et les patriotes ; les premiers nommés rêvaient d’une régénération sans révolution, tandis que les patriotes, partagés, ou bien acceptaient une régénération avec révolution, ou bien rejetaient à la fois la régénération et la révolution. Le projet du côté français est présenté par Natalie Petiteau en ce qui concerne Napoléon et par Emilio La Parra et Gérard Dufour en ce qui concerne Joseph Bonaparte, auquel est attribué un véritable projet politique pour l’Espagne. La mise en œuvre des réformes, opérée par les occupants français en Catalogne, est étudiée par Luís Ferran Toledano González. Une nouvelle fois, et à juste raison, est soulignée l’importance de la presse utilisée pour informer et conquérir l’opinion publique ; d’où les contributions de Manuel Moreno Alonso pour Séville, de Vicente León Navarro pour Valence, de Beatriz Sánchez Hita pour Cadix, de Jean-Baptiste Busaall qui examine le discours constitutionnel dans El Imparcial de Pedro Estala, de Elías Durán de Porras pour la presse anglaise, de Antonio Ventura pour la presse portugaise et de Vittorio Scotti Douglas pour la presse italienne. Tout aussi connue est l’importance, dans cette « guerre d’opinion » et de discours, du rôle mobilisateur exercé par le clergé ; Maximiliano Barrio Gozalo passe ici en revue l’attitude, en définitive multiforme, de quantité de prélats ; d’où se dégage l’idée que « la thèse d’un patriotisme monolithique concernant les évêques espagnols » est insoutenable et que « la collaboration de la hiérarchie ecclésiastique avec le nouveau régime n’a pas été négligeable ». L’ouverture des contributions sur des territoires autres qu’espagnols se traduit par des regards jetés, comme signalé plus haut, sur le Portugal et l’Italie. Concernant la Grande-Bretagne, l’article de Charles Esdaile, quoique étranger à la problématique examinée dans l’ouvrage, n’est pas sans intérêt, car il éclaire la manière dont les événements survenus en Espagne en 1808 retentissent Outre-Manche, tout d’abord de façon favorable, voire enthousiaste, puis de façon négative, au point que « durant la campagne de novembre 1808 à janvier 1809, on assista à un vague d’hispanophobie d’une telle intensité qu’elle balaya complètement l’hispanophilie tout aussi appuyée qui l’avait précédée » : les lecteurs familiers des écrits de C. Esdaile connaissent le goût de ce dernier pour les énoncés appuyés, parfois étonnants ou dérangeants ou à la limite de l’outrance…

21Il paraîtra juste de réserver une place de choix à l’ouvrage coordonné par Emilio La Parra López, La guerra de Napoleón en España. Reacciones, imágenes, consecuencias (Madrid, Publicaciones de la Universidad de Alicante/Casa de Velázquez, 2010). Compte tenu de la pluralité des thèmes abordés – seule, la composante militaire fait quasiment défaut –, les deux présentateurs de l’ouvrage, Jean-Pierre Etienvre et Emilio La Parra López, vu l’exiguïté de la place qu’ils s’étaient accordée, ont eu le mérite de parvenir à résumer, avec netteté, les principaux acquis de la récente historiographie relative à la Guerre d’Indépendance. A mon tour, je les énumèrerai de façon schématique : les déclarations de guerre adressées aux envahisseurs français ne datent pas des premiers jours de mai 1808, mais seulement des derniers jours de ce mois-là ; la mythification de Ferdinand vii n’est pas propre à l’année 1808, puisque sa naissance se situe deux ans auparavant ; le soulèvement contre Napoléon n’a été ni spontané ni unanime ; son motif fondamental est le refus du changement dynastique imposé par Napoléon ; dans le camp des patriotes, les opinions politiques ne relèvent pas de deux camps diamétralement opposés, à savoir celui des libéraux et celui des absolutistes, car leur examen révèle des glissements, des chevauchements, des compromis ; le « motín » d’Aranjuez n’est pas la manifestation d’« un esprit révolutionnaire populaire » ; le conflit a des conséquences graves, démographiques et économiques. La première partie de l’ouvrage, avec les interventions de R. Fraser, E. La Parra, R. Hocquellet, L. Roura i Aulinas, C. Esdaile et J. Millán, a trait aux « Espagnols face à la crise de 1808 » ; l’interrogation de la plupart des intervenants porte sur « la naissance de l’Espagne comme nation », expression utilisée par J. Álvarez Junco dans sa « Réflexion finale ». La deuxième partie, intitulée « Image et propagande autour de la lutte », est moins homogène que la précédente, puisqu’y défilent la presse dans l’Espagne occupée par les Français (G. Dufour), la presse italienne (V. Scotti Douglas), la propagande anti-libérale à Cadix (G. Butrón Prida), « le théâtre de la guerre » (M. Salgues), la poésie anti-napoléonienne (F. Etienvre) et les gravures satiriques répandues au Portugal (A. Ventura). En donnant l’impression de prononcer un choix arbitraire, mais, en réalité, pour mettre en valeur son caractère peu courant, j’évoquerai à part, ultérieurement, la troisième partie de l’ouvrage, consacrée à l’examen des « Coûts humains et économiques de la guerre ».

Les études régionales et locales

22Maties Ramisa Verdaguer qui, en 1995, avait évoqué « La Catalogne vue par les officiers de l’armée de Napoléon », a étudié ultérieurement les Polítics i militars a la Guerra del Francès (1808-1814) (Lérida, Pagès editors, 2008).

23L’année suivante, Pedro Rújula a analysé la « Lucha por el poder y resistencia en la Zaragoza de 1808» (Jerónimo Zurita. Revista de Historia, Saragosse, n° 83, 2009).

24On s’autorisera à réserver une place de choix à un ouvrage imposant (grand format et plus de 500 pages) et séduisant, à plusieurs titres : il s’agit de Andalucía en guerra, 1808-1814, ouvrage dirigé par José Miguel Delgado Barrado, coordonné par María Amparo López Arandia et publié en 2010, par l’Université de Jaén. Près de 30 chercheurs, dont trois français et un anglais, ont apporté leur contribution. L’ouvrage est richement illustré, avec de nombreux portraits, des gravures, cartes, reproductions de premières pages d’opuscules, armes, uniformes, décorations, monnaies… Chose rare, à saluer : les textes sont donnés en espagnol et en français. Des généralités sont tout d’abord présentées par M. Parras Rosa, J.M. Delgado Barrado et E. de Diego García. La première partie porte sur « Le regard français sur l’Andalousie », avec des aperçus sur les relations franco-espagnoles conflictuelles (R.M. Alabrús Iglesias), la présence française (J.J. Bravo Caro), l’interprétation des mémorialistes français (J.-R. Aymes), le clergé afrancesado (G. Dufour), l’exil des « joséphins » (J. López Tabar), et la cartographie (M.A. López Arandia). Sans remettre en question l’utilité des approches panoramiques qui, difficilement, peuvent apporter beaucoup de nouveauté, on signalera l’intérêt particulier, selon nous, de l’article portant sur la cartographie, thème peu exploité, si ce n’est par F. Quirós Linares, J .C. Castanón et J.-Y. Puyo dans un ouvrage collectif qui mérite d’être mentionné : Madrid 1808. Guerra y territorio (Ayuntamiento de Madrid, 2008). La deuxième partie, intitulée « L’Andalousie : centre du conflit armé », aborde des thèmes également variés, tels que la bataille de Baylen, le siège de Cadix, l’occupation de l’Alhambra, la guérilla, l’Église, les femmes, Joseph Bonaparte en Andalousie. La troisième partie concerne « La culture, les symboles et la propagande » et, cette fois, l’approche peut s’étendre à des territoires non exclusivement andalous. Elle a trait à la poésie, au théâtre, à la musique et à la monnaie. On peut regretter que l’épilogue, rédigé par R. García Cárcel et intitulé « Las memorias de la Guerra de la Independencia » ne comporte pas de bibliographie, à l’inverse des autres articles pour lesquels les riches bibliographies respectives sont groupées à la fin de l’ouvrage. Mais ce regret est d’une importance minime au regard de l’intérêt que revêtent les réflexions concises, fermes, souvent lumineuses, parfois discutables, que propose l’historien barcelonais, grand maître du sujet qu’il traite. Ces réflexions portent sur les concepts, au contenu problématique, de « mémoire historique », « nation », « indépendance ». Il est question aussi de la lecture conservatrice ou libérale de divers événements militaires et politiques. En raison de son appartenance générationnelle, R. García Cárcel est bien placé pour prendre du recul et mesurer l’importance de la révision à laquelle ont été soumis, dans l’après-franquisme et encore aujourd’hui, la personnalité et le comportement de personnages tels que Joseph Bonaparte (le bien intentionné), Napoléon (le possible régénérateur de l’Espagne), Ferdinand vii (« l’Indésirable » à partir de 1815), le général Castaños (victorieux seulement à Baylen), Palafox (militaire médiocre), Wellington (profondément réactionnaire), etc.

25Sur le Pays Basque dans la guerre est enfin paru, cette année, l’ouvrage important qui faisait défaut. Il s’intitule Vascos contra Napoleón (Madrid, Editorial Actas, 2010). Son auteur, Juan José Sánchez Arreseigor, jusqu’ici connu comme spécialiste du monde arabe contemporain, a consacré six années à la préparation de cet imposant ouvrage de 500 pages. Pour y parvenir, il a fréquenté en particulier les archives de Bilbao, Vitoria et Durango. Les grands sujets et questions sont abordés : le comportement des occupants français, la réaction et la vie de la population, l’attitude des collaborateurs des occupants, le rôle des femmes… Les pages consacrées à la guérilla retiennent l’attention, car y sont abordés son financement, le recours à la terreur, les mesures françaises d’«anti-guérilla » ; elles éclairent l’action des « cabecillas » parfois connus, comme Longa, Mina, Jáuregui, parfois beaucoup moins, comme le marquis de Barriolucio, « Cuevillas », « Dos Pelos » ou Miguel Antonio de Zumalacárregui, frère du futur leader carliste. Encore plus intéressant est l’examen des composantes politiques du conflit, à savoir les prises de position des députés basques aux Cortès, la défense des privilèges ancestraux et l’implantation de la Constitution, points abordés au chapitre » Fueros y Constitución ».

Le « Motín » d’Aranjuez

26La notable pauvreté quantitative des références au « Motín » figurant dans la première partie de mon article a été heureusement palliée par la publication, en 2009, des actes issus du Congrès International qui s’est tenu à Aranjuez les 25 et 26 septembre 2008. Ces actes sont intitulés Bicentenario del Motín y la Junta Central Suprema. L’installation de cette dernière avait été étudiée par Richard Hocquellet. Deux articles, ceux de M. Ruiz Jiménez et de F. Sánchez Pascua, abordent des aspects collatéraux, tandis que neuf autres sont centrés sur le « Motín », à savoir sur les circonstances, le déroulement, la signification, les échos à l’étranger et en Extrémadure, et sur des interprétations postérieures dans des Mémoires et dans la littérature romanesque. Les intervenants, tels qu’ils s’ordonnent dans la Table des matières, sont A. Gil Novales, L. Roura i Aulinas, P. Rújula López, F. Flores del Manzano, A. Pires Ventura, V. Scotti Douglas, J.-R. Aymes, R. Sánchez García, E. La Parra López et J. Fontana Lázaro.

Batailles et sièges

27Ce répertoire est fatalement lacunaire, tant se sont multipliés, ici et là, les récits de batailles moins fameuses que celles de Bailén ou des Arapiles. A titre d’exemple, citons, en référence à l’année 1809, les batailles de Talavera, Torrijos, Alacabón, Salinas et Puente del Arzobispo, décrites par Juan José Sañudo Bayón dans le n° 6 (août 2009) des Cuadernos del Bicentenario. Vient de paraître un petit ouvrage collectif (6 auteurs), coordonné par Ana María Gálvez Bermejo, intitulé La Batalla de Uclés de 1809. Aspectos bélicos y cotidianos, Madrid, Dirección General de Relaciones Institucionales del Ministerio de Defensa, 2010.

28Dans l’ouvrage intitulé Álvarez de Castro y su tiempo/i el seu temps (Ministerio de Defensa, 2010), Genís Barnosell Jordà évoque «Álvarez de Castro y el sitio de Gerona de 1809», tandis que, dans le même ouvrage, Thierry Noulens étend à toute la Catalogne son aperçu sur les opérations militaires entreprises par les Français.

29En raison de la date de sa publication ne pouvait figurer dans la première partie de mon article le magnifique ouvrage, en deux tomes, intitulé La ciudad frente a Napoleón. Bicentenario del sitio de Ciudad Rodrigo de 1810. Du reste, cette mention peut être déclarée hors sujet, puisque l’événement considéré s’est produit deux ans après le début du conflit armé. L’ouvrage, coordonné par José Ramón Cid Cibrián, a été patronné – réalité très espagnole, propre à susciter l’envie des organisateurs français des congrès – par cinq entités officielles et privées, nationales, provinciales et locales. L’un des volumes, illustré, réunit les contributions – autre signe caractéristique des célébration en cours – de chercheurs de plusieurs nationalités, étant donné qu’elles concernent tant les armées britanniques, portugaises et françaises que les espagnoles. L’exposition, d’une exceptionnelle richesse, qui s’est tenue à Ciudad Rodrigo de mai à décembre 2010, a donné lieu à la publication d’un important catalogue où voisinent les reproductions de tableaux, gravures, gazettes, livres, cartes, lettres privées interceptées, images pieuses (« aleluyas »), uniformes, armes, nécessaires personnels de campagne, vêtements populaires…

Les armées

30Dans le n° 6 (août 2009) des Cuadernos del Bicentenario, six des sept articles concernent l’armée française : la cavalerie (Luis Aragón Montón), des problèmes de financement (André Lebourleux), la capture de l’escadre française en juin 1808 (Marcelino González Fernández), le régiment du 111e de ligne (José María Espinosa de los Monteros Jaraquemada) et la guerre vue par Martinien (Jorge Planas Campos).

31Le n° 7 (décembre 2009) des Cuadernos del Bicentenario, sous le titre de « Las fuerzas combatientes durante la Guerra de la Independencia española», comporte, sur l’ensemble des dix articles, six qui concernent, de près ou de loin, l’armée impériale engagée en Catalogne. Ils se distribuent de la manière suivante :

  • Aymes, Jean-René, « El general Duhesme tiene la palabra (Barcelona, 1808-1810)».

  • González Caizán, Cristina, « La legión del Vístula en Cataluña durante la Guerra de la Independencia».

  • Lafon, Jean Marc, «La poliorcética napoleónica durante la Guerra de la Independencia y los sitios de Cataluña».

  • Morgan, John, «El puño de hierro de Napoleón en Cataluña. Perspectivas sobre el Ejército de Cataluña en la Guerra del Francés».

  • Planas, Jorge, « El ejército imperial en Cataluña. Una introducción».

  • Scotti Douglas, Vittorio, «Un soldado napolitano en Cataluña y su visión de la guerra».

  • A signaler enfin la présence, dans le n° 8 (avril 2010) de la même revue, de l’article de Francisco Luis Díaz Torrejón, intitulé « Estructura militar de la Ronda napoleónica », qui montre par le détail comment les officiers Vinot et Baussin administrent la ville et pourvoient aux besoins d’approvisionnement, de logement, etc.

  • Dans le n° 7 des Cuadernos del Bicentenario cité plus haut figurent l’article de Carlos Cáceres Espejo, « La oportunidad del Ejército español. Tropas regulares e irregulares», et celui de Pablo de La Fuente, «Las tropas regulares catalanas de la Guerra del Francés: migueletes y somatenes».

  • García Fuertes, Arsenio, Los Granaderos de Castilla y el Séptimo Ejército Español, 1811-1813. Génesis y Victoria de una Nación en Armas, Foro para el Estudio de la Historia Militar de España, 2009.

La guérilla

32L’un des grands spécialistes en la matière, Antonio Moliner Prada, dans un louable effort de synthèse, a énuméré avec clarté neuf « Caractéristiques de la guérilla », dans son article « La articulación militar de la resistencia : la guerrilla », dans Trocadero. Revista del departamento de historia moderna, contemporánea, de América y del arte (Universidad de Cádiz, n° 20, 2008, p. 45-58).

33On a signalé plus haut que l’étude de la guérilla occupe une bonne place dans le récent ouvrage de Juan José Sánchez Arreseigor, Vascos contra Napoleón : trois chapitres sont consacrés à cette réalité qui implique aussi les femmes, deux d’entre elles ayant acquis une certaine notoriété : María Ángela de Tellería et Martina de Ibaibarriaga.

Deuxième Partie : les acteurs, la politique, la mémoire et le questionnement historiographique

Les acteurs

Les personnages illustres

34On pourra s’étonner de la place nullement honorifique qui est réservée dans cet article aux personnages qui, d’ordinaire, occupent de nombreuses pages dans les manuels d’Histoire : les souverains, les responsables des armées, les hauts dignitaires ecclésiastiques… Mais ici, par parti pris et pour refléter la réalité de ce qu’a été, en Espagne, la commémoration des événements de 1808 et la production historiographique qui s’y rapporte, on a voulu montrer que cette guerre d’un nouveau type a fait entrer en action une grande partie de la population et un grand nombre d’individus jusque-là restés dans l’ombre. Curieuse situation que celle du Roi Ferdinand vii dont le nom et l’image sont mobilisateurs, alors que lui, loin des champs de bataille, « courtise » Napoléon, son gêolier. Et que dire du Roi Joseph dont l’autorité ne s’exerce parfois, de son propre aveu, qu’autour de sa personne ?

Ferdinand vii

35Si ce travail avait inclus les premières années du xxie siècle, j’aurais cité Rafael Sánchez Mantero pour son Fernando vii, su reinado y su imagen (Madrid, Arlanza, 2001).

36En 2008, l’apport le plus remarquable pour la richesse de l’information et le caractère pénétrant des considérations, est dû à Emilio La Parra, auteur de l’article « Fernando vii : impulso y freno a la sublevación de los españoles contra Napoleón » dans Les acteurs de la guerre d’Indépendance (Mélanges de la Casa de Velázquez, tome 38-1, 2008, p. 33-52). Le titre laisse entendre qu’il s’agit de l’évocation des événements de mars et avril 2008, au cours desquels Ferdinand vii et son entourage réussissent à paralyser toute tentative de résistance face aux Français et à fomenter une agitation visant Godoy et tendant à empêcher le retour au pouvoir de Charles iv.

Manuel Godoy

37On avancera l’idée que la biographie, due au même auteur et publiée en 2002 sous le titre Manuel Godoy. La aventura del poder (Tiempo de Historia, Barcelone, Tusquets editores, 2002) est à ce point difficilement « surpassable » qu’elle semble avoir découragé de nouveaux chercheurs attirés par la curiosité ou désireux, soit d’éreinter, soit de porter aux nues le personnage.

38Sur le « Príncipe de la Paz » ne pouvait manquer de se faire entendre Enrique Rúspoli Morenés, au titre de « investigador, escritor, biógrafo y descendiente de Manuel Godoy », auteur de plusieurs travaux sur le personnage. Le titre de sa communication, présentée à Badajoz en octobre 2008, « Godoy ante la Guerra de la Independencia », dans Badajoz en la Guerra de la Independencia, (ed. de Alberto González Rodríguez, Servicio de Publicaciones del Excmo. Ayuntamiento de Badajoz, 2009, p. 21-51), est passablement trompeur, car, comme l’auteur le précise d’entrée, il ne traite pas de l’attitude du personnage durant la guerre, mais seulement de sa conduite au cours des prolégomènes du conflit. E. Rúspoli Morenés tient pour irrécusables et admirables « son origine noble, son esprit éclairé, sa loyauté à l’égard du roi et de la reine, et son amour de la patrie ». Son biographe prend à son compte, inlassablement, les témoignages et accusations formulés par l’ancien favori de Charles iv, émouvante victime de l’immoralité et de la perfidie de ce « grand criminel » qu’a été Napoléon.

L’Empereur Napoléon

39Sans doute parce que Napoléon a déclenché et mal conduit, dans la Péninsule, une guerre indécente et finalement désastreuse, les historiens français, surtout les plus « philo-napoléoniens », et les hispanistes n’ont pas proposé, depuis 2008, une relecture de la « politique espagnole » de l’Empereur, conçue par lui et mise en œuvre par ses maréchaux. À peine citera-t-on, suivant un classement chronologique :

  • Aymes, Jean-René, « Les maréchaux et les généraux napoléoniens. Pour une typologie des comportements face à l’adversaire », in Les acteurs de le guerre d’Indépendance. Mélanges de la Casa de Velázquez, tome 38-1, Madrid, 2008.

  • Petiteau, Natalie, « Les justifications impériales de l’intervention en Espagne », in Dufour, Gérard ; Larriba, Elisabel, L’Espagne en 1808. Régénération ou révolution ?, Publications de l’Université de Provence, 2008.

  • Aymes, Jean-René, « Napoleón Bonaparte y la península ibérica (1808-1814): intenciones, tentativas y fracasos», in Milena Koprivitza et alii (eds.), La Guerra de conciencias. Monarquía o independencias en el mundo hispánico y lusitano, México, Gobierno del Estado de Tlaxcala, 2010.

Joseph Bonaparte

40 Comme le fait remarquer Jean-Philippe Luis dans son « Balance historiográfico del bicentenario de La Guerra de la Independencia : las aportaciones científicas » (Ayer 75, 2009/3), Joseph Bonaparte n’a pas suscité un grand intérêt au cours des rencontres scientifiques, mais les rares publications, concrètement la biographie que lui a consacrée Manuel Moreno Alonso et l’article de Gérard Dufour, « en finissent avec l’image négative véhiculée para la propagande patriotique et privilégient un portrait de José i vu comme un personnage éclairé et régénérateur qui ne disposait pas du pouvoir nécessaire pour atteindre ses objectifs » (J.P. Luis).

41Le titre choisi par Manuel Moreno Alonso, José Bonaparte, un rey republicano en el trono de España (Madrid, La esfera de los libros, 2008) a de quoi surprendre, d’autant que, sur la quatrième de couverture du livre, est abandonnée la référence à la République – à mon sens, passablement inadéquate –, au profit de la mention du caractère constitutionnel de son régime. Il est dit là qu’il s’agit de « la première biographie complète écrite par un Espagnol sur le premier roi constitutionnel de l’Espagne ». Le personnage, loin d’être maltraité par son biographe, comme il l’avait été par les Espagnols qui le rejetaient et le raillaient, est ici clairement réhabilité.

42Il l’est aussi par Gérard Dufour qui, dans la série des fascicules de La Aventura de la Historia, estime que Joseph « tenta de rendre compatibles les principes républicains et le système monarchique ». Dans un autre bel article, intitulé « Le roi philosophe », dans Les acteurs de la guerre d’Indépendance (Mélanges de la Casa de Velázquez, op. cit., p. 53-70), G. Dufour en fait un philosophe, « un homme de principes », un défenseur des réformes éclairées et un personnage oscillant entre l’épicurisme et le stoïcisme.

43J’ai eu plaisir à vanter par écrit les mérites de l’ouvrage de Francisco Luis Díaz Torrejón, José Napoleón I en el sur de España. Un viaje regio por Andalucía (enero-mayo 1810) (Cordoue, Publicaciones Obra social y cultural CajaSur, 2008). Son étude, fondée sur la consultation d’une trentaine d’archives nationales, locales et paroissiales, et de nombreux mémoires autobiographiques, compose l’image d’un monarque non pas exagérément idéalisé – celle du « roi philosophe » –, mais celle d’un personnage cultivé, bien intentionné, travailleur, finalement estimable et, surtout, victime de son puissant frère, coupable d’avoir pris, à ce moment-là, la décision scandaleuse et catastrophique de préparer l’annexion de la rive gauche de l’Èbre, c’est-à-dire de détruire l’espoir, entretenu par les « Joséphins », que le roi préserverait l’intégrité territoriale de l’Espagne.

44L’intitulé de la rubrique « Les personnages illustres », annoncée sous cette forme dans la première partie de mon travail, aurait mérité de se voir adjoindre la notion d’« élites » ; en effet, c’est sous ce terme qu’ont été rassemblés, dans un ouvrage, 18 articles écrits en hommage au professeur Gérard Dufour. Les éditeurs en sont Armando Alberola et Elisabel Larriba. Le livre, qui porte le titre de Las élites y la « revolución » de España a été publié en 2010 et placé sous le patronage de l’Université d’Alicante, de l’Université de Provence et de la Casa de Velázquez. Pour la raison que quatre articles ont trait aux « Précurseurs » et que cinq autres concernent les « Héritiers », on ne mentionnera ici que ceux se rapportant exclusivement à la Guerre d’Indépendance, et on les ordonnera thématiquement de la façon suivante :

  • Les collaborateurs de Ferdinand vii (E. La Parra)

  • Des nobles « afrancesados » et libéraux (A. Risco)

  • Des « philosophes » et des « savants » mis en accusation (J.-R. Aymes)

  • Des « afrancesados » éminents, ecclésiastiques et laïcs (M. Barrio Gozalo, V. León Navarro, J.M. Calvo Fernández, J.-B. Busaall et E. Larriba).

Les militaires

45A coup sûr, mon énumération est incomplète, d’autant que les biographies des « cabecillas » ont été placées à la rubrique « La guérilla » abordée dans la première partie de l’article:

  • Cervera Pery, José, Reding: una vida al servicio de España, Madrid, Fundación Cervera-Figares, 2008.

  • García-Menacho y Osset, «El general Menacho y la defensa de Badajoz», en Badajoz en la Guerra de la Independencia, Badajoz, Servicio de Publicaciones del Excmo. Ayuntamiento de 2009, p. 159-190.

  • Díaz Torrejón, Francisco Luis, «Un Borbón en la Estepa Napoleónica: François Louis de Bourbon-Lusset», in Cuadernos del Bicentenario, n° 8, abril 2010, p. 123-145.

Les ecclésiastiques

46L’engagement des ecclésiastiques dans le combat mené, ou bien contre les envahisseurs français, ou bien à leur côté, par la parole ou les armes à la main, a fait l’objet de quantité d’études, soit biographiques, soit se rapportant à telle ou telle contrée ou junte.

47M’est parvenu in extremis le livre co-dirigé par Enrique Martínez Ruiz et Margarita Gil Muñoz, La Iglesia española contra Napoleón. La guerra ideológica (San Sebastián de los Reyes, Editorial Actas, 2010). Cet ouvrage est parfaitement défini, dans sa finalité et son contenu, sur la quatrième de couverture : la participation des ecclésiastiques a été maintes fois étudiée, mais surtout en référence à leur rôle actif au sein de la guérilla ou comme aumôniers ; mais il reste une autre facette : celle de la lutte contre Napoléon conduite sur le plan idéologique, au moyen de sermons et de publications brèves. E. Martínez Ruiz, qui déjà avait touché à l’histoire des ordres religieux, puis avait recherché « les clés espagnoles d’une crise européenne » dans son ouvrage centré, en 2008, sur la Guerre d’Indépendance, offre ici un matériau plus riche que ne l’annonce le titre du livre : en effet, les trois premiers chapitres, sur les sept que comporte l’ouvrage, ont trait aux sermons prononcés ou publiés au long du xviiie siècle. De là la perception d’une nette continuité dans le comportement « réactionnaire », et à la défensive, de l’Église, en période de paix et en période de guerre, notamment à l’occasion de la guerre contre la Convention (1793-1795). Sur un point, le titre de l’ouvrage ne peut égarer le lecteur : seule, est examinée la lutte des ecclésiastiques contre les envahisseurs napoléoniens. Est donc passé sous silence le phénomène de la collaboration. Et, du reste, ce clergé « afrancesado » a donné lieu à des études non vieillies, qui, pour une large part, ont été lancées par Gérard Dufour en 1986 et 1987. Dans la bibliographie de l’ouvrage ici examiné aurait dû figurer – mais peut-être E. Martínez Ruiz et M. Gil n’étaient-ils pas en mesure de la mentionner, pour un simple problème de chronologie de parution – la belle série d’approches biographiques composée par Maximiliano Barrio Gozalo dans son article « Le clergé espagnol face au projet napoléonien », paru dans l’ouvrage collectif co-dirigé par G. Dufour et E. Larriba, L’Espagne en 1808 : régénération ou révolution ? (Publications de l’Université de Provence, 2009, p. 55-89).

48En dépit de sa brièveté, mais en raison de sa densité et de sa force de persuasion, on va mettre en exergue l’article de Jean-Marc Lafon, « Église et sentiments religieux dans la lutte espagnole contre Napoléon (1808-1814 »), paru dans l’ouvrage coordonné par Jean-François Muracciole et Frédéric Rousseau, Combats. Hommage à Jules Maurin (Paris, Michel Houdiard Editeur, 2010, p. 407-417). S’appuyant sur des exemples précis, parfois peu connus, et évitant, à la fois, les lieux communs et les énoncés tendancieux, catégoriques ou provocateurs, J.-M. Lafon, sans nier l’activisme patriotico-religieux du clergé, attribue, non pas à celui-ci, mais à la religiosité populaire, le soulèvement de mai 1808. En effet, l’engagement du clergé n’a été marquant qu’après la victoire de Baylen, vers la fin de juillet. Ainsi donc, « l’Église espagnole récupéra l’insurrection populaire de 1808 bien davantage qu’elle ne l’avait suscitée, initialement soumise ou résignée ». De surcroît, tout au long du conflit, n’ont pas manqué, parmi les prélats et les prêtres, des cas de collaboration avec les occupants et des comportements trahissant, soit un manque de zèle, soit des calculs égoïstes. C’est dire que, malgré leur grande différence de taille, l’ouvrage de E. Martínez Ruiz et l’article de J.-M. Lafon se complètent, sans toutefois s’accorder pleinement.

La population dans la guerre

49Jean-Philippe Luis a observé avec justesse que le peuple espagnol confronté à la guerre a été plutôt évoqué comme acteur politique que comme groupe social. Du moins – ajouterai-je – a–t-il été aperçu comme agent, actif ou passif, dans ses rapports avec les guérilleros. Mais, ne serait-ce qu’en raison des difficultés d’accès aux sources – à supposer qu’elles existent –, la vie quotidienne ne donne lieu, d’habitude, qu’à des évocations situées dans un cadre provincial ou local. Ainsi en est-il des études suivantes qui s’échelonnent entre 2007 et 2009 :

  • Lafon, Jean-Marc, L’Andalousie et Napoléon. Contre-insurrection, collaboration et résistance dans le midi de l’Espagne (1808-1812), Nouveau Monde/Fondation Napoléon, Paris, 2007. Les habitants, notamment les femmes, sont surtout vus confrontés à la guerre, c’est-à-dire s’engageant dans la guérilla ou s’aventurant dans la collaboration avec les occupants. Tout récemment, J.-M. Lafon a rendu compte de la violence barbare exercée contre les résidents français à Valence, au début du conflit, dans « Le pogrom antifrançais de Valence (5-6 juin 1808) », dans l’ouvrage coordonné par F. Rousseau et B. Schmidt, Le dérapage de la guerre, du xvie siècle à nos jours (Hambourg, Dobu Verlag, 2009, p. 85-96).

  • Aragón Gómez, Jaime, La vida cotidiana durante la Guerra de la Independencia en la provincia de Cádiz (Servicio de Publicaciones de la Diputación de Cádiz, 2005, 2 vol. ) et, ultérieurement: «Vida cotidiana en Andalucía durante la Guerra de la Independencia: la verdadera cara de la guerra», in Trocadero. Revista del departamento de historia moderna, contemporánea, de América y del arte (Universidad de Cádiz, n° 20, 2008, p. 7-20).

  • Butrón Prida, Gonzalo; Saldaña Fernández, José, «Las fracturas del patriotismo: Apuntes sobre las respuestas a la guerra en la Andalucía napoleónica», art. cit., p. 21-32.

50Les deux livres et l’article suivants embrassent l’espace national. Plus encore que l’article, le premier ouvrage cité, quoique antérieur à 2008, mérite d’être mentionné en raison de son importance :

  • Fraser, Ronald, La maldita guerra de España. Historia social de la guerra de la Independencia, 1808-1814, Barcelone, Crítica, 2006.

  • Rubí i Casals, María Gemma, «La supervivencia cotidiana durante la Guerra de la Independencia», in Antonio Moliner (ed.), La Guerra de la Independencia en España (1808-1814), Alella, Nabla Ediciones, 2007, p. 299-324.

  • Aymes, Jean-René, La Guerra de la Independencia: héroes, villanos y víctimas (1808-1814), Lérida, Editorial Milenio, 2008. Dans mon livre, j’ai tenu à ce que figure la rubrique «Las mujeres», ne serait-ce que pour rappeler que, depuis quelques années, l’expansion des études de genre a conduit des chercheurs espagnols (en général, des chercheuses) à s’intéresser au comportement des femmes, notamment dans les villes assiégées, à Cadix, Saragosse, Gérone…

51Une belle synthèse est celle de Elena Fernández García qui, dans son article « Transgresión total y transgresión parcial en las defensoras de la patria », dans Les acteurs de la guerre d’Indépendance (Mélanges de la Casa de Velázquez, tome 38-1, Madrid, 2008), passe en revue le comportement inhabituel, parfois choquant, des femmes, souvent héroiques, dans les villes assiégées : » Cette participation active des femmes dans la lutte signifia le non respect des normes éclairées qui limitaient la présence des femmes dans l’espace privé de la maison ».

52Le thème porteur des Espagnoles confrontées à la guerre n’est pas exploité exclusivement par des chercheurs/chercheuses féministes ; cette marque « féministe » est absente dans l’article, riche et innovant, de Juan José Sánchez Arreseigor, « Mujeres en la guerra », dans l’ouvrage coordonné par Francisco Miranda Rubio, Guerra, sociedad y política (1808-1814) (Universidad Pública de Navarra/Gobierno de Navarra, 2008, vol. I, p. 691-721). L’auteur passe en revue les différents types de personnages et de comportement : les femmes de troupe, les combattantes dans les villes assiégées, les « guerrilleras », les prostituées, les maîtresses de militaires français, etc. Les Agustina de Aragón, Casta Álvarez et comtesse de Bureta sont, plus que jamais, fameuses, notamment à la faveur de la commémoration du bicentenaire de la guerre, mais on apprécie que soient tirées d’un quasi-anonymat María Pitas, María Ángela de Tellería, María Bautista de Urriticoechea ou Martina de Ibaibarriaga qui s’est trouvée à la tête de 50 cavaliers…

53Plusieurs autres synthèses sont à mettre en valeur (classement chronologique) :

  • Cantos Casenave, Marieta, «Las mujeres en la prensa entre la Ilustración y el romanticismo», in Cantos Casenave, Marieta; Durán López, Fernando; Romero Ferrer, Alberto, (eds.), La guerra de pluma. Estudios sobre la prensa de Cádiz en el tiempo de las Cortes (1810-1814). Tomo tercero: Sociedad, consumo y vida cotidiana, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz, 2008.

  • Castells, Irene; Espigado, Gloria; Romeo, María Cruz, Heroínas y patriotas: mujeres de 1808, Madrid, Cátedra, 2009.

  • Fernández García, Elena, «Matronas y Heroínas: las mujeres en la propaganda y la prensa patriótica durante la Guerra de la Independencia (1808-1814)», in Borderías, Cristina, (ed.), La Historia de las Mujeres: perspectivas actuales (xii Coloquio Internacional de la Asociación Española de Investigación en la Historia de las Mujeres», Icaria, Barcelone, 2009.

  • Marín Arruego, Nuria, Mujeres. Los Sitios de Zaragoza (1808-1809), Saragosse, Fundación 2008, 2009.

  • Sanz Hermida, Jacobo, (ed.), Monjas en guerra, 1808-1814. Testimonios de mujeres desde el claustro, Madrid, Castalia, 2009.

  • Ruiz Franco, Rosario, «Las mujeres en la Guerra de la Independencia: una historia en construcción», in Rodríguez de las Heras, Antonio; Ruiz Franco, Rosario, (eds.), 1808- Controversias historiográficas, Madrid, Actas Editorial, 2010, p. 209-229.

  • Dans l’ordre des biographies, à signaler l’étude de María Pilar Queralt, Agustina de Aragón : la mujer y el mito, Madrid, La Esfera de los Libros, 2008.

54Je vais me permettre, à la faveur d’un léger retour en arrière, de souligner le grand intérêt que présente, à mon sens, l’ouvrage cité plus haut, coordonné par I. Castells, G. Espigado et M.C. Romeo. Quatorze chercheurs ont apporté leur contribution, livrant des informations souvent inédites, relatives, non seulement à des figures célèbres, mais aussi à des personnages injustement oubliés. Les Portugaises y trouvent leur place. Les héroïnes évoquées n’ont pas toutes utilisé une arme ; « plusieurs ont su lancer le dard de leur plume, en manifestant leur opinion au sujet des événements », tandis que d’autres « se sont efforcées de donner une signification patriotique et politique à leur pratique de la bienfaisance ». Outre la « lecture » nouvelle du comportement de ces femmes, avec étude du traitement à finalité de « mythification » dont certaines ont bénéficié jusqu’à ce jour, l’ouvrage, en grande partie novateur, offre de plus, en appendice, des brefs résumés biographiques se rapportant à plus de 80 de ces « Femmes de l’époque ».

La collaboration avec les Français

55Les grandes études, réputées «classiques», portant sur la collaboration avec les occupants, appelée souvent improprement «afrancesamiento», sont déjà vieilles de plusieurs décennies. On songe ici aux études, pionnières et audacieuses en leur temps, de Miguel Artola et de Juan Mercader Riba. Plus tard sont venues s’adjoindre les études biographiques, bien documentées, de Gérard Dufour sur Llorente, de Juan Francisco Fuentes sur Marchena, de Claude Morange sur Miñano et de Rafael Fernández Sirvent sur Amorós.

56La collaboration avec les Français, située au niveau le plus élevé, c’est-à-dire autour du Roi Joseph, a donné lieu, en 2008, à deux articles de nature très dissemblable, l’un panoramique et très sommaire, le second, « pointu » et de portée limitée:

57Moreno Alonso, Manuel, « Los hombres del intruso », dans l’ouvrage coordonné par Francisco Miranda Rubio, Guerra, sociedad y política (1808-1814), Pampelune, Universidad Pública de Navarra/Gobierno de Navarra, 2008, vol. I, p. 485-505.

58Aymes, Jean-René, «Cabarrús, O’Farrill y Arribas: tres ministros del rey José bajo la mirada del conde de La Forest, embajador de Francia», dans «La Guerra de la Independencia», Alcores. Revista de Historia Contemporánea, n° 5, año 2008, p. 91-106.

59Plus récemment, Juan López Tabar qui avait publié, en 2001, une remarquable étude sur Los famosos traidores. Los afrancesados durante la crisis del Antiguo Régimen (1808-1833) (Madrid, Biblioteca Nueva, 2001), a offert une approche diversifiée de l’«afrancesamiento» dans son article « La España josefina y el fenómeno del afrancesamiento », publié dans l’ouvrage coordonné par Antonio Moliner et mentionné plus haut, La Guerra de la Independencia en España (p. 325-354).

60La collaboration avec les Français peut être étudiée, soit à l’échelon d’une région ou d’une ville, soit à travers telle ou telle catégorie de la population, soit en suivant la trajectoire de tel ou tel personnage. On a affaire alors à des biographies embrassant, soit toute l’existence du personnage, soit seulement son comportement durant la guerre. Dans l’hommage à Gérard Dufour, intitulé Las élites y la « revolución » de España, coordonné par Armando Alberola et Elisabel Larriba (Universidad de Alicante, Université de Provence, Casa de Velázquez, 2010) a été évoquée l’attitude de plusieurs « afrancesados » : Lista (par J.-B. Busaall), Esmenard (par E. Larriba), Arce (par J.-M. Calvo Fernández).

61Concernant ce dernier, mérite d’être mentionnée l’étude, par le même auteur, de Ramón José de Arce : inquisidor general, Arzobispo de Zaragoza y líder de los afrancesados (Saragosse, Fundación 2008, 2008).

62Par ailleurs, dans quantité d’études régionales et locales, on peut entrevoir, soit des formes tangibles et précises de collaboration avec les militaires napoléoniens, soit la conduite de fonctionnaires au service du Roi Joseph. La plupart des militaires français servant en Espagne considèrent avec défiance, parfois avec hostilité, le nouveau monarque.

Les Juntes

63L’année 2008 n’a pas été marquée par un renouveau notable des études portant sur les Juntes, pour la raison, peut-être, que le plus gros des apports sur ce sujet remonte aux années antérieures. En effet, en 1981, Antonio Moliner avait publié les premiers résultats de ses recherches qui allaient donner le jour à d’autres publications en 1997 (El movimiento juntero en España) et 2006. Consacré grand spécialiste du « juntisme », A. Moliner, dans Catalunya contra Napoleó. La Guerra del Francés, 1808-1814 (Lleida, Pagès editors, 2008), apporte des informations précises sur plus d’une douzaine de Juntes catalanes. Souvent, il livre l’identité de leurs membres, explique comment elles procèdent à la levée des « somatens » et révèle des oppositions entre plusieurs d’entre elles, par exemple entre celles de Mataró et de Granollers, ou entre celles de Tarragone et de Lérida.

64Cette absence d’harmonie et de collaboration efficace entre certaines Juntes trouve une autre illustration dans l’article récent de Nuria Alonso Garcés, intitulé « Conflictos entre Juntas provinciales y la Junta Central » et paru dans les Actas del Congreso Internacional sobre la Guerra de la Independencia y los cambios institucionales (Generalitat Valenciana et alii, 2009, pp .407-416) ; l’auteur y analyse les raisons et les modalités des affrontements entre plusieurs Juntes provinciales, notamment celle de Valence, et la Junte Centrale.

65Ce défaut d’union entre certaines juntes avait déjà été suggéré, en 2002, par Charles Esdaile dans son livre La Guerra de la Independencia. Una nueva historia (Barcelone, Crítica, 2002) ; battant en brèche la vieille idée selon laquelle les Juntes, admirables, incarnaient le peuple espagnol en armes, C. Esdaile, évoquant une vingtaine de Juntes locales et provinciales, s’était plu à enlaidir leur image, dénonçant leur ambition, soulignant leurs rivalités et montrant que certaines s’opposaient à ce que les troupes recrutées par elles franchissent les frontières de leur territoire respectif.

66Dans une autre perspective, la vision des Juntes a été renouvelée par Richard Hocquellet dans son ouvrage paru en France en 2001 et traduit en espagnol sous le titre de Resistencia y revolución en Espana. Del levantamiento patriótico a la soberanía nacional (Prensas Universitarias de Zaragoza, 2008). Cette même année, il en reprenait les idées force dans son article « Elites locales y levantamiento patriótico : la composición de las Juntas provinciales de 1808 » (Revue Historia y Política, UCM/CEPC/UNED, Madrid, n° 19, enero-junio 2008, p. 129-150). R. Hocquellet soulignait le rôle prépondérant exercé par les élites au sein de ces institutions, observait, avec surprise, que le clergé y était moins puissant qu’on ne l’aurait cru ; enfin – et c’était là son apport le plus original –, il reprenait la typologie qu’il avait proposée dans son livre, à savoir la distinction entre trois classes de Juntes : les « juntes de continuité », les plus nombreuses en Catalogne et en Castille, qui permettent aux autorités en place de préserver leur domination ; les « Juntes d’orientation militaire », nombreuses dans les secteurs les plus exposés à une occupation française durable ; et enfin, les « Juntes de rupture, avec une orientation aristocratique », plutôt exceptionnelles.

67Cette idée que les Juntes, surtout les provinciales, ont une composition moins populaire qu’on ne l’avait affirmé jusqu’à présent, vient d’être reprise à son compte par A. Moliner dans sa dernière synthèse consacrée aux « Juntas y motines » (La Aventura de la Historia, n° 3, 2008) ; avant de passer en revue rapidement différentes Juntes régionales et locales, l’auteur énonce une idée force, actuellement consensuelle, selon laquelle ces Juntes se sont formées en raison des « hésitations des autorités constituées » ; mais, assez vite, elles sont parvenues à ne pas se laisser déborder par les agitations plébéiennes, pour la raison que, souvent, elles étaient constituées par des membres, soit des élites locales ou provinciales, soit des anciennes municipalités. 

68Enfin, mérite d’être signalé en raison de la nouveauté et de la précision de l’approche le récent et long article consacré à la Junte des Asturies par Francisco Carantoña Álvarez, « Soberanía y derechos constitucionales : la Junta Suprema de Asturias » (Trienio, n° 55, mai 2010, p. 5-55). Selon l’auteur, ladite Junte a une spécificité double, peu courante : elle est le fruit du soulèvement populaire qui a éclaté à la fin du mois de mai 1808 et, postérieurement, elle fonctionne comme « un organisme constitutionnel ». Evoquant d’autres soulèvements au cours de ce même mois de mai 1808, survenus en d’autres lieux, l’auteur est amené à remettre en question certaines interprétations excessivement extrapolées de Richard Hocquellet et de Charles Esdaile. Au long de plusieurs pages sont étudiés en détail les débats internes, de même que les conflits qui opposent la Junte asturienne à l’Église et au tribunal de la « Audiencia ».

Le libéralisme

69Peut-être parce que la commémoration des Cortès de Cadix et de la Constitution devrait atteindre son point culminant au cours des années 2010-2012, les grands spécialistes dans ce domaine n’ont pas publié récemment d’œuvres majeures, sauf exception, car ont occupé le devant de la scène le « Dos de Mayo », la victoire de Baylen et les sièges de Saragosse. Ces grands spécialistes ont nom (classés alphabétiquement) Miguel Artola, Irene Castells, Josep Fontana, Juan Francisco Fuentes, Alberto Gil Novales, José María Jover Zamora, José María Portillo, María Cruz Romeo. A propos de leurs écrits, je renvoie aux jugements portés sur eux par Juan Francisco Fuentes dans El fin del antiguo régimen (1808-1868). Política y sociedad (Madrid, Editorial Síntesis, 2007).

Études portant sur une vaste période

70En 2007, Charles Esdaile, faisant montre d’une vaste ambition intellectuelle, avait survolé un siècle entier dans La etapa liberal : 1808-1898. El levantamiento español, la Guerra de la Independencia, Restauración y revolución (Madrid, El País, 2007).

  • La même année, Josep Fontana a proposé des vues personnelles sur La época del liberalismo (Barcelone, Crítica/Madrid, Marcial Pons, 2007), tandis que Joaquín Varela Suanzes-Carpegna publiait Política y Constitución en España (1808-1978) (Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2007).

  • Enfin concernant les années 2008, 2009 et 2010, méritent d’être cités (selon un classement chronologique) :

  • Pérez Ledesma, Manuel; Burdiel, Isabel, Liberales eminentes, Madrid, Marcial Pons, 2008.

  • Barreiro Fernández, José Ramón, (coord.), O liberalismo nos seus contextos. Un estado de la cuestión, Universidade de Santiago de Compostela, 2008.

  • Delgado Ibarreta, José Miguel; Ollero Vallés, José Luis, (dir.), El liberalismo europeo en la época de Sagasta, Madrid, Biblioteca Nueva/Fundación Práxedes Sagasta, 2009. Dans cet ouvrage, on relèvera en particulier, relatifs au libéralisme gaditan, les articles de Javier Fernández Sebastián et de Manuel Suárez Cortina. Le premier nommé livre des réflexions pénétrantes, de nature sémantique, sur les termes « liberal » et « liberalismo » utilisés au cours de la première moitié du xixe siècle. Le second, prenant de la hauteur, se prononce sur la descendance du libéralisme gaditan tout au long du xixe siècle espagnol.

  • Ramos Santana, Alberto; Romero Ferrer, Alberto, (eds.), 1808-1812: Los emblemas de la libertad, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz, 2009. Il s’agit là des Actes du « Cuarto Congreso Internacional Doceañista » qui s’est tenu à l’Université de Cadix en mars 2008. Comme il est indiqué dans la présentation de l’ouvrage, il s’agit moins d’une plongée historiographique dans les événements vécus en direct entre 1808 et 1812 que de la manière variée dont ils ont été décrits et interprétés à chaud et plus tard, notamment en 1898 et à l’occasion du premier centenaire, et ce tant dans les territoires espagnols d’Amérique qu’en Espagne. L’approche est pluridisciplinaire, puisqu’une place est faite à la lexicologie, à la presse, à l’iconographie, au théâtre, aux fêtes, aux chansons et aux légendes. On se plait ici à mettre en valeur, peut-être de façon quelque peu arbitraire, la forte originalité de deux articles : dans « Los mitos de la Guerra de la Independencia », Charles Esdaile, toujours enclin à soutenir des points de vue dérangeants, plus encore pour le public espagnol que pour les lecteurs britanniques et français, revient (dans une langue espagnole souvent écorchée) sur les idées qui lui sont chères à propos de la guérilla qu’il continue à démythifier et de la non existence d’une croisade ou d’une guerre révolutionnaire conduite contre les troupes napoléoniennes. De son côté, Carlos Reyero, dans « El poder es una mierda, la mierda es un poder », tout en faisant la part belle aux gravures anglaises et françaises, notamment celles de la Révolution, antérieures à l’époque de la Guerre d’Indépendance, rend compte des intentions qui ont présidé, dans le camp des patriotes, aux choix d’images scatologiques dont Napoléon, surtout, a fait les frais.

  • Le n° 8 des Cuadernos del Bicentenario comporte trois articles dont deux se rapportent, non certes au libéralisme triomphant à Cadix à partir de 1810, mais à des époques antérieures ou bien aux prolégomènes de l’instauration du libéralisme : Alberto Gil Novales s’intéresse à Isidoro Antillón, Lluis Roura i Aulinas, à la « Consulta » de 1809 et Jaime Aragón Gómez au long chemin ayant conduit aux Cortès de la Isla de León.

  • Le libéralisme peut être également étudié, en dehors de l’épisode gaditan, à travers l’action de tel ou tel personnage politique. Or on sera surpris par le nombre réduit de biographies publiées entre 2008 et 2010. La raison en est, tout bonnement, que plusieurs grandes biographies avaient paru quelques années avant 2008, concernant notamment Flórez Estrada et le comte de Toreno (J. Varela Suanzes-Carpegna dans les deux cas), Blanco White (M. Moreno Alonso) ou Javier Mina (M. Ortuño Martínez). D’où la pauvreté de la liste suivante, portant sur des écrits récents :

  • Alonso Garcés, Nuria, Biografía de un liberal aragonés: Martín de Garay (1771-1822) (Instituto «Fernando el Católico», Saragosse, 2009.

  • Carantoña Álvarez, Francisco, «Jovellanos en la Junta Central», Cuadernos de Investigación Fundación Foro Jovellanos del Principado de Asturias, Oviedo, n° 3, 2009, p. 13-34.

L’histoire des concepts

71Le libéralisme, qui s’extériorise dans des comportements personnels ou collectifs à caractère politique, s’inscrit au prélable dans des textes doctrinaux au sein desquels certains termes sont porteurs d’une signification particulière, souvent renouvelée. En Espagne, deux des principaux spécialistes de cette histoire des concepts sont Javier Fernández Sebastián et Juan Francisco Fuentes coordinateurs d’un ouvrage important et sans précédent : le Diccionario político y social del siglo xix español, Madrid, Alianza Editorial, 2002. Il va sans dire que les rubriques « Liberal /ismo », « Constitución de 1812 » et « Cortes » y occupent une place de choix. Au cours des années suivantes et jusqu’à aujourd’hui, sont intervenus des historiens espagnols « constitutionnalistes » dont les nombreux articles ne peuvent tous être répertoriés ici. Aussi se bornera-t-on à fournir quelques exemples, ordonnés chronologiquement, qui portent notamment sur le concept de « nación » :

  • Fernández Sebastián, Javier, « Patria, nación y Constitución. La fuerza movilizadora de los mitos», in España 1808-1814. La nación en armas, Madrid, Ministerio de Defensa, 2008, p. 173-190.

  • Durán López, Fernando, rubrique «Constituyendo la nación (julio de 1811-marzo de 1812» au chapitre VI «Diputados de papel (…)» in Marieta Cantos Casenave et alii, La guerra de pluma …, tomo II, Política, propaganda y opinión pública, Publicaciones de la Universidad de Cádiz, 2008, p. 138-285.

  • Portillo Valdés, José María, «Libre e independiente. La nación como soberana», in Alfredo Ávila y Pedro Pérez Herrero (compiladores), Las experiencias de 1808 en Iberoamérica, Universidad de Alcalá/Universidad Nacional Autónoma de México, 2008, p. 29-48.

  • Fernández Sebastián, Javier, «La crisis de 1808 y el advenimiento de un nuevo lenguaje. ¿Una revolución conceptual? », art. cit., p. 105-133.

  • Fernández, Eduardo, « De Patria y Nación. Análisis léxico del discurso parlamentario en las Cortes de Cádiz», in Alberto Ramos Santana y Alberto Romero Ferrer (eds.), 1808-1812: los emblemas de la libertad, Publicaciones de la Universidad de Cádiz, 2009, p. 263-272.

  • Fernández Sarasola, Ignacio, «Las alternativas constitucionales en España, 1808-1810», in Roberto Breña (ed.), En el umbral de las revoluciones hispánicas: el bienio 1808-1810, Madrid/México D.F., El Colegio de México/CEPC, 2010, p. 29-66.

Les Cortès et la Constitution de Cadix

72Abondamment étudiés – comme il a été dit – par d’éminents historiens espagnols qui, en général, mettaient en relief le progrès ou la rupture révolutionnaire signifiée par cette assemblée sans précédent ou qui examinaient les textes élaborés en son sein, les Cortès de Cadix et la Constitution ont continué à alimenter plusieurs sortes d’écrits en 2007 et 2008.

73En 2007, Carlos Garriga et Marta Lorente publiaient Cádiz, 1812. La constitución jurisdiccional (Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2007).

74La même année, Juan Sisinio Pérez Garzón, dans Las Cortes de Cádiz. El nacimiento de la nación liberal (1808-1814) (Madrid, Editorial Síntesis, 2007), soulignait l’importance de l’événement: les sujets du roi ont été transformés en citoyens ; la liberté a été instaurée dans toutes ses dimensions ; et, en définitive, la plupart des sujets et problèmes abordés et débattus aux Cortès de Cadix sont encore vivants aujourd’hui. De notre point de vue, l’ouvrage de J.S. Pérez Garzón mêle énoncés consensuels et énoncés surprenants, ou encore lumineux et/ou hasardeux. Par exemple, est-il avéré que la résistance des absolutistes amena les adversaires libéraux à radicaliser leur action, alors que, sur certains points, par exemple en matière religieuse, ces libéraux donnent plutôt l’impression de composer, voire de battre en retraite ?

75On retrouve la signature de J.S. Pérez Garzón comme auteur d’un article de vulgarisation paru dans la revue La Aventura de la Historia et intitulé « La constitución de 1812. ¡Viva la Pepa! » (n° 121, novembre 2008, p. 77). Avec – semble-t-il – un degré moindre d’admiration enthousiaste que dans l’ouvrage antérieur, J.S. Pérez Garzón, après avoir énuméré les mérites du nouveau texte constitutionnel, regrette qu’il n’ait pas mentionné les femmes, ni aboli l’esclavage, ni statué clairement sur la future situation territoriale du pays appelé à être unifié.

76Dans la même série de La Aventura de la Historia, Rafael Sánchez Mantero présente une brève synthèse sur « Las Cortes de Cádiz ».

77Tout comme M. Suárez Cortina qui a étudié le retentissement du libéralisme en Espagne, Jean-Baptiste Busaall, spécialiste du Droit, a repéré les traces du texte gaditan dans son ouvrage La révolution constitutionnelle de 1812 dans la monarchie espagnole (Marseille, Presses Universitaires d’Aix-en-Provence, 2008).

78Ultérieurement, Manuel Martínez Sospedra, professeur de Droit Constitutionnel, dans son article « El rey de Cádiz. Monarquía y separación de poderes » (Actas del Congreso internacional sobre la Guerra de la Independencia y los cambios institucionales, Generalitat Valenciana et alii, 2009, p. 337-367), livre des considérations, parfois ardues à déchiffrer pour un profane, qui portent essentiellement, comme l’annonce le titre, sur l’embarrassante délimitation des pouvoirs entre les Cortès, le monarque et la Régence. De cette approche découle la conclusion que la fragilité, l’instabilité du système constitutionnel gaditan et, à terme, son échec fatal, doivent être attribués, non pas à la maladroite fixation des pouvoirs du roi, mais plutôt à l’imparfaite définition des rapports entre le Roi et les Cortès. La seconde composante de la conclusion est plus attendue : le responsable de l’abolition du constitutionnalisme gaditan et, plus tard, de sa difficile résurrection est, tout bonnement, le roi Ferdinand vii hostile, à la fois, à toute limitation de ses pouvoirs et au retour à des Cortès qui ne seraient pas par « estamentos ». Les considerations de l’auteur, au début de son article, sur l’«historicismo historiográficamente erróneo de los liberales» éveillent l’intérêt, bien qu’elles ne soient en rien surprenantes : il est rappelé que les libéraux, désireux de gommer l’aspect de « rupture révolutionnaire » que revêtaient leurs choix, se sont évertués, peut-être avec mauvaise foi, à démontrer que leurs réformes s’enracinaient dans le passé national. D’où un contraste avec la Constitution de Bayonne. 

79L’étude de la Constitution de Cadix est, désormais et principalement, aux mains des historiens « constitutionnalistes ». En Espagne, ils semblent avoir à leur tête Joaquín Varela Suanzes-Carpegna qui, dans l’ouvrage coordonné, en 2007, par Antonio Moliner, La Guerra de la Independencia en España (1808-1814) (Alella, Nabla ediciones, 2007), a rédigé le chapitre consacré à « Las Cortes de Cádiz y la Constitución de 1812 » (p. 385-423).

80Ultérieurement, le même auteur a livré une brève synthèse sur « La constitución de 1812 » dans le numéro 12 de la série des opuscules monographiques de La Aventura de la Historia. On préfère imaginer que son honnêteté intellectuelle, plus que sa préférence, l’a conduit à réserver une belle place, dans la bibliographie, au « réactionnaire » Federico Suárez Verdeguer. On retiendra cette idée force qu’il convient de faire une distinction entre le libéralisme de l’an 12 et la Constitution de Cadix dans laquelle ne s’inscrivent pas, en effet, toutes les composantes de la doctrine libérale, notamment celles qui touchent au statut de la religion catholique et aux rapports entre l’Église et l’État.

81J’ai plaisir à souligner l’intérêt de l’exposition intitulée « Ilustración y liberalismo, 1788-1814 », qui s’est tenue au Palais Royal de Madrid, entre octobre 2008 et janvier 2009. Elle a donné lieu à la publication d’un imposant catalogue occupé pour moitié par des reproductions iconographiques et, pour une autre moitié, par des articles. Les 19 auteurs, condamnés à une drastique concision, ont eu ainsi la possiblité de composer de lumineuses synthèses, comme celles, concernant le libéralisme, de José Portillo Valdés, « Liberalismo y revolución » (p. 435-445) et de Joaquín Varela Suanzes-Carpegna, « El constitucionalismo » (p. 447-455). Pour qualifier les diverses « tendances constitutionnelles » qui se sont manifestées au sein des Cortès gaditanes, l’auteur reprend à son compte l’habituelle distinction entre « realistas », « liberales » et « députés américains ». En dépit de mon incompétence en la matière, je me hasarde à avouer ma perplexité sur un point et souhaite le soumettre à la réflexion des connaisseurs. Personnellement, je suis surpris que « le chapeau conceptuel » de « realistas » couvre une portion de députés que je préfèrerais qualifier d’« absolutistas » ou de « anti-liberales », pour la raison qu’ils sont globalement des partisans de l’Ancien Régime réformé ou non et de farouches adversaires de ces libéraux tenus pour de dangereux révolutionnaires ou des « afrancesados » inavoués. Dans ces conditions, on a du mal à admettre que leur devise soit » ni revolución ni reacción, reforma de lo existente ». On doit pouvoir soutenir que nombre de ces « realistas » sont, en fait, des contre-révolutionnaires ou – pour employer un terme trop moderne – des « réactionnaires », à l’image de cet Inguanzo et de ses amis, qui – comme en convient J. Varela Suanzes-Carpegna – « estaban muy alejados del talante ilustrado de Jovellanos » ; c’est dire que ces anti-«ilustrados » ont peur, tout bonnement, de ces réformes préconisées par ces « realistas », tels que l’auteur les présente. Enfin, l’inconvénient de l’appellation valorisante « realistas » est que, par voie de conséquence, elle ne semble pas devoir s’appliquer aux « liberales » ; or ces derniers sont eux aussi des « royalistes » ou des « monarchistes » qui continuent à défendre, du moins pour le moment, la légitimité de Ferdinand vii durant le conflit contre les Français.

82A l’occasion de tel ou tel congrès ou colloque, sont abordés des aspects plus « pointus » de la réforme constitutionnelle gaditane. Ainsi, récemment, Joaquín Marco Marco, dans « Guerra, paz y monarquía en la constitución de 1812 », a examiné par le détail les fonctions attribuées au roi par ledit texte (Actas del congreso internacional…, p. 365-378).

83Dans d’autres cas, peu courants, est étudié, au niveau local, le fonctionnement d’une municipalité constitutionnelle. C’est le cas de « El ayuntamiento constitucional de Valencia, 1813-1814 », évoqué par María Pilar Hernando Serra dans le même ouvrage collectif.

84Javier Lasarte Álvarez est l’auteur de Las Cortes de Cádiz. Soberanía, separación de poderes, Hacienda (Madrid, Marcial Pons/Universidad Pablo de Olavide, 2009). Le titre est suffisamment explicite, qui marque bien qu’on a affaire à une synthèse touchant à quantité de thèmes, d’autant que le titre laisse ignorer qu’il est question aussi des prises de position de l’ultra-absolutiste évêque d’Orense et du marquis de Palacio, ainsi que du manifeste de Lardizábal.

85Signalons enfin l’article de Juan Ignacio Marcuello Benedicto, intitulé «Las Cortes de Cádiz: monarquía y gobierno de asamblea. Valoraciones historiográficas sobre ‘la forma de gobierno’ en el sistema constitucional de 1812». Cet article a paru dans l’ouvrage collectif récent, déjà signalé et dont il sera question ultérieurement, intitulé 1808. Controversias historiográficas.

86Le thème de la franc-maçonnerie, mis en relation avec le libéralisme, n’avait pas été annoncé dans la Table des matières que j’avais programmée, pour la raison que les deux écrits examinés ci-dessous sont très récents. Ce thème de la présence de la franc-maçonnerie au cours de la Guerre d’Indépendance me paraît avoir cessé d’être, aujourd’hui, un sujet de controverse, comme il l’avait été durant la franquisme ; en effet, les historiens acquis à ce régime, dans le but de discréditer le libéralisme gaditan, s’étaient plu à surévaluer le rôle important (et néfaste) qu’avaient joué les députés aux Cortès de Cadix, membres de la secte. Heureusement, le grand spécialiste de la franc-maçonnerie, J. Antonio Ferrer Benimeli a rejeté cette accusation irrecevable. Il vient de le faire de nouveau, à deux reprises, dans un opuscule intitulé La masonería como problema político-religioso. Reflexiones históricas (Gobierno del Estado de Txacala, 2010) et dans un article publié dans l’ouvrage collectif, déjà mentionné, Guerra de conciencias. Monarquía o independencias en el mundo hispánico y lusitano (Gobierno del Estado de Txacala, 2010). Parti à la recherche des sources de désinformation, l’auteur se réfère tout d’abord au Boletín Oficial del Grande Oriente Español du 27 septembre 1910 où est affirmée l’existence de nombreux maçons au sein des Cortès de Cadix, dont Argüelles, Calatrava, Palafox, Alcalá Galiano et le comte de Toreno. D’autres noms sont adjoints, dont ceux de Diego Muñoz Torrero et de Juan Nicasio Gallego, dans un ouvrage de Morayta publié en 1915. Il est vrai que, en 1812, le journal El Sol de Cádiz invitait à démasquer les Maçons, partout dans le pays, mais sans doute visait-il les partisans des Français. Durant le conflit, les dénonciations des Maçons provenaient des absolutistes qui les tenaient pour des jacobins ou des créatures démoniaques. Or J.A. Ferrer Benimeli rappelle un fait souvent oublié : en janvier 1812, la Régence a prononcé l’interdiction de la franc-maçonnerie dans les territoires des « Indes » et aux Philippines. La conclusion de l’auteur est formelle : seule, la franc-maçonnerie bonapartiste a existé et s’est développée en Espagne pendant la guerre et, « pas même dans le Cadix des Cortès, on ne relève une présence maçonnique ». Comme on le sait, la franc-maçonnerie n’a connu un essor qu’après 1815, en Espagne et hors d’Espagne, en raison de la répression anti-libérale imputable à Ferdinand vii et à la faveur de l’exil auquel ont été contraints les anciens partisans du « Roi intrus » et les anciens patriotes libéraux.

87Là où, au début de la première partie de mon article, une place avait été faite à plusieurs pays européens autres que l’Espagne, où la commémoration du bicentenaire de 1808 a donné lieu à des publications diverses, une place aurait pu être réservée aussi aux colonies ou anciennes colonies espagnoles d’Amérique. A la vérité, dans ces territoires devenus tour à tour indépendants par la suite, il est évident que, en rapport avec ce qui se passait dans la métropole durant la Guerre d’Indépendance, l’événement majeur, aux yeux des contemporains comme aux yeux des chercheurs actuels, n’a été ni le soulèvement du Deux Mai madrilène, ni Baylen, ni Saragosse, mais, un peu plus tard, la révolution institutionnelle gaditane, à laquelle ont participé, du reste, des Latino-Américains. Dans son article intitulé « Las conmemoraciones de los bicentenarios y el liberalismo hispánico: ¿historia intelectual o historia intelectualizada?» (Ayer, n° 69, 2008/1, p. 189-219), Roberto Breña, se plaçant dans le sillage de Javier Fernández Sebastián, estime que l’étude de l’influence, dans l’Amérique espagnole, du libéralisme gaditan, est demeurée insuffisante. De surcroît, il est persuadé que cette influence, conjuguée à celle des libéralismes français, anglais et nord-américain, a été plus forte qu’on ne l’a dit.

88J’ai mentionné, dans la première partie de mon article, la tenue à Cadix, en mars 2009, d’un colloque dont l’intitulé comportait les termes « Liberty, Liberté, Libertad ». Et j’avais signalé, au titre de nouvelle tendance historiographique, l’étude du libéralisme gaditan à travers les ressemblances et interférences entre ce libéralisme espagnol et le libéralisme surgi dans les territoires espagnols d’Amérique en voie d’émancipation. En d’autres termes, a été abordée à Cadix et sera probablement abordée ailleurs, au long des années à venir, la dialectique « Revolución hispánica vs. Revoluciones atlánticas ». Cette approche rejoint une autre, plus ancienne, à savoir, l’étude concernant l’affrontement idéologique, durant la Guerre d’Indépendance, entre les tenants du « nationalisme libéral gaditan », les partisans du « réformisme joséphin, » et les « contre-révolutionnaires absolutistes ». Ce « Congreso Doceañista » consacre aussi la prédominance, à Cadix et pas seulement là, de l’interdisciplinarité, avec l’intervention conjointe des spécialistes qui s’intéressent à l’histoire, à l’histoire des idées, au constitutionnalisme, à la littérature et à l’art. Tout ceci est en rapport avec ce « libéralisme » devenu un concept extraordinairement ouvert et englobant.

La Constitution de Bayonne et le régime « joséphin »

89Le phénomène de l’« afrancesamiento », quand il n’est pas saisi à l’échelon supérieur et central, c’est-à-dire à Madrid autour du Roi Joseph, a donné lieu à deux approches : certains chercheurs « constitucionalistas », parfois dans le sillage de Joaquín Varela Suanzes-Carpegna, étudient les antécédents et le contenu de la Constitution de Bayonne, et l’on songe là aux études savantes de Jean-Baptiste Busaall, en particulier à ses considérations sur « Le règne de Joseph Bonaparte : une expérience décisive dans la transition de la « Ilustración » au libéralisme modéré (revue électronique Historia Constitucional, n° 7, 2006, p. 123-157).

90L’année suivante, Ignacio Fernández Sarasola publiait son étude de La Constitución de Bayona (1808) (Madrid, Iustel, 2007).

91Tandis que 2012 devrait être – mais le sera-t-elle ? « l’année de la Constitution de Cadix », on peut avancer, avec une pointe d’exagération, que 2008 a été l’» année de la Constitution de Bayonne », du moins pour les historiens « constitutionnalistes ». Mérite d’être cité l’ouvrage coordonné par Enrique Álvarez Conde et José Manuel Vera Santos, Estudios sobre la Constitución de Bayona (Madrid, Las Rozas, 2008).

92Mérite d’être cité également l’article écrit par Claude Morange en 2008, mais seulement publié en 2009 , dans la revue Historia Constitucional (n° 10), sous le titre de « À propos de ‘l’inexistence’ de la Constitution de Bayonne » : C. Morange remet en question une affirmation largement répandue, selon laquelle cette Constitution n’a pas été connue en Espagne ; au contraire, elle a été connue, non seulement dans l’Espagne « joséphine », mais aussi dans l’Espagne résistante, « au point même d’interférer parfois dans les débats des Cortès de Cadix ».

93Toujours en 2008, a été publié l’article de Fernando Martínez, « La Constitución de Bayona y la experiencia constitucional josefina » (revue Historia y Política, UCM/CEPC/UNED, Madrid, n° 19, janvier-juin 2008, p. 151-171). L’originalité de l’approche tient au fait que, sans s’en tenir à l’étude interne de la Carta de Bayona, l’auteur examine les raisons de la difficile et fluctuante mise en oeuvre de la réforme institutionnelle tracée à Bayonne; celle-ci, par exemple, dictait un nouveau destin pour le Conseil de Castille, tandis que les avatars du conflit miltaire conduisaient à mettre en place, en 1811, sous une appellation clairement française, un « Consejo de Ministros ».

94Dans la revue Historia y Política (n° 19, janvier-juin 2008, p. 151-171), José María Portillo, coordinateur de ce numéro, condense les réflexions de F. Martínez en faisant remarquer dans son prologue que l’auteur considère, d’une part, le modèle constitutionnel « joséphin » en soi, le confrontant au système napoléonien forgé entre 1800 et 1804 et, d’autre part, établit un lien, dans les discours, entre Bayonne et Cadix, « chose qui a échappé généralement à l’historiographie s’intéressant aux modèles constitutionnels dans l’histoire d’Espagne ».

95Signe que la Constitution élaborée à Bayonne et appelée à fonder et orienter la politique du Roi Joseph n’est pas délaissée, a été la tenue, au Collège d’Espagne de Paris, en mai 2008, d’un séminaire auquel ont participé, chacun apportant une savante contribution, Claude Morange («Alcance y difusión del Estatuto de Bayona en la España de la Guerra de la Independencia»), Jean-Baptiste Busaall («Constitución de Bayona y propaganda josefina: los malentendidos fecundos de la recepción del constitucionalismo napoleónico en España») et Ignacio Fernández Sarasola («La Constitución olvidada: el Estatuto de Bayona en 1808»).

96De leur côté, les historiens qu’on pourrait qualifier de « classiques », se plaçant à l’échelon provincial ou/et local, examinent parfois la mise en application des réformes conçues par le gouvernement du roi Joseph ou des mesures décidées, parfois contre lui, par les hauts commandants militaires impériaux. D’où l’intérêt de l’approche panoramique de Matías Ramisa Verdeguer dans son article « La administración bonapartista » dans l’ouvrage, mentionné plus haut coordonné par Antonio Moliner Prada, La Guerra de la Independencia en España (1808-1814) ; l’auteur y décrit l’administration française et « joséphine », tant au niveau central qu’au niveau régional, puisque sont évoqués successivement la Catalogne, l’Aragon, le Pays Basque et la Navarre.

Le combat d’idées dans le pays

La défense de l’absolutisme

97(Cette rubrique n’avait pas été prévue au départ). Les historiens de gauche qui, sous le franquisme, s’étaient intéressés à la Guerre d’Indépendance – on songe notamment à M. Artola, A. Elorza, A. Gil Novales, A. Dérozier… avaient donné une préférence logique, par affinité, à l’étude de la révolution libérale plutôt qu’à celle du comportement et de la doctrine des anti-libéraux. Dans le camp opposé, les historiens appartenant à ce qu’on appelait « l’école de l’Université de Navarre » avaient prononcé, dans leur propre logique, le choix inverse. L’avènement de la démocratie n’a fait qu’accroître, jusqu’à la démesure, le déséquilibre historiographique qui s’est opéré au détriment de l’étude de l’anti-libéralisme, pour la raison, entre autres, que tant les partis de droite que les partis de gauche ont choisi de rendre hommage aux réformateurs ou révolutionnaires de Cadix. D’où la rareté des études, approfondies ou non, portant sur les écrits des défenseurs de l’Ancien Régime et détracteurs des libéraux. Du moins existe-t-il des références, çà et là, à des écrits parus dans la presse « servil » ou dans des pièces de théâtre, en dehors des textes majeurs de Fray Rafael de Vélez ou de Francisco Alvarado « El Filósofo Rancio ». On se bornera à signaler deux articles concernant la pensée anti-libérale, qui ont été publiés cette année :

  • Aymes, Jean-René, « La mise en cause des élites et, en particulier, des « philosophes » et des « savants » pendant la Guerre d’indépendance », in Armando Alberola et Elisabel Larriba (eds), Las élites y la « revolución » de España (1808-1814), Publicaciones de la Universidad de Alicante, 2010.

  • Butrón Prida, Gonzalo, « Ciudadanos católicos. Mitos e imágenes de la propaganda antiliberal en el Cádiz sitiado», dans l’ouvrage coordonné par Emilio La Parra López, La guerra de Napoleón en España. Reacciones, imágenes, consecuencias, Madrid/Aix-en-Provence, Universidad de Alicante, Université de Provence, Casa de Velázquez, 2010.

La «guerre d’opinion»

98A l’évidence, la « guerre péninsulaire » est loin d’avoir été exclusivement une confrontation entre quatre armées régulières (la française, l’espagnole, l’anglaise et la portugaise) ; ne serait-ce qu’à travers les guérilleros, les miliciens, les « miquelets » et les « somatens » en Catalogne, elle implique la population civile qu’il importe d’éclairer et de mobiliser. Le discours, surtout oral puisque la majorité de la population est analphabète, mais aussi écrit, revêt dès lors une importance capitale. Cette « guerre d’opinion » qui transforme un mot, un énoncé, une métaphore… en une sorte d’arme de jet a donné lieu, au cours de ces dernières années, à quantité d’articles concernant la presse, les pamphlets, les sermons imprimés, les poésies, les textes de pièces de théâtre…

99En 2007, l’article de Emilio de Diego García, «La verdad construida: la propaganda en la Guerra de la Indeepndencia», dans l’ouvrage, cité plus haut, coordonné par Antonio Moliner, offre une séduisante synthèse, ne serait-ce que parce qu’elle incorpore la gravure et la musique populaire, militaire et religieuse.

La presse

100Très tôt, les historiens ont estimé, à l’unisson, que les journaux, souvent de vie éphémère, ayant fleuri de tous côtés durant la guerre, ont joué un rôle déterminant pour l’information et la mobilisation des habitants. Très tôt également, dès le début du xxe siècle et sous le franquisme, a été étudié le contenu de telle ou telle gazette. Pendant longtemps, on n’a disposé que du vieux répertoire de Manuel Gómez Imaz, Los periódicos durante la Guerra de la Independencia (1808-1814), datant de 1910. Vers la fin du xxe siècle et au tout début du suivant, grâce aux travaux de Javier Fernández Sebastián et de Fernando Durán López, on a pu disposer des textes du Correo de Vitoria, de El Bascongado et du Semanario Patriótico.

101Enfin vient de paraître l’impeccable répertoire élaboré, avec patience et méticulosité, par Alberto Gil Novales, Prensa, guerra y revolución. Los periódicos españoles durante la Guerra de la Independencia (Madrid/Aranjuez, C.S.I.C/Ediciones Doce Calles, 2009).

102Toutefois, le répertoire de A. Gil Novales ne rend pas obsolètes des études, anciennes ou relativement récentes, portant sur l’ensemble des quotidiens et périodiques parus dans telle ou telle région ou ville.

103On songe ici au bel ouvrage coordonné par Marieta Cantos Casenave, Fernando Durán López et Alberto Ramos Santana, La guerra de pluma. Estudios sobre la prensa de Cádiz en el tiempo de las Cortes (1810-1814) (Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz). Le tome I, publié en 2006 et sous-titré Imprenta, literatura y periodismo, traite de l’infrastructure du journalisme (imprimeries et imprimeurs), ainsi que du contenu des publications. Dans le tome II, publié en 2008 et sous-titré Política, propaganda y opinión pública, le champ de la réflexion s’élargit et s’étend maintenant à la nature de la propagande napoléonienne (article de A. Pizarroso Quintero), à l’utilisation de la liberté de presse par les organes libéraux et réactionnaires (F. Durán López) et au théâtre politisé, anti-«servil », anti-libéral et anti-napoléonien (A. Romero Ferrer). Le contenu du tome III, également publié en 2008 et sous-titré Sociedad, consumo y vida cotidiana, relève de l’histoire sociale, appréhendée à travers la presse gaditane, notamment le Diario Mercantil (M. Román López). Dans son article portant sur « La vida cotidiana en el Cádiz de las Cortes », A. Ramos Santana, après s’être prononcé sur les écrits d’Adolfo de Castro, de Ramón Solís et d’Antonio Alcalá Galiano, apporte des informations souvent inédites sur des sujets aussi divers que l’approvisionnement de la ville, les épidémies, l’habitat, les tavernes, la loterie… On a signalé plus haut la contribution de M. Cantos Casenave à l’étude des « Femmes dans la presse, entre les Lumières et le romantisme ».

104Au cours des années 2008 et 2009 ont paru quelques études concernant, en général, des publications locales ou régionales :

  • Barreiro Fernández, Xosé R., « O xornalismo galego no ciclo da Guerra de Independencia (1808-1815)», in Xosé R.Barreiro Fernández, O liberalismo nos seus contextos, Universidade de Santiago de Compostela, 2008, p. 185-213.

  • Busaall, Jean-Baptiste, «Le discours constitutionnel dans El Imparcial de Pedro Estala, 1809 », in El argonauta español, n° 5, 2008.

  • Durán Porras, Elías, « De la euforia a la decepción: la prensa inglesa ante el levantamiento español», in El argonauta español, n° 5, 2008.

  • Angulo Egea, María, «La prensa durante los sitios», in Wifredo Rincón García (presentador), Los Sitios de Zaragoza, Saragosse, Fundación 2008, 2009, p. 167-179.

  • Checa Godoy, Antonio, Laprensa española durante la Guerra de la Independencia, Cadix, Quorum Libros editores, 2009.

  • Hernández González, Manuel, (edición y estudio introductorio), Liberales canarios en el Cádiz de las Cortes: Diego Correa, Antonio Saviñón y Miguel Cabral de Noroña, Santa Cruz de Tenerife y las Palmas de Gran Canaria, Ediciones Idea, 2009. Le moine Miguel Cabral de Noroña, établi à Tenerife où il professe des idées libérales et anticolonialistes, est conduit prisonnier à Cadix. Là, il fonde le journal libéral El duende político. Dans l’un de ses numéros, il livre de subversives « Réflexions sur l’Amérique espagnole », y faisant le procès, sans retenue, de la tyrannie exercée par les vice-rois, de l’injustice des « Lois des Indes » qui condamnaient les habitants à un insupportable asservissement ; il prédit que la pénétration des lumières et l’exemple de l’accession des États-Unis à la liberté conduiront fatalement les Hispano-américains à vouloir secouer leurs chaînes.

  • On mentionnera en dernier lieu, pour la simple raison qu’ils sont les plus récents les articles de Gérard Dufour, « La prensa en la España ocupada », dans l’ouvrage collectif déjà cité 1808. Controversias historiográficas, et de María Angulo Egea, « La prensa durante los sitios » dans le catalogue Los Sitios de Zaragoza (Saragosse, Colección Editorial Fundación 2008, n° 7, 2009, p. 167-179).

Le théâtre

105En 2007, María Mercedes Romero Peña avait évoqué de façon panoramique El teatro de la Guerra de la Independencia (Madrid, Fundación Universitaria Española, 2007).

106Mais on estimera que, sur le théâtre, la relève de Emmanuel Larraz, avec son livre Théâtre et politique pendant la guerre d’Indépendance espagnole : 1808-1814 (Aix-en-Provence, Service des Publications de l’Université de Provence, 1988) , est assurée par Ana María Freire qui complète les données réunies par son prédécesseur. Dans son ouvrage Entre la Ilustración y el romanticismo. La huella de la Guerra de la Independencia en la literatura española (Publicaciones de la Universidad de Alicante, 2008), elle reprend quatre de ses articles publiés entre 1995 et 2001, consacrés au « Panorama teatral de la Guerra de la Independencia », au théâtre patriotique pendant la même période, au théâtre dans le Madrid occupé par les Français et au théâtre politique sous le règne de Ferdinand vii.

La poésie

107On retrouve A.M. Freire associée à un aperçu sur la « Literatura satírica durante la Guerra de la Independencia española (1808-1814) », article écrit, à la vérité, en 1990.

108En revanche, est de 2008 la Antología poética de la francesada : 1808-2008, composée par Juan Jiménez Fernández (Universidad de Jaén, 2008).

109Encore plus récent, puisque en date de la présente année 2010, est l’article, nourri de citations, de Françoise Etienvre, « Propaganda antinapoleónica : el arma de la poesía », paru dans le livre plusieurs fois mentionné 1808. Controversias historiográficas. F. Etienvre a justement relevé un paradoxe ou une anomalie, à savoir que les auteurs de poésies, dont l’intention patriotique n’est pas mise en doute, se condamnaient à ne toucher qu’un public restreint lorsque, sans doute pour briller, ils proposaient de vastes compositions, parfois savantes ou emphatiques, peu en accord avec les goûts et la culture des lecteurs de classe populaire.

La musique

110Etudiée à l’occasion du premier centenaire de la Guerre d’Indépendance, puis au cours des premières années du siècle présent, la musique, telle qu’elle a été mise au service du combat patriotique, pro-libéral ou pro-«joséphin », a été révélée dans sa riche variété par Emilio De Diego García dans son article intitulé « La verdad construida : la propaganda en la Guerra de la Independencia », paru dans l’ouvrage plusieurs fois cité, coordonné par A. Moliner, La Guerra de la Independencia en España (1808-1814). L’auteur y envisage succesivement, mais, hélas, de façon obligatoirement sommaire, la musique populaire, la musique religieuse, le théâtre politique musical et la musique dans l’Espagne du roi Joseph.

111Cet article ne fait pas double emploi avec celui d’Antonio Mena Calvo, publié dans le catalogue La Guerra de la Independencia. El pueblo español, su ejército y sus aliados frente a la ocupación napoleónica (Madrid, Ministerio de Defensa, 2007, p. 401-415), car le titre, trop restrictif, « La Música Militar de la Guerra de la Independencia » ne dit pas que, en réalité, sont évoquées les musiques populaire, traditionnelle, religieuse et vocale, de même que sont passés en revue des répertoires et de grands compositeurs. 

L’iconographie

112Longtemps, les lecteurs profanes ou insuffisamment informés ont pu avoir l’impression trompeuse que, seul, Goya avait laissé un témoignage iconographique exceptionnel sur la Guerre d’Indépendance avec ses tableaux très connus du «Dos de Mayo» et du «Tres de Mayo» et, accessoirement, avec les gravures de «Los desastres de la guerra». Plus tard, notamment grâce aux travaux de Claudette Dérozier, un petit nombre de Français ont pris connaissance des gravures de Langlois et de Bacler d’Albe, tandis que, en Espagne, un public également réduit découvrait les gravures de Fernando Brambila et de Juan Gálvez, avec l’accompagnement de gravures satiriques, anglaises et espagnoles, ridiculisant le Roi Joseph, Napoléon et quelques-uns de ses maréchaux.

113La présente année (2010) a été marquée par la publication d’une œuvre majeure, pionnière, due à Rafael Contento Márquez, consacrée à Las Ruinas de Zaragoza de Gálvez y Brambila. Una epopeya calcográfica (Saragosse/Madrid, Institución « Fernando el Católico », publicación n° 2864/Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, 2010). Carlos Forcadell Álvarez, directeur de l’«Institución» saragossaine, présente ainsi le somptueux ouvrage, d’un très grand format : « Les 36 gravures des ‘Ruines de Saragosse’ réalisées par Juan Gálvez et Fernando Brambila, imprimées à Cadix en 1812 et 1813, constituent le première transmission visuelle et iconographique de la défense de Saragosse pendant les sièges, épisodes militaires spécialement populaires durant les années des guerres napoléoniennes, pour avoir été l’un des premiers et l’un des revers militaires les plus imprévus de l’armée française ». L’espagnol Gálvez et l’italien résidant en Espagne Brambila, venus à Saragosse de leur propre chef, se sont chargés de « perpétuer les gloires » de ladite ville, en composant les portraits des principaux protagonistes (de Palafox à Agustina de Aragón) et en représentant des scènes de combat et le saisissant spectacle des ruines amoncelées. Comme l’observe Antonio Bonet Correa, Directeur de la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, l’oeuvre des deux artistes a valeur de « reportage graphique » qui fait d’eux des précurseurs du romantisme en raison de la fascination exercée sur eux par les ruines. Ce goût n’exclut pas leur recherche, parfois, du pittoresque, ni l’irruption de traits « costumbristas ». L’«étude historique », conduite par Rafael Contento Márquez, expert en matière de dessins des xixe et xxe siècles, est, en tous points, remarquable, notamment en ce qui concerne la technique employée par les deux artistes et l’originalité de leur approche de la réalité, annonciatrice des « Désastres de la guerre » de Goya.

114A côté de l’Espagne, le Portugal vient enfin de trouver sa place grâce au récent article d’Antonio Ventura, « Iconografía portuguesa sobre la Guerra de la Independencia española », paru dans l’ouvrage, déjà cité, coordonné par E. La Parra, La guerra de Napoleón en España. Reacciones, imágenes, consecuencias.

115Au cours des dernières années, on a assisté à la prolifération de documents iconographiques de tous ordres, qui, ou bien illustrent des ouvrages et des revues, ou bien sont présentés dans de grandes expositions, notamment à Madrid et à Saragosse. Celles-ci donnent lieu à la publication de magnifiques catalogues. En raison de la richesse et de la diversité des sujets présentés, on va mentionner prioritairement les catalogues suivants :

  • Miradas de la Guerra de la Independencia, Madrid, Biblioteca Nacional, 2008.

  • La Guerra de la Independencia 1808-1814. El pueblo espanol, su ejército y sus aliados frente a la ocupación napoleónica, Madrid, Ministerio de Defensa, diciembre 2007.

  • Ilustración y liberalismo, 1788-1814, Palacio Real de Madrid, octubre 2008/enero 2009.

  • La Zaragoza de los Sitios, Saragosse, Colección Editorial Fundación 2008, n° 4, 2008.

  • 1808-2008. Asturias a principios del siglo xix. Vida cotidiana, sociedad, cultura y guerra, Oviedo, Junta General del Principado de Asturias, 2008.

116On trouve dans ces catalogues, outre quantité de gravures et d’extraits de textes, les portraits, en pied ou en buste, de Ferdinand vii, Charles iv, Godoy, Joseph Bonaparte, l’Empereur, de députés aux Cortès de Cadix (Argüelles, Inguanzo y Rivero…), de généraux et de chefs de guérillas (Marquis de La Romana, Palafox, Castaños, « El Empecinado », Juan Díaz Porlier…). La plupart de ces personnages connus ont une dimension nationale, mais l’approche « localiste » ou « provincialiste » du conflit conduit à l’heureuse découverte d’autres personnages jusque-là rarement representés. Ainsi en est-il pour l’exposition organisée par la Junte Générale des Asturies, qui rassemblait des tableaux représentant des patriotes dont la renommée n’avait pas dépassé les frontières de la province : Evaristo Fernández San Miguel y Valledor ou Gregorio Piquero-Argüelles.

117Outre les scènes de batailles et les grands événements d’ordre politique, tels que « El juramento de las Cortes de Cádiz » ou la « Rendición de Bailén » par José Casado del Alisal, ces expositions et certains ouvrages font connaître quantité d’objets divers, tous en rapport avec la guerre: uniformes, armes, drapeaux, décorations, médailles, monnaies, mobilier, plats décorés…

118Il est entendu que, pour nous, l’histoire culturelle à laquelle nous sommes attachés comprend – comme l’a bien démontré Jean-François Botrel – l’étude du livre et de la lecture. Ainsi donc, après avoir fait allusion, plus haut, aux ouvrages illustrés se rapportant à la guerre d’Espagne, on va leur consacrer quelques lignes. Naturellement, ce serait peine perdue que de tenter de les énumérer ; mais on voudrait, pour le moins, mettre en valeur l’intérêt qui s’attache à des documents iconographiques qui accompagnent et, parfois, éclairent le texte. Grâce soit rendue à certains éditeurs espagnols qui assument la surcharge financière, à moins que ce soit une affaire tentable de marketing… Parmi les plus richement illustrés, citons trois ouvrages (classés chronologiquement) qui, pour le moins, sont agréables à feuilleter…. :

  • Pérez Garzón, Juan Sisinio, Las Cortes de Cádiz…, Madrid, Editorial Síntesis, 2007. Les 16 illustrations groupées dans la partie centrale de l’ouvrage sont des portraits (Murat, Wellington, « El Empecinado », le député Lequerica, Mariano Cerezo (un héros saragossain), deux tableaux et une gravure

  • Aymes, Jean-René, La Guerra de la Independencia: calas y ensayos (1808-1814), Madrid/Aranjuez, C.S.I.C./Doce Calles, 2008. Les 32 illustrations, choisies par l’éditeur et groupées également dans la partie centrale du livre, mêlent les genres, puisqu’on trouve là des gravures de Goya tirées des « Desastres de la guerra », des caricatures espagnoles et anglaises, des portraits de souverains, un tableau de Vicente Castelló, « Valencia declara la guerra a Napoleón » (1810) et un tableau, qui mérite d’être connu, du français Joseph Flaugier, « Somatenes catalanes » (1810).

  • Plus encore que les livres, les fascicules et revues s’enrichissent souvent d’illustrations multiples qui, lorsque les textes sont centrés sur les épisodes militaires, offrent des portraits de protagonistes, des gravures d’époque, des plans de batailles, voire les photographies des lieux où elles se sont déroulées. On mettra ici en valeur, pour cette richesse iconographique, les fascicules publiés par la « Fundación Dos de Mayo. Nación y Libertad » et, surtout, la revue La Aventura de la Historia.

119Au nord des Pyrénées, deux revues, Gloire et Empire et Tradition Magazine, dans des numéros parus en 2007 et partiellement consacrés à la guerre d’Espagne, sont agrémentées de nombreuses illustrations de toute sorte et de tous âges, allant des gravures contemporaines des événements jusqu’à des compositions picturales de notre époque et à des photos, comme par exemple « Le champ de bataille de Medina » (de Río Seco) ou « La table sur laquelle fut signée la capitulation de Bailén ».

Francisco de Goya

120Comme il a été dit plus haut, Goya continue à bénéficier d’un traitement de faveur. Son fameux « Dos de Mayo » est reproduit de tous côtés, sur des affiches, sur des couvertures de livres, dans des revues, tout comme le sont, lors des célébrations dans la capitale aragonaise, les scènes et personnages se rapportant aux sièges de la ville.

121En France – chose exceptionnelle – le directeur du musée de Montbéliard, admirateur de l’artiste aragonais, a organisé, au cours du second semestre de 2007, une exposition intitulée « Goya. Fastes et ténèbres ». Dans le catalogue, la guerre d’Espagne n’était représentée, outre la reproduction de gravures, que par un article – brèves généralités – de Jean-René Aymes, sur « Les Désastres de la guerre » (p. 51-57).

122En Espagne où avaient été organisées plusieurs expositions sur Goya en 1994 et 1996, à des dates plus proches de nous ont paru la biographie écrite par Robert Hugues en 2004 et, surtout, celle de l’éminent spécialiste Valeriano Bozal avec son Francico de Goya, vida y obra (Alcobendas, Tf., 2005, 2 vol. ).

123Entre février et mai 2008, s’est tenue une exposition, à la Bibliothèque Nationale de Madrid. Une bonne partie du catalogue était consacrée aux « Desastres de la guerra », série évoquée par le même spécialiste.

124Une autre experte, Jesusa Vega, a associé son nom, également en 2008, au catalogue ayant accompagné l’exposition « Goya y sus contemporáneos » qui s’est tenue au musée madrilène Lázaro Galdiano.

125José Manuel Matilla, qui déjà s’était exprimé sur les « Desastres de la guerra » en 2000, a évoqué « Goya en tiempos de guerra » dans le catalogue de l’exposition, sous le même titre, présentée au Musée du Prado, toujours en 2008.

126Les deux grands événements éditoriaux se rapportant à Goya et à l’année 1808 se situent en Espagne, et impliquent deux hispanistes français. L’un des deux, René Andioc, a réuni sous le titre Goya. Letra y figuras (Madrid, Casa de Velázquez, 2008) plusieurs articles écrits entre 1982 et aujourd’hui. La méticulosité et la finesse de l’auteur sont bien connues. Sans doute, la majorité des études de l’iconographie goyesque se rapporte-t-elle aux « Caprichos », mais tout le premier chapitre (« Realismo e imaginación ») a trait au « Dos de Mayo » et au « Tres de Mayo ». Les habituels lecteurs de R. Andioc se souviennent que celui-ci s’était employé à localiser topographiquement les affrontements du 2 mai et les exécutions du lendemain, à préciser les conditions météorologiques qui avaient présidé aux événements et à démontrer que le peintre avait été dans l’impossibilité matérielle d’assister de visu aux combats. Par delà cette approche « pointilliste » et « positiviste » de la création artistique goyesque, c’est toute une savante réflexion sur le réalisme pictural qui est livrée.

127La seconde œuvre majeure, pour la richesse de la documentation, la maîtrise du raisonnement et le caractère inédit de certaines hypothèses, est celle de Gérard Dufour, Goya durante la Guerra de la Independencia (Madrid, Cátedra, 2008). La problématique est clairement posée, en quatrième de couverture de l’ouvrage :

¿Se dejó seducir Goya por el programa reformista de José i, como sostiene Pierre Gassier? ¿Fue, como opinó Jeannine Baticle, un ardiente patriota? ¿O fue, como pretende Robert Hugues, un destacado liberal, partidario entusiasta de la Constitución promulgada en Cádiz en 1812?

128La réponse, quoique très prudente, ne doit pas décevoir, ne serait-ce que parce qu’elle débouche sur une surprenante hypothèse. On lit, toujours en quatrième de couverture :

Gérard Dufour nos muestra los pasos que siguió Goya durante la Guerra de la Independencia y su conducta. Una conducta que, por supuesto, no fue unívoca, y en la que se mezclaban actitudes de puro patriotismo y un afrancesamiento como mínimo pasivo al tiempo que recibía, posiblemente, la « luz » masónica.

Les traces durables du conflit

129On convient que ce libellé fait songer d’entrée aux effets tangibles de la guerre, en général déplorables, tels que pertes humaines, déportations, exils, scissions au sein des familles, traumatismes, appauvrissement, destructions, paralysie ou détérioration des activités industrielles, agricoles et commerciales… Tous ces aspects ont été abordés, mais jamais ensemble et sans jamais occuper le premier rang, dans plusieurs congrès et colloques célébrés en 2008 et 2009.

130Dès 2006, Ronald Fraser, s’efforçant de chiffrer « Les coûts de la guerre », avait fourni des données numériques, les unes affinées touchant à la démographie, les autres, générales et accablantes, touchant à l’économie et au futur immédiat de l’Espagne.

131 Les approches postérieures se situent d’ordinaire dans un cadre local ou régional. On mentionnera trois exemples empruntés aux actes du colloque qui s’est tenu à Pampelune et à Tudela en novembre 2007. Ce congrès, organisé par Francisco Miranda Rubio, était intitulé Guerra, sociedad y política (1808-1814) (Universidad Pública de Navarra/Gobierno de Navarra, 2008, 2 vol. ). Une place non dérisoire y a été réservée à l’étude des conséquences du conflit :

  • De Diego González, Pedro Alfonso, «El impacto de la Guerra de la Independencia en Gijón», vol. II, p. 817-840.

  • Garde Garde, Juan Manuel, «Coste económico e impacto social de la Guerra de la Independencia en la villa de Mélida (Navarra)», vol. II, p. 903-936.

  • Sánchez Gómez, Miguel Ángel, «El impacto demográfico de la Guerra de la Independencia en Cantabria», vol. II, p. 1143-1166.

  • Viguera Ruiz, Rebeca, « Implicaciones económicas de la guerra contra el francés en La Rioja. Ramón Alesón y la realidad local riojana », vol. I, p. 755-795.

  • Naturellement, pour peu qu’un chercheur ayant étudié le déroulement du conflit se projette au delà de son terme immédiat, il aura tendance – comme l’écrit Enrique Martínez Ruiz – à évoquer «les désastres de la guerre» et «les destructions» : ainsi s’intitulent les quelques pages que cet historien consacre à l’ébauche d’un bilan forcément sinistre (La Guerra de la Independencia (1808-1814). Claves españolas en una crisis europea, Madrid, Sílex, 2007, p. 261-265.

132Mais, globalement, il ne me semble pas que l’année 2008 ait été marquée par un grand bond en avant historiographique concernant le bilan multiforme du conflit. Sans doute est-il logique d’attendre 2014…

133Du reste, ni la finalité des commémorations du Bicentenaire, ni l’attente des lecteurs ne poussaient massivement les chercheurs à s’intéresser aux conséquences du conflit, outre le fait décisif que l’attention devait se porter, en principe, sur l’année 1808 et non pas sur l’immédiate après-guerre. En outre, on a l’impression que l’historiographie positiviste ou marxiste n’est pas en vogue, aussi peu en Espagne que dans le reste de l’Europe occidentale. Aussi appréciera-t-on que l’un des grands représentants de cette tendance historiographique, Josep Fontana, ait continué à s’exprimer, ce qu’il a fait récemment dans son article « Mayo de 1808 : una España en crisis », publié dans 1808. Controversias historiográficas.

134Pour la même raison, on appréciera également que près d’un tiers du récent ouvrage coordonné par Emilio La Parra López, La Guerra de Napoleón en España. Reacciones, imágenes, consecuencias, soit consacré à l’examen et à l’évaluation des « Coûts humains et économiques de la guerre ». À charge de V. Pérez Moreda, de E. Llopís Angelán, de A. García Sanz et de A. Sánchez, sont étudiés les effets, désastreux à des degrés divers, sur la démographie, l’élevage, l’industrie et la distribution de la propriété. Il est heureux que, dans la bibliographie se rapportant à l’article « Las crisis demográficas del periodo napoleónico en España », figure, pour deux de ses écrits, Esteban Canales, lequel – me semble-t-il – a le plus fait avancer la recherche dans ce domaine ; certes, V. Pérez Moreda fait état d’un travail paru dans une revue électronique, mais il passe sous silence plusieurs autres études d’E. Canales, centrées sur « El impacto demográfico de la Guerra de la Independencia », consultables sur internet, ainsi qu’un article important, intitulé « 1808-1814 : démographie et guerre en Espagne », paru dans le n° 336 (avril-juin 2004) des Annales de la Révolution française, consacré à « L’Espagne et Napoléon ».

La mémoire collective

L’exploration et l’exploitation littéraires jusqu’à nos jours

135On peut imaginer que l’étude de la « mémoire collective » inscrite dans des textes imprimés, née au lendemain même de l’événement, puis entretenue et encore vivante de nos jours, pourrait porter sur quantité d’épisodes militaires ou politiques. Ce travail a abouti, et pas seulement limité à l’écrit, dans le cas du « Dos de Mayo » madrilène et de Baylen. Mais il n’est pas sûr qu’il ait été conduit à son terme, notamment au sujet des sièges de Gérone et de Cadix ou des batailles du Bruch et de Vitoria. En revanche, on peut mentionner, à titre d’exemple, le récent article de Francesco Palá Laguna, « Textos literarios y relatos históricos sobre los Sitios de Zaragoza impresos en el siglo xix », paru dans le catalogue Los Sitios de Zaragoza (Saragosse, colección Editorial Fundación 2008, n° 7, 2009, p. 181-211); on trouve là la mention des premiers récits des sièges, des mémoires des officiers français et anglais, des interprétations des historiens (du comte de Toreno à Gómez de Arteche), des poésies, des romans, des pièces de théâtre et du roman historique Zaragoza de Pérez Galdós, paru en 1874.

136Encore que l’«union intellectuelle » soit loin d’être scellée entre « historiens » et « littéraires », qu’ils soient français ou espagnols, il faut se réjouir qu’on ait pu assister à des rapprochements entre eux et à des rencontres au sujet de la Guerre d’Indépendance, notamment dans le cadre des activités de la Casa de Velázquez. L’attrait qu’exerce sur les chercheurs français l’histoire culturelle y est pour beaucoup. De leur côté, les universitaires « francisants » espagnols jouent un rôle actif. La frontière entre l’histoire et la littérature est devenue floue ou mobile. Mais, sans doute, plus d’un historien « classique », au nord ou au sud des Pyrénées, n’est pas encore décidé à souscrire à l’affirmation de Carmen Iglesias qui écrivait en 2002 :

Se pueden repasar los acontecimientos históricos de todo tipo a través de la historia de la literatura, y desde luego hay personajes literarios tan importantes como los históricos, a veces casi más, pero siempre es importante diferenciar lo que pertenece a la ficción pura y lo que procede de fuentes revisables (De Historia y de Literatura como elementos de ficción, Madrid, Real Academia de la Historia, 2002, p. 148).

137L’un des traits marquants de la nouvelle approche, qui remonte aux premières années de ce siècle, tient au fait qu’un certain nombre de chercheurs, sans doute rebutés par un positivisme estimé passé de mode, centrent leur intérêt, moins sur les documents d’archives que sur les écrits, les images, les objets… appartenant à des époques légèrement ou largement postérieures aux événements. Comme l’a exposé Stéphane Michonneau dans son introduction à l’ouvrage collectif Sombra de mayo. Mitos y memorias de la Guerra de la Independencia en España (1808-1814) (Madrid, Casa de Velázquez, 2007, p. XV), les approches voisines et complémentaires sont les suivantes : l’étude de la mémoire des acteurs, de la commémoration de la guerre, de l’élaboration des mythes et du développement du sentiment national.

138Sans doute, depuis de longue date, avait été étudiée, en Espagne et en France, la vision de la Guerre d’Indépendance propre à tel ou tel courant littéraire, historien, romancier ou dramaturge, non contemporain des événements. Mais les années 2007, 2008 et 2009 se signalent par une extraordinaire expansion dans ce domaine. On peut même parler d’un phénomène de mode, avec tout ce que ce terme implique de nouveauté, de séduction… et de limites pour l’historiographie. A mon sens, ont joué un rôle de pionnier ou de déclencheur deux universitaires, l’un espagnol, deux autres français. En 2001, José Álvarez Junco, avec Mater dolorosa. La idea de España en el siglo xix (Madrid, Taurus Historia, 2001), mettait le feu aux poudres en lançant ou alimentant l’idée de l’invention de la Guerre d’Indépendance comme guerre nationale. De son côté, en 2004, Christian Demange publiait un ouvrage fortement innovateur : El Dos de mayo. Mito y fiesta nacional (1808-1958) (Madrid, Marcial Pons, 2004) dont la quatrième de couverture portait le texte suivant :

Este libro analiza los intentos de construir un sentimiento nacional en España apoyándose en el principal lugar de memoria de la nación: la fiesta del dos de mayo, el gran símbolo que la España liberal eligió para encarnarse. Se reflejan en él las batallas ideológicas que libraron, entre 1808 y 1958, las distintas burguesías alrededor de la memoria de los heroicos madrileños y de lo que debía ser la nación española.

139On retrouve le nom de Christian Demange associé à son article « Entre los piadosos recuerdos y la fe en la modernidad. El primer Centenario de la Guerra de la Independencia» (Jerónimo Zurita. Revista de Historia, Instituto «Fernando el Católico», Saragosse, n° 83, 2009).

140L’année antérieure, avait paru l’ouvrage important d’Ignacio Peiró Martín, La Guerra de la Independencia y sus conmemoraciones (1908, 1958 y 2008) (Saragosse/Madrid, Institución «Fernando el Católico»/CSIC, 2008). Comme il est spécifié en quatrième de couverture, « le livre analyse la construction, à partir de 1908, d’un discours historiographique conservateur », comportant en particulier « des symboles religieux ». La Vierge du Pilar et l’Académie Générale Militaire occupent alors une place privilégiée. Dans la seconde partie du livre sont examinées « les politiques du passé » conduites par le franquisme. Les communications présentées en 1958 lors du « IIe Congrès Historique International de la Guerre d’Indépendance et de son époque » et transcrites dans l’ouvrage permettent de saisir la phénomène de « glaciation franquiste » de la mémoire collective, processus légitimement déploré par l’auteur.

141Publié récemment, le petit livre, cité antérieurement, de Alberto Martínez Cebolla, El mito reflejado…, surprend ou séduit, dès l’abord, par l’originalité de sa conception. Son intérêt va crescendo dans la mesure où, si la première partie n’apporte rien de neuf sur la notion de « mythe » et sur le comportement de la population saragossaine pendant les sièges de la ville, le reste de l’ouvrage est propre à satisfaire la curiosité du lecteur. Pour évoquer la célébration du premier centenaire, l’auteur, utilisant opportunément les trois journaux régionaux qui rendaient compte des événements, dévoile les implications politiques de la commémoration, avec intervention des autorités en place et de l’Église. En 1908, deux héros locaux, la comtesse de Bureta et Palafox, ont été les principaux bénéficiaires d’une relance du processus de mythification. Cent ans plus tard, en 2008, la commémoration du Bicentenaire, associée à l’Exposition internationale autour de l’Eau et du Développement durable, n’a pas provoqué, au dire de l’auteur, une intense vivification de la mémoire collective se rapportant à l’année 1808, en dépit des efforts déployés par l’historien José Antonio Armillas, « commissaire du Bicentenaire » et directeur de la « Fondation Saragosse 2008 ». Un autre historien, s’exprimant dans le journal El Heraldo de Aragón, a même déploré le caractère « aplati et souffreteux » (sic) de la célébration des Sièges, à peine agrémentée d’« actes ludiques et festifs ». La dernière partie de l’ouvrage de A. Martínez Cebolla concerne le traitement historiographique de la Guerre d’Indépendance, avec le rappel de la polémique, déclenchée en 2001, entre José Álvarez Junco et Antonio Elorza, née de déclaration, à goût de provocation, du premier nommé, selon lequel la notion de « Guerre d’Indépendance » a été une invention tardive. Au prélable, A. Martínez Cebolla avait caractérisé, à grands traits, les points de vue de M. Artola, J. Fontana, J.-R. Aymes, C. Esdaile et, surtout, vanté les interprétations innovatrices de R. Fraser et de R. García Cárcel.

142Plusieurs chercheurs ont tourné leur regard vers la littérature. D’où le grand intérêt que revêt, de par l’originalité de sa conception et sa richesse, l’ouvrage collectif coordonné par Joaquín Álvarez Barrientos, La Guerra de la Independencia en la cultura española (Madrid, Siglo xxi, 2008). Les répercussions et utilisations du conflit y sont saisies dans plusieurs domaines : l’historiographie, les romans, les « aleluyas »… Dans cet ouvrage, le concept de « pueblo » occupe une place de choix, puisque six articles sur quinze comportent ce terme dans leur titre. On ne peut être surpris que l’un de ces articles se réfère aux Episodios Nacionales de Pérez Galdós, qui, à la faveur du bicentenaire, bénéficient d’une réédition. Pour les seuls « Episodes » de El 19 de marzo y el 2 de mayo et de Bailén , on peut citer, pour la seule année 2008, la production des éditeurs madrilènes Espasa-Calpe, Alcobendas, Tres Cantos, Algaba et Centro de Estudios Políticos y Constitucionales (présentation de Bailén par Françoise Etienvre, dans une édition comportant des illustrations variées et originales).

143De son côté, Claire-Nicolle Robin s’est attelée à une lourde tâche, celle de traduire les Épisodes Nationaux de Pérez Galdós se rapportant à la Guerre d’indépendance. Elle en a terminé avec El 19 de de marzo y el 2 de mayo, Bailén, NapoleónenChamartín et Zaragoza. Ces textes sont dans l’attente d’un éditeur.

144On retrouve Pérez Galdós, mais, cette fois, curieusement associé, tout à la fois, à un contemporain de la Guerre d’Indépendance et à un écrivain cubain du xxe siècle, dans un petit ouvrage préfacé par Esperanza Aguirre, Gil de Biedma et Fernando García de Cortázar, 1808. El dos de mayo, tres miradas. Alejo Carpentier, Benito Pérez Galdós, José María Blanco White (Madrid, Espasa-Calpe, 2008).

145Sauf ignorance de ma part, il ne me semble pas que, par contraste avec cette relance des romans de Pérez Galdós, les œuvres de Pío Baroja et d’Alarcón se rapportant à la Guerre d’Indépendance aient bénéficié du même soutien éditorial, pas plus qu’elles n’ont éveillé l’intérêt des chercheurs « littéraires ».

146Il a fallu l’heureuse initiative d’une universitaire « francisante » de Lérida, Marta Giné, pour que, en l’absence de réaction des « comparatistes » et des « littéraires » français qui auraient pu également se mettre en avant, soient réunis dans un volume les extraits de textes d’écrivains français qui ont interprété, chacun à sa manière, la guerre d’Espagne. D’où le livre intitulé Francia mira la Guerra de la independencia (Lérida, Editorial Milenio, avril 2008). On relève là les noms de Rocca, Stendhal, Las Cases, Balzac, Nodier, Quinet, Chateaubriand et Hugo. La variété des genres (mémoires, contes et réflexions) s’accompagne de la variété des écritures. On admettra, avec Marta Giné, que « l’historien y trouvera un matériau précieux pour nourrir d’une autre façon ses études ». De même, on ne peut que partager sa profession de foi et ses reproches voilés :

El historiador no suele estudiar las obras literarias ; sin embargo, la literatura constituye una magnífica atalaya que ofrece dilatados panoramas y vistas preciosas sobre la cultura, la idiosincracia, la vida real de un pueblo en su conjunto nacional, es decir, en el ámbito de lo que se denomina historia de las mentalidades y también historia cultural.

147L’ouvrage édité en Catalogne reproduit sur la couverture «La defensa del púlpito de San Agustín» (à Saragosse), peint par Álvarez Dumont (1866-1945). Également en 2008 a paru la version française sous le titre de La Guerre d’Indépendance espagnole dans la littérature française du xixe siècle. L’épisode napoléonien chez Balzac, Stendhal, Hugo… (Paris, L’Harmattan, 2008).

148Dans son article «El Dos de mayo, realidad y memoria» (revue Trienio, Madrid, n° 52, novembre 2008, p. 55-95), Alberto Gil Novales appréhende l’événement de différentes manières, recourant à la presse, à de brefs écrits contemporains, pour embrasser tout le xixe siècle et conclure, avec désenchantement, que, au total, ont prédominé «la fadeur patriotique» et «l’emphase vide».

Le processus de mythification

149Concernant la mémorisation de la Guerre d’Indépendance sous la forme de publications, l’année 2007 avait été marquée par l’apparition de deux ouvrages fortement innovateurs.

150Dans El sueño de la nación indomable. Los mitos de la Guerra de la Independencia (Madrid, Temas de Hoy Historia, 2007), Ricardo García Cárcel avait examiné la naissance et le cheminement vers la mythification de plusieurs événements (le 2 mai madrilène, les sièges de Saragosse et de Gérone et la réunion des Cortès de Cadix) et de plusieurs personnages, en particulier Agustina de Aragón. On retrouve, récemment, la signature de l’auteur au bas de l’article intitulé « La Guerra de la Independencia y su memoria », paru dans l’ouvrage collectif 1808. Controversias historiográficas. Ici, R. García Cárcel ne se borne pas à rappeler l’existence de plusieurs mythes relatifs à la Guerre d’Indépendance, se rapportant à « la révolution », au libéralisme, au siège de plusieurs villes, à des héros et héroïnes…, mais, en accord avec l’intitulé du livre, il fait allusion à plusieurs « révisionnismes historiographiques » actuels et à des tentatives d’escamotage ou d’instrumentalisation de la mémoire collective. Il rappelle, à juste raison, qu’il n’y a pas de mythes innocents : « Les mythes historiques sont des réalités qui surgissent, s’obscurcissent et ressurgissent dans le contexte d’une sélection aussi discriminante qu’intéressée ».

151Dans le remarquable ouvrage collectif déjà cité, Sombras de mayo. Mitos y memorias de la Guerra de la Independencia en España (1808-1908), n’interviennent pas moins de 23 chercheurs de différentes nationalités, dont les articles sont regroupés sous les rubriques suivantes, éclairantes et prometteuses : «La gestión de la memoria de la guerra por sus actores», «Conmemorar la guerra (1808-1908)», «Memorias y culturas políticas en el siglo xix», «Cultura y memoria de guerra : apropiación, difusión y usos», «Las Guerras de Independencia en el fundamento del sentimiento nacional : perspectiva comparatista» et «Síntesis y reflexiones». Dans son introduction, Stéphane Michonneau rappelle le grand impact de l’article de José Álvarez Junco, paru en 1994, dans lequel il soutenait, dans une perspective » constructiviste », que le conflit avait été tardivement érigé en mythe du nationalisme espagnol par des commentateurs libéraux qui, dans les années 1830, essayaient de masquer les dissensions provoquées par la première Guerre carliste.

152Le processus de mythification concerne à la fois des événements tenus pour glorieux et des personnages destinés à inspirer une admiration unanime et fervente, spécialement s’ils sont susceptibles d’incarner l’ensemble du peuple espagnol engagé, jusqu’au sacrifice, dans la résistance aux envahisseurs français. Dans le groupe de tête prend place la saragossaine Agustina de Aragón, évoquée à maintes reprises, soit comme personnage historique, soit comme figure littéraire. Relayant María del Carmen Simón Palmer, auteur d’un article paru en 2001, Ana María Freire, reprenant son article paru en 2005, intitulé « Historia y literatura de Agustina de Aragón », l’a fait figurer dans son livre Entre la Ilustración y el Romanticismo. La huella de la Guerra de la Independencia en la literatura española (Publicaciones de la Universidad de Alicante, 2008, p. 201-211).

153En cette époque actuelle où l’on tient pour acquis que l’image, notamment celle répandue par la télévision, par internet et par les DVD, va éliminer progressivement le livre et, partant, réduire la place qu’occupait le lecture, on a plaisir à marquer que la Guerre d’Indépendance n’est pas près de reléguer aux oubliettes l’écrit qui continue à exister sous forme de documents d’archives et de textes plus ou moins anciens. On a vu, dans la première partie de mon article, comment la commémoration du bicentenaire de la Guerre d’Indépendance a entraîné, en Espagne, la « résurrection » de textes qui furent d’actualité pendant la guerre et aussi de mémoires autobiographiques de contemporains.

Les romans historiques

154Sur ce sujet existe l’étude de Santos Sanz Villanueva, « La guerra de 1808 en la novela española reciente », publiée dans l’ouvrage coordonné par Emilio de Diego, El nacimiento de la España Contemporánea (Madrid, Actas Editorial, 2008, p. 472-511).

155On peut imaginer que, bientôt ou dans plusieurs décennies, les spécialistes de la littérature ou « les historiens de la mémoire » étudieront, notamment de façon comparative, les romans historiques publiés en 2006, 2007 et 2008 par des écrivains, déjà connus ou non, qui n’ont pas manqué d’utiliser les commémorations de 2008 comme base de lancement pour leur production.

156On trouve là, par exemple :

  • Carrillo de Albornoz, José Miguel, ¡Muera Napoleón!, Madrid, La Esfera de los Libros, 2008.

  • Casamayor, Jorge, Te Deum. Victoria o muerte, Saragosse, UnaLuna Ediciones/Fundación 2008, 2006.

  • Irisarri, Ángeles de, La artillera. La lucha de España por la libertad, Madrid, Santillana Ediciones Generales, 2008.

  • Pérez-Reverte, Arturo, Un día de cólera, Madrid, Santillana Ediciones Generales, 2007 et El asedio, Madrid, Alfaguara, 2010.

  • Romero, Eladio, La esposa de Dios. Historia de una monja en los sitios de Zaragoza, Saragosse, UnaLuna Ediciones/Fundación 2008.

157Le succès le plus notable a été remporté, en 2007, par Arturo Pérez Reverte avec Un día de cólera, roman accompagné, en pièce jointe, d’un plan détaillé du Madrid de 1808. L’auteur se flatte, ni plus ni moins, de « faire oeuvre d’historien en apportant des données rigoureusement établies et de n’avoir recouru à l’imagination que pour le fil narratif ». Cette prétention a été mal reçue par José María Portillo, coordinateur du numéro spécial de la revue Historia y Política (n° 19, janvier-juin 2008), qui rappelle, avec une ironie mordante, comment, à la faveur d’une émission de radio, aux approches de la Noël de 2007, s’était déroulée une campagne de promotion commerciale en faveur du roman en question :

Con este fin, el autor, sin duda crecido por el volumen de ventas que de tiempo le avalan, proclamó sin pudor alguno que su novela tenía la intención de presentar al lector español los hechos de mayo de 1808 tal como fueron, y que su novela era tan madrugadora para ganar por la mano a los historiadores que ya vendrían luego a enredar todo. Pues ya estamos aquí.

Le nouveau règne de l’image

158On a signalé antérieurement que la mémorisation collective de la Guerre d’Indépendance avait revêtu quantité de formes : textes, théâtre, tableaux, chansons, célébrations festives, monuments, musées… La plupart de ces modalités ont fait leur apparition dès le début du xixe siècle et ont perduré jusqu’à nos jours. Mais le xxe siècle a tracé une nouvelle voie : celle de l’image mobile, en d’autres termes, celle du cinéma. D’où la mention de l’ouvrage important et novateur, publié en 2007 par Jesús Maroto de las Heras, La Guerra de la Independencia. Imágenes en cine y televisión (Madrid, Cacitel, 2007). Il y est fait référence à 56 films, une partie d’entre eux muets. Pour la plupart des films étudiés apparaissent « le sujet » qui occupe souvent une page, les « considérations » de l’auteur, des informations relatives au réalisateur, parfois la rubrique « L’histoire en réalité » ou « les références littéraires ». Le petit ouvrage, seulement petit par son format, compte près de 500 pages et comporte de nombreuses illustrations, parfois en couleurs, extraites des films. Cette étude sans précédent est assurée d’un grand succès, qui déjà se dessine clairement.

159On voit mal quel autre ouvrage postérieur pourrait entrer en compétition avec lui. Par simple honnêteté, on signalera, publié en 2008, l’ouvrage de Gonzalo Sanz Larrey, El Dos de Mayo y la Guerra de la Independencia (1808-1814) en el cine (Madrid, Consejería de Cultura y Turismo, 2008).

160Souffre également de la comparaison avec le travail de J. Maroto de las Heras le récent article de Pilar Amador Carretero, « El relato histórico-cinematográfico de la Guerra de la Independencia», paru dans l’ouvrage collectif 1808. Controversias historiográficas.

161Parmi les séries télévisées projetées à l’occasion du bicentenaire, on citera, simplement à titre d’exemple, celle consacrée à «Xavier Mina, sueños de libertad». Conçue par le grand reporter Javier Nart et dirigée par Albert Solé, elle était commanditée par la Télévision Espagnole, la Télévision Autonomique d’Aragon et la « Fondation Saragosse 2008 ». Une séquence a été filmée au donjon de Vincennes où le jeune Mina avait été incarcéré.

Les grands écarts d’appréciation

162Il était fatal que la dictature franquiste, contrôlant la production historiographique et les media d’alors – le cinéma principalement – ait engendré et promu la vision tendancieuse et unificatrice d’une guerre victorieuse menée contre les détestables envahisseurs napoléoniens. Inversement, il était inconcevable que l’avènement de la démocratie, à partir de 1975, conduise à l’élaboration d’une vision, à la fois, diamétralement opposée à la précédente et uniforme. Et, de fait, la profusion d’écrits publiés en 2008 et la commémoration du bicentenaire ne se sont pas traduites par une unification de la vision du conflit, alors que celui-ci était livré à une vaste opération de « révision historiographique ». Des divergences d’appréciation sont apparues, parfois notables, dont certaines doivent être attribuées à l’intervention des autorités en place (nationales, régionales, locales). D’autres proviennent des différents credos idéologiques, des convictions religieuses ou des codes moraux, propres aux auteurs ou à des personnes groupées en associations.

163Avec tout le risque d’arbitraire que va impliquer la dissociation, on va traiter séparément les divergences imputables aux idéologies et celles d’ordre en principe strictement historiographique et de nature scientifique.

L’intrusion des idéologies

164Le plus grand contraste d’ordre politico-idéologique tient à l’intensité et à la fréquence variables avec lesquelles, selon les régions ou, pour mieux dire, selon les autonomies, a été commémoré le bicentenaire des événements de 1808 par des festivités, des colloques et des publications. Pour ce faire, je donne la parole à l’historien Gabriel Cardona qui, à propos du livre de Manuel Moreno Alonso, La batalla de Bailén, el surgimiento de una nación (Madrid, Sílex, 2008), a écrit en juin 2008, dans la revue La Aventura de la Historia (n° 117, p. 115) :

Esta guerra se presta hoy a una sostenida batalla ideológica entre los diversos nacionalismos existentes en España, unos la exaltan como el origen de la nación española, mientras otros la silencian como si nunca hubiera existido.

165Sauf méprise de ma part, je dirai que, à Madrid, les leaders du Partido Popular se sont évertués à montrer que le soulèvement populaire et spontané de la population de la capitale, le 2 mai 1808, a signifié, très tôt, l’avènement de cette « nation espagnole » soudain réunie pour défendre la roi, la patrie et la religion. Mais il n’est pas certain que les militants du « PP » dans d’autres régions acceptent cette idée à allure d’axiome, selon laquelle la capitale a été à ce degré-là exemplaire et mobilisatrice, et son image à ce degré-là unificatrice. Dans la famille politique de gauche, la « nation espagnole » est plutôt vue comme née à Cadix, deux ou quatre ans plus tard.

166En juillet 2008, Manuel Peña Díaz, directeur de la revue Andalucía en la Historia, précise dans quelles régions d’Espagne la Guerre d’Indépendance n’a pas été, ou peu, commémorée :

En Cataluña y en el País Vasco se niegan a organizar cualquier evento con el marchamo Guerra de la Independencia. Se contrapone Madrid con un celebrado 2 de mayo como hito referencial en el presunto nacimiento de una nueva nación: la España de los ciudadanos. Y en Andalucía, la cuna de la España liberal. Aquí tenemos Bailén y, dentro de poco, Cádiz, sin olvidar el decisivo papel de Sevilla.

167Personnellement, je trouve discutable que la Catalogne soit mise sur le même pied que le Pays Basque. En ce qui concerne ce dernier, on devine pourquoi les tenants du courant nationaliste/indépendantiste actuel rechignent à magnifier l’action de leurs aïeux qui, dans un territoire occupé quasi en permanence par les Français, devaient limiter leur combat de résistance, certes courageux, à la guérilla, celle-ci étant seulement très puissante en Navarre, autour d’Espoz y Mina. On devine aussi qu’il en coûte aux nationalistes basques d’admettre que les combattants anti-napoléoniens, bien qu’attachés à leur personnalité collective et à leurs privilèges ancestraux, se battaient pour que soit rétabli sur le trône le monarque madrilène.

168Le cas de la Catalogne est plus complexe et contrasté. Selon mes pauvres informations, la Generalitat n’a pas patronné une commémoration grandiose des événements de 1808, tout d’abord marqués par la déplorable occupation rapide de Barcelone. Mais il ne semble pas que les autorités actuelles aient mis une sourdine à la célébration de la victoire de El Bruch et de l’héroïsme des habitants de Gérone assiégée. Il aura suffi aux « catalanistes » d’aujourd’hui de bien mettre en valeur la spécificité de la lutte conduite par les Catalans qui – semble-t-il – ne voyaient pas d’incompatibilité entre la défense de la Catalogne et celle de l’Espagne entière. Cette identité catalane a été soulignée par les historiens, notamment par Antonio Moliner Prada, qui ont privilégié l’étude des « miquelets » et des « somatens », ou bien la propagande, écrite et orale, en catalan. Et, très récemment, à Figueras, c’est le « cabecilla » local « Simonet » qui a été tiré de l’ombre, en toute justice.

169Comme si le franquisme n’avait pas suffi à restaurer l’image de l’armée régulière telle qu’elle s’était comportée, souvent piètrement au cours du xixe siècle, et comme si ne s’était pas éteint un vieil anti-militarisme d’essence populaire qui s’était fortifié sous la iie République, on assiste, depuis l’avènement de la démocratie, en forme de réaction, à des manifestations sporadiques d’un militarisme, non pas certes exacerbé, mais d’un aimable culte voué au drapeau, à l’uniforme… La Guerre d’Indépendance y trouve sa place, comme l’illustrent les activités de la « Asociación Histórico-Cultural Voluntarios de Aragón » : la présentation de livres nouveaux se rapportant à la guerre, l’annonce de conférences à son sujet, l’hommage rendu aux héroïnes de Saragosse et l’offrande de fleurs à la « Virgen del Pilar, patrona de la Batalla »…ne comportent pas, à mon sens, un évident signe idéologique ; en revanche, je le décèle dans un article paru dans le n° 43 de la revue de ladite association où l’auteur s’en prend avec véhémence aux Espagnols qui ne veulent pas entendre parler de batailles et aux autorités hostiles aux initiatives locales quand il s’agit d’organiser, par exemple, des reconstitutions de batailles :

A ciertos imbéciles, recordar asedios y batallas les suena a militarismos y recelan de una Historia que ni conocen ni les importa […]. Sacar uniformes de épocas, banderas y fusiles a la calle les parece un alarde militarista y patriotero.

170Curieusement, cette dernière phrase nous conduit vers le romancier Arturo Pérez Reverte parti en guerre contre les autorités centrales et provinciales accusées de se refuser à soutenir les commémorations en rapport avec des épisodes de guerre, tels que des batailles et des sièges de ville ; Pérez Reverte s’en était pris également à ces représentants du pouvoir, tenus pour des imbéciles (sic) pour qui « le rappel des batailles a des accents de militarisme » et qui se soucient peu de l’Histoire. Et l’on revient au thème des nationalismes périphériques en évoquant de nouveau le romancier qui critique, non pas les Saragossains d’aujourd’hui qui ont dûment célébré l’héroïsme de leurs aïeux, mais les Catalans et, concrètement, les autorités de Gérone : il observe que, accompagnant l’exposition relative au siège de la ville, a été publié « un catalogue rédigé seulement en catalan, avec un petit résumé final en français, anglais et castillan » ; plus grave est un énoncé qui donne à penser que ces Catalans – ces faux frères – étaient de mauvais patriotes, voire des traîtres. On ne saurait mieux suggérer que le débat actuel sur les autonomies retentit sur l’interprétation de la Guerre d’Indépendance, avec son lot d’occultations, d’exagérations et de mensonges. Pérez Reverte transcrit comme suit – fidèlement ? les énoncés suivants, qui l’indignent :

La ciudad mejoró una barbaridad bajo la ocupación, casi liberación, napoleónica, y los oprimidos –por España– payeses y ciudadanos gerundenses se vieron obligados por los militares españoles a defender la ciudad contra su voluntad y sus intereses, en una guerra tonta que ni les iba ni les venía.

171Dans son article intitulé «La épica militar y el sueño de la nación», paru dans la revue Andalucía en la Historia (Séville, año V, n° 21, juillet-septembre 2008, p. 36), Ricardo García Cárcel, centrant son examen sur la mythification de la victoire de Baylen, ne manque pas d’indiquer que, au long des siècles passés et jusqu’à nos jours, l’idéologie, lorsqu’elle nourrit « le discours nationaliste », a à voir avec ce processus:

En el caso de Bailén como en otros, la forja y la utilización del mito es el producto de un proceso sujeto a los intereses de grupos ideológicos y políticos diferenciados y circunstancias históricas diversas que lo han ido modulando a lo largo de estos últimos doscientos años.

Les divergences historiographiques

172Les deux grands sujets qui alimentent le plus les grandes divergences d’opinion me semblent se situer aux frontières de l’idéologie et de la pure (?) ou neutre (?) historiographie : ce sont le libéralisme enfanté par les députés de Cadix et, d’autre part, la naissance ou la non naissance de la « nation espagnole » dès 1808.

173 Les désaccords majeurs au sujet du libéralisme gaditan portent sur ses racines étrangères (pendant l’époque franquiste, on ne parlait, avec malignité, que des modèles révolutionnaires français), sur l’intelligence ou l’aveuglement des députés, sur l’insuffisance ou la démesure des réformes envisagées, sur leur utilité ou leur nocivité, sur leur bien-fondé ou leur irrationalité, sur leur accueil, favorable ou hostile, par la population… En 2008, ce serait trop dire que de parler de vives controverses, mais il est indéniable que de sérieux désaccords subsistent quant à l’interprétation « continuiste » ou « rupturiste » de la constitution gaditane et quant à l’appréciation de ses mérites ou de ses défauts, de ses audaces ou de ses insuffisances, de sa bonne ou mauvaise réception…

174Le second sujet qui, en principe, n’aurait pas dû mettre en jeu des calculs politiques actuels, touche au concept de « nation espagnole » sur la naissance de laquelle se sont prononcés, avant 2008, des historiens tels que José Álvarez Junco et Ricardo García Cárcel. Sur ce sujet vient d’intervenir à son tour, cette année, Manuel Moreno Alonso dans El nacimiento de una nación (Madrid, Cátedra, 2010). L’historien justifie son étude par le constat que « la bibliographie moderne n’a prêté aucune attention au premier « gouvernement national de la (Junta) Central » : souvent, – observe-t-il – on passe directement du Deux Mai 1808 aux Cortès de Cadix de 1810. Mais l’auteur ne se contente pas d’étudier de façon approfondie l’action de la Junte Centrale durant son séjour à Séville à partir de la mi-décembre 1808. Son argumentation tend à transformer en vérités solides ce qui, aux yeux de maints lecteurs, sera considéré comme des postulats, certes séduisants, ne serait-ce qu’en raison de leur caractère novateur. Mais certains énoncés pourront être tenus pour discutables, voire pour non convaincants. Ainsi, pour l’auteur, la nation espagnole n’est pas née à Madrid, le 2 mai 1808, ni à Cadix en 1810 ou 1812, mais à Séville, devenue « la capitale de la nation en armes ». Malgré l’existence de quelques témoignages écrits, on est en droit de demeurer sceptique à la lecture de certaines considérations portant sur les termes « nation » et « patrie » : sans doute ne peut-on nier le rôle fondamental qu’a joué, dans l’évolution postérieure du conflit, la victoire de Baylen, mais peut-on la qualifier de « victoire nationale » ? Le concept de « nación » a-t-il vraiment une signification « révolutionnaire » ? Est-il vraisemblable que le mot « nación » ait été employé par « le peuple » dès 1808 ? Le « combat de la nation » a été conduit – comme on en convient généralement – pour la défense du roi, de la religion et, peut-être, de l’indépendance, mais on peut douter qu’il l’ait été, dès le début de la guerre, en faveur de « la Constitution ». Bref, l’impression prédominante, alimentée avec plaisir par l’auteur très « sévillaniste », est que c’est à Séville, et non pas à Cadix, que la Junte Centrale, plus révolutionnaire qu’on ne le croit généralement, a entrepris d’en finir avec le despotisme royal et l’Ancien Régime.

175Un troisième sujet de désaccord historiographique, d’importance moindre que les deux précédents, a trait au caractère éminemment, voire exclusivement, populaire du soulèvement. Un petit écho de la version « populiste » du conflit se perçoit dans le numéro n° 4 (décembre 2008) des Cuadernos del Bicentenario où le journaliste-reporter Javier Nart, à l’occasion du décès de l’un de ses amis qui lui-même avait écrit un livre sur « La Guerra al francés », interprète, à l’ancienne, avec des accents de nationalisme fervent, le soulèvement de Barcelone comme réalisé par

unos simples ciudadanos [que] tomaron la decisión generosa y heroica de enfrentarse al poderío napoleónico […], una gesta que nuestra sociedad miope y sectaria ha olvidado al considerarles reos del infame delito de haberse sublevado por una patria a que llamaban España ».

176Parce qu’ils ne sont pas fondamentaux, on passera sous silence les désaccords entre des historiens portant sur la personnalité ou le comportement de tel ou tel général (Palafox, Castaños, Wellington, Soult, Suchet…) ou sur le rôle, admirable ou critiquable, de la « Junta Central » ou du clergé.

177De sérieux désaccords susbsistent quant à l’interprétation du soulèvement madrilène et, plus précisément, quant à sa genèse. Dans un article de vulgarisation paru dans une revue distribuée dans les trains de la RENFE, un journaliste a exposé avec clarté l’objet du débat, pour finalement déclarer sa préférence en faveur de l’interprétation « spontanéiste » et « populiste ». C’est celle qui prévaut en dehors du petit monde des historiens et qui prévalait sous le franquisme. On observera au passage que chemine l’hypothèse, moins courante, d’un coup monté par Murat :

Los temas más frecuentes que se barajan sobre el alzamiento de mayo son dos, básicamente: la conjura y la espontaneidad. Dentro de la primera se apuntan un par de raras confabulaciones, ambas entre sí independientes: una, la continuidad de acción de aquellos partidarios del príncipe Fernando que habían triunfado derribando a Godoy en Aranjuez; otra, una trama francesa para legitimar la renuncia del viejo Carlos iv y subrayar el estado caótico de España, necesitaba de una intervención urgente por supuesto francesa. Lo más creíble, en cambio, es que aquel lunes 2 de mayo, lo que ocurrió fue un estallido de dolor y de rabia, con un carácter nítidamente popular.

178A propos du «Dos de Mayo», s’il ne s’était agi que de se prononcer sur son caractère, soit de conspiration, soit de soulèvement spontané, on pourrait considérer qu’on est en présence d’un problème historiographique; mais, en réalité, la politique actuelle interfère, comme le montre notamment l’interprétation d’Esperanza Aguirre, présidente de la Comunidad de Madrid et de la Fundación Dos de Mayo. Nación y Libertad. Ses propos figurent dans le Prologue de 1808. El Dos de Mayo, tres miradas. Alejo Carpentier, Benito Pérez Galdós, José María Blanco White (Madrid, Fundación Dos de Mayo. Nación y Libertad, 2008). Le point qui fait débat n’est pas tellement l’affirmation de son caractère spontané qui, évidemment, valorise le soulèvement ; trois autres affirmations sont sujettes à caution, là où il est dit que la population madrilène, intellectuellement majeure, a fait assister à « el aflorar de una conciencia y un sentimiento comunes en los madrileños y en todos los españoles » : cet énoncé suggère l’unanimité dans la résistance, comme si n’avaient pas existé les attentistes et les partisans de la soumission ; un rôle phare, de modèle et de déclencheur, est attribué à Madrid, comme si le reste du pays avait attendu la réaction de la capitale pour se déterminer : « Los madrileños y los españoles de 1808 eligieron, como un solo hombre, arriesgar la vida por la dignidad y la libertad ». Enfin, – et là le débat relève fondamentalement de l’historiographie –, il paraît pour le moins aventureux de prétendre que les Espagnols, à l’exemple des Madrilènes, sont immédiatement conscients d’appartenir à cette « nation » dont la nature ne sera définie – aux dires de nombreux historiens – qu’à l’époque des Cortès de Cadix.

179Il m’en coûte d’observer que, contrairement à ce qu’annonce son titre 1808. Controversias historiográficas, ce récent ouvrage n’est pas centré sur la notion de « controverse ». N’est pas mis en cause l’intérêt indéniable des contributions signées par des spécialistes connus dans l’ensemble, mais force est de constater que, au mieux, il est plutôt question d’interprétations, de visions, voire d’approches insuffisantes, comme celle concernant Charles iv (article de Enrique Martínez Ruiz). Seul, Antonio Moliner Prada évoque – comme on le verra plus loin – les divergences de vue au sujet de la guérilla. Les autres articles ne se rattachent que de loin au thème des controverses. C’est le cas de ceux de Josep Fontana (sur l’Espagne en crise au printemps 1808), de Juan Ignacio Marcuello Benedicto (sur les Cortès de Cadix), de Rosario Ruiz Franco (sur l’intervention des femmes), de Miguel Alonso Baquer (sur les successives campagnes militaires) et de Jean-René Aymes (sur les interprétations françaises de la guerre d’Espagne). Curieusement, on qualifiera de consensuels la quasi-totalité des articles et on observera que des énoncés surprenants ou dérangeants ne sont présents que dans le prologue de Fernando García de Cortázar, directeur de la Fundación Dos de mayo. Nación y Libertad : ici on relève un raccourci excessif et douteux (« L’Espagne est née le 2 mai »), là une qualification irrecevable des députés de Cadix (tenus pour « des jacobins » et « des partisans ardents de la Convention »). Mais, ayant soin de faire abstraction de ma propre contribution, je n’hésite pas à rappeler que, hormis la non pertinence du titre de l’ouvrage, les articles qui, certes, ne renouvellent pas les approches des différents sujets, offrent de remarquables synthèses.

La controverse à propos de la guérilla

180L’interprétation de la guérilla anti-napoléonienne est loin de faire l’unanimité. La façon variée d’aborder le phénomène et les différentes opinions qu’il inspire, parfois lestées d’a priori, vont jusqu’à alimenter des joutes oratoires lorsque les spécialistes participent aux mêmes congrès ou colloques. On aura un excellent aperçu de ces divergences à la lecture du chapitre ii (« Naissance de la guérilla ? ») en partie consacré à « Un prélude obligé : l’historiographie de la guérilla » (p. 117-140), écrit par Jean-Marc Lafon dans son ouvrage évoqué antérieurement : L’Andalousie et Napoléon … Ces pages éclairantes ont, à la fois, l’avantage et l’inconvénient de se rapporter à des écrits parfois anciens (1964 pour un article fondamental de Miguel Artola) ou publiés, soit à la fin du xxe siècle, soit au cours des premières années du siècle présent.

181En vertu du critère chronologique retenu, on passera ici sous silence les écrits, pourtant notables, de Ronald Fraser, John Tone, Alan Forrest, Nicolás Horta Rodríguez. Aujourd’hui encore, sont impliqués dans la controverse d’autres spécialistes de la guérilla qui ont nom, principalement, Charles Esdaile, Vittorio Scotti Douglas, Andrés Cassinello Pérez, Antonio Moliner Prada, Francisco Luis Díaz Torrejón, Juan José Sañudo et Leopoldo Stampa Piñeiro.

182Les principaux points d’achoppement sont la composition des « partidas », l’origine sociale des guérilleros, leurs motivations, leurs rapports avec la population (dévouée ou craintive ou hostile), la collaboration (harmonieuse ou conflictuelle) avec les autorités militaires espagnoles et anglaises, la densité variable selon les régions, l’efficacité sur le terrain et l’attitude des autorités supérieures (Junte Centrale, Régence).

183Le point de vue le plus radical et le plus irritant pour le commun des Espagnols est celui de Charles Esdaile qui semble se complaire à démonter de façon abrupte – comme l’observe J.-P. Luis – le mythe de la guérilla en insistant sur sa relation étroite avec le banditisme et son rôle négatif dans la lutte contre les Français ; en effet, pour l’historien britannique, les « partidas » sont constituées majoritairement, soit par des déserteurs de l’armée régulière, laquelle s’en trouve affaiblie, soit par des individus qui veulent échapper à l’enrôlement obligatoire dans cette même armée. Pour la double raison que les propos suivants de C. Esdaile sont d’une grande clarté et qu’ils ne peuvent bénéficier d’une large diffusion, on va transcrire in extenso la réponse qu’il a donnée à un journaliste de la Comunidad Valenciana, au début de décembre 2007 :

La imagen que tenemos [de la guerrilla] es la de un campesino que se echa al monte, mata franceses y luego vuelve a casa y hace vida normal. Es la idea de una cruzada popular contra los franceses, basada en el concepto del patriotismo español. Pero no hay nada más obvio que esa cruzada es una ficción. En general, el fenómeno de la guerrilla es mucho más complejo. Las autoridades se organizaron y los campesinos se echaron al monte para sobrevivir, porque fue un momento terrible, traumático, de condiciones muy difíciles, incluso para comer. La guerrilla se mezcla así con el bandolerismo y con la guerra regular.

184Dans son article intitulé « El guerrillero : bandido, desertor, convicto y oportunista sin escrúpulos o el valor nativo de la raza » (Cuadernos del Bicentenario, n° 5, Abril 2009, p. 29-55), Leopoldo Stampa Piñeiro se montre désireux, comme la plupart des spécialistes actuels de la guérilla, d’abandonner les a priori idéalisants ou disqualifiants, de rendre compte de la « mythification romantique » et d’éviter les extrapolations à partir d’un petit nombre de cas. Il est ainsi conduit à mettre en valeur la complexité du phénomène :

El guerrillero como tal, como espécimen o paradigma, no existe. No hay un modelo unitario, ni sus móviles son siempre los mismos […]. Entre los miembros de las partidas encontramos a aventureros, oportunistas y bandoleros, pero también a individuos partidarios de la disciplina militar.

185 Mais il reste que le seul relevé des titres intérieurs de l’article permet de discerner de quel côté penche la préférence de l’auteur : « El desquite », « El ansia de botín », « La revancha social », « La deserción », « La amnistía para sus delitos y la liberación de los presos », « Guerrilleros a la fuerza ». Voilà qui vient à l’appui de la conclusion, saisie au détour d’une page :

Sin duda hubo patriotismo o reaccion nacionalista, en alguno de ellos, no dudo de ello, pero a la vista de los testimonios y de la documentacion manejada, no me cabe tampoco duda de que luchaban únicamente por esa causa fueron los menos.

186On comprend dès lors que L. Stampa Piñeiro rejette la vision idéalisante que Manuel Moreno Alonso offrait, voilà 12 ans, dans son évocation de Los españoles durante la ocuopación napoleónica. La vida cotidiana en la vorágine (Editorial Algazara, Málaga, 1997). Certes, l’auteur reconnaissait que «aux guérillas partaient les soldats qui désertaient ou se perdaient au cours des débandades » et qu’il y avait parmi eux beaucoup de bandits et de contrebandiers, mais, dans le même paragraphe, M. Moreno Alonso en faisait « les hommes les plus intrépides » et l’incarnation de « la manifestation patriotique la plus valable de la lutte ». L. Stampa Piñeiro rejette ce genre de jugement de valeur, pas plus qu’il n’accepte pas qu’on puisse dire : « L’armée espagnole, considérée par Napoléon comme la pire d’Europe, n’a fourni aucune figure individuelle comparable à celle de l’un quelconque de ces guérilleros ».

187L’opinion de Jean-Marc Lafon, exprimée dans L’Andalousie et Napoléon …, n’est pas très éloignée de celle de L. Stampa Piñeiro et de C. Esdaile, en cela que, au chapitre « Dans le Midi de l’Espagne, guérilla ou brigandage ? », il est fait état presque exclusivement de galériens enrôlés, de déserteurs de l’armée régulière, de destructions de documents fiscaux, d’exactions, de pillage des biens des collaborateurs… « Enfin, violence et brigandage ne prirent pas fin, au contraire, avec l’évacuation de l’Andalousie par l’Armée du Midi, ce qui suffisait à indiquer la faible part du patriotisme dans la multiplication des bandes » (p. 401). La guérilla dite patriotique aggrave l’insécurité sociale :

Il me paraît donc probable – estime l’auteur – que la guérilla andalouse, ainsi caractérisée, a suscité un réflexe d’ordre social chez les privilégiés, notamment chez les oligarchies locales détestées de longue date et au statut fragilisé depuis 1808. Par là, elle a contribué à nourrir les rangs de la contre-guérilla française (p. 402).

188Vittorio Scotti Douglas, se fondant en particulier sur les récits de militaires impériaux, estime, en désaccord avec C. Esdaile, que la guérilla a été très efficace en faisant régner, au sein des troupes françaises, un climat d’insécurité et en alimentant un sentiment d’exaspération et d’impuissance démobilisatrice. Pour avoir eu les mêmes lectures que V. Scotti Douglas, je partage ce point de vue.

189Comme les écrits majeurs sur la guérilla sont antérieurs à 2008, je dois me contenter de signaler que Ronald Fraser avait examiné surtout les origines sociales des guérilleros dans La maldita guerra de España. Historia social de la Guerra de la Independencia, 1808-1814 (Barcelone, Crítica, 2006).

190Pour sa part, Antonio Moliner Prada avait proposé – aux dires de J.P. Luis – « une synthèse très équilibrée » dans La guerrilla en la Guerra de la Independencia (Madrid, Ministerio de Defensa, Colección Adalid, 2004). Le même historien est revenu récemment sur le sujet dans son article intitulé « La guerrilla y la participación civil en la Guerra de la Independencia » et paru dans l’ouvrage collectif 1808. Controversias historiográficas. Il se réfère là à des écrits partisans, contemporains des événements ou datant des xixe et xxe siècles. Même lorsqu’il s’agit d’historiens tels que Modesto Lafuente ou d’écrivains tels que Pérez Galdós, Blasco Ibáñez ou Pío Baroja, on est manifestement en présence d’interprétations volontairement ou involontairement tendancieuses, et donc récusables. Tout en évitant de s’engager nettement dans la controverse actuelle, A. Moliner Prada livre des énoncés non neutres, susceptibles de déplaire aux lecteurs enclins à embellir l’image des guérilleros, voire à mythifier certains de ses leaders. La controverse pourrait être ravivée à partir, par exemple, de l’énoncé suivant :

La guerrilla fue una manera de sobrevivir en medio de la vorágine de la guerra y de la dominación francesa que impuso un régimen cruel y depredador, que ofendía la sensibilidad religiosa de los españoles. De manera que la guerra de guerrilla tuvo orígenes más existenciales que ideológicos.

191Deux ans plus tôt, Francisco Luis Díaz Torrejón, circonscrivant son étude à l’Andalousie, avait mis en lumière les motivations et le comportement des guérilleros anti-napoléoniens et des combattants au service des occupants, dans José Napoleón i en el sur de España. Un viaje regio por Andalucía (enero-mayo 1810) (Cordoue, CajaSur, 2008).

192Me rappelant une conversation avec le colonel Sañudo, hostile à la thèse de C. Esdaile, je crois pouvoir dire qu’il a tendance à estimer que les « partidas », comme par nature, se plaçaient volontiers sous l’autorité des commandants de l’armée, s’engageant ainsi dans un louable processus de régularisation.

193Ce point de vue est partagé par Álvaro Meléndez Teodoro, à propos de l’Extrémadoure : «Hemos de hacer constar que gran parte de las partidas levantadas en Extremadura contra el invasor estaban mandadas por militares o eran unidades militares destacadas para una guerra irregular». L’article, intitulé «La Guerra de la Independencia en Extremadura: otros protagonistas», a paru dans les Cuadernos del Bicentenario (n° 3, juin 2008, p. 15).

194En somme – si je ne me trompe –, les spécialistes actuels de la guérilla, lorsqu’ils sont des militaires, ont tendance à rejeter, à la fois, la vision romantique et « mythifiante » de la guérilla (spontanéité, patriotisme, autonomie, héroïsme…) et la vision dégradante (motivations viles, banditisme, dévoiement, terrorisme…), pour ne retenir que le processus de sa régularisation estimée souhaitable, bienfaitrice et rassurante.

195Le général Andrés Cassinello Pérez, à la recherche d’un compromis, convient que « la guérilla a eu une naissance spontanée », mais soutient que la plupart des formations « se sont converties en unités régulières, moyennant quoi leurs chefs ont été promus maréchaux de camp, généraux de brigades, colonels, etc. » (« Los guerrilleros », dans La Aventura de la Historia, n° 3, juin 2008, p. 12).

196On convient que le récent article suivant, important en raison de son apport inédit et de sa richesse (50 pages) aurait dû trouver sa place à la rubrique « La presse ». Mais, placé ici, il aide à comprendre pourquoi, dès l’époque du conflit, la guérilla a suscité des opinions contradictoires. Alberto Gil Novales, dans « La guerrilla de la Guerra de la Independencia y el ejército francés en la prensa española, 1808-1814» (Trienio, n° 55, mai 2010), n’entend pas prendre parti entre les historiens qui se sont prononcés et qu’il mentionne (V. Scotti Douglas, A. Casinello, F.L. Díaz Torrejón et J.-R. Aymes). Mais, passant en revue quantité de journaux patriotiques et « afrancesados », il montre bien indirectement comment la guérilla est, selon les cas et les besoins de la propagande, célébrée ou critiquée dans la presse patriotique, comment elle fait l’objet d’essais de théorisation et comment les Français la jugent et s’emploient à la combattre. On demeure ainsi dans le domaine de l’image, de l’interprétation et de l’utilisation de cette guérilla. On remonte, de la sorte, à la source même des controverses historiographiques actuelles.

Les lignes de force de la recherche actuelle

197Même si, dans les écrits signés par des non spécialistes, est souvent porté aux nues l’héroïsme des guérilleros ou du « peuple en armes », il est manifeste et satisfaisant que, presque jamais, la célébration des vainqueurs ne s’accompagne de propos gallophobes ou xénophobes.

198En revanche, l’anti-« napoléonisme » est vivace, et compréhensible ; mais il s’exprime peu souvent, comme s’il allait de soi, lorsqu’il s’agit de dénoncer la politique espagnole de l’Empereur. On tiendra donc pour exceptionnelle la prise de position argumentée de José Manuel Guerrero Acosta, membre de l’ « Asociación Histórico Cultural Voluntarios de Madrid, 1808-1814 » qui, en juillet 2009, s’indigne que les édiles de La Corogne aient pris la décision stupéfiante de donner le nom de Napoléon à une des rues de la ville : « Sentimos un escalofrío al saber que se encuentra en el único país europeo que nunca se doblegó a sus designios ». Plus surprenant est que, en maints endroits, l’armée britannique ou tel ou tel de ses généraux soient critiqués.

199Signe des temps présents, la commémoration de cette guerre victorieuse ne donne pas lieu au défoulement de l’esprit belliqueux. José Antonio Armillas, commissaire pour la célébration du bicentenaire à Saragosse, voit dans la Guerre d’Indépendance « une guerre à la fois exaltante et horrible, dont l’étude doit conduire à l’exaltation de la paix (« Pórtico », La Zaragoza de los Sitios, Bicentenario de los Sitios de Zaragoza, Saragosse, Fundación 2008, p. 12).

200Depuis plusieurs années déjà, dans des articles parus ici et là, des auteurs nullement chauvins ou « espagnolistes » n’avaient pas hésité à révéler l’importance du phénomène de la désertion ou la multiplicité des actes de barbarie imputables aux soldats espagnols et aux civils. Actuellement, l’envers du décor continue à être dévoilé ; plus exactement, coexistent, plus que jamais, les deux faces de la réalité, comme l’expose Francisco Luis Díaz Torrejón dans son article sur « La exaltación de la victoria » (Andalucía en la Historia, Séville, Año V, n° 21, juillet-septembre 2008, p. 26) :

La inesperada victoria de Bailén sublima los sentimientos patrióticos de un amplio sector de la sociedad andaluza y desata una especie de euforia colectiva que se traduce en manifestaciones de incontenible alegría y en actitudes agresivas frente a la cuerda de presos napoleónicos. Los vecindarios asisten jubilosos en catedrales e iglesias a solemnes ceremonias sacras en acción de gracia, a la par que descargan su furia sobre los prisioneros franceses que transitan por los pueblos andaluces, camino de Cádiz. Religiosidad y violencia alternan en unos momentos de exacerbado frenesí.

201A cette bataille de Baylen ont participé, dans les camps opposés, non seulement des Espagnols et des Français évoqués globalement, mais – et telle est la nouvelle vision prédominante –, au sein des troupes espagnoles, « des Manchègues, des Basques, des Murciens, des Aragonais et des Andalous». Telle est l’actuelle vision du peuple espagnol en armes : il apparaît dans toute sa diversité régionale, comme si était préfigurée l’« Espagne des autonomies ».

202Du côté de l’armée impériale, il en va de même, puisque deux chercheurs – une Espagnole et un Italien – continuent à y étudier la présence et la conduite des Polonais et des Italiens.

203Le regard studieux porté sur cette réalité militaire perçue comme intrinsèquement diverse est celui, non plus des seuls Espagnols et Français (ceux-ci, peu nombreux), mais aussi des chercheurs principalement britanniques, portugais, italiens, polonais, ainsi qu’une Japonaise. Le regard est international. Les échanges de vue, par delà les frontières, se déroulent durant les congrès et colloques, et les Actes font cohabiter les textes de ces intervenants appartenant à plusieurs pays. Le cas extrême est celui du colloque organisé à Madrid en avril 2008 sur « L’Empire Napoléonien et la nouvelle culture politique européenne » ; il était placé conjointement sous l’égide de cinq institutions, dont une française (la Casa de Velázquez) ; se sont exprimés à cette occasion cinq Espagnols, cinq Nord-Américains, quatre Britanniques, trois Français, deux italiens, un Portugais, un Allemand et un Néerlandais. Ce colloque avait le mérite, entre autres, de montrer que la guerre d’Espagne, loin d’avoir été seulement une confrontation militaire entre quatre pays (Espagne, Portugal, France et Angleterre), a eu un retentissement politique, immédiat et lointain, dans de nombreuses nations. Certes, cette approche du conflit n’est pas nouvelle. L’est encore moins l’étude, ininterrompue, des campagnes militaires, des batailles et des combats de guérilla.

204Au bout du compte, il me semble que la grande nouveauté créée par la commémoration du bicentenaire des événements de 1808, en matière d’historiographie – on laisse ici de côté l’intervention des media et des autorités civiles – est de deux ordres : d’une part, en relation avec l’importance accrue attribuée à l’image, l’approche du conflit s’est opérée à travers l’iconographie, par le biais des expositions, des illustrations dans les livres et revues, des séries télévisées, des reconstitutions de batailles et des parades au cours desquelles le public a découvert la réalité (reconstituée) des uniformes, des armes et des drapeaux. En un mot, la guerre comme si on y était…

205La seconde tendance, devenue ligne de force dès 2007, appartient au domaine historiographique. Comme on l’a vu, elle concerne l’étude novatrice de la « mémorisation » des événements et des personnages, processus qui a conduit parfois à leur mythification.

206Au risque de pécher par gallocentrisme, je me hasarderai à dire que Christian Demange, Pierre Géal, Richard Hocquellet, Stéphane Michonneau et Marie Salgues ont ouvert une voie séduisante et large, puisque, dans leur étude des commémorations et de « la fabrication des héros », ils ne s’en tiennent pas aux écrits, mais s’intéressent aussi aux gravures et tableaux, aux cérémonies religieuses, aux monuments, aux musées, aux media… Toutefois, je reprendrais volontiers à mon compte la réflexion de Ricardo García Cárcel dans El sueño de la nación indomable. Los mitos de la Guerra de la Independencia (Madrid, Temas de Hoy Historia, 2007, p. 223) :

En esta última historiografía inciden diversos factores. El primero es la fascinación por la representación como objeto histórico en sí mismo. La realidad se convierte en puro constructo, el resultado de un proceso configurador en que al historiador le interesa más el acceso a la realidad, el propio proceso de construcción. La realidad sólo es mediática.

207Sans doute, le titre complet de l’ouvrage de R. García Cárcel comporte-t-il le terme de « mythe », mais, à la vérité, l’historien catalan se livre aussi à une relecture de toutes les composantes politiques du conflit et à l’examen des interprétations des historiens, les uns contemporains des événements, les autres postérieurs, jusqu’à nos jours. C’est, en quelque sorte, une approche critique de l’historiographie relative à la Guerre d’Indépendance, au moins autant qu’une étude de la « mémorisation collective », telle que l’a lancée l’équipe de Stéphane Michonneau. Quelle que soit l’option retenue, le chemin demeure grand ouvert et les historiens de la nouvelle génération, avec le recul nécessaire, pourront se prononcer sur les innombrables écrits qui ont fleuri à partir de 2008 et sur les commémorations qui ont jalonné cette année-là et se poursuivent sans discontinuer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-René Aymes, « La commémoration du bicentenaire de la Guerre d’Indépendance (1808-1814) en Espagne et dans d’autres pays », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 20 février 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/3432 ; DOI : 10.4000/ccec.3432

Haut de page

Auteur

Jean-René Aymes

Professeur émérite, Université Paris-iii Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org