Navigation – Plan du site

Éditorial

Jacques Maurice
Traduction(s) :
Editorial

Texte intégral

1Avec ce numéro 7 nous changeons de saison, d’automne en hiver. Quoique rattachée administrativement à l’Université Paris Ouest Nanterre, notre revue est, faut-il le rappeler, une revue inter-universitaire faite, autour d’un noyau d’hispanistes, par et pour les chercheurs qui travaillent sur l’Espagne contemporaine. Elle n’a pas de budget propre, sa fabrication repose sur le dévouement de quelques personnes qui accomplissent gracieusement cette tâche en sus de leur activité statutaire d’enseignant-chercheur. Le stade de développement atteint par les Cahiers appelle des moyens à la hauteur : nous nous employons à les obtenir. Signe de bonne santé, la matière rédactionnelle est abondante et variée comme le montre le contenu du présent numéro et le laisse prévoir l’annonce de nos projets.

2Ce numéro répond pleinement à deux de nos objectifs : valoriser la production scientifique de l’hispanisme français, tisser des liens solides entre chercheurs français et espagnols.

3Nous avons grand plaisir à faire connaître les sujets qui ont permis récemment à plusieurs collègues hispanistes : Serge Buj, Jean-Paul Aubert, Paul-Henri Giraud, Pascale Thibaudeau, d’obtenir leur Habilitation à diriger des Recherches. De même nous réjouissons-nous de voir aboutir des recherches originales menées en Master par des jeunes dans des domaines peu défrichés et quelquefois au moyen d’archives restées en jachère.

4Les trois études présentées dans ce numéro sont d’un égal intérêt mais ce n’est pas sacrifier à l’amitié que de faire ressortir l’intérêt exceptionnel du bilan scrupuleux et novateur établi par Jean-René Aymes des ouvrages consacrés au Bicentenaire de la Guerre d’Indépendance (il fait suite à la première partie publiée dans le n° 5).

5Les deux études suivantes portent sur deux personnalités représentatives du xxe siècle :

  • L’évêque de Tarazona, Isidro Gomà, nommé en 1933 Primat d’Espagne pour avoir incarné le courant intégriste de son Église face à la Seconde République ;

  • L’essayiste valencien Joan Fuster qui, en toute indépendance, défendit sous le franquisme, en castillan et en catalan, un pancatalanisme très personnel.

  • Par ailleurs, un livre de Jean-Philippe Luis sur une personnalité du xixe  siècle, le banquier Aguado, fait l’objet d’une lecture attentive de Claude Morange.

6Enfin, un autre membre de notre Comité scientifique, Santos Julià, nous a fait l’honneur d’autoriser la reproduction du prologue de son dernier ouvrage, un texte dense plein de résonances par rapport à l’histoire de l’Espagne contemporaine dont il est également question dans un long compte rendu.

7Parmi nos projets figurent un dossier sur les biographies politiques, un autre dossier sur l’anarchisme espagnol à l’occasion du centenaire de la naissance de la CNT, et, à l’horizon, le bicentenaire de la Pepa, la Constitution de Cadix, que nous souhaiterions aborder sous tous ses aspects : nous sommes ouverts à toute proposition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Maurice, « Éditorial », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 18 février 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ccec.revues.org/3421

Haut de page

Auteur

Jacques Maurice

Professeur honoraire, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org