Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations

Le bilan identitaire des femmes espagnoles nées dans les années 1950 : se construire à la charnière de deux modèles sociaux

El balance identitario de las mujeres españolas nacidas en los años 1950: construirse en el cruce de dos modelos sociales
Laura Nattiez

Notes de l’auteur

Master 2 soutenu en juin 2008 à l’Université Paris-Descartes sous les directions conjointes de François de Singly et d’Anne-Marie Guillemard.

Texte intégral

1Ce travail de recherche sociologique d’un an a eu pour objet d’étudier le « bilan identitaire1» des femmes espagnoles nées dans les années 1950. Il s’agissait de comprendre, grâce au récit que des femmes de cette génération font aujourd’hui de leur vie, comment et jusqu’à quel point elles ont intégré à leur histoire personnelle la transition démocratique et les changements de la société espagnole dans la seconde moitié du XXe siècle. Si l’action des militantes sous le franquisme, puis lors de l’élaboration de l’Etat démocratique, a été plusieurs fois analysée, la construction individuelle et quotidienne des femmes « ordinaires » a été peu étudiée. Pourtant, comment comprendre la société espagnole actuelle sans interroger ces femmes sur l’éducation qu’elles ont reçue, leurs relations familiales, sentimentales et amicales, leurs trajectoires scolaires et professionnelles, leurs convictions politiques ou religieuses ? A partir du récit de leur propre vécu du changement social, politique et institutionnel, il s’agissait de mettre à jour la façon dont ces femmes se sont construites « en coulisses2» des événements pour s’émanciper des normes sociales propres à la société franquiste.

2Ce travail se base sur une vingtaine d’entretiens semi-directifs effectués auprès de femmes espagnoles résidant aujourd’hui en Catalogne, nées dans les années 1950 et ayant eu des enfants. L’objectif était de faire raconter à ces femmes les moments importants de leur vie et d’obtenir un jugement sur chacune de ces étapes. Le récit obtenu dépend des normes sociales présentes et de la situation actuelle de l’enquêtée ; de ce point de vue, il s’agit d’un récit réactualisé. C’est « l’identité narrative3», au sens de Paul Ricœur, que nous voulions recueillir, afin de comprendre comment ces femmes, à un moment précis, donnent un sens à leur vie grâce à la narration. Si, en se racontant, l’individu peut trouver une cohérence à son histoire, cela ne l’empêche pas, au contraire, de reconnaître les mutations, les reconfigurations et les adaptations qu’il a dû effectuer pour y parvenir. Notre analyse sociologique de ces récits de vie est menée à la lumière de la théorie du développement de l’individualisme, principalement à partir des écrits d’Ulrick Beck4 et de François de Singly5.

3 Ce compte rendu présente l’un des aspects de notre analyse : « le basculement identitaire » – soit comment ces femmes espagnoles cherchent à se séparer des normes de vie féminine imposées par le franquisme pour tenter de conquérir progressivement des espaces d’expression de leur identité personnelle.

4Ces femmes ont été éduquées selon les normes propres à la société franquiste : l’intérêt du groupe prime, les normes sociales sont définies en fonction de catégories qui échappent au contrôle de l’acteur, et le sexe est l’une de ces catégories. Les femmes sont socialisées afin d’accomplir « le destin des femmes franquistes ». Tous les récits de vie des femmes interviewées, comme les enquêtes statistiques6, montrent un modèle de vie strictement préétabli et très largement réalisé : fiançailles à la puberté, entrée sur le marché du travail avant l’âge de 20 ans, mariage précoce, retrait du marché du travail à la naissance du premier enfant. De fait, la législation franquiste laisse très peu de marge de manœuvre aux femmes et ce, tant dans la sphère privée que dans la sphère publique.

5Les femmes nées dans les années 1950 en Espagne représentent la génération charnière : elles ont été socialisées afin de faire taire toute particularité ou aspiration personnelle et pourtant leur vie adulte se déroule, pour l’essentiel, dans une société qui prône un idéal de liberté individuelle. Les entretiens révèlent qu’elles n’ont pas rejeté en bloc les valeurs des générations précédentes mais qu’elles se sont construites pragmatiquement, en fonction de leurs propres possibilités et en suivant des étapes bien déterminées. La première de ces étapes consiste à investir une activité qui leur permet de faire reconnaître et fructifier une de leurs compétences personnelles (ce que nous avons choisi de nommer des « niches identitaires »). Progressivement, elles tentent de s’émanciper toujours plus des prescriptions franquistes en étendant ces niches identitaires à de nouveaux espaces, ce qui engendre une forme de « double vie», deuxième phase du cheminement identitaire. Mais, à terme, cette situation devient intenable, elles doivent alors faire un choix : soit celui du « basculement identitaire » vers les normes de la modernité soit, si la pression sociale est trop forte, celui du retour au modèle franquiste. C’est ce processus en trois temps que nous nous proposons de présenter ici.  

6Pour profiter de l’ouverture sociale, ces femmes commencent par chercher des « niches identitaires » où faire valoir leurs compétences personnelles tout en reproduisant globalement le modèle social franquiste. Elles se réservent des espaces extérieurs pour elles, afin d’y exprimer un moi bridé dans d’autres sphères. En se ménageant ces niches d’expression du moi, ces femmes mettent une soupape de sécurité à leur construction identitaire jusqu’alors « sous pression ». Elles soustraient une partie de leur identité aux normes sociales franquistes pour trouver supportable l’encadrement individuel imposé dans d’autres sphères. En se penchant sur le corpus d’entretiens, on constate que les domaines investis par les femmes pour exprimer leur identité individuelle sont très divers : cuisine, pratique sportive, engagement associatif ou culturel, reprise d’études, découverte d’un hobby (décoration d’intérieur, chant, danse traditionnelle…) sont autant d’espaces dans lesquelles les interviewées tentent alors d’exprimer leur identité individualisée.

7L’apprentissage de l’individualisme grâce aux niches identitaires amène peu à peu cette génération de femmes à étendre les domaines d’expression du moi à des sphères plus vastes, créant une sorte de « double vie identitaire ». C’est généralement dans l’espace familial que les résistances à l’émancipation féminine persistent le plus longtemps. Si les femmes nées dans les années 1950 continuent à obéir aux standards d’épouses et de mères parfaites encensées par la propagande franquiste, elles jouissent en quittant leur domicile d’une reconnaissance et d’un pouvoir de décision inédits. Ce phénomène est à rapprocher de ce qui se joue dans les relations extraconjugales, étudiées par la sociologue Florence Vatin, pour qui une « affirmation de soi est possible par le dédoublement de sa vie 7».  

8Pourtant cette situation ne peut perdurer dans le temps. D’après les entretiens, les conjoints supportent mal cette construction identitaire basée sur une double vie. A terme, ils réclament (directement ou non) la suspension de cette activité émancipatrice et la pleine attention de leurs femmes à la sphère domestique. Mais ces dernières, dont l’identité tend de plus en plus vers la « modernité avancée8», refusent souvent de consentir à cette marche arrière identitaire : c’est la phase du « basculement identitaire ». L’entretien d’Inès est éloquent à ce sujet:

J’avais choisi d’être une femme active, de faire mes choses, d’avoir mes amis et je me rendais compte que ça avait détruit ma vie de couple. J’étais démolie parce que je me rendais compte que je ne pouvais pas avoir les deux, il fallait que je choisisse. Je ne pouvais pas avoir une relation agréable avec mon mari si je gardais mon travail et mes amis. Pour lui je ne m’occupais pas assez de la maison et de lui […]. En fait, il fallait que toute ma vie lui soit dédiée, il niait tout ce qui faisait partie de « ma » vie. Je me suis rendu compte qu’il fallait que je choisisse entre être une femme moderne, donc une femme active, ou être une femme traditionnelle, m’occuper de ma maison et garder mon mari. Moi, j’avais eu l’illusion que je pouvais avoir les deux.

9Les femmes doivent alors faire un choix pour mettre fin, au moins dans l’identité narrative, au tiraillement identitaire. Soit elles renoncent à leur espace d’expression de l’individualisme, soit elles se séparent de leur conjoint s’il ne s’adapte pas à cette nouvelle identité.

10Nous conclurons sur un point : l’adoption par les femmes nées dans les années 1950 du modèle social de la modernité avancée, caractéristique de la société espagnole actuelle, ne se fait pas sans difficultés. Le choix de l’individualisme se paie par le renoncement à certaines relations. L’entourage peut désapprouver le basculement identitaire et se détacher des femmes ayant fait le choix de l’émancipation. Nous avons décrit cette sanction sociale comme le « syndrome Anna Karénine », l’héroïne de Tolstoi9 qui, lorsqu’elle décide de révéler sa liaison et de partir avec son amant, doit accepter de perdre son fils, une partie de ses amis, sa vie mondaine et son statut social. L’individu individualisé dispose d’une marge de manœuvre inédite dans ses choix de vie ; lui incombe alors une responsabilité nouvelle, complexe à assumer. Pourtant, et c’est sans doute l’enseignement principal de ce travail, malgré les difficultés que représentent tant les choix à effectuer que la reconnaissance à autrui de cette même faculté de choisir, les femmes qui se sont adaptées aux normes de la modernité avancée n’expriment aucun regret et se sentent fières de s’être débarrassées du modèle social franquiste.

Haut de page

Notes

1  Concept analysé par François de Singly dans son séminaire de recherche « La Société des individus » à l’université Paris-Descartes.

2  Goffman, Erving, La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

3  Ricœur, Paul, Temps et récit. Le temps raconté (tome III), Paris, Seuil, 1985.

4  Beck, Ulrich, La Société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris,  Aubier, 1986.

5  Singly, François, L’Individualisme est un humanisme, La Tour d’Aigues, Seuil, 2005.

6 Alberdi, Inès, La Nueva familia española, Taurus, Barcelona, 1998, p. 253

7  Singly, François de, Libres ensemble, Saint-Amand-Montrond, Poche, 2003, p. 313 (1e édition. 2000).

8  Giddens, Antony, Les Conséquences de la modernité, Paris, L’harmattan, 1990.

9  Tolstoï, Léon, Anna Karénine, Nelson, Edimbourg, 1877.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Nattiez, « Le bilan identitaire des femmes espagnoles nées dans les années 1950 : se construire à la charnière de deux modèles sociaux », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/3297

Haut de page

Auteur

Laura Nattiez

Doctorante allocataire sous les directions conjointes de François de Singly (CERLIS Université Paris-Descartes) et de Lluìs Flaquer (IPHIGENIA Universidad Autónoma de Barcelona). Membre de l’association « Adelante ».

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org