Navigation – Plan du site
Études

Entre incompréhension et intérêt national

Une histoire des relations franco-espagnoles en matière de défense et sécurité depuis 1945
Entre incomprensión e interés nacional : una historia de lass relaciones franco-españolas en materia de defensa y seguridad desde 1945
Between incomprehension and national interest : an history of French-Spanish relations about defence and security from 1945
François Morizur

Résumés

Cet article retrace près de soixante ans de relations entre la France et l’Espagne en matière de sécurité et de défense. On démontrera que deux logiques se superposent et expliquent la versatilité de ces relations. Au-delà de politiques de puissance qui ont pu achopper sur des intérêts nationaux divergents, les relations franco-espagnoles en matière de sécurité et de défense ont souvent été marquées par une profonde incompréhension.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article reprend les conclusions du mémoire de recherche intitulé : Espagne, France : plus de 60 ans d’incompréhension mutuelle en matière de sécurité et de défense ? (112  p.) présenté à l’IEP de Lille en juin 2009 sous la direction de M. Vladimir Sierpe

Texte intégral

1L’histoire récente des relations franco-espagnoles en matière de construction de l’Europe de la défense, de coopération étroite contre le terrorisme mais aussi contre certaines formes de crime organisé ne doit pas faire oublier que pendant des décennies, les relations entre les deux pays ont été particulièrement versatiles en matière de sécurité et de défense.

2La coopération entre les deux États a toujours été soumise à des questions d’intérêt national comme l’attestent les nombreux différends qui ont émaillé les relations politico-militaires présentées aujourd’hui comme exemplaires. A cet égard, la dispute chronique sur le Maroc, le problème des réfugiés de part et d’autre des Pyrénées, les hésitations françaises concernant la question basque ou plus récemment, les différends entre Messieurs Jacques Chirac et José María Aznar à propos de l’îlot Perejil (Persil) et de la viabilité d’une entrée en guerre contre l’Irak aux côtés des États-Unis constituent des exemples éloquents. On ira même plus loin en affirmant que les enjeux de sécurité ont empoisonné les relations franco-espagnoles au moins jusqu’au milieu des années 1980 et ont souvent été responsables de nombreux accès de mauvaise humeur entre Paris et Madrid. En revanche, les questions de défense ont souvent été « déphasées » par rapport aux relations diplomatiques même si on ne saurait nier que la coopération militaire s’amplifiait bien davantage lorsque les relations politiques entre Paris et Madrid étaient sous de meilleurs auspices. La raison en est simple : en dépit des divergences d’opinions, les États français et espagnol avaient conscience qu’en tant qu’alliés au sein du camp occidental, il leur était indispensable de favoriser les échanges pour réagir à la menace soviétique. Mais les divergences entre intérêts nationaux ont été nombreux, les deux pays ayant toujours été particulièrement réalistes dans leur manière d’agir en politique internationale, la période 1945-1950 ayant constitué une exception notable en France.

  • 1 Mestres i Camps, Laia, « Veinte años de cooperación entre España y Francia : ¿amigos, socios o alia (...)

3Outre les considérations d’ordre purement réalistes fondées sur la notion d’intérêt national, les relations entre la France et l’Espagne ont longtemps été caractérisées par une profonde incompréhension1. Toutefois, cette incompréhension ne constitue pas une donnée immuable. Elle a non seulement évolué dans le temps, mais également dans l’espace : les conceptions à l’égard du voisin pouvaient diverger considérablement de part et d’autre des Pyrénées. Les brusques évolutions du contexte international ont également pu profondément transformer les aspects de cette incompréhension. Enfin, les incompréhensions se sont cultivées dans l’évolution même des relations entre les deux pays, tout en conditionnant parfois ces relations. Les attentes et la volonté de reconnaissance des deux pays en matière de sécurité et de défense sont fondamentales afin de comprendre pourquoi les relations entre Paris et Madrid ont si souvent été placées sous le sceau de la joute diplomatique. On ne saurait négliger l’importance de l’idéologie et de certains préjugés dans la formulation des politiques extérieures des deux pays. Ainsi, la francophobie d’une certaine frange de la population espagnole et la condescendance française à l’égard de l’Espagne – qui peuvent par ailleurs persister sous certaines formes de nos jours – ont rarement contribué à une évolution positive et constructive des relations franco-espagnoles. Ces nombreuses incompréhensions, combinées à la poursuite par les deux pays de politique de puissance parfois divergentes, expliquent pourquoi, encore aujourd’hui, les relations franco-espagnoles sont versatiles.

4A travers cet article qui se propose de retracer plus de 60 ans d’histoire houleuse entre les deux pays, on démontrera que c’est bien au double mouvement intérêt national/incompréhension en matière de sécurité et de défense que l’on doit la difficulté des relations franco-espagnoles pendant tant d’années. L’étude aborde les aspects militaire, diplomatique, policier et judiciaire à travers une approche chronologique qui s’est imposée d’elle-même : l’ampleur des changements sur la scène internationale depuis 1945 a eu des conséquences majeures sur le plan interne pour les deux États étudiés. La France a perdu son empire colonial en une vingtaine d’années et est devenue une puissance moyenne toujours très active en politique internationale, notamment dans le processus de construction européenne. Quant à l’Espagne, isolée et isolationniste pendant l’ère franquiste, elle a réinvesti la sphère internationale depuis la Transition ; période qui consacre l’élévation de l’Espagne au rang de démocratie occidentale.

Les conséquences de la Guerre Civile espagnole et de la Seconde Guerre Mondiale sur les relations franco-espagnoles

5Longtemps assimilée à l’Axe dont le soutien militaire a permis l’arrivée au pouvoir de Francisco Franco, l’Espagne choisit cependant d’adopter une politique de « non belligérance » tout au long de la Seconde Guerre mondiale. Les relations seront cordiales avec la France de Vichy. Bien que la proximité idéologique de ces deux régimes autoritaires et anticommunistes soit manifeste, Franco n’aurait pas hésité à sacrifier cette entente au nom d’intérêts nationaux supérieurs comme le prouvent ses hésitations sur la question marocaine – Ramón Serrano Súñer avait demandé l’annexion du Maroc français, de l’Oranie et de Tanger afin d’entrer en guerre aux côtés de l’Axe. Toutefois, et signe que la solidarité entre les deux régimes est aussi notable, l’Espagne franquiste ne reconnaît pas la France libre jusqu’en 1942 et emprisonne systématiquement les Français évadés via les Pyrénées.

  • 2  Les deux hommes se connaissaient déjà. Durant la guerre du Rif (1921-1926), le général Pétain avai (...)
  • 3  En référence au décret du 12 novembre 1938 sur « les étrangers indésirables ». Ce décret autorise (...)

6Lors de la rencontre entre le général Franco et le maréchal Pétain2 en février 1941, un problème de sécurité majeur est abordé : celui des réfugiés espagnols en France. Pétain certifie au Caudillo que la France continuera la chasse aux maquisards espagnols dans la zone libre. Il faut dire que l’État français a alors tout intérêt à le faire. La diaspora espagnole joue un rôle très actif dans le combat armé contre l’occupant nazi et le régime vichyste. 150 000 des 500 000 réfugiés espagnols qui ont fui leur pays sont en effet fortement politisés : communistes, socialistes, anarchistes, ils considèrent la France comme une base arrière pour libérer leur pays du joug franquiste. Déjà en 1938, le gouvernement Daladier se révèle particulièrement méfiant vis-à-vis de ces « étrangers indésirables3 ». Avec la débâcle française et l’arrivée au pouvoir de Philippe Pétain en juillet 1940, les mesures discriminatoires à l’égard des étrangers augmentent. Les Groupements de Travailleurs Étrangers (GTE) sont créés en 1940 et parmi ces « étrangers en surnombre dans l’économie nationale », 35 000 d’entre eux – soit près de trois quarts des effectifs – sont espagnols. Mis à la disposition de l’organisation Todt, ils sont envoyés en Allemagne dès 1942 pour servir le Reich. C’est dans ce contexte que naissent les premières actions clandestines contre le régime. La constitution de filières d’évasion via les Pyrénées et les missions de renseignement figurent parmi les actions de ces Espagnols combattant clandestinement en France. L’attaque surprise menée contre l’URSS pousse les communistes espagnols à s’engager massivement dans les Francs-Tireurs et Partisans en zone occupée et dans la Unión Nacional Española (UNE). Pour les guérilleros espagnols, non intégrés aux FFI, la libération du sud de la France n’est qu’une étape vers la libération de l’Espagne. Pour preuve, l’UNE lance l’offensive nommée Operación reconquista de España au Val d’Aran en 1944. L’attaque a lieu sur toute la frontière pyrénéenne mais échoue devant les importants moyens déployés pour contrer l’offensive, incluant l’usage de blindés et de l’artillerie. Bien que l’échec de l’attaque soit particulièrement cinglant, les exilés ne perdent pas espoir. La lutte armée est progressivement abandonnée au profit d’une opposition politique, le PCE organisant le repli des derniers guerrilleros en 1950-1951.

Quand l’idéologie prend le pas sur le réalisme : la France de 1945 au début des années 1950

  • 4  Parmi ces dix guérilleros figure Cristino García Granda, véritable héros de la Résistance. Il avai (...)

7Sur le plan interne, avec la victoire de la France libre en 1945, les réfugiés espagnols jouissent d’une image très favorable grâce à leur engagement dans la Résistance. Alors que le tripartisme est au pouvoir en France, l’opposition au régime franquiste reste essentiellement idéologique. La fermeture de la frontière française avec l’Espagne est ordonnée le premier mars 1946 par le général De Gaulle suite à l’exécution de dix guérilleros4 ayant participé à la Résistance française. La fermeture sera effective jusqu’au 10 février 1948. L’efficacité de cette mesure reste douteuse. D’un point de vue économique, certains ont décrié la fermeture de cette frontière qui menaçait les intérêts commerciaux des Français en Espagne. D’un point de vue politique, cette fermeture et les importantes pressions extérieures conduites par la France à cette époque ont profondément blessé le sentiment national espagnol et cultivé un sentiment anti-français. Loin d’affaiblir le régime franquiste, l’ostracisme français semble avoir renforcé le pouvoir du Caudillo comme le prouvent les résultats du référendum d’avril 1947, véritable plébiscite pour le régime. Par ailleurs, les élites françaises soutiennent activement les activités des réfugiés espagnols en France, au grand désarroi de Madrid. De Gaulle privilégie les relations avec « l’Espagne en exil » plutôt qu’avec « l’Espagne officielle » en offrant au Gouvernement républicain un appartement avenue Foch pour accueillir les institutions reconstituées cependant que les locaux parisiens de l’État espagnol « officiel » sont fermés !

  • 5  Cité dans Marchat, Henry, « La France et l’Espagne au Maroc pendant la période du protectorat (191 (...)

8Sur la scène internationale, la France encourage la communauté internationale à marginaliser le régime franquiste. Le 19 juin 1945 la charte de l’Organisation des Nations Unies (ONU) fait mention que seraient refusés les États « dont les régimes ont été installés avec l’aide des forces militaires de pays qui ont lutté contre les Nations unies tant que ces régimes sont au pouvoir ». L’exclusion de l’Espagne sera encore consacrée environ deux mois plus tard, à la conférence de Potsdam. En outre, le 12 décembre 1945, en plus d’inviter les membres de l’ONU à rompre leurs relations avec Madrid, le Conseil de sécurité demande instamment aux autorités franquistes de se retirer de Tanger, que les forces espagnoles avaient envahie le 14 juin 1940, profitant de la débâcle française et britannique pour occuper totalement la ville sous le prétexte d’y maintenir le statut de neutralité consacré par la conférence de 1912. La France gaulliste n’a pas du tout l’intention de laisser au régime honni la possibilité d’exercer les prérogatives qui lui reviennent de droit sur une ville aussi importante que Tanger. Invitée à signer l’Acte final de la conférence de Paris à laquelle elle n’a pourtant pas été conviée, l’Espagne franquiste émet quelques réserves, mais retire finalement ses troupes de Tanger, « leur mission heureusement accomplie5 ».

9Le 3 mars 1946, soit deux jours après la fermeture de la frontière franco-espagnole, la déclaration tripartite rédigée par Paris, Londres et Washington invite au « retrait pacifique de Franco » du pouvoir. Néanmoins, malgré une hostilité manifeste de la part des démocraties occidentales à l’égard du régime franquiste, aucune action militaire n’a été prévue pour renverser le régime. En premier lieu parce que la plupart des États ont d’autres préoccupations comme la reconstruction nationale et la menace soviétique. En second lieu, malgré l’exécration manifeste à l’égard du régime, il faut bien reconnaître qu’il n’y a pas d’alternative politique au Caudillo ; les Républicains peinant à présenter un front uni. Déstabiliser le régime franquiste au moment même où l’URSS manifeste des appétits pour l’Europe pourrait se révéler dangereux.

Retour à la Realpolitik : les changements en politique interne et sur la scène internationale

  • 6  Cité dans Dulphy, Anne, « La politique espagnole de la France (1945-1955) », Vingtième siècle, vol (...)

10En France, les communistes sont écartés du gouvernement Ramadier dès 1947 et ne peuvent plus jouer le rôle déterminant de marginalisation du régime franquiste ; tandis que certaines personnalités de droite appellent le Quai d’Orsay à réévaluer sa politique au nom des intérêts économiques et politiques de la France. Si les échanges économiques n’avaient jamais cessé, ceux-ci sont menacés par les mesures de rétorsion du gouvernement espagnol et par la concurrence de la part d’entreprises anglo-saxonnes, bien plus pragmatiques. Les réfugiés espagnols vivant en territoire français deviennent alors un véritable enjeu des relations bilatérales. Alors que les « grèves insurrectionnelles » de 1947 animent la peur de la subversion communiste en France, l’obsession du régime franquiste pour la « menace » républicaine sur le sol français va permettre aux deux pays de trouver un terrain d’entente : la France peut ainsi surveiller les éventuels agitateurs de gauche pouvant nuire à l’ordre public et s’attirer en même temps les bonnes grâces de Madrid qui attend de la part de la France un contrôle effectif sur ces opposants au régime. Dès juin 1951, le pouvoir central français expulse le gouvernement basque en exil de ses locaux, situés avenue Marceau. En 1954, les diffusions de la radio Euskadi sont interdites. Enfin, de nouvelles mesures restrictives envers les réfugiés républicains sont décidées par le gouvernement français. Le mémorandum du 24 novembre 1952 est particulièrement éloquent : il faut « interdire sur [le] territoire [français] tous agissements de nature à porter atteinte à la tranquillité et à la sécurité du territoire espagnol6 ». Dans le cadre de cette politique visant les opposants au régime franquiste, les stations de radio dissidentes sont fermées et 41 réfugiés sont assignés à résidence en raison d’une prétendue menace à l’ordre public (20 septembre 1950). Ces personnes ne seront pas expulsées en vertu du droit d’asile. 288 communistes étrangers parmi lesquels 177 Espagnols sont arrêtés. Au même moment, un certain nombre d’immigrés clandestins sont reconduits à la frontière.

  • 7  Pellistrandi Jérôme, « L’armée espagnole à l’épreuve de la démocratie et de l’Europe, 1975-2002 », (...)

11Toutefois, le rapprochement franco-espagnol sera fortement tributaire de l’intervention américaine. Alors que les démocraties occidentales craignent une invasion prochaine de l’URSS, elles vont considérablement œuvrer à renforcer leur cohésion en matière de défense collective sous l’égide des États-Unis. Alors que le rejet idéologique s’essouffle en France au début des années 1950, il est déjà consommé dans l’ordre international : la reconnaissance du régime franquiste par les autorités américaines avait commencé dès janvier 1950, alors que les États-Unis déclaraient que l’Espagne avait vocation à devenir un allié du bloc atlantique. L’Espagne franquiste constitue en effet un allié de choix contre l’URSS. La première raison est sans aucun doute son anticommunisme viscéral. La seconde est sa situation stratégique qui en fait un véritable pont entre l’Europe et l’Afrique du Nord et un point de contrôle proche du détroit de Gibraltar. On insistera bien sur le fait que c’est l’Espagne en tant qu’entité géographique7 qui intéresse les États-Unis. En août 1950, ces derniers débloquent près de 62 millions de dollars pour l’Espagne dans le cadre du plan Marshall. Cependant, c’est la signature des accords bilatéraux entre les deux pays le 26 septembre 1953 à Madrid qui marque définitivement la réintégration du régime franquiste dans la communauté internationale.

  • 8  Pellistrandi, Jérôme, (à paraître), « L’Espagne dans la stratégie des États-Unis après la guerre m (...)
  • 9  Pellistrandi Jérôme, « L’armée espagnole à l’épreuve de la démocratie et de l’Europe, 1975-2002 », (...)

12La décision de réintégrer l’Espagne a toutefois été accueillie froidement à Paris et Londres. Si les préoccupations idéologiques sont loin d’être absentes de la position française, elles ne déterminent pas tout. D’un point de vue strictement militaire, cette alliance paraît guère pertinente. En dépit de son rôle majeur dans la société comme instrument de contrôle de la population, les capacités militaires de l’armée espagnole sont très faibles, se réduisant essentiellement aux stocks allemands hérités de la guerre civile. Mal organisée avec un corps d’officiers en sureffectif comparé aux hommes de troupe, l’armée espagnole souffre également d’un manque flagrant de sous-officiers bien formés et de l’absence de doctrine stratégique au sein de l’état-major. Les Américains eux-mêmes n’accordent que peu d’importance à la valeur militaire de l’armée espagnole. Concrètement, l’accord bilatéral hispano-américain octroie aux États-Unis l’utilisation de plusieurs bases dans la péninsule pour une période de 10 ans, moyennant une aide économique considérable : 226 millions de dollars… dont 141 à titre militaire. Ces accords inquiètent les autorités françaises à cause de la localisation des bases et des conditions d’utilisation de celles-ci : la question essentielle étant de savoir si elles seraient toujours sous commandement national espagnol ou bénéficieraient d’un statut d’extraterritorialité que les Américains désirent vraiment. Finalement, quatre emplacements seront retenus par les États-Unis : l’US Navy mouillera à Rota, tandis que les escadrilles américaines seront stationnées à Torrejón, Saragosse et Morón. Une station radar sera installée aux Baléares à Puig Major. En dernier lieu, l’accord octroie à l’Espagne la fourniture de matériel militaire, même si le renforcement de l’armée espagnole est loin d’être une priorité. Les États-Unis ne demandent qu’une seule chose à l’Espagne, guère flatteuse : assurer la sécurité de ses bases8 ! Quant à la défense du détroit de Gibraltar, elle est assurée par les Britanniques9

13D’un point de vue stratégique, la France est soucieuse de ne pas être évincée du système de défense méditerranéen, alors que les relations avec l’Espagne sur cette question restent extrêmement délicate avec en toile de fond le Maroc. En outre, la Grande-Bretagne et la France craignent également d’être délaissées au profit de l’Espagne qui bénéficierait d’aides militaires supplémentaires. L’Espagne constituerait l’ultime tête de pont de la défense occidentale puisque idéalement située en Méditerranée. Ces inquiétudes sont si vives que le général Eisenhower devra rassurer ses alliés. Peu à peu, l’intégration de la péninsule ibérique au système de défense s’impose.

Deux curieux alliés, un triptyque délicat : la France et l’Espagne en Afrique du Nord, de la compétition à la compréhension

  • 10  Dulphy Anne, « La guerre d’Algérie dans les relations franco-espagnoles ; enjeux spécifiques et él (...)

14Malgré la signature du pacte hispano-américain de 1953 et l’appartenance de facto au même camp, la France et l’Espagne continuent de cultiver une importante rivalité en Méditerranée. Alors que les Français font face à un mouvement indépendantiste de plus en plus organisé et de mieux en mieux armé, le Caudillo en personne encourage les rebelles en fustigeant le comportement de la France, accusée de bafouer la souveraineté du Maroc. Anne Dulphy qualifie de « tiers-mondisme opportuniste 10» la position du Caudillo ; politique qui consiste notamment à pallier au manque de représentativité de l’Espagne sur la scène internationale en s’érigeant comme défenseur du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. En second lieu, cette politique s’inscrit dans un cadre de rivalité des politiques arabes dans la zone méditerranéenne. En défendant les mouvements insurrectionnels et indépendantistes, Franco affaiblit considérablement l’influence et la légitimité du vieux rival français dans la région tout en s’attirant la sympathie des pays arabes qui pourront peser dans le processus de décision de l’ONU.

  • 11  Idem.

15Paradoxalement, c’est en 1953, année de la signature du pacte hispano-américain que les relations diplomatiques entre les deux pays sont les plus mauvaises car les Français décident de déposer le sultan Sidi Mohammed Ben Youssef (futur Mohammed V). L’acharnement diplomatique de l’Espagne est menée par la frange ultraconservatrice traditionnellement francophobe, les diplomates espagnols soucieux d’établir des relations privilégiées avec les pays arabes et par le ministère de l’information. Or, la « politique d’opposition ouverte11 » de Franco n’est pas seulement verbale. En octobre 1955, plusieurs postes avancés français sont attaqués par les rebelles. Le général Pierre Boyer de Latour accusera l’Espagne de bienveillance : il semblerait en effet qu’en zone espagnole, les rebelles se soient parfaitement organisés sans craindre les autorités, particulièrement favorables à une situation insurrectionnelle en zone française.

16La politique du régime franquiste, soucieux de soutenir les nationalistes au Maroc afin d’entamer la suprématie française, porte finalement ses fruits. La situation, devenue intenable, conduit la France à trouver une solution à la question : ce sera la déclaration de la Celle-Saint-Cloud du 6 novembre 1955. Mais la France est au même moment dans une situation extrêmement délicate dans une autre région de l’Afrique du Nord, vers laquelle elle porte désormais toute son attention : l’Algérie. Depuis 1954, le FLN (Front de Libération Nationale) et sa faction armée, l’ALN (Armée de Libération Nationale) s’opposent ouvertement aux autorités françaises. Soucieux de répondre non seulement à sa politique tiers-mondiste et à sa volonté de miner l’impérialisme français dans la région, le Caudillo va également manifester son soutien aux résistants algériens en accueillant certains d’entre eux sur le territoire espagnol. C’est d’ailleurs à Madrid que sera ouvert le premier bureau de résistance algérienne à l’étranger. Les bateaux chargés d’armes à destination de l’Algérie transitent dans les ports espagnols sans être particulièrement inquiétés par les autorités. Bien entendu, à Paris, le soutien de Franco aux indépendantistes algériens ne suscite pas vraiment l’enthousiasme. En réalité, la France attend beaucoup plus de compréhension sur la question algérienne. Les diplomates français tentent de raisonner les hautes autorités franquistes sur la question tout en étant conscients du potentiel de nuisance de l’Espagne en Afrique du Nord.

17C’est toutefois une fois de plus pour des questions d’intérêt national que l’attitude de Madrid va évoluer. Déjà en 1956, Maurice Faure (secrétaire d’État français) et Guy de la Tournelle (ambassadeur de France à Madrid) avaient averti l’Espagne des dangers que représenterait une Algérie indépendante au moment même où l’URSS redirigeait sa politique d’expansion vers l’Afrique. On rappellera que le FLN était un mouvement de gauche d’inspiration marxiste et tiers-mondiste. Viscéralement anticommuniste d’une part, le régime franquiste craint d’autre part que ses intérêts ne soient menacés par des mouvements de gauche alors puissamment armés et déterminés à affirmer leur souveraineté sur les richesses nationales. Cette crainte est notamment ravivée par la tenue d’une réunion à Tanger entre le FLN algérien, le Néo-Destour tunisien et l’Istiqlal marocain en mai 1958. L’Espagne souhaite conserver les miettes de son empire en Afrique du Nord. La France représente donc l’alliée dont a besoin une Espagne qui prend progressivement conscience que ses intérêts régionaux sont liés à ceux de la France en Algérie.

  • 12  Ibidem.
  • 13  Ibidem.

18Ainsi, en février 1957, les diplomates français se félicitent du remaniement des ministères en Espagne, annonciateur d’une politique plus conciliante vis-à-vis de la France. L’année 1957 est aussi l’année du changement de l’attitude puisqu’elle soutient désormais la politique algérienne de la France à l’ONU et se lance dans une politique active de répression des membres du FLN. De plus, les visites officielles se multiplient et la « compréhension réciproque12 » s’établit grâce aux concessions effectuées par les deux pays. La France s’engage à exercer un contrôle encore plus strict sur les exilés républicains, « emblème des relations bilatérales 13 ». En 1959, le droit de réunion leur est prohibé, ils quittent désormais la France pour le Mexique. Quant à l’Espagne, elle intercepte deux navires chargés d’armes de contrebande, le Juan Illuecao et le Swensee en juin 1957. Au-delà de la volonté de coopérer, l’Espagne doit éviter que de réseaux surarmés menacent ses intérêts. L’Espagne reste convaincue qu’elle pourra conserver les miettes de son empire au Maroc où la situation est de plus en plus difficile. Déjà, en 1957, l’armée espagnole avait dû intervenir dans la province d’Ifni avec un matériel complètement dépassé contre les rebelles marocains ; les Américains refusant que le matériel qu’ils fournissent serve à des opérations coloniales. Enfin, la France et l’Espagne renouent même avec les opérations communes au Maroc (opération « Écouvillon ») contre les forces de l’Armée de Libération Sahraouie.

  • 14  Pour une étude très intéressante sur le sujet, on peut se reporter à Dulphy Anne, « Les exilés fra (...)
  • 15  Cité dans Dulphy, « Les exilés… », art. cit.

19Cependant, l’Espagne ne peut guère être rangée parmi les alliés indéfectibles de la France. Preuve en est l’hésitation du régime franquiste sur la question de l’OAS (Organisation de l’Armée Secrète) dont certains membres s’installent à Madrid dès 196114. Devant l’inquiétude de Paris, Madrid accepte finalement d’emprisonner ou d’assigner à résidence certains membres reconnus de l’organisation en octobre 1961. Il faut dire que les dirigeants français ont toutes les raisons de s’inquiéter : les attentats, dont celui du petit Clamart le 22 août 1962, font peser une menace constante. Des camps d’entraînement avaient même été créés en Catalogne, dans la région de Valence et au pays basque. La France craint en outre que les réfugiés d’Algérie française, qui sont de plus en plus nombreux à arriver en Espagne dans le dénuement et le désœuvrement, ne soient facilement embrigadés par les cadres de l’OAS. L’Espagne accepte de pourchasser les unités combattantes de l’OAS mais exige des contreparties si elle doit procéder à des expulsions qui débuteront en 1963, après la visite officielle du ministre de l’intérieur français Roger Fray à son homologue Camilo Alonso Vega du Ministre de l’Intérieur. Il est notamment question de la collaboration active à la « répression des complots activistes15 ». Les autorités franquistes rendent la vie impossible aux activistes de l’OAS sur le sol espagnol en multipliant arrestations et tracasseries administratives. Ce sont toutefois les tractations secrètes entre l’OAS et le gouvernement français qui mettront fin aux activités clandestines de l’organisation.

Une coopération militaire prometteuse

  • 16  Cette tradition était née en 1919. Elle fut toutefois interrompue en 1937 à cause de la guerre civ (...)

20Si l’amélioration des relations diplomatiques favorise l’approfondissement de la coopération militaire, celle-ci avait déjà timidement débuté dès le début des années 1950. On observe en effet que les intérêts nationaux des deux États convergent dans le cadre de la lutte contre le communisme. En mars 1952, après avoir interrompu une tradition vieille de plus de 30 ans16, le gouvernement français donne son aval à l’accueil d’un officier supérieur espagnol de l’armée de terre en tant que stagiaire à l’École Supérieure de Guerre. En outre, de nombreuses visites et échanges débutent entre Paris et Madrid. Le Général Longoria, chef de l’état-major, est le premier officier à être reçu en 1955. Edgar Faure propose également à des dignitaires espagnols de visiter des installations militaires françaises. Par la suite, les rencontres entre hauts dignitaires militaires vont se multiplier. On citera, par exemple, l’installation d’une mission militaire française à Madrid en 1959 et la volonté d’accroître les échanges entre officiers d’état-major. La visite du Général Augustín Muñoz Grandes à son homologue Pierre Messmer à Paris en 1961 est également un geste fort. Enfin, l’envoi de stagiaires à l’École de Guerre Navale (EGN) reprend en 1969 et ne s’est pas interrompue depuis. Ces contacts, de plus en plus fréquents et à tous les niveaux, contrastent largement avec la période 1945-1950.

  • 17  Le lien est notamment souligné dans : Lasterle Philippe, « La marine dans les relations franco-esp (...)
  • 18  La plupart des frégates espagnoles sont de fabrication américaine (17 en tout) et l’US Navy a four (...)

21Par ailleurs, les premiers exercices communs franco-espagnols ont lieu dans les Pyrénées dès 1960. Il s’agit d’exercices de parachutistes, qui ont lieu soit en Espagne (exercices « Galia »), soit en France (exercices « Iberia »). Même si les doctrines des armées française et espagnole sont proches, l’importance d’exercices communs fréquents n’est pas négligeable car ils permettent aux différentes armées nationales de mieux se comprendre. Bien que ces exercices n’aient concerné que les compagnies parachutistes, l’impact sur les relations entre les militaires des deux pays a été considérable car les officiers étaient souvent les mêmes à coordonner ces actions une année sur l’autre. D’ailleurs, l’importance des relations et des conceptions personnelles dans la reprise des relations franco-espagnoles aux plus hauts niveaux de l’État n’est pas négligeable. La reprise de relations militaires avec la France pendant les années 1960 peut aussi s’expliquer par l’intention d’un des plus fidèles conseillers du Caudillo, l’amiral Luis Carrero Blanco17, de moderniser la marine espagnole. Pourquoi la France, alors que la marine est le plus atlantiste des corps d’armée espagnols18? L’amiral Carrero Blanco avait été le premier stagiaire reçu à l’École de Guerre Navale en 1932. Reçu dans le cadre de l’EGN pour un an, l’invitation du lieutenant de vaisseau (L.V) Blanco avait été un geste fort de la France afin de fêter la proclamation de la République espagnole… dont il fut un des premiers exécuteurs ! Cette alliance avec la France s’explique également par le fait que les militaires espagnols sont conscients qu’en dépit de l’afflux de matériel américain, ils sont incapables d’en reproduire la technologie.

  • 19  L’acquisition de Mirage III symbolise la volonté pour le régime franquiste de moderniser ses capac (...)
  • 20  Voir Pellistrandi Jérôme, « L’Espagne militaire en 1992 », Revue de la Défense nationale, n° 12, d (...)

22Si les relations militaires s’approfondissent donc tout au long de la décennie 1960, l’idée de « défense commune » n’est toutefois pas encore envisagée. La sécurité et la défense restent des prérogatives nationales. Bien que l’Espagne ait favorisé l’émergence de l’industrie touristique et permis aux entreprises françaises de s’installer plus facilement dans le pays, l’absence de projet politique est encore manifeste. Le volet économique reste dominant et est d’ailleurs loin d’être absent des accords de coopération militaire. En effet, une des exigences majeures de Madrid est de pouvoir créer des filiales d’assemblage afin de développer l’appareil industriel militaire espagnol. Aussi, la signature le 10 mai 1965 de plusieurs accords de coopération s’est accompagnée de la création de filiales de montage sous licence française de sous-marins de type Daphné à l’arsenal de Carthagène. Le nouvel accord de 1974, qui ouvre la voie à la fabrication de quatre sous-marins de type Agosta se fonde sur les mêmes bases. De même, la construction de chasseurs Mirage III19, consécutive à la signature des accords Debré-Lopez Bravo de 1970, sera également entreprise par l’entreprise CASA (Construcciones Aeronáuticas Sociedad Anónima), mais toujours sous licence française (Dassault). Chaque pays y trouvait un avantage certain : des coûts d’assemblage plus bas pour la France ; une création importante d’emplois et des investissements massifs dans l’appareil productif militaire pour l’Espagne20. Développer un partenariat avec la France, c’est ainsi tenter de remédier à une industrie de l’armement peu performante et encore largement sous-développée.

23Paris se contente également de relations limitées avec Madrid. Si on se félicite de l’évolution positive des relations diplomatiques et militaires entre les deux pays, les ambitions politiques restent également limitées. Il faut dire que les années 1960 sont essentiellement celles du renforcement de l’axe franco-allemand. La France n’a que peu d’intérêt à se tourner vers l’Espagne, nain politique et économique. La République Fédérale d’Allemagne (RFA) s’affirme en revanche comme le véritable leader de la CEE.

24L’aboutissement de l’évolution des relations militaires entre l’Espagne et la France est la signature, le 22 juin 1970, d’un accord bilatéral de coopération militaire. Cet accord consacre presque dix ans de relations militaires et diplomatiques cordiales et comporte plusieurs volets, parmi lesquels un important achat de matériel français. Cet achat concerne 50 blindés légers AMX-30 – des automitrailleuses AML-60 avaient déjà été achetées pour l’armée de Terre en 1965 –, qui viendront remplacer les M47 et M48. Les AMX-30 seront produits à Séville. La France devient alors l’allié européen de l’Espagne le plus important en matière militaire. Le transfert de technologie constitue alors un volet fondamental pour Madrid, qui souhaite développer son industrie de l’armement. De plus, l’achat de matériel militaire français s’inscrit dans la volonté de bâtir une force militaire crédible : en 1945, la marine espagnole n’existe quasiment plus. L’aviation est constituée d’anciens avions de combat allemands complètement dépassés dès les années 1950. Pour les deux corps d’armée, la solution est claire : se fournir à l’étranger. Aussi, Madrid a un double intérêt à lier une alliance militaire avec la France : la création d’une force militaire crédible et le renforcement des liens avec le voisin pyrénéen. Ce lien pyrénéen est d’autant plus fondamental que l’alliance avec les États-Unis a révélé ses limites pendant la crise de Gibraltar qui débute en 1964 et qui fait prendre conscience au régime franquiste qu’il doit chercher d’autres alliés puissants. La politique extérieure de Fernando María Castiella y Maís cherche le rapprochement avec la CEE dans le but d’une adhésion future. Aussi, la multiplication des liens avec le voisin français peut constituer un atout non négligeable pour faciliter les négociations d’adhésion. Ce n’est peut-être pas un hasard si la première demande d’adhésion (le 9 février 1962) est présentée sous présidence française de la CEE, et quelques mois seulement après que Charles de Gaulle a reçu le ministre espagnol de l’économie.

25Les attentes espagnoles à l’égard de son voisin français sont donc particulièrement importantes. Mais si les dirigeants français sont soucieux d’assurer de bonnes relations avec Madrid et se prononcent en théorie favorables à une future intégration dans la CEE ; en pratique, les choses sont plus compliquées. La France craint la concurrence dans le domaine agricole. Cette crainte va considérablement retarder le processus d’intégration de l’Espagne provoquant ainsi une indignation et une impatience assez manifeste à Madrid, qui s’aggrave lors des premières années de la Transition.

Euskadi Guduan : le Pays basque en guerre

26La répression de toute forme de revendication nationale basque conduit progressivement à une radicalisation du mouvement nationaliste. Il faut dire que beaucoup de jeunes ne se reconnaissent plus dans le Partido Nacionalista Vasco (PNV). Ce sont d’ailleurs des étudiants qui créent l’ETA (Euskadi Ta Askatasuna, Pays basque et liberté) en 1959 à Bilbao. Le mouvement, qui mêle des volontés indépendantistes – la création de l’Euskadi, la nation basque unifiée – et revendications sociales (idéologie marxiste) n’exclut pas la lutte armée pour atteindre ses buts. C’est toutefois après l’assassinat d’un chef nationaliste basque par les autorités franquistes que la spirale de la violence va commencer. Pendant la période franquiste, les attentats de l’ETA visent essentiellement les autorités et tout particulièrement les policiers, les agents de la Guardia Civil et les militaires. L’ETA est considéré comme une organisation terroriste par le pouvoir central à Madrid, mais jouit pourtant d’une certaine popularité dans toute l’Espagne. L’ETA, en dépit de ses revendications nationalistes parfois xénophobes et de ses méthodes, lutte contre un régime oppresseur. A ce titre, il est considéré par beaucoup d’Espagnols comme un mouvement de libération face à la dictature.

  • 21  L’organisation est interdite sur le territoire le 8 octobre 1972.
  • 22  Chiffres cités dans : Cassan Patrick, Le pouvoir français et la question basque (1981-1993), Paris (...)

27Tortures et exécutions se succèdent tandis que le sentiment d’insécurité croît au Hegoalde (pays basque sud, espagnol), incitant de nombreux habitants à fuir leur région pour se réfugier dans le sud de la France. L’afflux de réfugiés au Pays basque nord (Iparralde, français) provoque inquiétudes et hésitations en France. Inquiétudes, à cause de la montée en puissance de l’ETA qui proclame la réunion des 7 provinces basques dont le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule situées en Pays basque français. Hésitations, parce que le gouvernement français ignore s’il doit remettre à l’Espagne ces réfugiés – certains sont condamnés dans leur pays pour leur appartenance, prétendue ou réelle, à l’ETA. La France se refuse à expulser ces réfugiés au nom du droit d’asile mais se révèle prudente : des décrets d’éloignement sont prononcés à l’encontre des fondateurs de l’ETA (1964) et quelques procès s’ouvrent pour des motifs divers (détention d’armes ou de documents administratifs sensibles). La France ne facilite donc pas la vie des membres de l’ETA21. En revanche, on ne peut pas parler de coopération active. Un premier accord est passé entre les deux États en 1969, ce qui va expliquer la multiplication des reconduites à la frontières de réfugiés basques au début des années 1970. Si on comptabilisait 59 expulsions de 1963 à 1971 ; en 1972, le rythme s’accélère : 35 reconduites à la frontière sont prononcées22 cette année-là.

28Cela n’empêche pas l’Espagne de mener une guerre clandestine au Pays basque français, notamment sous les ordres du Servicio Central de Documentación (SECED) créé par l’amiral Carrero Blanco en 1973. Cette organisation spéciale spécialisée dans le renseignement coordonne les actions de groupes obscurs tels que l’ATE (Anti-Terrorisme ETA), le BVE (Bataillon Basque Espagnol), les GAE (Groupes Armés Espagnols) ou encore l’ANE (Action Nationale Espagnole). Ces groupuscules multiplient les actions contre les réfugiés basques de l’ETA – et surtout de l’ETA.M (Militaire) – au Pays basque français. Enlèvements, mitraillages, assassinats se succèdent et sont souvent commis par des policiers espagnols en mission « spéciale » en France.

  • 23  Chiffres cités dans : Loyer Barbara et Aguerre Christian, « Terrorisme et démocratie : les exemple (...)

29Lors de la Transition, les autorités espagnoles fustigent l’attitude de la France. Celle-ci est accusée de ne pas prêter assez d’attention aux actions de l’ETA. Le territoire français serait même devenu un « sanctuaire », une base arrière où les etarras pourraient planifier leur attentats sans être inquiétés par les autorités. Pire encore, l’État français refuse obstinément l’extradition des réfugiés condamnés pour des actes terroristes en Espagne. Les actions de l’ETA prennent une ampleur considérable, l’assassinat spectaculaire de Luis Carrero Blanco par un attentat à la bombe le 20 décembre 1973 à Madrid ayant fortement marqué les esprits. Cependant, les années de la Transition sont caractérisées par un redoublement de violence. L’ETA tue 50 personnes de 1968 à 1975, mais le nombre de victimes explose par la suite : 17 en 1976, 12 en 1977, 65 en 1978, 78 en 1979 et 96 en 198023 ! Si la France accepte de reconduire à la frontière certains réfugiés basques, elle se refuse toujours à extrader : les demandes du gouvernement espagnol formulées en mars 1981 restent lettre morte, provoquant indignation et stupeur à Madrid.

  • 24  Le CESID remplace le Service Central de Documentation (SECED) en 1977. Néanmoins, les cadres franq (...)
  • 25  Cassan Patrick, Le pouvoir français…, op. cit.

30Pour expliquer le refus de la France, les considérations morales ne sont pas à exclure. L’usage de la torture est encore répandue en Espagne, comme le dénoncent certains rapports d’Amnesty International ou de la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU. En acceptant l’extradition de certains réfugiés basques, les autorités françaises sont conscientes que ceux-ci seront soumis à la question par les membres du CESID24 (Centro Superior de Información de la Defensa) et de la police. En outre, la politique d’extradition est elle-même au cœur d’un débat en France. Le PS français s’oppose à toute forme d’extradition pendant le mandat de Valéry Giscard d’Estaing. Gaston Defferre tient d’ailleurs un discours qui scandalise Madrid, en comparant le combat des membres de l’ETA à celui de la Résistance. Patrick Cassan résume parfaitement la situation : « pour l’heure, les Socialistes, encore dans l’opposition, ne sont pas confrontés à la réalité de la raison d’État et ils sont très critiques à l’égard de la gestion par la droite du problème des réfugiés 25». Car la raison d’État est toujours au cœur des préoccupations françaises : la France n’intervient pas parce qu’elle n’a pour l’instant que peu d’intérêt à le faire. En effet, les revendications nationalistes basques ne prennent pas les mêmes proportions en Hegoalde qu’en Iparralde. La « question basque » doit rester un problème espagnol. Ainsi, deux logiques se superposent une fois de plus à travers cet enjeu sécuritaire : l’incompréhension manifeste des dirigeants français qui sous-estiment l’importance du dossier basque pour l’État espagnol ; et les logiques d’intérêt national qui recommandent la plus extrême prudence.

  • 26  Diario 16 aura une formule qui résume bien l’exaspération espagnole : « si le président n’est pas (...)
  • 27  Maliniak Thierry, Les Espagnols, de la Movida à l’Europe, Paris, Éditions du Centurion, collection (...)
  • 28  Idem.

31En juin 1982, la visite de François Mitterrand tourne au lynchage médiatique. La question basque n’est pas étrangère aux gros titres très désobligeants à l’égard du président français. Ainsi pouvait-on lire que l’attitude de François Mitterrand avait été « insultante » (Diario 1626) voire « intolérable » et que la visite en elle-même constituait « un des événements les plus déplorables » (Ya) qu’ait jamais subie l’Espagne27. La permanence des préjugés de part et d’autres des Pyrénées a souvent amplifié les querelles entre les deux voisins. Outre le fort sentiment francophobe au sein de la droite espagnole la plus conservatrice qui constitue alors la colonne vertébrale de l’armée, certains sondages montrent qu’en 1985, 55 % des Espagnols considèrent la France comme un pays hostile28! La presse, qui fait écho des quelques incidents qui ont lieu à la frontière pyrénéenne où les agriculteurs français déchargent de force les fruits des camions espagnols, contribue à amplifier un violent sentiment de francophobie.

32Quant à l’attitude de la France, elle est particulièrement bien résumée par Thierry Maliniak :

  • 29  Ibidem.

Pour le gouvernement espagnol, la politique à suivre à l’égard de la France constituait une variable fondamentale de toute équation diplomatique. Pour la diplomatie française au contraire, l’Espagne représentait trop souvent la cinquième roue de la charrette29.

  • 30  Kourliandsky, Jean-Jacques, « La politique espagnole de la France », art. cit.

33Il faut bien reconnaître que la politique espagnole de la France est quasiment inexistante, sauf lorsqu’il s’agit de préserver ses intérêts économiques dans la péninsule. Le volet politique des relations franco-espagnoles demeure très limité, se résumant en fait… à des différends sur des questions de sécurité ! Par ailleurs, les Français s’intéressent très peu à l’Espagne, sinon pour partir en vacances. L’image dont jouit l’Espagne en France peut être assimilée à « une amitié inconsciemment condescendante30». Ce sentiment de supériorité trouve sa source dans les images dramatiques de la guerre civile espagnole et de ses colonnes de réfugiés affamés mais aussi dans les récits de nombreux touristes français qui dépeignent une Espagne arriérée et pauvre. De tels préjugés ne peuvent guère aller dans le sens d’une compréhension mutuelle. Pourtant, aux plus hauts niveaux de l’État de chacun des deux pays, on observe une réelle volonté de corriger ces écueils.

  • 31  Déclaration commune franco-espagnole, 9 juillet 1985.
  • 32  Le discours politique nationaliste naît en France dans les années 1950 – donc tardivement comparé (...)
  • 33  Montes, Jérôme, Repenser la sécurité en France et en Espagne, Du mur de Berlin au World Trade Cent (...)
  • 34  Le plan ZEN a été mis en application sous le ministère de l’Intérieur espagnol de José Barrionuevo (...)
  • 35  La Audencia Nacional remplace le Tribunal de Orden Público (Tribunal d’Ordre Public ou TOP) franqu (...)
  • 36  Cassan, Patrick, Le pouvoir français…, op. cit.

34Il faut dire qu’une fois encore, les changements en politique interne y contribuent. En 1982, le PSOE (Partido Socialista Obrero Español) gagne les élections en Espagne cependant que le Parti socialiste français est au pouvoir. François Mitterrand et Felipe Gonzaléz entretiennent de bonnes relations personnelles et ce dernier choisit Fernando Morán López, résolument francophile, comme ministre des Affaires étrangères. La visite de Juan Carlos à Paris en novembre 1983, puis celle de Felipe González Márquez quelques mois plus tard sont marquées par d’importantes discussions concernant les problèmes de sécurité liés au terrorisme basque. Le premier sommet annuel franco-espagnol a lieu à Madrid en 1987. Mais deux ans plus tôt, les déclarations conjointes des ministres des Affaires étrangères Roland Dumas et Francisco Fernández Ordóñez soulignaient déjà la volonté de « consacrer les liens d’amitié qui existent entre la France et l’Espagne et consolider l’entente et la compréhension mutuelle entre le peuple français et le peuple espagnol31». L’arrivée de la droite au gouvernement français en 1986 va encore renforcer cette tendance, le gouvernement Chirac multipliant les mesures contre ETA. Car depuis, la « question basque » est devenue brûlante en France. En effet, un groupe du nom d’Iparretarrak – littéralement « ceux de l’ETA du nord » en euskara –, se fait connaître pour ses actions terroristes comme « la nuit bleue » du 26 mars 1981 et le meurtre présumé de deux CRS en 1982. En outre, une forme de nationalisme basque se développe lentement parmi les jeunes32, ce qui inquiète le pouvoir central. La crainte que le conflit s’étende jusqu’au Pays basque nord est réelle. Les coups de filet de grande envergure se multiplient en France comme en 1982 ou en 1987 à Bayonne. Des etarras présumés sont arrêtés ou constamment surveillés par la police33. En Espagne, l’application du plan ZEN34 (Zona Especial Norte) au Pays basque dès 1983 renforce la présence policière dans une région qui battait déjà des records en la matière – un policier pour 125 habitants. Le nombre de procédures pénales devant l’Audencia Nacional35 explose littéralement : 12 000 procédures sont ouvertes entre 1982 et 199236. Les attentats de l’ETA se succèdent, et ne visent plus seulement des militaires ou des policiers, ce qui nuit considérablement à son image.

  • 37  En 1985, il ne sont plus que 16 à jouir de ce statut alors qu’ils étaient plus de 1 000 à en dispo (...)

35Après les reconduites à la frontière, les tracasseries administratives (non renouvellement des cartes de séjour, par exemple) et les assignations à résidence, le pouvoir central français donne finalement son accord aux extraditions qu’il perçoit comme inévitables. Ainsi, la France revient une fois de plus à une politique plus réaliste en acceptant de limiter le principe du droit des réfugiés basques. Des signes avant-coureurs étaient allés dans le sens d’une évolution de la question : en 1979, le ministère des Affaires Etrangères avait retiré le statut de refugiés aux ressortissants espagnols37 et en 1982, le conseil des ministres donnait tacitement son accord à l’extradition pour les auteurs d’actes criminels. En 1984, année décisive, les accords de la Castellana sont signés entre le ministre de l’Intérieur français, Gaston Defferre, et son homologue espagnol José Barrionuevo Peña. Ils reconnaissent alors « qu’un terroriste n’est pas un réfugié politique ». La première extradition a d’ailleurs lieu le 26 septembre de la même année.

36La collaboration active entre la France et l’Espagne s’explique par l’émergence du terrorisme comme enjeu de sécurité majeur pour les démocraties occidentales. La France est en effet confrontée, outre les attentats de mouvements nationalistes – Front de Libération National Corse (FLNC) – à l’inquiétante montée en puissance de mouvements terroristes comme Action directe et certaines organisations chiites radicales. Mais les années 1980 sont également marquées par une flambée de violence encore jamais vue au Pays basque français à cause des GAL, (Grupos Antiterroristas de Liberación) qui mènent une campagne d’éradication de l’ETA de 1983 à 1987 en éliminant 25 personnes en trois ans, sans compter l’attentat meurtrier de juillet 1987. L’appellation GAL ne fait son apparition qu’en décembre 1983 mais les agissements de l’organisation avaient commencé quelques mois plus tôt avec l’assassinat de deux jeunes membres de l’ETA. A la fin de l’année 1984, le bilan est déjà lourd : 9 morts, 11 blessés, 2 enlèvements (avec tortures) et une vingtaine de plasticages. En 1985, le bilan est encore plus grave. 11 morts. La terreur règne au Pays basque nord et l’ETA réplique aux attentats des GAL par d’autres attentats, essentiellement en Espagne. En 1987, deux explosions tuent 21 personnes dans un supermarché Hipercor à Barcelone et 11 autres dans une caserne de Saragosse. La spirale de la violence pousse les autorités françaises à agir avec leurs homologues espagnols. D’où la question posée à de nombreuses reprises : les GAL ont-ils été un moyen du gouvernement espagnol pour obliger la France à prendre le dossier basque en considération ? Plusieurs faits sont en effet troublants : lorsque les relations franco-espagnoles sur la question basque sont tendues, les attentats redoublent (1983-1984). En revanche, lorsque celles-ci s’améliorent avec les nouvelles mesures du tandem Charles Pasqua-Robert Pandraud au ministère de l’Intérieur, les GAL cessent leurs activités meurtrières. Les preuves collectées par la police française ne font plus guère de doute sur le rôle déterminant des autorités espagnoles et l’implication de certains membres du gouvernement de Felipe Gonzaléz dans les activités clandestines des GAL.

37Si des procédures pénales et des enquêtes ont été ouvertes de part et d’autre des Pyrénées, le sujet reste tabou dans les deux pays. Dans les deux cas, l’affaire est peu reluisante. Le terrorisme d’État de la démocratie espagnole n’a en effet rien à envier aux pires méthodes du franquisme. Du côté français, l’affaire est également embarrassante… les dirigeants français étaient-ils au courant de ces agissements ? C’est en tout cas ce que certaines preuves laisseraient entendre : les tueurs du GAL se seraient servi de documents des Renseignements Généraux (RG) comme des clichés ou des listes d’adresses pour traquer leurs victimes. A moins que la France ait tout simplement été incapable d’assurer la sécurité sur son territoire, dont la souveraineté a été violée par le gouvernement espagnol ? Un tel aveu serait peut-être encore plus fâcheux. On comprend mieux le mutisme des politiques et la lenteur des procédures sur le dossier des GAL.

  • 38  Cassan, Patrick, Le pouvoir français…, op. cit.

38Tout au long des années 1980, la coopération s’est illustrée à travers trois aspects. Au plus haut niveau de l’État tout d’abord : en 1985, José Antonio Saenz de Santamaria et Rafael Vera Fernández Huidobro, respectivement chef de la Guardia Civil et sous-secrétaire au ministère de l’Intérieur, se rendent secrètement à Paris. Quelques mois après cette visite, c’est au tour du ministre de l’Intérieur français (Pierre Joxe) de se rendre à Madrid. Sur le plan parfaitement officiel, les échanges se multiplient avec l’accord de Bégur (Gérone) de mai 1987 qui institue des réunions annuelles d’un comité bilatéral afin d’échanger des informations sur le terrorisme basque. Un cadre multilatéral de coopération fait même son apparition avec les réunions du Police Working Group on Terrorism (PWGOT) où les hauts fonctionnaires de police français et espagnols échangent des informations sur les organisations terroristes dès 1979. En second lieu, sur le terrain, la Police de l’Air et des Frontières (PAF) multiplie les interpellations sur le territoire français : Santiago Arróspide Sarasola (1987 à Anglet), Jose Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea est interpellé (1989 à Bayonne). D’autres chefs présumés de l’ETA comme Francisco Mujica Garmendia, Joseba Arregui Errostarbe ou José Luis Alvarez Santacristina sont également arrêtés grâce à la section « terrorisme et sécurité de l’État » du Parquet de Paris. La dimension judiciaire ne peut être négligée car elle joue un rôle de plus en plus fondamental dans la lutte contre l’ETA : outre la création d’un « groupe basque » entre la Cour de cassation et l’Audencia Nacional en 1990, un nouveau type de procédures voit le jour en 1986. Les « expulsions en urgence absolue » sont prononcées alors que la droite entre au gouvernement français. Cette procédure n’est en fait que la modification d’une loi existante car elle s’inscrit dans le cadre de l’article 26 de l’ordonnance du 2 novembre 1945 relative à l’entrée et au séjour des étrangers en France. La définition a toutefois évolué de « l’expulsion peut être prononcée lorsqu’elle constitue une nécessité impérieuse pour la sûreté de l’État ou la sécurité publique » (1945) à : « l’expulsion peut être prononcée lorsque la présence de l’étranger sur le territoire français constitue pour l’opinion publique une menace d’un caractère de particulière gravité » (1986). Si ces mesures peuvent paraître contestables, la procédure « d’expulsion en priorité absolue » est finalement prononcée à 180 reprises. Ces mesures à l’origine exceptionnelles se sont révélées systématiques38.

L’approfondissement des relations militaires bilatérales et l’émergence d’un cadre multilatéral

  • 39  Sur le sujet, on pourra se reporter à Lambin Laeticia, « Quel avenir pour les industries de défens (...)
  • 40  L’existence de l’UMD est rendue publique à Paris en 1975. C’est la révolution des œillets de 1974 (...)
  • 41  Martínez Parico, Jesús Ignacio, « Forces armées et militaires face à un nouveau cycle de la vie po (...)
  • 42  Chiffres mentionnés dans : de Luis, Juan, « Espagne : l’engagement européen », in La Défense en Eu (...)

39Alors que l’Espagne se transforme progressivement en démocratie, les questions de défense constituent un enjeu qui déchaîne les passions dans un pays où l’armée a longtemps été l’incarnation de la dictature. Particulièrement réticente au changement, l’armée espagnole va néanmoins rester fidèle au régime qui se met en place sous l’égide du roi Juan Carlos, fidélité rarement démentie par ailleurs. Juan Carlos Ier avait forgé des liens particulièrement forts avec certains officiers qu’il avait côtoyés alors qu’il étudiait en académie militaire espagnole. Le roi a pu jouer de ses relations pour faire plus facilement accepter les réformes à une institution militaire hostile au changement et méfiante à l’égard du pouvoir politique. Si la tentative de pronunciamiento du 23 février 1982 n’a concerné qu’une fraction très minoritaire de l’armée, c’est bien l’ensemble de l’armée espagnole qui a subi de plein fouet les foudres de l’opinion publique ; cette dernière ne manifestant déjà que peu de sympathie pour l’institution militaire. Pour le PSOE entré en fonction avec la victoire aux législatives le 28 octobre 1982, il convient d’accélérer le mouvement de modernisation de l’armée espagnole qui avait débuté dès 1978. Dans le cas de l’armée espagnole, modernisation fut essentiellement synonyme de transformation en accord avec les modèles européens existants, de reformulation des doctrines (plan META de 1983, création de la Fuerza de Acción Rapida en 1990) et de réorganisation en institution soumise à la primauté du pouvoir civil – création du ministère de la Défense en 1977 et de la Dirección General de Armamento y Material39 en 1979 sur le modèle français ; autrement dit, réduire considérablement son importance au sein de la société. Si l’armée se montre particulièrement méfiante à l’égard de l’évolution politique brutale de l’Espagne, certains officiers ont toutefois manifesté la volonté de transformer en profondeur l’institution militaire. La plupart d’entre eux ont rencontré de nombreux obstacles : les déconvenues de la Unión Militar Democrática (Union Militaire Démocratique40) constituent un exemple éloquent. En effet, pour beaucoup d’officiers d’obédience franquiste, la primauté du pouvoir civil sur pouvoir militaire signifierait rapidement la ruine de ce dernier : il ne deviendrait alors qu’une simple « composante de l’État » alors qu’il avait été jusqu’ici l’incarnation même du pouvoir41. Signe de l’évolution toutefois, Agustín Rodríguez Sahagún, gouverneur civil, est placé à la tête du Ministère de la Défense en 1979. Enfin, à l’instar de toutes les armées européennes, l’Armée espagnole se professionnalise. C’est d’ailleurs un des principaux défis auxquels doit faire face la démocratie espagnole à l’époque. Une loi organique sur le service militaire entre en vigueur en 1992 et restructure fortement la proportion de soldats professionnels au sein de l’armée : il constitueront alors près 55.4 %42 des effectifs totaux, qui devaient alors s’élever à 180 000 hommes à l’horizon 2000.

40Sur le plan international, la période de la Transition est marquée par un retour actif de l’Espagne dans les institutions de défense du « monde libre ». Un des aspects fondamentaux de cette réintégration a été l’hésitation entre l’UEO et l’OTAN, entre européisme et atlantisme. En effet, l’idée d’un système de défense européen autonome a suscité des opinions divergentes, divisant l’Europe entre les partisans d’un lien transatlantique fort – et seul garant de la défense européenne – et les partisans d’un système indépendant entièrement aux mains des Européens, au premier rang desquels se trouve la France, pourtant responsable de l’échec du projet de Communauté Européenne de Défense (CED) mais qui promeut son successeur, l’Union de l’Europe Occidentale (UEO). Dans les faits, l’UEO n’a pas été très efficiente. En effet, du fait de l’opposition de principe de certains États à une défense européenne autonome, l’organisation est restée un forum. Il faut reconnaître qu’en matière de défense, l’OTAN conserve son rôle déterminant et ne laisse guère de place à une autre organisation. Cependant, pour la France, le potentiel de l’UEO mérite d’être développé car il représente la seule alternative à la domination américaine. C’est ce qui explique pourquoi François Mitterrand propose un mémorandum en février 1984. Ce mémorandum a vocation à donner de réels moyens militaires à UEO, lui permettant ainsi de s’affirmer comme un acteur de premier plan en matière de défense. De plus, l’organisation a pour but d’encourager la formulation d’une véritable Identité Européenne de Sécurité et de Défense (IESD). Aussi, la France a donc souvent demandé à ses partenaires de faire un choix entre les deux institutions. Partisan d’une défense autonome ou du lien atlantique ? Les alliés de la France ont été pressés de choisir, comme si le partenariat ne pouvait être qu’exclusif.

  • 43  On notera d’ailleurs la similarité de la position espagnole avec la position française : en 1966, (...)

41L’Espagne, gouvernée par l’Union du Centre Démocratique (UCD) de Leopoldo Calvo Sotelo, intègre l’OTAN le 30 mai 1982. Alors que l’antimilitarisme règne en Espagne et que la question de la conscription provoque toujours autant la polémique, la perspective d’intégrer l’OTAN n’est acceptée qu’à la promesse d’organiser un référendum dans les années à venir. Ce dernier aura lieu quatre ans plus tard, le 12 mars 1986. Mais face à l’opposition de l’opinion publique et même de certains ministres, de nombreuses modifications sont apportées au traité de 1982 : l’Espagne quitte la structure militaire intégrée43. En second lieu, l’Espagne refuse la nucléarisation de son territoire. Il faut dire qu’un événement traumatique est responsable du fort sentiment d’hostilité au nucléaire : en 1966, à la suite d’une collision entre un B-52 et un avion ravitailleur KC-135 américain, plusieurs bombes au plutonium sont perdues dans la baie d’Almería, à Palomares. Elles seront finalement retrouvées mais le traumatisme explique qu’en 1976, lors du renouvellement de l’accord bilatéral avec les États-Unis, l’Espagne ne souhaite plus accueillir les sous-marins nucléaires américains sur la base de Rota. Enfin, la volonté d’intégrer l’OTAN au nom de la modernisation de l’armée espagnole et d’un engagement plus actif au service de la défense européenne n’est pas innocente pour le gouvernement socialiste. Pour Narcís Serra i Serra, c’est une occasion d’envoyer à la retraite nombre d’officiers qui constituaient la vieille garde du franquisme. Ce sera aussi un excellent moyen de réduire les effectifs dans les années 1990, avec l’adoption des protocoles FCE de l’OTAN qui fixent un certain plafond à ne pas dépasser. Aussi, l’intégration dans l’OTAN répond non seulement à une volonté manifeste de participer plus amplement à la défense européenne mais également à des logiques internes. La réduction des effectifs s’inscrit dans le cadre des réformes imposées par l’OTAN, mais répond également aux exigences du gouvernement espagnol.

  • 44  « Decálogo de Paz y Seguridad para España », cité dans Armero, José Mario, Política Exterior de Es (...)
  • 45  La cellule de planification de l’UEO a pour but de favoriser la prévention des crises. Elle s’insc (...)

42Le 23 décembre 1988, soit deux ans après son intégration à la CEE, l’Espagne intègre l’UEO. Cette adhésion était souhaitée par Felipe Gonzaléz, comme l’atteste son « Decálogo de Paz y Seguridad para España44». L’opposition de l’opinion publique est beaucoup moins importante, ce qui est assez symptomatique de la vocation européenne de l’Espagne démocratique. L’Espagne est particulièrement soucieuse d’affirmer son rôle dans la défense européenne autonome, qu’elle privilégie au lien atlantique – l’UEO est le chaînon manquant entre l’OTAN et la CEE, ce qui va notamment expliquer pourquoi le gouvernement espagnol va tant insister quelques années plus tard sur les dispositions du titre V du traité de Maastricht relatif à la Politique Etrangère et de Sécurité Commune (PESC). La France est extrêmement satisfaite de cette adhésion. Il faut dire que l’Espagne s’implique activement au sein des différents organes de l’UEO, non seulement à travers sa structure intergouvernementale, mais aussi à travers l’Assemblée parlementaire de l’organisation. Elle contribue avec la France à la création de la cellule de planification de l’UEO au début des années 199045 et participe à tous les forums sur la défense européenne. Autre signe de cette implication de l’Espagne dans l’organisation : la base de Torrejón, qui accueillait les forces américaines, accueille le centre satellitaire de l’UEO.

  • 46  Accord de coopération dans le domaine de la défense. Signé à Paris le 7 octobre 1983, Collection d (...)
  • 47  Déclaration commune franco-espagnole de 1985.

43Il est donc intéressant de souligner qu’à travers la pleine intégration de l’Espagne dans les structures de défense communes, facilitée par un consensus assez large parmi les politiques de droite comme de gauche – comprenant le PSOE, le PP (Partido Popular) et le CiU (Convergencia i Unió) catalan –, les deux voisins pyrénéens ne coopèrent plus uniquement dans un cadre bilatéral. Tout au long des années qui vont suivre, cette tendance va considérablement s’amplifier et les deux voisins pyrénéens vont à la fois évoluer dans un cadre multilatéral. Cependant, de nouveaux accords bilatéraux sont également signés entre les deux pays le 7 octobre 1983. Ils se révèlent bien plus ambitieux que ceux de 1970 en consacrant la coopération militaire « classique » – manœuvres et entrainements communs (article 1), rencontres ponctuelles pour évoquer les questions stratégiques (article 5) – mais insistent fortement sur la coopération relative à la recherche en matière d’armement, de transferts de technologies (article 2, 5 et 7) et l’échange d’informations sur le matériel militaire (article 4)46. Deux ans plus tard, la déclaration commune des deux ministres des Affaires Etrangères reviendra elle aussi sur la coopération en matière d’armement dans son article 5 en indiquant que : « la production en commun d’armement sera développée47». A travers la signature de ces accords, on perçoit donc une fois de plus la volonté de Madrid de développer son appareil productif en matière d’armement. De leur côté, les industries françaises pourront compter sur un carnet de commandes plus important. L’amélioration des relations franco-espagnoles aura également des conséquences heureuses pour l’industrie d’armement française puisqu’en 1991, après l’arrestation 21 membres de l’ETA en France, l’Espagne officialise son souhait d’acquérir 840 missiles sol-air Mistral et 18 hélicoptères Super Puma.

44Ainsi, la coopération militaire s’est développée alors que la question basque continue au même moment d’empoisonner les relations entre la France et son voisin. Ce n’est qu’en 1984 que Français et Espagnols entament réellement la collaboration sur le dossier ETA. Or l’amélioration des relations diplomatiques entre les deux pays s’est une fois de plus traduite par un approfondissement des relations militaires. La France, en acceptant de porter plus d’attention aux attentes de son voisin en matière de sécurité, a donc contribué à l’amélioration des liens en matière de défense et en a tiré des avantages commerciaux évidents.

  • 48  Le lien est également souligné dans : Rubio Plo, Antonio R., (2008), « La política mediterránea de (...)

45On peut se demander comment la France réagit à la montée en puissance d’un voisin au sud, alors qu’à l’Est, la RFA s’affirme comme la puissance dominante en Europe ; et qu’au nord, la Grande-Bretagne s’érige progressivement au rang très convoité de capitale européenne de la finance. Dans un premier temps, la France est satisfaite que l’Espagne sorte de son isolement. Cela lui permet en effet de jouer un rôle déterminant dans l’intégration du « petit frère » pyrénéen et de s’imposer comme le principal « parrain » de la jeune démocratie espagnole. De plus, la contribution active de l’Espagne dans le cadre de l’UEO ne peut que satisfaire la France qui souhaite favoriser une défense européenne autonome. Mais l’Espagne souhaite être considérée comme un partenaire indispensable de la défense européenne, et à ce titre, être considérée comme un égal de la France et de l’Allemagne. Même si l’Espagne dispose d’une force crédible au début des années 1990 et joue un rôle croissant dans la sphère internationale ; le rapport de force, diplomatique comme militaire, reste très favorable à l’axe Paris-Berlin. Peut-on considérer que le retour de l’Espagne sur la scène internationale représente à terme un nouveau concurrent pour la France ? La plupart des dirigeants français n’y croient pas. Ils intègrent l’Espagne dans une stratégie globale de latinité, pour contrebalancer le pouvoir des deux superpuissances et du monde anglo-saxon. L’union de la latinité et du monde arabe serait ainsi un nouveau vecteur d’équilibre dans un monde caractérisé par la bipolarité48.

  • 49  Cité dans Kourliandsky, Jean-Jacques, « La politique espagnole de la France », art. cit.

46De leur côté, les politiques espagnols craignent que la France instrumentalise la politique extérieure espagnole. Cette peur est particulièrement révélée par Marcelino Oreja Aguirre (ministre des Affaires Etrangères de Adolfo Suárez) qui déclare en 1984 que : « l’histoire des relations franco-espagnoles n’est rien de plus que le relevé des aspirations françaises visant à soumettre la volonté espagnole et l’effort espagnol pour contenir la France, en recherchant une entente avec ses autres voisins49». La peur de la satellisation est prégnante.

Evolutions des concepts de sécurité et de défense

  • 50  Bigo, Didier, « Sécurité et immigration, vers une gouvernementalité par l’inquiétude ? », Cultures (...)
  • 51  Chiffres cités dans Montes, Jérôme, Repenser la sécurité en France et en Espagne, op. cit.

47Selon certains théoriciens de la discipline des relations internationales, redéfinir le concept de sécurité est devenu un aspect majeur de la discipline des relations internationales. Il faut dire qu’avec les récents développements théoriques de l’école de Copenhague, la sécurité est devenue un concept extrêmement flou. En effet, selon les tenants de cette école, tout discours peut être « sécurisé » et ainsi devenir un enjeu de sécurité. C’est précisément ce qui explique la profusion de définition de la sécurité : économique, sociétale, militaire, environnementale, institutionnelle, humaine… La sécurisation du discours dans la plupart des sociétés occidentales est assez flagrante. Le discours sur l’immigration est un cas éloquent, comme le prouve notamment Didier Bigo50. Alors que l’immigration était un phénomène considéré comme bénéfique en Europe occidentale lors de la période des « Trente Glorieuses », il est aujourd’hui décrié par beaucoup comme un danger ; l’arrivée massive d’immigrés impliquant la concurrence, la pression à la baisse sur les salaires, le chômage, l’insécurité voire parfois le terrorisme, érigé au rang de danger majeur pour les sociétés occidentales. En France et en Espagne, qui sont d’ailleurs parmi les pays d’Europe les plus touchés par des attentats, la préoccupation est réelle. Selon certains sondages, pour 90 % des Espagnols et 91 % des Français, le terrorisme constitue la plus grande menace qui pèse sur la sécurité de leur pays51. Le terrorisme a toujours existé au sein des sociétés européennes. Il en a même ponctué la vie politique et certaines trajectoires historiques depuis le XVIIIe siècle, comme le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Cet exemple est par ailleurs assez évocateur, dans le sens où il prouve l’instrumentalisation dont font l’objet les actes terroristes par les États. Le terme même de « terrorisme » est porteur d’une certaine charge émotionnelle franchement péjorative. L’ETA est un mouvement armé qui est passé du statut de « résistant » à la dictature franquiste au statut de « mouvement terroriste » brutal, frappant aveuglément civils comme militaires, dans l’opinion nationale espagnole. Toutefois et assez paradoxalement, les États et les organisations internationales ne se sont toujours pas entendus sur une définition universelle du terme « terrorisme »…

48Ce qui peut en revanche être souligné, c’est que le terrorisme aujourd’hui dans sa définition la plus largement acceptée, c’est-à-dire comme forme de violence extrême et systématique à des fins politiques, peut précisément être considéré comme de moins en moins politique. Quel est en effet le projet politique des attentats du 11-Septembre ? Des attaques minutieuses à Bombay en 2008 ? Des explosions au cœur des capitales occidentales, comme à Paris (1994-1995) ou Madrid (2003) ? De nombreux actes de terrorisme semblent désormais échapper à cette logique, se limitant à créer un sentiment d’insécurité permanent grâce à des actes meurtriers ponctuels suscitant la terreur parmi les populations. Si de nombreux hommes politiques appellent aujourd’hui à une « nouvelle gouvernance sécuritaire » qui viendrait à bout des insuffisances d’un État prétendument de plus en plus incapable de répondre aux enjeux de sécurité et qui permettrait de résoudre globalement les risques et les menaces prétendument de plus en plus nombreuses dans un monde lui-même devenu de plus en plus imprévisible ; l’approche de la sécurité reste encore largement stato-centrée. Les États étant d’ailleurs soucieux de conserver ce rôle, malgré une coopération toujours plus importante dans ce domaine. Comme le dit Barry Buzan, l’État est « irréversible » lorsqu’il est question de sécurité.

La France et l’Espagne à l’heure de la sécurité élargie : missions humanitaires, soft security et besoin de justification interne

  • 52  Un des exemples les plus frappants est certainement la formulation des Petersberg tasks (missions (...)
  • 53  En 1992 et en 1993 avaient respectivement eu lieu les exercices « Farfadet » et « Ardente ».

49Avec la redéfinition du concept de sécurité et la volonté d’intervenir avant que les crises n’atteignent les frontières, les États occidentaux ont cherché à favoriser la prévention des crises ou à instaurer la paix là où des conflits latents seraient susceptibles d’apparaître et/ou de réapparaître. Depuis une vingtaine d’années, la France et l’Espagne ont été très actives dans les opérations de maintien de la paix et déploient les troupes nationales afin de s’interposer entre les belligérants, que ce soit dans le cadre de l’ONU ou de l’OTAN. Les missions de maintien de la paix et les « guerres humanitaires » font désormais partie intégrante des missions des armées européennes52. Le Livre blanc sur la défense français de 1994 met d’ailleurs en exergue l’importance de la projection des forces en dehors du territoire national pour la sécurité mondiale, stratégie également reprise dans le Libro blanco de defensa de 2000. L’intervention rapide des forces occidentales sur des zones devient une donnée fondamentale au cœur de des doctrines stratégiques, comme l’atteste la création de la Force de Réaction Rapide de l’ONU. L’exercice commun franco-espagnol « Tramontana » de 1993, qui s’inscrit dans la tradition des exercices entre parachutistes depuis les années 196053, est d’ailleurs particulièrement significatif puisque les deux armées devaient simuler le déploiement d’une aide humanitaire dans les Pyrénées.

  • 54  Selon le ministre de la Défense français, 12 000 hommes sont actuellement déployés en Opérations E (...)

50Une fois de plus, l’Espagne s’est beaucoup investie dans ce type d’opérations – UNAVEM (1988-1991) en Angola, UNTAG (1989-1990) en Namibie, ONUMOZ au Mozambique (1992-1994), ONUCA (1989-1992), et enfin UNOSAL au Salvador. Un véritable bond qualitatif a lieu après la guerre du Golfe pendant laquelle la participation espagnole se résume essentiellement à un soutien logistique. Par la suite, les casques bleus espagnols et français participeront ensemble aux opérations de maintien de la paix en ex-Yougoslavie dans le cadre de la FORPRONU mais aussi à la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL). On insistera une fois encore que pour l’Espagne, ce type d’opérations est un moyen d’être reconnue sur la scène internationale. Pour la France, qui maintient une présence sur les cinq continents, ce type de missions sied parfaitement à un statut de puissance encore ouvertement revendiqué. Pays des droits de l’homme, soucieuse de maintenir sa présence dans certaines parties du globe qu’elle a jadis dominées, les opérations de maintien de la paix sont un moyen de prouver que la France est garante de la sécurité internationale au même titre que les États-Unis. D’où l’investissement bien supérieur de la France comparé à l’Espagne54 non seulement en termes d’effectifs mais également de moyens matériels déployés.

  • 55  Ars, Fabrice, « Un outil original de gestion des crises : la force de police européenne », in La d (...)

51Si les opérations de maintien de la paix font appel aux militaires des deux pays, la dimension policière et judiciaire est également de plus en plus développée. On observe une réelle volonté de la part de l’UE de déployer un volet civil à la sécurité internationale. La raison en est simple : si les militaires sont efficaces pour gérer un cessez-le-feu, ils le sont moins pour instaurer des relations de confiance durables avec les populations locales55. Les civils déployés dans certaines opérations, en revanche, seraient plus adaptés à ce type de missions qui s’inscrivent par ailleurs dans le temps long. Le Conseil européen de Santa Maria da Feira (2000) a notamment ouvert de nouvelles perspectives d’action. Le projet d’une Force de Police Européenne (FPE) a ainsi été lancé. Cette force de 5 000 policiers, civils comme militaires, devrait être capable de déployer 1 000 hommes dans les 30 jours sur des théâtres d’opération. Leurs missions, rappelées par le Conseil de Nice de 2002, sont diverses : conseil, formation d’agents de police, voire même substitution aux forces de polices locales en cas de situation grave. Cette gestion civile des conflits va certainement encore enrichir les relations entre la France et l’Espagne grâce à l’implication croissante des gendarmeries nationales, forces de sécurité d’un grand professionnalisme qui conjuguent les aspects civils et militaires dans leur manière d’opérer. En conséquence, elles sont parfaitement adaptées à des missions difficiles qui demandent une certaine polyvalence. La création d’une Force de Gendarmerie Européenne (FGE ou encore EUROGENDFOR), lancée à Noordwijk en 2004 et opérationnelle depuis 2006, a encore développé les relations déjà particulièrement fructueuses entre la Gendarmerie nationale et la Guardia Civil. Mais une fois de plus, l’investissement des deux pays n’est pas comparable. On estime qu’environ 2 500 gendarmes français ont déjà été déployés, contre 1 000 espagnols. Comme pour les opérations strictement militaires de maintien de paix, la France déploie clairement plus d’effectifs que son voisin pyrénéen.

  • 56  On se reportera notamment à la Directiva de defensa nacional 01/2008 qui insiste sur les risques r (...)

52On observe par ailleurs le développement de la dimension judiciaire de la sécurité qui vient compléter les aspects militaire et policier. Dans le cadre de l’OSCE par exemple, la France et l’Espagne envoient des juristes et des observateurs qui ont pour mission d’assister à la consolidation des États durablement affaiblis par des années de crises politiques ou frappés par des explosions de violences comme par exemple en Bosnie-Herzégovine ou en Georgie. Il faut en effet souligner que pour la plupart des pays occidentaux, les Failed States56 (États ratés) constituent une menace à l’ordre international.

53Les opérations de maintien de la paix permettent à certains États européens de justifier l’existence de leur armée. Pour la France, les opérations de maintien de la paix et les missions humanitaires donnent un nouveau rôle à son armée dont les capacités sont loin d’être négligeables. Mais ce type d’opérations est également un moyen de maintenir une visibilité qui sied à une grande puissance dans la sphère internationale. Depuis 1808 et après avoir forgé son unité nationale contre la France, l’Espagne n’a plus d’ennemi et son territoire n’a pas été menacé d’invasion pendant des décennies. C’est une des raisons qui expliquent une certaine absence de patriotisme espagnol et le désintéressement de la population pour les questions de défense. Paradoxalement, l’armée a joué un rôle écrasant dans la société. En quelque sorte, les opérations de maintien de la paix donnent une nouvelle légitimité à l’armée espagnole. En premier lieu, elle lui donne un rôle qui lui manque cruellement depuis la Transition. En quelque sorte, la participation à ce type d’opérations a été encouragée par le PSOE pour donner une occupation à une armée qui en manque cruellement depuis qu’elle n’incarne plus le pouvoir. En second lieu, alors que l’Armée espagnole a été l’incarnation même d’un pouvoir dictatorial et répressif, elle s’illustre aujourd’hui dans un nouveau rôle : le maintien de la paix et de la sécurité de citoyens du monde entier ! A travers ses nouvelles missions à l’extérieur, l’institution militaire a ainsi considérablement amélioré son image sur le plan interne.

54Outre les missions humanitaires, la coopération en matière de sécurité englobe de plus les dimensions de « soft security », la lutte contre les trafics (drogues, êtres humains), notamment en Méditerranée, qui constitue aujourd’hui une des frontières naturelles de l’Union européenne. Alors qu’elle est depuis des siècles un carrefour d’échange fondamental pour l’humanité, elle suscite de nos jours bien des inquiétudes car marginalisée, longtemps ignorée par les politiques, elle tend à devenir une des zones les plus instables de la planète. Les trafics en tout genre et l’immigration clandestine en deviennent les expressions les plus visibles.

  • 57 Rubio Plo, Antonio R., (2008), « La política mediterránea de Francia : del imperio latino de Alexan (...)

55Le processus de Barcelone, lancé par la conférence de Barcelone de 1995, mettait l’accent sur le développement et la multiplication des échanges économiques pour assurer la prospérité – et en conséquence, la sécurité- de la région méditerranéenne. Mais l’aide économique est pour ainsi dire restée lettre morte et les structures prévues pour favoriser les échanges n’existent pas ou restent marginales. Il faut dire que les pays « latins » exceptés, peu de pays européens s’intéressent ni veulent se risquer à des investissements hasardeux dans la région. Même les instigateurs du projet craignent que leur agriculture soit directement menacée par l’importation de denrées venues du sud. De leur côté, les pays du sud craignent l’arrivée massive de produits du nord et une augmentation significative de la concurrence qui pourraient détruire les structures économiques nationales. En outre, l’hétérogénéité des régions qui composent la Méditerranée ne facilite guère la concrétisation du projet : outre la divergence d’intérêts et la différence importante de revenus entre les pays qui bordent les rives nord et sud de la Mare Nostrum ; de nombreuses interrogations se posent au sein même des États. En Espagne par exemple, entre la Catalogne et l’Andalousie, les différences de revenus et de niveau d’industrialisation sont flagrantes. Ces deux régions n’attendent donc pas la même chose de cette Union. Enfin, la dégradation du climat politique dans la région avec notamment les difficultés rencontrées par le processus de paix au Proche-Orient et les relations diplomatiques particulièrement tendues entre les États indispensables à la concrétisation du projet sous l’ère Aznar ont considérablement ralenti le processus. Enfin, les rivalités entre pays latins (Italie, France, Espagne) et la collusion des intérêts57 retardent la concrétisation du projet.

  • 58  La pleine opérabilité des forces avait déjà pu être constatée avec les exercices « Îles d’or » de (...)
  • 59  C’est essentiellement la Guardia Civil qui assure le contrôle de la zone méditerranéenne. Pour l’i (...)

56C’est d’autant plus malheureux quand on pense que la Méditerranée est une zone devenue instable. Le terrorisme islamiste qui frappe déjà depuis plusieurs années avec violence l’Algérie, le Maroc, le Tunisie, l’Egypte et Israël ravivent la peur de la contagion dans les pays. De nombreuses pressions sont exercées sur l’Espagne afin qu’elle contrôle davantage la frontière extérieure de l’Europe avec le Maghreb. Existe-t-il pour autant une identité latine de sécurité ? La question mérite d’être posée même s’il ne s’agit pas ici de tenir un discours culturaliste. Depuis le début des années 1990, la surveillance en Méditerranée s’est renforcée. La création de nouvelles institutions est d’ailleurs assez révélatrice de ce changement dans les esprits. Les pays de l’arc latin sont conscients de leurs intérêts communs en Méditerranée mais la plupart de ces nouveaux instruments de sécurité manquent encore cruellement de moyens et ont besoin d’une réelle définition de leurs objectifs. La FIEP (pour France, Italie, Espagne, et Portugal) est une association créée en 1993 qui réunit différentes polices à statut militaire. Fondée à l’origine pour multiplier les échanges entre ces polices et à terme, mener des actions concrètes sur le terrain en cas de crises, les objectifs tardent à se réaliser. L’EUROMARFOR (Force Maritime Européenne), créée en juin 1995, a vocation à devenir l’Eurocorps maritime et rassemble trois des cinq marines les plus importantes d’Europe (française, espagnole et italienne) mais accuse également un certain nombre de défauts qui compromettent son efficacité. Malgré les exercices communs déjà effectués – EOLO 1996 au large des côtes italiennes, EOLO 1998 et EOLO 2000 près des côtes espagnoles- et la pleine opérabilité58 de ces marines, l’EUROMARFOR n’est qu’un commandement temporaire dont les structures, localisées en Italie, sont toujours largement sous-exploitées et actives qu’en cas de crise (évacuation de ressortissants, maintien de la paix…). Elles mériteraient certainement plus d’attention compte tenu des défis de plus en plus importants auxquels l’arc latin fera face dans les années à venir. Ces deux dernières années, la Guardia Civil59 a saisi des quantités exceptionnelles de drogue le long de ses côtes. En outre, l’immigration clandestine devient également un problème structurel. La France comme l’Espagne s’accordent pour une régulation de l’immigration dont les modalités restent encore à définir.

  • 60  Le Allied Forces Southern Europe a été remplacé en 2004 par le Allied Joint Forces Command Naples (...)

57Le volet sécuritaire tend aujourd’hui à monopoliser les discussions au détriment de la coopération économique et du développement. Ce n’est sans doute pas un hasard si la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Méditerranée (CSCM) initiée par l’Espagne en 1990 précède le sommet de Barcelone. L’Espagne a également essayé d’attirer l’attention de l’OTAN sur la Méditerranée depuis les années 1990 bien que les résultats soient encore plutôt mitigés. La Méditerranée a été l’objet de nombreuses disputes entre la France et l’OTAN puisque Jacques Chirac avait instamment demandé que le commandement de l’OTAN en Méditerranée (AFSOUTH60) soit transféré aux Européens au Conseil de Bergen (1996). Aujourd’hui, ce qui est frappant, c’est que la conception de la sécurité actuellement abordée dans le dialogue euro-méditerranéen englobe la sécurité classique (militaire) mais également élargie, puisqu’elle prend en compte les dimensions humaines à travers la lutte contre l’immigration irrégulière et les trafics.

Terrorisme basque, Europe de la défense et de l’armement : l’approfondissement des relations franco-espagnoles

  • 61  Dans « La visión española del modelo español de seguridad y defensa » du CESEDEN, on peut lire : « (...)

58Sur le dossier basque, la coopération a connu une exceptionnelle amplification des années 1990 à nos jours, notamment après le 11 septembre 2001, jour où le potentiel de destruction du terrorisme a été clairement démontré61. Jusqu’ici, on a souligné que la collaboration entre les polices était étroite mais que les États espagnols et français, soucieux de préserver leur souveraineté, avaient strictement encadré la coopération transfrontalière. Cependant, on observe une vraie tendance à la mutualisation des moyens ces dix dernières années. Aux plus hauts niveaux de l’État, cette situation se traduit par exemple avec la mise en place d’un poste de représentant espagnol pour la lutte antiterroriste au ministère de la Justice depuis 2000. Ce nouveau type de collaboration avait été initié par l’envoi, dès 1997, d’un magistrat représentant la France au ministerio de Justicia pour les affaires concernant le terrorisme mais aussi le trafic de stupéfiants. L’échange de magistrats est un fait relativement récent et rencontre encore certaines difficultés, mais prouve la volonté commune de lutter plus efficacement encore contre le terrorisme basque.

59Sur le terrain, la collaboration transfrontalière est renforcée grâce à la signature de nouveaux accords entre les deux pays. Un premier pas est franchi en juin 1996 lorsque la création de quatre commissariats communs est prévue à Pont-du-Roy/Melles, Biriatou/Irun, Canfranc/Urdos et Perthus/La Junquera. Dans ces commissariats, les moyens des polices française et espagnole sont mutualisés. Les postes sont répartis sur l’ensemble de la frontière pyrénéenne afin de maximiser leur efficacité. Par la suite, le traité de Blois du 7 juillet 1998 fixe les missions des Centres de Coopération Policière et Douanière (CCPD) alors implantés dans ces commissariats communs. Ces missions consistent en premier lieu en un échange constant d’informations et en second lieu, en un rôle opérationnel. Ces accords ne s’inscrivent pas uniquement dans le cadre de la lutte contre le terrorisme basque, puisque le trafic de stupéfiants et l’immigration clandestine deviennent également des enjeux de sécurité majeurs.

60La collaboration entre la France et l’Espagne dans le domaine de la « sécurité élargie » ne se joue désormais plus uniquement au niveau bilatéral. L’UE, instituée par le traité de Maastricht, ne se résume plus à une entité économique mais cherche précisément à intégrer une dimension politique avec le deuxième et le troisième pilier (PESC et JAI-Justice et Affaires Intérieures). Ceci inclut la formulation d’objectifs de sécurité communs bien que la gestion de ces questions soit encore soumis à un cadre intergouvernemental. C’est ce que Felipe Gonzaléz Márquez a d’ailleurs souhaité en incitant le concert des nations européennes à se saisir du dossier basque. Le Conseil européen de Laeken du 14 au 15 décembre 2001 couronne en quelque sorte la volonté espagnole puisqu’une décision-cadre relative à la lutte contre le terrorisme est finalement prise. Le terrorisme n’est d’ailleurs expressément défini que dans les lois de sept pays de l’UE (dont l’Espagne et la France) sous des modalités diverses. Certes, on ne peut imputer l’évolution vers une coopération européenne étroite au seul terrorisme basque. La prise de mesures contre le terrorisme européen – dont la fondation d’un Collège Européen de Police (CEPOL) – est plus généralement conditionnée par les évolutions survenues dans la sphère internationale : trois mois plus tôt, les attentats du 11-Septembre avaient lieu…

  • 62 Mestres i Camps, Laia, « Veinte años de cooperación entre España y Francia : ¿amigos, socios o alia (...)
  • 63  Loyer Barbara ; Aguerre Christian, « Terrorisme et démocratie : les exemples basque et catalan », (...)

61Dans le cadre de la lutte contre l’ETA, le nombre d’arrestations a fortement augmenté depuis les années 1990 et a affaibli le mouvement. De 1996 à 2004, 337 etarras présumés sont arrêtés en France62. Néanmoins, le nationalisme basque continue de se développer chez les jeunes63, et notamment en France. En effet, tout particulièrement frappés par le chômage et par la crise du logement, ceux-ci sont devenus un terreau fertile pour les nationalistes. L’émergence du phénomène de Kale borroka – forme de « guérilla urbaine », qui se manifeste en Espagne par des destructions importantes d’infrastructures aussi bien publiques que privées est un fait remarquable de ces dix dernières années en France. Les plasticages de résidences secondaires sur la côte basque sont de plus en plus fréquents, à l’instigation de groupes comme Irrintzi (le cri) et Euskal Herria ez da salgai (Le Pays basque n’est pas à vendre) proches des radicaux de Batasuna, qui promeuvent un discours anticapitaliste et nationaliste. La spéculation immobilière et le bétonnage de la côte basque ne sont d’ailleurs pas étrangers à l’augmentation du nombre d’attentats, puisqu’en plus de défigurer les paysages sauvages de cette région, la construction de maisons par des non-résidents représente une véritable spoliation aux yeux des nationalistes. Jusqu’ici, ces mouvements nationalistes radicaux n’ont pas fait de victimes mais selon les services antiterroristes, trois groupes opérationnels auraient été créés dans les trois provinces historiques du Pays basque français (Labourd, Soule, Basse-Navarre), et rien ne dit qu’à l’avenir leurs actions se limitent à des plasticages.

  • 64  Kourliandsky, Jean-Jacques, « Espagne, entre atlantisme et européification, fin du consensus extér (...)
  • 65  José Luis Zapatero vantera même les mérites de l’amitié franco-espagnole à cette occasion. Lors d’ (...)

62La lutte contre le terrorisme basque a été vigoureusement menée par le président du gouvernement conservateur et centralisateur José María Aznar. Cette priorité va en partie expliquer le rapprochement du gouvernement conservateur espagnol avec les États-Unis et l’adoption de « la doctrine Bush ». En un sens, le terrorisme au niveau interne a donc eu d’importantes conséquences sur la politique extérieure de l’État espagnol. Jean-Jacques Kourliandsky64 déclare même que : « [le lien artificiel entre terrorisme intérieur et nébuleuse Al-Quaïda] a rapidement conduit le gouvernement central à tenter, sous couvert de lutte antiterroriste, de proposer une lecture souverainiste classique des questions territoriales, et de remettre en cause les progrès et acquis négociés après le rétablissement de la démocratie ». Il n’est donc pas étonnant qu’en 2002, les arrestations connaissent un nouvel essor. Ces interpellations, qui demandent souvent d’importants moyens policiers, sont moins quantitatives que qualitatives. En septembre 2002, Juan Antonio Olarra Guridi, considéré comme le chef militaire du mouvement basque armé, est arrêté à Talence. En novembre 2008, Mikel Garikoitz Aspiazu Rubina, nouveau chef présumé de la faction militaire de l’ETA fortement soupçonné d’avoir planifié les attentats de 2006 contre l’aéroport de Madrid-Barrajas a été interpellé par les forces de police françaises à Cauterets65. Peu après, Jurdan Martitegi, chef présumé des commandos de l’ETA, est arrêté en avril 2009 à Montauriol. Très récemment, le 28 février 2010, Ibon Gogeascoechea, est arrêté en Normandie. Malgré le « cessez-le-feu permanent » décrété depuis le 22 mars 2006, les attentats de l’ETA continuent de tuer des Espagnols, comme à Capbreton (2007) et à Majorque (2009). L’ETA semble toutefois à bout de souffle : près de 700 de ses membres sont actuellement incarcérés et la plupart de ses caches d’armes ont été démantelées. Mais le bilan est édifiant : selon le ministère de l’Intérieur espagnol, l’ETA a tué 827 personnes depuis sa création, dont 342 civils.

63Sur le dossier de l’armement, l’accord signé entre les deux pays en février 1996 crée un comité directeur présidé par les chefs de la DGA et de la DGAM. Ces relations sont sans doute moins asymétriques puisque la France a perdu des marchés en Espagne qui choisit par exemple de se doter de F-18 américains au détriment des Mirage 2000 français. Elle refuse également d’acheter des véhicules blindés français au profit de matériel américain comme des M-60 Patton et des M-113. En outre, l’Espagne a considérablement développé son industrie d’armement depuis les années 1960, en obtenant un relatif succès à l’exportation avec par exemple la vente du transporteur C-212 Aviocar construit par CASA. Aussi, la coopération entre les deux voisins pyrénéens ne se limite plus à la construction de matériel sous licence française en Espagne. Désormais, ce sont de véritables partenariats qui s’ouvrent entre les deux nations alors que les systèmes d’armes sont de plus en plus coûteux. Enfin, ces partenariats ne plus uniquement élaborés dans un cadre bilatéral, mais répondent aussi à la création d’une Europe de l’armement où les systèmes d’armes sont conçus avec des groupes industriels de plusieurs nations.

64Mais c’est peut-être dans le domaine de l’armement que les relations entre les deux pays sont encore les plus tendues, compte tenu des intérêts économiques en jeu. Un nouveau projet commun de sous-marins Scorpène censés remplacer les vieux modèles de sous-marins Daphné, a vu le jour. Mais les relations entre DCNS et Navantia se sont particulièrement envenimées au point que le divorce semble désormais inéluctable. Le groupe français accuse en effet le constructeur espagnol d’avoir pillé la technologie française pour créer le nouveau type de sous-marin espagnol, le S80, qui viendrait directement concurrencer le Scorpène. Mais les désaccords franco-espagnols ne se résument pas uniquement à ces projets de construction maritime. La France a notamment lancé le système de surveillance satellite Helios II, auquel elle contribue à hauteur de 78,9 %. Ses deux partenaires, l’Italie et l’Espagne participent respectivement à hauteur de 14.1 % et de 7 %. Cependant, l’Espagne veut pourtant être considérée comme l’égale de la France, ce qui provoque d’importants malentendus. Sur le dossier A400M de EADS (European Aeronautic Defence and Space company), les tensions sont vives, car l’Espagne avait insisté pour obtenir la construction de ces appareils à Séville alors que CASA se révèle finalement incapable de respecter les délais prévus et de reproduire la technologie de pointe. Tout ceci prouve que les logiques d’intérêt national sont loin d’être absentes des nombreux différends franco-espagnols en matière d’armement. En effet, chacun des deux pays est en concurrence sur un marché de plus en plus réduit et de plus en plus concurrentiel. L’Europe, qui cherche précisément à créer une plate-forme industrielle commune, est concurrencée par les firmes américaines qui rachètent des firmes européennes comme Santa Bárbara.

  • 66 Cosidó, Ignacio, The Spanish Defense Industry in the Face of Sector Consolidation in Europe, Madrid (...)
  • 67  Idem.
  • 68  Pellistrandi Jérôme, « L’armée espagnole à l’épreuve de la démocratie et de l’Europe, 1975-2002 », (...)

65En France comme en Espagne, les États sont soucieux de conserver une industrie d’armement de pointe. L’Espagne, qui a mis des années à constituer un secteur de l’armement crédible, doit maintenant le préserver puisqu’il fournit près de 17 000 emplois et des bénéfices équivalents à trois milliards d’euros66. L’adhésion tardive de l’Espagne à l’OCCAR (en 2004) est d’ailleurs assez symptomatique de la méfiance qu’entretient le pays à l’égard des organisations qui ont pour but de renforcer la cohérence sur les programmes d’armement67. Encore faible par rapport aux industries allemandes, britanniques ou françaises, le secteur de l’armement espagnol cherche à s’affirmer comme un acteur de premier plan. Mais les défis sont encore nombreux. Technologiquement parlant, l’industrie espagnole accuse toujours un retard important. En outre, on rappellera qu’aujourd’hui, l’Espagne ne dédie que 1.1 % de son PIB à la défense. Situation paradoxale puisqu’en même temps, elle souhaite que l’industrie nationale couvre 90 % des besoins de l’armée68! Les industries françaises, réputées pour leur savoir-faire, ne participent aux programmes européens que lorsque ceux-ci leur permettent d’augmenter leur visibilité. En revanche, elles sont particulièrement méfiantes vis-à-vis des programmes qui pourraient menacer les leurs : ainsi, la France ne participe pas au programme Eurofighter Tiphoon. Le groupe français Dassault-Breguet a estimé en effet que son avion multirôles Rafale est technologiquement supérieur au programme européen et n’a pas souhaité participer à un transfert de technologie qui pourrait jouer en sa défaveur.

  • 69  Les manœuvres opérationnelles requièrent une coopération importante entre les différentes armées q (...)
  • 70  Sartini, Véronique, « La vraie force aujourd’hui, c’est la coalition permanente, le nombre de drap (...)
  • 71  Sartini, Véronique, « L’Eurocorps, un bel outil… trop peu exploité », Défense et Sécurité Internat (...)

66La France a considérablement œuvré à la fondation de l’Europe de la Défense. Mais dans ce domaine, le principal allié de la France n’est pas l’Espagne, mais l’Allemagne. La question de la défense européenne se pose avec d’autant plus d’acuité que l’effondrement de l’URSS et par conséquent, de l’ordre bipolaire, semble ôter à l’OTAN sa raison d’être. C’est dans le cadre de l’UEO que le président Mitterrand propose la création d’un Corps européen (Eurocorps), une initiative qui sera approuvée par le gouvernement allemand. Français et Allemands s’entendent pour mettre 40 000 hommes à disposition de l’Eurocorps dont la création est officialisée en 1993. Le gouvernement espagnol de Felipe Gonzaléz Márquez, soucieux une fois de plus de jouer un rôle de premier plan dans ce domaine, souhaite se joindre à l’initiative de l’axe Paris-Berlin en 1994. La division mécanisée Brunete constituera la contribution espagnole à l’Eurocorps mais ne sera pas stationnée à Strasbourg : ses 12 000 hommes resteront en Espagne (Burgos) et ne se déplaceront que pour effectuer les missions ou les manœuvres opérationnelles69. C’est d’ailleurs un reproche adressé à l’Eurocorps à ses débuts : ses forces n’étant pas projetables, son rôle demeurait relativement marginal. De nombreux efforts ont depuis été accomplis pour combler ces lacunes70, mais jusqu’à aujourd’hui, l’Eurocorps n’a été déployé que dans le cadre de missions de l’OTAN71. Si une représentation minimale de 1 000 hommes de plusieurs nationalités est assurée au centre de commandement de Strasbourg, les forces qui composent le Corps européen restent sous commandement opérationnel national.

  • 72  Sur ces questions, on peut se reporter à : Buffotot, Patrice, « La France, l’Europe et l’OTAN », i (...)

67L’échec du rapprochement entre l’UEO et l’OTAN à cause du manque de compréhension entre la France et les États-Unis va considérablement diviser l’Europe72 sur les questions de Défense européenne. Dans son Livre blanc sur la défense de 1994, la France avait réaffirmé que l’Alliance atlantique devait devenir un lieu où pourrait aussi s’affirmer l’identité européenne de défense et de sécurité. Mais les réticences de certains pays comme la Grande-Bretagne, le Portugal ou les pays scandinaves ne se sont pas estompées depuis les années 1970. Ils craignent toujours une duplication des moyens et sont plus favorables au lien transatlantique. Jacques Chirac, arrivé au pouvoir en 1995, signale aux États-Unis son intention de reprendre les négociations pour rapprocher la France de l’OTAN. Mais celles-ci échouent en grande partie. En premier lieu parce que les États-Unis, qui reconnaissent théoriquement l’existence de l’IESD au sein de l’OTAN, refusent toujours de partager la direction politique de l’organisation. En second lieu, les exigences françaises concernant la redistribution des commandements de la zone Europe sont jugées excessives et provoquent de furieux débats au sommet de l’OTAN à Bergen (Norvège).

68Les relations franco-espagnoles auront été particulièrement touchées par la concurrence entre les deux organisations de défense. En effet, l’arrivée au pouvoir du PP en Espagne va marquer une évolution significative de la politique extérieure espagnole jusqu’ici très favorable à une défense européenne autonome. José María Aznar souhaite se rapprocher des États-Unis. Preuve en est avec la volonté du gouvernement conservateur d’intégrer la structure intégrée de l’Alliance atlantique. La politique atlantiste de l’Espagne lui permet de revendiquer le commandement OTAN de la zone ibérique incluant les îles Canaries (IBERLANT) et un rôle plus important des officiers espagnols au sein de la chaîne de commandement. L’Espagne obtient même la création d’un commandement sous-régional basé à Retamares (banlieue de Madrid). Ce n’est pas un hasard si Francisco Javier Solana devient le secrétaire général de l’OTAN jusqu’à 1999.

Entre politiques de puissance et incompréhension : une « amitié » franco-espagnole à nuancer

  • 73  Propos prêtés à Colin Powell. Cité dans Pellistrandi Jérôme, (à paraître), « L’opération Roméo Sie (...)

69Le 11 juillet 2002, une vedette de reconnaissance de la Guardia Civil repère un petit campement marocain sur l’îlot de Perejil (Persil). Rocher stérile situé à six miles nautiques, il est tacitement considéré comme no man’s land (tierra de nadie) par le Maroc et l’Espagne depuis 1961. La découverte de forces marocaines sur le sol espagnol provoque un véritable scandale à Madrid. La reconquête de cette « stupid little island » (îlot stupide73) va provoquer la plus grande opération militaire espagnole depuis des décennies. Paradoxalement, même si cette crise passe presque complètement inaperçue en France, elle aura des conséquences majeures sur les relations franco-espagnoles. Face à « l’invasion » marocaine, José María Aznar déploie une intense activité diplomatique. Les contacts se multiplient entre Madrid et Rabat. Mais le président du gouvernement espagnol cherche à obtenir le soutien de ses alliés européens et américain. Si Colin Powell tente de tempérer les ardeurs espagnoles, la France alors présidée par Jacques Chirac, refuse son aide. Il faut dire que le Maroc est un allié majeur des États-Unis et de la France. Si Jacques Chirac entretient d’excellentes relations avec Mohammed VI, le refus français à toute offensive diplomatique contre le Maroc peut s’expliquer pour deux raisons. En premier lieu, la France a de nombreux intérêts économiques dans le pays : elle est à la fois le premier fournisseur et le premier client du Maroc. En second lieu, le Royaume du Maroc est menacé en son sein par des mouvements islamistes qui contestent la légitimité du roi et sa politique. Ainsi, la France ne peut pas se permettre de désavouer le roi du Maroc sur la scène diplomatique au risque de déstabiliser encore davantage une région déjà instable.

70Même si la plupart des capitales européennes refusent de soutenir le gouvernement Aznar sur cette question épineuse, c’est sans doute la France qui déçoit le plus Madrid. José María Aznar en tient personnellement rigueur à Jacques Chirac. Selon le président du gouvernement espagnol, cette crise révèle les limites de l’Europe de la Défense qui ne résiste pas aux logiques d’intérêt national. C’est donc une opération unilatéralement menée par les armées espagnoles qui va permettre la reconquête de l’îlot. Après cinq jours de préparation méticuleuse, l’opération Romeo Sierra est lancée. Le 17 juillet à 6 h 30 du matin, les forces spéciales espagnoles, escortées par des hélicoptères de combat, des patrouilleurs, des sous-marins et même une frégate viennent à bout des cinq gendarmes marocains stationnés sur l’îlot, qui se rendent sans opposer la moindre résistance. Même si l’opération peut prêter à sourire en raison du dispositif complètement disproportionné et du rapport de force tout simplement écrasant, elle a d’importantes conséquences sur le plan interne. En premier lieu, elle conforte le gouvernement espagnol : désormais, l’Espagne n’a plus à rougir d’une armée dont l’efficacité est prouvée après des décennies de modernisation. Le PSOE se félicite même de son grand professionnalisme. En second lieu, elle incite le gouvernement à acheter du matériel militaire supplémentaire pour faire face à une potentielle menace venue du sud. C’est ce qui va notamment expliquer l’achat d’hélicoptères Tigre et de missiles sol-air. Enfin, le gouvernement de José María Aznar va manifester une profonde hostilité à l’égard de la France et se rapprocher sensiblement des Américains.

  • 74  José María Aznar permet ainsi aux Américains d’utiliser deux bases bien connues – Rota et Morón – (...)

71Une nouvelle crise ne se fait pas attendre. Après avoir lancé l’opération Enduring Freedom en Afghanistan en 2002, les États-Unis manifestent clairement leur intention d’attaquer l’Irak de Saddam Hussein. Alors que la France manifeste un refus catégorique à se joindre à la coalition, le gouvernement de José María Aznar se veut l’allié le plus fidèle de Washington en Europe. Plus encore, il se fait le chantre de « la nouvelle Europe » opposée à « la vieille Europe », de l’axe Paris-Berlin. José María Aznar décide de publier la « lettre des huit » dans laquelle il se présente comme le leader de la nouvelle Europe amie des États-Unis. En plus de son soutien diplomatique – le président du gouvernement annonce que l’Espagne soutiendra les États-Unis avec ou sans l’avis favorable de l’ONU –, José María Aznar promet un soutien logistique74 à l’armée américaine.

  • 75 Mearsheimer, John, The tragedy of Great Power Politics, New York, Norton, 2001. Cette idée est avan (...)
  • 76  Lakhdari, Sadi, « Espagne : la tentation atlantiste est-elle soluble dans l’Europe ? », Outre-Terr (...)

72Rien ne va plus entre la France et l’Espagne, alors que les deux pays s’étaient engagés sur la voie de la coopération et de la compréhension depuis presque deux décennies. La politique du président du gouvernement espagnol peut être analysée comme une stratégie de bandwagoning75, c’est-à-dire, de ralliement à la puissance dominante de l’ordre international. Il faut dire que le 11-Septembre a été le déclencheur qui a conforté la politique de José María Aznar dans le sens d’un plus grand soutien à Washington. Certes, la lutte contre le terrorisme est déjà une des priorités du gouvernement conservateur. Mais il existe une autre raison simple qui explique ce ralliement : l’Espagne ne souhaite plus être dans le camp des perdants76 comme elle l’a souvent été, et aspire désormais à être parmi les premières nations à s’adapter à la nouvelle donne internationale. C’est ce qui transparaît notamment dans le discours que José María Aznar prononce à la Escuela Superior de Fuerzas Armadas en octobre 2003 :

  • 77  Barreñadal, Isaías ; Martín, Iván ; Sanahuja, José Antonio, « L’Espagne et la guerre d’Irak », art (...)

Le gouvernement est convaincu que nous sommes dans une de ces phases où un changement substantiel se produit dans le monde […]. Pour la première fois depuis des années – et certains disent, depuis des décennies –, l’Espagne ne s’est pas laissée prendre de court par les événements77.

  • 78  Peres, Hubert, « La France vue d’Espagne avant la présidence de l’Union européenne. Paradoxes et l (...)
  • 79  Barreñadal, Isaías ; Martín, Iván ; Sanahuja, José Antonio, « L’Espagne et la guerre d’Irak », art (...)
  • 80  L’Espagne a envoyé 1300 hommes en Irak.

73La vive antipathie vis-à-vis de la France se manifeste pleinement à travers certaines déclarations qui révèlent encore la force des préjugés malgré l’évolution amicale des relations entre les deux pays. En mars 2003, Jorge Fernández, le secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement espagnol, avait déclaré au cours d’une réunion du PP que ceux qui ne s’exprimeraient pas en faveur du gouvernement sur la question irakienne seraient de véritables afrancesados78. Certaines de ces déclarations sont donc volontairement provocatrices. Ainsi, José María Aznar déclarait au cours d’un entretien au Washington Post que : « la prise de décision en Espagne en matière de politique extérieure a été subordonnée à la France depuis 1800. Il n’en est plus ainsi aujourd’hui et j’en suis très heureux79». On l’aura déjà souligné à de nombreuses reprises : l’Espagne cherche depuis des décennies à assurer sa visibilité sur la scène internationale, et sa politique de sécurité et de défense en est un élément fondamental. Le changement de cap sous l’ère Aznar est assez significatif d’une perte de confiance en l’Europe et d’une volonté de tester de nouvelles options, en l’occurrence, le lien transatlantique. Si les États-Unis sont présentés comme la puissance dominante avec laquelle il est indispensable d’avoir de bonnes relations, on peut toutefois constater que l’excès de zèle déployé par José María Aznar n’a pas eu les conséquences escomptées et que toutes les attentes de l’Espagne n’ont pas été comblées. L’Espagne n’a en effet pas obtenu toute la reconnaissance qu’elle aurait pu demander pour son soutien inconditionnel aux États-Unis80.

  • 81  Selon Carlos Closa, la politique extérieure d’Aznar a eu pour objectif d’affirmer le rang de puiss (...)
  • 82  Marcelino Oreja Aguirre déclarait par exemple : « l’Espagne doit et peut démontrer qu’elle est en (...)
  • 83 Closa, Carlos, « The Franco-German axis seen from Spain », art. cit.

74En cherchant à favoriser le lien transatlantique et en promouvant une politique nationaliste, José María Aznar a considérablement déstabilisé une Europe déjà en pleine crise existentielle. En effet, en se lançant dans un tel aventurisme politique, le président du gouvernement espagnol a divisé caricaturalement l’Europe en deux camps, à savoir celui qui suit aveuglément les consignes de l’axe franco-allemand et celui qui fait le choix de la modernité en soutenant ouvertement les États-Unis. La crainte de la périphérisation de l’Espagne à cause de l’ouverture de l’Europe à l’est ne peut non plus être ignorée. En effet, le gouvernement espagnol, qui s’efforce « de sortir définitivement l’Espagne de son statut de puissance régionale de type moyen81», pense que son rôle va être considérablement réduit avec l’élargissement à l’est et le déplacement du centre de gravité de l’Europe. C’est sans doute ce qui donne une certaine justification aux discours nationalistes du PP qui défendent l’idée que le pays n’occupe pas la place qui lui est due non seulement en Europe, mais plus généralement dans le monde. Toutefois, l’affirmation du nationalisme espagnol peut avoir des conséquences très néfastes sur les relations avec la France puisque les préjugés envers cette dernière sont encore vivaces82. Certains leaders du PP n’ont d’ailleurs pas fait secret de leur francophobie83. D’un autre côté, la condescendance de l’Allemagne et la France n’a sans doute pas amélioré les choses. Le choc des attentats de la gare d’Atocha en 2004 et le retrait précipité d’Irak après le retour du PSOE au pouvoir ne font que renforcer le sentiment d’humiliation bien que la crise des années 2000-2004 ait révélé un nouvel aspect fondamental de la vie politique espagnole. Alors que jadis, il existait un consensus en matière de politique extérieure espagnole qui s’incarnait dans le choix de « la voie européenne » avec une continuité assez spectaculaire depuis Fernando María Castiella y Maís jusqu’à Felipe González ; l’ère de José María Aznar a consacré une véritable rupture dans l’ordre politique interne. Désormais, le PP et le PSOE ne sont plus unanimes sur la manière dont l’Espagne doit se comporter sur la scène internationale. « La stratégie de pacte » est rompue. Comme le résume Hubert Peres :

  • 84  Peres, Hubert, « La France vue d’Espagne avant la présidence de l’Union européenne… », art. cit.

La modération, l’inclinaison au compromis et l’accord tacite sur les grandes thématiques manifestées au cours de la transition démocratique, et notamment sur la politique européenne, ont définitivement disparu pendant cette période84.

  • 85 Idem.

75Pour le PP, l’Europe n’est plus forcément synonyme d’intérêt national espagnol ; idée qui avait déjà commencé à se manifester dès 1993. L’approche du PP est plus pragmatique et s’inspire de celle des conservateurs anglais. A cet égard, Madrid entretient un sentiment de rivalité et de méfiance vis-à vis de l’axe Paris-Berlin que le gouvernement Aznar a non seulement critiqué pour son poids écrasant dans les affaires européennes, mais également pour leur violation du pacte de stabilité. De plus, « chaque Espagne » – si l’on considère qu’il existe deux Espagne (une conservatrice et une progressiste) – a désormais sa propre image de la France, ennemi ou complice85.

  • 86 Mestres i Camps, Laia, « Veinte años de cooperación entre España y Francia : ¿amigos, socios o alia (...)
  • 87 Barbe, Esther, « La política europea de España 2004-2005 », Observatorio de Política Exterior Europ (...)
  • 88  Aujourd’hui, la France et l’Espagne partagent une culture militaire quasiment identique. Les deux (...)

76Il est toutefois un fait indéniable. L’Espagne a davantage besoin de la France que l’inverse86 que ce soit sur le plan politique, sécuritaire ou économique. C’est certainement la prise de conscience de cette relation asymétrique qui peut expliquer, en partie, le retour à la normalité de la politique extérieure du gouvernement de José Luis Zapatero ; au-delà même de la vocation européenne qui distingue la plupart des membres du PSOE87. Le choix de revenir « au cœur de l’Europe » semble plus judicieux pour de nombreuses raisons. En effet, en matière de défense et de sécurité par exemple, privilégier le lien transatlantique peut paraître délicat. La France et l’Espagne font partie d’une communauté de destin, à savoir, l’Union européenne. Ils partagent ainsi bien plus de craintes et d’espoirs en matière de sécurité et de défense que l’Espagne n’en partagera jamais avec les États-Unis. Il n’y a qu’à considérer les similitudes en ce qui concerne les doctrines et l’organisation des deux armées pour s’en convaincre88.

77En s’aliénant l’Europe, l’Espagne a brisé de nombreux projets en matière de sécurité et de défense. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’Espagne n’assiste pas à la réunion de Bruxelles du 29 avril 2003 concernant l’Europe de la défense. Sur le plan strictement bilatéral, l’ère Aznar a été marquée par une situation paradoxale. On avait démontré que pendant des décennies, les relations militaires franco-espagnoles avaient été « déphasées » par rapport aux relations politiques. Alors que les relations franco-espagnoles en matière de sécurité avait toujours été liées aux relations diplomatiques, l’ère Aznar s’illustre une fois de plus pour sa singularité puisque sur la collaboration policière entre les deux pays se renforce alors même que la mauvaise humeur règne entre Paris et Madrid sur les questions de défense.

  • 89  Chiffres communiqués par le ministère de la Défense et le Ministerio de Defensa.
  • 90  Pellistrandi Jérôme, « L’armée espagnole à l’épreuve de la démocratie et de l’Europe, 1975-2002 », (...)

78Avec le retour triomphal du PSOE au pouvoir après les élections de 2004, les relations franco-espagnoles se sont normalisées. Chacun peut s’en féliciter, car l’Union européenne peut avancer et les projets de sécurité et de défense se renforcer. Toutefois, la relation asymétrique entre la France et l’Espagne en matière de sécurité et de défense n’est certainement pas près de changer. La France a consacré près de 49 milliards à sa défense en 2008 soit 1,6 % de son PIB, la plaçant au second rang derrière le Royaume-Uni. La politique de prestige de la France et sa visibilité internationale sont précisément liées à de telles dépenses. Par exemple, lorsque la France achète 80 hélicoptères EC-665 Tigre, l’Espagne n’en achète que 24. Lorsque la France participe aux opérations de l’ISAF (International Security Assistance Force), elle déploie 2 800 hommes tandis que l’Espagne n’en déploie que 54089. Aussi, l’échelle de participation est encore bien différente. Faut-il pour autant s’en plaindre ? On en doute. Au moins pour deux raisons. En premier lieu, la modernisation de l’armée espagnole a été un phénomène tout à fait extraordinaire90. En quelques décennies, elle s’est hissée au rang des armées les plus modernes d’Europe. En second lieu, l’Espagne n’a pas la culture de défense qu’a la France depuis des décennies. De plus, compte tenu de son budget de défense limité – et de l’opposition politique à son augmentation –, on peut dire que l’Espagne en déjà fait beaucoup sur la scène internationale.

79Si la France et l’Espagne se sont progressivement engagées sur la voie de la compréhension voire de l’amitié en matière de sécurité et de défense ; la pérennité des relations franco-espagnoles n’est pas définitivement acquise pour autant. La raison en est simple. Entre les deux pays, toute question politique devient rapidement passionnelle. De part et d’autre des Pyrénées, les préjugés ont la vie dure, et réapparaissent vite dès qu’un différend entre ces deux puissances éclate. La cordialité des relations franco-espagnoles dépend encore de la concordance de deux éléments capitaux : la compréhension et la convergence des intérêts nationaux. Sans ce double mouvement, les différends ont tendance à se multiplier. Aucun des deux pays ne tire avantage de cette relation conflictuelle. La France des années 1945-1950 et l’Espagne de José María Aznar sont des exemples probants. En tant que membres de la même communauté de destin, les querelles ne font que retarder et de limiter l’efficacité de mesures souvent nécessaires.

80Pour conclure, l’année 2009 a été marquée par des évolutions intéressantes sur les relations franco-espagnoles. Lors de sa visite officielle en Espagne du 27 au 28 avril 2009, le président français Nicolas Sarkozy a proposé la création d’un « État-major sur la sécurité » qui devrait permettre la mise en place d’un « Comité de planification et de coordination stratégique sur la sécurité intérieure » afin d’étendre une coopération déjà exceptionnelle sur le dossier ETA (nombreuses interpellations cette année) à tous les enjeux de sécurité. En outre, ce sommet a permis d’évoquer la question de l’Union pour la Méditerranée et des questions concernant la coopération en matière d’armement avec la réunion du Conseil franco-espagnol de Défense. Au niveau multilatéral, une certaine évolution pourra certainement être observée dans les années à venir. Lors de la présidence française de l’Union européenne (du 1er juillet au 31 décembre 2008), un certain nombre de décisions ambitieuses relatives à l’Europe de la Défense ont été prises. Ainsi, au sommet des ministres de la Défense de l’UE qui s’est tenu à Bruxelles le 10 novembre 2008, de nombreux projets industriels (drones, hélicoptères) et des exercices communs ont été mis à l’agenda européen. Plus intéressant encore, l’Espagne s’est prononcée favorablement à la création d’un véritable programme ERASMUS militaire. L’acceptation de ce programme rompt avec le traditionnel refus espagnol de déléguer l’enseignement militaire dispensé à d’autres académies militaires européennes. On peut ainsi s’attendre à ce que les contacts entre jeunes officiers français et espagnols se développent dans les années à venir, ce qui favorisera certainement la compréhension mutuelle entre les deux pays sur ces questions. Enfin, la France a réintégré le commandement militaire intégré de l’OTAN lors du sommet de Strasbourg-Kehl du 3 au 4 avril 2009. Selon M. Nicolas Sarkozy, c’est un événement qui répond à la volonté de renforcer l’OTAN tout en renforçant l’Europe de la Défense. Le président français se démarque ainsi de ces prédécesseurs en favorisant à son tour un lien transatlantique bien souvent rejeté. A cet égard, on peut s’attendre à une normalisation de la position française qui s’était jusqu’ici illustrée par une attitude exclusive privilégiant l’UEO puis l’UE sur les questions de défense. Ceci permettra certainement à la France d’être plus conciliante et d’avoir une relation plus équilibrée avec ses partenaires européens, Espagne incluse.

Haut de page

Notes

1 Mestres i Camps, Laia, « Veinte años de cooperación entre España y Francia : ¿amigos, socios o aliados ? », Revista CIDOB d’Afers Internacionals, n° 75, 2006, p. 151-171.

2  Les deux hommes se connaissaient déjà. Durant la guerre du Rif (1921-1926), le général Pétain avait commandé les Français qui intervenaient aux côtés des Espagnols commandés par les généraux Franco et Jordana. La victoire décisive sur Abd-El-Krim eut lieu à Alhucemas en 1925, et eut un fort retentissement dans les deux pays. Franco fut même décoré de la légion d’honneur. Du fait de son important prestige en Espagne, Pétain fut nommé par la suite ambassadeur de France à Burgos par le gouvernement Daladier en mars 1939.

3  En référence au décret du 12 novembre 1938 sur « les étrangers indésirables ». Ce décret autorise l’État à interner les réfugiés dans des « camps spéciaux ».

4  Parmi ces dix guérilleros figure Cristino García Granda, véritable héros de la Résistance. Il avait notamment participé aux batailles de Foix et de la Madeleine. Il avait également pris part à la libération de prisonniers à Nîmes. Si son engagement pour la France fut exemplaire, il restait particulièrement déterminé à libérer l’Espagne du joug franquiste. Il participa ainsi à l’invasion du Val d’Aran.

5  Cité dans Marchat, Henry, « La France et l’Espagne au Maroc pendant la période du protectorat (1912-1956) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 10, 1971, p. 81-109.

6  Cité dans Dulphy, Anne, « La politique espagnole de la France (1945-1955) », Vingtième siècle, volume 68, 2000, p. 29-42.

7  Pellistrandi Jérôme, « L’armée espagnole à l’épreuve de la démocratie et de l’Europe, 1975-2002 », Vingtième Siècle, n° 74, 2002, p. 101-111.

8  Pellistrandi, Jérôme, (à paraître), « L’Espagne dans la stratégie des États-Unis après la guerre mondiale », extrait de la thèse La stratégie militaire de l’Espagne depuis les années 1940.

9  Pellistrandi Jérôme, « L’armée espagnole à l’épreuve de la démocratie et de l’Europe, 1975-2002 », art. cit.

10  Dulphy Anne, « La guerre d’Algérie dans les relations franco-espagnoles ; enjeux spécifiques et éléments de comparaison avec l’Italie », Cahiers de la Méditerranée, vol. 71, Crises et guerres en Méditerranée, 2005.

11  Idem.

12  Ibidem.

13  Ibidem.

14  Pour une étude très intéressante sur le sujet, on peut se reporter à Dulphy Anne, « Les exilés français en Espagne depuis la Seconde Guerre mondiale : des vaincus de la Libération aux combattants d’Algérie française 1944-1970 », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 67, 2002, p. 96-101. Voir aussi, dans les CCEC, l’article d’Álvaro Fleites Marcos, « Un acercamiento engañoso : las relaciones políticas hispano-francesas entre 1958 y 1970 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, 4, 2009, http://ccec.revues.org/index2738.html

15  Cité dans Dulphy, « Les exilés… », art. cit.

16  Cette tradition était née en 1919. Elle fut toutefois interrompue en 1937 à cause de la guerre civile.

17  Le lien est notamment souligné dans : Lasterle Philippe, « La marine dans les relations franco-espagnoles », fiche technique historique du Service historique de la Marine, Ministère de la Défense, 2002.

18  La plupart des frégates espagnoles sont de fabrication américaine (17 en tout) et l’US Navy a fourni cinq destroyers de type Gearing ainsi que quatre dragueurs de mines. Plus important encore, l’USS Cabot, porte-avions américain, avait été loué en 1967 puis définitivement acheté par la marine espagnole en 1973. Il deviendra le Dedalo, navire amiral de la flotte espagnol, capable de projeter des chasseurs comme les Harrier AV, ainsi que des hélicoptères de type Sea King. Remplacé par le Príncipe de Asturias qui fut initialement un projet américain remanié par une entreprise nationale (Bazán), le Dedalo fut désarmé en 1989.

19  L’acquisition de Mirage III symbolise la volonté pour le régime franquiste de moderniser ses capacités aériennes. L’Espagne disposera rapidement de 72 Mirage F1 et de 27 Mirage III, ce qui constituera presque 50 % de son parc aérien militaire. Si les Mirage III ont été retirés du service en 1992, les Mirage F1 sont toujours opérationnels compte tenu des nombreux problèmes que rencontre l’Espagne dans le domaine aéronautique.

20  Voir Pellistrandi Jérôme, « L’Espagne militaire en 1992 », Revue de la Défense nationale, n° 12, décembre 1992, p. 99-107.

21  L’organisation est interdite sur le territoire le 8 octobre 1972.

22  Chiffres cités dans : Cassan Patrick, Le pouvoir français et la question basque (1981-1993), Paris, L’Harmattan, 1997.

23  Chiffres cités dans : Loyer Barbara et Aguerre Christian, « Terrorisme et démocratie : les exemples basque et catalan », Hérodote, n° 130, 2008, p. 112-145.

24  Le CESID remplace le Service Central de Documentation (SECED) en 1977. Néanmoins, les cadres franquistes de l’organisation ne sont pas remplacés, ce qui explique pourquoi la politique adoptée par l’organisation n’ait guère différé malgré le changement de régime.

25  Cassan Patrick, Le pouvoir français…, op. cit.

26  Diario 16 aura une formule qui résume bien l’exaspération espagnole : « si le président n’est pas venu traiter des thèmes qui nous préoccupent et nous séparent, il aurait pu rester chez lui ». Cité dans : Kourliandsky, Jean-Jacques, « La politique espagnole de la France », Revue internationale et stratégique, n° 9, 1993, p. 160-172.

27  Maliniak Thierry, Les Espagnols, de la Movida à l’Europe, Paris, Éditions du Centurion, collection « Le monde qui bouge », 1990.

28  Idem.

29  Ibidem.

30  Kourliandsky, Jean-Jacques, « La politique espagnole de la France », art. cit.

31  Déclaration commune franco-espagnole, 9 juillet 1985.

32  Le discours politique nationaliste naît en France dans les années 1950 – donc tardivement comparé à l’Espagne – et prend une forme officielle avec la création d’Enbata en 1963. Par la suite, le mouvement montrera des sympathies avec l’ETA, ce qui lui vaudra d’être interdit par le gouvernement français en 1974. Izquierdo, Jean Marie, « Trajectoires nationalistes. Les nationalismes en Pays Basque français et espagnol », Pôle Sud, n° 20, 2004, p. 47-61.

33  Montes, Jérôme, Repenser la sécurité en France et en Espagne, Du mur de Berlin au World Trade Center, collection « Thèses de sciences humaines », Paris, éditions Academia Bruylant, 2003. L’auteur de l’ouvrage étend d’ailleurs cette coopération utilitariste à d’autres domaines dont on a déjà prouvé les puissantes logiques d’intérêt national, comme le secteur de l’armement

34  Le plan ZEN a été mis en application sous le ministère de l’Intérieur espagnol de José Barrionuevo Peña. Outre le renforcement de la présence policière – 2 500 membres de la police autonome (Ertzaintza), 25 000 hommes (policiers et Guardia Civil), sans compter 25 000 réservistes supplémentaires sont mobilisés –, le plan préconise la lutte contre le terrorisme dans les champs politique, social et judiciaire (avec l’augmentation des procédures et le renforcement des lois antiterroristes de 1975). Il recommande également plus de coordination entre les différents corps de sécurité de l’État et la mise en place d’un dispositif censé faire prendre conscience à la population basque des actions néfastes de l’ETA.

35  La Audencia Nacional remplace le Tribunal de Orden Público (Tribunal d’Ordre Public ou TOP) franquiste en 1977. Il s’agit d’un tribunal d’exception qui a la compétence exclusive pour toute affaire pénale concernant le terrorisme ou le trafic de drogue.

36  Cassan, Patrick, Le pouvoir français…, op. cit.

37  En 1985, il ne sont plus que 16 à jouir de ce statut alors qu’ils étaient plus de 1 000 à en disposer en 1979.

38  Cassan, Patrick, Le pouvoir français…, op. cit.

39  Sur le sujet, on pourra se reporter à Lambin Laeticia, « Quel avenir pour les industries de défense en Espagne ? », Revue de la Défense nationale, n° 4, avril 1999.

40  L’existence de l’UMD est rendue publique à Paris en 1975. C’est la révolution des œillets de 1974 au Portugal qui motive la fondation de cette organisation clandestine. La révolution portugaise prouve en effet que la fondation de mouvements démocratiques au sein des forces armées est possible. Menée par des officiers progressistes comme Julio Busquets i Bragulat, l’UMD dénonce la collusion entre le pouvoir militaire et le pouvoir politique sous le franquisme. Elle propose la réforme de la justice et du service militaire ainsi qu’une réorganisation des différentes armées. Très minoritaire (une centaine de membres seulement), l’organisation a peu de moyens d’action. Elle sera finalement réduite au silence par les autorités franquistes. Plusieurs des membres de l’UMD sont emprisonnés après avoir été bannis de l’armée. Même si son rôle a longtemps été ignoré, la réhabilitation de cette organisation a notamment été consacrée en 2002 lorsque le Tribunal Constitutionnel espagnol a déclaré que la démocratie avait une dette envers l’UMD.

41  Martínez Parico, Jesús Ignacio, « Forces armées et militaires face à un nouveau cycle de la vie politique espagnole », Pôle Sud, vol. 16, 2002, p. 95-106.

42  Chiffres mentionnés dans : de Luis, Juan, « Espagne : l’engagement européen », in La Défense en Europe, de la guerre du Golfe au conflit yougoslave, dir. Patrice Buffotot, Paris, La documentation française, 1995, p. 49-61. L’article met particulièrement bien en lumière la contribution espagnole au sein des communauté de défense.

43  On notera d’ailleurs la similarité de la position espagnole avec la position française : en 1966, sous couvert de sa politique de grandeur, Charles de Gaulle avait annoncé le retrait de la France du commandement militaire intégré de l’Alliance atlantique. En revanche, sur la question du nucléaire, on ne peut que constater les divergences entre les deux pays (politique de grandeur gaullienne contre dénucléarisation de l’Espagne).

44  « Decálogo de Paz y Seguridad para España », cité dans Armero, José Mario, Política Exterior de España en democracia, Madrid, Espasa Calpe, 1989.

45  La cellule de planification de l’UEO a pour but de favoriser la prévention des crises. Elle s’inscrit tout à fait dans l’évolution du concept de sécurité qui mise sur les mécanismes de prévention. La cellule sera opérationnelle le 1er octobre 1992.

46  Accord de coopération dans le domaine de la défense. Signé à Paris le 7 octobre 1983, Collection des traités des Nations Unies, n° 23343.

47  Déclaration commune franco-espagnole de 1985.

48  Le lien est également souligné dans : Rubio Plo, Antonio R., (2008), « La política mediterránea de Francia : del imperio latino de Alexandre Kojève al neogaullismo de Henri Guaino », Madrid, Real Instituto Elcano, 7 p. L’auteur souligne que la France a toujours considéré la Méditerranée comme une zone d’influence majeure. Dans cette optique, c’est à la France de diriger une Union qui engloberait les deux rives de la Méditerranée. Dans les faits, le projet était certainement trop ambitieux à l’époque. En revanche, comme le montre l’auteur, le discours français actuel sur la Méditerranée est directement emprunt de conceptions gaulliennes.

49  Cité dans Kourliandsky, Jean-Jacques, « La politique espagnole de la France », art. cit.

50  Bigo, Didier, « Sécurité et immigration, vers une gouvernementalité par l’inquiétude ? », Cultures et Conflits, n° 31-32, 1998, p. 13-38.

51  Chiffres cités dans Montes, Jérôme, Repenser la sécurité en France et en Espagne, op. cit.

52  Un des exemples les plus frappants est certainement la formulation des Petersberg tasks (missions de Petersberg) au sommet de l’UEO en 1992. Ce sommet fixe le cadre des opérations des armées au sein de l’UEO, en mettant l’accent sur la dimension humanitaire, l’importance des missions de maintien de la paix et de protection des populations. Ce cadre de ces mission a par la suite été repris et même enrichi par l’Union européenne avec le traité constitutionnel – rejeté par la France et les Pays-Bas en 2004 – et le traité de Lisbonne qui ajoute à ces missions l’assistance militaire, les initiatives de désarmement, et la prévention.

53  En 1992 et en 1993 avaient respectivement eu lieu les exercices « Farfadet » et « Ardente ».

54  Selon le ministre de la Défense français, 12 000 hommes sont actuellement déployés en Opérations Extérieures (OPEX). En comparaison, l’Espagne n’en envoie que 3 000 [chiffres officiels de mai 2009, sources : http://www.defense.gouv.fr/ ainsi que http://www.mde.es/ ].

55  Ars, Fabrice, « Un outil original de gestion des crises : la force de police européenne », in La défense en Europe : avancées et limites, dir. Buffotot, Patrice, Paris, La documentation française, 2005.

56  On se reportera notamment à la Directiva de defensa nacional 01/2008 qui insiste sur les risques représentés par les « Estados fallidos, debiles o en proceso de descomposición ».

57 Rubio Plo, Antonio R., (2008), « La política mediterránea de Francia : del imperio latino de Alexandre Kojève al neogaullismo de Henri Guaino », art. cit.

58  La pleine opérabilité des forces avait déjà pu être constatée avec les exercices « Îles d’or » de 1997 où le porte-avions Clémenceau avait été déployé avec la frégate Cataluña et des navires italiens.

59  C’est essentiellement la Guardia Civil qui assure le contrôle de la zone méditerranéenne. Pour l’instant, la marine ne joue qu’un rôle assez limité. Quant à l’armée de l’air, elle est rarement sollicitée pour des missions de surveillance.

60  Le Allied Forces Southern Europe a été remplacé en 2004 par le Allied Joint Forces Command Naples (ou JSF Naples). Jadis commandé par un amiral de l’US Navy, le commandement JSF Naples a toutefois évolué vers une organisation plus souple. Sa mission est d’assurer la stabilité en Méditerranée par son rôle de dissuasion. Il a également vocation à favoriser le dialogue entre les différents membres de l’organisation, de part et d’autre de la Méditerranée.

61  Dans « La visión española del modelo español de seguridad y defensa » du CESEDEN, on peut lire : « El terrorismo de ETA sigue siendo, junto con el terrorismo internacional, la principal amenaza existente para España ». Dans le Livre blanc français de 2008, il est dit que « La France et l’Europe sont directement visées par le djihadisme et ceux qui s’en réclament. Cette source de terrorisme demeurera pour de longues années l’une des principales menaces physiques dirigées contre l’Europe et ses ressortissants dans le monde ».

62 Mestres i Camps, Laia, « Veinte años de cooperación entre España y Francia : ¿amigos, socios o aliados ? », art. cit.

63  Loyer Barbara ; Aguerre Christian, « Terrorisme et démocratie : les exemples basque et catalan », art. cit.

64  Kourliandsky, Jean-Jacques, « Espagne, entre atlantisme et européification, fin du consensus extérieur », Revue internationale et stratégique, n° 61, 2006, p. 97-108.

65  José Luis Zapatero vantera même les mérites de l’amitié franco-espagnole à cette occasion. Lors d’un discours prononcé à l’Assemblée nationale le 1er mars 2005, il avait déjà déclaré qu’entre la France et l’Espagne « existe un entramado de relaciones cada vez más denso, un clima de abierta confianza, un espirítu de mutuo apoyo en nuestras muchas coincidencias, y de diálogo sincero y constructivo también para abordar nuestras eventuales discrepancias ». Cité dans Mestres i Camps, Laia, « Veinte años de cooperación entre España y Francia : ¿amigos, socios o aliados ? », art. cit.

66 Cosidó, Ignacio, The Spanish Defense Industry in the Face of Sector Consolidation in Europe, Madrid, Real Instituto Elcano, 2005, 8 p.

67  Idem.

68  Pellistrandi Jérôme, « L’armée espagnole à l’épreuve de la démocratie et de l’Europe, 1975-2002 », art. cit.

69  Les manœuvres opérationnelles requièrent une coopération importante entre les différentes armées qui composent l’Eurocorps. L’exercice « EUROTRANSILEX » mobilise 1 300 soldats français et espagnols en 1995. Le but de la manœuvre est à l’image des tâches de Petersberg puisqu’il s’agit d’un exercice simulant une intervention humanitaire.

70  Sartini, Véronique, « La vraie force aujourd’hui, c’est la coalition permanente, le nombre de drapeaux. Entretien avec le général Pedro Pitarch, commandant l’Eurocorps », Défense et Sécurité Internationale (DSI), n° 35, 2008, p. 70-75. Parce qu’il a été déployé trois fois depuis sa création (SFOR en 1998, KFOR III en 2000 et ISAF VI en 2004-2005) dans le cadre de l’OTAN, beaucoup se demandent encore s’il est possible de bâtir une défense européenne sans cette organisation. Selon le général Pitarch, il s’agit bien d’une question existentielle, mais celui-ci insiste qu’il faut concevoir l’OTAN et la Défense européenne comme des éléments complémentaires, ce qu’a rarement fait la France jusqu’ici.

71  Sartini, Véronique, « L’Eurocorps, un bel outil… trop peu exploité », Défense et Sécurité Internationale (DSI), n° 35, 2008, p. 67-70. Le Corps européen a notamment obtenu la certification de « corps de réaction rapide » (NATO HRF) déployable en moins de 30 jours sur de nombreux théâtres d’opération. Il est ainsi plus à même d’effectuer les missions qui lui auront été attribuées par l’UE, l’OTAN, l’OSCE ou l’ONU.

72  Sur ces questions, on peut se reporter à : Buffotot, Patrice, « La France, l’Europe et l’OTAN », in La France et sa défense, La documentation française, 2006, p. 27-37.

73  Propos prêtés à Colin Powell. Cité dans Pellistrandi Jérôme, (à paraître), « L’opération Roméo Sierra », in La diplomatie maritime (dir. Hervé Coutau-Bégarie).

74  José María Aznar permet ainsi aux Américains d’utiliser deux bases bien connues – Rota et Morón – sur le territoire espagnol pour ravitailler les bombardiers. L’exploitation de ces bases par les Américains avait été prolongée par un accord signé le 11 avril 2008. De plus, une autre polémique a éclaté récemment puisque ces bases espagnoles auraient constitué une étape pour le transit des prisonniers envoyés à Guantanamo.

75 Mearsheimer, John, The tragedy of Great Power Politics, New York, Norton, 2001. Cette idée est avancée par Isaías Barreñadal ; Iván Martín et José Antonio Sanahuja, « L’Espagne et la guerre d’Irak », Critique internationale, n° 23, 2004, p. 9-21.

76  Lakhdari, Sadi, « Espagne : la tentation atlantiste est-elle soluble dans l’Europe ? », Outre-Terre, n° 5, 2003, p. 163-174.

77  Barreñadal, Isaías ; Martín, Iván ; Sanahuja, José Antonio, « L’Espagne et la guerre d’Irak », art. cit.

78  Peres, Hubert, « La France vue d’Espagne avant la présidence de l’Union européenne. Paradoxes et limites d’une entente “plus cordiale que jamais” », Revue internationale et stratégique, n° 69, 2008, p. 107-116. Au-delà de l’anecdote historique, l’intervention de Jorge Fernández est assez significative des préjugés d’une partie de la droite espagnole.

79  Barreñadal, Isaías ; Martín, Iván ; Sanahuja, José Antonio, « L’Espagne et la guerre d’Irak », art. cit.

80  L’Espagne a envoyé 1300 hommes en Irak.

81  Selon Carlos Closa, la politique extérieure d’Aznar a eu pour objectif d’affirmer le rang de puissance moyenne de l’Espagne : Closa, Carlos, « The Franco-German axis seen from Spain », in A view from outside : the Franco-German couple as seen by their partners, Groupement d’études et de recherche ‘Notre Europe’, Research and European issues, n° 33, 2004, p. 32-37.

82  Marcelino Oreja Aguirre déclarait par exemple : « l’Espagne doit et peut démontrer qu’elle est en Europe en raison de ses droits […] et non d’une gracieuse décision française » : Kourliandsky, Jean-Jacques, « Bilan des années Aznar : l’affirmation nationale et atlantique de l’Espagne », Revue internationale et stratégique, n° 54, 2004, p. 39-50.

83 Closa, Carlos, « The Franco-German axis seen from Spain », art. cit.

84  Peres, Hubert, « La France vue d’Espagne avant la présidence de l’Union européenne… », art. cit.

85 Idem.

86 Mestres i Camps, Laia, « Veinte años de cooperación entre España y Francia : ¿amigos, socios o aliados ? », art. cit.

87 Barbe, Esther, « La política europea de España 2004-2005 », Observatorio de Política Exterior Europea (UAB), working paper n° 65, 2005, 7 p.

88  Aujourd’hui, la France et l’Espagne partagent une culture militaire quasiment identique. Les deux armées sont totalement professionnelles. Le gouvernement Aznar abolit le service militaire (la mili), extrêmement impopulaire, le 1er janvier 2002. L’armée espagnole est désormais très proche du modèle français de professionnalisation. L’Espagne ne peut nier qu’en matière militaire, elle s’est inspirée du modèle français. La France incarne un modèle accessible, contrairement aux États-Unis dont la puissance militaire est tout simplement hors de portée pour un pays comme l’Espagne.

89  Chiffres communiqués par le ministère de la Défense et le Ministerio de Defensa.

90  Pellistrandi Jérôme, « L’armée espagnole à l’épreuve de la démocratie et de l’Europe, 1975-2002 », art. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Morizur, « Entre incompréhension et intérêt national », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ccec.revues.org/3235 ; DOI : 10.4000/ccec.3235

Haut de page

Auteur

François Morizur

Étudiant en Master 2 « Sécurité, Défense et Stratégie » à l’Institut d’Études Politiques de Lille (IEP)

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org