Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Anne-Aurore Inquimbert, Un officier français dans la guerre d’Espagne. Carrière et écrits d’Henri Morel (1919-1944)

Antoine Fraile
Référence(s) :

Anne-Aurore Inquimbert, Un officier français dans la guerre d’Espagne. Carrière et écrits d’Henri Morel (1919-1944), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Service Historique de la Défense, 2009, 304p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Anne-Aurore Inquimbert est une biographie de la carrière militaire d’Henri Morel depuis la fin de la Première Guerre Mondiale jusqu’à sa mort en déportation en 1944. Il retrace la trajectoire d’un militaire atypique que l’auteur définit comme

représentatif d’une certaine élite française, romantique, érudite et bourgeoise pour laquelle la liberté intellectuelle est partie intégrante d’un système de valeurs. En optant pour une carrière militaire, Henri Morel s’est volontairement exclu de cette élite, sans pour autant se dépouiller du système de valeurs1.

2Le livre, qui est issu d’une thèse de doctorat d’histoire soutenue à Paris-IV en 2008, se compose de trois parties et neuf chapitres qui englobent la carrière militaire d’Henri Morel dans l’armée active française à partir de 1919. Une introduction et un prologue, puis un épilogue et une conclusion encadrent le corpus central qui ne consacre à la Guerre Civile espagnole que quatre chapitres. Le travail a été effectué à partir de sources très importantes et diverses, puisqu’il s’agit des archives des différents départements du Service Historique de la Défense, et des archives nationales, en particulier les archives diplomatiques de Nantes et le fonds privé Henri Morel.

3La bibliographie est très importante et concerne principalement les travaux se référant à l’armée française. Les références concernant la Guerre Civile espagnole ne sont qu’au nombre de 30, en incluant toutefois une partie des ouvrages fondamentaux consacrés à cette période. L’index onomastique s’avère être très complet en incluant 287 entrées.

4Si cette biographie dépasse très largement le cadre temporel de la Guerre Civile espagnole, il serait impossible d’apprécier les analyses qu’Henri Morel va transmettre à son autorité de tutelle sans avoir la connaissance de ce que qu’a été sa carrière avant d’être nommé (ironie de l’Histoire) attaché militaire auprès de l’Ambassade de France à Madrid le 18 juillet 1936.

5Elève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, il suit avec passion les cours de littérature et de philosophie et sera durablement marqué par les cours de psychologie expérimentale. Il échoue à l’agrégation de Lettres en 1912. Cet échec, durement ressenti, va orienter sa carrière vers l’armée et il part accomplir son service militaire que la déclaration de guerre de 1914 va prolonger jusqu’à l’Armistice de 1918. Comme de nombreux officiers, sa guerre sera sans panache, en permanence au front et ce n’est qu’à la fin du conflit qu’il va se distinguer par un refus d’obéissance afin de tenir plus longtemps les positions qui lui ont été confiées, et qu’il va ainsi finir la guerre, prisonnier des Allemands.

6Il se retrouve en 1919, professeur d’histoire militaire à Saint-Cyr et livre ses premiers écrits sur la la guerre en critiquant les tactiques de l’armée et en se définissant lui-même comme un « tacticien humaniste ». Il propose de nombreuses réflexions sur la paix et la guerre et préconise la constitution d’une armée de métier, ce qui, comme l’indique l’auteur, constitue bien une « réflexion hérétique » dans ces années de l’entre-deux-guerres.

7Il effectue en 1924-25 un long séjour de plusieurs mois en Espagne, occasion de découvrir pour la première fois le pays et de se familiariser avec sa langue. Puis il présente le concours d‘entrée à l’Ecole Supérieure de Guerre, qu’il intègre et où il restera deux ans. C’est le moment où se nouent « de rares et précieuses amitiés », comme celle qui le liera durablement à Jean de Lattre de Tassigny. Les rapports qui le concernent sont tout à fait intéressants puisqu’ils soulignent sa difficulté à entrer dans le moule militaire, en mettant en avant sa remarquable maturité d’esprit, ainsi que l’originalité de sa pensée. Mais son goût pour le paradoxe ne manque pas d’inquiéter ses supérieurs.

8A sa sortie de l’école en 1929, il est affecté au 2e Bureau, où il prend la tête de la section Méditerranée, fonction qu’il occupera de 1933 à 1936 avant de rejoindre sa nouvelle affectation.

9Ironie des dates, c’est le 18 juillet 1936 qu’Henri Morel prend ses nouvelles fonctions d’attaché militaire auprès de l’Ambassade de France à Madrid, poste qu’il va occuper jusqu’en mars 1939. C’est cette période à laquelle Anne-Aurore Inquimbert consacre la troisième et dernière partie de son ouvrage qui est celle qui présente le plus grand intérêt pour le lecteur hispaniste.

10En effet, nous avons un éclairage particulièrement intéressant sur les positions prises, dans un contexte international délicat, par le gouvernement français dont les sympathies idéologiques allaient sans nul doute vers la République espagnole, mais qui devait compter avec l’Etat Major des Armées dont les sympathies sont allées immédiatement vers le camp nationaliste.

11En tant qu’attaché militaire, Henri Morel sera l’un des principaux informateurs des autorités françaises et, sur ce plan, l’ouvrage nous rapporte dans le détail les analyses qu’il fait remonter à Paris.

12Dès le 31 juillet 1936, en fin observateur, il analyse l’échec du putsch du 18 juillet en écrivant : « ni l’un ni l’autre parti n’est de force à conquérir et à pacifier l’Espagne. ». Anne-Aurore Inquimbert met en évidence comment Henri Morel va, dès le début de la guerre, se mettre sa hiérarchie à dos en s’employant à démontrer qu’une victoire des rebelles ne peut que représenter un danger pour la France.

13Pour le lecteur, ses analyses sont d’autant plus facilement compréhensibles que l’ouvrage à su dans une première partie nous décrire un militaire, certes non-conformiste, mais idéologiquement peu suspect de sympathies envers les idées de gauche. En bon historien, il procède à la lumière des éléments d’information dont il dispose et non pas en partant de préjugés idéologiques favorables à l’un des deux belligérants, même s’il est ouvertement antifasciste.

14Sur plusieurs points, les analyses rapportées dans le livre sont pertinentes et vont souvent à l’encontre d’un certain nombre d’idées reçues.

15Ainsi, Henri Morel ne surestime pas le rôle des Soviétiques et ne met pas en avant une quelconque allégeance de l’État-Major républicain à Moscou, comme cela a été souvent écrit.

16De même, il fait un éloge du Parti Communiste espagnol, avec lequel il n’a aucune affinité idéologique, dont il dit : « Le PCE qui se trouve être un parti de type jacobin et patriote est l’élément le plus sain et le plus fort de l’Espagne républicaine 2».

17Par ailleurs, il porte sur l’armée franquiste des jugements peu flatteurs en évoquant « la médiocrité de l’adversaire » et lorsqu’il parle de la bataille de Teruel il a ces mots définitifs :

Les nationalistes, bien qu’ayant dans leur camp presque tous les militaires de profession, ne l’ont emporté ni par leur intelligence ni par leur efficacité manoeuvrière3.

18Et Henri Morel d’insister sans relâche sur la supériorité matérielle des franquistes et en particulier sur le rôle de l’aviation.

19Anne-Aurore Inquimbert montre clairement la vision favorable qu’a Henri Morel de la réorganisation de l’armée républicaine en mai 1937 et l’admiration qu’il a envers Negrín : « l’énergie du chef du gouvernement ne manque pas d’être impressionnante. Dans quelle mesure son intensité est-elle communicable à l’armée ? 4».

20Ces quelques exemples mettent en évidence le fait que, grâce à Henri Morel, le gouvernement français disposait d’informations précises et d’une analyse très fiable de ce qui se passait en Espagne, et ce n’est pas le moindre des mérite de cet ouvrage de nous le montrer.

21Enfin, nous apprenons que le 21 mars 1938, Henri Morel s’entretient directement avec Léon Blum et avec Édouard Daladier. Et c’est alors que nous comprenons à quel point les analyses de cet officier sont appréciées par l’exécutif qui est amené à prendre des décisions capitales : Léon Blum décide de rouvrir la frontière et d’autoriser la reprise des livraisons « clandestines » de matériel. De même, le gouvernement français envisage une « ingérence » qui est planifiée à ce moment-là et qui prévoyait :

  • Le renforcement de l’artillerie républicaine.

  • L’envoi d’une mission militaire française.

  • L’envoi de détachements mécanisés pour rompre le front nationaliste.

22Terminons avec deux moments forts de ce livre : tout d’abord l’émouvant hommage rendu par Henri Morel aux Brigades Internationales, lors de leur défilé d’adieu à Barcelone, le 28-10-1938.

23Enfin lors du tragique dénouement de la guerre, en visite d’inspection sur les plages d’Argelès, il écrit :

Il ne faut pas donner à des hommes qui se sont bien battus, qui ont été vaincus en particuliers par du matériel italien et allemand, l’impression qu’ils sont accueillis dans une France menacée par l’Italie et l’Allemagne, comme des pestiférés et régler des contacts à travers du fil de fer5.

24Témoignage digne et bouleversant qui s’achève ainsi :

Vous m’avez fait l’honneur de me confier la mission de représenter l’armée française en Espagne, je croirais manquer à mon devoir si je ne disais pas, avec toute la discrétion que doit garder un soldat, ce que je pense de la façon dont on conçoit l’hospitalité à l’égard d’une armée dont j’ai éprouvé longuement et au milieu des pires circonstances, la constante courtoisie6.

25Malgré les apports historiques importants pour notre meilleure connaissance de la Guerre Civile espagnole, l’ouvrage d’Anne-Aurore Inquimbert ne peut se réduire à cette seule perspective. L’ouvrage nous permet de mieux connaître l’armée française d’après la Première Guerre Mondiale et de nous montrer les courants contradictoires, aussi bien politiques que culturels, qui ont pu la traverser. S’agissant de la Guerre Civile espagnole, les documents de première main produits et commentés dans l’ouvrage sont un apport précieux pour notre connaissance de la période. Les analyses d’Henri Morel viennent souvent contrebalancer certains jugements quelque peu partisans et l’auteur nous montre également que la position de la France, si souvent controversée, avait été définie avec une connaissance approfondie de la situation puisqu’en l’absence d’ambassadeur, les rapports d’Henri Morel étaient bien plus que ceux d’un attaché militaire à sa hiérarchie. Cela met donc naturellement en évidence l’opportunité de publier aujourd’hui cette biographie qui met en relief des aspects peu ou pas connus de la Guerre Civile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Fraile, « Anne-Aurore Inquimbert, Un officier français dans la guerre d’Espagne. Carrière et écrits d’Henri Morel (1919-1944) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 13 juillet 2010, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/3225

Haut de page

Auteur

Antoine Fraile

Professeur des Universités, Université d’Angers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org