Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Clara E. Lida. Caleidoscopio del exilio. Actores, memoria, identidades

Rose Duroux
Référence(s) :

Clara E. Lida. Caleidoscopio del exilio. Actores, memoria, identidades, México, El Colegio de México, 2009

Texte intégral

Desde mediados de la década de 1980 he publicado y disertado sobre el exilio español en México en diversos foros académicos. Ello me ha permitido explorar distintas facetas vinculadas con el tema y recibir comentarios y sugerencias valiosas. De alguna manera, con la suma de todas estas miradas se construyeron los fragmentos que, como en los giros de un caleidoscopio, combinan reflexiones e imágenes a la vez complementarias y nuevas.

Clara E. Lida 

1Soixante-dix ans après la fin de la Guerre d’Espagne, Clara Lida, professeur au Colegio de México, revient sur le thème de l’exode républicain au Mexique et réexamine le processus d’insertion dans la société d’accueil, ses paradoxes, ses problèmes mémoriels et identitaires. Bien que l’ouvrage se présente sous la plus classique des formes ternaires – trois parties de trois chapitres – Clara Lida le qualifie de kaléidoscope : « en estas páginas no pretendo aportar datos nuevos, sino reflexionar sobre fragmentos que ya conocemos, dándoles otro giro ». Ces « fragments », mobiles, s’inscrivent dans un cadre temporel stable : 1939-1950, c’est-à-dire de la fin des années 30, avec l’arrivée de l’exil massif, au début des années 50, quand s’effondre l’espoir du retour, effondrement ressenti comme une seconde déroute.

2Les neuf textes offerts ne sont pas nés ex nihilo, en 2009, à l’occasion du (com)mémoratif 70 años después. Ils bénéficient, au contraire, de tout un labour profond en amont : à savoir une recherche d’un quart de siècle. La nouveauté réside dans le fait que l’historienne s’attache à cerner le plus finement possible ses propres interprétations, voire à les remettre en question pour réactiver et renouveler les questionnements. La raison de ce retour historien nous est fournie dès l’introduction : avec cet ouvrage, Clara Lida entend clore définitivement sa réflexion sur l’exil républicain au Mexique, une réflexion fidèle mais non centrale puisque son terrain de prédilection est l’anarchisme.

3Caleidoscopio del exilio est donc étayé par une vaste historiographie. Il s’appuie, tout d’abord, sur les riches publications faites par les exilés eux-mêmes, parfois à chaud :

Los desterrados en este país han reflexionado abundantemente y casi desde su llegada sobre sus experiencias y los contextos políticos e históricos. La abundancia de material ensayístico, autobiográfico y de memorias publicado por el propio exilio en editoriales de México da cuenta de ello

4À ces sources primaires et ces regard premiers, viennent s’ajouter les regards rétrospectifs portés par les historiens :

También ha sido lógico que con los años los historiadores voltearan la mirada al estudio de este grupo y encontraran en el exilio español un rico tema de investigación y de análisis. México es, sin duda, el país en el cual se han realizado los estudios más sustanciales y abundantes sobre la emigración republicana y este destierro ha sido explorado mucho y bien por diversos autores.

5Notes et bibliographie rendent compte de la pluralité et de la richesse des matériaux qui cimentent le tout.

6L’auteure fait, d’entrée, quelques mises au point lexicales sur des termes fondamentaux. Tout d’abord, elle reconsidère la pertinence du singulier dans l’utilisation du terme « exil » alors que, de 1936 à l’après-1945, il y a eu de nombreux exils, par vagues successives, en divers lieux, avec – tant au départ qu’à l’arrivée – des trajectoires différentes (sociales, régionales, culturelles, politiques, d’âge et de genre, etc.). L’emploi bien commode du singulier – et qui peut se justifier parce que ces différents exils présentent des traits communs –, ne doit pas faire oublier les particularités :

No es por afán de borrar la pluralidad del grupo que me refiero a los españoles desterrados de modo genérico, sino por encontrar un atajo que me permita analizar algunas experiencias en común, sin desconocer las hondas diversidades de ese gran colectivo.

7Clara Lida soupèse également le mot « réfugié », un terme importé, qui se généralisa vite au Mexique pour désigner les républicains espagnols alors que ceux-ci étaient arrivés en qualité d’« asilés diplomatiques » (également appelés « politiques »). Mais, juridiquement parlant, le Mexique n’a reconnu la catégorie de « réfugié » qu’en 1990 (et n’a ratifié officiellement les traités internationaux à ce sujet qu’en 2000). Quant à l’emploi même du mot exilio, et par conséquent de son dérivé exiliado (ou sa variante sud-américaine exilado), Lida note qu’il n’était pas du tout courant à l’époque : « Este cultismo arcaizante, se comenzó a difundir después de la Segunda Guerra, por influencia francesa ». Cette mise au point faite, elle utilise de façon interchangeable refugiado, asilado, exiliado, desterrado et emigrado.

8La première partie, « Identités incertaines » s’ouvre sur un examen serré des aspects quantitatifs de l’exode espagnol au Mexique. Grâce à ses dix-huit tableaux (dix-neuf si l’on compte l’annexe) et ses sept graphiques, le chapitre 1 offre une véritable radiographie de l’exil pendant la période 1939-1950, avec ses variables socio-démographiques, culturelles, spatiales… Dans les deux chapitres suivants, en revanche, les aspects qualitatifs l’emportent. L’historienne, toujours mue par la volonté de montrer l’endroit et l’envers de l’exil en question, scrute avec acuité quelques facettes des constructions mémorielles/identitaires et des va-et-vient contradictoires entre intégration et déracinement. Elle ne quadrille pas son objet de façon systématique mais retrace à grands traits le processus d’incorporation au pays d’accueil, avec ses hauts, ses bas, ses réticences.

9Dans la deuxième partie, « Acteurs en contraste », Clara Lida choisit quelques protagonistes de cette histoire, en contrepointant l’individuel et le collectif, le connu et le méconnu, afin de (se) fournir matière à réflexion sur la diversité des facettes. Ainsi, le chapitre 4 compare, de façon pour le moins novatrice, l’exil espagnol et l’argentin de 1976, pour mieux faire ressortir les particularités respectives. L’effet de contraste lui permet de dégager plus clairement les circonstances et mécanismes des deux exils. Cette mise en regard montre, de surcroît, que, par certains aspects, l’expérience mexicaine des « réfugiés » espagnols s’est avérée exemplaire pour les Argentins et d’autres Sud-Américains :

México se ha caracterizado por lo que podríamos llamar un palimpsesto de exilios. la superposición, capa sobre capa, de expatriaciones que desde tiempo atrás se habían ido sumando gracias a las políticas de asilo de este país después de la Revolución.

10Les chapitres 5 et 6 prennent en compte des collectifs d’exilés aussi opposés que « les historiens » et « les filles ». Les historiens, bien qu’ils constituent un groupe restreint, sont remarquables aux yeux de Lida à plus d’un titre. Plus que d’autres universitaires, ils se sont vus contraints, pour survivre dans le monde académique mexicain, à changer radicalement le cap de leurs investigations et à puiser à d’autres sources. La Casa de España, fondée en 1938 et transformée en 1940 en Colegio de México, les y aida. Clara Lida souligne leurs réussites dans tous les branches de cette discipline qu’ils renouvellent à fond (de la paléontologie à l’histoire du droit), car ils apportent du sang neuf à l’historiographie locale qui laisse à désirer. Après avoir mis sur le devant de la scène des universitaires « significatifs », Clara Lida se tourne vers une grande zone d’ombre avec la ferme intention de l’éclairer, en dirigeant cette fois les projecteurs vers les plus anonymes des anonymes, ces acteurs oubliés que sont les niñas. Ces dernières présentent des particularités de genre et d’âge qui leur ont rarement permis d’être des « sujets visibles », même dans les études sur l’exil infantile. De façon très parlante, à partir de témoignages écrits par les niñas elles-mêmes une fois devenues adultes, l’historienne reconstitue leurs « péripéties » sur le chemin accidenté qui les avait conduites en Amérique.

11La troisième partie réunit trois textes conçus comme des « Hommages » à des figures que Clara Lida considère comme paradigmatiques, chacune à sa manière. Le premier « nominé » (chapitre 7) n’est autre que le président Lázaro Cárdenas qui, comme on sait, appuya la République espagnole ; on ne peut, en effet, comprendre l’exil au Mexique sans la politique d’asile qu’il défendit contre vents et marées et sans l’aide de ses collaborateurs qui la mirent en pratique.

12Les deux derniers textes honorent deux « émigrés exemplaires » à travers des souvenirs plus personnels. Le chapitre 8 est consacré à Vicente Llorens. Ce dernier a été le maître de Clara Lida, à l’Université de Princeton, et la disciple exprime ici une grande admiration doublée de tendresse :

Fue una excepción entre los exiliados, al dedicar toda su vida profesional al estudio de las emigraciones de la España contemporánea y convertirse, sin duda, en el más reconocido especialista del tema.

13Le neuvième et dernier chapitre est dédié à José Puche Planas, ami de l’historienne. « Pepe » Puche ne fut pas, lui, membre d’une élite lettrée – au demeurant fort réduite, insiste Lida au passage. Ingénieur de profession, formé à l’Université Nationale mexicaine, il fit du Mexique son pays et s’identifia à lui, ce qui ne l’empêcha d’appuyer avec constance les causes républicaines.

14À l’évidence, Lida, tout au long de son « kaléidoscope », cherche à désactiver les lieux communs. Il y a par exemple le tópico – généré par le discours officiel mexicain, puis véhiculé par les exilés eux-mêmes et renforcé in fine par ceux qui l’étudient – selon lequel la caractéristique de l’exil au Mexique c’est d’être « intellectuel », et ce en dépit du fait que les données statistiques démontrent (cf. chap. 1) qu’il était avant tout d’origine industrielle, artisanale, agraire et, dans une bien moindre mesure, lié au secteur des services ou à des professions « appliquées » (médecins, infirmières, instituteurs, ingénieurs architectes, etc.). À la longue, à force d’insister sur le rôle significatif de cette « centaine » d’exilés qui évolua dans le monde de la culture, de la connaissance et de la vie universitaire mexicaine (« un escaso centenar y pico de intelectuales, artistas y científicos del exilio »), on en vint à oblitérer les milliers d’hommes et de femmes employés à d’autres tâches, et dont on ignore le nom et le devenir. Lida observe, non sans humour, comment on glisse d’un exode constitué de travailleurs manuels et de techniciens à un afflux valorisant d’intellectuels : « una sinécdoque que mistificaba la realidad, mitificándola ».

15Voici un autre cliché : définir l’exilé comme quelqu’un qui n’est « ni d’ici ni de là-bas ». On allègue que, les années passant, l’exilé cesse d’être espagnol sans pour autant devenir mexicain. Le leitmotiv ni de aquí ni de allá se maintint chez les réfugiés, comme s’ils avaient vécu « en suspens », en vilo. Clara Lida sonde, perplexe, cette non-identification malgré, pour beaucoup, toute une vie active au Mexique :

¿ Acaso no sorprende en muchísimos casos, que quienes por su edad pasaron la mayor y más larga parte de sus años en México, se educaron aquí, laboraron e hicieron mucha, sino toda su vida activa en este país, enuncien en testimonios diversos – escritos y orales – esta ausencia de identidad, sin indagar más en sus causas ?

16Comment ne pas se poser des questions sur tant d’ambivalence :

¿ Acaso no ser de aquí ni de allá era un rechazo al "aquí" mexicano que los había acogido y una voluntad tácita de seguir siendo otros, aunque ese "allá" ya no existiera ? ¿ O era, nolens volens, una manera de eludir contrastes y definiciones que podían desembocar en juicios desfavorables a la sociedad o al entorno de acogida y desatar una riesgosa confrontación ?

17Mais le fait que tant d’individus, durant tant de lustres, aient pu « vivre dans le passé » oblige à s’interroger sur la part prise par le Mexique dans cette position d’entre-deux : « Que pudieran vivir en el pasado, año con año, lustro con lustro, sin embargo también obliga a preguntarse cuánto tuvo México que ver con que este exilio permaneciera en vilo ». Il est vrai qu’en tant qu’étrangers ils étaient tenus – même naturalisés – à un devoir de réserve par la Constitution : interdiction leur était faite, expressément (article 33), de s’immiscer dans les affaires politiques du pays, sous peine d’expulsion immédiate…

18A contrario : jusqu’à quel point les réfugiés – qui professaient, certes, à l’endroit du gouvernement mexicain une indéfectible reconnaissance pour son accueil – ont-ils eu la volonté de s’intégrer au Mexique ? Par exemple, on a quelque mal à comprendre que, malgré tout ce temps écoulé, ils aient conservé, à ce point, leur parler « fort » (« su hablar "golpeado", que tan bien captó Max Aub »). Les interrogations s’enchaînent :

Por qué a pesar del pasar de los años no se hizo un esfuerzo de adaptación fonética y rara vez se abandonaron las "ces" y las "zetas" castellanas, tan ajenas a los oídos americanos; por qué, pese a tener la nacionalidad mexicana, se han identificado a sí mismos ante todo como « refugiados españoles », es decir, como extranjeros.

19Et de conclure :

Si la memoria fomenta el desarraigo, genera inevitablemente una cultura en vilo, sin un referente real al cual integrarse y sin hacer propia las identidades y los valores del nuevo entorno.

20Et si peu à peu le changement se produit, il est davantage l’œuvre du temps que celle de la détermination des acteurs eux-mêmes.

21Et que dire de transtierro (vs destierro), création néologique de José Gaos pour signifier que l’exil au Mexique équivalait à une transplantation de racines intactes qui permettait d’être, à la fois, et Espagnol et Mexicain, à la fois de aquí y de allá. Le terme volontariste de transtierro – qui a fait couler beaucoup d’encre – ne serait qu’un terme de consolation, qu’on le veuille ou non.

22Enfin, Clara Lida se garde d’oublier ces milliers de sympathisants de la République qui ne purent échapper à la dictature et à ses conséquences répressives. Seuls quelques-uns – « au compte-gouttes et plus tard » – purent émigrer vers d’autres pays, dont le Mexique.

23Passer les certitudes au crible du doute, telle est la voie empruntée par Clara Lida pour « boucler la boucle » de ses longues études sur l’exil républicain espagnol : « Finalmente, después de un cuarto de siglo de pensar el exilio, con estas páginas cierro este largo ciclo ».

24Pour qui veut, à son tour, faire ou refaire le point sur le « refuge mexicain », cet ouvrage germinatif est absolument indispensable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rose Duroux, « Clara E. Lida. Caleidoscopio del exilio. Actores, memoria, identidades », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 13 juillet 2010, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ccec.revues.org/3208

Haut de page

Auteur

Rose Duroux

Professeure émérite, Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand-II)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org