Navigation – Plan du site
Études

La commémoration du bicentenaire de la Guerre d’Indépendance (1808-1814) en Espagne et dans d’autres pays*

Ire partie : La présence des media et la prolifération des écrits. Les aspects militaires
La conmemoración del bicentenario de la Guerra de la Independencia (1808-1814) en España y otros países
Jean-René Aymes

Résumé

La conmemoración en España del bicentenario de los inicios de la Guerra de la Independencia (1808-1814) ha sido marcada, ya a partir de 2007 pero sobre todo a lo largo de 2008, por una serie de celebraciones y de exposiciones, así como por una proliferación de escritos de todas clases, desde la reedición de estudios antiguos hasta la publicación de novelas históricas. Los historiadores, en varios congresos, se han esforzado en renovar la interpretación del conflicto, en particular respecto a la guerrilla –tema controvertido– y al liberalismo. Entre las nuevas tendencias historiográficas descuella el estudio de la memorización colectiva de los sucesos que han dado lugar a un proceso de mitificación.

Haut de page

Texte intégral

Les lignes de force de la recherche actuelle

  • *  Texte rédigé au début de décembre 2009.

1En Espagne, la commémoration, en 2008, du début de la Guerre d’Indépendance espagnole, appelée aussi Guerre Péninsulaire ou, en Catalogne, « Guerra del francés », présente un double caractère, l’un qui renvoie à des traditions, l’autre inédit. Le premier, dont il sera question dans la seconde partie de cet article, est que cette commémoration s’est accompagnée d’une production historiographique riche et bien venue. Le second caractère est que cette commémoration, qu’il serait plus juste d’appeler « célébration », a donné lieu à une intense médiatisation : un journaliste a pu parler de plus de trois cents « actes culturels ». Cette célébration médiatisée a été elle-même accompagnée de tentatives de récupération partisane ayant visé et atteint un large public. C’est dire que cette commémoration massive et spectaculaire est, à mon sens, un événement politico-culturel, au moins autant qu’un phénomène historiographique. Celui-ci, du reste, n’a pas concerné les seuls historiens spécialisés dans l’étude de la Guerre d’Indépendance.

2Avec toutes les lacunes inévitables qu’elle comporte, l’approche, qui sera la mienne, de la commémoration « médiatico-culturelle » du conflit viendra compléter un petit travail bibliographique que j’avais publié en 1998 sous le titre de « La aportación del hispanismo francés (1975-1998) al conocimiento de la España del siglo xix (1808-1868) », in Ismael Saz. ed., Ayer 31, Madrid, 1998, p. 19-41. Comme il est précisé dans le titre du présent article, mes références bibliographiques seront centrées sur des textes publiés en 2008, mais je ne m’interdirai pas de faire état, parfois, d’écrits parus en 2007, voire en 2006, car plusieurs auteurs, et non des moindres, ont su prendre les devants et ont été assez avisés pour livrer leur production avant le déferlement, en 2008, des écrits de tout genre, plus ou moins estimables. Par ailleurs, il est évident que la célébration du bicentenaire ne se limite pas à la commémoration des événements survenus en 1808 (Deux Mai madrilène, batailles del Bruch et de Bailen, sièges de Saragosse et de Gérone), mais s’étend à des événements – militaires et politiques – postérieurs, à la tête desquels figurent la réunion des Cortès de Cadix en 1810 et la promulgation de la Constitution de 1812. La frontière chronologique de 1808 n’en est pas une, et aussi peu celle de 2008, puisqu’on verra que, au long de 2009 et jusqu’à ce mois de novembre, ont paru des livres se rapportant au conflit et ont été publiés les actes de congrès et de colloques qui se sont tenus l’année précédente. Mais je passerai sous silence des rencontres qui, touchant au même thème, viennent de se dérouler au cours de la présente année (à Oviedo, Vigo, Figueras, Lisbonne, etc.).

3Contrairement à ce qui pourrait sembler, le présent article ne fait pas double emploi avec cinq articles récents, auxquels je renvoie, qui offrent également des bilans bibliographiques relatifs à la Guerre d’Indépendance.

4Le premier, co-signé par Gonzalo Butrón Prida et José Saldaña Fernández, intitulé « La historiografía reciente de la Guerra de la Independencia : reflexiones ante el Bicentenario », a été publié dans un numéro spécial des Mélanges de la Casa de Velázquez consacré, en avril 2008, aux « Actores de la Guerra de la Independencia » ; il présente le grand intérêt de ne pas se circonscrire à un défilé d’œuvres, car s’y ajoutent, outre la synthèse des quelques travaux sélectionnés au vu de leur notable richesse, des commentaires personnels très réfléchis. Mais la totalité des publications examinées qui font retrouver les noms, le plus souvent très connus, de Charles Esdaile, Ronald Fraser, Richard Hocquellet, etc., se rapporte aux années 2001-2006, et rarement aux années postérieures.

5Le deuxième article, signé par Francisco Carantoña Álvarez, sous le titre de « Un conflicto abierto : Controversias y nuevas perspectivas sobre la Guerra de la Independencia », a paru, en 2008, dans un numéro spécial de la revue Alcores (Revista de Historia Contemporánea), consacré au dit conflit. L’auteur écrit à juste raison :

Su repercusión y su complejidad convierten a la Guerra de la Independencia en un acontecimiento histórico abierto a interpretaciones y utilizaciones diversas. La discusión sobre sus orígenes o características nace durante su mismo desarrollo y muchas de las cuestiones planteadas entonces han marcado debates historiográficas que se mantienen hasta la actualidad. Las publicaciones que, al cabo del segundo centenario, proliferan desde 2006 lo ponen de manifiesto.

6Les sous-titres de l’article donnent déjà une idée de la nature des sujets suscitant des divergences d’interprétation et des controverses : les causes du soulèvement, « nation » et « indépendance », révolution ou contre-révolution, la guérilla, « afrancesados » et patriotes.

7Comme le faisait espérer le nom même de son auteur, Manuel Moreno Alonso, très connu pour son vaste savoir bibliographique, l’article intitulé « La Guerra de la Independencia - La bibliografía del Bicentenario », publié dans la revue Historia Social, livre une somme impressionnante de références, et ce d’autant plus que l’auteur ne se prive pas de rappeler en abondance l’existence d’ouvrages anciens, tenus pour fondamentaux et « classiques » (depuis ceux de Ramón Solís jusqu’à ceux de Miguel Artola). Mais je me permettrai de formuler quelques réserves au vu de certaines prises de position et de certaines omissions. On peut accepter à la rigueur la vision idéalisante de la guérilla – à l’opposé de la vision disqualifiante de Charles Esdaile – au sujet de laquelle « todo parece indicar que la mayoría de aquellos partisanos no fueron ni ardientes liberales ni fanáticos religiosos ni bandidos ni desertores » . Et, puisqu’on a affaire à un répertoire bibliographique, on peut regretter que soient généralement passés sous silence les travaux des hispanistes français ayant écrit sur la Guerre d’Indépendance, ainsi que plusieurs revues où le conflit est abordé : Trienio et Spagna Contemporanea (rarement cités) et deux revues françaises (Tradition Magazine et Gloire et Empire) où, certes, ne sont abordées que les campagnes militaires.

8Quand j’ai accepté de rédiger le présent article, j’étais dans l’ignorance – et pour cause – que Jean-Philippe Luis allait publier dans le dernier numéro de la revue Ayer, paru au cours de la seconde quinzaine d’octobre 2009, un article remarquable. Sous le titre de « Balance historiográfico del bicentenario de la guerra de la Independencia : las aportaciones científicas », l'auteur, sans se borner à faire état des publications, y adjoint des commentaires personnels, toujours pondérés et pénétrants, que je suis souvent tenté de reprendre à mon compte. Par chance, le titre de l’article dit bien qu’il n’est question là que d’historiographie et, plus précisément, des travaux de qualité, émanant en général de spécialistes ayant pignon sur rue. J.-P. Luis a donc fait le choix, plus raisonnable que le mien, de passer sous silence des publications de piètre qualité, mais cependant largement diffusées et parfois couronnées par le succès commercial auquel aspiraient les auteurs et les éditeurs. Proposé en annexe, le « Tableau des thèmes des colloques sélectionnés » est ingénieux et éclairant ; j’en tirerai parti, en ne retenant que les colloques qui se sont tenus en 2007 et 2008.

9Lorsque j’ai entrepris la rédaction de cet article, j’avais connaissance de l’existence d’un travail de Ignacio Peiró Martín, mais, pour des causes indépendantes de ma volonté, je n’ai pu le parcourir que tardivement, alors que le titre de l’ouvrage, très alléchant, aurait pu me dissuader de poursuivre l'exploration par crainte de la probable superposition partielle entre les deux écrits. Il s’agit de La Guerra de la Independencia y sus conmemoraciones (1908, 1958, 2008). Un estudio sobre las políticas del pasado (Institución « Fernando el Católico/CSIC, Zaragoza, 2008). La mention des trois dates dans la parenthèse donnait à penser que la commémoration de 2008 occuperait une bonne place aux côtés des deux commémorations antérieures. Or il n’en est rien, ou peu s’en faut, car l’étude, d’une extrême richesse (près de 240 pages), porte presque exclusivement sur l’interprétation de la guerre en 1908, au cours du xxe siècle et, notamment, sous le franquisme. En revanche, les références aux travaux récents des historiens espagnols actuels et des hispanistes français sont d’une grande pauvreté et souvent renvoyées en simples notes de bas de page.

10L’ouvrage de I. Peiró Martín comporte le prologue, judicieux et incisif, de Carlos Forcadell Álvarez ; le directeur de la Institución Fernando el Católico, plus contrarié qu’amusé par cette « frénésie commémorative » (sic), formule le vœu, très légitime, que soit préservée « une histoire critique », indépendante des commémorations :

Por el contrario, « las políticas de la memoria » sí que necesitan imprescindiblemente recurrir a la historia y construir algún tipo de relato histórico, (no) subordinado a las estrategias y necesidades conmemorativas, que manipula e instrumentaliza el conocimiento del pasado, sin ningún temor a pervertirlo y hacerlo irreconocible (p. 7).

La Guerre d’Indépendance étudiée en dehors de l’Espagne

11Une des caractéristiques majeures de l’historiographie actuelle est que le conflit a éveillé, déjà à partir des premières années du xxe siècle, un intérêt qui ne s’est pas limité à l’Espagne et à la France.

12Ainsi, en Pologne, c’est une Espagnole, Cristina Caizán, qui, aux côtés de son époux, lui-même chercheur, Jan Stanislaw Ciechanowski, livre quantité d’informations inédites sur les soldats polonais ayant participé au conflit dans l’un et l’autre camps. Tout récemment, en mai 2009, dans l’ouvrage intitulé A guerra peninsular et coordonné par Carlos Guardado da Silva, ils ont fait connaître respectivement « Los polacos de Napoleón : campaña española o Guerra peninsular » et « Los polacos en la Guerra Peninsular ».

13En Italie, la recherche est dirigée, avec vigueur et succès, par Vittorio Scotti Douglas et Alfonso Botti, organisateurs de colloques internationaux où il est question, notamment, de la participation militaire des Italiens et des Napolitains. Ainsi, faisant suite à un congrès qui s’était tenu à Novi Ligure en 2006, a eu lieu, à Milan, en janvier 2008, une « Journée internationale d’études » d’où sont issus des actes intitulés Ancora sugli Italiani in Spagna durante la Guerra de la Independencia. L’ouvrage a été coordonné par V. Scotti Douglas. La conduite des Italiens a été examinée par un Espagnol (Juan José Sañudo Bayón) et par un Français (Jean-René Aymes). Dans son dernier article, à peine vieux de quelques mois, V. Scotti Douglas projette ses regards par delà l’Espagne en guerre, sur l’Europe du xixe siècle : »Independencia, guerra popular, constitución : modelos españoles para la Europa decimonónica » ; il est paru dans le volume collectif coordonné par Francisco Acosta Ramírez et Marta Ruiz Jiménez, intitulé Baylen, 1808-2008. Actas del Congreso Internacional « Baylen, 1808-2008 ». Bailén : su impacto en la nueva Europa del siglo xix y su proyección futura, Excmo. Ayto. de Bailén/Universidad de Jaén, 2009, p. 47-79.

14En ce qui concerne le Portugal, on peut estimer, d’un point de vue historiographique, que les deux grandes œuvres datent de 2007. L’une des deux, publiée par la « Biblioteca Nacional de Portugal », intitulée Guerra peninsular. 200 anos, comporte un utile répertoire d’archives et d’ouvrages consultables, ainsi que des articles parmi lesquels ceux d’António Ventura et de Antonio Moliner Prada. Le titre du second ouvrage, sous la forme de deux imposants volumes, A Guerra Peninsular et Perspectivas multidisciplinares, est explicite : la guerre y est évoquée à travers la stratégie, la diplomatie, la vie quotidienne, la médecine, l’art, les échos littéraires, l’utilisation filmique… Il est rappelé dans la « Postface », sans surprise pour le lecteur, que cette guerre est « l’une des époques les plus dramatiques et les plus sanglantes de l’Histoire du Portugal ». Plus inattendu est le regard bienveillant porté sur Napoléon : « Cela a été une aventure grandiose tentée par un homme dont le caractère génial ne peut toutefois être nié, et qui mit fin réellement à l’Ancien Régime ». On retrouve le nom d’António Ventura attaché à l’article « Portugal na guerra peninsular (1807-1814). Una visao de conjunto », dans l’ouvrage collectif publié par Francisco Miranda Rubio, Guerra, sociedad y política (1808-1814). Enfin, on a signalé plus haut l’existence de l’ouvrage coordonné par Carlos Guardado da Silva où, aux côtés des articles concernant la guerre au Portugal, figure celui de Gérard Dufour consacré à la « Réception et perception des événements du Portugal en Espagne au début de la guerre d’indépendance ».

15L’historiographie britannique relative à la « Guerre Péninsulaire » continue à être dominée par Charles Esdaile dont les ouvrages multiples, qui remportent dans les pays anglophones un grand succès, s’échelonnent au long de ces dernières années. Complétés par des articles, ils touchent principalement aux campagnes militaires, à la guérilla et à la vision britannique du conflit, comme l’illustre l’article intitulé « La repercusión de la guerra de 1808 en Gran Bretaña », paru dans les Cuadernos dieciochistas (n° 8, 2007) de l’Université de Salamanque. Le dernier et très récent article de C. Esdaile, « La intervención napoleónica revisitada : España y la crisis balcánica de 1808 » est paru dans l’ouvrage mentionné plus haut, coordonné par Acosta Ramírez et M. Ruiz Jiménez.

16Comparée à l’Espagne où la célébration des événements de 1808 a revêtu un caractère parfois grandiose, la France se distingue par la quasi-absence de commémoration – ne parlons pas de « célébration » – d’une guerre qui – il est vrai – a été une guerre désastreuse, peu glorieuse, difficilement justifiable et créatrice d’une sorte de mauvaise conscience collective (chez les Français, peu nombreux, qui en ont entendu parler) et dommageable pour l’image de Napoléon.

17Ne serait-ce que pour signaler le contraste entre la pauvreté des publications françaises touchant à la guerre d’Espagne et la floraison, au sud des Pyrénées, de publications s’y rapportant, on signalera, pour commencer, quelques articles parus en France :

  • Dans la Revue de l’Institut Napoléon, un article de Francisco Ramón Solans, « La vierge du Pilar se soumet à Napoléon – Le culte marial et l’occupation napoléonienne de Saragosse ».

  • Dans la Revue du Souvenir Napoléonien, à la rubrique « Napoléon en Espagne » des articles concernent « L’intervention de Napoléon » (Jacques Garnier), « La poursuite de Moore par Soult (Jacques Garnier), « Mai 1808- Joseph Bonaparte devient roi d’Espagne « (Vincent Haegele) et « Madrid en 1808 » (Jean-René Aymes). Est venu s’ajouter, dans un numéro postérieur, l’article de Jean Estèvenaux , « Le clergé espagnol divisé face à Napoléon ».

  • Dans la Revue Napoléon, trois articles ont trait à la guerre d’Espagne (Saragosse, Medellín et l’expédition de Soult au Portugal).

  • La revue Gloire et Empire (Revue de l’Histoire napoléonienne) comporte, dans le « Dossier du mois », plusieurs articles d’Alain Pigeard (plans de batailles et opérations) , de N. Griffon de Pleineville et de M. Molières.

18A la lecture des lignes antérieures, on aura vu que, à l’exception d’un auteur (hispaniste), ces historiens n’abordent le conflit que sous l’angle des épisodes militaires. D’où l’intérêt exceptionnel que présente, à mes yeux, un numéro spécial de la revue Annales historiques de la Révolution française (n° 336, avril-juin 2004), consacré à L’Espagne et Napoléon : Napoléon dans l’histoire de la révolution espagnole, coordonné par Lluis Roura i Aulinas ; ce numéro offrait une grande variété de regards portés sur le conflit : sur la guérilla, les afrancesados, les Juntes, etc. Les auteurs, au nombre de 12, appartenaient à plusieurs nationalités (espagnole, anglaise, italienne et française).

19Cette guerre n’occupe qu’une place modeste dans les ouvrages récents des grands spécialistes de l’époque napoléonienne, à savoir Jacques Olivier Boudon, successeur de Jean Tulard à la tête de l’Institut Napoléon, et Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon.

20Le seul historien, non hispaniste, est Alain Pigeard qui, dans la revue illustrée Tradition Magazine, s’intéresse presque exclusivement aux campagnes militaires en Europe, aux batailles et aux troupes étrangères servant dans l’armée impériale.

21Au moins trois autres « non hispanistes » et « non historiens d’origine » se sont proposé de toucher un large public profane à travers des livres difficilement innovateurs. Tel est le cas du grand reporter François Malye qui, dans Napoléon et la folie espagnole (Paris, Tallandier, 2007), livre des aperçus sur le comportement en Espagne des maréchaux Soult et Masséna, et des généraux Dupont, Junot et Hugo. De son côté, Jean-Claude Lorblanchès, qui se dit « homme de terrain », et « a mis ses pas dans ceux des soldats impériaux et parcouru les champs de bataille de la péninsule ibérique et du Sud-Ouest de la France », livre une étude dense des affrontements armés dans Les soldats de Napoléon en Espagne et au Portugal (Paris, L’Harmattan, 2007). Enfin, Jean-Paul Escalettes vient de centrer son évocation sur Saragosse, une épine pour Napoléon (Portet-sur-Garonne, Loubatières, 2009).

22Bien que leurs études récentes soient appelées à apparaître ultérieurement, parfois plus en détail, dans les différentes rubriques prévues dans mon article, je crois utile, en évitant de dresser une sorte de discutable palmarès, de mentionner les grandes lignes de recherche, portant sur la Guerre d’Indépendance, sur lesquelles s’inscrivent les hispanistes et historiens français les plus connus, dans leur domaine respectif (classement alphabétique) :

  • L’histoire touchant à la politique, l’idéologie et la lexicologie : J.-R. Aymes, G. Dufour, R. Hocquellet, J.-M. Lafon, C. Morange.

  • L’histoire culturelle : R. Andioc, G. Dufour, F. Etienvre.

  • L’histoire juridique et institutionnelle : X. Abeberry Magescas, J.-P. Busaall, J.-P. Luis.

  • L’histoire de la mémoire : C. Demange, P. Géal, S. Michonneau.

La prolifération en Espagne

23J’avoue ne pas comprendre la réaction inattendue et – à mon sens, infondée – du romancier Arturo Pérez Reverte qui, dans son « blog », intitule ses réflexions « Bicentenario : memoria e indiferencia » ; ces réflexions sont reprises dans le magazine électronique XLSemanal du 7 juin 2009 ; il y déplore « le désintérêt institutionnel et le caractère local, quasiment privé, de chaque acte (commémoratif) » ; il donne là l’impression que, hormis en quelques lieux, la commémoration a été plutôt indigente.

24Or, telle n’est pas l’opinion de ceux qui ont rendu compte de l’ampleur des célébrations. En effet, comme le font observer G. Butrón Prida et J. Saldaña Fernández, le caractère massif et, parfois, solennel de la commémoration est attribuable en grande partie à « l’implication du gouvernement espagnol lui-même, à travers la décision émanant du Ministère de la Défense, approuvée le 20 septembre 2005, qui prévoyait la création d’une Commission pour la Commémoration du bicentenaire de la Guerre d’Indépendance ». Celle-ci est définie, de manière significative, comme « un événement transcendental pour l’Histoire de l’Espagne ». Cette création allait s’accompagner de celle de commissions propres aux « autonomies, provinciales et locales ».

25La commémoration de 1808 s’inscrivait aussi dans la lignée d’autres commémorations, notamment celle, en 1988, du second centenaire de la mort du roi Charles III, survenue le 14 décembre 1788 ; la Commission Nationale organisatrice de cette commémoration se proposait de « valoriser, comme il se doit, et depuis la perspective actuelle, l’une des périodes les plus fécondes et profondément réformatrices de l’Histoire de l’Espagne », à savoir l’époque des Lumières. Mais la commémoration de 1988 est loin d’avoir atteint la même dimension que celle de 2008.

26Il se trouve, en effet, que les événements de l’année 1808 offraient, en théorie, la possibilité d’impliquer la quasi-totalité des « autonomies » : la Castille (« Dos de Mayo » à Madrid, proclamation de l’alcade de Móstoles), la Catalogne (victoire de El Bruch, siège de Gérone), l’Aragon (premier siège victorieux de Saragosse), l’Andalousie (Baylen), la Galice (reddition du général Chalot à Vigo) et toutes les provinces, villes et villages où s’était constituée une Junte. On verra plus loin que la dimension et l’intensité des célébrations ont varié selon les régions.

27Sans doute, les années 1809 à 1811, marquées par d’importants succès – militaires et politiques – remportés par les Français, sont moins propices à des célébrations ferventes et consensuelles, et déjà se profilent deux autres « sommets commémoratifs » : 2010 pour la réunion des Cortès à la Isla de León et, surtout, 2012, pour la proclamation de la première Constitution. C’est ce qu’a annoncé, dans son éditorial, José A. Armillas, « Commissaire du Bicentenaire », dans la revue Los Sitios de Zaragoza :

Las conmemoraciones programadas para los años 2008 y 2009 sólo se pueden entender como el pórtico de una dilatada deuda con la memoria histórica que sitúa en el año 2012 la referencia de aquel gran acontecimiento para la historia de España que fue la Constitución de 1812, partida de nacimiento del liberalismo y génesis de la España contemporánea. La memoria obliga.

28Pour donner une idée de l’extraordinaire variété qu’ont revêtue les commémorations de 2008, je vais énumérer schématiquement leurs modalités, en commençant par les plus inattendues ou les plus « médiatisées » et en terminant par les plus « classiques », c’est-à-dire impliquant les spécialistes dans leur domaine respectif de compétence ou de curiosité :

  • À Saragosse, création d'« Un vin pour le Bicentenaire » : « Bajo el nombre de 'Defensor de Zaragoza' se comercializará el vino para el Bicentenario de los Sitios, un caldo que fue seleccionado por el prestigioso sumiller Jesús Solana, asesorado por el enólogo Jesús Navascuez, en presencia del alcalde de Zaragoza, Juan Alberto Belloch, y del propietario de Bodegas Añada, Rafael Díaz ».

  • Un petit livre de 82 pages sur La cocina y la Guerra de la Independencia. Peut-être avec un brin d’humour, dans son compte rendu de l’ouvrage, Alberto Gil Novales estime que « La cocina y la Guerra de la Independencia » figurará en las bibliografías del Bicentenario, no ya sólo por su temática, sino por ser expresión de un momento de la sensibilidad nacional ».

  • Les activités diverses d’associations, du genre « Asociación Cultural Los Sitios de Zaragoza » et « Asociación Histórico Cultural Voluntarios de Aragón »

  • Des parades, répondant au goût du public pour les armes et les uniformes

  • Des reconstitutions de batailles

  • Des séries télévisées

  • Des articles dans d’innombrables revues et journaux

  • Des DVD et des CD

  • Des romans historiques

  • Des ouvrages écrits par des profanes s’adressant au grand public

  • De nouvelles revues spécialisées

  • Des rééditions d’ études anciennes

  • Des expositions

  • Des congrès et colloques donnant lieu à la publication des actes

  • Des ouvrages écrits par des spécialistes « patentés ».

Les DVD et les CD

29On conviendra que cette rubrique est inattendue et, cependant, elle est pleinement dans le sujet. Quelques exemples suffiront à montrer l’originalité de l’approche, du moins quant aux techniques d’avant-garde mises en œuvre.

30Sous le patronage du Ministère de la Défense, le colonel J. J. Sañudo a publié, fruit d’une recherche étalée sur de nombreuses années, sa « Base de Datos sobre las Unidades militares en la Guerra de la Independencia española ».

31Placé sous l’égide des autorités de la Corogne et de l’ Association Historico-Culturelle « The Royal Green Jackets », le directeur de la « Música del Batallón del Cuartel General del Mando Regional Noroeste » a enregistré 16 airs dont deux directement en rapport avec la Guerre d’Indépendance, puisque l’un est intitulé « El sitio de Zaragoza » et, l’autre, « La Batalla de la Coruña ».

32Encore plus original est le « livre-disque » (librodisco), au format de DVD, intitulé Los Sitios de Zaragoza. Tarjetas postales y música. Exécutés par la « Banda y Música de la Guardia Real », les douze airs ont à voir avec l’Aragon (« jotas », « zarzuelas », « pasodobles ») et le dernier est directement en rapport avec le siège de Saragosse. José A. Armillas, « Commissaire du Bicentenaire des Sièges de Saragosse », auteur du texte de présentation, souligne l’originalité de cette incorporation des cartes postales éditées à l’occasion du premier centenaire de la Guerre d’Indépendance :

Las tarjetas postales ofrecen al recuerdo y a la nostalgia imágenes de una Zaragoza perdida, referencia común de nuestros próximos antepasados, umbral del desarrollo urbanístico de nuestra ciudad de la que la exposición Internacional de 2008 representa hoy el colofón más adecuado que requería esta ciudad para una conmemoración bicentenaria.

33Issus de son bel ouvrage et sous le même titre Guerra de la Independencia. Imágenes en cine y televisión, Jesús Maroto de las Heras a produit deux DVD. Il a opéré un choix entre les 60 films sélectionnés. Le premier DVD comprend 43 extraits de films et le second, 36. La durée totale de la projection atteint quatre heures et demie. Chaque fois que cela a été possible, la version espagnole et la version étrangère ont été jointes. En vue de procéder à des regroupements, l’auteur a retenu les thème suivants : « Le Dos de Mayo », « Les guérilleros », « Les événements de Bayonne », « Les atrocités et les représailles », « Les batailles, « Le siège de Saragosse », « Les entraînements », « Les tactiques », « La famine à Madrid » et « Les musiques ».

Les interventions dans la presse

34Dans près de dix publications au cours de l’année 2008, une douzaine d’historiens espagnols connus et un Anglais ont été interviewés, notamment à l’occasion de la publication de leur dernier ouvrage, ainsi objet d’une opportune opération de marketing. En a ainsi bénéficié, dans El Mundo, la biographie du roi Joseph Bonaparte par Manuel Moreno Alonso. Dans d’autres cas, c’est tout un article qui est publié, par exemple, dans Muy Historia, l’évocation des « afrancesados » par Lluis Roura. Dans l’Ideal de Granada, la parole est donnée, à deux reprises, à Francisco Luis Díaz Torrejón, qui, contribuant à la réhabilitation – quasiment généralisée en Espagne – du Roi Joseph, se prend à regretter que son règne n’ait été qu’« un espoir déçu ». Utilisant une autre formule, bien venue et prometteuse, El Cultural a invité plusieurs historiens connus à se prononcer sur des sujets qui alimentent la réflexion actuelle et, parfois, la controverse, notamment au sujet de l’émergence (quand et comment ?) de la « conscience nationale ». Occupe le premier rang en matière de controverse l’historien anglais Charles Esdaile qui, souvent à la limite de la provocation, n’est pas trop fâché – dirait-on – de se savoir impopulaire tant en Grande-Bretagne qu’en Espagne où il fait connaître, de façon souvent péremptoire, ses conclusions dérangeantes concernant la piètre guérilla, la manipulation de la plèbe par des leaders, l’absence de nationalisme entre 1808 et 1814 et, en particulier sous le franquisme, l’inacceptable tendance des historiens nationalistes à consolider le mythe d’une « croisade » anti-française.

Les expositions

35Plusieurs expositions, souvent d’une qualité et d’un intérêt remarquables, se sont tenues en Espagne et ont donné lieu à la publication de catalogues comportant des articles rédigés par d’éminents spécialistes. Méritent d’être cités :

  • La nación recobrada. La España de 1808 y Castilla y León (Salamanque, octobre-novembre 2008, et Valladolid, décembre 2008-février 2009).

  • La Zaragoza de los Sitios (Centro de Historia de Zaragoza, mai-octobre 2008). Le commissaire de l’exposition était l’académicien aragonais Wifredo Rincón García et le présentateur José A. Armillas aux yeux de qui l’exposition avait le mérite d’« activer l’exercice de la mémoire collective » et d’offrir « une leçon de citoyenneté, de lutte pour la liberté » et de solidarité humaine au moment où il s’agit de « cultiver l’Union Européenne ».

  • 1808-2008. Asturias a principios del siglo XIX : vida cotidiana, sociedad, cultura y guerra (Oviedo, août-septembre 2008). La présentation de l’exposition par la Présidente de la « Junta General del Principado de Asturias » donne le ton de quantité de discours qui ont été tenus dans d’autres villes et dans lesquels est signifié le refus du patriotisme outrancier, de la xénophobie et de la mythification abusive :

La exposición nos mostró que ni el rey impuesto José y sus colaboradores fueron tan intrusos y malévolos como la propaganda decía, ni el « deseado » rey Fernando respondió a las expectativas que los patriotas depositaron en él […]. Muchos de aquellos luchadores, cuando creían haber ganado, se dieron de bruces con una realidad distinta a la que habían soñado y tuvieron que buscar refugio en el exilio.

On aura noté au passage le regard bienveillant porté sur le roi Joseph et ses collaborateurs et, au contraire, le jugement sévère visant Ferdinand VII.

  • Ilustración y liberalismo, 1788-1814 (Palacio Real de Madrid, octobre 2008-janvier 2009). Aux côtés d’historiens espagnols éminents dont les écrits touchent aux domaines de la politique, du constitutionnalisme, de l’américanisme et des arts, figurent trois hispanistes français (J.-R. Aymes, J. Chastagnaret et G. Dufour). Cette exposition a été présentée par le ministre de la Culture à travers la « Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales ». Naturellement, dans sa présentation de l’exposition, le ministre n’a pas manqué de signaler l’importance qu’il attachait à « la naissance d’un projet politique, point de départ d’une Espagne qui abandonna la référence à l’Empire et qui essaie de trouver son futur dans son option en faveur du libéralisme ».

  • España, 1808-1814. La nación en armas (Centro Cultural de la Villa de Madrid, février-mai 2008). Cette fois-ci, mais toujours sous le patronage de la Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales, c’est le ministre de la Défense qui ouvre le catalogue et met l’accent sur le caractère international du conflit. De nouveau, aux côtés d’historiens espagnols et d’un Anglais (Ronald Fraser), tous très connus, apparaissent deux hispanistes français (J.-R. Aymes et G. Dufour).

  • Miradas sobre la Guerra de la Independencia (Biblioteca Nacional de Madrid, février-mai 2008). Hormis l’admirable présentation de « La guerra napoleónica » par José Álvarez Junco, l’exposition est centrée sur l’iconographie relative au conflit et, tout spécialement, sur la vision de Goya, étudiée par deux grands spécialistes : Nigel Glendinning et Valeriano Bozal.

  • Vivencia y memoria de la Guerra de la Independencia en la Fundación Lázaro Galdiano. Le catalogue, édité par la Sociedad Estatal de Conmemoraciones, comporte plusieurs articles écrits par des spécialistes de l’histoire de l’art, dont Jesusa Vega.

Les revues spécialisées et les numéros spéciaux de revues

36Impossible de dresser la liste, dont la longueur aurait été impressionnante, des revues nées à l’occasion du bicentenaire ou pré-existantes. On se bornera à une sélection, avec l’inconvénient de l’arbitraire attaché à ce genre d’opération :

37Anales del Instituto de Estudios Madrileños, tome XLVIII, numéro extraordinaire consacré au « Segundo centenario de 1808 ».

38Ejército, n° extra, novembre 2008.

39Revista de Historia Militar.

40Los Sitios de Zaragoza, Zaragoza, Publicaciones del Bicentenario.

41Cuadernos de Historia Moderna, Anejos VII, 2008, « Crisis política y deslegitimación de monarquías ». Ce numéro, coordonné par María Victoria López Cordón, comprend 12 articles. Quelques-uns concernent l’Italie et le Portugal. Pour l’Espagne, il s’agit du comportement des élites locales, du concept de « nation » et des projets libéraux de réforme de l’éducation.

42Trienio. Ilustración y liberalismo. En particulier, le n° 52, de novembre 2008, est consacré en grande partie à la Guerre d’Indépendance, abordée sous plusieurs angles par Armando Alberola Romá (nouvelle vision du Deux Mai madrilène), Francisco Luis Díaz Torrejón (bataille d’Osuna), Alberto Gil Novales (mémoire du Dos de Mayo) et Vittorio Scotti Douglas (les points de vue de la presse italienne), à quoi s’ajoutent de riches comptes rendus d’ouvrages relatifs au conflit.

43Un dossier intitulé « Bailén 1808-2008. La primera vez de Napoleón » , dans la revue Andalucía en la Historia (n° 21, juillet-septembre 2008). Les coordonnées, le déroulement et les suites de la bataille sont évoqués par Francisco Acosta Ramírez, Jean-René Aymes, Francisco Luis Díaz Torrejón, Denis Smith et Ricardo García Cárcel.

44Du n° 115 au n° 122, entre mai et décembre 2008, dans la revue Aventura de la Historia, la plupart des historiens cités antérieurement réapparaissent aux côtés, cette fois, de Jordi Canal, de José Gregorio Cayuela et de Manuel Espadas Burgos.

45Osuna Rey, Juan, A Guerra de Independencia en Galicia (Óstrego, Santiago de Compostela, 2008).

46Dans la Revista de Historia Jerónimo Zurita (Zaragoza, Institución « Fernando el Católico »/CSIC, n° 83, 2008), un numero spécial, coordonné par Pedro Rújula, est consacré en grande partie à des « Aproximaciones a la Guerra de la Independencia » et, plus précisément, à la guerre en Aragon, hormis le savant article dans lequel Richard Hocquellet étudiait les « Intermediarios de la modernidad. Compromiso y mediación política a comienzos de la revolución española ». Dans son prologue, P. Rújula déplore, à juste raison, des formes d’ankylose dans l’approche du conflit :

Buena parte de la historiografía sobre el tema ha manifestado insensibilidad hacia las corrientes de renovación que vienen afectando a la historia en los últimos lustres e, incluso, resistencia obstinada a superar las preocupaciones de índole bélica o a elevar el horizonte de los problemas objeto de estudio.

47Signe des temps présents marqués par l’invasion des documents sonores et iconographiques, les éditions Arlanza, associées à « Tranquilo Producciones », ont eu l’idée d’adjoindre un DVD à chacun des 12 fascicules où est abordée la Guerre d’Indépendance, et ce sous différents angles, tels que le règne de Joseph (Manuel Moreno Alonso), les Juntes (Antonio Moliner Prada), les guérilleros (Andrés Cassinello Pérez) et la Constitution de Cadix (Joaquín Varela Suanzes-Carpegna). Autant dire que la parole a été donnée à des spécialistes connus.

48Le simple titre Cuadernos del Bicentenario suffit à révéler l’origine de cette revue trimestrielle, née en juin 2007 et créée par le « Foro para el Estudio de la Historia Militar de España » (FEHME). Dans cette optique prédomine l’étude des batailles, des unités combattantes, des milices, des guérillas, sans que soit exclue toutefois l’étude des témoignages littéraires et des tableaux. La présentation de la revue, dans le n° 0, signale deux options idéologiques : il s’agit de restaurer l’image de l’armée régulière espagnole et de ne pas concourir à la promotion des provincialismes susceptibles d’alimenter des nationalismes suspects : « Hay que evitar la falsa mitificación de los nacionalismos locales que cultivan la imagen de unas juntas provinciales como si fueran el origen de las actuales Autonomías y el posible fermento de insalvables diferencias regionales ».

Les congrès et colloques

49Les innombrables rencontres qui se sont succédé au long de l’année 2008 ont eu des tailles, des finalités et des profils variés. Elles étaient placées, tantôt sous l’égide d’une université, tantôt sous celle d’autorités provinciales ou locales, ou encore de chercheurs groupés au sein de l’une des deux associations malheureusement rivales : la « Asociación para el Estudio de la Guerra de la Independencia » (la AEGI), présidée par Emilio de Diego, et le « Foro » (FEHME) mentionné plus haut, présidé par José María Espinosa de los Monteros et, antérieurement, par Jesús Maroto de las Heras.

50L’article de J.-P. Luis comporte, dans son Annexe II, un « Cuadro de los temas de los coloquios seleccionados ». Les premières rencontres remontent à 2004. Pour les années 2007-2008, elles sont au nombre de 21, dont quatre en France et une en Italie. Les sujets abordés se répartissent de la façon suivante : libéralisme, constitution de 1812 , État « joséphin » : 10 ; mythes et mémoire : 9 ; guerre et guérilla : 8 ; influence de la guerre en Europe : 8 ; propagande et presse : 6 ; crise politique en 1808 : 6 ; les acteurs : individus, élite et peuple : 5 ; liens avec l’Amérique : 5 ; études locales : 5 ; Aspects socio-économiques : 5 ; Sources : 3 ; Femmes :2. La vertu de ce classement est qu’il fait apparaître la légère prédominance de l’approche politique, centrée sur le libéralisme, alors que ce thème brillait par son absence dans les congrès des années 2004-2006. On repère aussi la forte « montée en puissance » de l’examen des processus et modalités de « mémorisation » du conflit et la – encore timide – émergence du thème des femmes confrontées à la guerre : voici une dizaine d’années, un congrès de cette nature était encore impensable… Rares sont les colloques n’abordant qu’un sujet, et relativement nombreux ceux qualifiables de « poli-thématiques », tels ceux de Pamplona/Tudela en 2007 et de Madrid, en mars 2008.

51S’est tenu à Grenade, en octobre 2008, un congrès consacré à « Guerra, ejército y Sociedad en el nacimiento de la España Contemporánea » et, plus précisément, centré sur le royaume de Grenade. Ce congrés était placé sous l’égide de l’Université de Grenade et du FEHME.

52Privilégiant, selon un critère discutable, la notoriété des intervenants, je ferai allusion au congrès international qui s’est tenu à Alicante, en mai 2008. Parmi les 20 communications, j’observe que – réalité nullement courante dans ce type de congrès – quatre d’entre elles se rapportaient aux « coûts sociaux et économiques » du conflit.

53Pour bien montrer que les commémorations enjambent déjà largement la limite chronologique de l’année 2008, je mentionnerai, pour finir, le « Quinto Congreso Internacional Doceañista » qui a eu lieu à Cadix, au début du mois de mars 2009. Sa marque identitaire « Liberty, Liberté, Libertad. De Filadelfia a Cádiz. El mundo hispánico en la era de las revoluciones occidentales » marque l’une des tendances historiographiques qui se dessinent : le libéralisme espagnol ne sera pas envisagé seulement dans le cadre étroit de Cadix et de l’Espagne :

Este Congreso aspira a investigar la naturaleza de las revoluciones hispánicas en el contexto mundial en que nacieron, sin prejuzgar su carácter mimético o fallido, su proximidad o su lejanía a otros modelos.

Les publications de documents et les rééditions d’ouvrages anciens

54Les futurs chercheurs trouveront utile de pouvoir disposer, grâce à une réédition, de l’Índice bibliográfico de la colección del Fraile que Ana María Freire avait publié en 1993 et qui recense un millier de textes divers : décrets, gazettes, sermons, proclamations, chansons, poésies… L’ouvrage est justement présenté comme offrant « un vaste panorama ouvert sur les manifestations de la vie culturelle, politique et religieuse, des Espagnols durant la guerre ».

55En marge de l’accès, rendu possible par Internet, à des journaux de l’époque, plusieurs chercheurs ont publié, soit des documents de l’époque, soit des répertoires de documents susceptibles d’être étudiés. Ainsi, sous la forme de « carpetas », elles-mêmes divisées en fascicules, Juan Soriano Izquierdo a publié, en 2007 et 2008, des Documentos para el bicentenario. Baylén 1808-2008, relatifs à ladite bataille. Plusieurs dizaines de textes divers, rarement utilisés et parfois demeurés inédits, sont offerts à la curiosité des chercheurs qui trouveront là des récits détaillés de la bataille, souvent quasiment contemporains de l’événement, et parfois enrichis de gravures.

56À Oviedo, sous l’égide de la « Junta General del Principado de Asturias », Josefina Velasco Rozado a dirigé, en 2008, la publication des Papeles de la Guerra de la Independencia , 1 (1808-1810) : De la constitución de la Junta Central a la Convocatoria de las Cortes. Il s’agit concrètement des « Libros del Archivo Histórico de Asturias. Fondo General 46 y 47 ». Ces documents ne concernent pas seulement les Asturies ; en réalité, la majorité d’entre eux sont des décrets royaux, des règlements et des instructions émanant des hautes autorités sévillanes.

57Une publication du « Ministerio de Defensa » rend accessibles, en 2008, les Fondos documentales de la Guerra de la Independencia en la Colección General de documentos y su apéndice (Colección Cardénas-Mexía) del Archivo General Militar de Madrid.

58Très récent est l’ouvrage longuement préparé par Alberto Gil Novales, Prensa, guerra y revolución. Los periódicos durante la Guerra de la Independencia. L’ouvrage vaut par la quantité impressionnante des références au nombre de 652 et aussi par la présentation éclairante, obligatoirement sommaire, de quelques-uns des périodiques répertoriés.

59Chez le même éditeur d’Aranjuez (« Doce Calles »), Marta Ruiz Jiménez a transcrit, en 2008, les résultats des débats ouverts au sein de la Commission de Guerre : La Comisión de Guerra en las Cortes de Cádiz (1810-1813). Repertorio documental. Enfin, tout récemment, – et, cette fois, le travail est heureusement accompagné d’une utile introduction, avec présentation des documents – M. Ruiz Jiménez livre aux chercheurs un matériau peu connu, sous le titre de Para una reconstrucción de las Cortes de Cádiz : los papeles del gobierno interior del archivo del Congreso de diputados.

60En ce qui concerne les témoignages personnels, on trouve, sous forme de rééditions en 2007, 2008 et 2009, trois types d’auteurs : des hommes politiques illustres, des hommes de lettres, des témoins peu connus des événements, et des Français, ainsi qu’un Polonais ayant servi dans l’armée impériale :

  • Palafox y Melci, José de, Memorias (édition de Herminio Lafoz Rabaza), Zaragoza, Comuniter, 2007.

  • Fée Antoine Laurent Apollinaire, Recuerdos de la guerra de España, llamada de la Independencia, 1809-1813 (édition de Jesús Navarro Villalba), Madrid, Ministerio de Defensa, 2007.

  • Blaze, Sébastien, Un boticario francés en la guerra de España (1808-1814) : memorias de guerra (édition de Máximo Higuera Molero), Madrid, Trifaldi, 2008.

  • Casamayor, Faustino, Zaragoza, 1808-1809 (édition de Pedro Rújula), Zaragoza, Comuniter/Institución « Fernando el Católico », 2008.

  • Capmany, Antonio de, Centinela contra franceses (édition de Jesús Laínz), Madrid, Encuentro, 2008 et réédition à Madrid, par le Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2008 (édition de Françoise Étienvre).

  • Godoy, Manuel, Manuel Godoy (édition de Emilio La Parra et de Elisabel Larriba), Alicante, Publicaciones de la Universidad de Alicante, 2008.

  • Rocca, Albert, Mémoires sur la guerre des Français en Espagne (préface de Christophe Bourachot), Monein, Editions PyréMonde, 2008.

  • Suchet, Louis-Gabriel, Memorias del mariscal Suchet, duque de la Albufera, sobre sus campañas en España, desde 1808 hasta 1814, escritas por él mismo (édition de Pedro Rújula), Zaragoza, Institución Fernando el Católico, 2008.

  • Lejeune (general), Los Sitios de Zaragoza… (édition de Pedro Rújula), Zaragoza, Institución « Fernando el Católico », 2009.

  • Reinoso, Félix, Examen de los delitos de infidelidad (…) (prologue de Manuel Moreno Alonso) Sevilla, Alfar, 2009.

  • Wojciechowski, Kajetan, Mis memorias de España (édition de Jan Stanislaw Ciechanowski, Cristina González Caizán, et alii), Madrid, Ministerio de Defensa, 2009.

61Le romancier Arturo Pérez Reverte, sur son site officiel, baptisé « El Capitán Alatriste », souligne l’intérêt d’un ouvrage publié par Alfaguara en 2008, intitulé Memorias del 2 de mayo. Le lieutenant-colonel José Manuel Guerrero Acosta a réuni les témoignages de personnes qui ont vécu en direct les événements madrilènes ; A. Pérez Reverte cite :

El comandante Vantal de Carrère, cuyas memorias no habían sido publicadas en España ; el general Marbot ; el barón Jean-Baptiste Grivel ; liberales españoles como el conde de Toreno, José María Blanco-White, Antonio Alcalá Galiano y el militar y escritor José Mor de Fuentes ; el maestro del costumbrismo romántico Ramón de Mesonero Romanos ; militares españoles que no pudieron intervenir porque tenán órdenes de no actuar, como Manuel María Esquivel ; otros que sí participaron como José Navarro Falcón y Rafael de Arango ; y el cerrajero Blas Molina Soriano, ferviente seguidor de Fernando VII, que fue uno de los instigadores del comienzo de la insurrección y responsable de la primera víctima francesa.

62Parmi les rééditions d’études anciennes, figure au premier rang l’histoire de la Guerre d’Indépendance, très lue et appréciée au long du xixe siècle et jusqu’à nos jours, qui est celle du comte de Toreno. Cet ouvrage n’existait que dans la vieille édition de la B.A.E., très peu maniable. La Historia del levantamiento, guerra y revolución de España (Pamplona, Urgoiti editores, 2008) est enfin accessible et enrichie d’un prologue de Richard Hocquellet. La même maison d’édition de Pampelune a demandé à Alberto Gil Novales un prologue pour un texte bref, peu connu, du même Toreno : la Noticia de los principales sucesos del gobierno de España (1808-1814).

63En 1930, André Fugier avait publié, à Paris, les résultats d’une recherche approfondie, encore tenue pour insurpassable. L’ouvrage, épuisé en France, vient d’être traduit en espagnol et présenté par Emilio La Parra. Il s’agit de Napoleón y España, 1799-1808 (Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2008).

64Les études, souvent pionnières, de Miguel Artola, conservent leur prestige. Rééditées par Alianza, elles ont enregistré un énorme succès commercial, puisque La Guerra de la Independencia (Pozuelo de Alarcón, Espasa, 2008) a occupé la deuxième place parmi les livres d’Histoire les plus vendus en juin 2008. Le livre consacré à Los afrancesados (Madrid, Alianza Editorial, 2008) a occupé le quatrième rang, à la même époque.

65Je vais pécher par immodestie en signalant que ma synthèse sur La guerra de la Independencia en España (1808-1814) (Madrid, Siglo XXI), publiée pour la première fois en Espagne en 1975, a atteint une sixième édition en avril 2008.

Les études d’ensemble et les brèves synthèses

66La profusion des présentations panoramiques du conflit, propre à l’année 2007, révèle que les maisons d’édition, de connivence avec les auteurs, se sont lancées dans une course contre la montre au point que, à première vue, ces études d’ensemble ont été plus nombreuses en 2007 qu’en 2008. Bien que plusieurs de ces études soient fondamentalement ou partiellement novatrices, on se bornera ici à les mentionner et à renvoyer aux commentaires pertinents que G. Butrón Prida et J. Saldaña proposent, pour quelques-unes d’entre elles, dans leur article publié dans les Mélanges de la Casa de Velázquez :

  • Fontana, Josep et Villares, Ramón (eds.), vol. 6 « La época del liberalismo », dans la Historia de España, Barcelona-Madrid, Crítica-Marcial Pons, 2007.

  • García Cárcel, Ricardo, El sueño de la nación indomable. Los mitos de la Guerra de la Independencia, Madrid, Temas de Hoy, 2007.

  • Martínez Ruiz, Enrique, La Guerra de la Independencia (1808-1814). Claves españolas en una crisis europea, Madrid, Sílex, 2007.

  • Moliner Prada, Antonio (ed.), La Guerra de la Independencia en España (1808-1814), Alella, Nabla ediciones, 2007. À cet ouvrage collectif ont apporté leur contribution une quinzaine d’historiens espagnols, en général renommés.

67Ne les ayant pas lus, je m’abstiens de tout commentaire au sujet du livre de Francisco Núñez Roldán, La guerra del gabacho, 1808-1814 (Barcelona, Ediciones B, 2008) et du livre de César Vidal España contra el invasor francés (Barcelona, Península, 2008). Dans les deux cas, les titres ne sont pas spécialement engageants…

68Naturellement, mais pour une raison bien différente, je m’abstiens de porter un jugement de valeur sur mon propre livre dont le titre paraîtra assez explicite : Héroes, villanos y víctimas (Lleida, Editorial Milenio, 2008). Toutefois, ce que ne dit pas le titre, c’est qu’une plus large place est faite aux individus immoraux, lâches, barbares… qu’aux personnages admirables. En d’autres termes, la vision du conflit est plutôt « démythifiante ».

69L’ouvrage de Juan Priego López, Cómo fue la Guerra de la Independencia (Madrid, Editorial San Martín, 2008) est centré sur les événements militaires.

70Le livre d’Emilio de Diego, España, el infierno de Napoleón, una historia de la Guerra de la Independencia (Madrid, La Esfera de los Libros, 2008) est présenté de la façon suivante – flatteuse – dans La Aventura de la Historia : « La primera gran historia militar de la Guerra de la Independencia, en forma de crónica amena y rigurosa, que ofrece claves para comprender todos los detalles del conflicto ».

71Richard Hocquellet, dans Resistencia y revolución durante la Guerra de la Independencia : del levantamiento patriótico a la soberanía nacional (Prensas Universitarias de Zaragoza, 2008), se détournant des habituelles généralités, s’appuyait sur des données précises pour avancer des idées pénétrantes concernant la guérilla et les juntes.

72Je tiens à faire état de deux ouvrages également remarquables, collectifs et abordant le conflit sous des angles divers. L’un, coordonné par José Cayuela et José Ángel Gallego, est intitulé La Guerra de la Independencia. Historia bélica, pueblo y nación en España (Ediciones Universidad de Salamanca, 2008). L’autre, coordonné par Francisco Miranda Rubio, intitulé Guerra, sociedad y política (1808-1814) (Pamplona, Universidad Pública de Navarra, 2008), recueille, en deux volumes, les actes d’un Congrès auquel ont participé, à Pampelune et à Tudela, plus de 50 historiens appartenant à près de 30 universités espagnoles et étrangères. Comme dans l’ouvrage précédent, celui-ci aborde les principaux aspects du conflit, c’est-à-dire les composantes, militaires, politiques, sociales et culturelles, tout comme l’imaginaire.

73J’en viens aux publications de 2009 :

74Francisco Acosta Ramírez et Marta Ruiz Jiménez sont les coordinateurs de Baylen 1808-2008. Actas del congreso internacional « Baylen 1808-2008 ». Bailén : su impacto en la nueva Europa del siglo xix y su proyección en el futuro (Excmo. Ayto. de Bailén/Universidad de Jaén, 2009. Près de 30 intervenants de plusieurs nationalités, auteurs de « ponencias » ou de simples « comunicaciones », ont abordé le conflit sous des angles très divers : batailles (et pas seulement celle de Bailén), participation des soldats étrangers, échos du conflit en Europe, influence de la Révolution française, intervention de l’Eglise, opinion publique en France…

75Federico Martínez Roda, en tant que directeur du congrès, a publié les Actas del Congreso internacional sobre la Guerra de la Independencia y los cambios institucionales. Ici aussi, près de 30 intervenants, soit s’en tiennent à des thème locaux, soit s’élèvent à des considérations plus ambitieuses sur les aspects politiques et internationaux du conflit.

76À peine vieux de quelques mois, mon dernier ouvrage, intitulé La Guerra de la Independencia (1808-1814) : calas y ensayos (Aranjuez, Doce Calles ; Madrid, C.S.I.C., 2009) comporte une préface d’Alberto Gil Novales. Il n’est rien d’autre que le regroupement de 21 articles écrits en français ou en espagnol, au long de plusieurs décennies, le premier remontant à 1977.

Études régionales et locales

77La publication de ce genre d’études n’est pas chose nouvelle : sous le franquisme, l’approche « localiste » était encouragée, dans la mesure où elle ne battait pas en brèche l’idée que l’Espagne tout entière et les Espagnols unanimes s’étaient dressés contre les envahisseurs français. En revanche, il n’était pas bien venu de montrer que la Catalogne, les Asturies ou le Pays Basque avaient fait cavalier seul. Tout près de nous, les auteurs – historiens qualifiés, érudits locaux ou amateurs éclairés – n’ont pas attendu 2008 pour évoquer les habitants de leur province ou de leur grande ville ou de leur bourgade confrontés à la guerre. La liste de ces publications serait extrêmement longue ; aussi me bornerai-je, d’une part, à mettre en valeur quelques riches études régionales, d’autre part, à mentionner pauvrement – avec, fatalement, des lacunes dont j’assume la responsabilité – les villes ayant fait l’objet de ces enquêtes ou récits.

78Dans le cadre des études régionales, l’absence de la Catalogne pourra surprendre. En réalité, il faut savoir que l’ouvrage d’Antoni Moliner Prada, Catalunya contra Napoleó. La Guerra del Francés, 1808-1814 (Lleida, Pagès editor, publié en 2007), en est à sa deuxième édition en 2008, signe du bon accueil fait à une étude qui apporte du nouveau notamment sur plusieurs « juntes coregimentals ».

79Jean-Marc Lafon est l’auteur de L’Andalousie de Napoléon. Contre-insurrection, collaboration et résistance dans le midi de l’Espagne (1808-1812), Paris, Nouveau Monde Edition/Fondation Napoléon, 2007. Comme le souligne à juste raison le préfacier de l’ouvrage (Jules Maurin, directeur de la thèse de doctorat soutenue en 2004), l’auteur « a mis au service d’une problématique originale des données inédites obtenues grâce à un examen minutieux et pénétrant des sources archivistiques nombreuses ».

80Ce que ne dit pas le titre de l’ouvrage écrit par Francisco Luis Díaz Torrejón, José Napoleón I en el sur de España. Un viaje regio por Andalucía (enero-mayo 1810) (Córdoba, Publicaciones Obra Social y Cultural CajaSur, 2008), c’est que l’auteur de cette étude érudite et innovante ne se borne pas à décrire le périple du Roi, mais qu’il nous fait visiter toute l’Andalousie confrontée à la guerre, car, dans le même temps, les occupants français découvraient cette terre exotique, ses paysages impressionnants et ses monuments fameux.

81Signalons aussi :

  • Le n° 3, de juin 2008, des Cuadernos del Bicentenario publiés par le Foro (…) est entièrement consacré à l’Estrémadoure, puisqu’y sont publiés les « Actas del IV Foro Internacional sobre la Guerra de la Independencia. Extremadura : la clave de la Guerra de la Independencia » (Badajoz, 15-17 octubre 2007).

  • Almuiña, Celso, La nación recobrada : la España de 1808 y Castilla y León, Valladolid, Junta de Castilla y León, 2008.

  • Cuenca Toribio José, Manuel, Andalucía en la Guerra de la Independencia (1808-1814), Córdoba, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Córdoba, 2009.

  • Gil Novales, Alberto, El Alto Aragón en la Guerra de la Independencia (Colección de Estudios Altoaragoneses, Huesca, 2008.

  • Moreno Alonso, Manuel, La provincia de Sevilla en la Guerra de la Independencia, Sevilla, Actas e Investigadores locales, 2008.

  • Osuna Rey, Juan, A Guerra de Independencia en Galicia, Santiago de Compostela, Óstrego, 2008.

  • Palacio Ramos, Rafael (coord.), La Guerra de la Independencia en Cantabria, Santoña, « Monte Buciero » 13, Ayuntamiento / Comisión de Cultura / Casa de Cultura de Santoña, 2008.

82Le classement des études locales est alphabétique par nom de lieu, suivi du nom de l’auteur, et l’on fait l’économie des références éditoriales :

  • Badajoz (M. Rodríguez Cancho et A. González Rodríguez) ; Burgo de Osma (J.C. Gómez Urdáñez) ; Don Benito, (J.A. Ruiz Rodríguez) ; Cádiz (A. de Castro) (réédition) y (J. Aragón Gómez) ; Campo de Montiel (J. Jiménez Ballesta) ; Celrà (A. Rossell Ferrer) ; Chiclana ( J. Aragón Gómez) ; Cinco Villas (R. Gurrao Larrañaga) ; Cuenca (M. Amores Torrijos) ; Girona (G. Barrosell) ; Jorquera (J. M. Almendros Toledo) ; Lebrija (F. Cortines Murube) ; León (F. Carantoña Álvarez) ; Linares (M. Rodríguez Arévalo) ; Lleida (A. Sánchez Carcelén) ; Madrid (F. Martínez Canales) ; Meliana (F.A. Cardells Martí) ; Móstoles (F. Mendoza Ponce) ; Plasencia (F. Flórez del Manzano) ; Sueca (L.M. Rosado Calatayud) ; Tarazona (J. Vallejo Zamora) ; Valencia (M.P. Hernando Serra et J. Vidal) ; Villacañas (A. Novillo Prisuelos).

Les campagnes, batailles, sièges de villes et soulèvements

83Dans le cadre des études locales et sous la forme, soit de livres, soit d’articles de revues, la plupart de ces épisodes, étudiés de longue date, ont donné lieu récemment à des publications souvent accompagnées – chose nouvelle – d’illustrations et de cartes qui permettent d’appréhender ces réalités plus facilement qu’à travers des exposés parfois arides pour les profanes.

Le soulèvement d’Aranjuez (18 mars 1808)

84On peut signaler :

  • Ortiz Córdoba, Ángel, Amados vasallos míos. Los hombres del motín, Aranjuez, Doce Calles, 2008.

  • Lindo Martínez, José Luis, « El Motín de Aranjuez, inicio de la Guerra de la Independencia. Un acontecimiento histórico falseado », en González Rodríguez, Alberto (coord.), Badajoz en la Guerra de la Independencia, Servicio de Publicaciones del Excmo. Ayuntamiento de Badajoz, 2009, p. 101-142.

Le Deux Mai 1808 à Madrid

85Le soulèvement madrilène du « Dos de Mayo » est un sujet inépuisable qui, comme de juste, a été abondamment traité dans la capitale, mais pas là seulement. On se bornera à quelques mentions :

  • García Fuertes, Arsenio, Dos de mayo de 1808, el grito de una nación, Barcelona, Inédita/Madrid histórico, 2008.

  • Vila Santiago, Francisco, Dos días de mayo : un pueblo contra un Imperio, La Coruña, Arenas, 2008.

  • Guerrero Acosta, José Manuel, « ¿Qué pasó en la defensa del Parque de Monteleón ? », Revista de Historia Militar, año LII, n° 104, marzo 2009, p. 139-173.

86Encore que l’épisode madrilène et l’épisode valencien ne soient ni concomitants ni obligatoirement en relation directe l’un avec l’autre, mérite d’être signalé, en raison de son caractère inédit, fouillé et un peu dérangeant pour les Espagnols « patrioteros », le tout récent article de Jean-Marc Lafon », Le progrom antifrançais de Valence, 5-6 juin 1808 », in F. Rousseau et B. Schmidt (dir.), Les dérapages de la guerre, du xvie siècle à nos jours, Hambourg, Dobu Verlag, 2009, p. 85-96.

La bataille de Bailen

87Cette bataille (22 juillet 1808) est l’événement, faste pour les Espagnols, le plus volontiers célébré et étudié.

88Sous l’égide de l’Université de Jaén, autour de Francisco Acosta Ramírez, et de la mairie de Baylen, se sont tenus, dans cette petite ville, plusieurs colloques à partir de 1999, qui ont donné lieu à la publication des actes. Des « Septièmes Journées » est issu, en 2008, un ouvrage collectif intitulé Bailén a la puerta del bicentenario : revisión y nuevas aportaciones . On retrouve là les signatures de spécialistes connus : A. Gil Novales, J.-M. Lafon, R. Fraser, J. J. Sañudo Bayón, etc.

89Sur Bailen, l’un des ouvrages importants, parmi les nouveautés, est celui de Manuel Moreno Alonso, La batalla de Bailén, surgimiento de una nación (Sílex, Madrid, 2008). Gabriel Cardena, dans son compte rendu paru dans la revue La Aventura de la Historia, fait observer que, pour l’auteur, « l’Histoire de l’Espagne est marquée par deux dates significatives : 1492 et 1808 ». Malgré tout, et peut-être en contradiction avec cet énoncé surprenant, l’auteur s’est défendu de présenter une version épique de la bataille.

90Curieusement – mais ce n’est pas là un reproche –, le récent ouvrage intitulé Baylén 1808-2008…, (Excmo.Ayto.de Bailén/Universidad de Jaén) ne concerne que par la bande la fameuse bataille, à travers deux articles relatifs au mythe (R. García Cárcel) et à la musique s’y rapportant (J. P. Pacheco Torres).

Autres batailles

91Soit depuis longtemps, soit au cours des premières années du xxie siècle, ont été étudiées à fond quantité de batailles, outre celle de Baylen. Il s’agit là, notamment, de Ocaña, La Albuera, Medina de Río Seco, los Arapiles, San Marcial.

92En 2008 sont venues s’ajouter les évocations suivantes (liste incomplète) :

  • Aragón, Luis ; Sañudo, Juan José, El combate de Aranjuez (5 agosto 1809), Ayuntamiento de Aranjuez, 2008.

  • José Gregorio Cayuela Fernández a préparé sur la bataille de Talavera un dossier de conception originale, avec la reproduction d’une carte, d’un texte d’Abel Hugo et des documents publiés lors de la commémoration de la bataille en juillet 1909 : La Guerra de la Independencia. Bicentenario de la batalla de Talavera0 Centro de Estudios de Castilla-La Mancha, Documentos/06, 2008.

  • Corretjer, Xavier, La batalla de Cardedeu, X. Cardedeu, Corretjer, 2008.

  • Díaz Torrejón, Francisco Luis, « Guerra y oportunismo bélico en la Andalucía napoleónica : el general Ballesteros y la sorpresa de Osuna (24 julio 1812) », Trienio, n° 52, noviembre 2008, p. 31-54.

  • Hernández Cardona, Francesc Xavier, Batalla de Cardedeu, 1808 : 200 anys de la Guerra del Francés, 1808-2008, Cardedeu, Museo Arxiu Tomàs Balvey, 2008.

  • Larreina Escudero, Emilio, La batalla de Vitoria en 1813. El fin de la aventura, Madrid, Almena Ediciones, 2009.

  • Miranda, Francisco, « Tudela, la vanguardia de Zaragoza », revue Los Sitios de Zaragoza, n° 8, enero 2008, p. 16-19.

  • Pigeard, Alain, « Batailles de Espinosa, Gamonal, Tudela, Benavente, Almaraz, Uclés et La Corogne », dans la revue Gloire et Empire, n° 19, juillet-août 2008.

  • Sañudo Bayón, Juan José ; Stampa Piñeiro, Leopoldo ; Arcón Domínguez, José Luis, Batallas campales de 1808. Primera campaña de 1808, Madrid, Simtac, 2008.

Les sièges de Saragosse

93Les deux sièges de la capitale aragonaise et, au-delà, la vie des habitants pendant l’occupation française alimentent, en abondance et par le détail, les numéros successifs de la revue Los Sitios de Zaragoza.

94De plus, sous le titre de La Zaragoza de los Sitios, Wifredo Rincón García consacre près de 80 pages au récit des sièges, suivi d’un catalogue comportant un grand nombre de gravures, notamment de Juan Gálvez, de Fernando Brambila et du français Bacler d’Albe, ainsi que des plans de la ville assiégée et des principaux monuments.

95Pedro Rújula, l’un des grands connaisseurs de la ville assiégée, vient de délaisser les épisodes militaires pour s’intéresser aux enjeux politiques et de pouvoir dans son article « Lucha por el poder y resistencia en la Zaragoza de 1808 », publié dans la Revista de Historia Jerónimo Zurita, n° 83, 2008, p. 29-44.

Le siège de Gérone

96Consacré au siège de Gérone, le bref article d’Antonio Moliner Prada, intitulé « Los sitios de Girona como paradigma de la resistencia catalana en la Guerra del francés », revue Alcores, n° 5, 2008, p. 135-155, touche en effet aux notions suivantes, énumérées dans la liste des mots clés : « resistencia », « héroe », « mito », memoria », « ciudad » , « nacionalismo », « centenario ».

Les armées régulières

L’armée portugaise

97On peut signaler :

  • Correia Barrento de Lemos Pires, Nuno, « De la Guerra de Portugal a la Guerra Peninsular », dans le catalogue La Guerra de la Independencia (1808-1814). El pueblo español, su ejército y sus aliados frente a la ocupación napoleónica, Madrid, Ministerio de Defensa, 2007, p. 275-297.

  • Teotónio Banha, A Legiao Portuguesa ao Serviço de Napoleao, Introduçao de António Ventura, Lisboa, Centro de História da Universidade de Lisboa, 2007.

  • Quatre articles ont trait à la guerre au Portugal dans l’ouvrage collectif, très récent, coordonné par Carlos Guardado de Silva, consacré à A Guerra Peninsular, Cámara Municipal de Torres Vedras/Universidade de Lisboa/Ediçoes Colibri, 2009.

L’armée anglaise

98Après avoir rappelé que Charles Esdaile a publié, voici plusieurs années, quantité d’articles se rapportant aux hauts responsables et aux soldats britanniques, on se contentera de signaler l’un de ses derniers articles, qui figure dans le catalogue mentionné plus haut, publié par le Ministère de la Défense espagnol, en 2007, p. 299-321.

L’armée française

99Lorblanchès, Jean-Claude, dans Les soldats de Napoléon en Espagne et au Portugal, 1807-1814 (Paris, L’Harmattan, 2007), livre des aperçus sur des batailles, sur la vie des soldats et le fonctionnement de l’armée impériale. L’auteur a surtout utilisé les mémoires des acteurs français. De là, malgré l’abondance et l’intérêt de ces sources, une vision excessivement unilatérale.

100Malye, François, grand reporter, dans Napoléon et la folie espagnole, (Paris, Tallandier, 2007), a procédé de façon similaire et propose une série de petites biographies ou , plus exactement, d’évocations du comportement des maréchaux Soult et Masséna, et des généraux Dupont, Junot et Hugo.

101Quant à l’article de Jean-René Aymes, « Los Ejércitos Napoleónicos en la Guerra de la Independencia », il n’a d’autre mérite que d’offrir une brève synthèse plus centrée sur le comportement des troupes que sur leur composition et leur localisation (dans le catalogue mentionné plus haut, p. 257-273).

102Tout récent est l’article de Pierre Juhel, « Napoléon et la logistique des armées françaises d’Espagne », paru dans les Actas del Congreso Internacional sobre la Guerra de la Independencia y los cambios institucionales, Valencia, Generalitat Valenciana, 2009, p. 105-121.

L’armée espagnole

103Les spécialistes dans ce domaine, qui sont souvent des militaires de grade élevé, ne manquent pas en Espagne et plusieurs d’entre eux apportent du neuf, alors que le sujet, largement abordé sous le franquisme, pouvait apparaître « saturé » par les nombreux écrits antérieurs. Il faut donc admettre, avec Arsenio García Fuertes, que, « encore aujourd’hui, l’armée espagnole ne cesse d’être l’une des grandes oubliées de l’histoire militaire des guerres napoléoniennes, et ce pour plusieurs raisons » : l’auteur voit là l’effet, d’une part, d’un anti-militarisme persistant au sein d’une fraction de la société espagnole et des élites universitaires et, d’autre part, de la vision libérale et romantique qui donne la préférence au « peuple en armes » plutôt qu’à l’armée régulière.

104Le long article de A. García Fuertes qui a paru dans La Guerra en Cantabria (Santoña, Monte Buciero 13, 2008, p. 101-166), est intitulé « El ejército español en campaña en los comienzos de la Guerra de la Independencia, 1808-1809 ».

105Dans la bibliographie de cet article, le nom de Juan José Sañudo Bayón ne figure pas moins de huit fois, pour des articles s’échelonnant entre 1989 et 2007. On est en présence, effectivement, de l’un des meilleurs connaisseurs actuels de la composition des unités ayant participé à la guerre. A la ténacité et minutie de J.J. Sañudo Bayón on doit la réalisation, sous le forme d’un CD – mentionné antérieurement –, de la « Base de datos sobre las Unidades Militares en la Guerra de la Independencia ». L’auteur peut se targuer de disposer de la bagatelle de 65.500 fiches.

106Le même auteur a évoqué « el Ejército español y la táctica militar » dans le catalogue La Guerra de la Independencia. El pueblo español, su ejército y sus aliados frente a la ocupación napoleónica, Madrid, Ministerio de Defensa, 2007, p. 151-165.

107Dans ce catalogue, l’armée espagnole est également évoquée à travers la conduite des opérations (Miguel Alonso Baquer), l’artillerie (Carlos Medina Ávila), le service d’information (Andrés Cassinello Pérez), les uniformes (Vicente Alonso Juanola), les drapeaux (Luis Sorando Muzás) et la musique militaire (Antonio Mena Calvo).

108On avait déjà relevé le nom du lieutenant-général Cassinello Pérez, associé à l’article sur « El primer ejército », paru dans l’ouvrage collectif Ocupació i resistencia a la guerra del Francés, 1808-1814, Barcelona, 2007, Museo d’História de Catalunya, etc., p. 393-407.

109Parmi les nombreux congrès qui se sont déroulés en 2008, celui qui a fait la part la plus belle à l’armée régulière, aux côtés de la guérilla, pourrait bien avoir été celui qui s’est tenu à Grenade, en octobre 2008, organisé, entre autres, par le FEHME. Dans sa présentation, il était dit, en effet, que « de la Guerre naît un nouveau modèle d’armée, adapté à une nouvelle société qui prétend se gouverner par des principes politiques rompant avec l’absolutisme ». Les trois communications relevant de la « première session » envisageaient « La Guerre comme moteur du changement : la difficile transition de l’armée royale à l’armée nationale » ; deux autres communications concernaient la nouvelle figure du militaire professionnel.

Les milices

110Sans doute parce qu’elles impliquent la population civile et que leurs rapports avec les autorités militaires et civiles ne sont pas toujours harmonieux, les milices, tant les patriotiques que les « joséphines », ont donné lieu à des études approfondies, notamment autour des années 1980. Tout récemment, Martín Turrado Vidal a proposé une claire synthèse dans son article « Las milicias durante la la Guerra de la Independencia », dans les Cuadernos del Bicentenario, n° 5, avril 2009, p. 67-98.

111Les milices, les unes patriotiques, les autres relevant du roi Joseph ou obéissant aux militaires napoléoniens, sont souvent entrevues dans des études locales, concernant en particulier l’Andalousie. D’où les références aux « gardes civiques », « compagnies franches » et « guides » dans l’ouvrage de Jean-Marc Lafon, L’Andalousie et Napoléon …, Paris, Nouveau Monde Editions/Fondation Napoléon, 2007. On trouve également des allusions aux « Milices Civiques » dans plusieurs villes andalouses évoquées par Francisco Luis Díaz Torrejón dans José Napoleón I en el sur de España …, (Córdoba, Publicaciones Obra Social y Cultural CajaSur, 2008), où l’on peut lire (p. 103) :

La Milicia Cívica es un instituto de naturaleza paramilitar que nutre sus filas de los vecindarios y están llamados a alinearse en ellas todos los propietarios y sus hijos, así como los profesionales de oficios conocidos, con edades comprendidas entre los 17 y 50 años y acreditada conducta.

La guérilla

112Très tôt, au nord des Pyrénées, dans des rapports adressés à Paris par les généraux napoléoniens, puis dans les mémoires des acteurs, la guérilla a été considérée comme une composante majeure et inédite du conflit jugé, selon les cas, admirable ou odieux. Très tôt aussi, au sud des Pyrénées, la guérilla a été magnifiée, voire mythifiée, dans la mesure où l’on en faisait l’expression du « peuple en armes ». Cette interprétation a prédominé sous le franquisme et continue à avoir cours.

113On passera vite sur deux ouvrages qui empruntent plus aux idées reçues qu’ils n’apportent des idées nouvelles :

  • Abella, Rafael ; Nart, Javier, Guerrilleros. El pueblo español en armas contra Napoleón, 1808-1814, Madrid, Temas de Hoy, 2007.

  • Martínez Laínez, Fernando, Como los lobos hambrientos. Los guerrilleros en la Guerra de la Independencia, Madrid, Algaba, 2007.

114Au long des années 2007 et 2008, ont fleuri des articles mettant en scène des « cabecillas » plus ou moins connus. On trouve là des livres, des chapitres de livres, des articles et les textes de communications présentées lors de congrès et colloques. Tantôt, il s’agit de biographies de chefs de bandes, tantôt de l’action de telle ou telle « partida » :

  • Ortuño Martínez, Manuel, Vida de Mina, guerrillero, liberal, insurgente, Madrid, Trama editorial, 2008, p. 38-50. Le titre de cette étude richement documentée est suffisamment explicite pour faire comprendre que le personnage, admiré par son biographe, est surtout présenté comme un champion du libéralisme et de l’indépendance, à la fois, de l’Espagne asservie par Napoléon et de l’Amérique hispanique, jusque-là victime de l’absolutisme triomphant dans la métropole.

  • Gil Novales, Alberto, chapitres « Guerrilla y contraguerrilla » et « La guerrilla en el Alto Aragón » , dans El Alto Aragón en la guerra de la Independencia. De Lastanosa a Félix de Azara, Huesca, Colección de Estudios Altoaragoneses n° 7, 2008, p. 83-146.

  • Pardo de Santayana, José, Historia de una guerrilla. Francisco de Longa, de guerrillero a general en la Guerra de la Independencia, Madrid, Leynfor, 2007.

  • Urzaínqui Biel, Carlos, « Espoz y Mina, ¿héroe o villano? », revue Los Sitios de Zaragoza, n° 9, mayo 2008, p. 10-14.

115Une exposition qui vient de s’ouvrir récemment à l’intérieur de la vaste citadelle de Figueras tire de l’oubli un « cabecilla » local, surnommé « Simonet », dont la carrière militaire peut être suivie bien au delà de « la guerra del francés ».

À suivre : 2e Partie : Les acteurs, la politique, la mémoire et le questionnement historiographique

  • Les acteurs

  • Les personnages illustres

  • Les militaires

  • La population dans la guerre

  • La Constitution de Bayonne et le régime « joséphin »

  • La collaboration avec les Français

  • Les Juntes

  • Le libéralisme

  • Les études portant sur une vaste période

  • Les Cortès et la Constitution de Cadix

  • Le combat d’idées dans le pays

  • La presse

  • Le théâtre

  • La poésie

  • La musique

  • L’iconographie

  • Francisco de Goya

  • Les conséquences tangibles du conflit

  • La mémoire collective

  • L’exploitation littéraire jusqu’à nos jours

  • Le processus de mythification

  • Les romans historiques

  • Le nouveau règne de l’image

  • Les grands écarts d’appréciation

  • L’intrusion des idéologies

  • Les divergences historiographiques

  • La controverse à propos de la guérilla

Haut de page

Notes

*  Texte rédigé au début de décembre 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-René Aymes, « La commémoration du bicentenaire de la Guerre d’Indépendance (1808-1814) en Espagne et dans d’autres pays », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 21 juin 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/2997 ; DOI : 10.4000/ccec.2997

Haut de page

Auteur

Jean-René Aymes

Professeur émérite, Université de Paris-III Sorbonne-Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org