Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations

Thèses soutenues dans le domaine de l’image en France et en Espagne entre juillet 2008 et le 1er décembre 2009

Tesis defendidas sobre cine e imagen en España y Francia (abril 2006-1 de diciembre de 2009)
Nancy Berthier

Résumé

Ce texte recense les travaux de recherches soutenus en France et en Espagne entre juillet 2008 et novembre 2009. Les résumés ont été fournis par les auteurs des travaux recensés.

Haut de page

Nadège Centelles

Francisco Nieva ou l’utopie d’un spectacle total : l’image projetée
Doctorat
Directrice : Marie-Linda Ortega, Professeur à l’Université Toulouse-II Le Mirail
Soutenance : 2 octobre 2009, en l’Université Toulouse-II Le Mirail, jury composé de Nancy Berthier (Présidente du jury, Professeure Université Paris Est) ; Jocelyne Aubé-Bourligueux (Professeur à l’Université de Nantes) ; Óscar Cornago Bernal (Chercheur, CSIC, Madrid) ; Marie-Linda Ortega (Professeur à l’Université Toulouse-II Le Mirail, directrice de recherches) ; Arnaud Rykner (Professeur à l’Université Toulouse II-Le Mirail).

Résumé :
Francisco Nieva (1924, Valdepeñas, Espagne) est un artiste protéiforme. Peintre de formation, on le connaît essentiellement pour son théâtre, ses romans et ses chroniques dans la presse espagnole. L’objet de ce travail est de redonner pleine existence au peintre-dramaturge en approchant les divers versants de sa création sous l’angle de l’image projetée et du spectacle total. Mon corpus met en relation quelques tableaux originels, les cahiers de dessins de l’artiste, sept pièces de théâtre et un roman. Après avoir montré comment le parcours artistique de Francisco Nieva livre la trace d’une projection continuelle de l’image, de médium en médium, je m’intéresse à la visibilité du théâtre niévien sur la scène espagnole, parce qu’elle est gage d’une visibilité de l’image. Au nombre des auteurs frappés de non représentabilité, Francisco Nieva rejoint alors Ramón María del Valle-Inclán ou Federico García Lorca. Enfin, j’étudie le processus d’avènement de l’image depuis le laboratoire graphique, à la lumière des analyses d’Áron Kibédi Varga, de W. J. T. Mitchell et de Hans Belting. Je montre notamment que la création de Francisco Nieva construit le passage de l’« image-texte » à l’« imagetexte » et fait advenir une scène primitive revisitée, transgressive car inscrite dans ce que Michel Foucault nomme le « dispositif de sexualité ». L’étude des cahiers de dessins personnels de l’artiste me permet de repérer sur la scène graphique l’hybridité définitoire de son théâtre, synthèse entre la tradition et les avant-gardes. L’avènement théâtral, sous le signe de l’esprit d’enfance et du petit théâtre en carton, marque quant à lui le passage de la vision graphique aux tableaux très cadrés de la représentation scénique.

Fátima Gil Gascón

Construyendo a la mujer ideal : mujer y censura cinematográfica durante el franquismo (1939-1963)
Doctorat
Directeur : Julio Montero Díaz.
Soutenance : 20 mai 2009 à la Universidad Complutense de Madrid, jury composé de Francisco García García ; María Antonia Paz Rebollo ; Pilar Díazhandino ; John K. Walton ; Rosa Franquet.

Resumé :
La tesis « Construyendo a la mujer ideal : mujer y censura cinematográfica durante el franquismo (1939-1963) » pretende valorar hasta qué punto y mediante qué recursos específicos, la cinematografía española legitimó, durante el franquismo, una imagen de la mujer acorde con sus planteamientos culturales y sociales. El cine, como creador de ilusiones, como forma de evadirse de una dolorosa realidad que poco a poco comenzaba a reconstruirse, fue una de los recursos usados para la educación de parte de la sociedad. Al llegar fácilmente a la población y ser barato y asequible, permitía difundir principios y valores camuflados en grandes historias de aventura o de amor. Argumentos y personajes eran observados y admirados ; quizás, como espejos en los que el espectador podía mirarse. El nuevo régimen, tras la victoria militar, necesitaba convencer, para lo que utilizó todos los medios de comunicación disponibles en el momento. La censura se instauró con el fin de controlar las informaciones que llegaban a la población. Impuesta en 1937, sufrió importantes modificaciones durante el franquismo. Más dura en los inicios, fue abriéndose tímidamente, haciéndose más permisiva, aunque en ocasiones continuara mostrándose contradictoria y excesiva ; como el propio régimen. Tanto los mecanismos y organismos de censura como la propia concepción de ésta fueron evolucionando, modificándose no sólo los temas que se podían tratar sino principalmente cómo debían ser tratados. La mujer, como baluarte de la familia y por extensión de la sociedad, fue uno de los principales elementos de vigilancia y control. La mujer es la madre, o la niña que será madre, la persona que educa y enseña a los hijos, futuras generaciones, los principios por los que debe dirigirse su vida. También es la mujer la que recoge y guarda las normas morales que rigen la sociedad. Sin ser la única que debe respetarlas, es especialmente vigilada y juzgada a partir de su adecuación a ellas. Los hombres no sólo imponen unas leyes que sobre todo las mujeres deben guardar, sino que, incluso, potencian un ideal femenino al que inevitablemente tenderán a parecerse.

Martine Heredia

L’art informel en Espagne. D’une praxis à la formulation d’une expériencedu monde
Doctorat

Directrice : Nancy Berthier, Professeur A l’Université Paris-Est, LISAA EA 4120
Soutenance : 3 Juillet 2009 en l’Université Paris-Est, jury composé ceNancy Berthier, Professeur à l’Université de Paris-Est, directrice de recherche ; Bernard Bessière, Professeur à l’Université de Provence (Aix-Marseille-I) ; Emmanuel Guigon, Directeur du Musée des Beaux-Arts et d’archéologie de Besançon ; Jacques Terrasa, Professeur A l’Université De Provence (Aix-Marseille-I) ; Eliseo Trenc, Professeur à l’Université de Champagne-Ardenne.

Résumé :
Le monde d’où émerge la peinture informelle est celui d’un temps où, après les horreurs de la Seconde Guerre mondiale, les artistes prennent conscience que l’art ne peut plus se faire de la même manière. En Espagne, ce monde est celui qui n’est pas encore guéri des séquelles de la Guerre Civile et qui a détruit toute forme de culture moderne. Si les artistes préfèrent prendre le parti de donner à voir les matériaux utilisés plutôt que des images identifiables, la peinture informelle ne repose pas pour autant sur un vide de la représentation. En donnant à voir alors la perception en train d’opérer, l’expérience qu’il fait du monde, le peintre tente de changer la façon de le voir. La première étape de ce travail a pour objet d’étudier le cas de l’Espagne comme phénomène singulier, les artistes s’insérant dans les grands courants de pensée européens, alors que l’Espagne sort tout juste de son isolement. Dans une perspective plus esthétique, la seconde étape analyse le processus de création en montrant que la question est de créer des images en l’absence d’images. Les options qui s’offrent à l’artiste passeront par la matière et par le geste ; aussi s’agit-il d’analyser comment les peintres s’attachent à mettre en valeur les matériaux et comment le geste sera déterminant pour établir ensuite une relation spécifique de l’homme à la matière. Dans une troisième étape, la réflexion s’efforce de caractériser la création comme un faire et une recherche à la fois. L’acte de peindre sera alors à envisager comme un effort qui vise à laisser être les choses telles qu’elles sont, en même temps qu’il permet au peintre d’ouvrir le monde qui est le sien.

Sonia Kerfa

Géographies du regard dans le cinéma documentaire non institutionnel : le corps ou la question de l’écart  (Espagne 1951-1974)
Doctorat
Directeur : Jean-Claude Seguin, Professeur, Université Lumière Lyon-II
Soutenance et résumé.

Marta Martín Núñez

La (re)construcción de la (hiper)realidad : usos de la animación infográfica en la publicidad audiovisual en el contexto de la hibridación de medios
Doctorat
Directeur : Javier Marzal Felici
Soutenance : le 30 novembre 2009, à la universitat Jaume I, jury composé de Rafael López Lita (Universitat Jaume I), Luis Gutiérrez-Vierna Espada (Universidad Complutense de Madrid), José María Bernardo Paniagua (Universitat de València), Pietsie Feenstra (Université de Paris-III Sorbonne Nouvelle), Andreu Casero Ripollés (Universitat Jaume I).

Résumé :
La presente tesis doctoral pretende estudiar la animación infográfica – que se puede considerar el máximo exponente de la imagen generada digitalmente – en el espot publicitario en la televisión (española y europea) – género que ofrece unas adecuadas características para su desarrollo –, con el objetivo de determinar la forma en la que genera sentido, convirtiéndose en un recurso creativo. La perspectiva que se adopta en la investigación se centra en la forma en la que las imágenes digitales toman lenguajes y códigos de tradiciones visuales y audiovisuales previas para remediarlas en una imagen híbrida que se erige, en sí misma, como una hiperimagen. La primera parte de la investigación, por tanto, está dedicada a establecer un marco teórico en el que se sitúa la imagen de animación infográfica como medio de representación (y no sólo como herramienta de producción) ; la forma en la que se transforma en una hiperimagen por el proceso de remediación ; los rasgos que las otras tradiciones visuales y audiovisuales analógicas ofrecen a la imagen infográfica ; y la situación del espot en televisión en el contexto de la digitalización del medio. En la segunda parte de la investigación se analizan seis espots publicitarios desde una perspectiva semiótica. El análisis muestra cómo la remediación de tradiciones previas en la imagen digital se convierte en un recurso creativo acorde con la estrategia creativa del anuncio.

Javier Mateos Pérez

A la caza del espectador. Estrategias de programación en los inicios de la televisión privada en España (1989-1994)
Doctorat
Directrice : María Antonia Paz Rebollo, Catedrática, Universidad Complutense de Madrid.Soutenance : 7 de julio de 2008, à la Universidad Complutense de Madrid, jury composé de Julio Montero Díaz, Ricardo Pérez Amat, Agustín García Matilla, José Luís Manfredi Sánchez, José Carlos Rueda Laffón.

Résumé :
A la caza del espectador. Estrategias de programación en los inicios de la televisión privada en España (1989-1994) tiene como objeto analizar el modelo de la televisión en España durante la apertura del audiovisual a la iniciativa privada. Se realiza un estudio de la programación de las televisiones de cobertura nacional durante los primeros años noventa para valorar su influencia en formas y pautas del entretenimiento del público español y la creación de una cultura popular. De acuerdo con esta perspectiva, la investigación se aborda teniendo en cuenta factores políticos, económicos, técnicos e institucionales, que dotan a la televisión española de una configuración peculiar. La investigación propone una aproximación a la televisión a partir de dos ejes de referencia. La primera parte estudia el debate político y público que surge en torno a la regulación y aprobación gubernamental de la ley que autoriza la creación de nuevas cadenas de televisión privada de ámbito nacional. La segunda parte se dedica al estudio de la oferta televisiva durante estos años (1989-1994) con el fin de establecer un análisis comparativo entre todas las ofertas televisivas del ámbito nacional. Esta oferta se ha concebido en función de articulaciones discursivas variables de programas, formatos o propuestas temáticas. Para valorar estas coordenadas se ha realizado una base de datos con la que se clasifica y valora la oferta programativa, con el fin de para observar mejor sus peculiaridades, sus rasgos comunes y sus diferencias. Finalmente, durante el estudio de esta praxis televisiva se tiene en cuenta la contraprogramación como un fenómeno novedoso durante este periodo, que contribuye a variar las estrategias y las ofertas de las emisoras de televisión

Corinne Montoya Sors

De Hermano Lobo au Reina Sofía : Trajectoire(s) artistique(s) d’Andrés Rábago
Habilitation à Diriger des Recherches
Tuteur du Dossier : Professeur Bernard Bessière.
Soutenance : 7 novembre 2008 à l’université de Provence, jury composé de Edgar Samper, Professeur, Université Jean Monnet, Saint-Etienne ; Viviane Alary, Professeur, Université de Clermont-Ferrand-II, Bernard Bessière, Professeur, Université de Provence, Tuteur ; Catherine Berthet-Cahuzac, Professeur, Université de Montpellier-III ; Marie-Linda Ortega, Professeur, Université de Toulouse-II ; Eliseo Trenc, Professeur, Université de Reims.

Résumé de l’inédit :
Andrés Rábago (Madrid, 1947) est un artiste polymorphe connu du public pour ses publications sous les pseudonymes d’OPS dans la Presse antifranquiste des années 70, puis, avec le retour de la démocratie, pour ses dessins satiriques signés El Roto. Les œuvres signées plus récemment par Andrés Rábago sont des huiles qui figurent aujourd’hui dans de nombreux musées et collections particulières internationaux. Apparemment fort différentes les unes des autres – par leur technique, leur support et leur public – les trois étapes esthétiques dans la carrière de cet artiste, volontairement attribuées par lui à des entités autonomes qui revendiquent toutes un propos et une inspiration spécifiques, présentent cependant une série de similitudes formelles et iconographiques qui tissent entre elles un réseau dense de correspondances, soulignant ainsi la logique interne de l’ensemble de l’œuvre plastique de cet artiste pluriel. L’apesanteur des personnages opsiens et leur décollement métaphysique traduit – de façon fort paradoxale d’ailleurs – le poids qui pèse, dans les années 70, sur l’homme espagnol, opprimé et brimé. L’encre de Chine (plus de 500 planches), noire ou colorée, servira à faire le portrait de cet être décervelé et suicidaire qui tente désespérément d’échapper à une réalité oppressante. La nouvelle démocratie lui donnera d’autres ailes, fort différentes de celles dont il s’affublait auparavant de façon grotesque et pathétique. Les frustrations trouvent leurs noms, qui s’affichent maintenant sur les dessins de El Roto (plus de 3.000 dessins), pourvus dorénavant de textes intégrés aux images (titres, légendes, gloses, bulles, etc). Le mot, si longtemps escamoté, envahit donc peu à peu ses planches puis accompagne systématiquement l’image dont le dessin, moins soigné et plus caricatural, ne parvient plus à traduire à lui tout seul le propos de l’artiste. Le noir et blanc est souvent suffisant pour évoquer l’instant fixé par le caricaturiste. Et quand la couleur fait irruption, il s’agit souvent d’aplats de couleurs saturées, utilisés dans des collages réalisés en plusieurs exemplaires (mais avec des variantes sensibles et pertinentes) et revendiquant des emprunts évidents à d’autres peintres qui font référence dans la peinture internationale, classique et moderne (Goya, Velázquez, Magritte, Warhol, Genovés, Topor, Manet, etc.). Andrés Rábago, dans sa perpétuelle quête de la lumière, fait le lien entre les scènes opsiennes et les images satiriques de El Roto en proposant sur ses toiles de grandes dimensions (plus de 200 toiles) – et à l’aide de la peinture à l’huile mais sans verni  – un être nouveau et à la fois semblable à celui qui fréquentait les encres de Chine d’OPS. Aujourd’hui, OPS n’est plus mais El Roto publie toujours ses dessins satiriques dans la Presse actuelle (El País, etc) tandis qu’Andrés Rábago peint dans son atelier madrilène ; mais sous ces deux identités, il continue de mener le même combat pour la liberté et pour la vérité, entamé il y a de cela plus de 40 ans. Ce travail inclut la production polymorphe de cet artiste dans le contexte satirique et caricatural du tardofranquisme, et essaie de montrer toute son originalité par rapport aux idées esthétiques et politiques issues de la confrontation entre les revues La Codorniz et Hermano Lobo. Quant à sa production plastique, signée de son nom, ce travail remarque en quoi il peut être tributaire de l’esthétique postmoderniste caractéristique des peintres actuels.

Irene Pelayo García

Imagen fílmica del lesbianismo a través de los personajes protagonistas lésbicos en el cine español
Doctorat

Directeur : Juan Carlos Alfeo.
Soutenance : 19 mai 2009, à la Universidad Complutense de Madrid, jury composé de Luis Deltell Escolar ; Pietsie Feenstra ; María José Gámez Fuentes ; Francisco García García ; Manuel Palacio Arranz ; Christopher Perriam

Résumé :
El objetivo de la investigación es analizar la imagen cinematográfica de la cuestión lésbica, tomando en cuenta las películas producidas en España entre 1972 y 2005 cuyos relatos estén protagonizados por personajes lésbicos. Se ha estudiado la representación de parámetros tales como edad, nivel cultural y socioeconómico, grado de visibilidad social, grado de aceptación en función de los ámbitos (personal, familiar, laboral, social), etc. Se ha dedicado una especial atención al estudio del tratamiento fílmico de las acciones diferenciales y su evolución, así como su asociación a otros comportamientos sociales. Las conclusiones revelan que ha habido evolución en el tratamiento cinematográfico del lesbianismo, localizándose cuatro modalidades de representación : erótica, reivindicativa, desfocalizada e integrada. Igualmente se da cuenta de la ausencia de una tipología cinematográfica coherente y estable para el personaje lésbico. La investigación llama la atención sobre cómo los argumentos que ofrece la cinematografía española pueden inducir al rechazo del lesbianismo y cómo la condición sexual del personaje lésbico le convierte en una víctima social ; un ser vulnerable, independientemente de la época o de la modalidad de representación a la que pertenezcan.

Isabelle Steffen-Prat

L’écriture du quotidien dans l’Espagne contemporaine
Habilitation à Diriger des Recherches
Tuteur du Dossier : Professeur Bernard Bessière.
Soutenance : 1er décembre 2009 à l’Université de Lille-III, jury composé de Anne Charlon (Professeur à l’Université de Bourgogne) ; Danièle Miglos (Professeur à l’Université de Lille-III) ; Marie-Claire Zimmermann (Professeur émérite de l’Université de Paris-IV Sorbonne) ; Alain Fleischer (Directeur du Studio National des Arts Contemporains Le Fresnoy) ; Emmanuel Le Vagueresse (Professeur à l’Université de Reims) ; Jacques Terrasa (Professeur à l’Université de Provence)

Résumé de l’inédit :
L’écriture du quotidien : figures du vide et de l’absence dans le cinéma d’Isabel Coixet

De 1988 à 2008, en six longs-métrages, Isabel Coixet cherche à filmer le quotidien humain dans son « inquiétante étrangeté ». Elle se refuse à un cinéma de l’évidence, du trop-plein pour se laisser happer sereinement par le vide qui est expression d’un néant originel emplissant l’homme de doutes, de peurs et de frustrations. La pudeur des images s’allie à la force du silence pour révéler, dans cette écriture du quotidien, la vulnérabilité et la fragilité de l’être humain dans une stylistique filmique toujours plus épurée. Ainsi, de Demasiado viejo para morir joven (1988) à Elegy (2008), grâce à une poétique de l’absence, Isabel Coixet met-elle en images la déchirure intérieure de l’Homme et l’avènement du vide. La poétique de l’absence est tout d’abord effacement des identités nationales et temporelles, tendant alors vers l’universalité et l’atemporalité. Puis, l’absence s’élabore autour d’une dynamique de chiasmes, échos inversés de chaque réalité. Or, ce jeu de présences et d’absences exacerbe la déchirure intérieure de l’individu qui tente de se rassurer en un désir enfantin de protection. Incapable de trouver le réconfort, le corps, tremblant, fiévreux, devient souffrance. Si la sensualité affleure parfois, elle est rapidement remplacée par le sacrifice qui inhibe immédiatement l’exultation des sens. L’avènement du vide est alors célébré. En effet, quand l’esprit, essayant à son tour d’échapper à cette spirale de souffrance, apprend que le salut ne peut venir d’autrui car la communication est rompue entre les hommes, il se laisse définitivement happer par le vide. La béance de solitude qui s’ouvrait sous les pieds de l’homme se fait gouffre alors que l’angoisse et la folie s’emparent de lui. Mais le néant est parfois moins effrayant que la vie…

  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org