Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Claude Bataillon, Marcel Bataillon. Hispanisme et engagement. Lettres, carnets, textes retrouvés (1914-1967). Préface de Augustin Redondo

Jean-François Botrel
Référence(s) :

Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2009, 177 pages (Publié avec l’aide de la Fondation Singer-Polignac, l’Office culturel de l’Ambassade d’Espagne en France et la Société des Hispanistes Français).

Texte intégral

1Ce n’est pas tant de faire le lien entre hispanisme et engagement qui étonne à la découverte de ce nouveau livre consacré à Marcel Bataillon, que de réaliser – dans une certaine mesure, les travaux de Jean-Marc Delaunay le permettaient déjà – que Marcel Bataillon, l’hispaniste humaniste, le savant, le sage, vénéré de plusieurs générations d’étudiants et dont Augustin Redondo retrace parfaitement le parcours et l’impact dans sa préface (p. VII-XVI), a aussi et en même temps été, depuis ses plus jeunes années et durant toute sa vie, un intellectuel engagé – éthiquement et physiquement –, souvent douloureusement partagé entre science et engagement.

2C’est l’exploitation de documents conservés par la famille de Marcel Bataillon (lettres reçues de Jean Baruzzi, Robert Ricard ou Fernando Castiella, ses carnets et textes retrouvés, notamment sur l’éducation, ainsi que de nombreuses photos), efficacement présentés, reproduits et reliés entre eux par un de ses fils, Claude Bataillon, et bien servi par un efficace glossaire-index, qui a permis de lui rendre, sans qu’on sente jamais la tentation de l’hagiographie filiale, la dimension civique que l’admiration pour les qualités intellectuelles du chercheur et de l’enseignant avait sans doute oblitérée.

Avec l’Espagne et le monde hispanique au cœur de ces engagements

3Déjà durant la Première Guerre mondiale, on voit le jeune normalien (né en 1895), exempté pour cause de pleurésie, sillonner l’Espagne pour le compte du Comité International de Propagande des Alliés (cf. son rapport de juillet 1916, pp. 45 et sq.). Le carnet de voyage pour 1915-1916 de l’apprenti hispaniste dont de larges extraits sont reproduits (pp. 6-36) livre au passage de passionnantes et vivantes observations et informations sur l’hispanisme et une Espagne qu’il découvre, en même temps que la langue espagnole. En juillet 1917, il rejoindra le front, et lui qui aura à « commander des hommes », pourra méditer sur cette « bestialité primitive à laquelle personne n’échappe » à laquelle fait allusion un de ses correspondants en 1916 (p. 48).

4Pour Marcel Bataillon, patriote, c’est la Première Guerre Mondiale qui a sans doute été, comme pour beaucoup d’intellectuels de sa génération, la cause de son engagement fondamental dans une utopie pacifiste, à maintes reprises durement confrontée aux tourments de l’histoire.

5Adhérent à la SFIO, sans doute dès 1919, Marcel Bataillon sera, en effet, un défenseur du pacifisme moral et militant, absolu, intransigeant et proche de l’extrême gauche libertaire (cf. pp. 59-70), un « pacifisme intégral » qui transparaît des lettres échangées avec Jean Baruzzi ou Lucy, son épouse, ou de ses relations avec l’organisation « Nouvel Age », « pour l’édification d’une économie distributrice dans un monde sans guerre et sans classes par la Commune pour la liberté humaine ».

6L’hispaniste qu’il devient en passant par l’Ecole des Hautes Etudes Hispaniques à Madrid, l’Institut Français de Lisbonne (où il succède à Robert Ricard), le Lycée de Garçons de Bordeaux (sa prononciation est alors « nette et facile » et son autorité s’annonce déjà comme « douce et ferme », écrit l’inspecteur général Martinenche en 1926), et enfin Alger où il est nommé à la Faculté en 1929, l’hispaniste dont la « nature est tournée vers la méditation bien plus que vers l’action » (p. 67), devant la montée des fascismes, adhérera, en 1934, au Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes. En 1936, il sera un candidat de « rassemblement populaire » - et « balckboulé » - à la députation d’Alger (pp. 73-82). C’est là qu’il écrira, en 1937, un prémonitoire article sur « les indigènes algériens à la porte de la cité française » (reproduit pp. 85-99).

7S’agissant de la Guerre civile, « como ciudadano francés partidario de la no intervención », en 1936, « aun deplorando que fuese una farsa », précisera-t-il plus tard (p. 117), et « munichois » en 1938, Marcel Bataillon, qui est de ceux qui « s’accrochent désespérément à la paix » (p .100), va vivre douloureusement (comment « rester neutre » devant l’assassinat de García Lorca ou l’« agonie morale » d’Unamuno à Salamanque ?), cette période où il observe avec lucidité les conséquences d’un jeu pipé entre les puissances fascistes et les forces démocratiques et pacifistes, comme il l’écrit à un Robert Ricard qui, à la suite de Maurice Legendre, a pour sa part, clairement « choisi » Franco (p.105) : Marcel Bataillon contemplera impuissant le « calvaire » du peuple espagnol et s’impliquera dans le dispositif d’aide aux intellectuels espagnols en exil. Suivra pour lui – pour longtemps – une « privación física de España » qu’il s’impose et dont il souffre, et si, comme le lui fait observer, à l’occasion du voyage qu’il effectue, en 1948, en Amérique Latine, le très combatif et cinglant ambassadeur d’Espagne au Pérou, Fernando Castiella, le Mexique et le Pérou où pourtant il séjourne ne sont pas des modèles de démocratie, pour Marcel Bataillon les affinités du régime franquiste avec le régime fasciste d’Italie et celui nazi d’Allemagne durant la guerre, ne peuvent « hacer(le) simpático el régimen que reprueban la mayoría de (sus) amigos españoles. Unos amigos que no son más rojos ni más comunistas que yo » écrit-il (p. 112), et « frente a un problema español vital », la solidarité morale avec ceux-ci doit rester la plus forte : c’est sa « tragédie personnelle d’hispaniste » et de pacifiste jusqu’au bout.

8Ce pacifisme militant lui valut, en juin 1941, d’être arrêté, en même temps que Joliot-Curie, et interné au camp de Compiègne avec des Russes, des russophiles et des communistes. Le carnet « vert » qu’il a tenu pendant les trois mois qui le séparent de sa libération, rend compte de son incompréhension devant cette mesure « absurde » (car même s’il porte une grande estime à Joliot-Curie, Langevin ou Wallon, Marcel Bataillon garde toutes ses distances avec la mouvance communiste), mais aussi de sa solidité morale et de sa foncière sérénité.

9En prolongement de ce livre à méditer par les défenseurs de la recherche pour la recherche et des cabinets de travail insonorisés, on pourrait aussi chercher à voir comment l’action de Marcel Bataillon à la tête du Collège de France, à la présidence de la Société des Hispanistes Français ou de la Asociación Internacional de Hispanistas ou d’autres associations, comme la Société d’Etudes Renaniennes, a été marquée par cet engagement ou l’illustre. Ses archives, conservées et en libre consultation à l’Institut de la Mémoire de l’Edition Contemporaine, à l’Abbaye d’Ardenne, permettront certainement d’éclairer encore plus cette facette peu visible jusqu’à présent, celle de l’universitaire engagé que fut, aussi et durant toute sa vie, Marcel Bataillon.

10On peut rappeler qu’en 1968, moment où Marcel Bataillon eut à gérer, avec une paternelle et courtoise retenue qui put tout-à-coup sembler surannée, l’envahissement par les étudiants de Nanterre, le 23 mars, de l’amphithéâtre où se tenait le congrès des hispanistes français, le président du mouvement de la « Défense de la Jeunesse Scolaire » qu’il était également avait écrit un très beau texte, retrouvé par Jean Alsina, éditeur de cet ouvrage, intitulé « Les chercheurs et les écoliers » : un texte inspiré par une pensée sur l’éducation et par un idéal de l’action éducatrice qu’en ces temps de doutes ou de résignation il est bon de retrouver, en entendant l’invitation de Marcel Bataillon (p. 160) à « travailler pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement, mis au développement de l’être humain » et à « se mettre à la besogne – la vraie ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Botrel, « Claude Bataillon, Marcel Bataillon. Hispanisme et engagement. Lettres, carnets, textes retrouvés (1914-1967). Préface de Augustin Redondo », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 29 janvier 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/2906

Haut de page

Auteur

Jean-François Botrel

Professeur émérite, Université Rennes-II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org