Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Pura Fernández et Marie-Linda Ortega (eds.), La mujer de letras o la letraherida, discursos y representaciones sobre la mujer escritora en el sigloxix

Marie-Aline Barrachina
Référence(s) :

Madrid, CSIC, 2008, 458 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage se présente comme l’aboutissement d’une « Action intégrée »  hispano française sur le thème : « La mujer de letras o la letraherida : textos y representaciones del discurso médico-social y cultural sobre la mujer escritora en el siglo xix/ La femme de lettres en femmes malade en Espagne au xixe s. ». D’emblée, et avant même que d’aborder la description de l’ouvrage, il convient de faire appel aux précisions fournies par les éditrices afin d’éclairer dans le titre un terme que la non initiée que je suis n’avait encore pas fréquenté. Le terme « letraherida », que l’on ne saurait traduire sans avoir recours à des jeux de mots lacaniens sans doute inopportuns, a sans aucun doute le mérite de renvoyer en même temps et sous une forme condensée d’une part à l’affirmation d’une création revendiquée comme une souffrance, et d’autre part au discours médical qui stigmatisé tout au long du xixe siècle et d’une partie du xxe les intellectuelles et les femmes artistes. L’expression – encore non admise au dictionnaire, ainsi que le rappellent les éditrices dans leur présentation de l’ouvrage, p. 10 – est fort belle et fort évocatrice ; elle permet de dire en un mot tout ce qu’exprime le thème de l’action intégrée formulé in extenso, aussi aurait-on aimé en savoir davantage sur l’origine d’une telle création : si le vocable « letraherida » doit être considéré, aux dires des éditrices, comme synonyme de « femme de lettres du xixe siècle », cela signifie-t-il pour autant que ce vocable avait déjà cours au siècle d’Isabelle II? Dans le cas contraire, à quelle époque est-il apparu, et quelles circonstances légitiment son emploi ici ? Quoiqu’il en soit, l’expression semble être un outil suffisamment rôdé pour entrer dans la composition du titre de plusieurs des contributions de l’ouvrage et en éclairer le contenu.

2La mujer de letras o la letraherida a pour objectif de faire la lumière sur un aspect encore peu étudié – en tout cas de façon systématique – dans le vaste champ des recherches pluridisciplinaires sur la condition féminine dans le xixe siècle espagnol. L’ouvrage en effet interroge les conditions de la création, de la diffusion et de la réception de la production artistique ou littéraire dans le cas très spécifique des femmes de lettres au xixe siècle. Le livre est composé de 23 contributions réparties en 3 sections. La première section, « Jerarquizaciones intelectuales y editoriales : la mujer de letras y el contexto cultural » réunit 8 contributions concernant le regard de la société et des arts sur les femmes artistes ainsi que sur les consommatrices des productions artistiques : la lectrice, la spectatrice d’œuvre d’arts. Certes, c’est sans surprise que le lecteur est confronté au regard dubitatif ou sarcastique porté par la critique sur les femmes qui se piquent d’intellectualisme (textes de Juan Pedro Gabino, Begoña Sáez Martínez, Concha Roldán). Il fait en tout cas, grâce à ces articles solidement documentés, le triste constat que même les auteurs les plus estimables tendent à dénigrer la capacité créatrice des femmes ; il redécouvre aussi ou découvre des noms oubliés ou inconnus. Se penchant sur la cas spécifique de Cordoue, Maria José Porro Herrera établit une typologie fort utile des femmes de lettres er de leurs secteurs privilégiés d’activités (s’agit-il de secteurs privilégiés choisis, ou des seuls qui leur soient permis ? La question est posée…). Comme on l’a indiqué plus haut, le regard sur la « consommatrice » (lectrice ou spectatrice), pendant de la créatrice, fait l’objet d’une attention toute particulière de quatre des huit contributions de cette section. Ces études montrent comment le regard sur la femme face à la production culturelle évolue au cours de la période considérée. En observant de près les représentations des femmes en position de lectrices (texte d Jean-François Botrel) ou des femmes en visite au musée (texte de Carlos Reyero), les auteurs montrent comment le regard porté par la gravure ou la photographie de presse sur les femmes consommatrices d’art évolue : simples prétextes pour des compositions académiques tout d’abord, les femmes lectrices ou spectatrices deviennent bientôt de vrais sujets : l’interaction entre l’évolution du sujet (en l’occurrence, le sujet femme) et l’évolution du regard sur celui-ci apparaît très clairement. En revanche, les lectrices subissent un traitement beaucoup moins bienveillant, comme le montre la contribution de Maria Isabel Jiménez Morales sur la satire antiféministe qui accable les lectrices, ou celle de Akiki Tsuchiya qui, dans son évocation de « La Tribuna » de Pardo Bazán, montre l’ambigüité de l’attitude de la romancière devant la figure de la lectrice.

3Intitulée « La desviación biológico-social de la letraherida : escritura y enfermedad », la deuxième partie de l’ouvrage concerne l’un des aspects essentiels de la problématique générale de la recherche puisqu’elle se penche sur la question cruciale du lien entre création, genre et pathologie. Complétant et illustrant deux essais indispensables pour situer le débat sur l’hygiène physique et morale (texte de Lou Charnon-Deutsch) et sur la question du genre (texte de Iñigo Sánchez-Llama) dans la diachronie, on peut lire dans cette section trois études de cas très représentatifs. Gertrudis Gómez de Avellaneda (par Luisa Elena Delgado), Amalia Domingo Soler (par Marie-Linda Ortega), Hildegart (par Rafael Huertas García Alejo) sont en effet trois personnalités dont la puissance créatrice hors du commun, alliée à des manifestations pathologiques (Avellaneda) et hallucinatoires (Domingo Soler) ou à un sort spectaculairement tragique (Hildegart)  a grandement troublé les commentateurs dès lors tentés par la « pathologisation ».

4Dans sa dernière partie, l’ouvrage s’intéresse à «la profesionalización de la escritora y la hermandad de las mujeres de letras ». C’est ainsi que sont évoqués les différents genres auxquels se sont essayées les femmes de lettres du xixe siècle : l’autobiographie (texte de Fernando Durán López), la lettre (texte de Colette Rabaté), les mémoires (texte de Nuria Girona Fibla), la traduction (texte de Solange Hibbs-Lissorgues) apparaissent comme autant de chemins détournés conduisant à une écriture socialement admise et admissible. Il aura fallu la ténacité d’une Emilia Pardo Bazán (texte de José Manuel González Herrán) ou d’une Rosa de Eguílaz (texte de Pura Fernández) pour que la reconnaissance sociale devienne aussi reconnaissance professionnelle. Pour finir, l’ouvrage présente quelques aspects de la professionnalisation : écrivaines professionnelles, éditrices, conférencières (évoquées par María del Carmen Simón Palmer) presse pour enfants (texte de Carmen Servén), actrices (texte d’Isabelle Mornat), avec leurs difficultés (comme celle du recouvrement des droits d’auteur) ou leurs échecs (texte de Sylvie Turc-Zinopoulos).

5On l’a compris, chacun des articles de cet ouvrage présente un intérêt monographique particulier, et peut être lu avec profit indépendamment du reste. Mais on a aussi, avec La mujer de letras o la letraherida, un ouvrage qui, tout en s’inscrivant dans la continuité de la recherche en matière d’études littéraires et d’étude du genre, ouvre des perspectives sur un monde artistique féminin du xixe siècle espagnol bien plus complexe que l’on a coutume de l’imaginer. Cet ouvrage fait surgir, autour de la « letraherida » proprement dite, un monde de la critique, de l’édition, de la presse, du consommateur d’art, un monde qui se féminise, et qui de ce fait se complexifie, et change.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Aline Barrachina, « Pura Fernández et Marie-Linda Ortega (eds.), La mujer de letras o la letraherida, discursos y representaciones sobre la mujer escritora en el sigloxix », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 29 janvier 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/2897

Haut de page

Auteur

Marie-Aline Barrachina

Professeur des Universités, Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, CMMC-MSH (UNS), Université de Nice-Sophia Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org