Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations

Quand la gestion des conflits devient impossible 

La crise définitive du syndicalisme vertical (1958 – 1975)
Danièle Jouffroy
Référence(s) :

Résumé de thèse soutenue le 22 novembre 2008 devant un jury composé de MM. les Professeurs Gérard Brey, Université de Franche-Comté, Besançon ; Pere Gabriel, Université Autonome de Barcelone ; Michel Ralle, Université de Paris-IV Sorbonne, directeur de la thèse ; Michel Rodriguez, Université de Paris-IV Sorbonne ; Serge Wolikow, Université de Bourgogne, Dijon.

Texte intégral

1En 1938, le pouvoir franquiste a mis le monde du travail sous tutelle en créant l’Organisation Syndicale Espagnole, un ensemble de syndicats « verticaux » dont le fonctionnement et le rôle ont encore été peu étudiés parce qu’ils avaient toutes les apparences d’instruments du régime. L’OSE est un organisme lourd et très hiérarchisé, placé sous la responsabilité d’agents de l’Etat. Il réunit toutes les personnes qui participent à la production, qu’ils soient ouvriers ou entrepreneurs, selon leur secteur d’activité. Il proscrit non seulement la notion de classe, mais plus largement le concept de lutte sociale puisqu’il s’agit d’instituer une apparente communauté d’intérêts entre tous ceux qui participent au progrès de l’ensemble de la Nation. L’OSE, structurée à deux niveaux, national et régional, demeure entièrement dépendante de l’Etat et du Movimiento, le parti unique, au moins jusqu’en 1958. Ses responsables doivent se plier aux normes édictées par le Ministère du Travail et respecter les principes du franquisme, puisque le Délégué National et toute la hiérarchie sont nommés par le gouvernement et sont membres du parti. C’est à travers l’OSE que le Fuero del Trabajo de 1938 veut imposer un contrôle sans faille du travail et de tous les travailleurs, qui sont appelés productores.

2Le « Vertical » est présent partout, il gère les relations sociales, possède un patrimoine considérable, et emploie des fonctionnaires à tous les niveaux, de Madrid au plus petit village, qui contrôlent l’embauche, les contrats de travail, les licenciements, les revendications et toutes les doléances des ouvriers. Il est considéré par le gouvernement et Franco comme un appendice étroitement lié au pouvoir, destiné à enrégimenter les acteurs de la production nationale. Son activité doit consister essentiellement à éviter toute crise entre les ouvriers et le patronat, voire à intégrer dans le régime les composantes ouvrières et salariées de la société espagnole. L’Organisation Syndicale, après quelques velléités d’indépendance vite étouffées par le pouvoir au début du régime1, va se plier à ses directives pendant presque deux décennies. Elle le fait d’autant plus facilement que son autorité sans partage s’exerce sur des ouvriers encore assommés par la rigueur des conditions politiques et économiques du début du franquisme. L’adhésion au syndicat unique est obligatoire, les vétérans nationalistes de la guerre civile sont privilégiés, et la défense des intérêts des ouvriers, considérée uniquement à titre individuel, dépend de la Magistratura de Trabajo ou de l’Inspection du Travail, organismes d’Etat. En théorie, l’OSE doit les aider dans leurs démarches, gérer la protection sociale, veiller à ce qu’ils accèdent à un logement décent, et encore organiser leurs loisirs et leur formation professionnelle. Pendant toute cette période et jusque dans les dernières années du régime, les activités syndicales font l’objet d’une intense propagande, destinée à convaincre les travailleurs de l’utilité majeure du « Vertical » et du bien-fondé de sa situation de monopole.

3A partir du milieu des années cinquante, le paysage social espagnol commence à évoluer. Une nouvelle génération entre dans le monde du travail, et des conflits éclatent2dans les entreprises en 1956. Même si leur portée est très limitée, ils sont fondateurs, car, pour la première fois en régime franquiste, une revendication est collective et organisée. C’est aussi à la fin des années cinquante qu’apparaissent les premières Commissions Ouvrières, à la fois parallèles au syndicat unique et agissant à l’intérieur. Dans le même temps, des délégués d’opposition, qui utilisent les voies légales offertes par les élections syndicales ­–le Parti Communiste y est favorable dès le début de la décennie– infiltrent le « Vertical ». Dès lors, l’OSE va tenter d’apporter une réponse aux initiatives des travailleurs.

4Contrairement à l’idée reçue selon laquelle l’Organisation est une structure purement répressive et un simple organisme de contrôle, elle devient, après 1958, un espace utilisable pour la défense des salariés et pour l’action contre le régime. Avant les années soixante, l’OSE était bien la courroie de transmission des décisions arbitraires d’un pouvoir contraignant et répressif. Après les grèves de 1962, son action devient beaucoup plus complexe. Elle s’oriente vers une gestion des crises sociales et un désamorçage des actions de l’opposition, qui tient un rôle considérable dans des conflits en constante augmentation. C’est à travers ces tentatives que se révèlent le plus nettement les contradictions et les limites de l’OSE, comme du régime. Néanmoins, cette structure monolithique, apparemment peu adaptée aux temps nouveaux, va se réformer et élaborer des stratégies pour tenter de saper une opposition, de plus en plus incontournable, qui exige davantage de liberté, et qui met le gouvernement dans une situation toujours plus inconfortable, l’obligeant à reculer sans cesse, en particulier sur un sujet aussi fondamental que la législation sur la grève.

5Le fait de grève, d’abord totalement interdit –le mot ne doit pas être prononcé– puis en partie admis après 1962, complique l’action du « Vertical ». Il se situe au cœur de la contradiction entre une réalité sociale conflictuelle et des lois franquistes à peine réformées. L’OSE va donc chercher des issues dans une surveillance systématique et dans des adaptations stratégiques assez ambitieuses. Le rôle institutionnel du syndicat unique, ses structures et ses fonctionnalités, mettent en relief aussi bien son travail d’encadrement et d’action sociale que ses entreprises de séduction, soutenues par une intense propagande. L’OSE a utilisé largement depuis sa fondation une symbolique qui puise ses sources dans l’imagerie phalangiste, dans le christianisme social et dans le nationalisme. Elle est tenue de la conserver en partie après 1962, mais elle y ajoute au fil des années une propagande complexe, servie par des techniques de communication modernes.

6Au fur et à mesure que l’opposition s’organise, que les conflits et les grèves augmentent, et que les ouvriers s’imposent dans le panorama social espagnol, les dirigeants syndicaux cherchent à trouver des réponses à la montée des tensions, et prennent conscience que la survie du syndicat, et peut-être celle du régime, en dépendent. C’est à ce moment qu’une distance s’établit entre le pouvoir et un bon nombre de responsables de l’OSE, car la seule réponse que le régime parvient à apporter est d’ordre juridique. Il ne voudra jamais supporter une diminution de son autorité et fermera la voie à toute issue politique. L’évolution de la législation sur la grève est très significative à cet égard ; elle met en évidence de nets reculs du pouvoir à la suite de chaque poussée de l’opposition, mais en restant toujours dans des limites beaucoup trop restrictives et autoritaires pour que les réformes entreprises aient réellement un effet de désamorçage sur les conflits.

7L’OSE est lucide, mais elle se trouve dans une situation figée, prise entre le pouvoir et la pression exercée par les travailleurs. La lutte est menée contre elle depuis l’extérieur et depuis ses propres rangs, la poussant à faire usage de la répression –qu’elle préfèrerait éviter– par la destitution de délégués élus légalement. En même temps que l’opposition, l’opinion publique évolue aussi, et le syndicat doit effectuer un véritable travail de communication pour la conquérir, ou tout au moins éviter de se l’aliéner. Ses canaux sont la presse, la radio, les actualités cinématographiques, des publications syndicales très abondantes, les discours des dirigeants et, au fil des années, la télévision. Mais la tâche devient de plus en plus difficile, et ces efforts font apparaître un divorce de plus en plus prononcé entre la société espagnole et le régime. L’OSE essaie donc de s’adapter à une très grande diversité de situations, toujours complexes, tiraillée entre sa lucidité, les stratégies nouvelles qu’elle veut utiliser, la rigidité du régime, et l’intensité croissante des conflits, qui la débordent toujours davantage, et finiront par la faire sombrer en même temps que le pouvoir qui l’avait imposée. La variété de situations dans lesquelles la défense syndicale est impliquée, et la nature même du franquisme ne pourraient-elles donc pas apparaître à travers l’étude du « Vertical » ?

8La première partie de ce travail a voulu montrer à quel point le régime franquiste avait mis en place tous les éléments nécessaires pour éviter le conflit, de quelque nature qu’il soit. Il tient par-dessus tout à imposer la fiction de la non-existence du conflit, qu’il se produise entre les classes sociales ou entre les personnes. Il élabore donc un dispositif complexe pour faire régner l’absence de différenciation entre les groupes. Il comprend la structure de l’OSE toute entière, des dispositions juridiques très précises, très sévères et contraignantes, un volet complet d’aides sociales, une représentation qui inclut certaines possibilités d’expression – à condition qu’elle reste totalement respectueuse de l’ordre établi–, et un système de propagande complexe, fait pour servir et lier les éléments de l’ensemble. La persuasion joue un rôle déterminant pour la bonne marche de l’ensemble du dispositif, et le pouvoir comme l’OSE en use largement, souvent avec plus de finesse qu’on pourrait l’imaginer.

9Il a semblé indispensable de rappeler, en les décrivant de manière assez détaillée, les rouages de ce mécanisme si bien huilé qui va pourtant se gripper à la fin des années cinquante lorsque la lutte collective réapparaît, d’abord ponctuellement, sous une forme réduite, isolée, peu organisée, puis, à travers la progression des Commissions Ouvrières et les actions des HOAC3. Elle prend alors l’aspect d’un combat qui en même temps que social est de plus en plus politique. Mis en demeure de réagir, le gouvernement et son syndicat opèrent un virage à partir de 1958, où les Conventions Collectives dans les entreprises sont autorisées. La fiction de la négation des conflits d’intérêts commence alors à être reléguée, voire abandonnée, par le pouvoir. L’opposition au système est désormais lancée. Une autre page se tourne avec les grèves de 1962, dont l’importance est considérable.

10C’est la raison d’être de la deuxième partie de ce travail. Après cette date, le gouvernement ne peut que céder du terrain, sous la pression des conflits sociaux. Il semble subir plus qu’agir, par des aménagements, a posteriori, du droit de grève et des condamnations qui punissent ceux qui empêchent la production de se faire sans tensions. L’OSE, en revanche, prend une voie différente, car le monde du travail ne lui est pas étranger, et elle possède une imposante structure et les moyens de communication nécessaires pour exercer une action préalable, conjointe, et postérieure au conflit, sans chercher à le nier. Elle choisit de négocier, d’établir des contacts entre les groupes dont les intérêts divergent, pour neutraliser au mieux des conflits qu’elle sait désormais inévitables, qu’elle n’est pas capable d’empêcher, mais sur lesquels elle s’efforce d’agir, en tant que contrepoids d’une opposition en plein essor, dont les éléments actifs sont de plus en plus déterminés à lutter contre le régime en même temps que pour l’amélioration de leur condition.

11La très riche documentation contenue dans les archives de l’AGA4 apporte un complément, qui semble décisif, à la consultation des publications syndicales. La découverte de ces fonds syndicaux, archivés à Alcalá de Henares, a ainsi largement nourri la réflexion de la troisième partie. L’étude de ces documents, qui sont souvent confidentiels, réservés ou secrets, montre la place prépondérante qu’occupe la surveillance des conflits, et son exploitation pour l’élaboration de stratégies de neutralisation efficaces. Les archives révèlent la complexité des rapports, pendant toute la deuxième partie du franquisme, entre les travailleurs, l’opposition, le régime, le gouvernement et le syndicat. Ce corpus lève le voile sur des actions syndicales méconnues, qui veulent contrecarrer l’immobilisme du pouvoir aussi bien que la progression de l’opposition. Les tentatives d’évolution du syndicalisme vertical et les adaptations juridiques de l’Etat suivent chronologiquement la montée des luttes sociales. Les conflits, et surtout la grève, sous toutes ses formes, jouent donc un rôle fondamental dans l’évolution du syndicat et du régime. La dernière partie de ce travail est ainsi entièrement guidée par l’analyse des fiches, des statistiques, des notes de service, des courriers, des comptes-rendus, et des rapports réservés de l’OSE, qui brossent un portrait global des relations sociales et politiques dans le monde du travail des années soixante et soixante-dix. Elle suit le développement des tensions, des grèves, des manifestations et de l’opposition politique au régime.

12La progression chronologique est essentielle pour comprendre la lutte d’influence qui a lieu jour après jour entre le syndicat unique et les idées d’opposition. Dans les courriers réservés, les rapports confidentiels, les dossiers secrets, dans tous les documents d’étude du conflit et de suivi des luttes, l’évolution de l’OSE se fait clairement sentir, et sa politique de gestion des crises sociales est parfaitement perceptible. Elle commence avec une prise de conscience des problèmes après 1962, se poursuit avec les progrès de la représentation de l’opposition lors des élections de 1966, puis avec la recrudescence des conflits et le regain de tensions en 1967. De 1968 jusqu’à la mort de Franco, la politique prend régulièrement le pas sur l’action revendicative, tout en y demeurant liée. L’OSE a beau mettre toutes ses forces dans cette bataille, se servir de ses structures de surveillance et de suivi d’une façon de plus en plus moderne et réfléchie, utiliser des exemples repérés à l’étranger ou ses nouvelles relations avec l’OIT5, promulguer en 1971 une loi syndicale qui autorise une certaine représentation en dehors de ses structures, elle demeure incapable – en raison de l’immobilité du pouvoir– de trouver des solutions qui ne soient pas ponctuelles ou partielles. Les dispositions qu’elle prend, la gestion qu’elle opère –certaines entreprises très actives comme « La Bazán » en sont un bon exemple–, et l’intense propagande qu’elle met en place par ses services de communication politique et sociale retardent l’échéance et évitent, la plupart du temps, des affrontements directs aux conséquences graves ou tragiques, comme c’est le pourtant le cas en 1972 à El Ferrol. Elle ne parvient cependant pas à apporter la réponse que les travailleurs attendent, puisqu’elle reste, définitivement, et malgré toutes ses campagnes de communication, liée à un pouvoir envers lequel le rejet s’intensifie.

13Ses dernières offensives, après 1972 et 1973, lui permettent certainement de limiter les conflits, ou de les contenir dans des limites acceptables pour le régime, jusqu’en 1975, mais elles seront largement insuffisantes pour lui donner l’occasion de franchir le pas nécessaire à son adaptation à une gestion démocratique, car à cette date, ses deux adversaires, les Commissions Ouvrières et les opposants catholiques, excluent leur participation à un organisme qu’ils ont infiltré depuis longtemps et contre lequel ils ont lutté de l’intérieur. Même si les représentants de l’opposition rêvaient de s’approprier son patrimoine, sa puissance et ses structures, les dirigeants anciens et ceux qui craignaient une prédominance absolue de CCOO préfèreront le voir disparaître.

14L’histoire des tensions sociales est essentielle, car l’OSE se situe face à elles dès ses origines. C’est des conflits qu’elle tire son existence, et c’est à leur contact, dans la lutte qui l’oppose à ses adversaires sociaux et politiques, que se forgent des personnalités et des méthodes qui joueront un rôle de premier plan après la fin du régime et la disparition de la structure syndicale, comme Rodolfo Martín Villa. Le conflit et l’OSE sont liés. L’un met l’autre en évidence, et leur interaction prépare l’Espagne des décennies qui suivront. Si tous les syndicats et tous les opposants sont généralement visés par les gouvernements autoritaires, il est beaucoup plus rare que ce syndicat soit à l’origine, effectivement, le bras du pouvoir dans le monde du travail, mais qu’il prenne conscience ensuite de la réalité d’une opposition active, puis qu’il décide de la gérer pour mieux la combattre. Les archives révèlent l’OSE dans toute sa complexité, et montrent le régime dans sa raideur et ses blocages.

15Elles soulignent les stratégies lucides, construites, d’une modernité surprenante, que l’Organisation applique sans cesse à la gestion des crises sociales, qu’elle veut neutraliser par des moyens plus subtils et élaborés que la simple répression. Mais ces efforts, pourtant considérables, montrent les contradictions et les impasses du syndicat unique, les difficultés qu’il rencontre pour dominer la situation, qui deviendront peu à peu insurmontables. Les méthodes propres à la gestion des crises échouent face à la montée des attitudes d’opposition parce que leurs solutions ne peuvent être que ponctuelles. En dépit de l’importante amélioration de ses services de communication, les blocages que le régime lui impose, comme les antinomies de sa structure, ne lui permettront pas d’apporter la réponse attendue, car elle implique une autre modernité, celle de la liberté syndicale que les autres pays européens connaissent, que certains de ses dirigeants semblent envisager, mais que son origine, ses liens avec le régime, et le rejet des travailleurs, lui interdiront de mettre en œuvre.   

16Le principal problème posé par l’OSE a donc toujours été de déterminer qui en avait la maîtrise, car c’est en bonne partie à travers la conquête de cette maîtrise que s’exprimaient des luttes de conquête du pouvoir. Créée par la dictature, elle avait fini par appartenir en partie à ses cadres, en partie à l’Etat, un peu aux entrepreneurs, mais pas ou peu aux travailleurs. Sa disparition était donc inéluctable en tant qu’instrument de défense authentique de leurs intérêts, car sa dimension, ses structures, son patrimoine, supposaient un pouvoir tel, qu’il était exclu voire impossible –la COS 6 ne durera que quelques mois– de le faire dépendre d’une seule organisation. D’autant plus que les salariés, sensibles à une liberté syndicale si rudement acquise, pas après pas, durant les quinze dernières années du régime, n’auraient certainement pas souffert une direction unique, devenue alors synonyme d’un despotisme insupportable.

Haut de page

Notes

1  Gerardo Salvador Merino, qui fera défiler par milliers des travailleurs à Madrid, est un épisode peu significatif. Il ne dirigera l’OSE que du 9 septembre 1938 au 7 juillet 1941. Son projet de « donner satisfaction aux revendications des travailleurs » et de « détruire les cadres de la bourgeoisie » ne prendra pas forme, et il sera rapidement écarté par le pouvoir. Voir à ce propos, Manuel Ludevid Anglada, 40 años de sindicato vertical, Barcelona, Laia, 1977.

2  En 1951, avait déjà eu lieu la Vaga de tramvies (Huelga de tranvías) de Barcelone. Voir son importance dans : Llibert Ferri; Jordi Muixí; Eduardo Sanjuán, Las huelgas contra Franco, aproximación a una historia del movimiento obrero español de posguerra, Barcelone, Planeta, 1978.

3 Hermandades Obreras de Acción Católica, les Confréries Ouvrières d’Action Catholique.

4  Archivo General de Administración, Alcalá de Henares. La description des cartons d’archives consultés figure dans la bibliographie.

5  Organisation Internationale du Travail.

6  Coordinadora de Organizaciones Sindicales, septembre 1976.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danièle Jouffroy, « Quand la gestion des conflits devient impossible  », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 29 janvier 2010, consulté le 26 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/2766 ; DOI : 10.4000/ccec.2766

Haut de page

Auteur

Danièle Jouffroy

CRIMIC – Université Paris IV Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org