Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations

Mémoire et édition pendant la transition démocratique espagnole: la collection «Espejo de España» des Éditions Planeta de 1973 à 1978

David Escobar
Référence(s) :

Thèse dirigée par le Professeur Vincent Garmendia, soutenue le 3 décembre 2008 en l’Université Michel de Montaigne Bordeaux-III devant un jury composé de Mesdames et Messieurs les Professeurs Christine Rivalan-Guégo, Rennes-II, Présidente ; Marie-Aline Barrachina Nice-Sophia Antipolis ; Danièle Bussy-Genevois, Paris-viii ; Jean-Michel Desvois, Bordeaux-iii ; Vincent Garmendia Bordeaux-iii, directeur.

Texte intégral

1La collection « Espejo de España » des Editions Planeta, créée en 1973 par le directeur littéraire Rafael Borràs Betriu, fait aujourd’hui figure d’archétype. En effet, elle constitue l’une des réponses les plus abouties à une demande croissante de la part du lectorat espagnol du début des années soixante-dix, qui recherche une meilleure connaissance historique et mémorielle de son passé récent.

2La collection, qui devait durer jusqu’en 1995 et regrouper jusqu’à 178 ouvrages, se proposait de combler toute une série de lacunes concernant l’histoire contemporaine de l’Espagne. Ces lacunes n’étaient certes pas le fait du hasard, mais bien le fruit d’une politique délibérée, mise au point à l’issue de la Guerre Civile et de la victoire franquiste.

3Dans une perspective de contrôle de la mémoire et de l’histoire officielle, la dictature franquiste mit au point une politique culturelle tournée vers une vision univoque du passé, en accord avec une légitimation du régime. Pour ce faire, plusieurs dispositifs furent mis en place. D’une part, l’État encouragea la production d’œuvres aux prétentions historiques chargées de présenter sous un jour favorable la dynamique qui devait aboutir à la Guerre Civile, dépeinte comme une « Croisade » contre une République « communiste, séparatiste et athée ». En outre, la dictature franquiste devait apparaître comme une solution providentielle en accord avec le destin impérial d’une Espagne « éternelle » qui puisait ses racines dans l’historiographie la plus réactionnaire.

4Par ailleurs, l’une des priorités du régime franquiste fut l’adhésion à ces thèses de la jeunesse espagnole à travers un système éducatif qui mettait en avant une lecture de l’histoire empruntée à des historiens tels que Marcelino Menéndez y Pelayo. Il s’agissait de créer une profonde dichotomie s’articulant sur l’opposition entre d’une part une Espagne « éternelle » légitime et d’autre part, une soi-disant anti-Espagne qu’il convenait de combattre voire d’annihiler. Parallèlement, l’État franquiste organisa avec célérité une administration de la censure chargée de veiller à l’orthodoxie de toutes les publications au regard du discours officiel. Cet appareil de censure veilla tout particulièrement à la conformité des textes avec l’interprétation franquiste de l’histoire.

5Néanmoins, la censure sous le régime franquiste doit consentir à des ajustements qui l’obligeront à relever ses seuils de tolérance, ce qui se traduira notamment par la promulgation de la Ley de Prensa en mars 1966. A partir de cette nouvelle législation, le monde éditorial pourra commencer à promouvoir des ouvrages au contenu historique ou mémoriel qui ne suivront pas forcément les lignes de l’historiographie franquiste.

6Plus tard, l’avènement de la transition démocratique ne signifiera pas pour autant un âge d’or de la mémoire historique. En effet, si le monde éditorial se montre dynamique pour répondre à une demande croissante de la part d’un lectorat avide de savoir sur son passé immédiat, les hautes sphères de l’État ne font pas preuve du même empressement. Bien au contraire, il s’agit de temps incertains où aucune tendance politique ne s’affirme clairement sur les autres, où la question des institutions politiques héritées du franquisme est un tabou que l’on évite d’évoquer. Par conséquent, la politique mémorielle menée par les instances officielles à partir de 1975 se caractérise par une pusillanimité qui a mené certains intellectuels à parler de « pacte du silence » ou de « pacte de l’oubli » pour qualifier cette méfiance à l’égard de ce débat autour de la mémoire historique. Face à la précarité des équilibres politiques, face à des institutions non encore stabilisées, le spectre d’un nouveau conflit civil semble imposer beaucoup de prudence et de retenue quant à la remémoration officielle du passé immédiat.

7Ainsi assiste-t-on à une situation qui peut paraître paradoxale. D’une part, un lectorat de plus en plus nombreux se passionne pour des ouvrages qui proposent une relecture critique de l’histoire contemporaine de l’Espagne dans ses aspects les plus conflictuels que sont la République, la Guerre Civile et la dictature. D’autre part, l’opinion publique est majoritairement à l’unisson de l’élite politique dans son désir de modération en ce qui concerne la politique mémorielle. Si le citoyen espagnol des années soixante-dix est avide de mémoire, il s’agit avant tout d’une mémoire qui doit rester dans la sphère privée, dans la mesure où toute instrumentalisation publique de la mémoire comporterait un aspect potentiellement conflictuel.

8Si la mémoire historique a souvent constitué un problème pour l’État espagnol, cette problématique a également façonné en partie le parcours intellectuel et professionnel de Rafael Borràs Betriu. En effet, dès la création par ce dernier de la revue La Jirafa en 1956, sous les auspices de la revue « d’ouverture » Índice et sous l’influence d’autres revues d’inspiration phalangiste telles que Revista ou Escorial. Pour une certaine frange de la Phalange, sous l’impulsion directe de Dionisio Ridruejo, il s’agit de pousser l’État franquiste vers des positions plus réformistes et plus ouvertes à la réconciliation avec les exilés. C’est ainsi que Rafael Borràs et un certain nombre des collaborateurs de la revue se font l’écho d’une attitude accueillante envers des pans entiers de culture qui se situent à l’extérieur de la culture officielle. De cette manière, on observera dans les colonnes de la revue un intérêt pour García Lorca, la littérature et la culture catalanes, ainsi que pour les grandes figures du libéralisme espagnol. D’une certaine manière, mais sans pour autant en avoir pleine conscience, Rafael Borràs et les animateurs de la revue esquissent les prémisses de ce qui deviendra plus tard une réelle volonté de récupérer une mémoire que le régime aurait voulu bannir à jamais.

9Par ailleurs, Rafael Borràs affinera au fil des années dans le monde de l’édition un projet éditorial de plus en plus ambitieux. Son parcours lui permettra notamment de travailler pour le compte des éditions Ariel, Alfaguara et Nauta avant d’intégrer les éditions Planeta. Au sein de ces maisons d’édition, il pourra affirmer ses ambitions et construire un projet éditorial de plus en plus précis.

10Ainsi, il sera à l’origine de la collection « Horas de España » aux éditions Ariel, puis de la collection « Los Libros de la Veleta-serie documentos » chez Nauta. Ces deux collections lui permettent d’approfondir le projet d’une collection consacrée aux mémoires et à la vulgarisation historique, projet qui verra sa consécration avec « Espejo de España » à partir de 1973 chez Planeta.

11Effectivement, l’entrée de Rafael Borràs à la direction littéraire des éditions Planeta signifie précisément la rencontre entre deux parcours fort différents dans le monde du livre. Pour reprendre la grille de lecture formulée par Pierre Bourdieu, José Manuel Lara Hernández, le tout-puissant patron du groupe Planeta s’est toujours situé de manière hétéronome par rapport aux attentes immédiates du public, ce qui l’amena à privilégier la publication d’ouvrages susceptibles de devenir des best-sellers.

12En revanche, le positionnement de Borràs, sans être complètement autonome par rapport au goût du lectorat, a souvent consisté à devancer les attentes immédiates de ce dernier pour lui proposer un retour sur des époques trop vite oubliées et dignes d’être remémorées.

13Ainsi, la conjonction entre le capital économique de José Manuel Lara et le capital symbolique de Rafael Borràs permet-elle l’éclosion d’une collection de l’ampleur d’ « Espejo de España ».

14La collection ainsi créée se propose d’embrasser les aspects les plus divers du passé récent de l’Espagne en proposant au lecteur des mémoires de témoins privilégiés de la grande histoire, qu’ils émanent du camp franquiste ou du camp républicain. Ce parti pris pluraliste et tolérant deviendra très vite la signature d’« Espejo de España ». En outre, la maison Planeta n’a aucun mal à attirer à elle des auteurs aussi prestigieux et différents que Claudio Sánchez Albornoz, José María de Areilza, Dionisio Ridruejo ou Diego Abad de Santillán.

15Quant aux thématiques traitées, après des années d’une histoire officielle régnant quasiment sans partage, elles livrent au lecteur espagnol une vision beaucoup plus équilibrée de son histoire immédiate en intégrant largement le point de vue des vaincus de l’histoire.

16Qui plus est, dans le contexte de la transition démocratique, la collection apporte en quelque sorte sa contribution à une meilleure appréhension du moment historique. En divulguant des éclairages nouveaux sur les années que viennent de vivre les Espagnols, elle leur permet d’une certaine manière de faire une lecture plus lucide du présent et de faire des choix politiques en connaissance de cause. Ainsi, toutes proportions gardées, « Espejo de España » répond à une demande de mémoire privée qui se révèle fort utile en des temps où il importe de faire des choix politiques qui engageront l’Espagne pour des dizaines d’années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Escobar, « Mémoire et édition pendant la transition démocratique espagnole: la collection «Espejo de España» des Éditions Planeta de 1973 à 1978 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 29 octobre 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/2764 ; DOI : 10.4000/ccec.2764

Haut de page

Auteur

David Escobar

Docteur, Université Michel de Montaigne-Bordeaux-iii

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org