Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Compte rendu de Exils, passages et transitions. Chemins d’une recherche sur les marges

Brigitte Magnien
Référence(s) :

Études rassemblées par Anne Dubet et Stéphanie Urdician, Clermont-Ferrand, Centre de recherches sur les Littératures Modernes et Contemporaines de l’Université Blaise-Pascal Clermont-II, 2008, 476 p.

Texte intégral

1Ce livre a été publié en hommage à Rose Duroux. Les ouvrages édités « en hommage » à un enseignant-chercheur, quand celui-ci prend sa retraite, et qui rassemblent les travaux de ses collègues, amis et collaborateurs, manquent parfois de cohérence et d’unité thématique, chacun se contentant le plus souvent d’apporter un fragment de ses recherches du moment. Ce n’est pas le cas de ce volume, car malgré l’origine variée des quarante-cinq intervenants et la multiplicité des approches, des disciplines et des perspectives abordées, la plupart des travaux font écho aux thèmes auxquels Rose Duroux a consacré ses recherches, et à ses préoccupations.

2 Comme le titre l’annonce, il s’agit dans ce livre de passages de frontières : exils, émigrations, expulsions, déportations, évacuations, expatriations, exodes, Retirada, diasporas, pèlerins, réfugiés, migrants, immigrés, rapatriés… sont les mots-clés de cet ouvrage, avec pour corollaires transitions, insertions, marges, identités perdues et retrouvées…

3Deux grandes parties égales composent l’ouvrage : « Migrations » et « Identités ». Dans l’une comme dans l’autre il est fait appel à l’histoire, à l’enquête, l’histoire culturelle, l’auto-biographie, la presse, la littérature (poésie, théâtre, roman), l’image ou le film pour évoquer la rupture que représente le passage d’un pays à un autre et la perte d’identité qu’il entraîne.

4La photo de couverture qui montre un monument érigé dans un port de Tenerife (Canaries) représentant un émigrant chargé de valises, rappelle que dans son histoire l’Espagne a longtemps été incapable d’assurer travail et subsistance à ses habitants, les obligeant à émigrer au-delà des mers. Pourtant l’Espagne a aussi été terre d’accueil, et la thèse de Rose Duroux sur la présence des Auvergnats en Castille l’avait déjà bien montré ; mais ce pays très catholique se méfiait des étrangers, et la notion d’« extranéité », devenue plus tard « extranjería » n’autorisait guère un accueil bienveillant, comme le confirment divers articles : les morisques déportés de Grenade après la révolte des Alpujarras sont contrôlés et confinés dans des lieux sûrs (B. Vincent), les milliers d’ecclésiastiques français qui fuient la Révolution de 1789 sont dispersés dans le territoire, mis à l’écart dans des couvents déjà bondés et exclus du corps social (J-P. Luis); à part quelques négociants établis dans les ports du nord (O. Rey Castelao), la situation des étrangers en Espagne n’est guère florissante, comme le laisse entendre Jacques Soubeyroux dans son analyse des actes notariaux et des « déclarations de pauvreté » de l’Hôpital Général de Madrid dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

5Tous les exils sont douloureux, même ceux, volontaires, qui permettent un espoir de progrès ; c’est le cas de ce travailleur mexicain qui traverse le fleuve au risque de sa vie pour aller affronter aux États-Unis la discrimination raciale, l’exploitation et l’expulsion, mais s’accroche avec plus de force que jamais aux plus anciennes traditions de son pays d’origine (A. Campos Moreno). D’autres exils, subis, provoquent le désespoir ; c’est ce que déclarait (dejà !) une héroïne de Cervantes, la morisque Cenotia « arrachée de sa patrie » : « la persecución de los que llaman inquisidores en España me arrancó de mi patria: que cuando se sale por fuerza della, antes se puede llamar arrancada que salida » (dans Los trabajos de Persiles y Segismunda de 1617 que nous fait redécouvrir M. Nerlich). Un grand nombre d’articles de ce livre (dix-sept) traitent de l’exil qui en 1939 « arracha » des centaines de milliers d’espagnols de leur pays, enfants, comme le furent Rose, Raquel et tant d’autres, et adultes, républicains ou pas. Il y est question du passage affolé des frontières, des familles dispersées, du confinement dans les camps, des contrôles, surveillances et interdictions multiples, de la méfiance des États (A. Niño) et du rôle équivoque d’organismes internationaux comme la Croix-Rouge (C. Alonso et S. Farré). Pour préserver leur identité ces déracinés, arrachés à leur milieu d’origine et condamnés à une très longue séparation, n’avaient qu’un recours, la fidélité à leur culture, ce qui, paradoxalement, nuisait à leur insertion dans le pays d’accueil. C’est ce qu’explique en termes clairs Clara E. Lida quand elle évoque le rôle des espaces propres que se créèrent les espagnols émigrés au Mexique, des écoles en particulier, où les enfants espagnols étaient élevés dans la nostalgie d’un monde perdu, ce qui contribua à façonner une culture du déracinement, « una cultura en vilo », qui les détournait de leur rencontre avec la société mexicaine.

6Dans le chapitre « Écritures poétiques de l’exil » sont évoqués des écrivains assez peu étudiés en Espagne : grâce au récit de Juan Rejano (que rappelle M. Aznar Soler), on assiste, sur le bateau Sinaïa qui vogue vers le Mexique, à la création du poème de Pedro Garfías qui sera considéré comme « el evangelio de los exiliados » : « España que perdimos, no nos pierdas… ». Ernestina de Champourcín qui s’est bien intégrée à la vie mexicaine, connaît un deuxième exil quand elle rentre en Espagne en 1972, où elle aimerait pouvoir réunir tous ses êtres chers « sin mar que nos separe » (A. Alted). Bernard Sicot nous fait découvrir les deux versions inédites d’un curieux poème de Max Aub partagé entre son admiration pour le talent poétique de Luis Cernuda et son antipathie pour l’homme, que n’atténue pas sa solidarité dans l’exil.

7Les notions d’extranéité et d’identité changent il est vrai selon les liens qui définissent l’appartenance à une communauté ou les critères d’exclusion, et ces liens et ces critères varient selon les conjonctures. J’en citerai quelques exemples, puisés dans le chapitre plus disparate mais joliment intitulé « Identités de passage », en commençant par le plus pittoresque : Il était recommandé aux XVIIe et XVIIIe siécles en Méditerranée de savoir emprunter une fausse identité, se travestir, changer de nom, de langue, de religion, soit pour s’inventer une « pureza de sangre » bien utile, soit pour se défendre et pouvoir naviguer dans un contexte maritime d’insécurité (N. Planas). Autre exemple : les multiples et contradictoires lectures de l’oeuvre de Nietzsche tiennent sans doute en partie au fait que cet écrivain vécut toute sa vie dans un exil physique, affectif et intellectuel forcé autant que volontaire, si bien que son oeuvre fut longtemps ignorée ou sa pensée déviée, voire manipulée (S. Botet). Dernier exemple pour finir : l’histoire de l’Argentine est celle d’un pays d’accueil de l’étranger, mais quand cet exil est un refuge pour les criminels de guerre nazis qui échappent de la sorte à la justice, le pays qui les accueille est aussi coupable du même crime : en rappelant ce passé dans une pièce dramatique représentée en 2002, l’auteur, Patricia Suárez, fait évidemment référence à l’oubli institutionnalisé, à l’amnistie dont ont bénéficié plus récemment les criminels des dictatures militaires qui ont frappé les pays du Cône Sud (S. Urdician).

8Du dernier chapitre « Identités au féminin », on pourrait retenir encore de belles études : une enquête sur les prénoms emblématiques féminins à l’époque moderne, bien avant que ne « naisse Carmen » (A. Molinié), un article sur le sort des veuves en France, victimes d’un système très inégalitaire (A. Fauve) et encore la très belle analyse du dernier journal de Zenobia Camprubi, cet exercice quotidien d’écriture qui prend pour cette femme courageuse valeur de « asidero », planche de salut contre la perte de ses repères dans le long exil, l’incertitude de l’avenir, la lassitude face à la dépression de Juan Ramón Jimenez, le renoncement, la « monotonía del dolor ».

9En conclusion je ne peux que reprendre les mots des présentatrices de cet ouvrage : c’est un beau « travail collectif animé par un sentiment de respect et de sympathie à l’endroit de celle à qui il est dédié ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Magnien, « Compte rendu de Exils, passages et transitions. Chemins d’une recherche sur les marges », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 31 juillet 2009, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://ccec.revues.org/2756

Haut de page

Auteur

Brigitte Magnien

Maître de Conférences Honoraire, Université Paris-VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org