Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Compte rendu de Juan de Olavarría, « Reflexiones a las Cortes » y otros escritos políticos, selección, presentación y notas de Claude Morange

Pierre Géal
Référence(s) :

Colección « Textos Clásicos del Pensamiento Político y Social en el País Vasco », 10, Bilbao, Universidad del País Vasco, Servicio Editorial, 2007, 420 p.

Texte intégral

1Derrière la modeste apparence d’une simple anthologie rassemblant quelques écrits dispersés d’un auteur méconnu, ce livre recèle une découverte. On se souvient, en effet, que C. Morange concluait son précédent ouvrage, Una conspiración fallida y una Constitución nonnata (1819) [2006] par une hypothèse : l’énigmatique « Beitia », dont la signature apparaissait au bas du minutieux projet élaboré en 1818-1819 par un groupe de conspirateurs, objet de cette étude, était probablement Juan de Olavarría. La confirmation de cette intuition, grâce à des documents d’archives, a conduit C. Morange à s’intéresser de plus près à ce personnage jusqu’ici presque entièrement négligé par les historiens.

2La présentation qui précède cette anthologie retrace la biographie de ce Basque né à Bilbao en 1787 et mort, sans doute à Bayonne, en 1837. L’action étant, chez Olavarría, inséparable de la réflexion, C. Morange intègre judicieusement l’analyse de l’œuvre au parcours biographique. Une cohérence se dégage ainsi, mais aussi des évolutions voire des contradictions qui, en réalité, s’expliquent par la volonté constante d’Olavarría de prendre en compte les circonstances et d’adapter son discours à ses interlocuteurs.

3Hormis l’appartenance de son père à la bourgeoisie marchande de Bilbao, et de probables études en France, la vie d’Olavarría demeure mystérieuse jusqu’en 1816, date de sa participation à la conspiration de Renovales. Son comportement durant la Guerre d’Indépendance, notamment, reste inconnu. A-t-il été afrancesado, comme le laisse supposer la sollicitude qu’il montrera par la suite, dans ses écrits, à l’égard de ceux qui le furent ? Fait prisonnier en 1816, il parvient à s’échapper et s’installe à Bayonne, où il participe activement à la conspiration de 1819, la seule de cette époque dont les projets précis nous soient désormais connus grâce au précédent ouvrage de C. Morange, qui en rappelle ici utilement les points fondamentaux (p.27):

En conjunto, el proyecto de 1819 se nos aparece como un intento de aclimatación en España del liberalismo francés contemporáneo, en lucha contra los nostálgicos del Antiguo Régimen. Violentamente antifernandino, porque los emigrados estaban convencidos, tal vez un poco ingenuamente, de que el « Tirano » era el principal obstáculo a una entrada de España en la modernidad, se caracteriza al mismo tiempo por el rechazo del modelo doceañista […]. Más girondino que jacobino, más termidoriano que bonapartista, más industrialista que doctrinario, ofrece una curiosa mezcla de moderación (en el terreno institucional) y radicalismo (por la voluntad de laicización de la sociedad española, y otros aspectos como la gratuidad de la enseñanza y de la justicia), lo que obliga a refrenar la tentación de caracterizarlo como una contra-constitución de Cádiz.

4De retour à Bilbao dès 1820, Olavarría prend part très vite à certaines polémiques qui ont lieu au grand jour, la presse ayant retrouvé une grande liberté. On le voit ainsi intervenir dans le débat suscité par la brochure que publie un libéral de Bilbao, moins pour prendre parti en sa faveur que pour prôner un usage raisonné de la liberté de la presse, qui doit servir à la diffusion d’idées utiles à la nation et non à la satire personnelle, témoignant par là d’un certain idéalisme (« presque maladif », ajoute C. Morange) en même temps que d’une ludicité rare, à cette date, sur les risques de détérioration du débat politique dans l’espace public.

5C’est de cette volonté de nourrir le débat que participent les Reflexiones a las Cortes rédigées à la veille de l’ouverture des Cortes mais publiées seulement en juillet 1820. L’analyse détaillée qu’en fait C. Morange permet de mesurer leur proximité encore marquée vis-à-vis de l’idéologie du « plan Beitia » mais aussi les inflexions qu’il lui fait subir pour l’adapter au nouveau contexte. En affirmant vouloir seulement proposer des réformes partielles susceptibles d’améliorer la Constitution de Cadix, il fait preuve d’une prudence qui n’était pas de mise dans le « plan Beitia » ; pour autant, ce respect à l’égard de la Constitution ne l’empêche pas de défendre, notamment, une limitation du droit de vote basée sur la propriété (considérée non comme simple possession, mais comme capacité de production), fondement et garantie de tout système libéral. Du « plan Beitia », il reprend la proposition de création d’un sénat qui permettrait, en jouant le rôle d’un corps modérateur, de préserver le prestige et l’inviolabilité du roi : un bicaméralisme en réalité aux antipodes du régime élaboré par les Cortes de Cadix. Si les considérations sur la nécessité d’une garde nationale capable de protéger le régime sont beaucoup plus développées que dans le « plan Beitia », en revanche, s’agissant de la laïcisation de la société, les Reflexiones sont très en retrait – si ce n’est sur la question de la nationalisation des biens de l’Eglise.

6En définitive, résume C. Morange, « el proyecto que defiende es una fórmula de justo medio, posibilista, gradualista y, sobre todo, impregnada del espíritu industrialista que refleja las aspiraciones de la clase media ».

7De telles idées ne pouvaient que choquer la majorité des libéraux, opposés à toute révision constitutionnelle dans l’immédiat. De fait, l’opuscule d’Olavarría fit l’objet d’une plainte, instruite par la junta de censura provinciale. Dans sa défense, Olavarría insiste tout particulièrement sur la liberté de critiquer, condition essentielle du progrès. Sur le fond, il tente d’atténuer la portée des reproches qu’il adresse à la Constitution de Cadix en présentant ses observations comme l’expression de principes universellement admis. La défense d’Olavarría ne fit qu’exaspérer davantage la junta de censura, qui confirma en décembre 1820 l’interdiction de l’ouvrage.

8Malgré ces déboires, la nomination d’Olavarría au poste d’administrateur des douanes d’Irún montre qu’il a les faveurs du régime. Il semble même que cet emploi serve de couverture à des actions secrètes visant à défendre l’Espagne constitutionnelle : ainsi, en 1822, il participe à un projet qui a pour but de susciter un soulèvement libéral au sein de l’armée française stationnée dans les Pyrénées. Cet activisme libéral le conduit à quitter l’Espagne lorsque se produit en 1823 l’invasion des « Cent Mille fils de Saint Louis ».

9Son deuxième exil – qu’il passe pour l’essentiel en France et en Belgique – nous le montre très actif : on le voit ainsi en contact avec Espoz y Mina, rédiger des mémoires à l’intention du duc d’Orléans et de Canning afin de les intéresser à une restauration du constitutionnalisme en Espagne, sans succès. Il est directement impliqué dans une mission qu’effectue Juan Mata de Echevarría à Madrid, en mai 1826, pour connaître l’état d’esprit des modérés et évaluer les possibilités d’une implantation du régime constitutionnel. Pour cette mission, Olavarría rédige sous le pseudonyme de Junio un manifeste, des décrets, mais aussi cinq mémoires visant à convaincre Ferdinand VII de la nécessité de réformer son régime, documents inédits qui n’avaient été jusqu’ici que brièvement évoqués par M. Artola.

10Dans ces mémoires, Olavarría multiplie les arguments les plus divers – au détriment de leur cohérence idéologique – susceptibles d’impressionner un monarque pusillanime, insistant notamment sur le caractère inéluctable et irrésistible du progrès, mu par la force des idées. La solution proposée (« ideas nuevas en formas viejas »), cependant, ne débouche pas sur une nouvelle constitution et ménage les prérogatives traditionnelles du roi. Nécessairement très différent du « plan Beitia » et des Reflexiones de 1820, en raison du destinataire, ce programme revient toutefois sur deux points chers à Olavarría : l’anticléricalisme et le fédéralisme (entendu non plus comme une autonomie administrative, mais comme la base même de la monarchie en tant qu’Etat fédéral représentatif).

11Olavarría rentre finalement en Espagne à la mort de Ferdinand VII. Toujours actif, il participe à la conspiration de 1834 (la « Isabelina ») qui se produit en réaction à la promulgation de l’Estatuto Real, en rédigeant à la hâte un projet de constitution conçu comme une arme de contre-offensive.

12La même année, il adresse à María Cristina un mémoire rédigé en 1833, à l’intention de Ferdinand VII, sur le moyen d’« améliorer la condition physique et morale du peuple espagnol » (il a été réédité en 1988 par A. Gil Novales). La formule « pan y luces » employée par Olavarría résume bien ce que C. Morange caractérise comme un curieux mélange de retour à la thématique des Lumières (en particulier l’instruction) et d’esprit industrialiste moderne.

13Avant de mourir en 1837, il réalise des missions secrètes pour le gouvernement, dans le contexte de la rébellion carliste.

14Au terme de son étude, tentant de mieux cerner le personnage, C. Morange souligne la cohérence de son parcours idéologique, du « plan Beitia » au projet constitutionnel de 1834 : expression d’un « libéralisme modéré, antidémocratique, fortement influencé par le modèle français contemporain ».

15La qualité de ce nouveau travail de C. Morange (à qui l’on pourrait à bon droit appliquer la formule « hombre de ilustración nada común » que J. Puyol utilise pour évoquer la figure d’Olavarría) et l’intérêt des textes sélectionnés et soigneusement annotés révèlent à quel point l’étude précise d’un penseur « mineur » qui est en même temps un protagoniste relativement secondaire de l’histoire de l’Espagne permet de jeter une lumière nouvelle sur des enjeux idéologiques décisifs pour l’Espagne de la fin de l’Ancien Régime.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Géal, « Compte rendu de Juan de Olavarría, « Reflexiones a las Cortes » y otros escritos políticos, selección, presentación y notas de Claude Morange », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 03 août 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://ccec.revues.org/2755

Haut de page

Auteur

Pierre Géal

Maître de Conférences, Université Grenoble-III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org