Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Compte rendu de l’ouvrage de Colette Rabaté ¿Eva o María ? Ser mujer en la época isabelina, (1833-1868)

Marie-Aline Barrachina
Référence(s) :

Prologue María del Carmen Simón Palmer. Ediciones Universal,  Salamanca, 2007, 326 pages.

Texte intégral

1Colette Rabaté propose avec ce livre une incursion dans le petit monde des femmes des classes moyennes espagnoles entre le début de la régence de Marie Christine et la fin du règne d’Isabelle II. Le titre et le sous titre de l’ouvrage laissent entendre d’emblée qu’il se situe dans la perspective d’une étude des représentations, représentations qui, dans le cas de l’Espagne du milieu du XIXe siècle, sont imprégnées d’une culture catholique largement hégémonique.  L’allusion à Eve et à Marie est en effet plus qu’explicite.

2Le livre se compose de dix chapitres, précédés d’un « avertissement liminaire » sur lequel nous reviendrons, et d’une conclusion sobre et efficace. Outre une bibliographie substantielle de 18 pages, révélatrice de la richesse et de la variété des sources consultées, Colette Rabaté propose deux index d’une extrême utilité. L’index onomastique, qui comporte 78 entrées, liste exclusivement les noms des personnes, des œuvres et des auteurs cités contemporains de la période étudiée. Rapporté à la liste des sources (147 entrées), cet index montre le travail de sélection réalisé par l’auteure dans la masse des sources qu’elle avait à sa disposition et qu’elle a manipulées. Le second index, thématique, permet d’apprécier le poids respectif des concepts et des notions mis en jeu dans un travail qui recherche les traces d’une réalité sociale volatile en croisant des sources épistolaires, romanesques, journalistiques, médicales, pédagogiques … avec des données historiques extrêmement variées.

3Dans une introduction opportunément intitulée « advertencia liminar ». Colette Rabaté expose clairement sa méthodologie, sans en dissimuler les limites : il s’agit pour elle de montrer comment un système de représentations fondé sur des textes de fiction, sur la presse, sur des textes normatifs ou didactiques, impose petit à petit au milieu du XIXe siècle un certain modèle de féminité, afin de permettre un meilleur contrôle des évolutions induites par les mutations de la société. Or, comme elle le souligne pertinemment, le terrain d’observation privilégié des écrivains du milieu du XIXe siècle est le milieu de l’aristocratie et de la bourgeoisie citadine. On pourrait ajouter que la cible des recommandations qui figurent dans les traités de morale, d’hygiène et d’éducation est aussi cette même catégorie socioéconomique. María Victoria López Cordón avait déjà remarqué que même la Pardo Bazán avait été incapable de se détacher de sa propre réalité et avait étendu à l’ensemble de la population féminine espagnole les caractères spécifiques de cette catégorie au demeurant restreinte qu’étaient les femmes de la bourgeoisie et de l’aristocratie citadine1. Sans doute la réalité sociologique et économique des femmes de l’époque considérée dépasse-t-elle largement cette réalité-là, et Colette Rabaté le reconnaît volontiers. Mais elle affirme à bon escient qu’une fois posées ainsi les bornes de son champ de recherche et définies ses limites sociologiques, il est possible d’exploiter utilement des textes littéraire pour y débusquer des pistes éclairantes sur les mentalités et leur évolution. De fait, grâce à un minutieux décryptage des textes, le travail de Colette Rabaté met à jour des représentations stéréotypées et pourtant contradictoires, révélatrices d’une société qui, se voyant contrainte de reconnaître aux femmes un droit à l’éducation et même un rôle social de premier plan, tente d’établir des normes qui lui permette de conserver le contrôle.

4En cohérence avec les principes méthodologiques énoncés dans son avertissement, l’auteure consacre son premier chapitre à un bref rappel du cadre sociohistorique que cible son étude, et dresse la carte des catégories littéraires dans lesquelles elle puise ses sources principales : costumbrisme, théâtre, roman, poésie, mais aussi littérature normative et presse féminine. Les chapitres suivants suivent en quelque sorte la chronologie de la vie d’une femme depuis ses années d’enfance avec l’éducation (chapitre 2) jusqu’au mariage et au veuvage (chapitre 5) et à la maternité (chapitre  6) en passant par deux chapitres consacrés aux relations amoureuses (chapitre 3) et au choix d’un mari (chapitre 4). Les deux chapitres suivants s’affranchissent de la chronologie pour évoquer des questions de la vie quotidienne et de leur rapport à telle ou telle forme d’émancipation : loisirs (chapitre 7), travail (chapitre 8). Enfin, les chapitres 9 et 10 évoquent les incontournables questions de la morale sexuelle (chapitre 9) et de la question de l’émancipation (chapitre 10). Dans une langue alerte et exempte de jargon, Colette Rabaté propose avec cet ouvrage un panorama synthétique qui montre combien la question féminine est devenue une question brûlante au milieu du XIXe siècle. L’importance quantitative des textes consacrés aux femmes à l’époque n’est-elle pas en elle-même significative ? Si elles n’ont que rarement lieu d’étonner, les conclusions partielles de l’ouvrage ont le réel mérite de confirmer et de dater tel ou tel changement dans les mentalités, comme le montre l’exemple qui suit : la lecture patiente et minutieuse des textes permet à l’auteure d’affirmer que la littérature n’accordera une place prépondérante au rôle de mère que dans les années 60 du XIXe siècle. Si de 1833 à la fin du règne d’Isabelle II, c’est sur la fille et sur l’épouse que se concentre l’attention des écrivains (p. 105, chapitre 4, « Elegir estado »), une véritable mystique de la maternité s’instaure dans la deuxième moitié du siècle (p. 160, chapitre 6). Certaines autres remarques donnent matière à réflexion, comme par exemple celle qui concerne la modification imperceptible du regard sur le célibat qui, jusqu’alors handicap social insurmontable, devient subrepticement un choix délibéré pendant cette période (p. 115).

5En conclusion, Colette Rabaté a manipulé avec rigueur et modestie une grande quantité de sources extrêmement variées  – et pas seulement littéraires, même si ces dernières occupent une place importante dans le corpus – pour proposer au lecteur, en toute connaissance de cause, une approche partielle de la réalité féminine sous le règne d’Isabelle II, cette réalité qui se trouve à l’interface entre le vécu individuel et la norme sociale dans le monde spécifique des classes moyennes citadines.

Haut de page

Notes

1  Maria Victoria López Cordón, « La situación de la mujer a finales del Antiguo régimen, 1760-1860 » Rosa Capel (dir.), Mujer y sociedad en España, 1700-1975, Instituto de la Mujer, 2° ed, 1986, p. 51.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Aline Barrachina, « Compte rendu de l’ouvrage de Colette Rabaté ¿Eva o María ? Ser mujer en la época isabelina, (1833-1868) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 03 août 2009, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://ccec.revues.org/2750

Haut de page

Auteur

Marie-Aline Barrachina

Professeure des UniversitésUniversité de Nice-Sophia AntipolisCentre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, CMMC-MSH (UNS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org