Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Habilitations à diriger des Recherches

Cultures et pratiques de la résistance antifranquiste

D’une histoire sociale à une histoire culturelle, dossier présenté en vue de l’obtention du diplôme de l’Habilitation à Diriger des Recherches
Culturas y prácticas de la resistencia antifranquista
Mercedes Yusta Rodrigo

Notes de la rédaction

Habilitation à diriger des recherches soutenue le 6 décembre 2008 en l’Université Paris-VIII devant un jury composé de MM. Les Professeurs Marie-Aline Barrachina, Université de Nice ; Danièle Bussy Genevois, Université Paris-VIII (directrice) ; Marie-Claude Chaput, Université Paris Ouest Nanterre La Défense ; Jean-Michel Desvois, Université Bordeaux-III, Carlos Forcadell, Université de Saragosse; Jean-Marie Guillon, Université de Provence ; Danielle Tartakowsky, Université Paris-VIII.

Texte intégral

Résumé des travaux

1Les travaux réunis dans ce dossier d’habilitation présentent l’évolution d’une démarche scientifique dont l’objectif est celui de proposer de nouvelles interprétations historiographiques de la résistance espagnole contre le franquisme, en utilisant des approches et des outils conceptuels empruntés aussi bien à l’histoire sociale qu’aux nouveaux paradigmes proposés par l’histoire culturelle. L’ensemble des travaux est organisé en trois sous-ensembles, qui correspondent à trois approches différentes du sujet : l’interprétation de la guérilla comme une manifestation de la violence politique vécue dans l’Espagne de l’après-guerre civile, les problématiques liées à la mémoire de ces événements et son rapport à l’écriture de l’histoire, et finalement les nouvelles problématiques mises en évidence par l’analyse de ce phénomène résistant à partir de l’approche de genre.

2En Espagne, la résistance armée contre le franquisme, connue populairement comme « la guerrilla » ou « el maquis », marque fortement l’évolution sociale et politique des premières années de la dictature franquiste et oriente significativement l’attitude du pouvoir en place vis-à-vis d’une partie de la population. L’interprétation proposée prend en compte l’évolution sociale des zones rurales sur lesquelles la guérilla antifranquiste a eu une emprise particulière, en vue de montrer comment cette évolution a été fortement marquée par l’existence même du phénomène de la guérilla. En outre, un cadre comparatiste est adopté pour montrer que cette guérilla fait partie des mouvements européens de résistance contre le franquisme. Finalement, l’impact de cette guérilla sur la population, les conséquences de l’usage généralisé de la violence comme voie de résolution des conflits, voire les heurts entre différentes traditions et cultures politiques à l’intérieur même de la guérilla, mettent en évidence la complexité d’un sujet trop souvent traité dans une optique exclusivement descriptive et narrative.

3Ces problématiques font écho aux demandes sociétales que connaît l’Espagne d’aujourd’hui autour de la gestion de sa mémoire récente et des usages politiques du passé. La réflexion autour de ce qu’il est convenu d’appeler « la récupération de la mémoire historique », le constat de l’emprise de la mémoire de la guerre et de l’après-guerre dans l’Espagne d’aujourd’hui, débouchent sur l’historicisation de l’apparition d’un mouvement social « mémoriel » dans l’Espagne actuelle. Il s’agit d’un nouveau champ de recherche dont l’objet n’est plus constitué par les événements en soi, mais par leur trace mémorielle et sociétale. Historiciser l’apparition de ce mouvement et de cette mémoire dans l’espace public revient également à s’interroger sur la façon dont les historiens ont restitué cette histoire dans leurs récits, et donc à réfléchir autour des processus d’écriture de l’histoire. Mais surtout, la grande interrogation concerne la place de l’historien face à une demande citoyenne de mémoire, une mémoire à caractère indéniablement politique, portée par des associations qui occupent de plus en plus une place concurrentielle par rapport à l’historien.

4Enfin, l’étude du collectif féminin dans ses rapports à la résistance révèle des aspects nouveaux aussi bien du fonctionnement de celle-ci que de la structure des sociétés dans lesquelles elle prend racine. En effet, la position des femmes vis-à-vis de la résistance est loin d’être la même que celle des hommes : on constate, au contraire, que leur engagement résistant reflète de façon assez fidèle les clivages de genre à l’oeuvre dans la société espagnole des années quarante. D’autre part, étant donné le contexte fortement répressif à l’intérieur de l’Espagne, il faut se tourner vers l’exil pour trouver des organisations féminines résistantes politiquement structurées. C’est le cas de l’Unión de Mujeres Españolas, créée dans l’exil français en 1945 et qui constitue l’objet d’étude de la monographie inédite présentée dans ce dossier d’habilitation. Cette organisation de femmes exilées se présente, surtout, comme organisation de femmes résistantes : ainsi, ces femmes participent de façon directe au soutien matériel et moral de la résistance intérieure. Mais la complexité de cette organisation vient du fait qu’elle fait partie également d’une organisation transnationale, la Fédération Démocratique Internationale des Femmes. Dès lors, l’histoire de cette organisation dépasse le cadre national de l’Espagne et le cadre thématique de la résistance antifranquiste pour placer l’une et l’autre dans un cadre européen. Et en même temps, cette évolution, fortement marquée par les clivages de la guerre froide – étant donné l’engagement communiste d’une bonne partie des femmes qui en font partie – donne de nouveaux éclairages sur la résistance espagnole. L’étude de l’organisation féminine nous apprend beaucoup à propos de l’engagement politique des femmes de la gauche européenne pendant cette période très complexe. Loin de l’image d’un « retour au foyer » après l’engagement résistant, nous constatons qu’un nombre non négligeable de femmes prolongea cet engagement par une activité politique très importante, même si elle se faisait de plus en plus, suivant le discours ambiant, au nom de « la paix et le bonheur des enfants ».

5En conclusion, l’étude de la Résistance antifranquiste présentée dans ces travaux a évolué de la perspective fournie par l’histoire sociale à celle de l’histoire culturelle ; cette évolution non seulement a mis en évidence de nouveaux aspects de cette résistance, mais a ouvert aussi la voie à de nouvelles thématiques issues de celle-ci. Cette ouverture s’est également accompagnée du passage d’un cadre national à un cadre européen, permettant ainsi de replacer certains événements et phénomènes dans un contexte plus large et ouvrant également la possibilité d’une analyse comparatiste. La poursuite des travaux suivra certainement ces voies, faisant de cette ouverture pluridisciplinaire et transnationale l’approche privilégiée lors de futures directions de recherches ou de l’animation d’équipes de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mercedes Yusta Rodrigo, « Cultures et pratiques de la résistance antifranquiste », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 13 janvier 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://ccec.revues.org/2645 ; DOI : 10.4000/ccec.2645

Haut de page

Auteur

Mercedes Yusta Rodrigo

Maître de Conférences habilitée à diriger des recherches, Université de Cergy-Pontoise

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org