Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Lecture de Sébastien Farré, La Suisse et l’Espagne de Franco. De la guerre civile à la mort du dictateur (1936-1975)

Rose Duroux
Référence(s) :

Lausanne, Éditions Antipodes, 2006, 486 p.

Résumés

Se estudian las relaciones entre las autoridades suizas y el gobierno del general Franco en sus diferentes aspectos (económico, social, cultural, político). Abarca del 18 de julio de 1936, inicio de la guerra civil, al 27 de noviembre de 1975, día de la entronización del rey Juan Carlos. Las relaciones económicas entre los dos países ocupan un lugar importante lo cual era primordial al tratarse de un país como Suiza cuyo protagonismo está determinado por la potencia económica y financiera de sus empresas en la economía mundial. Conociendo además la dimensión ideológica de la guerra civil y la evolución del debate público en la sociedad suiza con respecto al régimen franquista, importaba aprehender la representación del otro: cómo es percibido el español/el suizo respectivamente en ambos países; cuál es la evolución de la opinión con respecto al general Franco. Se aborda la cuestión del exilio a raíz de la guerra civil así como la emigración que se inicia a principios de los 60.

Haut de page

Texte intégral

1On sait peu de chose sur les relations hispano-suisses. L’historiographie est encore balbutiante à ce sujet. Le livre de Sébastien Farré, qui est le fruit d’une thèse exemplaire, vient combler une lacune : l’absence d’une étude fouillée des relations entre la Suisse et l’Espagne pour l’ensemble de la période franquiste. Il s’agissait, pour cet historien genevois, d’observer le dialogue entre deux pays qui se sont maintenus dans la neutralité pendant les conflits mondiaux.

2Sonder un dialogue jamais interrompu mais jamais transparent, sur quatre décennies et deux pays, n’était pas de tout repos, et ce d’autant moins que le chercheur ne disposait pas de balises historiographiques confortables. Il lui a fallu, outre une très longue patience, beaucoup de curiosité, d’imagination, pour capter équitablement les deux voix, leur émission et leur réception, leurs assonances et leurs discordances, dans un constant va-et-vient : conceptuel, spatial, temporel ; linguistique aussi, puisque le corpus se présentait en trois langues au moins : l’espagnol, l’allemand et le français. Il fallait : puiser à une multiplicité d’archives éclatées : internationales, nationales, régionales, fédérales, cantonales, diplomatiques, ecclésiales... ; mettre à contribution plusieurs ministères espagnols : Ejército, Defensa, Economía, Trabajo, Asuntos exteriores et Presidencia. Autant côté suisse. Ou vice-versa. Sans compter : les Archives des partis politiques et syndicats, les statistiques et bulletins officiels, la Presse et une historiographie composite. L’ouvrage est solidement documenté et référencé – pas moins 1222 notes substantielles. Cette somme impressionnante aurait pu être lourde, le surdosage indigeste. Il n’en est rien. Tout cela est tissé et tressé de main de maître. L’argumentation est des plus claires et la langue fluide.

3Sébastien Farré part de l’hypothèse que la guerre civile et le franquisme signifient une période « trouble » de l’histoire contemporaine du continent européen. Il pose d’entrée des questions programmatiques : les autorités suisses favorisèrent-elles les desseins du général Franco durant la guerre civile et la continuité du régime, après la Seconde Guerre mondiale, jusqu’à la fin du régime en 1975 ? La Suisse a-t-elle joué un rôle dans l’évolution de l’Espagne vers la démocratie ?

4Une telle problématique imposait l’ouverture d’un vaste chantier. Décortiquer le dialogue hispano-suisse pendant la guerre civile, la Deuxième Guerre mondiale et la période de réintégration progressive de l’Espagne franquiste dans le bloc occidental, c’était toucher à la diplomatie, à la politique et à l’économie. Pour l’historien, la difficulté était d’autant plus grande que les relations hispano-suisses se déroulèrent « à l’ombre » des grandes puissances, voire « dans l’ombre des neutres ». Et observer comment l’Espagne avait pu rompre avec « le fatalisme antidémocratique » (Hermet), c’était aussi une façon de faire sortir l’histoire suisse de son « ghetto historique » (Jost) pour la réinscrire dans le cadre européen.

5Programme ambitieux. Heureusement, les préoccupations de Sébastien Farré entraient en résonance avec celles d’une nouvelle génération de chercheurs espagnols intéressés par les relations internationales du régime franquiste – en tête desquels figurait Ángel Viñas dès la fin des années 1970 –, des chercheurs désireux de dépasser le cadre, consacré mais étouffé/étouffant, des chancelleries.

6L’avancée argumentaire du livre est chronologique pour l’essentiel. Elle part du 18 juillet 1936 et se termine le 27 novembre 1975, jour de l’intronisation du roi Juan Carlos. La première partie, la plus longue (chap. 1-8), porte sur la période 1936-1939, période de genèse décisive des relations de la Suisse avec l’Espagne de Franco. La deuxième (chap. 9-14) s’intéresse surtout aux enjeux économiques nés de la guerre mondiale. Dans ces deux parties la mise en regard des documents suisses et espagnols est équilibrée. La dernière étape (chap. 15-18), consacrée à la sortie de la guerre et aux réformes du régime jusqu’en 1975, est plus courte car l’historien s’est vu contraint de travailler, essentiellement, sur la base de documentation existant aux Archives fédérales suisses.

La guerre d’Espagne

La Suisse et l’Espagne avant la guerre civile

7L’ouvrage commence par un rappel historique des relations franco-suisses. J’en retiendrai, pour ma part, la reconnaissance immédiate de la Ie République espagnole en 1873. Ce soutien aux démocrates espagnols renforça le prestige des institutions suisses dont le modèle politique avait inspiré le projet fédéral dont rêvait le président républicain Francisco Pi i Margall.

8Bilan : les relations de la Confédération avec l’Espagne ne constituaient qu’un enjeu secondaire pour les deux pays. Comptait davantage, par exemple, pour l’Espagne, un pays comme la Grande-Bretagne qui possédait sur son sol des intérêts stratégiques.

Début de la guerre civile : crise internationale et neutralité helvétique

9Vu ses relations modestes avec l’Espagne, la Suisse joue un rôle effacé durant la guerre ; toutefois, la dimension internationale du conflit oblige les autorités suisses à accorder toute leur attention aux « événements d’Espagne ». En effet, tous les pays européens, soit 27 au total, acceptent, dès le mois d’août 1936, le projet de non-intervention franco-britannique qui vise à circonscrire le conflit à la péninsule. Deux exceptions : le Vatican et la Confédération helvétique. En revanche, ce même mois d’août, le 14 exactement, un arrêté fédéral interdit aux Suisses la moindre participation à la guerre (envoi de matériel de guerre ou du bénéfice de collectes vers l’une ou l’autre Espagne), toute contravention étant passible de 6 mois d’emprisonnement. Des mesures sont prises contre les manifestations de solidarité en faveur de la République espagnole. « Selon le juriste Charles Rousseau, la Suisse fut le seul pays, avec le Japon, ayant pris des mesures officielles interdisant les souscriptions en faveur de l’une ou l’autre des parties belligérantes » (p. 47).

10Giuseppe Motta, chef du Département politique fédéral, entend maintenir de bonnes relations avec son voisin italien, et aussi avec son voisin allemand : « L’attitude du gouvernement suisse face à la crise espagnole s’illustra dès le début du mois d’août, lorsque les autorités renoncèrent à dénoncer le survol du pays par des avions militaires allemands, certainement destinés à transporter les premières livraisons à Franco » (p. 46). Sébastien Farré se livre à une auscultation des plus fines de ce qui se fait ou ne se fait pas au nom de la neutralité tant prônée. Et c’est, à mon sens, l’un des grands mérites de cet ouvrage.

La Suisse face à la guerre civile

11Pourtant la Suisse ne put échapper aux débats passionnés de ses ressortissants. Alors que la presse conservatrice justifiait, dès juillet 1936, le soulèvement militaire au nom de la défense de la civilisation occidentale contre la barbarie bolchevique, la presse de gauche se mobilisait pour la cause républicaine. Aussi l’arrêté fédéral du 14 août fit-il l’effet d’une douche froide. Il ne restait que la possibilité de réunions privées, avec entrée réservée aux membres des associations : l’entre-soi. Mais la vivacité de la critique socialiste contraignit le Conseil fédéral à défendre sa politique devant les Chambres fédérales, où d’ailleurs il passa l’épreuve sans dommage : les « partis bourgeois » dominants, nous dit S. Farré, serrèrent les rangs derrière le Conseil fédéral ; la désunion de la gauche fit le reste. De surcroît, la situation militaire calamiteuse de la République espagnole à la fin de l’été 1936 explique, en partie, le profil bas adopté par la gauche. Résultat : G. Motta en sort renforcé. Même si çà et là éclatent quelques affaires de trafic clandestin d’armes suisses via le Mexique : un grain de sable. L’Espagne républicaine en est réduite à se tourner vers l’URSS pour s’armer : au prix fort.

Mission Brand et aide humanitaire

12Dès la fin du mois d’octobre 1936, l’Axe Rome-Berlin se consolide. Le 18 novembre 1936, l’Allemagne et l’Italie, fournisseurs d’armement, reconnaissent le gouvernement nationaliste et renforcent leur présence en Espagne : une troupe d’élite allemande ; un important contingent italien. Les grands bombardements commencent.

13Le gouvernement Largo Caballero envoie les réserves d’or de la Banque d’Espagne à Moscou pour financer les achats d’armes – il les aurait peut-être placées en Suisse s’il n’avait pas craint que le Conseil fédéral ne les gelât.

14S. Farré montre que la Suisse suit de très près la nouvelle distribution des cartes. Elle prend acte du fait que le gouvernement britannique, désireux de contrecarrer l’influence allemande, signe le 4 décembre 1936 un premier accord commercial avec Franco. Aux yeux des milieux économiques suisses, aussi, le camp nationaliste seul présente des qualités d’ordre susceptibles de garantir des relation commerciales ; le camp républicain offre moins de sécurité. Le cas de Nestlé en fournissait, si besoin était, la preuve par neuf : le Conseil d’administration de la firme a quitté Barcelone en catastrophe, son siège étant occupé par un comité ouvrier.

15Sous les arguments économiques pointent les enjeux diplomatiques et politiques. C’est un homme d’affaires suisse, Paul Brand, qu’on charge, en sa qualité de représentant de l’OSEC (Office Suisse d’Expansion Commerciale), de conclure un accord commercial avec Salamanque. En utilisant comme couverture l’OSEC, association de droit privé, le Conseil fédéral évite de donner un caractère officiel à « la mission Brand ». L’exercice, souvent acrobatique, consiste à satisfaire l’Espagne nationaliste sans modifier officiellement la politique suisse de « non-immixtion ». De la neutralité avant toute chose...

16Pour faire taire les incrédules (nationaux et internationaux), Berne a un atout : manifester sa volonté de s’imposer comme un interlocuteur privilégié sur les questions humanitaires. Farré note que quatre jours après la séance du Conseil fédéral où fut décidé le financement de « la mission Brand », Berne décide de renforcer sa politique humanitaire en donnant, le 23 février, son feu vert à la constitution d’un cartel destiné à organiser une opération d’accueil d’enfants républicains menacés par le conflit. Le caractère quasi simultané des deux décisions a pour charge de maintenir la crédibilité d’une politique qui se veut impartiale à l’égard des deux Espagne et de prévenir le développement de l’opposition de gauche. Et Sébastien Farré peut affirmer, documents en mains :

Si l’on se prend au jeu de mettre en parallèle les principales décisions politiques de Berne durant la guerre civile et les moments forts de l’engagement humanitaire fédéral, on retire l’impression que le Conseil fédéral utilisa l’aide humanitaire à la fois comme instrument de « rattrapage », pour reprendre l’expression de Jean-Claude Favez, et comme une manœuvre dilatoire afin de maintenir la neutralisation de la gauche modérée. Le meilleur exemple de cette politique est la reconnaissance officielle par la Confédération au début de l’année 1939, anticipant de plusieurs jours la reconnaissance de jure des principales démocraties. Cette décision était susceptible de fortes critiques parmi la gauche. Ainsi, lors de cette même séance, le Conseil fédéral débloqua une importante somme destinée au secours d’enfants républicains, victimes d’une situation dramatique [...]. (p. 81-82)

17C’est même à une organisation socialiste, 1’« Œuvre Suisse d’entraide ouvrière » (OSEO), que le Conseil fédéral concède le privilège de centraliser l’ensemble des fonds versés pour l’Espagne – sous un label neutre : ce sera le « Comité neutre d’action pour les enfants d’Espagne », plus connu dans la péninsule sous la dénomination Ayuda suiza. Malgré l’absence d’institutions importantes qui refusèrent de collaborer au cartel : Pro Juventute, l’UISE, la Croix-Rouge suisse et le CICR, l’association obtint un grand succès.

18Le responsable de Ayuda suiza sur le terrain, Rodolfo Olgiati, secrétaire du SCI (Service Civil International), organisa des convois d’enfants – en s’inspirant des Quakers –, à partir de Burjasot près de Valence. Soit, du 6 mai au 27 juin 1937, 3880 enfants, 4077 femmes, 998 hommes. Ces évacuations se poursuivront. Le dernier trimestre 1938, près de sept mille personnes furent évacuées, dont trois mille enfants. Sans compter : les parrainages des colonies, les envois de vivres et de vêtements, l’ouverture de cantines (el comedor suizo). Au bout du compte, bien que maintenu dans un cadre uniquement civil et caritatif, ce cartel neutre « a permis d’obtenir que l’ensemble de la bourgeoisie suisse travaille pour l’Espagne républicaine » (p. 91). L’aide prit fin à la mi-mai 1939.

Berne : la légation républicaine versus la représentation nationaliste

19Le représentant officieux des nationalistes à Berne, B. Toca, ouvrit une souscription auprès de la colonie espagnole en Suisse et auprès des Suisses rapatriés d’Espagne. Rapidement, il s’attacha les services d’industriels suisses, ce qui permit à la « représentation nationaliste » d’améliorer ses installations. Mieux : Nestlé finança les activités de propagande et réalisa même des opérations d’espionnage industriel en faveur de l’Espagne nationaliste en envoyant à B. Toca, dès le mois de mai 1937, des informations régulières sur le trafic de lait condensé depuis la France vers l’Espagne républicaine. Et l’auteur de remarquer la présence, le jour de l’entrée des troupes nationalistes à Barcelone, des représentants de Nestlé en qualité de membres de la Commission de ravitaillement nationaliste (p. 102).

20Malgré les limites de son statut diplomatique officieux, l’entreprenant Toca développa son activité non seulement avec le soutien des milieux économiques mais aussi avec celui de la presse conservatrice (Journal de Genève). De plus, en un semestre, il obtint le droit de délivrer des certificats de nationalité aux membres de la colonie espagnole, d’utiliser le télégramme chiffré et l’extraterritorialité.

21Mais c’était, par dessus tout, une victoire face à la représentation diplomatique républicaine en place à Berne, officielle, elle, mais qui ne montra aucune aptitude à entraver le développement des activités nationalistes en Suisse. À la tête de l’Ambassade républicaine : Antonio Fabra Ribas fut incapable de développer une diplomatie efficace par les voies officielles. Et encore moins par les voies secrètes parallèles : S. Farré constate l’absence de compétences du côté républicain dans ce domaine, et il conclut, à la suite de Daniel Pastor Petit : « todo en nuestros servicios secretos fue mediocridad... »

Été 1937 : accord commercial et pressions diplomatiques

22En Suisse, en l’absence d’un véritable débat parlementaire, l’exécutif fédéral bénéficie d’une carte blanche pour poursuivre sa politique de rapprochement avec l’Espagne de Franco. L’agent commercial P. Brand ayant refusé, en décembre 1937, de faire le salut fasciste à Burgos, un diplomate, Eugène Broye, prit la relève en s’efforçant de cultiver les bonnes relations, de renforcer les liens tissés, tandis que P. Brand continuait son activité auprès des industriels espagnols.

23La Confédération fait un nouveau pas, en mai 1938, en reconnaissant de facto le gouvernement nationaliste ; en conséquence, la Suisse est la neuvième nation à reconnaître Franco de facto sinon de jure, quelques mois après l’Angleterre mais avant la majorité des pays démocratiques. Lors de la séance du Conseil fédéral du 3 mai 1938, les autorités fédérales peuvent invoquer les importants progrès militaires nationalistes, le contexte diplomatique nouveau, le renforcement des liens Londres-Rome.

24Jouant sur plusieurs tableaux, la Suisse obtient, dès la mi-mai 1938, une double reconnaissance (celle du Conseil de la SDN et celle de l’Axe Berlin-Rome) de « la neutralité intégrale ». Mais le franquiste B. Toca ne se trompa pas sur le sens de ce « néo-isolationnisme » et il conclut à la « profunda simpatía para el movimiento nacional salvador » (p.146). D’ailleurs, G. Motta s’arrangea pour faire entendre à Franco que si la reconnaissance n’était pas de jure c’était par crainte de représailles contre les intérêts suisses en Espagne en cas de rupture définitive avec le gouvernement de Barcelone. D’autres « signaux » lui furent envoyés : la messe commémorative du 18 juillet 1938, à Berne, se déroula en présence d’un représentant du Département politique, de Mme Motta, de nombreux parlementaires Suisses, et de membres de familles patriciennes bernoises.

La reconnaissance officielle de l’Espagne de Franco

25Le 14 février 1939, soit une dizaine de jours avant la reconnaissance anglaise et française, la Suisse devient la première démocratie parlementaire après l’Irlande et le quatorzième État à reconnaître de jure le gouvernement franquiste [Ces avant et ces après que nous soulignons ne sont pas innocents]. De plus, elle se démarque des grandes démocraties européennes par le refus d’accorder l’amnistie aux « brigadistes » (les « volontaires »). Toutefois, G. Motta, prenant soin une fois encore de contrebalancer le politique par l’humanitaire, fait débloquer 20 000 francs suisses [il s’agira toujours de francs suisses] pour la « Commission internationale d’aide aux enfants évacués d’Espagne » et 60 000 pour la Croix-Rouge internationale d’aide aux enfants des exilés.

26Farré rappelle au passage un épisode emblématique : l’organisation dans l’immédiate après-guerre civile d’une importante exposition d’art espagnol dans les salles du Musée d’art et d’histoire de Genève. On connaît le périple du trésor artistique espagnol (œuvres du Prado et d’ailleurs). Fin janvier, après la chute de Barcelone, le gouvernement fait appel à l’Office International des Musées pour trouver une solution de dernier recours. Il ne fait aucun doute que l’accord signé entre les représentants de l’OIM et du gouvernement républicain (H. Jaujard/J. Alvarez del Vayo) constitue un acte de reddition du trésor républicain à Franco, sous couvert de la SDN, qui prête ses bâtiments pour abriter les œuvres. L’Espagne nationaliste filtra les entrées à cette extraordinaire exposition qui lui rapporta 350 000 francs. Belle opération pour le nouveau gouvernement espagnol et pour le tourisme suisse : 400 000 visiteurs !

27Pourtant, malgré l’attitude « très bienveillante » de la Confédération à l’égard du régime franquiste, la justice militaire espagnole ne fit preuve d’aucune complaisance à l’égard des ressortissants suisses (notamment envers les « volontaires »).

L’exil en Suisse durant la guerre civile

28Malgré la difficulté du croisement de sources lacunaires et hétéroclites, S. Farré sonde « au mieux » l’accueil des réfugiés républicains. Ou plutôt le non-accueil : le 30 mai 1939, la « proposition Humbert-Droz » en faveur des réfugiés est rejetée définitivement. Restait le problème des niños de la guerra... La vocation humanitaire allait-elle jouer ? L’historien parvient à dénombrer, entre le 31 janvier et fin février 1939, 6 convois d’enfants parrainés par Ayuda suiza et répartis dans des familles de Genève, Berne, Zurich, Berne et La Chaux de Fonds. Au total : 390 enfants de 5 à 14 ans, des filles pour les trois quarts, provenant du Midi de la France. En dehors de Ayuda suiza, le « Comité protestant Suisse romand » parraine quelque 127 enfants dans des colonies genevoises. Mais les rapatriements ne tardent pas : ils commencent dès avril 1939 et se poursuivent tout l’été ; quelques dizaines d’enfants retrouvent leurs parents réfugiés en France. Ayuda suiza se préoccupa-t-elle de l’accueil des enfants « retournés » ? S. Farré a cherché en vain des traces d’une quelconque quête de garanties. « Geste assez timide que celui de la Suisse », somme toute, conclut-il, au regard des 3000 enfants accueillis par un autre « petit pays », la Belgique, par exemple. Et pour si peu de temps... Mais c’était beaucoup pour la Suisse car cela constituait un facteur de déstabilisation des relations diplomatiques avec le général Franco. « On comprend, dès lors, le peu de scrupules avec lequel le Conseil fédéral ordonna, quelques jours après leur arrivée, le départ des niños, sans exiger aucune garantie sur les conditions du retour » (p. 204).

Seconde Guerre mondiale

D’une guerre à l’autre (avril-septembre 1939)

29Avec la seconde Guerre mondiale et la neutralité de la Suisse et de l’Espagne, la conjoncture n’est pas sans rappeler celle de 1914. C’est là une période cruciale pour comprendre l’attitude du Gouvernement fédéral face au franquisme. On sait que les premières victoires allemandes renforcèrent l’évolution du régime espagnol vers un modèle semi-fasciste. L’attitude de la Suisse face à cette dérive totalitaire est utile pour bien saisir la position des autorités fédérales face aux puissances fascistes durant cette période. Et aussi sa position face aux Espagnols expatriés pris volens nolens dans ce nouveau conflit.

30En tout cas, en juin 1939, la Société de Banque Suisse concède un crédit d’un million de francs à l’Espagne nationaliste. Ce n’est pas peu quand on sait qu’il s’agit de la seule source de devises liquides mise à disposition du régime entre la fin de la guerre civile et début du conflit mondial.

« Le patriotisme ardent de nos montagnards Suisses... »

31La guerre mondiale déclarée, les autorités fédérales ouvrent, dès octobre 1939, des pourparlers tous azimuts.

  • La Suisse parvient à boucler plusieurs accords avec les pays de l’Axe, s’assurant le maintien des échanges avec eux ainsi que l’utilisation des ports italiens (essentiels pour son commerce extérieur).

  • Les négociations engagées parallèlement à Paris et à Londres sont plus dures mais aboutissent à un War Trade Agreement en avril 1940 : la Suisse, au prix de nombreuses concessions, peut maintenir ses échanges avec l’Allemagne (p. 219).

  • Quant à l’Espagne, elle signe, à travers l’IEME (Instituto Español de la Moneda Extranjera) et l’Office de compensation, un protocole secret avec la Suisse : avec ouverture, à la Banque nationale Suisse, d’un compte IEME (garant de l’import-export) pour régler les produits espagnols en francs.

32Ce chapitre offre une étude économique serrée et parfaitement illustrée. La période de la « drôle de guerre » représente un laboratoire intéressant pour comprendre le développement ultérieur des relations économiques hispano-suisses.

Blocus et contre-blocus : l’Espagne, port helvétique ?

33Après la signature de l’armistice, le 22 juin 1940, il ne restait plus à Hitler qu’à réaliser le « grand combat » que l’on sait. Le 10 juin, déjà, Madrid était passé de la neutralité à la non-belligérance. Quatre jours plus tard, l’armée espagnole prenait possession de Tanger, ville internationale, en remettant les clés du consulat britannique au gouvernement allemand. La tentation belliciste de Madrid fut alors grande...

34Bien qu’informées par la légation suisse à Madrid de la force de la répression imposée par le régime, de sa dérive vers un modèle fascisant et de ses aspirations impériales, les autorités helvétiques n’infléchirent pas leur position. Commerce obligeait-il ? À la fin de 1940, voyant la route de Gênes semée d’embûches, la Suisse obtint des autorités espagnoles, contre rétribution « en devises libres », l’autorisation de faire transiter par l’Espagne les marchandises importées via Vigo et Cadix notamment. Puis, en mars 1941, la Suisse accordait un crédit de 8 millions de dollars destinés au paiement des futures prestations espagnoles pour le transport de marchandises à destination de la Suisse. Les courbes et tableaux sur cette activité import-export sont éloquents.

La Suisse et l’Espagne à l’heure allemande (juin 1941-fin 1942)

35Après un creux dans les échanges hispano-suisses au deuxième semestre 1941, une nouvelle dynamique s’amorce : au début de 1942, le gouvernement espagnol se montre prêt à céder une plus grande quantité de matières premières (fer, plomb, térébenthine...) contre des machines et des produits chimiques. L’essor des exportations suisses va se poursuivre durant la seconde phase de la guerre mondiale.

36Il a été démontré que la Suisse joua un rôle d’intermédiaire financier pour faciliter certaines importations de matières premières depuis l’Espagne vers l’Allemagne (idem depuis le Portugal et la Turquie). Néanmoins, prévient l’historien genevois, il ne faut pas surévaluer l’importance de ces dernières opérations car Berlin pouvait régler de manière très avantageuses ses fournitures en matières premières espagnoles par le clearing vu la dette accumulée par Madrid depuis la guerre civile. Il reste que le transfert d’or suisse vers l’Espagne renforce la position de la place suisse comme plaque tournante du commerce d’or et de devises.

L’Espagne et la Suisse face au déclin du IIIe Reich

37Au début de l’année 1943, les succès alliés obligent Madrid et Berne à réviser leurs relations avec le IIIe Reich. D’autant plus que la diplomatie américaine se monte de plus en plus exigeante envers le régime espagnol. Les difficultés commerciales allemandes facilitèrent l’évolution amorcée sous la pression des Alliés : cessation progressive de la livraison de matériel stratégique suisse à Berlin ; interruption du transit entre l’Italie du nord et l’Allemagne par le Gothard ; finalement, blocage des biens allemands en février 1945.

38Dès la fin 1942, le ministre espagnol à Berne, Luis Calderón, travailla à renforcer les liens avec la Confédération, car les échanges diplomatiques entre les deux pays restaient « peu prolixes ». Étant donné la tournure de la guerre, pour Berne comme pour Madrid, les principaux enjeux étaient soumis à la défense de leurs intérêts face aux Alliés. Dans cette perspective, les échanges avec un régime fascisant représentait une menace pour la Confédération. Néanmoins, la nécessité de maintenir « une certaine distance » ne fit pas obstacle aux échanges économiques, qui continuèrent à jouer un rôle important dans le ravitaillement helvétique. Je renvoie à l’étude chiffrée très fouillée.

L’exil espagnol en Suisse durant la Deuxième Guerre mondiale

39Après les choses : les hommes...

40Sébastien Farré a cherché à mesurer l’exil espagnol en Suisse à travers les Archives d’État de Genève, les Archives de justice et police, en Suisse, en Espagne, etc. Il a examiné 1600 dossiers nominaux (1939-1945). Un véritable travail de détective. Je citerai, à titre indicatif, les sous-titres du chapitre : « Mai 1940 : de la frontière suisse à Mauthausen » ; « L’affaire Azaña » ; « Novembre 1942 : les ministres catalans » ; « La filière de la gauche genevoise » ; « Don juan » ; « Réfugiés d’Allemagne » ; « Le camp de la Plaine, Chambéry »; « L’affaire Paquis ».

41Grâce à la vaste documentation sur le refuge existant en Suisse, Farré dresse un bilan assez précis de l’exil républicain durant la seconde Guerre mondiale : compte non tenu entrées (minimes) avec visa préalable, il dénombre 717 réfugiés espagnols. Autant dire : un exil mineur et une politique très restrictive. A l’évidence, la Suisse refusa les républicains. Si l’on considère l’espace/temps, on voit que :

  • Le corpus principal fourni par les fonds de l’Arrondissement territorial de Genève – principale porte d’entrée pour les réfugiés en provenance de France, avant le débarquement des Alliés – illustre l’importance du refoulement sur la frontière genevoise.

  • La plus grande partie des réfugiés fut accueillie au cours de l’année 1945 ; la majorité entra en Suisse par la frontière nord-est du pays en provenance d’Allemagne ou d’Autriche.

1945-1975

L’Espagne isolée : autarcie et quarantaine diplomatique

42Avec la capitulation allemande et la création des Nations Unies (juin 1945), un nouvel ordre international est en gestation. L’Espagne et la Suisse, dits neutres, ont à gérer l’héritage d’une hostilité plus ou moins vive des Alliés à leur égard pour leur attitude vis-à-vis de l’Axe durant la guerre.

43Mais la montée en puissance des tensions entre « les deux blocs » durant l’année 1946 et le début de la guerre froide l’année suivante, jouent en faveur de l’Espagne, en réorientant la politique des pays anglo-saxons vers sa « réintégration dans le bloc occidental ». Impulsée par les accords militaires avec les États-Unis en 1953, cette « réintégration » de l’Espagne fut progressive et ne sera entièrement bouclée qu’en 1986 avec son entrée à l’OTAN et à la Communauté européenne.

44La Confédération remit-elle en cause ses solides relations avec le franquisme afin de faire taire les critiques des grandes puissances et les manifestations à l’intérieur même de la Suisse ? Au moment où la Confédération cherchait à s’affranchir auprès des grandes démocraties de l’image négative d’une neutralité au service de l’Axe , pouvait-elle continuer à être le seul pays à exporter des armes vers le régime franquiste ?... Le 28 mars 1949, le Conseil fédéral publia un arrêté interdisant l’exportation et le transit d’armes. Avec quelques exceptions : le matériel usagé, les armes portatives, les armes de DCA. Cette clausule permettait de répondre à l’importante commande espagnole à Hispano-Suiza. Il est vrai que le Département politique avait observé le changement de l’attitude de plusieurs États membres des Nations Unies concernant la levée des mesures contre Franco : en 1949, précisément, Anglais, Français Américains n’avaient-ils pas autorisé l’exportation de munitions ?

La Suisse et la question espagnole

45Le Conseil fédéral décide de maintenir un représentant à Madrid. Trois critères, selon S. Farré, guident sa décision : diplomatique, politique, économique. Il faut considérer, d’abord, que l’Espagne ne représente pas un enjeu diplomatique prioritaire pour la Confédération. En revanche, la question espagnole l’oblige à se positionner sur la scène politique internationale. Cette logique explique l’attitude plus réservée de l’exécutif fédéral face au régime franquiste depuis la fin de la seconde Guerre mondiale. Une façon pour la Suisse de s’affranchir définitivement de l’héritage de la guerre, de retisser des liens solides avec les grandes puissances occidentales et de préparer son entrée au sein des Nations Unies. Après tout, maintenir le représentant suisse à Madrid ne met pas en danger les relations avec les États-Unis et la Grande-Bretagne (véritable point de mire, Moscou ou Paris préoccupent peu) : c’est un simple geste d’affirmation de neutralité face au nouvel équilibre diplomatique. Le renforcement de l’axe Washington-Madrid faciliterait bientôt « la levée des préventions » (p. 354).

46Mais passons au primat de l’économique. Pour l’Espagne, isolée politiquement, les relations commerciales avec l’extérieur constituaient un instrument précieux pour « reconstruire » les liens avec les puissances démocratiques et « réparer » sa situation internationale. Dans cette perspective, la Grande-Bretagne se présenta comme un partenaire fondamental pour le régime espagnol. Suite à la signature d’accords avec la France et l’Angleterre, Madrid pouvait imposer un nouvel accord à la Suisse. D’une manière générale, les relations économiques entre les deux pays ne furent pas renforcées après 1945, au contraire.

La Suisse et l’intégration du régime franquiste dans le bloc occidental

47Le revirement de la politique américaine s’était dessinée dès le milieu des années 47 (après une ultime tentative de précipiter la chute du régime au printemps 1947 auquel s’opposa l’Angleterre hostile à toute mesure susceptible de déstabiliser l’Espagne). La montée des tensions entre les deux blocs, l’affirmation de la politique de containment, expliquent que les impératifs stratégiques américains prirent, dès ce moment, le dessus sur l’opinion très négative de Truman à l’égard du régime franquiste. L’anticommunisme de Franco et la position géographique très intéressante de l’Espagne, porte de la Méditerranée et base arrière précieuse dans la perspective d’éventuelles opérations militaires sur le continent européen, décidèrent le gouvernement américain à normaliser ses relations avec l’Espagne et à lui proposer une aide économique. Les Américains furent autorisés, moyennant finance, à mettre en place des bases américaines sur le sol espagnol (23/9/53). Cela facilita l’intégration de l’Espagne dans différents organismes internationaux (Nations Unies 1955, FMI 1958, OECC 1959).

48Outre ces facteurs externes, qui dynamisent le commerce espagnol, la relance économique n’est pas sans lien avec les réformes impulsées par le nouveau gouvernement désigné par le Caudillo, en 1951, et son nouveau credo : mise à l’écart des défenseurs de l’autarcie, arrivée de nouvelles personnalités, relance de l’initiative privée grâce à la stimulation américaine (une aide de 1183 millions de dollars de 1951 à 1963).

49Cela eut, bien sûr, un impact sur les rapports Suisse-Espagne. Au début des années soixante, la Suisse s’imposa comme le deuxième investisseur sur le marché espagnol, derrière les États-Unis, mais devant la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, jouant de ce fait un rôle clé.

50Cependant, il reste difficile de déterminer l’influence de la Suisse dans l’ouverture du régime. Certes leur protestantisme ne fait plus obstacle : le Vatican retient à leur endroit « le principe de tolérance religieuse ». Mais désormais les Suisses sont logés à la même enseigne que tous les étrangers en Espagne. Ainsi elle perd définitivement le privilège des cuentas suizas acquises dans la conjoncture exceptionnelle de la guerre. Il n’empêche que la vente des machines suisses progresse régulièrement (les montres représentant près de 30% des exportations à la fin des années cinquante). En revanche, la valeur des exportations espagnoles reste stable, l’asymétrie commerciale jouant en faveur de la Suisse. Comme toujours, Nestlé illustre les enjeux suscités par la volonté des entreprises suisses d’accroître leurs investissements en Espagne. En 1956, le Conseil fédéral donne son feu vert à la concession d’une garantie d’État pour un très important crédit d’exportation se montant à 55 millions de francs pour la construction d’une centrale électrique sur le Duero (Aldeadavila), qui permettait à son client Iberduero S.A. d’échelonner son paiement sur dix ans tout en garantissant un important débouché pour six entreprises suisses dans le secteur hydroélectrique.

51Réciproquement, la Suisse reste un refuge (très) privilégié pour les capitaux espagnols, au point d’entraîner une attitude plus résolue des autorités franquistes contre l’évasion fiscale, voire le trafic monétaire illégal.

Le crépuscule du régime franquiste : succès économiques et crises politiques

52Le développement, en 1956, de la contestation sociale (estudiantine et ouvrière), puis la création du marché commun (Rome, 1957) décident les autorités franquistes à modifier radicalement leur politique économique. Un groupe de « technocrates », liés à l’Opus Dei, de brillants techniciens, pragmatiques en politique (Ullastres, Navarro Rubio, López Rodó...) vont jouer un rôle essentiel dans la mise en place d’un vaste programme de réformes, malgré la résistance de Franco : le Plan de Estabilización interna y externa de la economía (1959). L’objectif est de libéraliser le commerce extérieur, d’ouvrir le marché espagnol aux investissements et de rationaliser l’administration publique.

53De plus, l’Espagne dans cette deuxième moitié des années cinquante, connaît un afflux touristique sans précédent. De façon concomitante, un flux migratoire espagnol très important se dirige vers la France, la Belgique, la Hollande, l’Allemagne et, bien souvent, la Suisse, soit, en moyenne annuelle pour les années soixante : 150 000 travailleurs, ce qui induit un flux-retour de devises non moins important.

54Après un long immobilisme, tout commence à bouger dans la société espagnole : exode rural, développement de l’industrie et des services. Une société nouvelle, urbaine, moderne est en formation.

55Cette mutation va de pair avec le développement de la contestation. Le clergé lui-même voit son personnel renouvelé, ce qui, plus tard, sous l’influence de Vatican II, va remettre en cause les liens privilégiés entre le régime et l’Église.

56Les principaux pays démocratiques favorisèrent ce « projet de réformes économiques sans changement politique du régime ». Dans le cadre des échanges hispano-suisses, S. Farré distingue quatre séries de négociations : l’abrogation de l’accord de paiement de 1954 (1959) ; la signature d’une nouvelle convention commerciale (1960) ; l’engagement d’accepter l’Espagne comme nouveau membre du GATT (1962) ; la conclusion d’une convention de double imposition (1966). Les échanges connurent un important développement. On se congratula. On pouvait lire dans un article publié en 1963 par ABC : « Suiza, milagro histórico ». Pourtant, le développement des manifestations contre le régime franquiste n’était pas sans lien avec l’arrivée d’une importante colonie en Suisse. En effet, la Suisse, où l’exil républicain fut quasi inexistant, connaît à partir de ce moment-là différentes actions menées par les milieux d’immigrants espagnols. L’activité anti-franquiste débuta dans les institutions internationales. Ainsi le consul d’Espagne à Genève, suite à la visite du poète Rafael Alberti en provenance de Buenos Aires, rapporte :

[...] durante estos días [en Ginebra] ha sido acogido y agasajado por los miembros de su partido y muy singularmente por algunos funcionarios internacionales de origen español Herrera « Petere », Cobos y Jurado, en el BIT y Benita Fernández y García Montón en la OMS que aquí trabajan. (2-10-1961, MAE, cité p. 402).

57Les communistes espagnols représentaient la principale force politique espagnole en Suisse, avec 46 sections locales au début des années soixante-dix, plus de 2 000 membres, une vingtaine d’associations. Farré a pu étudier de plus près le PSOE et la section de l’UGT à Genève, animée par M. Sánchez-Mazas, depuis le début des années soixante ; ce dernier multiplia les contacts avec les syndicats genevois (FOBB, FTMH) et avec les organismes internationaux (FMM) ; il impulsa les cours de langue, les permanences et la liaison syndicale hispano-suisse, et toute une dynamique « moderne » qui allait avorter par suite de luttes internes politico-générationnelles. À Zurich, la section, organisée depuis 1964, s’occupa essentiellement d’informer, de diffuser la propagande socialiste ou de proposer une formation syndicale. En 1971, l’UGT formait une fédération qui regroupait 5 sections : Genève, Zurich, Lausanne, Lucerne et Aarau.

58La chancellerie espagnole était sur ses gardes. Au motif de prévenir des « infiltraciones comunistas » en provenance de la colonie espagnole de Suisse, un accord fut passé le17 octobre 1962 entre la police fédérale et la DGS (Dirección general de seguridad), une coopération qui supposait des réunions régulières. « Cette convention, dont il est difficile d’estimer la portée, représente certainement l’un des aspects les plus sombres de l’attitude de la Suisse face à l’opposition espagnole durant cette période » (p. 409). Selon S. Farré, le rapport sur la « Spanische Agitation » est très instructif puisque, malgré la position relativement critique à l’égard du système politique espagnol, les autorités suisses s’arc-boutaient sur la politique de neutralité et la volonté de non-immixtion pour justifier des mesures destinées à limiter le développement des actions anti-franquistes : le laisser-faire ne favorisait-il pas une alternative révolutionnaire dans la péninsule ?

59La fin du régime approchant, la Suisse – équilibriste impénitente – s’évertua à maintenir l’illusion de la neutralité, pour se prémunir contre les vives critiques aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur tout en évitant de se trouver isolée diplomatiquement. Aussi, lors des funérailles du Caudillo le gouvernement Suisse fut-il uniquement représenté par son ambassadeur S. Campiche. En revanche, quatre jours plus tard, le 27 novembre, à l’occasion des cérémonies d’intronisation de Juan Carlos, les autorités fédérales, suivant la décision des principaux gouvernements occidentaux, déléguèrent un Conseiller fédéral, K. Furgler, responsable du Département de justice et de police.

Et Sébastien Farré de conclure (p. 412)

60Pour la première fois depuis 1936, un membre de l’exécutif fédéral se rendait officiellement dans la péninsule, malgré plusieurs invitations du régime franquiste et les visites en Suisse de plusieurs ministres franquistes depuis le début des années soixante. La volonté de réaliser un geste diplomatique significatif, en envoyant une délégation d’un niveau plus élevé pour cet événement que pour l’enterrement du général, fut présentée par le département politique comme « une marque d’espoir suisse pour l’avenir de l’Espagne » et la volonté de montrer « que la page était tournée».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rose Duroux, « Lecture de Sébastien Farré, La Suisse et l’Espagne de Franco. De la guerre civile à la mort du dictateur (1936-1975) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 29 janvier 2010, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/2623

Haut de page

Auteur

Rose Duroux

Professeur émérite, Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org