Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Note de lecture sur Lo que yo he visto de la guerra: los dibujos infantiles de la colección Brauner 1937-1938

Apuntes de lectura sobre Lo que yo he visto de la guerra: los dibujos infantiles de la colección Brauner 1937-1938
Manuelle Peloille
Référence(s) :

textes, Rose Duroux, Guy Baudon y Luca Gaboardi ; traduction des textes de Guy Baudon y Luca Gaboardi, Zoraida Carandell ; photographies, Guy Baudon, Guadalajara (Espagne), Diputación provincial, 2006, 78 p.

Texte intégral

1À une époque où la question de la récupération de la mémoire n’était pas à la mode, le couple Alfred et Françoise Brauner, elle, médecin, lui, pédagogue, publiaient dans le cadre du Groupement de recherches pratiques pour l’enfance un volume, Dessins d’enfants de la Guerre d’Espagne 1. Trente ans plus tard, la Députation de Guadalajara (Espagne) édite un livre autour d’une sélection de trente-huit dessins d’enfants républicains espagnols de leur collection. Le volume est assorti d’un DVD, dont le montage, réalisé par Luca Gaboardi, nous invite à une visite guidée par Alfred Brauner : le spectateur voit une première fois un dessin dans son ensemble, puis le cadrage et la voix du pédagogue attirent son attention sur quelques détails ; il peut enfin, en silence cette fois, observer, plusieurs secondes durant, le dessin à nouveau en plein écran.

2Guy Baudon, auteur d’un documentaire en 2000, J’ai dessiné la guerre, à partir de dessins d’enfants durant les grands conflits du XXe siècle, de la Guerre des Boers au conflit entre la Russie et la Tchétchénie, relève dans sa lettre ouverte (p. 33-35) le caractère immédiat du dessin, porteur d’une spontanéité que les artistes des avant-gardes de l’entre-deux-guerres cherchèrent à ressaisir 2 : « En regardant un à un ces dessins, je me disais qu’il faudrait sans doute beaucoup d’années de travail à un artiste pour retrouver la vérité dont ils sont porteurs ». Mais si la valeur thérapeutique et testimoniale de ce trésor est indéniable, une guerre ne se définit pas seulement par l’horreur ou la barbarie sur laquelle insiste le réalisateur : elle a des causes qu’il est toujours, en dépit des vents contraires, du devoir de l’historien de chercher. C’est ce à quoi nous invitent ces mots de Rose Duroux dans son introduction (p. 7-31)  : « [los Brauner] pronto intuyeron que a los niños es necesario explicarles la situación para que la soporten : por qué hay la guerra, por qué papá ha muerto. Aunque no lo comprendan todo, se desarrollan y readaptan mejor » (p. 16).

3À la manière de John Bowlby qui, pour étudier les troubles de l’attachement maternel, observa les petits orphelins anglais de la seconde Guerre mondiale dans leurs jeux (ou l’absence de jeu de certains au moment de la disparition de la mère3), le couple Brauner, nous raconte Rose Duroux, observait les enfants en train de dessiner : leur tension au moment de représenter ce qui avait provoqué la peur, le relâchement à l’heure de figurer les détails.

4Des trois thèmes proposés aux enfants pour dessiner, « ma vie avant la guerre », « ce que j’ai vu de la guerre », « ma vie après la guerre », le second inspire 90% d’entre eux, ce qui tendrait à confirmer l’impossibilité de se projeter dans l’avenir individuel et collectif ou de revenir sur le passé qu’implique une situation de crise majeure. Comme chez les adultes, l’exigence de survie oblige à se situer exclusivement dans le présent, ce qui tend à renvoyer l’homme à l’état animal. Le dessin et toute pratique artistique, pour Alfred et Françoise Brauner, cherche à maintenir l’enfant en-deçà de la frontière de l’animalité que la guerre veut lui faire traverser.

5La projection ou la rétrospection font appel à l’imagination, qui est un des moyens pour l’enfant d’affirmer son désir de toute-puissance face au monde. En temps de guerre, ce désir se trouve confronté à des limitations bien plus infranchissables qu’en temps de paix. Ceci pourrait nous aider à comprendre pourquoi dans ces dessins de guerre, c’est le « réalisme » qui domine. Priorité est alors donnée à la figuration de choses vues, comme un pendu à la nuque cassée que la seule imagination, nous dit Brauner, aurait fait représenter la nuque droite. Le même désir de mimétisme semble animer les dessins et les jeux des enfants de toutes les guerres.

6Bien que, selon Guy Baudon, Alfred Brauner rejetât une lecture uniquement « psychologisante, psychanalytique ou sentimentale », tant les dessins que l’introduction de Rose Duroux mettent au jour les mécanismes de défense que les enfants mettaient en place, afin de se réadapter. Le premier, et c’est encore plus évident dans le DVD, consiste à insérer un détail qui passe inaperçu à première vue, tendant malgré tout à se projeter dans l’avenir de manière optimiste : c’est le cas du dessin « Le cinéma ne brûle pas », sur lequel on voit un cinéma intact alors que sont détruits tous les bâtiments alentour ; ou de celui qui place un minuscule canot avec deux survivants au pied d’un bateau en flammes (« Un barco bombardeado en Benicàssim », n°8). Un autre mécanisme de défense bien connu est l’humour, qui fait dessiner à une petite fille une femme levant ses jupes au-dessus du genou pour courir plus vite afin d’échapper aux bombardements (« Corriendo al refugio », n°29).

7Cet échantillon de dessins d’enfants illustre le rôle décisif de la guerre d’Espagne, à l’échelle de l’histoire générale de l’humanité, dans les préparatifs de la Guerre mondiale, mais aussi au niveau des trajectoires individuelles, comme celle d’Alfred et Françoise Brauner. Pour eux, l’expérience espagnole au sein des Brigades internationales est fondatrice. C’est au moment de la Guerre d’Espagne que les époux Brauner font le lien entre médecine, psychologie et pédagogie. Après la guerre, leurs efforts tourneront autour de la réadaptation des enfants perturbés du fait d’un environnement défavorable (guerre, famille), via les pratiques artistiques.

8Enfin, les archives sont un des matériaux privilégiés de l’historien. On oublie souvent que, en amont, celles-ci doivent avoir été réunies et conservées avec le plus grand soin possible. À ce titre, les spécialistes de la Guerre d’Espagne ou de l’enfance en situation de guerre peuvent témoigner leur reconnaissance au couple Brauner pour avoir mis ces matériaux à disposition dès 1976.

Haut de page

Notes

1  Alfred et Françoise Brauner, Dessins d'enfants de la guerre d'Espagne, Saint-Mandé,  Groupement de recherches pratiques pour l'enfance, 1976.Quelques années plus tard, les historiens se sont intéressés à ce genre de documents, comme Stéphane Audoin-Rouzeau, La Guerre des enfants 1914-1918, Paris, Armand Colin, 1993, 2e éd. 2004 ; Jean-Yves Gaulupeau et Antoine Prost, Dessins d’exode, Paris, Tallandier, 2003 ; Catherine Gousseff et Anna Sossinskaia, Les Enfants de l’exil. Récits d’écoliers russes après la Révolution de 1917, Paris, Bayard, 2005 ;  L’enfant Yves Congar, Journal de guerre 1914-1918, Paris, Cerf, 1997 ;  Manon Pignot, La Guerre des crayons. Quand les petits Parisiens dessinaient la Grande Guerre, Paris, Parigramme, 2004. Dans le numéro 89 de la revue Vingtième siècle, consacré au thème « Enfances en guerre », consulter à propos des époux Brauner l’article de Yannick Ripa, « Naissance du dessin de guerre : Les époux Brauner et les enfants de la guerre civile espagnole », Vingtième siècle, n°89, 2006-1, p. 29-46. Le volume que nous commentons est contemporain de la publication du catalogue de l’exposition à la Bibliothèque Nationale de Madrid, A pesar de todo dibujan… La Guerra Civil vista por los niños, Madrid, Fundación AXA, 2006. Le titre de cette exposition rappelle celui d’une collection de 60 dessins They still draw pictures. A collection of 60 drawings made by Spanish children during the war, José A Weissberger, The Spanish Child Welfare Association of America for the American Friends Service Committee, 1938. [Bibliographie non exhaustive]

2  Jean Weisgerber, Les avant-gardes littéraires au XXe siècle, Budapest, Akadēmiai Kiadō, John Benjamins Publishing Company, 1984, vol. 2, p. 762-763.

3  John Bowlby, Attachement et perte, tome I (l’ouvrage en comporte trois : I. L’attachement ; II. La Séparation : angoisse et colère ; III. La perte : tristesse et dépression), Paris, PUF, 1978. [1969 pour la version anglaise].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuelle Peloille, « Note de lecture sur Lo que yo he visto de la guerra: los dibujos infantiles de la colección Brauner 1937-1938 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 13 janvier 2009, consulté le 29 mai 2017. URL : http://ccec.revues.org/2622

Haut de page

Auteur

Manuelle Peloille

Maître de Conférences, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org