Navegación – Mapa del sitio

Retour sur l’anarchisme andalou

Jacques Maurice

Texto completo

1Un directeur de revue est, par définition, un lecteur de ce qu’il publie, à plus forte raison s’il est concerné en tant qu’auteur. Dans ses notes de lecture de mon dernier livre, cf. le n° 2 des Cahiers, Rose Duroux observe que « elles (les femmes) manquent au tableau de cette Andalousie anarchiste ». Elle se demande si « elles sont restées les éternelles ‘mineures’ alors qu’à Madrid ou à Barcelone leurs ‘sœurs’, elles, se revendiquent ‘majeures’ ». Et de faire référence aux publications relatives à Mujeres Libres.

2Si le questionnement semble aller de soi, la position du problème est moins simple qu’il n’y paraît. Méfions-nous de l’anachronisme ! L’affirmation d’un mouvement de femmes révolutionnaires dans les régions développées du pays a lieu dans le feu de la résistance au soulèvement militaire, pas avant. En Andalousie, comme ailleurs, les femmes, bien entendu, sont partie prenante du mouvement social : on les trouve, par exemple, à la tête des manifestations de rue contre la vie chère, connues sous le nom de motines de subsistencia, qui se déroulent autour de 1900 dans de nombreux bourgs et villages. Ce n’est pas pour autant qu’elles jouent un rôle majeur dans les organisations ouvrières dont les fonctions de responsabilité sont exercées par des hommes. Au reste, leur infériorité est inscrite dans la division sociale du travail, par conséquent dans les salaires qu’elles perçoivent. Lors d’un colloque qui s’est tenu cette année à Paris, au Collège d’Espagne, les militantes libertaires présentées par un chercheur andalou n’étaient qu’au nombre de trois, l’une d’elles étant d’ailleurs l’épouse d’un propagandiste de premier plan. Il est possible qu’une étude des luttes paysannes réalisée dans l’optique de la gender history induise une lecture plus « féministe » des sources disponibles : j’en avais fourni un exemple dans ma contribution à Histoire et mémoire de la Seconde République (Paris-X Nanterre, 2002) à propos de l’attitude nouvelle des ouvrières de l’industrie textile à Barcelone, au début de 1936 (p. 483). Il se peut aussi que cette perspective fasse apparaître des sources nouvelles. Il reste qu’objectivement ni le marché du travail, saturé, ni le système scolaire, médiocre, ni les mentalités, empreintes de misogynie, ne favorisaient, dans les couches populaires de l’Andalousie rurale, la promotion des femmes. C’était déjà beaucoup qu’elles fussent solidaires de leurs maris, compagnons, fils et filles, dans leurs luttes : les briseurs de grève, c’était généralement des travailleurs masculins que les patrons faisaient venir d’ailleurs afin de peser sur les salaires.   

3Quant à « la cascade de questions » qui découle de l’étude de Séville la rojinegra, elle ne trouvera pas réponse de sitôt. De nombreuses publications ont vu le jour depuis quinze ou vingt ans, notamment sur les organisations patronales et des personnalités de la vie économique ; mais, autant que l’on puisse juger depuis Paris, la spécificité de l’anarchisme andalou et de sa direction sévillane n’ont pas attiré les chercheurs. L’articulation entre mouvement social et vie politique pas davantage, même si la pensée et l’action de l’« andalousiste » Blas Infante  ont été réévalués (j'en donne un aperçu dans ma contribution à Les nationalismes en Espagne, Montpellier-III, 2001). La publication récente, en 2007, sous l'égide de l'Ayuntamiento de Sevilla, des écrits de Diego Martínez Barrio, Palabra de un republicano, ouvrage d'un millier de pages présenté et préparé par Leandro Álvarez Rey, pourrait apporter un éclairage inédit sur cette période troublée de l'histoire contemporaine de l'Andalousie et de l'Espagne.

4En revanche, je suis beaucoup plus réservé en ce qui concerne la possibilité et l'opportunité d'un épilogue qui ramasserait les aspects si divers dont il est question dans l'ouvrage que Rose Duroux m'a fait l'honneur d'analyser.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Jacques Maurice, « Retour sur l’anarchisme andalou », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En línea], Publicado el 04 enero 2009, consultado el 26 marzo 2017. URL : http://ccec.revues.org/2597

Inicio de página

Autor

Jacques Maurice

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© CCEC ; auteurs

Inicio de página
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org