Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Compte rendu de l’ouvrage de Rosario Ruiz Franco, ¿Eternas menores? Las mujeres en el franquismo

Reseña de Rosario Ruiz Franco, ¿Eternas menores? Las mujeres en el franquismo
Marie-Aline Barrachina
Référence(s) :

Madrid, Biblioteca Nueva, 2007, 260 p.

Texte intégral

1Rosario Ruiz Franco, qui enseigne à l’Université Carlos III de Madrid et au Centre d’Etudes Internationales de la fondation Ortega y Gasset, vient de publier à la fin de l’année 2007 un ouvrage tiré de sa thèse doctorale soutenue il y a quelque temps.

2Précédemment, l’auteure s’était intéressée à la biographie de Mercedes Formica 1, membre de la Section Féminine de la Phalange dès les années de la seconde République, romancière, juriste, dont le rôle dans le débat en faveur de l’évolution de la législation sur les droits des femmes mariées a été maintes fois relevé et étudié. Quoi de plus naturel, dans le droit fil de cette recherche, que de la prolonger et de reprendre l’enquête sur les conditions et les circonstances qui ont permis l’évolution de l’ordre juridique qui régissait la vie sociale, familiale et professionnelle des femmes sous le franquisme ?

3Le titre en forme de questionnement pose d’emblée les termes de la problématique qui concerne fondamentalement les femmes mariées, même si, incidemment, la question des droits des célibataires est abordée. Le questionnement évoque la perplexité que l’on peut éprouver, en ce début de XXIe siècle, devant l’injustice faite aux femmes espagnoles sous le franquisme ; mais il évoque aussi, suggestion prometteuse, la perplexité de certaines personnalités qui sous le franquisme, dans le franquisme même, se sont inquiétées d’une législation par trop rétrograde et ont œuvré à l’évolution de cette même législation. Ce sont précisément les efforts méritoires de ces personnalités que suit pas à pas Rosario Ruiz Franco, dans une recherche méticuleuse. Alors que l’opposition clandestine parvenait à peine à se constituer, alors que ne pouvaient s’exprimer que de l’étranger les voix qui dénonçaient les iniquités du régime, et parmi ces iniquités, celles qui affectaient les femmes espagnoles, quelques personnes bien intégrées dans le système et en excellents termes avec le régime surent, chichement dans un premier temps, et sans mettre en péril le système franquiste, faire évoluer une législation particulièrement hostile à l’émancipation des femmes mariées.

4L’ouvrage, en dix chapitres, s’ouvre sur un prologue de Gloria Nielfa Cristóbal, dont on connaît la rigueur intellectuelle et l’intérêt pour une recherche historique capable d’intégrer l’histoire des femmes dans l’histoire et qui fut la directrice de thèse de Rosario Ruiz Franco. Les deux premiers chapitres du livre constituent en quelque sorte les prémisses théoriques (chapitre 1) et la toile de fond historico législative (chapitre 2) du travail. Après quelques pages un peu convenues où elle reprend la question de la « nature » du régime franquiste, Rosario Ruiz Franco prend à son compte dans son premier chapitre l’idée que la politique du franquisme à l’égard des femmes est un des éléments qui pourraient faire pencher la balance en faveur d’une définition fascisante du franquisme 2. Dans son entreprise de contrôle de la population féminine, que l’auteure appelle « politique de féminisation », trois éléments fondamentaux entrent en jeu : le renforcement des prérogatives accordées à la Section Féminine, une éduction très catholique et uniformisée, et enfin, un appareil juridique particulièrement paternaliste, qui va être l’objet spécifique de ce travail. Le deuxième chapitre établit un rapide état de la question juridique au début du franquisme en rappelant les avancées de la seconde République et la violence destructrice de la nouvelle législation franquiste mise en place dès le milieu de la guerre civile.

5Les chapitres 3 à 7 constituent le cœur et le corps de l’ouvrage. Rosario Ruiz Franco y montre comment le scandale de la soumission juridique des femmes mariées finit par s’imposer au législateur franquiste. Tout commence au début des années 50 (chapitre 3), avec la préparation du « Primer Congreso Femenino Hispanoamericano Filipino » (1951) organisé par la Section Féminine, puis avec le « Primer Congreso Nacional de Justicia y Derecho » (1952). Tout en restant extrêmement conservateurs et prudents, les conférencières de 1951 et les conférenciers de 1952 aboutissent à la conclusion que certaines réformes du code civil sont indispensables. C’est néanmoins l’article de Mercedes Formica, « El domicilio conyugal », publié en novembre 1953 par le journal ABC qui mit le débat sur la place publique, en dénonçant les excès particulièrement atroces auxquels peut conduire le code civil (une femme avait été poignardée à plusieurs reprises par son mari). L’article fit sensation et le journal ABC soutint la démarche de Mercedes Formica en lançant une enquête auprès de juristes de renom (chapitre 4) dont Rosario Ruiz Franco analyse les réponses extrêmement diverses. L’intérêt pour cette question ne faiblit pas pendant les années suivantes (chapitre 5), et le débat développe dans les divers secteurs influents du franquisme (presse officielle, presse contrôlée par l’Eglise, presse privée, et même presse internationale). Par ailleurs, le monde juridique se penche très sérieusement sur la question. Si les personnalités autorisées tendent à tenir un discours plutôt conservateur, il n’en reste pas moins que certains archaïsmes, considérés comme humiliants, font l’objet de critique, de sorte que la campagne aboutit à la loi du 24 avril 1958 qui procède à très partielle réforme du code civil (chapitre 6). Au cours de ces chapitres très circonstanciés, le lecteur découvre les prises de position nuancées de nombreuses personnalités qui, du fait de leurs fonctions professionnelles, détiennent une part de pouvoir dans les rouages administratifs et législatifs. Il découvre aussi qu’à l’intérieur même de la Section Féminine de la Phalange, qui reste aux mains d’une direction extrêmement immobiliste, des voix autres que celle de Mercedes Formica commencent à se faire entendre. Dans de telles conditions, le mouvement réformateur semble inexorablement lancé. La loi du 22 juillet 1961 « sobre Derechos políticos, profesionales y de trabajo de la mujer » dont la Section Féminine s’attribua la conception (chapitre 7), apparaît comme l’inévitable mise en conformité de l’ordre juridique et de la réalité sociologique ; il en fut de même pour les ajustements qui suivirent (loi du 28 décembre 1966, décret du 20 août 1970).

6La fin des années soixante et le début des années 70 se caractérisent par des formes stratégiques plus offensives (chapitres 8 à 10). Autant, de 1950 à 1967, la stratégie en vue de promouvoir les réformes avait été ne stratégie prudente de débat feutré, autant la stratégie de la génération suivante, dont la représentante la plus active est María Telo, sera plus explicitement politique. María Telo agit ès qualité, comme avocate, contrairement à Mercedes Formica qui, avocate de formation ne pouvant exercer sa profession en raison de son sexe, agissait en publiciste ou journaliste. María Telo, en outre, prend appui sur les relations internationales, celle qu’elle trouve auprès de l’association internationale des femmes de carrières juridique, ce qui lui permet de développer des relations avec le féminisme international. María Telo, signe des temps, s’appuie aussi sur une autre tradition politique. Formica venait de la Phalange, Telo se reconnaît en Clara Campoamor avec qui elle entretient des échanges épistolaires. Et pourtant, comme le dit très explicitement Rosario Ruiz Franco, il n’y a pas de rupture de continuité entre la démarche de l’une et la démarche de l’autre, juste un changement d’époque, un « passage de témoin ».

7Les ajustements législatifs se poursuivirent ainsi, mais, comme le souligne l’auteure, ce n’est qu’avec la constitution de 1978 qu’une véritable entreprise réformatrice est mise en œuvre.

8L’ouvrage de Rosario Ruiz Franco, riche en données et en informations, présente des analyses fines qui confirment combien il est important, sur un thème comme celui-ci en particulier, de quitter les sentiers battus pour mieux appréhender l’événement.

Haut de page

Notes

1 Mercedes Formica, (1916—), par María del Rosario Ruiz Franco, Ediciones del Orto, 1997

2  Carme Molinero, « Mujer, franquismo, fascismo. La clausura forzada en un ‘mundo pequeño’ », Historia social, n° 30, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Aline Barrachina, « Compte rendu de l’ouvrage de Rosario Ruiz Franco, ¿Eternas menores? Las mujeres en el franquismo », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 13 janvier 2009, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/2579

Haut de page

Auteur

Marie-Aline Barrachina

Professeur des Universités, Centre de la Méditerranée Moderne et ContemporaineCMMC-MSH (UNSA)Université de Nice-Sophia Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org