Navigation – Plan du site
Études

La Création du Vice Secrétariat de l’Education Populaire

Une étape importante du processus de domestication et de fonctionnarisation des élites par le régime de Franco
Marie-Aline Barrachina

Résumé

La creación (20-05-1941), de la Vice Secretaría de la Educación Popular, pone un punto final a las ambiciones totalitarias de los falangistas, marca su definitiva derrota y la ineluctable instrumentalización de sus talentos propagandísticos. El proceso se realiza en tres etapas : desde el decreto de Unificación (19-04-1937), hasta el primer gobierno civil del régimen de Franco (31-01-1938) ; desde este mismo primer gobierno civil hasta la consolidación de la influencia de Serrano Súnyer (16-11-1940, acceso de Serrano a la cartera de relaciones internacionales) ; por fin, desde esta fecha, a la creación de la Vice Secretaría. El proceso consistió en externalizar las competencias intelectuales falangistas en un primer tiempo, de manera que no puedan actuar dentro de la administración del Movimiento sino directamente bajo el control del Estado (1937). Luego, en una segunda etapa, se instrumentalizaron estas competencias para organizar las estructuras administrativas de propaganda del nuevo Estado (1938-1940). Por fin, cuando ya estaba confirmada su total sumisión (1941), se devolvió a la administración del Movimiento su vocación inicial de propaganda, creando la Vice Secretaría. A finales de 1943, la Vice Secretaría ya es una enorme máquina administrativa generadora de empleos y sometida al Estado. Su traspaso en 1945 al Ministerio de la Educación — entonces entre las manos de los conservadores católicos— confirma que la era de los funcionarios del franquismo ya se ha sustituido a la de los militantes falangistas.

Haut de page

Texte intégral

1Une administration qui s’inscrit dans le contexte fascisant des années 40 en Espagne a quelque chose d’une administration de type colonial : elle s’efforce d’imposer sans transition et en quelque sorte « du dehors », une structure de gestion nouvelle (littéralement étrangère ou étrange) à un tissu social qui, naturellement, ne lui est pas réductible. Dans une telle situation, l’administration apparaît comme l’instrument privilégié du contrôle de l’efficacité d’une politique d’État.

2Dans le cas de l’Espagne de Franco, on pourrait même pousser beaucoup plus loin l’analogie avec une administration de type colonial. S’installant au pouvoir grâce à l’issue favorable de la Guerre civile, les vainqueurs se comportent en conquérants, et imposent une sorte de « colonisation intérieure » dont l’objectif est de faire triompher l’unité (entendre un centralisme rigoureux visant à l’uniformité et à l’uniformisation) et la « civilisation » (entendre la fameuse « catholicité » de l’hispanité contre la « barbarie » rouge et libérale). Pour ce faire, et même avant la victoire, la force militaire n’est pas un instrument suffisant, et doit être relayée par un système de contrôle civil, c’est-à-dire par l’organisation administrative.

3Or, outre cet enjeu – la mise au pas de la population civile vaincue ou conquise – il y a un autre enjeu de taille, la lutte pour le pouvoir des vainqueurs, qui se joue au niveau des responsabilités administratives et de leur organisation. La création du Vice Secrétariat de l’Education Populaire est précisément un exemple paradigmatique de ce processus de domestication.

4L’instauration du Vice Secrétariat de l’Education Populaire marque en effet l’achèvement d’un processus en trois temps qui consacre la défaite inéluctable du projet totalitaire phalangiste et l’instrumentalisation des militants : de la création du Parti Unique par Franco (19 avril 1937) à la constitution du premier Gouvernement civil du régime (31 janvier 1938) ; de cette création à la consolidation de l’influence de Ramón Serrano Súñer, (nouveau remaniement ministériel du 16 novembre 1940) ; enfin de cette date à la création du Vice Secrétariat de l’Education Populaire, le 20 mai 1941.

Du décret d’unification au premier gouvernement civil

  • 1   José Luis Rodríguez Jiménez, Historia de Falange Española de las JONS, Alianza ed., Madrid, 2000, (...)

5Tout d’abord, Franco avait imposé sa loi aux différents courants qui soutenaient le camp nationaliste en créant un Parti Unique dont il devenait le chef autoproclamé (19 avril 1937, création de la Phalange Espagnole Traditionaliste et des Juntes Nationales Syndicalistes). À partir de cette date, le processus était enclenché, le poste de Secrétaire général du Mouvement restant attribué pendant plus de sept mois à des fonctionnaires peu charismatiques comme les phalangistes López Bassas et Joaquín Miranda1.

  • 2   Rappelons que l’on appelle « vieux phalangiste » ou « camisa vieja » les premiers compagnons de J (...)

6La liste des membres du premier Conseil National du Mouvement (fet-jons) n’est signée que le 20 octobre 1937, soit trois mois après la publication des statuts du nouveau parti unique (décret du 4 août 1937, publié au BO le 7 août). Les membres du nouveau Conseil National, enfin, font allégeance à Franco en prêtant serment, et c’est à cette occasion, le 2 décembre 1937, que le prestigieux « vieux phalangiste » Raimundo Fernandez Cuesta2 est nommé Secrétaire général de la Phalange unifiée.

7Autrement dit, d’avril à décembre 1937, le nouveau Parti unifié reste sous le contrôle exclusif de son chef national, Franco. La plupart des décrets, circulaires et ordonnances concernant le Mouvement émanent directement du cabinet du Chef de l’État pendant cette période, et s’ils visent à renforcer le caractère fascisant du régime, c’est en muselant le parti fasciste par vocation qu’était la Phalange.

8Parmi les dispositions prises avant le décret sur les statuts du nouveau parti, soulignons la circulaire n° 2 du 11 mai 1937, concernant la mission de fet-jons. Cette circulaire distingue trois niveaux dans l’organisation du Mouvement. Au niveau de la masse, il doit y avoir une organisation politique de caractère civil. Ce sont les « affiliés ». Au-dessus de cette organisation de masse se situe l’Organisation Syndicale, et enfin, au plus haut niveau se situent les Milices. Ces dernières sont encadrées par des officiers, et sont appelées à « seconder l’Armée ». En échange, le Commandement militaire est censé se soumettre à un assessorat politique issu du Mouvement.

  • 3  Dionisio Ridruejo, Casi unas memorias, Barcelona, Planeta, 1976, p. 111.

9Ce système est à l’évidence inspiré du modèle fasciste. Encore fallait-il déterminer concrètement qui allait faire partie de cette structure et quelles fonctions seraient attribuées aux membres de cette organisation. Les statuts signés le 4 août 1937, ainsi que les nouveaux statuts signés plus tard, le 31 juillet 1939, fournissent des éléments de réponse : seraient militants les anciens membres de la Phalange et de la Communion Traditionaliste (les Carlistes), ainsi que tous les militaires et la plupart des fonctionnaires. Avec un humour teinté d’amertume, l’ex-phalangiste devenu un fervent opposant démocrate Dionisio Ridruejo écrira bien plus tard : « cela n’est pas parce que l’on est un militant que l’on devient un fonctionnaire politique, c’est le contraire3 ».

10Autrement dit, le Secrétariat National du Mouvement est une machine administrative sensée gérer la presque totalité des individus qui constituent la nation. En réalité, cette machine n’a de sens que par les emplois qu’elle génère, et par la seule fonction de propagande qu’elle assure à travers ces emplois.

11Concrètement voici la liste non exhaustive des services nationaux générateurs d’emplois créés au sein du Secrétariat du Mouvement : Service extérieur, Renseignements, Education nationale, Presse et Propagande, Section Féminine, Organisations de Jeunesses, Syndicats, Justice, « Initiatives et Orientations de l’Œuvre de l’État », Communications et Transports, Fronts et Hôpitaux, Administration, Services techniques, Santé, Personnel, Provinces, Agriculture, Affaires sociales … Des fonctionnaires-militants seraient affectés à chacun de ces services au plan national, provincial voire local. La création par décret du 7 octobre 1937 du Service Social des femmes, sous l’autorité de la Délégation Nationale de la Section Féminine du Mouvement, marque la volonté du régime d’étendre son influence à l’ensemble de la population féminine. C’est dans le même esprit qu’est réorganisé et centralisé l’encadrement de la jeunesse (décret du 13 août 1937).

12Toutes ces mesures, rappelons-le, sont prises avant le 20 octobre 1937, date à laquelle est désigné le Premier Conseil National de la Phalange Unifiée, composé de 50 membres dont 27 vieux phalangistes, 11 carlistes, 6 monarchistes, 6 militaires. C’est dire que pendant de longs mois, l’administration du Mouvement fonctionne hors direction politique spécifique.

13Pendant cette même période, des circulaires se multiplient pour expliciter les objectifs poursuivis par le régime à travers les projets d’unification des canaux de diffusion.

14Certes, l’unification des services de propagande restera incomplète durant quelques mois : en septembre 1937, c’est encore à la Commission de la Culture et de l’Enseignement dirigée par le futur membre du premier Conseil National, le monarchiste José María Pemán, qu’incombe le contrôle de l’épuration des bibliothèques (ordonnance du 16 septembre 1937). Mais la circulaire n° 6 du 24 juin 1937 avait établi les normes « pour l’unification des services provinciaux de Presse et de Radio ». Autrement dit, l’unification du Parti doit permettre le contrôle de l’ensemble de la population militante de la zone nationale grâce à un encadrement unique rigoureusement compartimenté et hiérarchisé. Elle doit aussi favoriser la diffusion élargie d’une propagande uniformisée grâce au contrôle des moyens d’information.

Du premier gouvernement civil au remaniement ministériel de novembre 1940

15Cette première étape s’achève avec la constitution, le 31 janvier 1938, du premier Gouvernement civil du franquisme. À ce moment où le régime s’installe pour durer, Franco vient de s’assurer le contrôle du nouveau Mouvement et de ses cadres. Ce contrôle est affirmé symboliquement le 2 décembre 1937 lors d’une cérémonie solennelle au cours de laquelle les 50 Conseillers Nationaux prêtent serment de fidélité aux principes du Mouvement et au Caudillo).

16D’après les statuts de fet-jons, le Secrétaire général du Mouvement devait participer aux travaux du Gouvernement sans pour autant en être membre. L’organisation ministérielle du 31 janvier 1938 ne modifie en rien ces dispositions, et le Secrétaire général Fernandez Cuesta reste en marge du nouveau Gouvernement.

17Si le Secrétariat général du Mouvement se trouve de la sorte marginalisé, il n’en est pas ainsi, en revanche, des phalangistes eux-mêmes, dont le régime va savoir opportunément exploiter les compétences en matière de propagande.

  • 4  Rappelons que Ramón Serrano Súñer (1901-2003) avait été membre de la CEDA sous la seconde Républiq (...)

18Ministre de l’Intérieur et Chef National du Service de la Presse et de la Propagande du Mouvement, Ramón Serrano Súñer4 place des phalangistes de talent à la tête des différents services de la Propagande : Dionisio Ridruejo est à la Direction Générale de la Propagande, José Antonio Giménez Arnau dirige le Service de Presse, Antonio Tovar est à la tête des services de la Radiodiffusion. Ramón Garriga, enfin, est chef du Service d’Information de la Presse. Le 1er avril de cette même année est créé un Département National de Cinéma dépendant de la Direction Générale de la Propagande dirigée, on l’a vu plus haut, par Dionisio Ridruejo. Le Chef national de ce Département Cinéma est le phalangiste Augusto García Viñolas. et Antonio de Obregón assure le Secrétariat général de cette nouvelle entité. Or, c’est avec tous ces hommes que sont élaborés les principes de la Loi sur la Presse du 22 avril 1938 qui verrouille cette dernière pour de nombreuses années (28 ans pour être précis, puisqu’elle n’est abrogée qu’en 1966). L’un des éléments les plus significatifs des contraintes imposées par cette loi est la désignation par l’État des directeurs de publications périodiques, ce qui implique une fonctionnarisation massive de la profession et lui interdit de ce fait toute autonomie.

  • 5  La Junte Politique, dont la liste est enfin établie le 25 octobre 1939, comporte un vice-président (...)

19Le deuxième gouvernement du franquisme, constitué le 9 août 1939, renforce l’influence de Serrano Súñer et, partant, des phalangistes, sans pour autant rendre son autonomie au Mouvement, bien au contraire. Les nouveaux statuts promulgués une dizaine de jours auparavant (31 juillet 1939) renforcent les autorités conjointes du Chef National, c’est-à-dire de Franco, et du Président de la Junte Politique, qui n’est autre que Serrano Súñer lui-même5.

20Quant aux services de Presse et de Propagande, ils restent dépendants du Ministère de l’Intérieur, autrement dit, du même Serrano Súñer, et ils conservent les mêmes personnalités phalangistes à la tête de leurs différentes sections, sauf en ce qui concerne Giménez Arnau, démissionnaire. En revanche, Raimundo Fernández Cuesta quitte le Secrétariat général du Mouvement pour le Ministère de l’Agriculture, et il est remplacé par le général Agustín Muñoz Grandes (1896-1970), qui reçoit avec cette charge le nouveau titre de Ministre sans portefeuille. Militaire plusieurs fois ministre de Franco par la suite, Muñoz Grandes fut le premier désigné à la charge de Vice-Président du Gouvernement (1962-1967) après la création de ce poste. Cumulant les charges de Ministre de l’Intérieur et de Président de la Junte Politique, Ramón Serrano Súñer est confirmé dans son influence sur le Mouvement, aux côtés de Franco.

21 Ces mesures, concomitantes avec le renforcement de l’autorité personnelle du Caudillo qui peut désormais prendre des décisions sans en référer à ses ministres (décret du 9 août 1939, article 7) intègrent résolument le Mouvement comme un rouage important du régime, tout en renforçant le contrôle du second sur le premier, puisque malgré le titre de Ministre du Secrétaire du Mouvement, le Mouvement reste une administration en marge de l’État.

  • 6  José Luis Arrese y Magra (1905-1976) fut Ministre Secrétaire du Mouvement de 1941 à 1945, puis en (...)

22Pendant cette période de près de trois ans (janvier 1938-fin 1940) chacun des services du Mouvement conserve sa Délégation de la Presse et de la Propagande à usage interne, qui collabore directement avec les Services de la Presse et de la Propagande de l’État. il s’agit en quelque sorte d’un système de diffusion hiérarchisé dirigé hors Mouvement par des membres du Mouvement contrôlés par Serrano Súñer, au bénéfice du régime. Aussi les risques de dysfonctionnement se trouvent-ils fortement limités. Le système semble tourner indépendamment du fait que le poste de Ministre Secrétaire général du Mouvement soit ou non vacant, car il est de fait dirigé par le Président de la Junte Politique qu’est Serrano Súñer. En effet, entre le 15 mars 1940 où Muñoz Grandes quitte sa charge et le 19 mai 1941, où le poste est à nouveau pourvu, et confié au phalangiste José Luis Arrese y Magra6, le Mouvement règle les affaires courantes, et le pouvoir effectif sur la propagande reste entre les mains des phalangistes cités plus haut. Les Délégations nationales organisent, dans les limites de leurs compétences, les caractéristiques de leurs emblèmes et de leurs récompenses, donnent des directives sur le contenu de leurs activités de formation, veillent à une stricte discipline idéologique.

23Circulaires et ordonnances se multiplient, pour des rappels à l’ordre dont la teneur renvoie toujours au respect des consignes émanant conjointement du Secrétariat général du Mouvement et du Ministère de l’Intérieur. En résumé, l’appareil et la propagande du Mouvement obéissent à des directives élaborées par des membres de ce même Mouvement, mais en dehors de l’appareil.

24La création, par décret du 9 septembre 1939, d’un Institut d’Études Politiques dépendant de la Junte Politique de fet-jons vise à perpétuer cette superposition des compétences. C’est ainsi qu’en dispose le préambule dudit décret :

La Junta política, Delegación permanente del Consejo Nacional de Falange Española Tradicionalista y de las jons, están llamada a ser órgano a través del cual se promueva la reforma del Estado, para que responda en todos los aspectos a la ambición histórica del Movimiento Nacional.

Por ello es de gran conveniencia la creación de un organismo que, dependiendo de la Junta, investigue con criterio político y rigor científico los problemas y manifestaciones de la vida administrativa, económica, social e internacional de la Patria. Dicho organismo podrá ser, al mismo tiempo, escuela para la formación superior de elementos destacados de las nuevas generaciones. (Jefatura del Estado, 9-09-39, Boletín del Movimiento, n° 66)

Du remaniement ministriel de novembre 1940 à la création du Vice Secrétariat

25Les succès militaires de l’Allemagne nazie au deuxième trimestre 1940 stimulent les ambitions des pro germanistes aux côtés de Serrano Súñer. Le 16 octobre 1940, à la faveur d’un remaniement ministériel visant à consolider les bonnes relations hispano-germaniques, Serrano Súñer quitte le Ministère de l’Intérieur pour celui des Affaires Étrangères. Mais il conserve le contrôle de la Presse et de la Propagande et reste Président de la Junte Politique (jusqu’à sa retraite politique en septembre 1942). Son poste du Ministère de l’Intérieur reste non pourvu pendant près de sept mois, et il ne sera remplacé par Valentín Galarza Morante que le 19 mai 1941. Certes, cette vacance permet à Serrano de conserver son autorité par le truchement de José Lorente, sous-secrétaire général de ce Ministère, mais elle est aussi annonciatrice d’une première crise de l’influence du « cuñadísimo », ainsi que l’on appelait ironiquement Serrano Súñer. Cette vacance permet en effet à Franco de réserver pendant quelques mois le poste, en vue de l’attribuer bientôt à cette personnalité aussi peu favorable aux phalangistes qu’était Valentín Galarza Morante.

26Peu après ce remaniement ministériel pro germanique eut lieu la fameuse entrevue d’Hendaye entre Franco et Hitler, (23 octobre 1940), qui marquera un tournant pour les partisans de Serrano. Rappelons que cette entrevue eut pour résultat la non-participation militaire de l’Espagne à l’effort de guerre. Le conflit larvé entre les serranistes et la droite catholique prit de l’ampleur au cours des mois qui suivirent, pour aboutir à la grave crise de mai 1941.

27Le 6 mai 1941 donc, de plus en plus indisposé par le prestige croissant de Serrano Súñer, Franco nomme Valentín Galarza Morante au Ministère de l’Intérieur. Galarza s’empresse de démettre José Lorente et de le remplacer par un traditionaliste. Deux jours plus tard, le journal phalangiste Arriba publie un article anonyme attribué à Dionisio Ridruejo et qui fustigeait le nouveau Ministre de l’Intérieur. En conséquence, les responsables les plus éminents des services de la Presse et de la Propagande du Ministère de l’Intérieur sont démis de leurs fonctions (17 mai). Il s’agit de Dionisio Ridruejo, Directeur de la Propagande, d’Antonio Tovar, Sous-secrétaire de la Presse phalangiste depuis le 14 décembre 1940, et de Jesús Ercilla, Directeur général de la Presse depuis la démission de Giménez Arnau. Ayant fait place nette, Franco procède quelques jours plus tard (19-22 mai 1941) à un important remaniement ministériel, et il nomme le 19 mai 1941 à la fonction de Secrétaire général du Mouvement, le vieux phalangiste José Luis Arrese dont il s’est préalablement assuré la loyauté, avec le titre de Ministre sans portefeuille, comme son prédécesseur.

28Dès le lendemain, Franco signe une loi qui crée au sein du Mouvement le Vice Secrétariat de l’Éducation Populaire dans laquelle sont réinjectés les services de la Presse et de la Propagande, retirés au Ministère de l’Intérieur.

29Le préambule de cette loi expose de la façon suivante les raisons de la création de ce Vice Secrétariat :

Siguiendo el proceso gradual de revisión de la Ley de 30 de enero de 1938, que, con carácter provisional, organizó la Administración Central del Estado, procede ahora emplazar de manera adecuada los servicios de Prensa y Propaganda en atención a la sustantividad de su significación doctrinal y política. No estimándose todavía conveniente su formal constitución en un Ministerio independiente, es oportuna su inserción en los órganos elaboradores de la doctrina del Estado, por lo que se organizarán dentro del Partido mediante la creación de una vicesecretaría que se llamará de Educación Popular. (Ley de 20 de mayo de 1941, Boletín del Movimiento n° 115)

30La restitution au Mouvement des Services de Presse et de Propagande, dans la mesure où elle coïncide avec l’éviction de l’équipe de Ridruejo, ne signifie nullement une reprise en main de la propagande par le Mouvement, mais plutôt l’inverse, comme le souligne Ricardo Chueca.

  • 7  Ricardo Chueca, El fascismo en los comienzos del régimen de Franco. Un estudio sobre FET-JONS, Mad (...)

Esta evolución no obtenía su lógica de una « liberalización » del control sobre los medios de comunicación sino muy por el contrario de las propias exigencias totalitarias estatales y de la subsiguiente necesidad de un control total, diario y eficaz. Y, sobre todo, automático7.

31En fait, que s’est-il passé ? Dans un premier temps, fut créé un Parti en prenant soin de faire en sorte que les têtes pensantes susceptibles de lui donner un sens politique ne puissent pas agir en son sein, mais plutôt directement sous le contrôle de l’État (1937). Dans un deuxième temps, on instrumentalise les compétences de ces mêmes intellectuels pour organiser les structures administratives de la propagande du nouvel État, en faisant en sorte que le Parti, privé d’initiative, s’en fasse le simple écho (1938-1940). Dans un troisième temps, enfin, on restitue au Parti sa vocation initiale, après s’être assuré de sa totale soumission (1941).

Une machine administrative de contrôle et de production

32En principe, le Vice Secrétariat de l’Éducation Populaire n’est que l’un des quatre Vice Secrétariats du nouvel organigramme de fet-jons publié le 28 novembre 1941 (voir organigramme ci-dessous). Néanmoins, c’est un service dont les compétences dépassent le cadre de l’organisation du Mouvement, pour toucher l’ensemble des moyens de communication. Dirigé par Gabriel Arias-Salgado y de Cubas, ce Vice Secrétariat contrôle non seulement la presse, la radio et les moyens de propagande, mais aussi plus largement un vaste pan des activités culturelles, à travers les spectacles. On verra d’ailleurs plus loin que les compétences de la délégation de la presse dépassent ce seul secteur et touchent aussi à l’ensemble de l’édition. Enfin, ce Vice Secrétariat a un droit de regard sur l’éducation en général, ainsi que l’indique son titre.  

Organigramme de fet-jons au 28 novembre 1941

Secrétariat Général

Sections

Oeuvres

Services

Vice secrétariat Général

Vice Secrétariat des Oeuvres Sociales

Vice Secrétariat de l’Education Populaire

Vice Secrétariat des Services

Délégations Nationales de

Provinces

Section Féminine

Fronts de Jeunesse

Service Extérieur

Délégations Nationales de

Syndicats

Anciens Combattants

Anciens Prisonniers

Secours Social

Délégations Nationales de

Presse

Propagande

Radio diffusion

Spectacles

Éducation Nationale

Délégations Nationales de

Justice

Information

Santé

Sports

Administration

Transports

Personnel

  • 8  Idem. p. 286-287.

33L’année 1941 marque donc de grands changements dans les rapports du Mouvement et de l’État : le temps de la « superposition des compétences », selon l’expression de Ricardo Chueca, semble révolu8.

34Il est mis un terme à la présence diffuse de phalangistes radicaux dans différents ministères, et sous la direction de José Luis Arrese, le phalangisme se mesure définitivement au degré de fidélité au Caudillo. Le 24 novembre 1941, le Ministre Secrétaire général du Mouvement annonce une épuration du Mouvement déjà amorcée plusieurs mois auparavant. Un décret émanant du cabinet du chef de l’État (Jefatura del Estado) prend des dispositions à l’égard des « brebis galeuses » :

Falange Española Tradicionalista y de las JONS constituye la expresión política del Estado totalitario establecido en España por el Movimiento Nacional. Quiere ello decir que la separación de la comunidad política integrada por el Partido equivale a la imposibilidad legal de actuar políticamente dentro del Movimiento. (10 de octubre de 1941, Boletín del Movimiento n° 125)

  • 9  L’idée germe dès le début du mois de juin et la campagne de recrutement bat son plein au cours de (...)

35Entre temps, l’organisation puis le départ pour le Front russe aux côtés de l’Allemagne nazie de la fameuse División Azul, sous le commandement de l’ex-ministre Secrétaire du Mouvement Agustín Muñoz Grandes permet au régime de se débarrasser des phalangistes les plus turbulents, comme Dionisio Ridruejo9.

36Mais dans le même temps, les activités relevant de la compétence du Vice Secrétariat de l’Éducation populaire prennent un nouvel essor à l’avantage du régime, ce qui permet à Ricardo Chueca d’affirmer que le développement du contrôle de la propagande et des moyens de communication est inversement proportionnel au développement du rôle du Parti :

  • 10  Ricardo Chueca, El fascismo en los comienzos del régimen de Franco, op. cit., p. 282.

Cuanto más se intensifique la propaganda y la eficacia del control de los medios de comunicación, ello no va a significar el fortalecimiento de sus posiciones políticas, sino más bien el del Nuevo Estado en su totalidad10.

37Une ordonnance du 17 novembre 1941 émanant de ce Vice Secrétariat annonce la création de l’École de Journalisme, dépendant de la Délégation nationale de la Presse. L’accès à cette école sera exclusivement réservé à des militants de fet-jons, et les disciplines enseignées seront les suivantes, dans l’ordre où elles figurent dans l’article 4 de cette ordonnance :

Historia de la Literatura Universal ; Ciencia Política ; Vida y doctrina del Nacional-Sindicalismo ; Filosofía ; Cultura Religiosa ; Historia Contemporánea ; Geopolítica ; Economía nacional ; Alemán ; Historia del Periodismo y Legislación de Prensa ; Redacción literaria ; Información y reportaje ; Titulación y confección ; Tipografía.

38On observe, naturellement, l’importance des disciplines de caractère doctrinaire et de l’étude de l’Allemand, langue obligatoire. Quelques jours plus tard, une autre ordonnance émanant du Secrétariat général du Mouvement, cette fois, renforce le contrôle de l’ensemble des activités éditoriales, déjà rendu obligatoire par ordonnance du Ministère de l’Intérieur le 8 mars précédent :

La experiencia conseguida en cuanto a la ordenación política de planes editoriales llevada a cabo en los dos semestres del año actual aconseja las ampliaciones siguientes a la Orden ministerial de 8 de marzo que se refieren exclusivamente a la inspección y vigilancia del cumplimiento de la misma […]
Las faltas de presentación de planes editoriales obligatorios a que hacía referencia la Orden de 8 de marzo, o las alteraciones en el orden aprobado o establecido en dichos planes por la Sección de Ediciones y publicaciones de la Delegación Nacional de Propaganda de la Vicesecretaría de Educación popular, serán sancionadas por la citada Delegación Nacional y a propuesta de la Sección de Ediciones, con la multa de 500 a 5 000 pesetas, recogida de la edición y, en casos de reincidencias, suspensión temporal de las actividades editoriales de la entidad o editor sancionado. (Orden de la Secretaría General, 25 de noviembre de 1941 ; Boletín del Movimiento n° 130)

  • 11  Boletín del Movimiento n° 126. Une mesure du même ordre est prise par décret du 7 octobre 1943 en (...)

39L’automne 1941, marqué par une reprise en main du Mouvement concomitante avec une augmentation de ses compétences en matière de contrôle des publications, est aussi marqué par un souci de rendre plus efficaces les moyens modernes de communication. C’est ainsi qu’un décret du 18 octobre 1941 émanant du cabinet du Chef de l’État prononce l’accélération de la procédure d’expropriation en vue de la construction d’un émetteur Radio à Arganda del Rey11.

40À compter de la fin 1941, donc, le Vice Secrétariat de l’Éducation populaire contrôle et réglemente plus ou moins directement tout ce qui concerne les médias, dans le Mouvement et hors du Mouvement. C’est ainsi qu’en mars 1942, le Secrétariat général de fet-jons peut se flatter – à juste titre ? – de ne voir échapper à sa vigilance que la « propagande orale » directe :

Ha sido preocupación fundamental de todos los movimientos políticos cuidar en grado máximo la pureza de su doctrina.
Para ello nada mejor que establecer una estrecha vigilancia sobre los actos de propaganda y someter toda forma de divulgación doctrinaria a la más escrupulosa intransigencia.
Creada a este fin la Delegación Nacional de Propaganda, con sus ramas de Prensa, Radio, Ediciones, Cine, etc., es quizá la propaganda oral la única que todavía escapa a la vigilancia de los dirigentes del Partido, únicos orientadores de su política. Sin embargo, la propaganda oral es la que más directamente llega a nuestros camaradas y la que en consecuencia corre mayor peligro de desviar nuestra ortodoxia por caminos de confusión. (préambule du décret du 9 mars 1942 sur la propagande orale, Boletín del Movimiento n° 139).

  • 12  Román Gubern Garriga-Nogués, La censura : función política y ordenamiento jurídico bajo el franqui (...)

41La production cinématographique fait en effet désormais partie des activités culturelles et d’information contrôlées par le Vice Secrétariat de l’Éducation Populaire. Étant aussi une industrie, cette production avait été gérée en partie par le Ministère de l’Industrie et du Commerce jusqu’à la fin de 1941. Ce Ministère avait rendu le 23 avril 1941 une ordonnance par laquelle se voyait interdite la diffusion de films étrangers en version originale (le doublage en langue espagnole de tous les films étrangers devenait par là même obligatoire12).

42C’est assez tardivement d’ailleurs, si l’on compare avec les mesures concernant la production écrite, que les productions cinématographiques ont été réglementées. L’explication de ce phénomène n’est pas à rechercher dans une indifférence de la droite espagnole vis-à-vis de l’appareil audiovisuel. En réalité, le retard de la propagande cinématographique dans l’Espagne nationale s’explique de façon conjoncturelle : l’essentiel de l’industrie cinématographique étant situé à Madrid et à Barcelone, dans la zone républicaine, l’Espagne nationale a du mal à développer son cinéma au début de la guerre. En conséquence, l’Espagne de Franco est rapidement dépendante des aides allemande et italienne pour la confection de ses documentaires sur la guerre. Aussi n’est-ce que tardivement, avec le premier Gouvernement civil, que le cinéma peut être intégré dans les services de Propagande du Ministère de l’Intérieur.

  • 13 «[…] censurar toda clase de películas, nacionales y extranjeras, sea de la clase que fueren y quien (...)

43C’est au cours de l’année 1942 que le plus grand soin est apporté à la réglementation des projections cinématographiques. Le Vice Secrétariat de l’Éducation Populaire, qui associe dans un même service le cinéma et le théâtre, réorganise la censure cinématographique par ordonnance du 23 novembre 1942. Il sera de la compétence de la Commission de Censure créée par ce décret de « censurer tous les films, nationaux et étrangers, qui doivent être projetés sur le territoire national, quel que soit le genre auquel ils appartiennent et l’entité qui les a produits13 ».

44Dans la foulée, est enfin créé le no-do, institution nationale promise à une longue existence, puisque la projection en salle de ses productions reste obligatoire jusqu’en 1975 La création du Noticiario Cinematográfico Español (no-do) est décidée le 29 septembre 1942, et le 17 décembre de la même année le Vice Secrétariat de l’Éducation Populaire rend une ordonnance qui accorde au no-do l’exclusivité des reportages et de l’information cinématographiques, et qui impose la projection obligatoire de ces productions dans toutes les salles du territoire national. Le contrôle de l’information que représente cette mesure est particulièrement rigoureux :

Art. 1 : A partir del día 1 de enero de 1943 no podrá editarse en España, sus posesiones y colonias, ningún noticiario cinematográfico ni documental de este tipo que no sea el Noticiario Cinematográfico Español NO-DO.
Art. 3 : A partir de esta misma fecha, ningún operador cinematográfico que no pertenezca a la Entidad Noticiarios y Documentales Cinematográficos NO-DO o que trabaje debidamente autorizado por éste, podrá obtener reportajes cinematográficos bajo pretexto alguno. Igualmente, ningún laboratorio podrá manipular película cinematográfica de este tipo que no haya sido rodada por los operadores autorizados anteriormente. (17 de diciembre de 1942 ; Boletín del Movimiento n° 168)

45En même temps qu’il met en place le contrôle de l’information cinématographique et qu’il tente de développer une production cinématographique de fiction respectueuse des critères idéologiques du régime, le Vice Secrétariat de l’Éducation Populaire poursuit son oeuvre vigilante sur les publications écrites. Depuis octobre 1941, Juan Aparicio est Directeur Général de la Délégation de la Presse dépendante du Vice Secrétariat de l’Education Populaire. Sous sa direction, une ordonnance du Vice Secrétariat, datée du 23 novembre 1942, réglemente les autorisations de publication périodiques non quotidiennes. Le préambule de cette ordonnance rappelle que la réglementation concernant ces publications, fixée par ordonnance circulaire du Sous secrétariat de la Presse et de la Propagande du ministère de la Gobernación le 24 février 1940, n’avait pas d’autre but que celui de contrôler la consommation de papier, mais que désormais :

Por encima de estas circunstancias transitorias, y como premisa fundamental para una sistemática ordenación de la cultura española existen otros límites y normas objetivas a los que se han de someter cuantas revistas puedan y deban publicarse en España, con el fin de que ha de servir de instrumento a nuestra Educación Popular, por lo que su edición y difusión han de responder a un plan mínimo de selección y de decoro que ofrezcan al Estado, al Partido y al lector español garantías políticas y espirituales imprescindibles. (Boletín del Movimiento n° 139)

46Cette ordonnance donne au Vice Secrétariat de l’Éducation Populaire la haute main sur

[…] las revistas, impresos, folletos, anuarios y demás publicaciones de carácter periódico (o de las que sin ser periódicas tengan la denominación de revistas o un título, formato, etc., que permita no considerarlas como libro), cualquiera que sea su periodicidad, su carácter, la clase de papel en que se impriman, etc., y se publiquen o no, con publicidad ». (Idem. art. 1)

47Associée à la réglementation sur l’édition, cette ordonnance prend des dispositions telles que plus rien de ce qui est imprimé ne peut échapper au contrôle de l’État, par le biais du Vice Secrétariat de l’Éducation Populaire, d’autant plus que les sanctions sont sans appel : fermeture de l’imprimerie contrevenante, interdiction professionnelle pour toute personne ayant participé directement ou indirectement à la publication qui n’aurait pas obtenu d’autorisation préalable (article 3). Quelques mois plus tard, une ordonnance du 27 octobre 1942 fixe les critères selon lesquels telle ou telle publication passe sous la dépendance de la Délégation nationale de la Propagande, alors que la plupart restent sous la dépendance de la Délégation nationale de la Presse.

48Parmi les publications qui passent sous la dépendance de la Délégation nationale de la Propagande figurent les romans « même quand leur publication est périodique et constitue une collection ou une série » (deuxième alinéa), ce qui en dit long sur le rôle attribué à la fiction dans les premières années du régime.

49Pour en terminer avec le chapitre de la presse, signalons enfin la création de l’Union espagnole des journalistes (Unión Española de Periodistas), par ordonnance du 18 mars 1943 émanant du Vice Secrétariat de l’Éducation Populaire. L’adhésion à cet organisme qui se déclare explicitement corporatiste est obligatoire pour tous les journalistes inscrits au Registre officiel des Journalistes (Registro Oficial de Periodistas), créé le 2 avril 1939 (L’inscription à ce registre était condition sine qua non pour avoir le droit d’exercer la profession).

50Du côté de l’édition, c’est le cabinet du Chef de l’État (Jefatura del Estado) qui assume la responsabilité du décret du 6 avril 1943 sur le nouveau règlement de l’Instituto Nacional del Libro. Le premier règlement avait été établi par décret du 19 avril 1941, alors que les Services de Presse et de Propagande dépendaient encore du Ministère de l’Intérieur. Cette nouvelle réglementation adapte l’Institut national du Livre espagnol à la nouvelle situation, et le situe sous la dépendance du Vice Secrétariat de l’Éducation Populaire. Ce décret, qui comprend quarante articles, explicite minutieusement le rôle de l’inle, un rôle fondamentalement centralisateur et directif. L’avant-dernier article du décret précise que l’inle. assumera désormais aussi toutes les fonctions assumées jusqu’alors par les Cámaras del Libro de Madrid et de Barcelone.

  • 14 Ricardo Chueca, El fascismo en los comienzos del régimen de Franco, op. cit. p. 291.

51A la fin de l’année 1943, on peut affirmer que toutes les dispositions sont prises pour un contrôle absolu de tous les moyens de culture et d’information par le Vice Secrétariat de l’Éducation populaire qualifié par Ricardo Chueca de « Ministère camouflé de la Propagande14 ».

  • 15  3 septembre 1942, 15 mars 1943, 11 août 1944.

52Ce Vice Secrétariat est devenu une énorme machine de contrôle soumise aux directives de l’État. Il survit en tant que tel aux trois remaniements ministériels qui ont lieu entre la date de sa création et la fin de la deuxième guerre mondiale15. Et quand, peu après la chute de Hitler et la promulgation de la charte des Espagnols (17 juillet 1945), Franco procède à un remaniement ministériel décisif pour la survie du régime, le Vice Secrétariat est détaché dans sa totalité du Mouvement pour être rattaché en bloc au Ministère de l’Education, entre les mains des conservateurs catholiques. Les objectifs idéologiques seront légèrement infléchis, certes, mais l’appareil administratif générateur d’emplois persiste tel quel. Le verrouillage d’un système administratif complexe qui fonctionnarise les militants est consommé.

Haut de page

Bibliographie

Recopilación sistemática de la legislación del Movimiento, mayo 1937-diciembre 1943, Madrid, 1945.

Bardavío, Joaquín, La estructura del poder en España, sociología política de un país, Madrid, Ibérico Europea de Ediciones SA, 1969.

Barrachina, Marie-Aline, Recherches sur les ressorts de la propagande franquiste (1936-1945), Discours, mises en scène, supports culturels, Villeneuve d’Ascq, ed. Septentrion, 1998.

Chueca, Ricardo, El fascismo en los comienzos del régimen de Franco. Un estudio sobre FET-JONS, Madrid, CIS, 1983.

Diego, Alvaro de, José Luis Arrese, o la Falange de Franco, Madrid, Actas ed., 2001.

Gubern Garriga-Nogués, Román, La censura : función política y ordenamiento jurídico bajo el franquismo (1936-1975), Barcelone, Península, 1981.

Ridruejo, Dionisio, Casi unas memorias, Barcelone, Planeta, 1976.

Rodríguez Jiménez, José Luis, Historia de la Falange Española de las JONS, Madrid, Alianza ed., 2000.

Valdés Larragaña, Manuel, De la Falange al Movimiento, 1936-1952, Fundación Francisco Franco, 1994.

Viver Pi-Sunyer, Carles, El personal politico de Franco, 1936-1945, Barcelone, Editorial Vicens Vives, 1978.

Haut de page

Notes

1   José Luis Rodríguez Jiménez, Historia de Falange Española de las JONS, Alianza ed., Madrid, 2000, p. 319.

2   Rappelons que l’on appelle « vieux phalangiste » ou « camisa vieja » les premiers compagnons de José Antonio Primo de Rivera, et ceux qui se réclament de ce dernier. Raimundo Fernández Cuesta (1897-1992) fut plus plusieurs fois Ministre de Franco (Ministre de l’Agriculture, de la Justice, du Mouvement)  avant 1956. À la mort de Franco, il tenta la création de la « Phalange authentique », qui prétendait promouvoir un phalangisme de gauche.

3  Dionisio Ridruejo, Casi unas memorias, Barcelona, Planeta, 1976, p. 111.

4  Rappelons que Ramón Serrano Súñer (1901-2003) avait été membre de la CEDA sous la seconde République. S’il avait sympathisé avec José Antonio Primo de Rivera, il n’avait pas appartenu à la Phalange, même si pendant la guerre civile puis au cours des années 1939 à 1942, il lui avait semblé opportun de jouer la carte phalangiste.

5  La Junte Politique, dont la liste est enfin établie le 25 octobre 1939, comporte un vice-président en la personne de Rafael Sánchez Mazas, et des conseillers proposés par le Conseil National, comme José Finat, proche de Serrano, Dionisio Ridruejo, Pilar Primo de Rivera, José Luna, José Luis Oriol Urquijo. Le Vice Secrétaire du parti, et les Délégués nationaux des différentes Délégations du Parti sont membres de droit de la Junte, Mais cette dernière  comporte aussi des conseillers désignés par le chef National lui-même.

6  José Luis Arrese y Magra (1905-1976) fut Ministre Secrétaire du Mouvement de 1941 à 1945, puis en 1956. il fut aussi Ministre du Logement de 1957 à 1960.

7  Ricardo Chueca, El fascismo en los comienzos del régimen de Franco. Un estudio sobre FET-JONS, Madrid,  CIS, 1983, p. 292.

8  Idem. p. 286-287.

9  L’idée germe dès le début du mois de juin et la campagne de recrutement bat son plein au cours de l’été 1941. Parmi les nombreux volontaires, on signalera le départ de Ridruejo, mais aussi de Manuel Mora Figueroa, gouverneur civil de Madrid et chef d’État major de la Milice ; le conseiller national Higinio Paris Eguilaz ; des membres de la direction de l’Institut d’Etudes Politiques, comme Fernando Maria Castiella  et Juan Manuel Castro ; et des gouverneurs civils et des chefs provinciaux du Mouvement.

10  Ricardo Chueca, El fascismo en los comienzos del régimen de Franco, op. cit., p. 282.

11  Boletín del Movimiento n° 126. Une mesure du même ordre est prise par décret du 7 octobre 1943 en vue de l’extension de ces travaux.

12  Román Gubern Garriga-Nogués, La censura : función política y ordenamiento jurídico bajo el franquismo (1936-1975), Barcelone, Península, 1981, p. 79.

13 «[…] censurar toda clase de películas, nacionales y extranjeras, sea de la clase que fueren y quienquiera que las haya producido, que hayan de proyectarse en el territorio nacional». (ordonnance du 23 novembre 1942)

14 Ricardo Chueca, El fascismo en los comienzos del régimen de Franco, op. cit. p. 291.

15  3 septembre 1942, 15 mars 1943, 11 août 1944.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Aline Barrachina, « La Création du Vice Secrétariat de l’Education Populaire », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 29 octobre 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/2527 ; DOI : 10.4000/ccec.2527

Haut de page

Auteur

Marie-Aline Barrachina

Professeur des Universités, Université de Nice Sophia Antipolis, Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org