Navigation – Plan du site
Études

Questions autour de l’avènement de la modernité politique en Espagne (fin XVIIIe siècle-1868)

Jean-Philippe Luis

Résumé

La renovación historiográfica que caracteriza el estudio de la Guerra de la Independencia y del liberalismo decimónico permite de poner de nuevo en duda las interpretaciones que presentan el siglo XIX como un apéndice del Antiguo Régimen, como una transición hacia la democracia parlamentaria o como una revolución frustrada. Utilizando las pistas metodológicas abiertas por Habermas, Agulhon, Chartier o Guerra, este trabajo quiere mostrar que el caso de España no corresponde a ninguno de los grandes tipos de nacimiento de la política moderna elaborados por dichos autores. Sin embargo aquellas pistas pueden revelarse muy útiles para configurar el siglo XIX en su alteridad, como un momento histórico que tiene sus propias características, alejándose del paradigma evolucionista que considera el XIX como un siglo de experiencias inacabadas.

Haut de page

Texte intégral

1L’ampleur des publications et manifestations scientifiques qui se tiennent à l’occasion de la célébration du bicentenaire du début de la guerre d’Indépendance a remis au premier plan la question de l’entrée de l’Espagne dans la modernité politique. Les travaux récents mettent l’accent sur le rôle complexe du conflit dans la fin de l’Ancien Régime, sur son insertion dans une dynamique euro-américaine, sur sa capacité à fournir des mythes pluriels parfois contradictoires mais mobilisateurs servant à la construction d’un monde politique et d’un cadre territorial nouveaux 1. Une autre rénovation historiographique a précédé celle qui s’affirme à la faveur du bicentenaire de 1808. En effet, depuis le début des années 1990, une relecture du libéralisme antérieur à 1868 s’est imposée. Quelques colloques et ouvrages collectifs illustrent bien ce mouvement particulièrement vif dans les universités de la façade méditerranéenne 2. Ces travaux, associés à l’apport de l’histoire des concepts 3, ont permis de dépasser les querelles, parfois byzantines, sur la nature de la révolution libérale espagnole qui avaient dominé la décennie antérieure. Elles inscrivent là aussi le phénomène dans un cadre au moins européen. En amont, un dernier champ de recherche a connu des avancées notables : celui du règne de Charles IV. Une histoire intellectuelle, une histoire juridique et politique ont permis de sortir de l’image du blocage d’une modernité limitée à l’âge d’or de la Ilustración, sous la figure tutélaire de Charles III 4. La rénovation historiographique qui est intervenue dans les trois domaines évoqués constitue autant de facettes du processus plus global de modernisation politique de l’Espagne.

L’entrée dans la modernité politique : l’apport des grands modèles interprétatifs

2L’accès à la modernité politique ne peut s’appréhender que sur la longue durée si l’on considère que ce phénomène correspond au moment où l'on commence à concevoir dans un cadre national que les formes institutionnelles, juridiques et idéologiques du pouvoir en place ne sont pas immuables, ne sont plus à caractère sacré mais sont fondées sur le principe de la souveraineté nationale, qu'elles peuvent être contestées et qu'il est légitime de tenter de conquérir légalement ou illégalement le pouvoir 5. La précision de cette définition permet d’insister sur la limitation de la notion au domaine politique et sur l’erreur qui consisterait à limiter le champ d’investigation à la seule étude du libéralisme. La comparaison avec d’autres espaces européens revient à confronter le cas espagnol à des modèles élaborés ailleurs.

L’apport d’Agulhon et d’Habermas

3Depuis la fin des grands modèles interprétatifs à vocation universelle, les thèses de Jürgen Habermas et de Maurice Agulhon ont certainement été celles qui ont montré, pour l’espace européen, le plus grand potentiel de questionnement. La formation d’une « sphère publique politique » ou « sphère publique bourgeoise 6» serait d’après Habermas à l’origine du changement politico-social qui débute en Angleterre dès la fin du XVIIe siècle, se développe avec les Lumières en Europe occidentale et aboutit durant la première moitié du XIXe siècle à l’extension des régimes libéraux. Les liens sociaux qui, sous l'Ancien Régime, étaient le plus souvent imposés et liés aux groupes auxquels appartenait l'individu, devenaient des liens de type associatif, noués volontairement par chaque individu. Le processus était suscité et favorisé par de nouvelles formes de sociabilités (salons, académies...) qui ne tiraient plus leur légitimité de la coutume, des corps traditionnels ou du pouvoir royal mais de la volonté unique des membres de ces sociétés. Les élites furent les premières touchées par le phénomène qui déboucha sur la construction d’un monde nouveau fondé sur l’individu, devenu acteur politique et social autonome. Tout en la nuançant, Roger Chartier a montré la fécondité de cette thèse dans son ouvrage devenu classique consacré aux origines intellectuelles de la Révolution Française 7.

4Les travaux de Maurice Agulhon aboutissent à un schéma général proche du précédent, en privilégiant le regard sur la première moitié du XIXe siècle. Il a forgé le concept de sociabilités ainsi que celui de politisation définie comme « la substitution de conceptions modernes, libérales, individualistes aux conceptions communautaristes traditionnelles 8». Le phénomène se diffuse à l’ensemble de la société à partir de ses élites, constituant ainsi la célèbre « descente de la politique vers les masses ». Même fortement nuancée, sa thèse a suscité de nombreuses études locales en France. Là encore, la notion de processus et la longue durée sont privilégiées : « il ne s'agit plus de poser l'élection, le militantisme politique et syndical, quand ils existent, comme des points de départ de la politisation, mais davantage comme l'aboutissement d'un processus 9». L’Italie a été, pour sa partie centrale et septentrionale, un autre terrain d’expérimentation privilégié de la thèse d’Agulhon 10.

L’Espagne longtemps à l’écart de ces questionnements

5L’étude des lieux de sociabilités comme vecteur de diffusion du politique remonte aux années 1970 avec la thèse indispensable d’Alberto Gil Novales puis avec les travaux méthodologiquement pionniers de Jean-Louis Guereña 11. La démarche rencontre assez peu d’écho dans un premier temps et n’est pas appréhendée dans la globalité de sa capacité interprétative avant le milieu des années 1990 12. Au premier abord, le cas espagnol présente en effet une spécificité qui rend délicate l’application des modèles d’Agulhon et d’Habermas. Ces derniers perçoivent en effet le processus décrit comme une longue transition menant de la monarchie d’Ancien Régime à la démocratie libérale représentative. Si l’histoire française qui voit le suffrage universel s’imposer à partir de 1848 et la République à la fin des années 1870 peut se prêter à une telle vision, il n’en est rien de l’histoire espagnole. La démocratie représentative n’existe dans la durée que depuis la fin des années 1970 et il est donc absurde de parler d’une longue transition de deux siècles, de la Ilustración à la Constitution de 1978 ! Par ailleurs, le XIXe siècle espagnol connaît une évolution paradoxale : l’intensité des luttes politiques qui caractérise les années 1808-1843 laisse supposer une diffusion de la politique moderne qui contraste avec la Restauration des années 1870 où une oligarchie confisque la vie politique, au prix d’un discrédit du parlementarisme, de la démocratie représentative, d’un abstentionnisme massif et de masses partagées entre la dépolitisation, la passivité et la radicalisation.

6En rester à ce constat comporte cependant un inconvénient majeur : cela revient à faire du cas espagnol un cas à part en Europe et entonner ainsi les vieilles lunes de l’Espagne malade de l’Europe. Dépasser ce cliché ne peut se faire qu’au travers d’un changement de perspective, sans pour autant rejeter l’ensemble des outils méthodologiques fournis par Agulhon ou Habermas.

Les études américanistes ouvrent la voie

7Le premier qui me semble y être parvenu, François-Xavier Guerra, ne faisait pas porter ses travaux sur l’Espagne mais sur le Mexique. Les spécialistes de l’Espagne ignorent trop souvent les travaux portant sur l’Amérique qui se sont révélés souvent pionniers pour comprendre l’évolution de l’aire hispanique dans son ensemble, des années 1780 aux années 1830, comme le prouvent les études actuelles sur la guerre d’Indépendance. Guerra a rompu avec la vision téléologique traditionnelle en appelant tout d’abord à réévaluer la cohérence de la société d’Ancien Régime et à l’aborder sous un angle plus anthropologique. Annick Lempérière le rappelait en évoquant sa collaboration avec Guerra : « Nous avons pris le parti de faire toute sa place à l’Ancien Régime : c’est-à-dire de ne pas le considérer dans une perspective téléologique, comme un prélude à la modernité, un réservoir d’expériences et d’apprentissages précurseurs de la modernité, mais en lui-même, comme une altérité 13». Les américanistes se retrouvaient ainsi en phase avec la mutation profonde qu’a connue l’histoire moderne de l’Espagne à partir de la fin des années 1980. Confrontant les pistes d’Habermas avec la réalité latino-américaine, François-Xavier Guerra, Annick Lempérière et celles et ceux qui ont travaillé dans leur sillage ont montré que l’apparition de l’espace public moderne, marqué par la formation d’une opinion publique, par des formes de sociabilités et par le développement de la presse, ne précède pas la révolution mais naît avec elle 14. La modernité politique, symbolisée par l’élaboration de constitutions libérales, se serait ainsi imposée à la faveur d’un choc -l’invasion de la péninsule par Napoléon et la vacance du pouvoir- et ne serait pas le fruit d’un processus antérieur marqué par un changement de conceptions politiques parmi les élites.

8Enfin, Guerra appelle à l’analyse des sociétés issues de la tourmente de la guerre d’Indépendance sous l’angle d’une imbrication de deux conceptions du social et du politique qui, combinées, acquièrent leur propre cohérence pour former un monde qui n’est ni persistance de l’Ancien Régime, ni société libérale au sens habermatien 15. Guerra rejoignait ainsi les très rares historiens de l’Espagne des années 1808-1868 qui, à l’aune des apports de la microstoria et de l’histoire des réseaux sociaux, appelaient à la reconstruction de l’espace politico-social du XIXe siècle dans son altérité, en redonnant au politique toute sa dimension sociale 16. Appliquant ces principes à l’espace mexicain de l’indépendance, Guerra décrivait un modèle « hybride » cohérent : la politique moderne est réservée aux élites, les masses continuaient à vivre dans un monde communautaire, le lien entre les deux sphères politiques se faisait par l'intermédiaire des caciques.

9Les propositions de Guerra ont elles aussi été critiquées. Javier Fernández Sebastián souligne en particulier le caractère artificiel de l’opposition entre ancien et moderne : « no hay exactamente dos modelos puros que se cruzan o se combinan, sino una sucesión de ajustes, deslizamientos, infiltraciones y compromisos, de arreglos provisionales y contingentes, entre diferentes prácticas, conceptos y representaciones 17»

10Mon propos ne consiste pas ici à faire entrer l’Espagne dans un des trois modèles évoqués plus haut. Ce qui m’intéresse est d’utiliser les critères et les pistes suivis par ces théories pour essayer de mieux comprendre la naissance et la diffusion de la modernité politique. Mon attention se porte surtout sur la période fondamentale qui va des années 1780 à la décennie modérée, en tentant des projections sur la phase suivante, jusqu’à la révolution de 1868.

« Plus l'absolutisme se renforce, plus il s'affaiblit »

11Cette célèbre affirmation de Denis Richet 18 à propos de la France est d’autant plus facile à reprendre pour l'Espagne que la longue survie de l'absolutisme, jusqu’en 1834, offre un terrain d’observation privilégié.

La monarchie à l’origine de l’usage critique de la raison

12Comme en France, l'absolutisme réformateur des Bourbons porte atteinte aux fondements de l'Ancien Régime. La société espagnole d’Ancien Régime ne se pensait pas sous la forme d’une somme d'individus mais comme un ensemble complexe et pluriel de corps sociaux différents (ordres, seigneuries, communautés villageoises, corporations, familles ...) qui étaient autant d'acteurs collectifs de la vie politico-sociale. Chacun de ces corps était reconnu juridiquement et organisé autour de règles définies par la coutume ou par une pluralité de règlements juridiques. Les relations sociales étaient donc aussi des relations politiques, au sens « de tout ce qui touche au gouvernement d'un groupe humain et au rapport des groupes entre eux 19». Il n'existait ainsi pas d'espace autonome du politique, le pouvoir politique pouvant être en grande partie considéré comme un phénomène social et le discours politique reflétait une identité entre État et société civile 20.

13L’absolutisme contribue à miner cet équilibre. En effet, l’absolutisme qui prend le visage du réformisme ilustrado constitue un vecteur du changement politique et social et contribue à l'émergence d'une « sphère publique bourgeoise ». A partir de l'avènement de Charles III, la monarchie ilustrada a créé ou a suscité l'apparition de nouvelles institutions culturelles ou éducatives qui ont connu des succès divers : Sociétés Économiques des Amis du Pays, salons, académies littéraires ou académies militaires qui formaient des scientifiques de haut niveau... Ces institutions nouvelles n’étaient sûrement pas des antichambres du libéralisme, mais elles ont favorisé l’usage critique de la raison et l'apparition d'une nouvelle sociabilité qui constituent un pas en avant certain vers l’individualisme. Elles étaient aussi « un medio de socialización del poder en la medida en que sirvió de marco de integración de grupos sociales en ascenso 21». S’abonner à un journal, qui ne pouvait paraître sans l’aval de la monarchie, appartenir à une société économique des Amis du Pays étaient l’occasion pour un individu en quête de reconnaissance sociale de figurer dans la même liste de souscripteurs ou de participants que les plus grands noms de l’intelligentsia, de la haute noblesse ou du clergé 22. Par ailleurs, le réformisme favorisait un regard critique sur les institutions ou les groupes qui constituaient les fondements de la société d’Ancien Régime : la noblesse, les oligarchies urbaines et surtout l’institution ecclésiastique. Ainsi, paradoxalement, les principaux lieux de remise en cause de certains aspects de la société d’Ancien Régime étaient patronnés directement ou indirectement par le roi ou par ses ministres.

La lutte contre les corps intermédiaires

14La monarchie absolue ne se rendait pas compte du danger car elle était absorbée par une tâche essentielle : accroître ses ressources fiscales et son pouvoir en réduisant le poids des corps intermédiaires (l’Église, les seigneurs et surtout les oligarchies urbaines). En effet, le Roi ne disposait pas d'une administration assez nombreuse et assez puissante pour imposer sa volonté. Les modernistes ont montré que les agents de l'État, liés directement ou indirectement au souverain, avaient un rôle d'intermédiaires et/ou d'acteurs entre des réseaux de clientèles locaux ou régionaux et le pouvoir monarchique 23. La monarchie éclairée n’est jamais véritablement sortie de ce schéma. Elle a en particulier échoué à établir un lien direct avec le contribuable, mais elle a contribué à affaiblir considérablement les corps intermédiaires.

15 L’Église a vu son pouvoir économique attaqué par la propagande ilustrada et a subi les premières atteintes à son patrimoine avec la saisie des biens des Jésuites sous Charles III puis avec la première desamortización sous Godoy. La puissance des municipes restait considérable, mais la monarchie était parvenue à éroder sérieusement le pouvoir du patriciat local. Ce dernier connaissait une crise profonde à la fin du XVIIIe siècle : une crise numérique (le groupe était menacé d'extinction biologique) et une crise morale liée à l’absentéisme massif qui affectait le groupe des regidores et au dénigrement dont ces derniers étaient l’objet de la part des esprits éclairés 24. En inventant à partir de 1766 l’élection de deux échevins (síndico personero et procuradores del común) par l'ensemble des vecinos, donc par un corps électoral très large, la monarchie inventait une nouvelle légitimité. A cet effet, elle utilisait les forces sociales qui contestaient le pouvoir des oligarchies : les élites marchandes ou intellectuelles (souvent des avocats) exclues des conseils municipaux, ainsi que l'ensemble des vecinos qui votaient pour désigner les nouveaux échevins créés en 1766. Des juristes furent d'ailleurs souvent les porte-parole des communautés dans d'interminables procès menés devant les tribunaux royaux contre des seigneurs ou un patriciat qui n'était plus perçu comme le garant du « bien commun ». L'inflation des procès de ce type, souvent instrumentalisés par la monarchie pour éroder la puissance des pouvoirs traditionnels est commune à la France et à l'Espagne du XVIIIe siècle 25. En Catalogne, et probablement ailleurs, la monarchie a même favorisé une véritable mobilisation populaire contre les barons ou contre les oligarchies municipales 26. En s'attaquant au pouvoir des municipalités ou aux seigneuries, la monarchie sapait un des fondements de la société traditionnelle et créait les conditions de l'émergence de légitimités nouvelles : celle, méritocratique, des talents (le savoir juridique ou la réussite commerciale) et celle qui émanait du vote populaire. Autant d'armes qui se sont retournées contre l'absolutisme quand le lien avec le pays s’est rompu en 1808.

16Avec la restauration de 1814, puis avec celle de 1823, la pratique du pouvoir absolu par Ferdinand VII accentua la sape en profondeur de la société traditionnelle, en cherchant à accroître le pouvoir de l'État pour sauver l'absolutisme. En 1814, Ferdinand fit revenir le pays à la situation juridico-politique de 1808, sauf sur un point : les juridictions seigneuriales qui restaient abolies au profit de la juridiction royale. A partir de 1823, il s'attaqua à l'inamovibilité des regidores en les soumettant à la procédure de l'épuration politique. Enfin, il augmenta fortement la pression fiscale en passant le plus souvent outre les phases de négociations indispensables et s’attaqua aux privilèges fiscaux du clergé et de la Navarre 27.

Le recul du sacré monarchique

17Le poids destructeur de la société d'Ancien Régime joué par les réformes ilustradas et par l'absolutisme de Ferdinand VII est renforcé à partir des années 1780 par « le désinvestissement symbolique et affectif qui transforme la relation à l'autorité, dépouillée de son ancienne transcendance 28 ». Deux éléments jouent dans ce sens : d'une part l'atteinte à la crédibilité et au prestige des institutions religieuses et d'autre part les atteintes à la personne royale sous Charles IV. Le roi et son épouse furent entraînés par Godoy dans un discrédit qui dépasse le cadre de la cour pour atteindre une large part de l’opinion. Emilio La Parra a montré comment une étape avait été franchie après la conspiration de l’Escorial d’octobre 1807 : « la disputa cortesana se convirtió en un debate de la opinión pública que resulta decisivo en el desencadenamiento de los acontecimientos de 1808 29 ». La profondeur du discrédit de Charles IV se mesure au fait que les patriotes de 1808 n'en appellent qu’à son fils. L'espoir placé dans ce dernier et les cérémonies organisées en son honneur montrent que la magie du caractère sacré de la monarchie opère encore en 1814. Le répit est de courte durée : en 1820, le roi se retrouva privé de soutien, puis devint après la restauration de 1823 un objet de haine dans une part de l’opinion. La querelle dynastique liée à la guerre carliste, la minorité d’Isabelle II, le dénigrement dont elle faisait l’objet, souvent même orchestré par les cercles de son entourage 30, ne firent qu'entériner la disparition du caractère sacré de la monarchie.

18Cette évolution est à mettre en parallèle avec celle de l'Église car il n'y a pas sacralisation de la monarchie sans justification idéologique apportée par l'Église. Or, l’institution ecclésiastique commence à être associée à partir de 1808 à la cause contre-révolutionnaire. Cette radicalisation de l'Église s’accroît à mesure que le clergé d'inspiration janséniste ou libérale est éliminé après la guerre d’Indépendance et après le Trienio liberal. L'apparition de l'anticléricalisme en est une conséquence durable 31. Cette évolution est à mettre en parallèle avec la valorisation de la loi naturelle par les hommes des Lumières. La loi naturelle qui fait du monarque le garant de l’équilibre social et du « bien commun » apporte une légitimité à la monarchie qui n’est plus uniquement issue de la loi divine. La référence divine ne disparaît certes jamais, mais les reformulations d’un ordre divin en termes jusnaturalistes et des vieilles théories scolastiques comme celle du pacte entre le peuple et le roi sont autant d’éléments qui ne limitent plus la légitimité de la souveraineté monarchique à des éléments sacrés et divins 32.

La « sphère publique bourgeoise »

Nouvelle sociabilité et modernité politique

19Les nouveaux lieux de sociabilités qui voyaient la diffusion de l’esprit éclairé étaient patronnés directement ou indirectement par la monarchie. Pour cette simple raison, on pouvait ainsi parler de tout, sauf de la légitimité de la monarchie absolue. L’abondante littérature sur les lieux de diffusion de la Ilustración montre que ces derniers n’ont joué que très marginalement et très tardivement un rôle de contestation de l’absolutisme et des fondements de la société d’Ancien Régime 33. A quelques rares exceptions, les Sociétés Économiques des Amis du Pays, fortement encouragées par la monarchie, se virent vite réduites à des salons à la mode. On connaît le rôle des loges maçonniques en Europe dans la politisation des élites. En Espagne, ces loges étaient rares, se limitaient aux villes littorales et étaient souvent composées d'étrangers, en particulier d'Anglais. A partir de 1808, les traditions contre-révolutionnaires et libérales ont entretenu le mythe des loges maçonniques comme structures de l'action politique. En réalité, la documentation sur la maçonnerie est tellement limitée qu'on ne peut rien déduire avec certitude et qu'on assimile beaucoup trop rapidement à la maçonnerie des sociétés secrètes comme les comuneros du Trienio liberal 34.

20La prudence s'impose aussi en abordant la place des lieux de discussion qui avaient un public choisi : salons, tertulias, cafés... La célèbre et impertinente tertulia de Quintana semble bien l'arbre qui cache la forêt. Un des salons les plus célèbres, celui de la comtesse-duchesse de Benavente recevait Jovellanos, un symbole de la Ilustración tardive. Jovellanos voulait réformer mais n’envisageait pas de remettre en cause la société d’ordres. Ses critiques sur la noblesse, largement partagées par le monde des Lumières, ne le conduisaient pas à en rejeter l’existence et l’utilité, mais à rechercher une nouvelle légitimité à cet ordre, légitimité fondée sur le service en faveur de la collectivité, en servant l'État. Cabarrús voyait dans l’absolutisme le moteur de la réforme politique et sociale 35.

21Les cafés, que Javier Fernández Sebastián situe à mi-distance entre le salon aristocratique et la taverne plébéienne 36, représentent bien ces lieux qui ont développé une « sociabilité censitaire », fondée sur un mélange de mépris, de crainte et de paternalisme à l'égard de la plèbe 37. La presse est le vecteur de cette sociabilité. Elle connut un essor considérable de son lectorat, mais restait muselée dans le domaine politique, soumise à une censure croissante depuis le déclenchement de la Révolution Française.

22L’imaginaire politique dévoilé au printemps 1808 par les juntes qui organisaient la résistance aux Français constitue la meilleure preuve du caractère limité d’une véritable remise en cause de la monarchie et de la société traditionnelles. Les outils conceptuels utilisés étaient ceux de la vieille théorie pactiste et de la société corporatiste 38. Le phénomène est d’autant plus marqué que l’effondrement du pouvoir central renvoie à une réalité du royaume que l’attention portée à la Ilustración et à la politique de la monarchie peut masquer : le royaume était fondamentalement un agrégat de municipes placés sous l’autorité d’un même souverain. Cette réalité a résisté aux attaques du réformisme des Bourbons. Au travers des juntes, on touche donc à l’ossature politico-sociale du pays, représentée par les élites locales, celles-là même qui pouvaient fréquenter les nouveaux lieux de sociabilité. Les conceptions politiques qui sont dévoilées au printemps 1808 n’étaient pas des archaïsmes, mais constituaient une sorte de « culture moyenne » des élites du royaume.

Nouvelle sociabilité, Ilustración et fonction publique

23 L’absence de remise en cause de la souveraineté monarchique est largement conditionné par une réalité sociologique : les Lumières en Espagne touchaient majoritairement un public lié directement ou indirectement au service de l’État. Tel était la caractéristique de tous les grands noms de la Ilustración. Les individus susceptibles de constituer la nouvelle « sphère publique bourgeoise » étaient très largement dominés par les agents de l'État, par des hommes qui aspiraient à le devenir (les étudiants et les nombreux candidats à l'entrée dans la fonction publique), ou qui étaient liés à une institution étatique, comme la cohorte d'avocats qui gravitaient autour des audiences et chancelleries. L’ampleur du phénomène de la empleomanía traduit l’attraction de la fonction publique pour l’ensemble de la population alphabétisée. L’affirmation bien connue de Franco Venturi assimilant la Ilustración a un mouvement de fonctionnaires est sans doute excessive, comme l’a montré Elisabel Larriba dans son étude du public de la presse 39. Toutefois, outre le fait qu’on ne peut sous l’Ancien Régime réduire l’identité sociale d’un individu à sa profession, accorder un rôle majeur à l’État dans la dynamique sociale était une idée largement répandue parmi la moyenne noblesse urbaine et les classes moyennes. Cette nébuleuse avait connu une forte promotion sociale sous les Bourbons à la faveur de la grâce royale qui distribuait directement ou indirectement ses multiples faveurs (emplois dans l’armée, l’administration, autorisations de mariages, entrées dans un ordre militaire...). L'absolutisme éclairé est ainsi l'idéologie qui justifie la promotion de cette nébuleuse sociale.

24En d'autres termes, la majorité des hommes de la Ilustración auraient été les plus fervents partisans de l'absolutisme. Certes, les critiques ne manquaient pas, dénonçant l'hidalgo hautain, englué dans des certitudes d'un autre âge, ainsi que l'incurie des ordres religieux dans la gestion de leurs terres. Pour autant, ces hommes marqués par un idéal méritocratique ne rejetaient dans leur immense majorité, ni la société d'ordres, ni l'absolutisme qui apparaissait comme un gage de réforme, ce qui représente une différence considérable avec la France. La contestation du gouvernement ne se développe vraiment dans les rangs de l’administration qu’à partir de l'avènement de Godoy et de son clan. La fonction publique commence alors à se politiser tout en conservant un fort esprit de corps, au moins jusqu’aux années 1830 40.

Ce qui change à partir des années 1790

25Cette chronologie recoupe l’inflexion qui apparaît dans l’évolution des Lumières : quelque chose était en train de changer dans le rapport à la monarchie. D’une part, le mouvement des Lumières se diffuse plus largement dans la société et rayonne largement au-delà de la capitale et de quelques grandes villes, en particulier dans les villes marchandes du littoral méditerranéen. La presse entame un ancrage profond dans un public lettré en adoptant des stratégies commerciales, en faisant appel aux lecteurs, en développant les petites annonces, en informant des publications, en devenant une source d’information naturelle de ce public 41. La culture qui se diffuse n’est en rien révolutionnaire, mais ce public plus large, constitué majoritairement d’individus n’appartenant ni au clergé ni à la noblesse titrée, d’hommes des Lumières « de seconde catégorie », a acquis une relation de proximité avec l’objet journal ou libelle créant ainsi les conditions pour que la presse devienne le support privilégié de la discussion politique à la faveur de la guerre d’Indépendance.

26D’autre part une nouvelle génération d’intellectuels apparaît dans les années 1790, parmi lesquels quelques-uns constituent une sorte d’avant-garde culturelle qui pousse plus loin, mais de manière désordonnée, la critique sociale et politique, en s’en prenant même à la génération ilustrada antérieure : León de Arroyal, les participants aux tertulias de Quintana, de Ramón de Salas à Salamanque ou à la Academia de Letras humanas de Séville en sont certainement les figures les plus emblématiques 42. En Basse-Andalousie, des sociétés économiques des Amis du Pays ont pu être utilisées par une bourgeoisie marchande fortement influencée par le libéralisme économique, pour constituer des cercles proto-libéraux 43.

27Le discrédit de la monarchie sous Charles IV est à relier à une autre réalité sociologique : le blocage de la forte mobilité sociale qui avait caractérisé le règne de Charles III. Les catégories sociales en ascension à partir du commerce ou des études de droit ne parvenaient plus à intégrer les élites du royaume. Les canaux de la promotion sociale étaient largement encadrés et contrôlés par l’institution monarchique qui accordait ses faveurs. Le blocage des débouchés, liés à leur insuffisance, à la régulation monarchique perçue comme arbitraire sous Godoy, entrait en contradiction avec l’idéal méritocratique des Lumières. La empleomanía traduisait une forte demande sociale largement inassouvie et pourrait être à l’origine d’une vive frustration sociale s'exprimant à partir de 1808 au travers d'un espoir de réel changement politique que les circonstances rendaient envisageable. L'exemple français à la veille de la Révolution de 1789 donne crédit à l’hypothèse. La « très forte poussée du nombre des gradués en droit dans les trois dernières décennies de l’Ancien Régime », sans conséquence sur les débouchés offerts entretint une frustration qui s’exprimait en particulier « en brandissant les droits du talent contre les privilèges de l’hérédité 44». En Espagne, le phénomène est différent car ce n’est pas le nombre de diplômés qui s’accroît, mais les débouchés qui se réduisent brutalement. Toutefois, la même frustration se produit, d’autant plus importante que la situation se dégrade considérablement sous Ferdinand VII avec la perte de l’Empire et la crise des finances publiques 45.

28Ces différents éléments montrent une poussée de critiques et de frustrations à partir des années 1790, toutefois, seule une petite minorité commence à remettre en cause la souveraineté du roi et a fortiori l’institution monarchiste. Les trajectoires spectaculaires comme celle de Marchena ou de Miranda en Amérique sont des exceptions. María Victoria López Cordón a montré comment l’oeuvre théâtrale de Moratín pouvait être une métaphore de la contestation ilustrada du règne de Charles IV : « De la misma manera que en la obra se condena la autoridad absoluta de los padres que imponía a las niñas « al silencio de un esclavo », en la sociedad se censuraba el abuso de autoridad por parte de los gobernantes y se les pedía prudencia y medidas razonables, pero no responsabilidad 46». La réflexion sur la souveraineté conduisit même à une reformulation de l’exclusivité de la souveraineté monarchique. Dans les Instituciones del derecho público general de España, une oeuvre emblématique devenue ouvrage de référence pendant plusieurs décennies pour les étudiants en droit, le juriste catalan Ramón Lázaro de Dou y Bassols affirmait que « la suprema potestad » « desciende y proviene de Dios 47». La véritable remise en cause de la souveraineté monarchique n’intervint qu’à la faveur de la guerre d’Indépendance.

La modernité politique imposée par la guerre

Conséquences de la guerre et de la vacance de pouvoir

29Suivant la démarche méthodologique de François-Xavier Guerra, Richard Hocquellet a montré comment la guerre et la vacance du pouvoir, comment le traumatisme d’un corps social sans tête, de l’acéphalie, avaient conduit progressivement à la révolution. Avec l'absence du roi, la communauté qui s'incarnait dans ses juntes se réappropria provisoirement la souveraineté en recourrant à la vieille théorie pactiste, dans l'attente du retour du souverain. L'ensemble des juntes se découvrit comme formant une communauté unique, unie par un projet commun, une communauté devenue nation. Tenant leur pouvoir du peuple, ces juntes se voyaient obligées d'informer la population des évènements et des décisions prises. Le public se transforme ainsi en « destinataires et juges des actions politiques 48». L'élan patriotique a encouragé le développement de la presse qui ne pouvait plus être censurée. Ceci eut pour conséquence d'introduire parmi les patriotes un élément essentiel de la modernité politique : le débat public et l'apparition d'une opinion publique. La question de la réunion des Cortès voyait la victoire du petit groupe des libéraux qui transformèrent la résistance en révolution 49.

30L’essor de la presse fut considérable comme le prouvent les travaux publiés à la faveur du bicentenaire de la guerre d’Indépendance 50. En parallèle, l'éclosion de clubs, de sociétés populaires montre que l’on pouvait désormais parler de tout, et en particulier de la légitimité du pouvoir suprême. Cette réalité n'est pas à limiter au microcosme de Cadix, ni aux seuls cercles libéraux. L’ouverture du débat politique toucha aussi les milieux contre-révolutionnaires et les afrancesados. Un témoin rapportait que grâce aux salons et cabinets de lecture implantés par les Français pendant la guerre d'Indépendance, « se propagèrent beaucoup en Espagne les principes de l'art de gouverner les nations 51». Dans l’autre camp, la mobilisation populaire et la lutte contre les Français se fit très largement autour des thèmes contre-révolutionnaires. Les absolutistes comprirent très vite l’intérêt d’investir le débat public, en particulier au travers de la presse. Ce sont eux qui gagnèrent la bataille de l’opinion en 1813 et au début de 1814, préparant ainsi les esprits à la restauration de l’absolutisme.

31Peut-on donc affirmer que, comme en Amérique espagnole, l’espace public moderne est né en Espagne avec la guerre d’Indépendance et donc avec la révolution ? Les travaux récents sur la presse, la campagne menée contre Godoy évoquée plus haut, révèlent la constitution d’une opinion publique que Javier Fernández Sebastián voit symboliquement se manifester avec la timide campagne de protestation contre l’emprisonnement de Jovellanos 52. Avec la guerre d’Indépendance on change toutefois d’échelle et de contenu : le coeur du pouvoir politique devenait désormais l’objet du débat. Le processus qui débuta en 1808 et culmina avec la Constitution de Cadix n’a certes pas surgi ex nihilo. Il se nourrit des interrogations sur la constitution de la monarchie et de l’apparition d’un espace public encore faiblement autonome à l’égard de l’État monarchique. Ce que l’on a pu appeler « la génération de 1808 » n’est pas une génération spontanée : ceux qui ont pensé et fait la révolution libérale étaient le plus souvent des hommes d’expérience qui s’étaient déjà révélés dans la période antérieure. La guerre joue ainsi le rôle d’un formidable accélérateur de la remise en cause politique entamée dans des cercles très restreints avant 1808. Par conséquent : « la radicalisation des Cortès [...], ne saurait être considérée comme l’aboutissement logique du processus antérieur 53».

Modernité politique et intégration nationale

32La modernité politique ne se limite pas à l’ouverture d’un espace public politique autonome. Elle s’accompagne aussi, dans tous les cas étudiés, d’un processus d’intégration nationale. Parce qu’elle désigne un agresseur commun qui est Napoléon et les Français, la guerre d’Indépendance constitue en soi un facteur de mobilisation, permettant d’établir une communauté d’intérêts entre le local et l’ensemble du territoire péninsulaire de la monarchie. La guerre des Pyrénées avait déjà joué un tel rôle, comme l’a montré Lluis Roura pour la Catalogne 54. La guerre d’Indépendance, où l’agression s’accompagne de la vacance du pouvoir, accélère un processus d’intégration nationale en cours, favorisé par la reformulation politique de la légitimité monarchique. Ainsi, « Cataluña salió de la prueba de 1808 más fuerte en su vinculación a España de lo que había entrado 55».

33La guerre a donc joué dans plusieurs domaines un rôle d’accélérateur du temps politique. Elle est à la base de l’accroissement brutal d’un espace politique autonome. La modernité politique, conséquence de la guerre, est poussée et alimentée par la pression extérieure. Elle ne peut donc être abordée dans toutes ses dimensions sans être appréhendée à l’échelle européenne.

Mobilisation, politisation des masses et des élites après 1808

La primeur donnée aux élites

34En décrivant la descente de la politique vers les masses, Maurice Agulhon a mis l’accent sur le rôle fondamental des pédagogues de la modernité, c’est-à-dire de ces hommes issus des milieux lettrés qui diffusaient les valeurs et les symboles de la politique nouvelle auprès des masses. A travers eux se déclenche ce que Maurizio Ridolfi a appelé il circulo virtuoso 56. On assisterait ainsi, tout au long du XIXe siècle, à un élargissement progressif de la politisation à partir des élites et des classes moyennes vers les milieux populaires.

35 Jusqu’au début des années 1990, la thèse dominante, celle incarnée en particulier par Josep Fontana, ne décrivait pas une telle évolution. Elle voyait une confiscation rapide, dès le Trienio liberal, de la politique par des élites nouvelles s’alliant aux élites d’Ancien Régime. Le processus trouvait son achèvement dans l’avènement des modérés puis dans l’élaboration d’un régime idéal-type, celui de la Restauration de 1875. Cette thèse reposait sur la conviction de l’existence d’une révolution démocratique ratée entre 1808 et 1834 57, l’Espagne ayant connu sur le long terme, jusqu’aux années 1870, une évolution opposée à celle de la France démocratique et républicaine. Cette thèse est remise en cause par les travaux sur le libéralisme qui se sont développés depuis les années 1990. Certains, tel Jesús Millán, refusent par conséquent de voir dans la Restauration une conséquence logique des modalités de la politisation antérieure 58. Que nous apportent les travaux récents consacrés à la politisation des masses jusqu’en 1868 ?

Les limites à la prétendue apathie des masses

36Il convient d’abord d’écarter l’idée d’une apathie politique liée à l’analphabétisme. On sait depuis les travaux d’Alain Corbin qu’il n’y a pas corrélation automatique entre analphabétisme et politisation : les paysans limousins peu ou pas alphabétisés furent gagnés par les idées démocrates-socialistes à partir de 1848 59. De même, l’alphabétisation ne crée pas obligatoirement une politisation de type révolutionnaire. Les paysans alphabétisés du Doubs sont devenus conservateurs à partir des années 1850 60 et en Espagne, il n’y a aucune corrélation entre analphabétisme et carlisme. Enfin, l’indéniable analphabétisme espagnol est une généralité qui souffre de nombreuses exceptions, comme par exemple à Logroño 61.

37Le caractère non démocratique du libéralisme, qui ne ferait pas de ce dernier un mouvement véritablement révolutionnaire, est un autre argument avancé pour justifier une apathie des masses. Si cette affirmation se discute à partir de la décennie modérée, croire que la révolution est nécessairement démocratique est un contresens complet pour la période antérieure. Les conspirations du règne de Ferdinand VII 62, tout comme les travaux sur la phase révolutionnaire des années 1830, indiquent que la famille libérale se perçoit comme révolutionnaire car elle veut renverser l’absolutisme ou éviter son retour, supprimer les privilèges juridiques d’Ancien Régime, au nom de la liberté. Le tournant anti-démocratique que connaît le libéralisme dans les années 1830 ne lui enlève en rien son caractère révolutionnaire et sa capacité mobilisatrice, nécessaires pour écarter le danger carliste.

38Cette réalité espagnole est largement européenne. La démocratie reste largement associée à l’expérience française de la Terreur et ne constitue pas l’horizon politique de la grande majorité des mouvements d’opposition aux régimes conservateurs en place, jusqu’à la veille de la révolution de 1848, d’où le caractère polémique et polysémique de l’emploi des termes « démocratie » ou « révolution ».

A la recherche des « passeurs de modernité »

39Cette piste, que l’on pourrait qualifier d’ agulhonienne, a été suivie par Richard Hocquellet qui a repéré ces hommes pendant la guerre d’Indépendance (Alcalá-Galiano, Flórez Estrada, Antillón, Valbuena, Quintana, Lista... 63). Pour la période postérieure, aucune étude n’aborde à ma connaissance cette question de front. Cette première politisation des masses peut toutefois se retrouver indirectement dans d’autres travaux.

Formes de la politisation

40La politisation s’exprime d’abord sous des formes traditionnelles, comme par exemple au travers des sermons de prêtres libéraux pendant le Trienio liberal 64. Cette période correspond toutefois à une nouvelle et intense ouverture de la sphère publique politique en privilégiant, comme l’a montré Alberto Gil Novales, les nouveaux vecteurs de la politisation. Les sociétés patriotiques sont en partie héritières des Sociétés Économiques des Amis du Pays, mais elles en élargissent considérablement la base sociale 65. La lecture publique de journaux, qui avait déjà existé dès 1793, puis durant la guerre d’Indépendance, se développe, la vente des journaux à la criée par les aveugles, dans les ateliers ou dans les tertulias se multiplie, tout comme le nombre de titres mis en vente. Tout ceci disparaît bien sûr durant les phases de restauration de l’absolutisme, mais la politisation prend d’autres voies : indirecte par la mobilisation entretenue par la contre-révolution, directe par l’exil. En effet, parce qu'il impose parfois la mixité sociale et le contact avec des formes modernes de sociabilité populaires, l'exil en France ou en Angleterre a favorisé la diffusion du libéralisme dans les milieux populaires, en particulier parmi les quelques milliers de soldats prisonniers ou réfugiés 66.

41Après les années de plomb de la seconde restauration de Ferdinand VII, le phénomène observé durant le Trienio liberal reprend et s’amplifie. Le rôle de la presse s’imposa solidement et le pays connut une véritable fièvre associative. Ce que Mesonero Romanos appelait « El espíritu de asociación » s’est développé au travers des cercles culturels et politiques dont l'Ateneo de Madrid est le prototype, ou des associations davantage orientées vers les loisirs comme les casinos 67. Ces lieux de sociabilité restaient largement d’esprit censitaire, en particulier à cause du montant des adhésions demandées, mais ils jouaient un rôle dans l’intégration sociale et culturelle d’individus en phase d’ascension sociale, issus des milieux populaires. Les fêtes profanes ou religieuses, le théâtre sont autant de support de médiatisation du politique en direction des masses. La célébration du Dos de Mayo en est l’exemple le plus emblématique, par la pluralité même de l’appropriation dont il a été l’objet. Dès l’instauration du régime constitutionnel, les libéraux ont mis en place une politique festive, au moins jusqu’à l’avènement durable des modérés à partir de 1843 68.

Libéralisme et démocratie

42Le libéralisme ne conduit pas forcément à la démocratie. Toutefois, le message politique progressiste est potentiellement favorable, dès les années 1840, à une «descente de la politique vers les masses». En effet, l’éducation politique du peuple était un des objectifs principaux des progressistes, le préalable à une participation politique. Cette éducation permettait dans l’esprit des progressistes de conjurer l’agitation révolutionnaire des masses et de « convertirlas en pueblo ordenado y juicioso, primero, y en clases medias, después 69». On ignore encore largement comment cette perception, qui devait faire émerger des « passeurs de modernité », s’est concrétisée dans les pratiques politiques, mais elle permet d’éclairer les progrès localement enregistrés dans l’alphabétisation des milieux populaires.

43Malgré son message contre-révolutionnaire, le carlisme utilisait les nouvelles formes de sociabilité. En effet, la politique moderne ne se réduit pas à l’opinion libérale. La contre-révolution puis le carlisme constituent par leur nature – c’est-à-dire des mouvements politiques qui luttent pour conserver ou acquérir le pouvoir – comme par leur contenu doctrinal une des manifestations de la politisation. En effet, la volonté d’un retour à l’Ancien Régime n’est qu’une construction idéologique amorcée avec le mouvement apologétique des années 1770 et qui s’est structuré dans sa lutte contre les Français et contre les libéraux. La contre-révolution est une utopie, celle d’un Ancien Régime fantasmé, qui s’est constituée en mouvement politique 70.

Mobilisation et politisation

44La mobilisation anti-française a été localement très forte en 1808. À Cadix, la quasi totalité des hommes de 18 à 40 ans s’inscrirent sur les listes de volontaires pour défendre la ville ou rejoindre les rangs de l’armée au printemps 1808 71. Même si ces données ont un caractère exceptionnel par leur ampleur, elles révèlent un phénomène de mobilisation populaire inconnu jusqu’alors. Cette mobilisation s’est combinée à une mobilisation antérieure : celle de la lutte de communautés rurales ou urbaines contre les prélèvements seigneuriaux, contre les dîmes, contre la privatisation de terres communales ou contre la gestion de ces dernières. La mobilisation sociale, que l’on est encore incapable de mesurer sur l’ensemble du territoire, ne disparut pas après 1808 : les grèves des dîmes étaient ainsi récurrentes jusqu’à l’abolition de ces impôts.

45La nouveauté réside à partir de fin de la guerre d’Indépendance, et surtout à partir du Trienio liberal, dans la politisation de la mobilisation. Le pays est plongé jusqu’au début des années 1840 dans une situation de guerre civile ouverte ou larvée. Libéraux et contre-révolutionnaires (absolutistes puis carlistes) ne pouvaient l’emporter sans avoir recours à la mobilisation populaire. En créant la Milice Nationale et les Voluntarios Realistas, libéraux et absolutistes arment le peuple et contribuent ainsi à un élargissement et à une politisation du conflit. Le phénomène est massif pour les Voluntarios Realistas (jusqu'à 200 000 hommes en 1826) : recrutés dans des milieux beaucoup plus pauvres que ceux dont étaient issus les membres de la Milice Nationale, ils contribuent à la diffusion de la violence dans le combat politique 72. Le processus avait été entamé à la faveur de la guerre d’Indépendance qui avait politisé la lutte armée contre les Français : « las armas quedaron manchadas de una sustancia política difícil de limpiar que podría ser invocada con posterioridad sin que hiciera falta muchas explicaciones nuevas 73».

46La mobilisation populaire ne disparaît pas à partir des années 1840, malgré la volonté des modérés au pouvoir de limiter la sphère du politique aux élites. L’affaire de la fusillade de Sueca, près de Valence, en 1851 et son écho aux Cortès, révèlent la capacité mobilisatrice du libéralisme, y compris modéré, dans la défense des libertés, contre un État perçu comme despotique 74. Cette mobilisation socio-politique est à relier aux décennies antérieures de luttes contre l’absolutisme et le carlisme.

47Durant le deuxième tiers du XIXe siècle, la mobilisation sociale a le plus souvent une autre origine : les premiers effets de la révolution industrielle et les conséquences des lois de desamortización. Là aussi, le conflit social se politise : dès les années 1835-37 à Barcelone, plus tardivement dans les campagnes andalouses avec les émeutes des années 1856-57. Dans ce dernier cas, un prolétariat rural se découvre révolutionnaire à la faveur d’une conspiration démocrate 75. Le pouvoir libéral modéré dont le projet politique est fondé sur la recherche de l’apolitisme des masses favorise paradoxalement la politisation du conflit social car il relègue ce dernier à une question d’ordre public. Ainsi, l’État ne joue pas un rôle de socialisation des masses ce qui conduit certains secteurs populaires à s’orienter vers des options insurrectionnelles. L’usage de la violence représente une forme d’accès à la citoyenneté et un reflet de la politisation des classes populaires que l’on rencontre dans l’ensemble de l’Europe occidentale 76.

48Si l’exemple de Sueca révèle sans ambiguïté la trace d’une politisation antérieure, on connaît mal pour la Basse-Andalousie révolutionnaire le lien entre la mobilisation antiseigneuriale du règne de Charles IV, les luttes des années 1808-1840 entre contre-révolution et libéralisme et la fièvre révolutionnaire qui débute à la fin des années 1850. C’est toute la question de la mémoire transmise ou non entre deux phases de forte mobilisation politique qui s’ouvre ici. Pour la France, la question n’est pas tranchée : la nature du lien entre la politisation de l’époque révolutionnaire et celle de 1830, et surtout celle de 1848 n'est pas clairement établie. On peut faire le même constat pour l’Italie de l’occupation française du Directoire jusqu’au Risorgimento, en particulier pour la période antérieure au biennio révolutionnaire de 1848-49 77. Cette question de la mémoire conditionne largement « le répertoire des actions collectives », tel qu’il a été défini par Charles Tilly, ce répertoire s’étant élargi en Espagne à la faveur de la guerre d’Indépendance et de la révolution libérale 78.

49Par l’intermédiaire des médiateurs de la modernité, comme par les nécessités du combat entre libéralisme et contre-révolution, la politisation a progressé à partir des élites au sens large, en direction des milieux populaires. Toutefois, il existe aussi des formes de politisation largement autonomes, qui ont pour origine la défense d’intérêts collectifs. A Barcelone, la phase révolutionnaire des années 1835-37 voit une radicalisation et une autonomie croissante des milieux populaires 79.

Un libéralisme mobilisateur

50 La mobilisation de toutes les couches sociales par le libéralisme a été largement favorisée par le caractère pluriel du mouvement libéral. Le libéralisme n'est pas une doctrine, mais plutôt « un état d'opinion publique » marqué par le refus du despotisme, du carlisme et le recours à la rhétorique de la liberté 80. Cette réalité se retrouve dans le caractère polysémique du vocabulaire juridico-politique 81. Jusqu’à la fin de la guerre carliste, le mouvement libéral est uni dans sa diversité, des anciens afrancesados à l’aile gauche exaltada puis progressiste, par la lutte contre la contre-révolution et pour la liberté. Un flou idéologique associé à un ennemi clairement identifié ont constitué pendant longtemps un des fondements de l’attractivité du libéralisme. Sous les couleurs du progressisme, le libéralisme a continué à conserver un pouvoir mobilisateur jusqu’à la Gloriosa, même si son discours, concurrencé par celui des démocrates et des républicains, était de moins en moins audible et crédible.

51De plus, la politisation est un processus dynamique comme l'est la révolution libérale. Ainsi, le libéralisme se constitue dans la lutte politique, souvent dans des réactions de défense, en particulier dans la lutte contre le carlisme 82. J’ai tenté de montrer comment les employés de l'État ont développé « un libéralisme de défensive » en s’opposant à la remise en cause de la stabilité de l'emploi par Ferdinand VII 83. Le carlisme est aussi une manifestation de la politisation et a pu naître dans l’action, au travers de la résistance de communautés à la privatisation de la terre 84.

52Le schéma de la politisation agulhonienne attribue un rôle majeur à l’État. La politique moderne serait « de l'État, ou de la Capitale, ou de la Bourgeoisie, ou des idées modernes, façons équivalentes de dire du Haut 85 ». En Italie, l’État monarchique a joué en la matière un rôle beaucoup plus important qu’on ne l’a longtemps cru 86. Il n’en est pas de même en Espagne. La politisation est liée au processus d’intégration nationale, de construction d’un État fabricant de lien social. Le brutal recul des moyens financiers de l’État, le maintien, à la différence de la France, d’une grande partie des corps intermédiaires ne pose pas l’État en « instituteur du social » amené à combler « le vide de sociabilité » né de la disparition de ces corps 87. La politisation se vit donc avant tout à l’échelle locale, avec comme acteurs principaux des classes moyennes urbaines « hétérogènes et fermement établies dans leurs sphères locales d’activité 88». Les travaux sur le libéralisme ont ainsi montré que la diversité du mouvement tient aussi à l’importance de son ancrage local et de la culture politique particulière qui s’y développe.

L’individu et la communauté

53Les travaux développés depuis le début des années 1990 insistent tous sur l’erreur de perspective qui consiste à aborder le XIXe siècle espagnol en termes d’un Ancien Régime qui ne finit pas. La rupture juridique et politique est brutale, au terme d’un processus violent. Cela ne fait pas pour autant entrer le pays dans une longue phase de transition vers la démocratie libérale. La société espagnole du XIXe siècle est marquée par un certain nombre de traits originaux. La démarche méthodologique de François-Xavier Guerra qui incite à la recherche des pratiques et représentations politiques hybrides, issues de l'Ancien Régime et du nouvel imaginaire politique et social individualiste, s’avère très utile dans l’analyse.

L’individualisme : un fantôme social

54Sous l’Ancien Régime, « la pleine compréhension de l'individu passe ici par la connaissance du groupe auquel il appartient et au sein duquel il agit 89 ». Les travaux sur les élites et les biographies qui s’inspirent des théories des réseaux sociaux montrent que cette affirmation reste largement fondée pour la période suivante. Des corps sociaux d’Ancien Régime ont disparu au nom de l’égalité en droit, mais l’identité individuelle reste profondément marquée par l’appartenance à une famille, à une communauté territoriale, à des cercles professionnels ou d’amitié. La nature du lien social reste largement fondée sur des solidarités traditionnelles (la famille, l’amitié, le patronage…). Il conditionne la persistance de logiques de pouvoir, perçues comme légitimes, passant, à l’échelon local comme national, par des réseaux de relation, liés le plus souvent à la parenté et au patronage 90.

55La nouvelle société a du mal à penser l’individu, y compris chez les libéraux. Les historiens du droit ne s’accordent pas sur la présence, au moins implicite, d’une déclaration des droits individuels dans la Constitution de Cadix. Sans entrer dans cette vaste question, il semble que le texte constitutionnel définit « la Nation avant l'individu, tout comme les droits nationaux – indépendance, liberté, souveraineté – de préférence à tout droits individuels 91 ». Par la suite, la vision, forte en 1812, d'une société méritocratique constituée de patriotes vertueux pratiquant la liberté des Anciens est de plus en plus rejetée et, avec elle, le droit naturel rationaliste et ses principes abstraits et métaphysiques centrés sur l’individu. La liberté cesse d'être un principe universel pour se trouver limitée à ce que prévoit la loi 92.

56L’Espagne n’est pas une exception : il n’existe pas en Europe de société véritablement individualiste. L’appartenance à une communauté reste un marqueur de l’identité sociale de l’individu. La nation, c’est-à-dire la communauté supérieure d’hommes libres et égaux imaginée par les libéraux, englobe des communautés existantes (familles, communautés locales, professionnelles...). Il ne faut pas voir ici la preuve d’un échec du libéralisme mais une manifestation de l’imbrication de l’ancien et du moderne qui caractérise le XIXe siècle. La question du vote et des élections en est l’illustration.

Les paradoxes de la politique nouvelle

57Le vote et l’élection constituent le geste et le moment symbolisant le mieux la politique moderne. Pourtant, les travaux menés sur la France, l’Angleterre et l’Espagne montrent que le vote est aussi un geste collectif, marqueur de l’appartenance à une communauté 93. Ainsi, le quasi-suffrage universel de la Constitution de Cadix traduit une conception du citoyen s’inscrivant dans la tradition du vecino et dans les pratiques électorales d’Ancien Régime. En France la communauté surgit de l’étude des incidents électoraux survenus lors des élections municipales à partir de 1833 ainsi que lors des premières élections au suffrage universel 94. Par ce biais, les légitimistes français tout comme les carlistes finirent par accepter le principe de l’élection et commencèrent à s’approprier l’idée de nation à partir des années 1840. Le vote se réduit alors au « symbole d'appartenance à une collectivité » et n’est pas « le moyen d'affirmation de l'autonomie et de la souveraineté de l'individu 95».

58Comme sous l’Ancien Régime, l’exercice de responsabilités politiques n’est souvent qu’une manifestation des différentes facettes de la domination sociale, traduisant ainsi la perpétuation de l’absence d’autonomie des sphères du politique et du social. Il s’agit là encore d’une réalité européenne. Même l’aile gauche des progressistes restait imprégnés de cette réalité au milieu du siècle. Ainsi, Fermin Caballero écrivait : « Puedo decir a la faz de todo el mundo que jamás (y he sido diputado constantemente desde 1834 a 1843) he escrito una carta anunciándome candidato, ni a mis amigos y condiscípulos, que me dé su voto que me procure sufragios 96». Pour Fermín Caballero, l'élu est celui qui s'impose par son influence naturelle, par la force de son patronage. Ce dernier, fait de relations inégales de réciprocités était considéré comme faisant partie de l’ordre social naturel. La fréquence des candidatures uniques est un reflet de cette perception. Faire de la politique à l’époque libérale signifiait donc avant tout se poser localement en homme fort, capable de servir « le bien commun » par l’exercice d’un patronage et par l’intermédiaire d’un réseau de relations qui assurait la connexion avec l’échelon national. En France comme en Espagne, les nouveaux riches, banquiers ou industriels de la monarchie de Juillet ou du règne d’Isabelle II n’agissaient pas autrement en devenant maires ou députés de la localité ou de la circonscription dans laquelle ils avaient construit ou acheté un manoir ou un château qui symbolisait leur réussite sociale. Une même logique intervient au plus haut niveau, dans l’exercice du pouvoir monarchique. Le pouvoir s’acquérait rarement aux Cortès mais bien dans une lutte d’influence entre clans rivaux du parti modéré pour obtenir les faveurs de la reine et s’emparer du pouvoir gouvernemental 97.

59Par conséquent, la compétition électorale a longtemps été perçue comme un dysfonctionnement, comme une atteinte à l’unanimité de la communauté. L’exemple de Fermín Caballero est à nouveau intéressant quand il s’insurge devant la candidature d’un concurrent en faisant en parallèle l’apologie de l’unité 98. Chacun des groupes politiques qui s’affrontent reste nostalgique de cette unité prétendument perdue et l’hostilité à l’égard de l’idée même de parti est latente durant tout le siècle. Il s’agit là d’une des clés de la violence politique qui marque le XIXe siècle : l’adversaire est un ennemi « responsable de destruir la unidad y de imposibilitar por tanto la consecución del bien general 99 ». La force du mythe de l’unité est probablement liée au mythe de l’unité dans la foi catholique qui n’a pas été remis en cause par la Constitution de Cadix. Durant les décennies de guerre civile, la culture de guerre est largement une culture religieuse : « después del derrumbe dinástico de 1808, la religión era la que confería a las luchas su sentido último y su legitimidad más obvia 100».

Un modèle espagnol de naissance de la politique moderne ?

60Le parcours à grand trait de la naissance de la politique moderne en Espagne confirme l’inadéquation des grands schémas interprétatifs au cas espagnol. Le XIXe siècle n’est ni une révolution libérale ratée, ni une longue transition vers la démocratie représentative. Le modèle forgé par François-Xavier Guerra pour l’Amérique hispanique, qui est à mon sens le plus stimulant, ne peut fonctionner car il oppose élites et masses, dans une société fragmentée par des critères raciaux qui n’existaient pas dans la péninsule. Ceci introduit des différences considérables en termes de mobilité sociale et de représentation politique. Historiographiquement, il existe certes d’importants angles morts. J’en vois deux principaux : le lien entre mobilisation et politisation doit souvent être mieux décrypté et les remarquables travaux portant sur les périphéries, en particulier sur la façade méditerranéenne, et sur les zones carlistes du nord-est n’ont pas leur équivalent dans les autres régions. Toutefois, mobilisation et politisation des masses ont bien existé, malgré toutes les réserves que l’on peut faire.

61Les grands modèles ne peuvent être adaptés à la situation espagnole mais ils n’en gardent pas moins une grande vertu analytique. La notion de sociabilités forgée par Maurice Agulhon a depuis longtemps montré toute sa fécondité. Il en est de même du cheminement suivi par Guerra. La quête de l’ancien et du nouveau dans une situation donnée, dans la position d’un individu, dans l’imaginaire politique révélé, n’est pas destinée à rechercher comment se juxtaposent deux modèles purs car ceci aurait pour conséquence de faire retomber dans une vision du XIXe siècle comme une transition entre deux mondes cohérents. Cette piste incite au contraire à montrer l’aspect composite de la logique politique et sociale qui se construit au XIXe siècle, l’ensemble formant un tout constituant l’altérité du XIXe siècle.

62L’inadéquation des grands modèles interprétatifs signifie-elle qu’il faille renoncer à élaborer un modèle-type espagnol de naissance de la politique moderne ? De fortes spécificités espagnoles existent quand on compare avec le reste de l’Europe occidentale : un début de politisation précoce mais brutalement imposé par la guerre, le refus de la table rase du passé et l’inscription de la révolution dans une tradition nationale réinventée, la prégnance d’un idéal communautaire fort de nature catholique. L’éveil à la politique se fait dans une conjoncture économique catastrophique, dans un sentiment de décadence et d’appauvrissement qui contraste avec la forte croissance que connaît l’Europe du nord-ouest. Il n’y a pas de dynamique porteuse telle que l’ont connu l’Angleterre devenant la première puissance économique mondiale, la France du messianisme révolutionnaire et l’Italie engagée dans la lutte pour l’unité. Au contraire, la perte des colonies est un traumatisme qui a pour conséquence la nécessité de reconstruire à l’échelle péninsulaire une monarchie qui était par nature impériale. La faiblesse économique et symbolique de l’État central a accru le poids du local qui est devenu le cadre premier d’éveil à la politique. Ainsi, si un modèle espagnol, ou plutôt ibérique (le parallèle avec le Portugal est évident) existe, il doit impérativement être appréhendé à la croisée des expériences européennes et latino-américaine, dans un monde qui a sa propre cohérence et qui n’est ni un Ancien Régime qui n’en finit pas, ni une transition vers la démocratie libérale.

Haut de page

Notes

1  Je renvoie aux commentaires récents et à l’ample bibliographie fournie dans : Gonzalo Butrón Prida ; José Saldaña Fernández, « La historiografía reciente de la Guerra de la Independencia: reflexiones ante el bicentenario », in Mélanges de la Casa de Velázquez, 38(1), 2008, p. 243-270.

2  Une ample bibliographie dans : Pedro Ruiz Torres, «Contribuciones recientes al estudio del primer liberalismo en España », in Ayer, n°55, 2004, p. 237-263 ; Ángeles Lario, «La monarquía de Isabel II y el liberalismo post-revolucionario. Una necesaria renovación historiográfica», in Ayer, n°55, 2004, p. 271-282.

3  Javier Fernández Sebastián ; Juan Francisco Fuentes (dirs.), Diccionario político y social del siglo XIX español, Madrid, Alianza editorial, 2002 ; Javier Fernández Sebastián, « Historia de los conceptos. Nuevas perspectivas para el estudio de los lenguages políticos europeos », Ayer, n°48, p. 331-364.

4  Parmi les titres marquants : Antonio Mestre, La Ilustración española, Madrid, Arco Libro, 1998. Emilio La Parra, Manuel Godoy : la aventura del poder, Barcelone, Tusquets, 2002 ; Gérard Dufour, Lumières et Ilustración en Espagne sous les règnes de Charles III et de Charles IV (1759-1808), Paris, Ellipses, 2005. José María Portillo Valdés, Revolución de nación: orígenes de la cultura constitucional en España 1780-1812, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2001.

5  Nous avons proposé cette définition dans : « De la Ilustración à la victoire du libéralisme modéré. Considérations pour une histoire de la naissance de la modernité politique en Espagne », in María Victoria  López-Cordón Cortezo ; Jean-Philippe Luis (coord.), La naissance de la politique moderne en Espagne (milieu du XVIIIe-milieu du XIXe siècle), dossier de Mélanges de la Casa de Velázquez, 35 (1), 2005, p. 15-26.

6  Jürgen Habermas, L'espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978.

7  Roger Chartier, Les origines intellectuelles de la Révolution française, Paris, Le Seuil, 1990.

8  Maurice Agulhon, « Présentation », dans La politisation des campagnes au XIXe siècle. France, Italie, Espagne, Portugal, Collection de l'École française de Rome n°274 , Rome, 2000, p. 1-11, p. 8.

9  Gilles Pecout, « La politisation des paysans au XIXe siècle », in Histoire et sociétés rurales, n°2, 1994, p. 91-125, p.119.

10  Pécout, Gilles, « Politisation et intégration nationale en Italie : les campagnes toscanes des années 1860 », in Revue Historique, CCCIII/1, janvier-mars 2001, p. 83-108 ; Maurizio Ridolfi, Il circulo virtuoso. Sociabilitá democratica, associazionismi e rappresentanza politica nell'ottocento, Florence, 1990.

11  Alberto Gil Novales, Las Sociedades Patrióticas (1820-1823), Madrid, Tecnos, 1975 ; Jean-Louis Guereña, « Fuentes para la historia de la sociabilidad en la España contemporánea », in Estudios de Historia Social, n° 50-51, 1989.

12  Jordi Canal, « La storiografia della sociabilitá in Spagna », in Passato e presente, a. XIII (1995), n° 34, p. 151-163 ; Dossier de Historia Social, n° 29, 1997 ; Fêtes, sociabilités, politique dans l’Espagne contemporaine, Bulletin d’Histoire contemporaine de l’Espagne, n° 30-31, décembre 1999-juin 2000 ; Luis P. Martín ; Anne Brenot (ed.), Les sociabilités dans le monde hispanique (XVIIIe-XIXe siècles), Valenciennes, 2000 ; Elena Maza Zorrilla, « Sociabilidad e historiografía en la España contemporánea », in Ayer, n° 42, 2001, p. 241-252 ; Juan Francisco  Fuentes ; Lluis Roura (eds.), Sociabilidad y liberalismo en la España del siglo XIX. Homenaje a Alberto Gil Novales, Lérida, Ed Milenio, 2001 ; Enrique Martínez Ruiz (coord.), Vínculos y sociabilidades en España e iberoamérica siglos XVI-XX, Madrid, 2005.

13  Annick Lempérière, « Habermas à l’épreuve du monde hispanique », communication faite le 31 mai 2005, http://lampo.univ-paris1.fr/W3/espacepublic/index.htm

14  François-Xavier  Guerra ; Annick Lemperiere, Espacios Públicos en Iberoamérica. Ambigüedades y problemas. Siglos XVIII-XIX, Mexico, 1998.

15  François-Xavier  Guerra, Modernidad e independencias. Ensayos sobre las revoluciones hispánicas, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1993 ; « Pour une nouvelle histoire politique : acteurs sociaux et acteurs politiques », in Structures et cultures des sociétés ibéro-américaines, au-delà du modèle socio-économique, Paris, CNRS-MPI, 1990, p. 245-260.

16  Juan Pro Ruiz, « Las élites de la España liberal : clases y redes en la definición del espacio social (1808-1931) », in Historia social, n° 21, p. 47-69 ; « Socios, amigos y compadres: camarillas y redes personales en la sociedad liberal », in Francisco  Chacón Jiménez ; Juan Hernández Franco, Familias, poderosos y oligarquías, Murcie, 2001, p. 153-173.

17  Javier Fernández Sebastián, « Política antigua-política moderna. Una perspectiva histórico conceptual », in María Victoria  López-Cordón Cortezo ; Jean-Philippe Luis (coord.), La naissance de la politique moderne..., op. cit., p. 165-181, p. 178.

18  Denis Richer, La France moderne : l'esprit des institutions, Paris, Flammarion, 1973.

19  François-Xavier Guerra, « Pour une nouvelle histoire politique ... » art. cit., p. 257.

20  Voir une excellente synthèse : José María Imízcoz Beunza, « El entramado social y político », en Alfredo Floristán (coord.), Historia de España en la Edad Moderna, Barcelone, Ariel, 2004, p. 54-77.

21  Gloria Franco Rubio, « El ejercicio del poder en la España del siglo XVIII. Entre las prácticas culturales y las prácticas políticas », in María Victoria  López-Cordón Cortezo ; Jean-Philippe Luis (coord.), La naissance de la politique moderne en Espagne..., op. cit., p. 51-77, p. 57. Sur ces lieux de sociabilités voir Gloria Franco Rubio (coord.), De mentalidades y formas culturales en la Edad Moderna, Cuadernos de Historia Moderna. Anejos, 2002, I.

22  Elisabel Larriba, Le public de la presse en Espagne à la fin du XVIIIe siècle (1781-1808), Paris, Champion, 1998.

23  Juan Luis  Castellano ; Jean-Pierre Dedieu (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l'Ancien Régime, Paris, CNRS ed., 1998 ; Juan Luis  Castellano ; Jean-Pierre Dedieu ; María Victoria López-Cordón Cortezo (eds.), La pluma, la mitra y la espada. Estudios de historia institucional en la edad moderna, Madrid, Marcial Pons Historia, 2000.

24  Jean-Pierre Dedieu, « La ville et l'État en Espagne à l'époque moderne. Tentative de synthèse des apports de l'historiographie récente », in Liame, n°5, 2000, p. 25-42.

25  Roger Chartier, Les origines intellectuelles ..., op. cit., p. 203-207.

26  Jesús Millán, « La herencia política de la revolución liberal », in La politisation des campagnes au XIXe siècle. France, Italie, Espagne, Portugal, Collection de l'École française de Rome n°274 , Rome, 2000, p. 259-286.

27  Jean-Philippe Luis, « L'échec de la contre-révolution au pouvoir : l'Espagne de 1814 à 1833 », in Jean-Clément Martin (dir.), La Contre-Révolution en Europe XVIIIe-XIXe siècles. Réalités politiques et sociales, résonances culturelles et idéologiques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p. 221-229.

28  Roger Chartier, Les origines intellectuelles..., op. cit., p. 289.

29  Emilio La Parra, « De la disputa cortesana a la crisis de la monarquía. Godoyistas y fernandinos en 1806-1807 », Cuadernos de Historia Moderna. Anejos, VI, 2007, p. 255-267, p. 266.

30  Isabel Burdiel, Isabel II. No se puede reinar inocentemente, Madrid, Espasa, 2004.

31  Emilio La Parra, El anticlericalismo español contemporáneo, Madrid, Biblioteca Nueva, 1998.

32  José María Portillo Valdés, Revolución de Nación..., op. cit.

33  Claude Morange, « Sobre la filiación ilustración/liberalismo (Preguntas para un debate) », in Ricardo  Robledo ; Irene  Castells ; María Cruz Romeo Mateo (eds.), Orígenes del liberalismo. Universidad, política, economía, Salamanque, ediciones de la Universidad de Salamanca, 2003, p. 247-253.

34  Luis P. Martín, « La masonería y la conspiración liberal (1814-1834). Los límites de un mito histórico », in Trienio, n° 22, 1993, p. 73-90.

35  Ovidio García Regueiro, Francisco de Cabarrús : un personaje de su época, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2003.

36  Javier Fernández Sebastián, « Los primeros cafés en España (1758-1808): nueva sociabilidad urbana y lugares públicos de afrancesamiento » in L'image de la France en Espagne pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle, Alicante-Paris, Instituto de Cultura Juan Gil-Albert-Presse de la Sorbonne Nouvelle, Paris, 1996, p. 65-82.

37  Juan Francisco Fuentes, « De la sociabilidad censitaria a la sociabilidad popular en la España liberal », in Juan Francisco  Fuentes ; Lluis Roura (eds.), Sociabilidad y liberalismo..., op. cit., p. 207-224.

38  Richard Hocquellet, Résistance et révolution durant l'occupation napoléonienne en Espagne 1808-1812, Paris, La Boutique de l'Histoire, 2001.

39  Elisabel Larriba, Le public de la presse en Espagne à la fin du XVIIIe siècle (1781-1808), Paris, Champion, 1998.

40  Jean-Philippe Luis, L’utopie réactionnaire. Épuration et modernisation de l'État dans l'Espagne de la fin de l'Ancien Régime (1823-1834), Madrid, Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 2002.

41  Elisabel Larriba, « Une presse faite pour et par le public dans l’Espagne des Lumières », El argonauta español, n° 3, 2006. http://argonauta.imageson.org/document70.html

42  Le phénomène touche même la vieille université de Salamanque. Ricardo Robledo, « Tradición e Ilustración en la Universidad de Salamanca : sobre los orígenes intelectuales de los primeros liberales », in Ricardo  Robledo ; Irene  Castells ; María Cruz Romeo Mateo (eds.), Orígenes del liberalismo..., op. cit., p. 50-80.

43  Christian Windler, Elites locales, señores, reformistas. Redes clientelares y Monarquía hacia finales del Antiguo Régimen, Séville, Universidad de Córdoba/Universidad de Sevilla, 1997.

44  Roger Chartier, Les origines intellectuelles..., op. cit., p. 268-270.

45  Jean-Philippe Luis, L’utopie réactionnaire..., op.cit., p. 326-330.

46  María Victoria López-Cordón Cortezo, « Ved a Minerva que del alto cielo desciende presurosa... », in Teresa Nava Rodríguez (coord.), Cambio social y ficción literaria en la España de Moratín, Cuadernos de Historia Moderna. Anejos, 2007, p. 309-338, p. 337.

47  Javier  Fernández Sebastián ; Juan Francisco Fuentes (dirs.), Diccionario político y social..., op. cit., p. 649.

48  Richard Hocquellet, « La notion de bien public pour les membres des municipalités espagnoles à la fin de l'Ancien Régime », in Siècles, 2001, n°13, p. 41-54, p. 53. Voir aussi : Résistance et révolution ..., op. cit.

49  Richard Hocquellet, « Les Patriotes espagnols en révolution. La convocation des Cortès extraordinaires de Cadix (1808-1810) », in Revue Historique, n° 623, juillet-décembre 2002, p. 657-692.

50  Par exemple dans El argonauta español, n° 5, 2008.

51  Javier  Fernández Sebastián ; Juan Francisco Fuentes (dir.), Diccionario político y social…, op. cit., p. 537.

52  « The awakening of public opinion in Spain. The rise of a new power and the sociogenesis of a concept », in Peter-Eckard Knabe (ed.), Opinion, Berlin, Verlag Arno Spitz, 2000, p. 45-79.

53  Claude Morange, « Sur la « révolution de 1808-1814. Pour une vision dynamique et dialectique du processus », in La Parra López, Emilio (coord.), Actores de la Guerra de la Independencia. Dossier de Mélanges de la Casa de Velázquez, 38 (1), 2008, p. 155-172, p. 165.

54  Lluis Roura, Guerra Gran a la Ratlla de França, Barcelone, Curial, 1993, p. 244.

55  Ricardo García Carcel, El sueño de la nación indomable. Los mitos de la guerra de la Independencia, Madrid, Temas de hoy, 2008, p. 218.

56  On connaît le célèbre article de Maurice Agulhon : « Monsieur Homais ou le militantisme » in Histoire vagabonde III. La politique en France d'hier à aujourd'hui, Paris, Gallimard, 1996, p. 43-60. Maurizio Ridolfi, Il circulo virtuoso...op. cit.

57  Josep Fontana est revenu récemment sur cette interprétation pour mieux la confirmer : De en medio del tiempo. La segunda restauración española, Barcelone, Crítica, 2006. Je renvoie aux analyses historiographiques sur la révolution libérale : Pedro Ruiz Torres, « Del antiguo al nuevo régimen : carácter de la transformación », in Antiguo Régimen y liberalismo. Homenaje a Miguel Artola t. 1, Madrid, Alianza Editorial, 1994, p. 159-192 ; Irene Castells Oliván, «La rivoluzione liberale spagnola nel recente dibattito storiografico», Studi Storici, 1 (janvier-mars 1995), p. 127-161 ; Raquel Sánchez García, « La Revolución Liberal en España. Un estado de la cuestión », in Diego Caro Cancela (ed.), El primer liberalismo en Andalucía (1808-1868), política, economía y sociabilidad, Cadix, Universidad de Cádiz, 2005.

58  Jesús Millán, « La herencia política de la revolución liberal », in La politisation des campagnes..., op. cit., p. 259-286.

59  Alain Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle (1845-1880), Paris, Rivière, 1975.

60  Jean-Luc Mayaud, Les secondes républiques du Doubs, Besançon, Les Belles-Lettres, 1986.

61  Marie-Hélène Buisine Soubeyroux, Alfabetización, educación y sociedad en Logroño en tiempos de Espartero (1833-1875), Logroño, Universidad de la Rioja, 1999.

62  Irene Castells Oliván, La utopía insurreccional del liberalismo. Torrijos y las conspiraciones liberales de la década ominosa, Barcelone, Crítica, 1989 ; Claude Morange, Una conspiración fallida y una constitución nonnata (1819), Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2006.

63  Richard Hocquellet, « Passeurs de modernité : engagement et médiation au début de la révolution espagnole (1808-1810) », in Bulletin d’Histoire contemporaine de l’Espagne, Des Lumières au libéralisme. Hommage à Gérard Dufour, n° 37-42, juin 2004-décembre 2006, p. 121-138.

64  Gérard Dufour (éd.), Sermones revolucionarios del Trienio liberal (1820-1823), Alicante, Instituto de cultura « Juan Gil Albert », 1991.

65  Alberto Gil Novales revient sur ces questions dans : « Las sociedades patrióticas », in Bulletin d’Histoire contemporaine de l’Espagne, Des Lumières au libéralisme..., op. cit. , p. 161-175.

66  Jean-René Aymes, « Españoles en Francia (1789-1823) : contactos ideológicos a través de la deportación y del exilio », in Trienio, n° 10, 1987, p. 3-26 ; Rafael Sánchez Mantero, « Exilio liberal e intrigas políticas », in Ayer, n° 47, 2002, p. 17-33.

67  Voir l’article de synthèse et de problématisation : Jean-Louis Guereña, « El ‘espiritu de asociación’. Nuevos espacios y formas de sociabilidad en la España decimonónica », in Juan Francisco  Fuentes ; Lluis Roura (ed.), Sociabilidad y liberalismo..., op. cit., p. 225-237.

68  Marie-Claude Lécuyer, « Fêtes civiques et libéralisme en Espagne (1812-1843) », in Bulletin d’Histoire contemporaine de l’Espagne, n° 30-31, décembre 1999-juin 2000, p. 49-66. Voir dans le même numéro l’article de Jean-René Aymes et la bibliographie proposée par Jean-Louis Guereña, p. 21-30 ; Christian Demange, Dos de mayo. Mito y fiesta nacional (1808-1858), Madrid, Pons, 2004 ; Marie Salgues, Nationalisme et théâtre patriotique durant la seconde moitié du XIXe siècle, Thèse de doctorat, Université Paris-III, 2004.

69  Isabel Burdiel, « La tradición política progresista. Historia de un desencuentro », in Sagasta y el liberalismo español, Madrid, Fundación BBVA, 2000, p. 103-121, p. 119.

70  Jordi Canal, El carlismo, Madrid, Alianza Editorial, 2000 ; Lluis Roura, « La Contre-Révolution en Espagne et la lutte contre la France, 1793-1795 et 1808-1814 », in Jean-Clément Martin (dir.), La Contre-Révolution en Europe XVIIIe-XIXe siècles. Réalités politiques et sociales, résonances culturelles et idéologiques, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p. 205-219 ; Jean-Philippe Luis, « L'échec de la contre-révolution au pouvoir : l'Espagne de 1814 à 1833 », in Idem, p. 221-229

71  Ramón de Solis, El Cádiz de las Cortes, Madrid, Silex Ediciones, 1987, p. 126-127.

72  Pedro Rújula, Contrarevolución. Realismo y carlismo en Aragón y el Maestrazgo, 1820-1840, Saragosse, Prensas universitarias de Zaragoza, 1998 ; Gonzalo Butrón Prida, « Pueblo y élites en la crisis del absolutismo : los voluntarios realistas », in Spagna contemporanea, 2004, n° 25, p. 1-20.

73  Pedro Rújula, « La guerra como aprentizaje político. De la Guerra de la Independencia a las guerras carlistas », in El carlismo en su tiempo : geografías de la contrarrevolución. I jornadas de estudio del carlismo. 18-21 septiembre 2007. Estella, Pampelune, Gobierno de Navarra, 2008, p. 41-64, p. 51.

74  Salvador  Calatayud ; Jesús  Millán ; María Cruz Romeo, « Une administration apolitique ? Bravo Murillo face à la société civile libérale dans les campagnes valenciennes » in Patrick  Fournier ; Jean-Philippe  Luis ; Luis P . Martín ; Natividad Planas (dir.), Institutions et représentations du politique. Espagne, France, Italie, XVIIe-XXe siècles, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2006, p. 121-156.

75  Florencia Peyrou, Tribunos del pueblo. Demócratas y republicanos durante el reinado de Isabel II, Madrid, Centro de Estudios Políticos y constitucionales, 2008, p. 387-392 ; Jacques Maurice, El anarquismo andaluz. Campesinos y sindicalistas (1868-1936), Barcelone, Crítica, 1990, p. 100-114 ; María Teresa Pérez Picazo, Les paysans et la politique en Espagne de 1830 à 1939. Le cas andalou, Parlement(s). Revue d’histoire politique, n° 5, 2006, p. 139-151.

76  Jean-Claude Caron, L’été rouge. Chronique de la révolte populaire en France (1841), Paris, Aubier, 2002, p. 297.

77  Voir en particulier la mise en perspective dans la première partie de : Gilles Pécout, Naissance de l’Italie contemporaine 1770-1922, Paris, Armand-Colin, 2004.

78  Pour la période postérieure voir : Jacques Maurice, « Fêter la Glorieuse ? », in Fêtes, sociabilités, politique dans l’Espagne contemporaine, Bulletin d’Histoire contemporaine de l’Espagne..., op. cit., p. 83-88.

79  Ana María García Rovira, « Radicalismo liberal, republicano y revolución (1835-1837) », in Ayer, n° 29, 1998, p. 63-90.

80  Isabel Burdiel, « Morir de éxito: el péndulo liberal y la revolución española del siglo XIX », Historia y política, n°1, abril 1999, p. 181-203, p. 187.

81  Voir l’indispensable Diccionario político y social del siglo XIX..., op. cit.

82  Irene  Castells Oliván ; María Cruz Romeo, « Liberalismo y revolución en la crisis del Antiguo Régimen europeo: Francia y España », in Trienio, n°29, mayo 1997, p. 27-48.

83  Jean-Philippe Luis, « Les paradoxes de la politisation dans la fonction publique », in La naissance de la politique moderne en Espagne..., op. cit., p. 143-164.

84  Jesús Millán, « Una reconsideración del carlismo », in Ayer, n° 29, 1998, p. 91-107.

85  Maurice Agulhon, « Présentation », in La politisation des campagnes..., op. cit., p. 2.

86  Catherine Brice, « La monarchie, acteur de la nationalisation des Italiens ? », in Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, n° 45-1, janvier-mars 1998, p. 147-169.

87  Pierre Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1990, p. 95-99.

88  Isabel Burdiel ; María Cruz Romeo, « Old and new liberalism: the making of the liberal revolution, 1808-1844 », Journal of Iberian Studies, LXXV, 2000, p. 65-80, p. 67.

89  François-Xavier Guerra, « Pour une nouvelle histoire politique... », art. cit., p. 248.

90  Antonio Robles Egea (comp.), Política en penumbra. Patronazgo y clientelismo políticos en la España contemporánea, Madrid, Alianza, 1996.

91  José María Portillo Valdés, Revolución de nación..., op. cit., p. 389.

92  María Cruz Romeo, « Lenguaje y política del nuevo liberalismo: moderados y progresistas, 1834-1845 », Ayer, n°29, 1998, p. 37-62.

93  Je renvoie à l’article très stimulant : Antonio Annino, « El voto y el XIX desconocido », www.foroiberoideas.com.ar/foro/threads.aspx

94  Christine Guionnet, L'apprentissage de la politique moderne. Les élections municipales sous la Monarchie de Juillet, Paris, L'Harmattan, 1997 ; Patrick Lagouyete, « Apprentissage et incidents électoraux à l’aube du suffrage universel : le scrutin d’avril », in Philippe  Bourdin ; Jean-Claude  Caron ; Mathias Bernard, L'incident électoral de la Révolution française à la Ve République, Clermont-Ferrand, PUBP, 2002, p. 101-119. Pour l’Angleterre : Frank O’Gorman, « Campaign, rituals and ceremonies : the social meaning of elections in England 1780-1860 », in Past and Present, n° 135, may 1992, p. 79-115.

95  Pierre Rosanvallon, Le sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, 1992 (ed. 2001), p. 294. Sur l’Espagne, Alvárez Junco, José, « La difícil nacionalización de la derecha española en la primera mitad del siglo XIX », Hispania, LXI/3, n° 209, 2001, p. 831-858.

96  María Cruz Romeo, «Patricios y nación : los valores de la política liberal en España a mediados del siglo XIX », in La naissance de la politique moderne en Espagne..., op. cit., p. 119-141, p. 126

97  Isabel Burdiel, Isabel II..., op. cit.

98  María Cruz Romeo, «Patricios y nación ... », art. cit., p. 128-131.

99  Idem, p. 129.

100  Annick Lempériere, « Revolución, guerra civil, guerra de independencia en el mundo hispánico 1808-1825 », in Ayer, n° 55, 2004 (3), p. 15-36, p. 35.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Luis, « Questions autour de l’avènement de la modernité politique en Espagne (fin XVIIIe siècle-1868) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 20 juin 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ccec.revues.org/2523 ; DOI : 10.4000/ccec.2523

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Luis

Professeur d’Histoire contemporaine
Centre d'Histoire Espaces et Cultures, Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org