Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Compte rendu de l’ouvrage Guerra civil, mito y memoria, édition de Julio Aróstegui et François Godicheau

Reseña de Guerra civil, mito y memoria, édition de Julio Aróstegui et François Godicheau
Marie-Aline Barrachina
Référence(s) :

Madrid, Marcial Pons Historia-Casa de Velázquez, 2006, 406 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’un colloque organisé par la Casa Velázquez (École des Hautes Études Hispaniques), avec la participation de l’Institut d’Histoire du Temps présent. En dépit de son titre, qui semble annoncer une thématique assez convenue ces dernières années, il ne s’agit pas à proprement parler d’un recueil de travaux monographiques sur la Guerre Civile espagnole, ni d’une réflexion monothématique sur l’oblitération de la mémoire de la Guerre Civile dans l’après-franquisme. Si ce livre, néanmoins, assume de toute évidence une large dette à l’égard de la très vaste historiographie de la Guerre Civile, il assume aussi et surtout sa contribution au questionnement des chercheurs en sciences historiques et sociales devant la problématique posée par la confrontation des mémoires, problématique relativement plus récente puisqu’elle s’est imposée dans les dernières années du siècle dernier : mémoire historique, mémoire collective, oblitération et oubli sont devenus objets d’étude, dans le cadre précis de l’Espagne de la deuxième moitié du XXe siècle, comme dans le cadre plus large de l’Europe dans la même période. Comment une société, à un moment donné de son histoire,  se souvient-elle de son histoire récente, ou de l’histoire récente du pays voisin, surtout quand cette histoire est traumatique ? Comment la production historiographique d’une société donnée aborde-t-elle l’événement traumatique ? L’intérêt particulier et spécifique de cet ouvrage réside précisément en cette démarche résolument comparatiste et multiple. Des chercheurs allemand, britannique, espagnols, français, venus de la sociologie, des sciences politiques, de l’histoire du temps présent et de l’histoire contemporaine, s’interrogent sur l’historiographie – espagnole ou pas – des événements traumatiques des années 30-40 : Guerre Civile espagnole, Vichy ; et ils tentent avec bonheur de démonter les mécanismes d’une mémoire historique infléchie – selon les lieux, selon les époques, selon les régimes – par les conditions particulières de la production historiographique – conditions politiques, sociales, idéologiques. La distance temporelle (plus de 60 ans) et la stratification des couches historiographiques et mémorielles rendent fructueuse une telle problématique.

2Après une courte note biographique présentant les 12 auteurs, suivie d’une page de «remerciements» qui éclairent le lecteur sur les soutiens personnels et institutionnels qui ont rendu possible le colloque et la publication qui s’ensuit, les éditeurs Julio Aróstegui et François Godicheau présentent l’ouvrage. Rendant hommage à l’oeuvre pionnière de Paloma Aguilar : Memoria y olvido de la Guerra Civil española (1996), ils soulignent que les historiens cherchent précisément à dépasser la métaphore du « pacte du silence » pour mieux cerner le phénomène d’oblitération de la mémoire de la Guerre Civile. La réflexion sur d’autres phénomènes d’oblitération (Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, 1994, par Henry Rousso et Eric Conan) a fourni, disent les auteurs, une base de travail et un « modèle » applicable, en particulier, au cas espagnol. La réflexion sur l’historiographie de la guerre civile passe par le constat réalisé par Alberto Reig Tapia en particulier, dans son ouvrage Memoria de la Guerra Civil. Los mitos de la tribu (2000). Il y montre combien les mythes de la Guerre Civile créés par le franquisme ont la vie dure. D’une certaine façon, ces trois références sont les points d’appui à partir desquels s’ouvre, dans ce colloque, une réflexion commune sur les mécanismes de l’oubli, du mythe et de la récupération de la mémoire historique d’événements aussi traumatiques que la Guerre Civile espagnole ou Vichy.

3La première partie de l’ouvrage, « La memoria de los acontecimientos históricos » comporte les contributions de Marie-Claire Lavabvre (sociologue, CNRS) et de Julio Aróstegui. Posant tout deux comme prémisse la spécificité de la « mémoire des événements traumatiques »,  ils proposent l’un et l’autre des outils méthodologiques susceptibles de permettre une étude plus précise du phénomène. C’est ainsi que Marie-Claire Lavabvre propose de distinguer de la mémoire historique la mémoire collective et la mémoire commune, afin de sortir de l’opposition peu efficace entre mémoire (entendue comme usage social et politique de l’histoire) et histoire. De son côté, Julio Aróstegui pose la distance « générationnelle » comme déterminante. Dans la deuxième partie, « Guerra civil española y políticas de la memoria » six contributions analysent des stratégies et des usages sociopolitiques de l’historiographie de la Guerre Civile espagnole. Si le premier s’interroge sur l’impossible scientificité de l’historiographie espagnole tant que cette dernière restera soumise à la question de l’identité (Pablo Sánchez León), les autres analysent le traitement de la Guerre Civile par les historiens sous le régime de Franco  (François Godicheau, Michael Richard, Alberto Reig Tapia), par les historiens de la fin de siècle démocratique (Paloma Aguilar Fernandez), mais aussi par les historiens de la RDA : une mémoire « dictée » (Walther L. Bernecker). Même si elle apparaît comme un simple contrepoint, la troisième partie s’inscrit très logiquement dans la continuité de la réflexion, tant en raison des similitudes que des profondes différences. Enfin, l’ouvrage propose en appendice au lecteur l’ébauche d’une histoire de l’historiographie de la Guerre Civile qui s’annonce fort utile.    

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Aline Barrachina, « Compte rendu de l’ouvrage Guerra civil, mito y memoria, édition de Julio Aróstegui et François Godicheau », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 13 janvier 2009, consulté le 30 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/2519

Haut de page

Auteur

Marie-Aline Barrachina

Professeur des Universités, Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, CMMC-MSH (UNSA)Université de Nice-Sophia Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org