Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Thèses

La sexualité en Espagne pendant le premier franquisme (1939-1950)

La sexualidad en España durante el primer franquismo
Anne-Gaëlle Regueillet

Notes de la rédaction

Thèse dirigée par monsieur le Professeur Jean-Louis Guereña, Tours, 2005, 725 p.

Texte intégral

1En 1939, après trois années de Guerre Civile, le Général Franco prit la tête du gouvernement en Espagne et l’une des plus longues dictatures que l’Europe ait jamais connues commença alors. Ce fut au cours des dix premières années – période connue comme le premier franquisme – que les bases du nouveau régime, autoritaire et pyramidal, furent posées, pour ne plus évoluer vraiment jusqu’à la mort du général Franco en 1975. Cette première phase de la dictature franquiste fut la plus difficile pour la population espagnole qui paya le lourd tribu de la guerre (pauvreté, industrialisation bloquée, problèmes démographiques, rationnement de la nourriture) mais aussi celui de la censure et de la répression.

2Nous nous efforçons dans notre travail de dégager le statut de ces deux notions de censure et de répression grâce à l’analyse de la sexualité, c’est-à-dire des comportements sexuels des Espagnols pendant cette période. Effectivement, selon les différentes études traitant du thème de la sexualité pendant le franquisme, et surtout, selon les témoignages de nombreuses personnes ayant vécu ces premières années de dictature, la relation entre les sexes, qu’elle fût amoureuse, sexuelle ou amicale, était semble-t-il déterminée et conditionnée par la morale dominante : la morale catholique. La théorie la plus répandue définit cette période politique comme une phase de « répression sexuelle » imposée par l’Eglise, durant laquelle le discours sur le sexe et, plus précisément, le discours éducatif, aurait totalement disparu, pour ne ressurgir qu’au moment de la démocratie. Il est commun de désigner la période du premier franquisme comme une période de rupture concernant les avancées du discours et des études sur la sexualité, mais aussi l’état des mœurs sociales, notamment par rapport à la Seconde République (1931-1936). Il existerait donc une « spécificité franquiste » dans la manière de concevoir et d’aborder le thème de la sexualité.

3La volonté (étatique ou institutionnelle) de réprimer certains comportements sexuels, comme c’était le cas pendant le premier franquisme, demande logiquement une mise en discours du sexe permettant la divulgation des normes sexuelles « idéales » et l’étude de cette mise en discours du sexe (littérature moraliste, littérature médicale, presse, Code Pénal et Code Civil, etc…) permet de lever le voile sur les préoccupations des autorités franquistes en matière de sexualité (Chapitre 1, Partie I). Les auteurs du discours sur la sexualité s’inspiraient aussi bien des théories sur la sexualité développées au XVIIIe et au XIXe siècle, que de celles apparues au début du XXe et même, aussi étrange que cela puisse paraître, de celles défendues pendant la Seconde République comme l’impérative nécessité d’une éducation sexuelle. Aussi, le questionnement de « l’hypothèse répressive » à laquelle est toujours assimilée la période du premier franquisme lorsqu’il est question de sexualité démontre-t-elle qu’il n’existait pas de « spécificité franquiste ». Au contraire, à l’instar de l’idéologie politique franquiste, le discours sur la sexualité n’apportait rien de nouveau mais consistait en une sorte de « pot-pourri » des idées déjà existantes, à condition que celles-ci justifient et légitiment l’institutionnalisation d’une morale catholique plutôt restrictive et extrémiste.  Selon la norme de comportement sexuel en vigueur pendant les dix premières années du franquisme, seule l’activité sexuelle procréatrice pratiquée au sein du mariage canonique était tolérée et dite « normale ». Toutes les autres formes de sexualité étaient considérées comme des « aberrations », des « perversions » et s’inscrivaient parmi les comportements sexuels dits « anormaux ». Les études « psychanalytiques » et médicales se basaient sur cette conception tout à fait religieuse de la sexualité pour expliquer les différentes étapes du développement sexuel de l’enfant et de l’adolescent (Chapitre 2, Partie I).

4La normalisation des comportements sexuels de la population espagnole fut permise grâce à ce que les autorités franquistes elles-mêmes désignaient sous le nom « d’éducation sexuelle ». Souvent associée à la liberté sexuelle et à la libéralisation de l’individu, l’éducation sexuelle portait une tout autre signification pendant le premier franquisme. Il existait une véritable volonté d’éduquer le peuple, et surtout les enfants, les adolescents et les femmes, considérés comme les éléments de la population les plus aptes à succomber aux affres de la tentation en raison de leur faiblesse morale « naturelle ». Les idéologues franquistes se voyaient donc confronter à une certaine contradiction car pour obtenir cette normalisation des comportements sexuels, ils devaient multiplier les discours sur le sexe, tout en en disant le moins possible de manière à ne pas « exciter » la faiblesse morale des destinataires. Plus clairs lorsqu’ils étaient expliqués aux parents, les connaissances sur la sexualité et les conseils en matière de comportement sexuel devenaient complètement incompréhensibles lorsqu’ils étaient destinés aux jeunes femmes, aux jeunes mariés, aux enfants et aux adolescents. La théorie du « mutisme franquiste » en matière de sexualité n’est pas justifiée dans la forme mais dans le fond uniquement, rester muet tout en parlant, voilà le véritable enjeu de l’éducation sexuelle pendant le premier franquisme. Cette contradiction s’exprimait dans la mise en place de deux types de méthodes pédagogiques : l’une (Chapitre 1, Partie II) visait à normaliser le comportement des couples mariés et à exposer aux parents et aux éducateurs ce qu’il était nécessaire de transmettre aux enfants ; l’autre (Chapitre 2, Partie II) s’adressait directement aux enfants et aux adolescents par le biais de l’école et de manuels dits « pédagogiques », alliant information théorique et maîtrise du corps.

5Sans considérer l’idée de répression sexuelle comme une « erreur », il apparaît nécessaire d’interroger la possibilité pour les Espagnols des premières années du franquisme de contourner ces normes sexuelles prônées par le discours hégémonique et la manière dont ils les contournaient. Le questionnement de « l’hypothèse répressive » pour une période aussi spécifique que celle du premier franquisme demande d’analyser la sexualité dans les actes de manière à découvrir ce « point aveugle » que le discours officiel ne peut en aucun cas dévoiler et donc d’interroger de nouvelles sources, des archives ou des études n’ayant jamais été exploitées dans cet objectif (archives judiciaires, témoignages oraux recueillis à Madrid et à Valladolid, enquêtes espagnoles sur la sexualité publiées pendant et après le franquisme, données de l’Institut National de Statistiques à Madrid, lettres d’amour, « courrier du cœur » paru dans la presse féminine, photographies d’époque, etc…). De même qu’une approche se voulant à la fois qualitative et quantitative à travers une étude sur les circonstances de la découverte de la sexualité par les enfants et les adolescents pendant le premier franquisme (chapitres 1, 2 et 3, Partie III), ainsi qu’une étude des pratiques sexuelles avant le mariage, institutionnalisées ou non, permet de sortir du discours officiel dans le but d’atteindre le secret de l’intimité pour autant qu’il puisse se dévoiler.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Gaëlle Regueillet, « La sexualité en Espagne pendant le premier franquisme (1939-1950)  », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 13 janvier 2009, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://ccec.revues.org/2516 ; DOI : 10.4000/ccec.2516

Haut de page

Auteur

Anne-Gaëlle Regueillet

Docteur, CIREMIA, Université François Rabelais (Tours)

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org