Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Habilitations à diriger des Recherches

À la charnière de deux mondes. La construction de la société et de l’Etat espagnols contemporains 1780-1840

Ouvrage original : Pouvoirs et fortune entre deux mondes : Alexandre Marie Aguado (1785-1842)
De un mundo a otro. La construcción de la sociedad y del Estado españoles contemporáneos 1780-1840
Jean-Philippe Luis

Notes de la rédaction

Habilitation à Diriger des Recherches en histoire contemporaine, soutenue à l’Université de Provence le 10 novembre 2007, sous la direction de Gérard Chastagnaret, jury composé de Claude-Isabelle Brelot, Gérard Chastagnaret, Jean-Claude Caron, Jean-Pierre Dedieu, Gérard Dufour et Emilio La Parra.

Texte intégral

1L’ouvrage consacré à Alexandre Marie Aguado constitue non seulement un essai biographique sur une famille et sur un homme qui fut pendant quinze ans l’un des plus riches de France, mais aussi une réflexion sur les nouvelles voies de l’ascension sociale dans l’Europe des lendemains de l’Empire. Issu d’une famille espagnole de parvenus qui, grâce à l’argent du commerce avec les Amériques, avait intégré l’aristocratie sévillane à la fin du XVIIIe siècle, Aguado prit le parti de Joseph Bonaparte durant l’occupation française de l’Espagne et devint un proche du maréchal Soult. Contraint à l’exil à Paris, il refit surface grâce au commerce du vin de Xérès puis se constitua une immense fortune à la faveur du placement des emprunts espagnols à la Bourse de Paris à partir de 1824. Par son action comme banquier de la Cour d’Espagne à Paris, Aguado est au coeur de l’expérience politique et financière de la seconde restauration de Ferdinand VII.  

2En quelques années, il devint l’un des dix hommes les plus riches de France. Certains traits du personnage ont inspiré Dumas mais aussi Balzac qui faisait partie des habitués des réceptions d’Aguado. Aguado acquit l’hôtel d’Augny qui est actuellement la mairie du IXe arrondissement de Paris, le château de Petit-Bourg à Evry, le château et les forges de Grossouvre dans le Cher, le domaine de Château-Margaux. Il dirigea plusieurs sociétés en France et en Espagne, dont les forges du Creusot, avant leur reprise par les Schneider et mourut prématurément en visitant en 1842 les mines de charbon des Asturies qu’il venait d’acquérir. Il a nourri en son temps l’imaginaire de la puissance et de la richesse, a occupé une place importante dans les gazettes et a fréquenté et parfois influencé les milieux politiques en France et en Espagne.

3L’homme est aussi exceptionnel par l’importance de son mécénat, qui surpasse celui, célèbre, de James de Rothschild. Il fut durant plus d’une dizaine d’années le directeur financier de l’Opéra de Paris et du Théâtre Italien, le principal protecteur de Rossini. Il possédait aussi l’une des trois grandes galeries de peinture espagnole en France. Au travers d’Aguado défilent ainsi quelques-unes des grandes figures du Tout-Paris de l’époque romantique : Rossini, la Malibran, le ténor Duprez, Thiers, Soult, la comtesse Merlin (qui était sa cousine), Vigny, Balzac, Georges Sand, Pierre Leroux, Louis Viardot, les Rothschild... Présenté par ses détracteurs comme un « loup-cervier », c’est à dire un banquier-spéculateur sans scrupules, comme un parvenu et un homme de peu de vertu, son cas permet d’interroger les tensions qui traversaient alors une société française dans laquelle l’argent et la naissance étaient en compétition dans la course à la distinction sociale.

4Au-delà de l’intérêt pour un destin exceptionnel, cet ouvrage est une analyse des modalités de l’ascension sociale dans l’empire espagnol à la fin de l’Ancien Régime puis dans la France et l’Europe post-napoléonienne. L’évolution des voies de l’enrichissement et de la distinction sociale est examinée en ayant recours de manière privilégiée aux méthodes tirées des théories des réseaux sociaux et à l’histoire des représentations. Entre la France et l’Espagne, entre la société d’Ancien Régime dans laquelle il fut élevé et la société parisienne où il fit fortune, Aguado est bien un homme entre deux mondes et son histoire est aussi celle de l’adaptation et du renouvellement des élites sociales dans la nouvelle Europe issue de l’Empire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Luis, « À la charnière de deux mondes. La construction de la société et de l’Etat espagnols contemporains 1780-1840 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 13 janvier 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://ccec.revues.org/2514 ; DOI : 10.4000/ccec.2514

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Luis

Professeur d’Histoire contemporaine, Centre d'Histoire Espaces et Cultures, Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org