Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Mémoires de master

La mémoire de la révolution espagnole dans la France d’aujourd’hui

La memoria de la revolución española en la Francia de hoy
Eva Léger

Notes de la rédaction

Travail d’étude et de recherches soutenu le 17 octobre 2007 à l’Université de Limoges et co-dirigé par Eduardo Ramos Izquierdo et Jesús Alonso Carballés.

Texte intégral

1Ce travail de recherche est fondé sur un essai de compréhension de la diffusion de la mémoire de la révolution anarchiste espagnole en France, notamment chez les descendants de Républicains exilés.

2Après avoir essayé de cerner ce que furent les éléments historiques caractérisant la révolution anarchiste dans le cadre de la Guerre Civile, il a été tenté de mesurer quel était l’impact de ce mouvement anarcho-syndicaliste dans la France aujourd’hui. Le travail a également porté sur l’analyse des témoignages d’enfants d’exilés anarchistes, comparés à ceux d’enfants de Républicains communistes ou socialistes, afin de savoir principalement comment s’était réalisée la transmission de la mémoire.

3Le rapport à l’histoire a porté sur les années trente, le pronunciamiento du général Franco et la Guerre Civile. Dans ce cadre, la révolution espagnole a été abordée à travers les différents domaines de la collectivisation (industrie, agriculture, commerce, services, diffusion culturelle et éducation) dans certaines régions d’Espagne. Les dérives de ce soulèvement populaire impulsé par la CNT et la FAI apparaissent également, notamment les exécutions de prêtres, notaires, juges et propriétaires terriens. Les divergences au sein du camp républicain, la démoralisation, la défaite ont contraint ces combattants à l’exil, vers la France notamment, où certains se sont adaptés à une nouvelle vie, au début dans un contexte de Seconde Guerre Mondiale.

4En France, de nos jours, on retrouve des traces de cette révolution anarchiste dans de nombreux ouvrages traitant de l’anarchisme en général, dans les œuvres évoquant la Guerre Civile. Mais la polémique est toujours présente quant à la dénomination de ce mouvement libertaire : certains historiens, journalistes et Républicains contestent le terme même de révolution, insistant sur le manque d’ampleur du phénomène, et la manipulation qui en a été faite par la propagande anarcho-syndicaliste.

5En recherchant les sources mentionnant le terme de révolution espagnole, on se rend compte que le CIRA (Centre International de Recherches sur l’Anarchisme) de Marseille renferme de nombreux documents sur ce passage de l’Histoire espagnole.

6On retrouve également l’évocation de cette révolution dans beaucoup sites Internet anarchistes : dans l’intitulé même de la page web, dans les rétrospectives historiques ou encore dans les articles de revue en ligne.

7La mémoire collective est aussi un relais pour la révolution anarchiste, à travers les images (affiches, photographies, dessins, peintures, symboles), les slogans, les chansons, les réunions pour la mémoire et le cinéma engagé.

8La plus grande partdes références à la révolution anarchiste espagnole provient des anarchistes eux mêmes. Il s’agit souvent de récits militants. De plus, beaucoup de symboles de l’Espagne libertaire sont repris à titre d’exemple dans les luttes syndicales et politiques actuelles en France.

9L’analyse de témoignages d’enfants de Républicains exilés (anarchistes, socialistes et communistes) a constitué une partie importante du travail. Ces témoignages sont le fruit du croisement de plusieurs méthodes d’investigation. D’une part, des entretiens directs, réalisés dans la région Limousin, et des questionnaires, diffusés sur Internet par le biais de l’association F.F.R.E.E.Eet du site Internet « Espagne au cœur ».

10La douleur et l’amertume sont omniprésentes. Guerre Civile et révolution sont intimement liées. L’image mémorielle de la lutte des combattants s’est formée à travers leurs récits ou leurs silences auprès de leurs enfantsqui se sont alors forgé une mémoire idéalisée de ces combats. Cequi apparaît très nettement dans cette étude, c’est la fierté de ces descendants de combattants espagnols pour les luttes de leurs parents, malgré des sentiments contradictoires, entre le désir de voir conservée la trace du combatde leurs ascendantset la crainte d’approcher une réalité cruelle, douloureuse mais aussi non exempte d’actes très contestables (exactions).

11On observe égalementchez ces enfants une dichotomie entre la volonté de réussite sociale qui se traduit par une très bonne intégration dans la société française et le besoin de certains, par des votes radicaux en Espagne, de se souvenir des luttes de leurs parents, et de prendre une sorte de revanche sur la Guerre Civile.

12Cette recherche semble montrer également qu’il existe une disparité dans la compréhension de la révolution anarchiste en fonction de l’appartenance politique des parents. Toutefois, les caractéristiques différenciées de la transmission de l’idéologie ont moins d’incidence dans certaines régions comme le Limousin, zone d’émigration faible permettant une solidarité plus forte de l’ensemble des Républicains, et des régions plus méridionales à forte concentration migratoire où le « clanisme » idéologique apparaît plus marqué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Léger, « La mémoire de la révolution espagnole dans la France d’aujourd’hui », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 13 janvier 2009, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/2503 ; DOI : 10.4000/ccec.2503

Haut de page

Auteur

Eva Léger

Allocataire-monitrice, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org