Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations
Habilitations à diriger des Recherches

La presse, la chute d’Adolfo Suárez et le 23-F (septembre 1980 – février 1981)

Les cas de Ya, ABC et El Alcázar
La prensa, la caída de Adolfo Suárez y el 23-F
Pierre-Paul Grégorio

Notes de la rédaction

Dossier présenté en vue de l’obtention de l’Habilitation à Diriger des recherches, le 7 décembre 2007, devant un jury composé de MM. Les Professeurs Marie-Aline Barrachina (Université de Nice), Marie-Claude Chaput (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Jean-François Botrel (Université Rennes-II, Président), Jean-Michel Desvois (Université Bordeaux-III), Juan Antonio García Galindo (Université de Málaga), Edgard Samper (Université de St-Etienne, Directeur), 3 volumes, 1080 pages

Texte intégral

1Ce travail, présenté pour la HDR, analyse le discours de presse (sous ses différentes modalités) à partir de trois quotidiens madrilènes : ABC, Ya et El Alcázar.  Il recouvre une période particulièrement tendue de l’histoire récente espagnole : celle du dernier gouvernement de l’ère Suárez, qui déboucha sur la tentative avortée du coup d’État du 23 février 1981.

2Entre septembre 1980 et février 1981, l’Espagne connut une crise politique grave dont les trois quotidiens se firent l’écho. Cependant, ils ne se limitèrent pas à jouer un rôle de simple notaire de l’actualité. Chacun à leur manière, avec leur propre personnalité et leurs propres impératifs, ils prirent part à la vaste campagne de déstabilisation de Suárez, lancée depuis différents cénacles des élites nationales. L’étude porte donc essentiellement sur cette fonction de courroie de transmission, mais aussi d’acteur de premier plan d’un bouleversement politique attendu et souhaité. Au fil des jours, apparaissent ainsi dans le discours produit par les journaux, leurs doutes et leurs ambiguïtés, leurs espoirs et leurs craintes. Tour à tour manipulateurs et manipulés, ils connurent finalement une phase de convergence progressive – avec toutes les nuances de rigueur – dans leur implication au sein des manœuvres déstabilisatrices, que d’aucuns qualifient ouvertement de conspiratrices, dont le but était de favoriser l’arrivée au pouvoir d’un homme – Alfonso Armada – à la tête d’un gouvernement de large coalition. Selon les journaux, il s’agissait de la seule issue possible, sans remettre en cause le régime démocratique ni la Monarchie, pour une Espagne en proie au terrorisme, au chômage et à une crise identitaire profonde. Cette connivence objective disparut néanmoins après la démission d’Adolfo Suárez et la désignation de son successeur, Leopoldo Calvo Sotelo. Le travail met donc en lumière les stratégies discursives développées, en relation directe avec l’actualité du moment, et le discours d’information produit dans le but de préparer le lectorat à l’avènement de l’après-Suárez. Avec, bien entendu, l’espoir d’éviter de nouveaux traumatismes au pays. C’est dire que l’entrée fracassante de Tejero dans l’enceinte du Parlement plongea les trois quotidiens dans une même perplexité. Même si les causes furent de nature bien différente…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Paul Grégorio, « La presse, la chute d’Adolfo Suárez et le 23-F (septembre 1980 – février 1981) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 13 janvier 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ccec.revues.org/2469 ; DOI : 10.4000/ccec.2469

Haut de page

Auteur

Pierre-Paul Grégorio

Maître de Conférences habilité à diriger des recherches, Université Jean Monnet (Saint-Étienne)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org