Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

La guerre d’Espagne en héritage. Entre mémoire et oubli (de 1975 à nos jours)

Etudes réunies par Danielle Corrado et Viviane Alary, Clermont-Ferrand, Presses de l’Université Blaise Pascal, 2007, 650 pages
Brigitte Magnien

Texte intégral

1Ce gros livre réunit les études présentées à un colloque tenu dans cette ville en mars 2005. Le thème de la guerre d’Espagne n’est pas seulement justifié par l’approche du soixante-dixième anniversaire du déclenchement de celle-ci ; il est en relation avec l’actualité politique en Espagne (projets de lois visant à la réhabilitation morale et politique des victimes du franquisme, et les controverses qu’ils suscitent, débats au Sénat et sur la scène publique, action des nombreuses « Associations pour la Récupération de la Mémoire Historique » afin d’identifier les victimes anonymes de la répression franquiste ensevelies dans des fosses communes) ; ce thème est aussi au centre de l’actualité culturelle, qui se manifeste par une intense production d’ouvrages historiques, de romans, de films, d’expositions autour de la guerre. Le colloque se fait l’écho des problèmes soulevés par ces récents débats : les engagements pris à la mort de Franco pour assurer une transition démocratique, fondés sur « l’amnistie », sur la « réconciliation » et sur le maintien d’un rapport de forces, n’ont-ils pas imposé l’oubli des victimes du franquisme et contribué à la permanence d’une mémoire tronquée, injuste, de la guerre et de la dictature ? La conscience des enjeux idéologiques de l’écriture de l’histoire et la pression du contexte rendent-elles problématique la notion d’« histoire objective » ? Quelle relation admettre entre histoire et mémoire individuelle ou collective de la guerre ? La fiction, romanesque ou cinématographique, peut-elle enrichir l’histoire, en « récupérant » une mémoire longtemps ensevelie ? Comment transmettre les récits des derniers témoins ? Comment dire les interrogations des générations qui n’ont pas connu la guerre, donner un sens à leur recherche sur des actions qui leur ont été occultées ? Quelle portée, quelle signification donner à leur nouveau regard sur ce passé ?

2L’ouvrage comporte trois parties inégales : les évolutions récentes de l’historiographie de la guerre civile et du franquisme (120 p.), la production cinématographique des trente dernières années mettant en scène la guerre (60 p.), et la littérature, essentiellement le roman, construite sur la mémoire du conflit et de ses prolongements (400 p.). L’ensemble, qui consacre, on le voit, une large part à l’étude de la fiction romanesque, est précédé de deux conférences inaugurales prononcées par les éminents spécialistes que sont J. C. Mainer et M. Bertrand de Muñoz, qui présentent des analyses sur les variations des stratégies narratives dans les récits sur la guerre des dernières années. Enfin, en guise de conclusion, Rose Duroux réactualise en quelque sorte les interventions du colloque en se référant aux multiples « traces » que laisse dans la presse, l’édition, toute la vie culturelle, cet intérêt des héritiers espagnols du xxie siècle pour une mémoire renouvelée, plus juste de la guerre ; elle ouvre des perspectives et propose d’élargir le champ d’exploration en évoquant des domaines non inscrits dans le colloque, tels que la bande dessinée, les expositions et les multiples productions télévisées (documentaires, téléfilms, séries, entrevues, reportages).

3En s’appuyant sur des exemples différents, les deux conférenciers tentent de définir une périodisation du roman sur la guerre dans l’après-franquisme : du témoignage direct, du récit autobiographique ou de l’autofiction, on passe à la mythification d’une guerre fratricide, « caïniste », mal endémique national, puis à la recherche du passé, à l’enquête à travers la mémoire, origine de questions sur l’identité de soi, de l’Espagne, du narrateur qui construit chemin faisant le sujet de son roman. Bref le lien entre production littéraire et période historique (politique) est évident ; on ne raconte pas la guerre de la même façon en 1975, en 1982 ou en 1996, et encore moins après 2002. En outre, de plus en plus, l’écrivain/narrateur renonce d’avance à la « neutralité », il s’engage, même si les dimensions proprement idéologiques du conflit sont rarement analysées.

4Les historiens n’ont pas attendu la mort de Franco pour corriger l’image officielle franquiste de la guerre civile comme épopée nationale. Mais leur travail est subordonné aux sensibilités de la société du moment. Dans ce livre plusieurs analyses montrent que le rejet, la peur de la violence politique, le « plus jamais ça » des premières années de la Transition, ont contribué à forger un contre-modèle de la guerre fratricide qui fonctionne comme une « mythologie » fondatrice d’identité : parmi ces mythes, présents dans les histoires locales comme dans les ouvrages généraux, on cite le pacte du silence, qui interdit d’utiliser la guerre comme une arme politique, l’histoire de la guerre limitée aux dates de 36-39, les victimes de la répression de l’après-guerre n’étant pas considérées comme des victimes de guerre, un équilibre dans la répartition des responsabilités entre les deux camps, etc (F. Godicheau). Or depuis 2000 le puissant mouvement des associations (ARMH) remet en cause ce pacte du silence, ce pacte de l’oubli imposé aux républicains victimes de la répression franquiste, et l’ouverture des fosses où ils furent ensevelis devient le geste symbolique d’une « récupération de la mémoire historique », geste encore trop émotionnel pour pouvoir contribuer à la réflexion historique (M. Yusta).

5Des trente-trois films sur la guerre, produits en Espagne entre 1976 et 2005 (M. S. Rodriguez), beaucoup ne montrent, conformément au pacte consensuel de la Transition, qu’une guerre désinfectée de toute histoire, de toute politique ou idéologie, voire même de toute violence, une violence qui de toutes façons n’est le fait que des extrêmes des deux camps. Mais dans les films les plus récents, un aspect nouveau est souligné, qui traduit les sensibilités de ces dernières années : la guerre n’est plus une simple toile de fond, mais une blessure ouverte, une question sans réponse, le sujet du récit d’un témoin coupable ou repenti, ou l’enquête menée par un personnage de la génération « innocente », un héritier qui veut savoir, qui veut dépasser l’amnésie collective, animé soit par la volonté de réhabiliter la mémoire des vaincus, soit par un vague sentiment familial de culpabilité, soit par la recherche de sa propre identité, ou d’une identité nationale confisquée. Ces thèmes, très présents dans les romans les plus récents, rejaillissent souvent avec plus d’insistance dans leurs versions cinématographiques (El lápiz del carpintero, Soldados de Salamina). Un autre aspect qui serait à explorer dans les films de ces dernières années qui traitent de la guerre est l’évocation nostalgique du temps de la seconde République, vue au travers des souvenirs d’une enfance heureuse, vécue au contact d’adultes démocrates, solidaires et humanistes, dont on souhaite récupérer l’héritage, période violemment détruite par le soulèvement militaire qui signifie la fin de l’enfance (La lengua de las mariposas, El viaje de Carol…)

6La mémoire de la guerre d’Espagne est présente dans beaucoup de romans d’auteurs étrangers, et la section « Mémoires d’ailleurs » de ce livre nous fait découvrir des lectures nouvelles, celle des romans du belge Hubert Nyssen qui réalisent un sauvetage de la mémoire d’anciens combattants, celle aussi, ironique et désabusée, de Claude Simon, qui parodie l’expérience de George Orwell pour en contester la valeur de témoignage.

7C’est à la lecture des pages consacrées au roman qu’on apprécie la justesse du titre de cet ouvrage : La guerre d’Espagne en héritage. Entre mémoire et oubli. Qui, mieux que le roman, peut dire combien ce passé, qu’il ait été vécu ou transmis en héritage, pèse sur la conscience des individus ? Dans les 21 études qui lui sont consacrées, près d’une quarantaine d’œuvres sont citées. Il est impossible dans ce compte-rendu de détailler toutes les analyses, et nous nous limiterons à en dégager quelques lignes. Tout d’abord on continue à raconter la guerre, ses combats et ses affrontements idéologiques (J. Iturralde, J. E. Zúñiga, J. Corrales Egea, A. Méndez…), mais il y a peu d’héroïsme ou de héros ; les images de la guerre et de l’après-guerre que ces romans nous montrent aujourd’hui, sont celles du naufrage des perdants et des derniers résistants, avec toute la matière noire de la peur, les trahisons et délations, les caches, les prisons, les couloirs de torture, les exécutions et le malheur des familles. Les témoins directs, les acteurs-narrateurs deviennent rares, comme ce juge scrupuleux, pris dans le piège du Madrid républicain assiégé, qui raconte presqu'en temps réel son expérience, son trouble devant le naufrage du système de valeurs qu'il a toujours défendu (Días de llamas). C’est le silence imposé, puis la disparition progressive et prochaine des témoins, qui sont à l’origine de la nécessité morale de prendre la relève, de trouver, de s’inventer des narrateurs crédibles, de récupérer les chapitres effacés. Dans le temps de la censure et du silence, l’imaginaire nourrissait la mémoire, faute de faits historiques : les personnages des romans de Marsé s’inventent une mémoire de la guerre à partir de rumeurs, de faits divers, d’images perdues, ce qui produit soit des récits sans héros ni exploits, aussi sordides que la réalité dégradée qui les entoure, soit des récits d’actions héroïques compensatrices, mais aussitôt démenties.

8Puisqu’il s’agit de reconstituer l’histoire, voire de la réinventer, le problème du statut du narrateur est essentiel pour obtenir l’adhésion du lecteur, et cette question, ainsi que celle de la stratégie narrative, est étudiée dans plusieurs contributions. Le plus souvent, c’est l’écrivain qui donne les sources historiques de sa fiction : Rosa Montero par exemple cite les documents sur Durruti qu’elle a consultés pour son roman La hija del caníbal, Dulce Chacón intègre dans le fil de son récit les témoignages et documents qu’elle a recueillis pour la rédaction de La voz dormida, Javier Marías, Llamazares citent également leurs sources. Andrés Trapiello, pour son roman Días y noches, suit l’exemple de Cervantes puisqu’à partir de documents d’archives il compose le journal apocryphe de Justo García, dont il dit avoir découvert le manuscrit : ces documents légitiment le travail des romanciers passeurs de mémoire. (D. Corrado, F. Torres, A. Paoli). En réalité, personne ne peut contester aujourd’hui la véracité des faits racontés ; ce qui est nouveau c’est qu’on en fasse la matière de romans où l’émotion fait naître un sentiment de solidarité ; l’engagement de l’écrivain consiste ici à donner la parole à ceux qui ont toujours été condamnés au silence.

9Une grande place est faite dans le colloque aux romans où l’implication de l’instance narrative dans l’univers du récit l’emporte sur la thématique référentielle de nature historique proprement dite ; dans les romans comme La mitad del alma, Beatus Ille, Soldados de Salamina, Tu rostro mañana, – et on pourrait en citer bien d’autres – la narration est conduite sur le mode de l’investigation, de l’enquête, dans laquelle la guerre civile, plus qu’un enjeu idéologique, est le chantier d’une construction identitaire à travers la recherche d’une voix narrative : qui se souvient, qui raconte, quand et pourquoi, quel rapport a le narrateur avec le passé : la trame narrative se double, dans le présent de la narration et dans le passé de la guerre. Bien d’autres aspects sont à découvrir dans ce livre qui démontre en tout cas que les écrivains espagnols du nouveau siècle ont trouvé une nouvelle façon de raconter leur guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Magnien, « La guerre d’Espagne en héritage. Entre mémoire et oubli (de 1975 à nos jours) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 28 avril 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ccec.revues.org/2142

Haut de page

Auteur

Brigitte Magnien

Université Paris-VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org