Navigation – Plan du site
Thèses et habilitations

Maquis et Justice Militaire (1944-1945)

Image personnelle et mémoire collective
Antoine Fraile

Entrées d’index

Mots clés :

maquis, répression

Périodes :

1939-1975
Haut de page

Texte intégral

1La présentation d’un dossier de HDR comprend trois ensembles qui couvrent les différentes étapes d’une carrière d’enseignant-chercheur. Le premier ensemble comporte un minimum d’une dizaine de publications ou communications qui doivent mettre en évidence la cohérence des recherches menées. Dans mon cas, j’avais choisi de regrouper et de les ordonner dans un recueil intitulé : Questions identitaires et mémoire collective, puisque ce sont, en effet , ces deux versants de l’histoire de l’Espagne contemporaine que j’ai choisi d’explorer. Et même s’il y a pour moi une cohérence évidente entre les deux, il restait, dans un autre travail (la synthèse) à en faire la démonstration. L’exercice, bien moins formel qu’il ne peut apparaître en première analyse, est d’autant plus difficile qu’il s’agit d’une sorte d’introspection sur une démarche scientifique personnelle, de la part de quelqu’un qui, comme moi, a consacré jusqu’à aujourd’hui l’ensemble de ses recherches à sonder la mémoire des autres. Le troisième travail, qui est celui auquel je veux m’attacher aujourd’hui vertèbre la dernière partie consacrée aux archives et à la mémoire, est fondamentalement le point d’arrivée provisoire de mes recherches.

2Maquis et Justice Militaire (1944-1945). Image personnelle et mémoire collective 1 est l’aboutissement de quatre années passées à travailler sur des documents d’archives. Il a trouvé son point de départ dans les recherches entreprises pour reconstituer une parcelle de la vie de mon oncle, passée dans le pénitencier El Dueso de Santoña. Il essaie de reconstituer ce qu’on été les Conseils de Guerre qui se sont tenus à Pampelune entre le 27 et le 30 Juillet 1945. Mon oncle n’était qu’un seul parmi la centaine de guérilleros arrêtés quelques mois auparavant et jugés.

3Il m’a fallu, pour cela, consulter plusieurs milliers de pages d’archives. En ce qui concerne le travail lui-même, il a comporté trois phases : tout d’abord, la capture des documents, pour laquelle il m’a fallu adopter des méthodes de travail nouvelles susceptibles de me permettre de passer le moins de temps possible dans les archives de Barcelone, et d’effectuer le long dépouillement des documents hors de ces archives. De là l’idée de procéder à une saisie photographique des dossiers, ce qui est une procédure facile, rapide et économique. Ensuite le dépouillement, qui a duré deux ans, a été le temps le plus long car il fallait tout lire, tout classer et archiver en pensant déjà à la phase suivante. Enfin, l’exploitation, et la rédaction, ont été beaucoup plus rapides.

4Les interrogatoires de ces procès et les enquêtes politico-sociales qui accompagnaient les dossiers ont révélé rapidement leur richesse. Mais ce n’était pas tout, il y avait aussi la procédure, les plaidoiries des avocats de la défense, les demandes de révision de peine, sans oublier le dossier n°617-44. Pour exploiter au mieux cette matière abondante, le système le plus simple consistait à rassembler le maximum de données dans des tableaux synthétiques qu’il était ensuite aisé d’exploiter par un commentaire. Mais d’entrée de jeu, ce terme même d’exploitation me paraissait trouver ses limites. J’étais en train de lire des récits de vie relatant le combats d’hommes qui depuis plus de dix années avaient traversé bien des épreuves et qui se retrouvaient arrêtés et emprisonnés dans des circonstances peu glorieuses pour eux qui avaient combattu sur l’Èbre, à Teruel ou à Belchite. J’étais aussi en train de lire les récits terrifiants des enquêtes politico-sociales. Je ne pouvais pas me contenter d’une « exploitation » neutre d’un matériau anonyme pour moi. Parmi ces hommes, il y avait mon oncle et dans ces documents il y avait une partie infime de ma mémoire familiale et de la mémoire de ses camarades de malheur. Il me fallait concilier tout cela : à la fois la perspective historique de données chiffrées et la perspective de donner à connaître des textes poignants.

5Certes, nous savons les limites qu’il faut accorder à ces paroles, comme nous le rappelle opportunément Arlette Farge, à propos d’interrogatoires de police du xviiie siècle :

La parole n’est ici ni spontanée, ni libre. Plus encore, elle appartient à un système qui l’incite à des fins bien précises ; ses débordements sont rares, et sa véridicité est bien entendu entachée de tous les modes particuliers de ruse, de dénégation et d’aveux qui l’accompagnent. L’accusé, l’informateur, l’homme ou la femme qui répondent devant la police ont à chaque fois des stratégies particulières face à l’institution.

Cela étant dit, il n’en reste pas moins que ces paroles contraintes à se dire en un lieu de police précis sont celles des plus démunis, de ceux qui ne savent pas écrire et qui, pour cette raison, n’ont laissé de trace en aucun autre lieu. Bien que biaisées par la situation dans laquelle elles se trouvent insérées, ces paroles ont une existence étonnante à laquelle l’historien peut se référer pour infléchir non seulement son récit mais son analyse 2 .

6Mais même dans ce cadre contraignant, ces textes témoignent, et j’avais le sentiment d’avoir pour mission de donner la parole à leurs auteurs. C’est la parole des vaincus qui nous racontent à leur manière ce qui s’est passé en Octobre 1944 et l’échec de ces opérations menées par la guérilla. Ils racontent leur détresse au début d’un calvaire qui allait en finir avec beaucoup d’entre eux.

7J’ai conscience de la modestie du travail que j’ai effectué et de l’importance de ce qui pourrait être fait. Mais dans l’historiographie actuelle, et malgré les efforts déployés en ce moment par bon nombre de chercheurs, la place accordée à cette période et aux hommes qui l’ont vécue est encore trop réduite.

8Pour terminer, que peut-on tirer de l’ensemble des pièces ?

9Grâce à ces pièces administratives, dans une société où chacun était surveillé, nous suivons tout le parcours de ces hommes depuis pratiquement l’instauration de la République, c’est à dire pendant presque quinze années de leur existence, avant leur arrestation.

10Par ailleurs, travailler sur la Justice Militaire c’est travailler sur la société espagnole à travers une institution qui a une double rigidité : celle de l’armée et celle de la Justice, même si lorsque l’on parvient à accéder aux documents qu’elle conserve, le fonctionnement bureaucratique et paperassier dont j’ai déjà parlé devient un avantage pour le chercheur : une source importante de documentation.

11Et les documents nous apportent un autre éclairage de la période. Est-il différent de celui que nous avions déjà ? Je ne le pense pas et je ne pense pas non plus qu’il y ait aujourd’hui une réécriture possible de cette histoire. Simplement l’éclairage est apporté sous un autre angle, plus impersonnel peut-être sans être pour autant plus neutre. En tout cas nous y trouvons une confirmation de ce qui a déjà été écrit, mais en quelque sorte ils l’objectivent encore un peu plus.

12Ces documents rappellent plus que jamais à ceux qui auraient tendance à l’oublier, à quel point le régime instauré après la Guerre Civile espagnole a fondé sa légitimité et a perduré sur cette dualité vainqueurs-vaincus. Et dans ces procès ce sont les vainqueurs qui jugent les vaincus.

13L’intransigeance de cette Justice se révèle aussi à travers la dureté des peines prononcées et le refus sec opposé à toute demande de remise de peine. Il faudra attendre la fin de 1949 pour que des remises de peine partielles soient enfin accordées.

14De même les plaidoiries des avocats témoignent de leur incapacité à assurer une défense authentique, tout au plus la défense formelle d’un vaincu face au vainqueur. Mais auraient-ils eu la volonté d’agir différemment, qu’ils n’en auraient pas eu la possibilité. Tout étais si bien verrouillé : « atado y bien atado ».

15Enfin il est tragique et poignant de voir des inculpés contraints de mentir, en pensant ainsi atténuer la sanction ; un espoir vain car cela ne changera rien à la sentence. J’en veux pour preuve le désespoir qui transparaît dans les courriers de demande de grâce ; les situations bouleversantes qu’ils mettent en avant et qui ne sont que l’expression du vécu de ces familles de vaincus à qui l’on voudrait nier toute dignité. Ne cherchait-on pas à les humilier en les contraignant à supplier une grâce en utilisant tous les termes de la phraséologie du régime.

16Tout cela est consigné dans les documents officiels, on ne saurait les accuser d’être partisans !

17Quant aux interrogatoires, ils se révèlent comme autant de témoignages.

18Lors de la rédaction de ce travail, c’est un terme qui est venu régulièrement sous ma plume et je l’ai à chaque fois changé, car ce ne sont pas formellement des témoignages : ces hommes ne témoignent pas, ils répondent aux questions d’un interrogatoire. Ces hommes ne témoignent pas, mais leurs réponses sont un témoignage. Pensons au moment où ils nous racontent leurs errances dans la montagne ! Et pourtant ils ne nous racontent que les difficultés matérielles qu’ils ont rencontrées. A nous d’imaginer ce qui leur passait par la tête, mais c’est un autre exercice.

19Je pense toutefois que le matériel que j’ai pu réunir pour l’étude de ces procès est un échantillonnage éloquent pour approcher les événements qui se sont déroulés en Octobre 1944 et il permet d’entrer au coeur d’un système encore trop peu exploré.

20Mais cette analyse collective est encore insuffisante, car les conditions d’accès aux documents ne sont pas satisfaisantes. Un chercheur a du mal à accepter que les documents qu’il consulte lui soient offerts au compte goutte et de façon empirique. Il reste à parvenir à accéder aux archives complètes et à pouvoir procéder à des consultations plus vastes, sur des périodes plus larges. La méthodologie mise en place pour ce travail devrait, le cas échéant, permettre d’accélérer le dépouillement des documents.

21C’est, en tout état de cause un champ de recherches très vaste qui est ainsi ouvert aux chercheurs et futurs chercheurs. J’espère que cette brève contribution suscitera quelques vocations que je peux, bien entendu, aider.

Haut de page

Notes

1 Maquis et Justice Militaire (1944-1945). Image personnelle et mémoire collective, inédit de mon dossier de HDR, présenté à l’Université François Rabelais-Tours, 16 novembre 2005, 245 p.
2 Arlette Farge, Histoire, évènement, parole, http://revel.unice.fr/anthropo/document.html?id=29.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Fraile, « Maquis et Justice Militaire (1944-1945) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 12 mai 2007, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://ccec.revues.org/214 ; DOI : 10.4000/ccec.214

Haut de page

Auteur

Antoine Fraile

Maître de conférences habilité à diriger des recherches, Université d’Angers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org