Navigation – Plan du site
Thèses et habilitations

Joaquín Sorolla pintor del Rey Alfonso XIII 1

Master II
Jordane Fauvey

Entrées d’index

Mots clés :

politique, diplomatie, Sorolla

Keywords :

politics, diplomacy, Sorolla

Périodes :

1874-1902, 1902-1923
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Université de Franche-Comté, Besançon, Mémoire de Master 2e année, dirigé par Claire-Nicolle Robin (...)

1« Aujourd’hui Sorolla intéresse », déclarait Florencio de Santa-Ana, directeur du Musée Sorolla de Madrid, à l’occasion de l’exposition Sorolla íntimo (2004). En effet, depuis les années 1980-90, le peintre des plages de Valence est à la mode. En témoignent la fréquence des expositions concernant directement son œuvre, ou encore le prix des toiles qui sont aujourd’hui les plus élevées du marché, juste derrière les chef-d’œuvres des impressionnistes français. Ces dernières années ont également été celles d’un regain d’intérêt scientifique, qui s’est accompagné de nouvelles orientations de recherche. C’est ainsi que l’article de l’historien Javier Tusell, « Joaquín Sorolla en los ambientes políticos y culturales de su tiempo », publié d’abord dans le catalogue de l’exposition Sorolla y la Hispanic Society (Madrid, 1998, p.19-32), a jeté les bases d’une nouvelle approche, sous l’angle historique et politique d’une œuvre et de l’artiste. À la suite de Javier Tusell, décédé en 2005, plusieurs travaux menés par María Luisa Menéndez Robles, Conservatrice du Musée Sorolla, se sont inscrits dans la même orientation. De même, notre mémoire prétend développer et enrichir certains points présentés par Tusell, autour de la problématique suivante : Dans quelle mesure la peinture de Sorolla joua-t-elle un rôle politique et diplomatique ; dans quelle mesure et dans quel esprit Sorolla assuma-t-il ce rôle de médiateur ?

2Sorolla obtient une première commande de la Maison Royale d’Espagne, au printemps de 1907. Or, avant même de réaliser un seul portrait du Roi, Sorolla était déjà une gloire nationale dans son pays et un peintre à la mode en Europe. Alphonse XIII s’attache donc les services d’une célébrité, de surcroît « populaire » si l’on en croit le résultat d’une enquête publiée dans la revue Blanco y Negro le 20 décembre 1902.

3Cette année 1907, Sorolla réalise dans les jardins du palais de San Ildefonso de la Granja le portrait Alfonso XIII con uniforme de húsares (Palacio Real de Madrid). C’est, selon toute vraisemblance, le premier exemple de portrait de Cour peint en plein air ! Il s’agit d’une œuvre lumineuse et dynamique, qui correspond à la nouvelle image de la Monarchie voulue par le jeune roi, tout juste âgé de vingt et un ans). Tous les portraits peints par Sorolla durant son séjour à la Granja furent, selon la volonté d’Alphonse XIII et de la princesse Victoria Eugenia de Battenberg, envoyés en Angleterre, comme présents à la famille royale britannique. Cependant, celle-ci rejette une peinture qui ne correspond en rien à ses codes et à sa tradition. Le coup est rude pour Sorolla qui, bien que toujours soutenu par Alphonse XIII, doit immédiatement produire de nouveaux portraits, plus en accord avec le goût britannique. D’artiste, il est passé simple exécutant. Nous sommes en 1908 et cette même année, les portraits tout juste terminés sont présentés dans les locaux de la Graffton Gallery, à l’occasion de l’exposition individuelle de Sorolla. Ici s’achève le premier volet de Sorolla peintre du roi car, dès l’année suivante, l’arrivée d’Archer Milton Huntington dans la trajectoire du peintre, va modifier une partie des données du problème.

4Archer M. Huntington (1870-1955) est le fils d’un puissant industriel américain, fondateur de plusieurs compagnies sur lesquelles il a bâti sa fortune. Mais le jeune Archer, qui n’a d’intérêt que pour l’étude des langues et des civilisations anciennes, refuse de s’occuper des affaires de son père et se consacre entièrement à sa grande passion : l’Espagne. En 1908, il crée « The Hispanic Society of America », une institution regroupant un musée et une bibliothèque dédiée à la connaissance de la culture du monde hispanique en Espagne. En 1909, Huntington invite Sorolla à exposer ses œuvres à New York, dans les locaux de la toute nouvelle société. Plusieurs éléments indiquent que le marquis de Viana, conseiller et ami intime du roi, est à l’origine de ce rapprochement entre l’hispanophile nord-américain et le peintre valencien, tout comme il avait été en 1907 l’artisan de la rencontre entre Alphonse XIII et Sorolla. Au regard de la correspondance conservée au Palais Royal de Madrid, il ne fait aucun doute que, depuis longtemps, Huntington était connu de la Maison Royale espagnole.

5À New York, Sorolla brille ! Son exposition particulière connaît un succès sans précédent. Alphonse XIII comprend alors de quel ambassadeur il dispose en Sorolla, à une époque où les relations économiques de l’Espagne avec les États-Unis n’ont pas repris après la fin de la guerre de Cuba, en 1898. Sorolla et Huntington deviendront alors, pour Alphonse XIII, les acteurs d’une ébauche de « réconciliation », basée sur des échanges culturels qui prendront plusieurs formes, y compris celle d’un commerce de chef-d’œuvres du patrimoine artistique espagnol. L’attitude bienveillante d’Alphonse XIII à l’égard de Huntington, s’apparente à une sorte d’ « opération séduction », pour laquelle d’importants moyens sont mis en œuvre.

6En 1911, l’hispanophile propose à Sorolla une commande pour une décoration monumentale de 70 mètres de long par 2,50 mètres de large, autour du thème des provinces espagnoles. Cela signifie plusieurs années de collaboration entre l’Espagne et les États-Unis, autour d’un projet concret et symbolique. Pour Alphonse XIII, la décoration Visión de España n’est autre que la « photographie peinte de l’Espagne du xxe siècle ». On pourrait ajouter, en territoire américain. Pourtant, Visión de España n’a rien d’une image fidèle de l’Espagne de l’époque. C’est au contraire une vision idéalisée, basée sur des éléments folkloriques et archaïques, en décalage avec les réalités socio-économiques d’alors. Visión de España flatte l’imaginaire américain en lui proposant les caractères et les archétypes qui lui sont familiers.

7Enfin, et avant de conclure, nous dédions une attention particulière au projet de portrait cynégétique d’Alphonse XIII, que Sorolla ne terminera pas. Les études que nous connaissons de ce portrait nous renvoient à « la manière espagnole », en particulier au portrait de Philippe IV en costume de chasseur, par Vélasquez. Nous voyons dans cette œuvre le symptôme d’une époque qui se ferme. Alphonse XIII doit faire face à plusieurs crises qui lui inspirent le sentiment de réaffirmer son autorité et sa naissance. Il est encore le roi des Espagnols – en tout cas pour quelques années encore – et veut le rappeler à travers l’évocation de son ancêtre Habsbourg.

8Sorolla ne connaîtra ni la Dictature, ni la proclamation de la République et l’exil d’Alphonse XIII, puisqu’il est victime d’une attaque d’hémiplégie en juin 1920, qui le plonge dans un état végétatif jusqu’à sa mort, en août 1923.

9Outre une bibliographie de dix pages, ce mémoire comporte un catalogue illustré des portraits de la famille royale espagnole peints par Sorolla, comprenant les dessins et études préparatoires que nous en connaissons (29 entrées, pages 105-139)

Haut de page

Notes

1  Université de Franche-Comté, Besançon, Mémoire de Master 2e année, dirigé par Claire-Nicolle Robin et Gérard Brey, juin 2006, 163 pages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jordane Fauvey, « Joaquín Sorolla pintor del Rey Alfonso XIII  », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 20 juin 2011, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/207 ; DOI : 10.4000/ccec.207

Haut de page

Auteur

Jordane Fauvey

Doctorant et allocataire-moniteur, Université de Besançon, EA3224

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org