Navigation – Plan du site
Thèses et habilitations

Littérature pour enfants et IIe République

La modernité inachevée d’Elena Fortún
Marie Franco

Littérature pour les enfants et IIe République, la modernité inachevée d’Elena Fortún est une tentative de vision d’ensemble de cette auteure espagnole des années trente dans une perspective d’histoire culturelle. Tout en prenant en compte la personne, son contexte social et les réseaux culturels et professionnels l’entourant, il s’est agi d’analyser ses textes comme des représentations sociales et historiques, en les intégrant à une réflexion plus globale sur la littérature espagnole pour enfants. Le personnage de petite fille créé par Elena Fortún en 1928 apparaît ainsi comme porteur, d’abord, d’une critique du monde et de la société, puis comme image de l’échec historique des valeurs républicaines exprimées.

L’étude de ce type de textes est peu courante dans l’hispanisme, en partie parce que la littérature espagnole pour enfants s’est constituée tardivement. Les années vingt et trente du xxe siècle se caractérisent, dans certains secteurs sociaux de la société espagnole, par la volonté de réintégrer l’Europe et de moderniser socialement le pays, en particulier grâce à la culture. Dans ce mouvement de modernisation, la question féminine et l’éducation des enfants sont un des soucis des secteurs progressistes puis du gouvernement de la IIe République au pouvoir à partir de 1931. L’essor d’une littérature pour enfants dans la période immédiatement antérieure est l’idée d’un intérêt pour l’enfant qui se manifeste aussi par les projets d’alphabétisation massive.

Dans cette atmosphère, les institutions culturelles parallèles à l’État et nées avant 1931 structurent une sociabilité dont l’influence sur Elena Fortún constitue la première étape de ce travail d’habilitation. Son expérience biographique et artistique s’inscrit dans un mouvement collectif de remise en question des cadres sociaux et culturels dominants. La première partie aborde la question de la biographie comme reconstruction des représentations et des enjeux apposés à une figure donnée. Dans le cadre des interrogations de l’histoire sociale et culturelle en Espagne, sa figure émerge parmi les oubliés de la République et souligne la complexité d’une période qui a eu pour ambition de changer le pays.

En tant que représentante d’une littérature spécifique, Elena Fortún doit être comprise dans l’ensemble plus complexe d’une période cruciale de l’histoire culturelle et politique de l’Espagne antérieure à la guerre civile. Le parcours d’Elena Fortún dépasse, en effet, son expérience d’écrivain, de femme de la bourgeoisie cultivée, de républicaine exilée. Il doit être reconstitué à partir des silences, des discours et des projections élaborées à son sujet et des circonstances sociales et politiques de la deuxième moitié du xxe siècle. Ce travail est donc d’abord une tentative de biographie sociale et culturelle, qui montre comment un réseau d’amitiés et de relations, une sociabilité diffuse, sont des éléments décisifs dans l’émergence d’une auteure et dans la constitution d’un parcours individuel. L’expérience biographique d’Elena Fortún est donc intéressante et significative en tant que témoignage féminin d’une période de bouleversements sociaux et de l’évolution de la condition féminine, qui passent, dans son cas, par certaines institutions liées à la pédagogie libérale. Elle témoigne aussi du choc idéologique et personnel de la guerre, des conséquences de la guerre, de l’exil et de la rupture avec le passé, puisque l’histoire joue un rôle décisif dans les inflexions données à son personnage central, Celia.

Cette présentation et contextualisation s’achève sur la description des œuvres d’Elena Fortún concernant son personnage de petite fille, neuf volumes, publiés de 1929 à 1947, et un inédit retrouvé et publié dans les années quatre-vingts.

Le personnage de Celia, protagoniste d’une série de volumes qui la suivent de l’enfance à l’âge adulte, est une étape fondatrice dans la littérature espagnole, qui s’insère dans l’ensemble plus général de la littérature occidentale publiée pour les enfants. La seconde partie de ce travail s’ouvre donc sur une présentation de cette littérature pour enfants et de son évolution générale, dans laquelle s’insère, avec ses spécificités, le cas espagnol. L’enfant héros ou l’adulte revenant sur son enfance deviennent des figures du xixe puis du xxe siècle, à travers une gamme de représentations qui révèlent le regard nouveau porté sur l’enfant. L’histoire du genre n’est donc pas un flux continu et égal, mais s’inscrit dans des situations historiques et sociales différenciées.

La chronologie interne au genre manifeste les décalages sociaux et culturels espagnols que l’on retrouve dans d’autres domaines. Il s’étend aussi aux regards posés sur l’enfance et sur l’éducation. Le développement de l’éducation et de l’enseignement scolaire est un élément essentiel de cette émergence et, surtout, de sa consolidation à partir du xixe siècle. Or les différences de niveaux d’alphabétisation entre l’Espagne et le reste de l’Europe sont, en partie, responsables de ce déficit de livres et d’éditeurs pour les enfants ; il faut y ajouter l’absence d’une bourgeoisie dynamique, à l’exception de certaines régions et, sans doute, l’hégémonie culturelle de l’Église. Tout cela explique le manque d’intérêt des éditeurs, plus grand encore en ce qui concerne les livres destinés aux filles.

Les vraies innovations surgissent en Espagne dans la deuxième moitié du xixe, grâce au rôle décisif de certains éditeurs. De 1915 à 1928, les changements que vit le pays se matérialisent dans le développement urbain et une demande croissante de culture et d’enseignement qui va favoriser le marché éditorial destiné à l’enfance. La baisse de l’analphabétisme au début du xxe siècle favorise les changements dans le secteur éditorial, la baisse des prix et l’augmentation de l’offre et des auteurs. La présentation des plus connus, contemporains d’Elena Fortún et représentatifs de cette naissance d’une littérature pour enfants espagnole, est l’occasion de montrer les spécificités d’Elena Fortún, sa double inspiration : celle de la veine traditionnelle et orale, qu’elle explore dans ses contes, et celle d’une tradition plus savante, née au xixe siècle, qui a élaboré un certain nombre de figures d’enfants et d’enfances.

Un autre élément caractéristique des aventures de Celia est l’insertion du texte dans un quotidien détaillé et scrupuleusement mis en scène. Cette représentation de la société espagnole de la fin des années vingt aux années trente, est ludique dans un premier temps, mais ne se prive pas d’intégrer la critique sociale et parfois l’auto-critique, à travers la description d’un cadre social, spatial et géographique précis. Les questions de classes et d’injustice sociale y sont posées clairement et expriment la réalité de la période. C’est la première apparition d’un texte pour enfants inscrit dans la contemporanéité. À la fin des années trente, les tensions, puis la guerre, font entrer explicitement l’histoire dans le texte, à travers l’idéologie, puis la violence des bombardements et des exécutions politiques. Les ruptures familiales vécues par les personnages apparaissent alors comme le reflet de celles que vit le pays.

Ce réalisme social et historique coexiste avec une volonté de réalisme psychologique qui crée une figure d’enfant éloignée des stéréotypes du xixe siècle espagnol et tient de l’enfant victime et de l’enfant terrible. La mélancolie et la violence des passions enfantines coexistent ainsi dans ces textes et introduisent une nouvelle écriture de l’enfance. Ce vérisme psychologique s’exprime par une recréation de son imaginaire, de son langage et de ses douleurs. Le personnage cristallise ainsi une aspiration à la liberté et à l’écriture qui dépasse le champ historique et constitue un des aspects originaux du texte.

La troisième étape de ce travail est une analyse des textes et du personnage, à travers l’étude de l’humour, comme principe de critique du monde. Il participe du discours de liberté et de fuite des valeurs convenues qui est au cœur du personnage. Celui-ci s’attache à démonter les préjugés à travers une mise en doute du langage bourgeois. Cette position critique est le résultat d’une confiance dans le langage et l’imaginaire qui débouche sur la transformation du personnage en écrivain. Cet élément permet un rapprochement avec une œuvre essentielle du patrimoine pour la jeunesse : Les quatre filles du docteur March, de Louisa May Alcott. Cette intertextualité avec la littérature anglo-saxonne, explique, en partie, l’émergence d’un personnage littéraire, doublement nouveau en Espagne : l’enfant de sexe féminin et l’enfant subversif, en tant que manifestation narrative et esthétique d’une critique de la société et des autorités établies.

La petite fille introduit ainsi une double problématique : celle de l’enfantin dans la culture et la littérature et celle de la place du féminin, le premier convoquant implicitement le monde adulte et les valeurs dominantes, dont celles des rôles sexuels. L’analyse de certains pans de la littérature pour enfants permet de reconstruire non seulement une vision de la société, une vision de l’enfance, mais, dans le cas de Celia, une vision féminine de l’enfance, qui ouvre des perspectives sur un certain nombre de notions comme les valeurs sociales, l’hégémonie du masculin, l’invisibilité du féminin. Cette subversion culmine dans la figure de la fugue, très présente dans les premiers volumes, puis s’évanouit avec l’échec des aspirations du personnage.

Au-delà de l’histoire littéraire ou des perspectives comparatistes, ces textes sont représentatifs des effets de la défaite républicaine et d’une conscience vaincue. Le thème de la perte, omniprésent dans ces derniers volumes, est à rapprocher, à la fois du phénomène historique de l’exil républicain et de l’expérience personnelle d’Elena Fortún. Les volumes postérieurs à la guerre sont, de ce point de vue, représentatifs des effets du conflit et de la rupture, puisqu’on peut parler d’un véritable révisionnisme littéraire effectué par l’auteure elle-même. Le dernier, Celia se casa, apparaît comme un exemple d’amnésie volontaire, née de l’acceptation des conformismes de l’après-guerre et représentative des stratégies de survie et d’adaptation à la nouvelle donne sociale et idéologique. La modernité qui s’ouvrait pour la littérature pour enfants comme pour les destins féminins, dans le cadre de la République, est désormais remplacée par l’enfermement dans des modèles didactiques et moralisateurs. Ceux-ci enferment la littérature pour les enfants et les femmes dans l’espace physique et idéologique du foyer. Elena Fortún et son personnage apparaissent donc comme l’expression d’une défaite historique appliquée à un genre littéraire secondaire, mais exemplaire des transformations sociales.

La nostalgie, dans la littérature pour enfants, est presque un topos, mais dans le cas de la figure d’Elena Fortún et de son personnage, en raison de l’histoire nationale, cette nostalgie prend un sens nouveau, car elle s’intègre à un cataclysme social et politique, la guerre civile, qui pèse sur les enfances du pays. L’« invention » de Celia et d’Elena Fortún se fait donc dans un mouvement plus large de redécouverte du passé républicain, par le monde universitaire, l’édition et la société civile.

  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org