Navigation – Plan du site
Thèses et habilitations

Les professeurs d’université et la transition espagnole1

Jean-Stéphane Durán Froix

Texte intégral

  • 1  Thèse dirigée par le Professeur Serge Salaün, soutenue le 4 décembre 2004 en l’Université de Paris (...)

1Souvent décriés, plus rarement célébrés, les professeurs d’Université furent pourtant l’un des principaux acteurs de la transition politique espagnole. Présents, en cette fin de franquisme, au gouvernement, aux Cortes et au Conseil du Royaume, ils constituaient, comme au temps de la Seconde République, la catégorie socio-professionnelle la mieux représentée au sein de l’élite dirigeante. Celle-là même qui démantela, sans trop d’hésitation et moins encore d’effusion de sang, la plus vieille de dictature de l’Europe occidentale, pour instaurer le plus solide régime démocratique qu’ait connue l’Espagne, jusqu’à maintenant.

  • 2  L’expression « Professeurs d’Université » a été préférée à la plus officielle de « Professeurs des (...)
  • 3  Titulaires.
  • 4  « Contribuer plus efficacement à sortir l’État d’une aussi pitoyable décadence »

2L’ensemble des soixante-cinq « catedráticos de Universidad »2 qui prirent part à ce processus, se trouvaient alors au sommet de leur carrière universitaire. Tous détenaient le grade de « numerarios »3 et les responsabilités académiques correspondantes. Même s’ils ne représentaient qu’à peine 4 % des 1740 membres que comptaient, à cette époque, le corps des professeurs d’Université (en données brutes), ils témoignent de l’implication de l’institution universitaire dans la vie politique espagnole. La transition ne constitue nullement, de ce point de vue, une nouveauté mais, au contraire, l’apogée d’une pratique qui semble remonter aux origines modernes de cette université. Son principal instigateur, le poète Manuel José Quintana, incitait déjà, en 1813, lors de l’inauguration la toute nouvelle Université Centrale de Madrid, les « catedráticos » à  : « contribuir con más eficacia a salvar el Estado de tan lastimosa decadencia »4.

3Sous Franco, l’université devint, dès 1956, sous l’impulsion de certains professeurs d’Université – et non des moindres, Joaquín Ruiz Giménez, en tête – l’un des premiers et des plus constants foyers d’opposition interne au régime, souvent même le seul. En dépit de cette politisation de l’enseignement supérieur et du mépris que lui vouait le Caudillo, l’élite du corps professoral ne fut non seulement pas écartée du pouvoir, mais s’affirma au contraire comme l’un des deux grands pourvoyeurs de spécialistes et d’experts d’un appareil d’État acculé, dès cette époque, à une indispensable modernisation et à une inévitable libéralisation de l’économie nationale. A la mort du Généralissime, les titulaires de chaire apparaissaient donc comme l’une des composantes de la haute fonction publique les mieux adaptées et les plus intellectuellement capables de mener à bien l’ultime transformation de la dictature, sa reconversion en une démocratie.

  • 5  Date de la prise de fonction du premier gouvernement de Carlos Arias Navarro, pendant la gestion d (...)
  • 6  Moment où Adolfo Suárez fit appel à deux fois plus de titulaires de chaire pour constituer son tro (...)
  • 7  La fonction de Secrétaire d’État fait partie des innovations introduites dans l’organigramme de go (...)

4Cependant, tout au long de la première phase de la transition (celle qui correspond au processus institutionnel), la présence de membres de l’élite professorale au sein de la principale institution de pouvoir, le gouvernement, se caractérise par leur insignifiance quantitative, à tel point que la variation du nombre de responsables ministériels issus de leurs rangs constitue l’un des facteurs marquant le passage de la transition vers une étape plus spécifiquement politique. Entre janvier 19755 et avril 19796, seize professeurs d’Université participèrent à l’exécutif. Parmi eux, sept furent ministres, huit n’occupèrent que des postes de Sous-Secrétaires et de Secrétaires d’État7 et un, Jaime Lamo de Espinosa y Michels de Champourcín, exerça, au cours de cette période, l’une et l’autre de ces fonctions. Malgré cette faible représentativité ministérielle, les professeurs d’Université jouèrent un rôle déterminant dans la conception comme dans la conduite des réformes étatiques.

  • 8  Union du Centre Démocratique.

5Au niveau plus spécifiquement politique, ils font partie des très rares fondateurs et organisateurs de la toute naissante pluralité. Le professeur de Droit Politique de l’Université Complutense de Madrid, et Vice-Président pour les Affaires de l’Intérieur dans le deuxième cabinet présidé par Carlos Arias Navarro, Manuel Fraga Iribarne fut, ainsi, le premier grand dirigeant de la droite démocratique. Il fonda, le 9 octobre 1976, le parti « Alianza Popular » (ancêtre de l’actuel Parti Populaire), tandis que ses collègues, Manuel Jiménez de Parga et le titulaire de la chaire de Droit Administratif de l’Université de Saint-Jacques de Compostelle, José Luis Meilán Gil, participèrent à la création de la coalition U.C.D8 qui remporta, le 15 juin 1977, les premières élections libres et plurielles célébrées en Espagne depuis 1936.

  • 9  La banqueroute de l’État avait même été envisagée, à l’été 1977.
  • 10  Manuel Jiménez de Parga détenant, à la fois, les chaires de Droit Politique des universités de Mad (...)
  • 11  Désignation officielle des représentants du corps « législatif » franquiste.

6C’est également à un professeur d’Université que l’on doit l’établissement des conditions politiques indispensables à la réussite du processus constitutionnel qui s’imposait, au lendemain de ce premier pas vers la démocratie. Enrique Fuentes Quintana, spécialiste d’Économie Politique et des Finances Publiques, mit au point la méthode du consensus entre les principales formations récemment auréolées d’un tout premier succès électoral, destinée, dans un premier temps, à dégager l’indispensable compromis face aux mesures de rigueur imposées par l’effroyable crise économique dans laquelle plongeait alors l’Espagne9 ; puis, dans un deuxième temps, à entreprendre, dans un climat social apaisé, la rédaction d’une constitution acceptable par le plus grand nombre. Parallèlement, son collègue, Manuel Clavero Arévalo, titulaire de la chaire de Droit Administratif de l’Université de Séville et premier Ministre des Relations avec les Régions, élaborait, sous le contrôle étroit d’Adolfo Suárez, le nouveau cadre administratif du territoire espagnol dont l’originalité et le caractère novateur en firent l’un des monuments de cette transition. Mais l’œuvre accomplie en faveur du changement par les titulaires de chaires10 au gouvernement serait restée lettre morte sans le concours prêté par leurs collègues procuradores en Cortes11au démantèlement de la dictature.

  • 12  Le Conseil du Royaume n’était destiné à jouer, dans ce domaine, qu’un rôle secondaire.

7Contrairement à leurs confrères de l’exécutif, les professeurs d’Université forment la catégorie socio-professionnelle la mieux représentée au sein de la dixième et dernière législature franquiste. Sans constituer pour autant un groupe parlementaire, les cinquante-trois représentants de l’élite universitaire qui siègent dans cette Chambre – à qui Franco avait confié la survie du régime12 – présentent des spécificités qui les distinguent nettement des autres procuradores  : l’une des moindres n’étant pas celle de compter dans leurs rangs, le concepteur et le directeur du processus institutionnel qui aboutit à la disparition de la dictature, le professeur de Droit Politique et, depuis décembre 1975, Président des Cortes, Torcuato Fernández-Miranda. Son action en faveur de la démocratisation fut soutenue, dans une très large mesure, par des collègues à qui le caractère « organique » de cette assemblée donnait le statut de véritables représentants du monde universitaire officiel et l’apparence, par conséquent, d’inconditionnels du régime. 51 % d’entre eux étaient à la tête des dix-huit plus importantes universités du pays. Si l’on ajoute à cela les 11% qui assumaient la représentation des autres grandes institutions culturelles et scientifiques (ce qui équivaut à dire que la quasi totalité de ces dernières étaient entre leurs mains), ils incarnaient et contrôlaient presque tout ce que le régime franquiste comptait en matière d’éducation, de capacité de réflexion, de créativité intellectuelle.

8Du fait de leur nombre et de la nature de leur mandat, la présence des professeurs d’Université dans ces Cortes témoignait de l’universalité des savoirs alors enseignés dans l’université espagnole. Pas moins de quarante-deux disciplines différentes étaient de cette façon présentes dans ce dernier hémicycle franquiste. Les Lettres, les Sciences Humaines et Sociales, avec un total de douze spécialités représentées, constituaient la branche académique à avoir la plus large assise parlementaire, suivie des Sciences de Laboratoire, avec onze, et du Droit, avec dix. A l’opposé, la Médecine et les Ingénieries, avec cinq et quatre représentants, respectivement, jouissaient d’une surface parlementaire nettement plus réduite.

9En dépit de cette diversité disciplinaire et conformément au centralisme étatique alors en vigueur, les universités madrilènes étaient sur-représentées, tandis que si l’on réfère à la période d’entrée en fonction de ces bureaucrates, on ne retrouve plus cette notion de centrage.

10Plus de 56 % de ces professeurs d’Université ont accédé à leur chaire respective au cours de la phase dite « tecnocrática » du régime ou juste après (près d’un tiers d’entre eux, seulement, sont devenus « catedráticos » pendant les années les plus sombres de la dictature). Ils restent, par conséquent, plutôt marqués par les aspects les plus pragmatiques et libéraux du franquisme.

11Au niveau professionnel, cette double caractéristique donne lieu au cumul des responsabilités (le célèbre « pluriempleo ») qui touche l’ensemble des professeurs d’Université ici étudié, bien que dans des proportions très variables. Et même si leur taux moyen d’activité s’élève à 4,06 emplois, charges ou fonctions par titulaire de chaire, rares sont ceux qui peuvent être considérés, cependant, comme relevant de l’oligarchie franquiste. Dans la plupart des cas, cette pluri-activité traduit plus, en réalité, le manque de moyens dont souffre l’enseignement supérieur en cette période de croissance exponentielle du nombre d’étudiants et / ou leur penchant pour la recherche scientifique, qu’un véritable désir d’enrichissement personnel.

12Si l’ensemble de ces traits en fait de parfaits représentants de l’élite bureaucratique du régime sortant, très peu d’entre eux s’opposèrent véritablement au démantèlement de la dictature et à son remplacement par un système de liberté et de pluralité politique. Les deux projets de réformes qui suscitèrent le plus leur méfiance, celui sur la modification du Code Pénal permettant la légalisation immédiate du parti communiste (visiblement proposé à titre « d’essai », le 14 juillet 1976), et celui du texte définitif de cette réforme excluant finalement cette dernière possibilité, recueillirent tout de même 55 % de votes favorables de leur part. Les deux lois principales de cette première phase de transition, celle autorisant l’existence des « Associations politiques » adoptée, le 9 juin 1976 et celle sur la Réforme Politique du 18 novembre 1976 – qui établissait de fait un régime démocratique – furent approuvées par plus de 93 % d’entre eux.

13Cependant, malgré cet engouement apparent pour la démocratie, moins de 21 % de ces cinquante-trois professeurs d’Université poursuivirent une carrière politique, après la transition. Rares furent également les ministres ou Sous-Secrétaires et Secrétaires d’État qui profitèrent de leur situation pour en tirer un quelconque profit politique. Aucun, non plus, ne participa ou ne prêta, d’ailleurs, son concours aux différents complots militaires qui visèrent à abattre la démocratie, au cours des années qui suivirent.

14La transition apparaît donc bien comme la dernière grande intervention des professeurs d’Université dans la vie politique et institutionnelle de l’Espagne contemporaine.

Haut de page

Notes

1  Thèse dirigée par le Professeur Serge Salaün, soutenue le 4 décembre 2004 en l’Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle.

2  L’expression « Professeurs d’Université » a été préférée à la plus officielle de « Professeurs des Universités », pour traduire la réalité de cette fonction dans l’Espagne des années soixante-dix.

3  Titulaires.

4  « Contribuer plus efficacement à sortir l’État d’une aussi pitoyable décadence »

5  Date de la prise de fonction du premier gouvernement de Carlos Arias Navarro, pendant la gestion duquel survint la mort de Franco.

6  Moment où Adolfo Suárez fit appel à deux fois plus de titulaires de chaire pour constituer son troisième gouvernement.

7  La fonction de Secrétaire d’État fait partie des innovations introduites dans l’organigramme de gouvernement au cours de cette période, en remplacement des anciens Sous-Secrétariats ministériels.

8  Union du Centre Démocratique.

9  La banqueroute de l’État avait même été envisagée, à l’été 1977.

10  Manuel Jiménez de Parga détenant, à la fois, les chaires de Droit Politique des universités de Madrid et de Barcelone.

11  Désignation officielle des représentants du corps « législatif » franquiste.

12  Le Conseil du Royaume n’était destiné à jouer, dans ce domaine, qu’un rôle secondaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Stéphane Durán Froix, « Les professeurs d’université et la transition espagnole », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 28 juin 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/195 ; DOI : 10.4000/ccec.195

Haut de page

Auteur

Jean-Stéphane Durán Froix

Maître de Conférences, Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org