Navigation – Plan du site
Les historiens français et l'Espagne contemporaine

Réflexions sur la méthodologie de l’histoire des relations internationales

L’exemple des relations franco-espagnoles*
René Girault

Résumé

Ce bilan, publié en 1986, permet de voir, un peu plus de vingt ans plus tard, le chemin parcouru par les hispanistes et historiens français comme Michel Catala, Jean-Marc Delaunay, Yves Dénéchère, Anne Dulphy, Natacha Lillo, Matthieu Séguéla ; par des historiens espagnols comme Antonio Niño ou Esther Sánchez Sánchez**.

Haut de page

Notes de la rédaction

*Initialement publié dans Españoles y franceses en la primera mitad del siglo XX, Madrid, CSIC, 1986, p. 151-159.

**Sans prétendre à un relevé exhaustif, nous pouvons citer ici les ouvrages suivants : Michel Catala, Les relations franco-espagnoles pendant la Deuxième guerre mondiale : rapprochement nécessaire, réconciliation impossible, 1939-1944, Paris-Montréal, L’Harmattan, 1997; Jean-Marc Delaunay, Des palais en Espagne : l'École des hautes études hispaniques et la Casa de Velázquez au coeur des relations franco-espagnoles du xxe siècle, 1898-1979, Madrid, Casa de Velázquez, 1994 ; Yves Dénéchère, La politique espagnole de la France de 1931 à 1936 : une pratique française des rapports inégaux, Paris-Montréal, L’Harmattan, 1999 ; Anne Dulphy, La politique de la France à l'égard de l'Espagne de 1945 à 1955 : entre idéologie et réalisme, Paris, Direction des archives et de la documentation, Ministère des affaires étrangères, 2002 ; Natacha Lillo, Espagnols en banlieue rouge, histoire comparée des 3 principales vagues migratoires à Saint-Denis et dans sa région au xxe siècle, thèse soutenue en 2001 à l’Institut d’Études politiques de Paris ; Matthieu Séguéla, Pétain-Franco : les secrets d'une alliance, Paris, Albin Michel, 1992 ; Antonio Niño, Cultura y diplomacia : los hispanistas franceses y España : de 1875 a 1931, Madrid, CSIC-Casa de Velázquez, 1988 ; Esther Sánchez Sánchez, Rumbo al sur. Francia y la España del desarrollo, 1958-1969, Madrid, CSIC, 2006.

Texte intégral

1En consultant les fichiers français des thèses d'État et de iiie cycle, une première impression ressort à propos de l'histoire des relations franco-espagnoles au xxe siècle : le faible nombre de travaux entrepris, puisque cinq ou six thèses de iiie cycle ont été soutenues ou sont proches de la soutenance, plus deux thèses d'État soutenues, auxquelles on peut ajouter deux thèses d’État en cours, et deux ou trois thèses de iiie cycle également entreprises. En somme, seulement une douzaine de travaux.

2D'où une première question : pourquoi du côté français y a-t-il eu aussi peu de travaux sur ce sujet ? Deux raisons circonstancielles peuvent expliquer, sinon justifier, une telle situation :

  • L'ouverture des archives du côté français a été longtemps retardée par rapport à la règle actuelle des 30 ans. En fait, la règle véritable était celle des 50 ans. Jusque vers 1965, les archives essentielles pour ces sujets (Quai d'Orsay, Guerre, Commerce et Finances qui dépendent des Archives Publiques) étaient ouvertes jusqu'en 1914 et parfois jusqu'en 1919. Puis une lente et relative accélération a eu lieu : vers 1970 les années d'avant 1929 étaient « ouvertes », enfin ; vers 1980 les années d'entre-deux-guerres étaient accessibles, en tenant compte des lacunes dues aux destructions (cf. la période 1935-1940 dans les archives du Quai d'Orsay, très endommagées en 1940). Actuellement, l'ouverture des archives jusqu'en 1945 est à peu près acquise, même si la loi des 30 ans en vigueur n'est pas totalement appliquée. La situation du côté espagnol, jusqu'à ces toutes dernières années, n'était pas propice à des travaux scientifiques puisque les archives étaient peu accessibles.

  • Du côté de nos collègues français « hispanistes » une tendance naturelle les portait à orienter leurs travaux sur l'histoire intérieure de l'Espagne ou sur les aspects culturels des relations entre les deux pays. Il faut ajouter que, chez les historiens, la connaissance des langues étrangères est maigre, à l'exception de l'anglais et dans une moindre mesure de l'allemand même si des traditions existent pour l'espagnol (à noter, en outre, que pendant longtemps, l'attrait du lointain, c'est-à-dire de l'Amérique Latine, a prédominé chez les jeunes historiens).

3Cependant ces raisons n'empêchent pas de poser le problème sur un plan plus large : pourquoi ce relatif abandon des relations franco-espagnoles ?

4Avant de tenter une explication, une précision sur les périodes chronologiques abordées par les travaux français : plus de la moitié des travaux a trait à la seule période 1936-1939, c'est-à-dire à la guerre civile, ou selon l'expression française à la guerre d'Espagne (D. W. Pike, Les Français et la guerre d'Espagne (1936-1939), Paris, PUF, Pub. Sorb. 1975 ; C. Breen, La droite française et la guerre d'Espagne, 1936/37, Genève, 1973).

5Ceci correspond à la vision « scolaire » de l'histoire espagnole en France telle qu'on peut la retrouver dans les manuels en usage en France : entre la guerre d'Espagne à l'époque de Napoléon Ier (plus l'extension de la révolte de 1823) et la guerre de 1936-1939, on ne trouve pratiquement rien (par exemple dans les manuels de 1er cycle d'Histoire de chez Masson pour les étudiants : 1815-1870, rien. 1870-1914 : un chapitre de 10 pages sur l'Italie et l'Espagne, dont 8,5 pages sur l'Italie).

6On traite des relations franco-espagnoles seulement par le biais du Maroc lors de sa conquête par la France et par l'Espagne, y compris à propos de la « pacification » du Rif après la première guerre mondiale. D'une certaine manière, l'Espagne entre alors, par ricochet, dans le domaine des historiens français (cf. La crise d'Agadir en 1911, par J. C. Allain, ou les travaux de P. Guillen, G. Ayache, Mme Bachoud).

7En fait cette attitude de relative indifférence des historiens français pour l'histoire des relations franco-espagnoles me paraît procéder de choix rationnels qui proviennent de quatre faits spécifiques de l'histoire espagnole du xxe siècle :

  • Du début du xxe siècle jusqu'en 1950, l'histoire française est dominée par les deux guerres mondiales. Or, l'Espagne, qui reste neutre, n'entre pas vraiment dans le champ des préoccupations françaises sauf si sa neutralité peut faire question (cf. en 1938-1940) d'où, malgré la proximité frontalière, le faible intérêt des Français pour cet État « lointain ». Au contraire, la guerre d'Espagne, qui place le territoire espagnol dans le champ des antagonismes internationaux (lutte entre les fascismes et les démocraties) et dans la perspective du grand conflit franco-allemand, ramène l'Espagne dans le champ des préoccupations françaises.

  • La situation géographique « excentrique » de l'Espagne en Europe, à l'écart des zones conflictuelles majeures (les grandes plaines du nord et du centre de l'Europe), lui enlève un grand intérêt. L'Espagne a contre elle la géopolitique, sauf pour la Méditerranée occidentale. Or cette zone est vraiment prise en considération par la France pour autant que le conflit éventuel avec l'Allemagne peut s'y déplacer (les relations françaises avec la zone-réserve de l'Afrique du Nord sont un objet de préoccupation pour la marine, mais, est-ce bien le cas pour le reste des armées ?). Dans ce domaine, l'Italie pèse beaucoup plus lourd, surtout à cause de sa forte marine de guerre. Rien de tel ne compte pour l'Espagne (sauf à propos des liens avec le Maroc).

  • La conviction est largement répandue en France d’une Espagne décadente, archaïque, misérable, donc impuissante, ce qui pose le problème plus large des rapports entre une puissance et un État faible (ou considéré comme tel). L'Espagne a une mauvaise image en France, celle d'un pays sous-développé mais qui n'a pas à se décoloniser car situé en Europe. On en trouve confirmation dans le vocabulaire français utilisé habituellement à propos des Espagnols ; on répète à satiété les idées reçues sur le « donquichottisme », les « châteaux en Espagne », les processions archaïques, la misère des travailleurs immigrés avant celle des réfugiés (en 1931 on recense 381 000 Espagnols immigrés en France, soit le 3e rang parmi les étrangers qui vivent en France, après les Italiens et les Polonais). L'armée espagnole est elle-même mal considérée. (19 stagiaires espagnols à l'École de Guerre française dans l'entre-deux-guerres contre 40 à 50 pour les États balkaniques et d'Europe centrale).

  • L'intérêt pour l'économie espagnole a diminué depuis le xixe siècle, car les ressources de ce pays sont considérées comme peu intéressantes, sauf pour certains produits miniers, d'où une Espagne qui attire peu les commerçants, les industriels ; par contrecoup, les historiens attirés par les explications ou schémas de type marxiste ou économétrique ne se tournent guère vers les rapports de ou avec l'Espagne au xxe siècle, à la différence des siècles plus anciens comme le xvie ou le xviie siècle.

8Dans ces conditions, les historiens des relations internationales dont les centres d'intérêt ou les problématiques procèdent, de l'étude des conflits, ou de la géopolitique, ou bien des rapports d'inégalité, avec le grand processus de la décolonisation, ou encore des relations ou interconnexions entre l'économie et la politique, n'ont pas cherché à tourner leurs regards vers l'Espagne du xxe siècle, sauf à propos de la période 1936-1940. Les relations franco-espagnoles ne paraissent pas un bon exemple d'analyse générale.

9Peut-on et doit-on en rester là ? Evidemment non. Cependant, il ne suffit pas de vouloir porter l'attention sur des périodes nouvelles. Il convient de dégager une perspective nouvelle de l'étude des relations franco-espagnoles ; il ne faut pas seulement se décider à combler les lacunes quant à nos connaissances, il faut aussi tenter des approches nouvelles, cohérentes et significatives. Justement, les relations franco-espagnoles peuvent éclairer plusieurs réflexions méthodologiques en cours dans le domaine des relations internationales. Ainsi, plusieurs axes pourraient être suivis, soit sur la moyenne ou la longue durée, soit dans le plus court terme, mais en partant d'une idée fondamentale : les relations franco-espagnoles au xxe siècle mettent en rapport une puissance et un État faible (ou moyen). C'est donc en fonction de cette inégalité qu'on peut mener l'enquête : on est en face d'un exemple européen de rapports inégaux qu'il convient d'étudier en utilisant les méthodes les plus récentes de l'histoire des relations internationales. Quatre directions de recherches paraissent devoir être retenues.

Les fondements économiques des rapports de dépendance

  • 1  Albert Broder, Le rôle des intérêts étrangers dans la croissance de l’Espagne, 1767-1923, Universi (...)

10Selon les méthodes et les exemples puisés dans d'autres régions, à l'initiative de Pierre Renouvin et des historiens économistes, il importe de prolonger la thèse d’Albert Broder 1, mais en ayant des objectifs un peu différents, tels que le problème de l'impérialisme économique et de ses composantes politiques.

11Ceci pourrait signifier, concrètement, dresser le bilan des intérêts français en Espagne, mais aussi des autres intérêts étrangers en Espagne, de mesurer leur part respective, notamment dans les secteurs traditionnels de l'influence française, comme les banques, les mines, la métallurgie. On possède un bon bilan pour la période antérieure à 1929, grâce aux travaux de Broder, mais il faudrait poursuivre la recherche en direction des groupes de pression qui sont en action, soit sur place (Espagne), soit depuis le centre parisien. A noter le problème annexe qui est soulevé par l'historiographie récente de l'impérialisme colonial : quel est le poids des bourgeoisies locales ou des soutiens locaux des pénétrations étrangères dans le processus de domination étrangère ? En outre, a-t-il existé une convergence d'intérêts entre les pro-coloniaux des deux pays quand il s'est agi du cas marocain ? La stratégie des responsables permet-elle de les classer dans la catégorie de ceux qui préfèrent le partage des affaires ou dans celle de ceux qui optent pour le partage des terres ?

12De ce fait il faut voir les sources d'archives publiques (séries F 30 et F 12) et, si possible, les archives d'entreprises (série 6.5 AQ aux Archives Nationales ou les archives des banques Paribas, Rothschild). En même temps il faudrait recourir à la presse « spécialisée », boursière, économique.

13Quelques questions restent à résoudre : quelle est la part de l'Espagne dans la fortune française à l'étranger. L'Espagne demeure-t-elle une zone utile ou secondaire pour le capitalisme français ?

14À l'inverse, quelle appréciation est faite par l'Espagne et les Espagnols du capitalisme français ? Il me semble que l'on pourrait s'en tenir à l'hypothèse suivante : jusqu'en 1940 l'Espagne n'est pas une zone très « utile » pour les capitalistes français, d'où leur relative indifférence, sauf peut-être pour quelques produits comme les pyrites ou le mercure (cf. l'article de Pike dans la Revue d'Histoire de la Seconde Guerre Mondiale, d'octobre 1981, n° 1.214, « La défense nationale de la France et l'Espagne à la veille de la Deuxième Guerre mondiale »).

L'approche par l'évaluation des calculs ou l'étude des décisions

15L'influence des politistes sur les historiens est indéniable, même si les recherches concrètes de ceux-ci ne répondent pas à des schématisations. Les politistes nous ont obligés à réévaluer l'analyse du rôle des « décideurs » en nous forçant à ne plus nous contenter de l'étude des personnalités comme agents moteurs de relations internationales. En particulier, leurs études des structures bureaucratiques, de leur poids spécifique en regard des individualités, nous obligent à mieux mesurer l'environnement de la prise de décision. Or ces décisions sont particulièrement importantes aux moments des « risques », soit lors des menaces de conflits, soit lors des règlements de conflits en cours. Dans le cas franco-espagnol, on ne rencontre pas de conflits directs, sauf peut-être en 1938 (menace d'une intervention française), ou en 1940 (au moment de la défaite française) ou en 1945. Mais le problème de l'intervention possible du « neutre » espagnol subsiste avec comme corollaire l'idée qu'il peut être manœuvré. La France a-t-elle accepté de prendre des risques ? L'Espagne a-t-elle envisagé de jouer un rôle d'appoint pour une autre puissance européenne en fonction de ses intérêts ? Quelques moments sont particulièrement intéressants à étudier sous ce rapport :

  • en 1898, lors de la guerre de Cuba et de sa conclusion,

  • en 1906, lors de la conférence d'Algésiras,

  • en 1911, lors du conflit franco-allemand sur le Maroc,

  • en 1915-1916, lorsque la Première Guerre mondiale change de durée et de caractère,

  • en 1919, lors du règlement du 1er conflit mondial,

  • en 1923-1925, à propos de la guerre du Rif,

  • en 1936-1939, naturellement, avec la guerre d'Espagne,

  • en 1939-1940, avec la première phase de la Seconde Guerre mondiale, puis en 1942, avec le débarquement en Afrique du Nord,

  • enfin en 1944-1945, avec la fin du conflit en Europe.

16Pour chacun de ces moments, il faudrait étudier non seulement les responsables et leur entourage, mais les appréciations des principaux composants de la décision. Dans le cas français plusieurs « machines bureaucratiques » ministérielles sont à envisager : le cabinet du Président du Conseil (autour de Blum ou de Daladier), le Quai d'Orsay (soit le cabinet, la direction Europe et les ambassadeurs en poste comme Corbin ou Herbette), la Défense nationale – le cas des militaires est évidemment parmi les plus intéressants – (à étudier le cabinet, l'État major général, la Marine, l'Aviation), le cas échéant les Colonies, les Finances ; voire même l'Intérieur (à cause des réfugiés). Par contre, le rôle du Parlement ou des partis politiques paraît dérisoire car le Parlement est rarement en mesure de peser sur les décisions de politique extérieure, sauf peut-être le rôle des présidents des commissions spécialisées. Au total, environ 50 à 60 personnes sont concernées, dont il faudrait connaître les vues politiques, la formation culturelle et leur connaissance du milieu espagnol.

  • 2  Auteur de La question sociale en Espagne, 1910. Traduction espagnole en 1975 : ed. Revista de Trab (...)

17A cet égard, le niveau des connaissances sur l'Espagne chez les Français « responsables » devrait être mieux apprécié. A l'École libre des Sciences Politiques, où sont formés 80 % à 90 % des diplomates français, l'enseignement d'Angel Marvaud 2 est remarquable (cf. ses articles dans la Revue des Sciences Politiques publiés entre 1931 et 1936), mais est-il largement suivi ? L'influence de la Casa de Velázquez doit être également mesurée : on peut en avoir un aperçu dans le livre de souvenirs d'A. Bérard, Au temps du danger allemand, Plon, Paris, 1976. Mais, dans l'ensemble, les intellectuels français de l’entre-deux-guerres connaissent-ils la péninsule ibérique, avant 1936 ? Que sait-on des réalités espagnoles et va-t-on souvent visiter ce pays ? (cf. les impressions de Lucie Mazauric, la femme d'A. Chaveson, qui se rend en Espagne en 1935). Les journalistes « grands reporters » ne semblent pas avoir beaucoup sillonné l'Espagne avant 1936, à l'exception de la proche Catalogne.

18Aussi l'impression que l'on retire de ce survol des « informations » mises à la disposition des responsables, est celle d'une Espagne peu connue, imaginée au travers de « mythes » et vécue comme un reste endormi d'un grand passé antique ou médiéval.

L’image de l’autre ou l’Espagne dans les mentalités collectives

19Il ne s'agit pas ici de faire une approche des contacts socio-culturels entre les deux pays au travers des liens de civilisation toujours nombreux, notamment chez les intellectuels espagnols. Il s'agit, pour l'essentiel, d'évaluer le contexte général dans lequel baignent les relations politiques. Comme on l'a déjà indiqué pour les « décideurs », l'image de l’autre État, peuple ou Nation forme comme un courant profond qui relativise les possibilités de choix politiques. Or, il en va de même pour les mentalités collectives, qui pèsent à leur manière, dans l'élaboration des politiques extérieures.

20Dans le cas franco-espagnol, plusieurs approches sont possibles pour cerner les « images » répandues dans le public. Elles dépendent des « milieux » différents qui forment (ou déforment) les deux nations et qui sont en mesure de les faire s'identifier. Ainsi la commune appartenance à la latinité et à la chrétienté : quel rôle les Églises catholiques ont-elles joué pour composer l'image de l'autre ? A-t-on été marqué surtout par les phases « difficiles », comme la séparation de l'Église et de l'État, en France, au début du siècle, ou la période de guerre civile en Espagne, suscitant des conversions politiques spectaculaires (G. Bernanos ou même F. Mauriac). Quel fut le rôle des congrégations, de quel poids ont pesé les hiérarchies religieuses ?

  • 3  Cf. Histoire générale du socialisme, dir. Jacques Droz, Paris, PUF, vol 2 et 3, 1974 et 1977.

21De la même manière, sur un autre registre, les parallélismes entre les grands courants de la pensée et de l'action politique ont-ils été déterminants, avant même la guerre civile ? A gauche, l'anarchisme, le communisme, le socialisme, le radicalisme sont des mouvements qui existent des deux côtés des Pyrénées ; ont-ils suscité de réelles solidarités et de meilleures appréciations réciproques ? Selon P. Vilar 3, le socialisme espagnol est plus une contre-expérience qu'une expérience : l'identité des mots cache-t-elle une profonde divergence idéologique ? Au sein des Internationales ouvrières existait-il des convergences franco-espagnoles ? A droite, les tenants de l'Ordre, les nationalistes, les royalistes intégristes sont-ils assimilables, et surtout ne déforment-ils pas les réalités des « autres » dans une vision profitable à leurs propres desseins ? Au bout du compte, les deux France et les deux Espagne ont peut-être fabriqué deux images contrastées, inconciliables, éloignées des réalités, mais profondément vécues par les contemporains. Dès lors, l'accord entre les deux parties des deux peuples devenait impossible.

22Une place particulière devrait sans doute être faite aux particularismes régionaux pour comprendre des évaluations diverses de l'Autre. Catalans et Basques ont contribué à façonner une image « spéciale » de l'autre Nation, au travers du prisme régional. Leur influence dépasse-t-elle le strict domaine régional et atteint-elle au plan national des idées générales ? Des jalons existent ici, qu'il faudrait développer. Pour tenter d'apporter une réponse aux questions précédentes, on ne doit pas se contenter de l'image réciproque véhiculée dans les milieux intellectuels (bien que ces images aient leur valeur) mais d'une évaluation en profondeur de l'image. Par quels moyens peut-on y parvenir ? Par la presse, notamment en dissociant, en France, Paris et Sud-Ouest, qui peut rendre compte des idées, des climats (cf. Bertrand de Jouvenel, Un voyageur dans le siècle. 1903-1945, Laffont, 1979) :

  • par les livres de reportage sur l’Espagne comme celui de G. et J. Picard-Moch, L'Espagne républicaine, Paris, 1933 (auteurs socialistes),

  • par les traductions (en France entre 1929 et 1935, on a traduit du russe 178 ouvrages, de l'italien 152, de l'espagnol 78 seulement ; environ 20 ouvrages par an vers 1930),

  • par les manuels scolaires, par l'étude de la langue espagnole,

  • par les expositions internationales ou locales (cf. la place de l'Espagne à Paris lors de l'exposition internationale en 1937),

  • par le cinéma, soit au travers des « Grands » (L. Buñuel, S. Dalí, Le chien Andalou en 1928, L'âge d'or en 1930, Las Hurdes, Terre sans Pain, en 1936), soit par les succès commerciaux,

  • par l'influence des « arts », la musique (avec Falla et Albéniz), la peinture (avec Picasso),

  • par le sport (le cyclisme et notamment le Tour de France a-t-il joué un rôle ?).

23D'autres instruments de mesure peuvent être envisagés. Que verra-t-on apparaître ? Il semble que pour les Français l'image de l'Espagne soit celle d'un État décadent, d'une nation où éclate la violence des passions et de la vie, de régions très vivantes, d'un peuple pauvre et de classes sociales très tranchées. Plusieurs images antithétiques se heurtent dans l'esprit des Français qui reconnaissent l'avant-gardisme artistique et le sous-développement. S'agit-il donc d'un pays lointain ?

24Mais alors pourquoi tant d'émotion en France lorsque débute la guerre civile ? Est-ce simplement la proximité géographique qui joue pour expliquer l'intérêt des Français ? Il faut replacer le contexte franco-espagnol des années 36-39 dans la longue durée, avant d'aborder l'action ponctuelle, pour comprendre toute la symbolique attachée par les Français à cette autre nation, si lointaine et si proche, si semblable et si « étrangère ».

Les migrations de population

25La présence d'une forte minorité espagnole en France a-t-elle joué un rôle dans les relations politiques (J. C. Bonnet, Les pouvoirs publics Français et l'immigration entre les deux guerres, Lyon, 1976) ? C'est incontestable. Mais, à cette « tradition », il faut ajouter le problème particulier des 450 000 réfugiés de 1939 et de leur rôle pendant la Seconde Guerre mondiale, avec une image contrastée, utilisée par les propagandes, notamment celle de Vichy contre les « Républicains » espagnols, « rouges » féroces. Il faut noter que l'assimilation des Espagnols de la seconde génération a pu jouer dans deux directions contradictoires : un regard particulier des Espagnols vers la patrie d'origine (amour ou rejet) pour les immigrés-naturalisés, un racisme plus ou moins marqué chez les Français selon les régions à fortes minorités, bien que dans l'ensemble la fusion se soit mieux réalisée dans ce cas que dans le cas des populations de religions non-chrétiennes.

26Pour conclure, je voudrais présenter la suggestion d'une approche globale, raisonnée, des relations franco-espagnoles. Elle pourrait s'inscrire dans une perspective d'ensemble avec les « quatre étages » de la construction :

27Les relations entre deux pays baignent dans un contexte global dont les bases sont économiques, financières, techniques, culturelles, militaires et politiques. En somme, l'environnement lointain.

28Sur ces bases fonctionnent les réseaux d'information qui transmettent des faits, des idées, des images, soit spécifiques à travers les relais politiques, les administrations, les contacts sociaux, soit interférents comme la presse, le livre, les arts et les media modernes.

29A leur tour, ces réseaux influencent les bureaux où s'élabore et s'exécute la politique des relations inter-étatiques.

30Au dessus de ces bureaux, qui fixent les cadres décideurs, il demeure la possibilité de la décision personnelle de l'homme d'État. Nous ne pouvons l'oublier.

31Dans le cas franco-espagnol pourquoi, en définitive, dans la première moitié du xxsiècle, en est-on resté à l'incompréhension, à la réserve, selon l'image de « deux voisins qui s'ignorent » ?

Haut de page

Notes

1  Albert Broder, Le rôle des intérêts étrangers dans la croissance de l’Espagne, 1767-1923, Université Paris I, 1981.

2  Auteur de La question sociale en Espagne, 1910. Traduction espagnole en 1975 : ed. Revista de Trabajo.

3  Cf. Histoire générale du socialisme, dir. Jacques Droz, Paris, PUF, vol 2 et 3, 1974 et 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

René Girault, « Réflexions sur la méthodologie de l’histoire des relations internationales », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 29 octobre 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://ccec.revues.org/1843 ; DOI : 10.4000/ccec.1843

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org