Navigation – Plan du site
Lecturas críticas

En feuilletant les Memorias de José Maria de Sagarra

José María de Sagarra, Memorias, Barcelone, Editorial Noguer, 1957, 760 pages
Jean Bécarud

Texte intégral

1José Maria de Sagarra est une figure à part dans la littérature catalane de la première partie du xxe siècle, sans se réclamer d’une école particulière, il fut un poète très lu, un auteur dramatique à succès et même un romancier frôlant le scandale.

2A la fin de sa vie, il entreprit de raconter sa propre existence en évoquant d’abord l’histoire de sa lignée familiale, pour laquelle il pouvait remonter très loin dans le temps, grâce aux recherches de son père, Fernando de Sagarra y de Siscar, passionné de recherches historiques et féru d’archives. L’édition catalane du livre parut en 1954, année du soixantième anniversaire de l’auteur, et qui était aussi celle du centenaire de la naissance de son père. La version castillane de l’ouvrage fut publiée dès 1956, avec une longue et élogieuse préface de Camilo José Cela, c’est celle que l’on a utilisé ici. Le premier tome s’arrête à la fin de 1918, il devait être suivi d’un second qui n’a jamais paru. Tel quel, il représente un cas exceptionnel dont Cela souligne justement le caractère plus européen qu’espagnol. Les Memorias sont, pour le préfacier, un livre brillant, correspondant à l’objectif que s’était fixé son auteur, ne pas s’en tenir à une confession personnelle mais avoir pour ambition de présenter « una considerable galería de almas humanas ».

3Cinquante ans ont passé et ce gros ouvrage hors du commun semble quelque peu oublié, d’où le souci de rappeler le caractère et les mérites d’un livre où se trouvent évoqués non seulement le monde littéraire de Barcelone et de Madrid mais, aussi les vicissitudes politiques, jusque, et y compris, la grave crise des années 1917-1918. Par ailleurs, dépassant l’autobiographie, la première partie du volume est un long retour en arrière, remontant jusqu’au début du xvie siècle, qui éclaire de façon originale certains traits fondamentaux de l’histoire sociale catalane, à partir du cas de la famille Sagarra, grâce aux recherches du père de l’auteur, le très érudit Fernando de Sagarra. Il s’agit, en particulier, on va le voir, du phénomène du majorat, remarquablement analysé par l’auteur.

4Grâce à un document de 1524, découvert par son père, José Maria de Sagarra, a pu identifier son lointain ancêtre, Clemente Sagarra, qui vit à Verdú, village proche de Tárrega, à la limite de la comarca la « Segarra » et de « l’Alto Urgell ». Ce personnage, un simple payés, se trouve à l’origine d’une dynastie rurale qui va s’élever peu à peu dans la hiérarchie sociale. C’est ici que le majorat, disposition qui prévoit que les biens familiaux passent en totalité à l’aîné (hereu) va jouer un rôle déterminant. Lorsque une famille ne possède pas d’héritier mâle, la fille aînée, la pubilla, dispose du même privilège que le hereu, et se trouve particulièrement recherchée comme épouse, on s’en doute…

5Passant en revue « esta procesión humana que se aglomera en el tiempo que va de 1524 a 1873 formando un cuerpo social que se llama familia », Sagarra analyse les chances dont sa lignée a bénéficié au cours de près de trois siècles : respect par les nombreux cadets (segundones) des rites sévères du majorat sans tomber dans la fratricide « guerra sorda y el escándalo », prédominance du sexe masculin évitant les inconvénients du majorat féminin.

6L’auteur signale un autre trait lié au parcours des Sagarra : la religiosité et le grand nombre de « segundones » optant pour une carrière ecclésiastique. On le constate au nombre de curés de paroisse et de chanoines (une vingtaine du xvie au xixe siècle). Il en résulte, par ailleurs, un attachement à la Maison d’Autriche lors de la guerre de Succession, parce que « les pareció más católica y más decente que la casa de Borbón. En las luchas civiles del diecinueve habían de seguir la causa carlista, por los mismos motivos ». Les Sagarra ne sont pas des aventuriers, ils sont attachés à la terre et s’intéressent aux récoltes, tout en s’urbanisant peu à peu. Les étapes de cette évolution passent par un transfert de résidence, d’abord à Valls puis à Barcelone.

7Dès 1679, Charles II leur concède le titre de « honrado ciudadano de Barcelona » avec le droit d’user de la particule, ce qui marque l’entrée dans une forme de noblesse. Pendant la Guerre de Succession, Juan de Sagarra s’affirme comme un partisan convaincu de l’archiduc, tout en faisant l’acquisition d’une finca, la Granja de Doldellops, où s’abritèrent les troupes impériales. Il meurt en 1708. Son descendant dit de lui : « Familiarmente fue un patriarca ; socialmente, un depositario de la confianza de muchos y un caballero rural considerado y respetado ». Son fils, après un bref passage dans l’armée, épouse Josefa, qui appartient à la famille des Baldrich, parmi les notables les plus importants de Valls, et se consacre à l’exploitation de ses domaines.

8Les Sagarra, avec lui, poursuivent leur ascension sociale, leurs enfants sont envoyés à Barcelone dans un collège de Jésuites, puis à l’Université de Cervera, l’unique existant alors en Catalogne, ils en reviennent docteurs en droit civil et canonique.

9Mêlés à la vie de leur région, les Sagarra font aussi de longs séjours à Barcelone, où ils achètent une grande maison, sans cesser pour autant de visiter leurs propriétés rurales au moment des récoltes, tandis que leurs paysans, « masadores, aparceros o arrendadores » leur rendaient visite pour Noël avec de modestes cadeaux rituels.

10Cette situation se prolonge pendant tout le xviiie siècle, mais les structures sociales se modifient peu à peu : les propriétaires ruraux, au fur et à mesure de leur enrichissement, se transforment en « ciudadanos poseedores de fincas », avec leurs procuradores et leurs administradores se chargeant de la gestion des biens. Ainsi se forme à Barcelone une nouvelle aristocratie, cent cinquante ou deux cents familles, selon Sagarra, « que todavía en pleno siglo diecinueve mantenían un cierto aislamiento y un puntillo de clase ». Il en résulte un certain déracinement, aggravé par les guerres civiles, auxquelles les Sagarra n’échapperont pas puisqu’ils se séparèrent des terres de Verdú, berceau de leur fortune.

11L’arrière-grand-père de José Maria, Fernando de Sagarra y de Linas, est une personnalité attachante qui épousera, en 1827, une Sentmenat, de vieille noblesse mais afrancesada. Sa femme l’incitera à manifester des sympathies pour la France mais pour la France légitimiste. Il y fait un voyage, à la fin du règne de Charles X, puis glisse vers la politique, il est procurador síndico à Barcelone désigné par Ferdinand VII et sera même voluntario realista.

12Quand la guerre civile éclate il reste d’abord à l’écart, il faudra l’incendie des couvents, en 1835, et les massacres de religieux, pour qu’il passe d’abord en France pour rejoindre ensuite Berga où se trouvent les autorités carlistes. Mais leur chef de file, le Comte de España, se livre à de telles brutalités qu’il revient à Barcelone où il participe activement à la vie sociale. Tout cela est évoqué avec d’autant plus de finesse et de précision que son propre père s’était intéressé à la première Guerre Carliste en Catalogne, lui consacrant une monographie.

13Ramón de Sagarra succèdera à Fernando mais il est beaucoup plus superficiel que ce dernier et reste à l’écart des soubresauts politiques des années 1868-1873, tout en participant activement à la vie mondaine de Barcelone. Son fils, un autre Fernando, le père de José Maria, est, au contraire, une personnalité remarquable auquel celui-ci est visiblement très attaché. C’est un homme d’étude, qui reste un carliste convaincu mais sans participer personnellement au conflit, qui reprend en Catalogne, sous la direction du fameux Savalls, sinon pour essayer, sans succès, d’y introduire un peu d’humanité. Fernando manifeste très tôt un vif intérêt pour le « movimiento floralesco de nuestras letras », tout en fréquentant à l’Université Menéndez y Pelayo qui suit, comme lui, les cours de Mila y Fontanals.

14Fernando épouse une Castelarnau, appartenant à une vieille famille avec de fortes racines autour de la Seo d’Urgel et dans les vallées pyrénéennes. A l’égard de sa mère, José Maria manifeste une profonde affection et il prend soin de rappeler en détail le passé de sa lignée maternelle marquée, comme la sienne, par les majorats, tant dans la région de Tarragone que dans celle de Berga.

15Devenu un « hombre maduro y respetable » Fernando de Sagarra, dont le carlisme « iba derivando a un catalanismo de aspecto literario, histórico y arqueológico», se consacra de plus en plus à des travaux de recherche d’archives. Il est en relation avec tous les chercheurs importants, laïcs ou prêtres, dont le futur évêque Morgades, et il est bientôt élu à la « Real Academia de Buenas Letras ». En revanche, avec les gens de son monde ses rapports restent protocolaires et assez froids. Son épouse et lui jugent frivole leur mode de vie.

16Chez les Sagarra, dans la vaste demeure barcelonaise du Carrer de Mercaders, le rythme des journées débute par la messe quotidienne de la mère, qui, ensuite, s’occupe de la bonne marche de la maison. Elle veille aussi à ce que son époux conserve, pour fréquenter ses archives, les strictes règles vestimentaires en vigueur tandis qu’elle-même consacre l’après-midi à ses visites. A sept heures quarante-cinq, il y a la récitation du Rosaire dite par le chef de famille, en présence de tout le personnel. Les sorties théâtrales sont rares mais don Fernando manifeste, une dernière fois, son carlisme en rendant visite, à l’occasion d’un voyage à Rome, au prétendant Carlos VII. Le ménage des Sagarra aurait dû avoir six enfants, plusieurs n’ayant pas vécu, et José Maria vient au monde le 5 mars 1894.

17José Maria de Sagarra évoque avec émotion et reconnaissance sa niñera, Josefa, dite « Papeta », qui devait rester cinquante ans au service des siens, incarnant la sagesse populaire et à laquelle sa mère faisait toute confiance ; « vivía mucho para la religión y las prácticas devotas, pero no tenía nada de santarrona » et elle était profondément charitable vis-à-vis, par exemple, des mendiants de la rue, si nombreux à Barcelone.

18Les premiers souvenirs politiques du petit José Maria remontent à la guerre de Cuba et à la lecture passionnée des journaux par ses parents.

19La maison familiale était saturée d’Histoire :

la vida y milagros de mis antepasados estaban allí de cuerpo presente en nuestra casa constituyendo mi circunstancia, la única circunstancia de mi infancia, amasando, salando y macerando mi sensibilidad y trabajándome el futuro de una manera definitiva.

20Entre 8 et 10 ans, Sagarra vit dans un microcosme personnel, le monde extérieur de Barcelone lui restant inconnu. Ce qui le marque, en dehors de ses parents, ce sont les figures, souvent pittoresques, du personnel des fincas paternelles. Chez les Castelarnau, une place importante est occupée par l’oncle José Maria, chanoine, canoniste et Vicaire Général de Tarragone, figure prestigieuse considérée comme un saint.

21Ses cinq ans accomplis, Sagarra est envoyé au « Colegio de San Estanislao de Kotska », tenu par don José Corretger, un intégriste convaincu qui trouve les carlistes trop peu exigeants et se réclame de Nocedal. Le libéralisme est sa bête noire et son journal favori demeure El Siglo Futuro. En classe, lorsqu’on apprend les capitales européennes, on dit encore : Italie, capitale Florence, en ajoutant : « Estados Pontificios, capital Roma ». En revanche, l’école a des côtés moins réactionnaires et les châtiments corporels, par exemple, sont strictement exclus. José Corretger est un fervent admirateur des Jésuites et son école a pour objectif le baccalauréat dont la préparation se fera plus tard dans un Collège de la Compagnie.

22Nous sommes dans les années du début du siècle et Sagarra sort peu à peu de l’ambiance familiale et fait enfin connaissance d’une Barcelone dont il souligne opportunément qu’elle est encore une ville sans véhicules à moteur…

23Il est tout particulièrement frappé par le phénomène de la mendicité dans les rues de son quartier. Quand la fidèle Papeta est avec lui, il remarque qu’elle donne souvent des pièces de 5 centimes aux nombreux quémandeurs. La famille Sagarra a ses pauvres attitrés auxquels la tradition veut que l’on offre, chaque année, un repas copieux, dans la salle à manger, où les parents assurent le service et non pas les domestiques de la maison. Pauvreté et mendicité ont beaucoup frappé Sagarra dès son plus jeune âge. On l’emmènera à la messe avant sa septième année et il écrit : « la presencia de los mendigos a la puerta de las iglesias me apasionaba más que el espectáculo del interior ».

24Les séjours, l’été, dans la finca paternelle, près d’un village du Vallés, Santa Coloma de Gramanet, prennent figure de contrepartie rurale de la vie à Barcelone. La famille y passe trois mois avec un grand déménagement pour la Saint-Jean. C’est pour le jeune José Maria, une plongée dans la nature et dans le monde paysan, avec ses journaliers souvent venus de la lointaine province de Teruel.

25Mais Barcelone va bientôt entrer dans une période agitée avec une série de grèves, la présence de soldats dans les rues obligeant le jeune garçon à renoncer, parfois, à se rendre à son collège. Il aborde des lectures plus sérieuses avec Faust et juge opportun de s’en confesser. Le prêtre lui répond « ¿ Qué Faust, el de Gounod ? Hijo mío, no leer nada francés, porque todo lo que es francés es malo. Aquí tenemos autores muy buenos, como por ejemplo Balmes, González y don Cándido Nocedal ». Sagarra commence, grâce aux relations de son père, à approcher des hommes comme Manuel Durán y Bas, ancien ministre, ce qui l’impressionne fort, ou Luis Alós, marquis de Dou, apparenté à sa famille et très lié avec don Fernando. Son épouse, la tía Tuyetas « practicaba intensamente la vida religiosa y la vida social », elle recevait de nombreux représentants des vieilles familles et surtout des personnalités ecclésiastiques. Le couple Dou était passionné de généalogie et d’héraldique. José Maria s’initie ainsi aux rites sociaux, comportant les visites aux relations familiales en berline, accompagnées de laquais et de dépôt de cartes, bien que son père s’acquitte de ces devoirs sans aucun enthousiasme….

26La riche bibliothèque de son père devient pour le jeune José Maria un de ses lieux de prédilection, à côté d’ouvrages d’archéologie, la littérature y a sa place et il s’y familiarise avec le théâtre du Siècle d’Or et apprend par cœur des fragments de La Vida es Sueño. Manuel de Montoliu, jeune écrivain apparenté à sa famille, est la première figure littéraire qu’il connaît personnellement, on le considère comme « un revolucionario, un modernista y un catalanista, cosa que entre las conciencias de la época no era precisamente demasiado recomendado ». Montoliu corrigera les premières tentatives poétiques de José Maria, lequel avait, par ailleurs, été très impressionné par la rencontre, à une sortie de messe, avec le grand poète Jacinto Verdaguer, son père le présenta et dit de lui « es el menor de mis hijos y ya empieza a esribir versos ». Déjà, il avait appris et récité dans son collège la célèbre « Oda a Barcelona » de celui qu’il a toujours considéré comme « el hombre de mayor trascendencia en la aventura espiritual de mi tierra ». Peu de temps après, Verdaguer mourut et le jeune Sagarra assista à ses grandioses funérailles évoquant le numéro spécial de Cu-cut, le journal qu’il parcourait déjà malgré son caractère truculent et subversif, consacré à « Mosén Jacinto ».

27Poursuivant ses études à « l’Instituto » de Reus d’abord, puis au Collège des Jésuites de la rue de Caspe à Barcelone, José Maria de Sagarra, en 1905, a un contact, indirect mais qui l’a marqué, avec la politique.

28Les dirigeants de la puissante Lliga Regionalista, avec à leur tête Enrique Prat de la Riba, rendirent visite à son père pour lui demander de figurer sur la liste des candidats aux élections municipales. Don Fernando accepta, il sera élu, en même temps que d’autres figures de la Lliga, en lutte contre le Parti Radical de Lerroux « et les restes du caciquisme ». Le jeune Sagarra s’intéresse, au cérémonial de la municipalité, plus qu’à la politique proprement dite, d’autant plus que son père fut chargé de mettre au point le drapeau officiel de Barcelone, en raison de ses compétences historiques.

29Par ailleurs, don Fernando commence à emmener son fils dans divers théâtres, prélude à une vocation d’auteur dramatique qui se manifestera bientôt. Chez les Jésuites, le jeune José Maria, après des débuts modestes, s’affirme comme un brillant élève et obtient notamment une médaille d’or de français. La politique le rejoint plus directement avec la formation de l’éphémère coalition que fut la Solidaridad Catalana. Son père, note-t-il, a semé « le catalanisme dans ma tendre conscience ». Et il ajoute : 

asistir a mítines por mera curiosidad y como espectáculo pintoresco y humano me ha interesado siempre muchísimo. Algunas veces llevé pasión, buena fe y entusiasmo a esta especie de espectáculos, pero en muchísimas ocasiones me ha interesado sólo el colorido, tanto de los que pronunciaban los discursos como de quienes los escuchaban.

30Mais bientôt on assiste à une véritable explosion avec la Semana Trágica de l’été 1909. La famille Sagarra se trouve alors dans sa finca de Santa Coloma où les répercussions des événements de Barcelone se firent sentir. Le clergé local, dûment déguisé en « civil », se réfugia chez les Sagarra. L’auteur met en cause les radicaux de Lerroux « secundados por el anarquismo caótico, siempre latente en Barcelona y siempre dispuesto a lo que fuera ».

31Il conclut, allusion rapide à une actualité plus récente : « esto es la idea que yo tengo de la Semana que, naturalmente, comparado con todo lo que hemos vivido después resultó un aperitivo con mucho sifón ». Mais, à la différence de nombre de ses camarades, Sagarra prend parti contre l’exécution de Francisco Ferrer.

32Les évènements de Barcelone inspirèrent au jeune poète des vers de circonstance qu’il juge sévèrement, mais il fut très impressionné par le célèbre article de Juan Maragall : « la Iglesia quemada », qui fit sensation dans la bourgeoisie de Barcelone, avec des réactions réservées de la part du clergé, spécialement des Jésuites, mais aussi des Capucins, ces derniers, fortement soutenus par Cambó, bénéficient dès lors de sympathies marquées au sein de la Lliga.

33José Maria de Sagarra met en épigraphe à cette partie de son livre Entre Ariel y Calibán qui situe bien son double comportement durant les années marquées par son entrée à l’Université de Barcelone, en l’occurrence à la turbulente Faculté de Droit, et aussi par sa participation accrue à la vie littéraire.

34El Progreso, le journal de Lerroux, ayant publié un article désagréable sur la femme catalane, les étudiants réagissent vigoureusement, ce qui entraîna des interventions policières au cours desquelles José Maria de Sagarra et plusieurs de ses amis furent arrêtés. Son père ne manifesta aucune indignation, au contraire, il est vrai que les relations familiales permettaient de vite arranger les choses…

35Des enseignants de la Faculté de Droit, dont il suit les cours, très abordables, pour devenir avocat, José Maria de Sagarra trace des portraits qui soulignent le contraste entre de solides techniciens du droit et des réactionnaires convaincus, comme le Docteur Estanyol, chargé du cours de droit canonique.

36En classe de rhétorique, José Maria avait déjà vécu dans une effervescence littéraire et surtout poétique qui s’étendait aux littératures étrangères, de Baudelaire à Kipling, dépassant les goûts plus timorés de ses maîtres jésuites. Avec ses camarades, il fréquente aussi bientôt les cinémas du Paseo de Gracia et les music-halls où se produit la Fornarina, tout en s’intéressant aux édifices, plus ou moins modernistes, que l’on construit dans une Barcelone dont la bourgeoisie lui paraît moins complètement mema qu’on le prétend.

37Il commence à fréquenter Cambó, personnage qui occupe une place des plus importantes dans son livre, il est encore « joven y relativamente esquinado, mucho menos humano que en su vejez, si llevaba todavía un hongo de la provincia de Gerona y una barba brutal de casino carlista ».

38Le Paseo de Gracia, alors dans son âge d’or, est le lieu de rencontre des gens les plus importants de Barcelone, depuis la haute bourgeoisie jusqu’à des poètes comme José Carner. L’Avene, librairie, maison d’édition, imprimerie où se retrouve une certaine avant-garde est également un lieu de rendez-vous privilégié pour lui. Quant au Paralelo, qui commence à acquérir sa réputation sulfureuse, il est fréquenté par l’auteur et ses amis pour lesquels, au début du moins, « las gorras proletarias nos parecían objetos satánicos »

39Malgré son jeune âge, José Maria de Sagarra est introduit dans les milieux politiques littéraires les plus remarquables de la période. En avril 1911, son ami Carner lui fait rendre visite à Juan Maragall, considéré comme l’écrivain catalan le plus important du moment. Peu de temps après cette visite, Maragall disparaîtra prématurément et La Veu de Catalunya, organe de la Lliga, lui consacrera un numéro spécial.

40A la même époque, Sagarra rejoint le célèbre Ateneo Barcelonés, institution au recrutement éclectique, il fait partie de la peña d’un curieux personnage hors série, Quim Borralleras, lequel manifestait une grande indépendance d’esprit, ce qui lui valait une place unique dans les milieux politico-intellectuels. À l’Ateneo on rencontre aussi Eugenio d’Ors, alors à l’apogée de son influence en Catalogne, grâce à ses célèbres « glosas » publiées dans La Veu de Catalunya. On se presse pour écouter ses brillants monologues où il transmet les impressions que lui ont laissé ses séjours en France, évoquant aussi bien Bergson qu’Yvette Guilbert. Enrique Jardi, fidèle de Maurras et lecteur régulier de L’Action Française, est une autre figure marquante de l’Ateneo, coexistant avec le député républicain Pedro Rahola. Visiblement, cette largeur d’esprit a séduit et marqué José Maria Sagarra. La fréquentation de l’Ateneo et d’autres lieux privilégiés : comme la rédaction de La Veu de Catalunya, les peñas de l’Avenç ou de l’« Institut d’Estudis Catalans » donnèrent la possibilité au tout jeune homme qu’est encore José Maria de Sagarra de rencontrer maints personnages connus et même célèbres : on citera seulement une évocation émouvante de Ruben Darío vieillissant et délabré, mais sortant de sa torpeur pour évoquer la figure de Paul Verlaine.

41La diversité des goûts de Sagarra se manifeste par sa participation aux Jeux floraux de Barcelone, d’inspiration traditionnelle, mondaine et élitiste, au moins à l’origine. L’un des mécènes n’est autre que le Comte de Güell, représentant d’une famille, les Godó, en pleine ascension sociale. Dès 1912, Sagarra obtient un accessit. Par ailleurs, il s’intéresse de plus en plus au théâtre, la célèbre actrice María Guerrero interprète magistralement une œuvre de Ramón de Valle Inclán Voces de gesta. L’auteur se rend, à cette occasion, à Barcelone, l’originalité du personnage fascine Sagarra.

42En 1912, José Maria de Sagarra est invité par son père à l’accompagner en Italie et d’abord à Rome, ce qui nous vaut une évocation d’une ville qui est politiquement « masónica, positivista e ilustrada », tandis que, autour de Pie X, les cardinaux Merry del Val et Vives y Tuto manifestent le maintien d’une solide hégémonie espagnole d’inspiration strictement traditionaliste. Cependant une Escuela de España vient d’être fondée et son directeur José Sijoan, que Sagarra connaît déjà, se réclame d’une idéologie différente d’inspiration institucionista, et par ailleurs excellent animateur culturel. Après une visite consciencieuse de la ville et une réception par le Pape, José Maria et son père poussent jusqu’à Naples avant de regagner l’Espagne en passant par Florence, Venise et Milan. Au cours de leur séjour italien, les journaux apprennent, au père et au fils, l’assassinat de Canalejas et José Maria déplore la disparition « [d]el politico más civilizado e importante de la época de la Restauración ».

43En 1913, José Maria de Sagarra envoie un poème, destiné aux Juegos Florales, à Miguel de Unamuno, grand admirateur de Juan Maragall, et fortement intéressé alors par les lettres catalanes. Unamuno lui répond par une lettre amicale et élogieuse, vantant le talent du grand Maragall mais citant aussi un certain nombre de poètes catalans du moment. Cette fois-ci, José Maria de Sagarra reçoit une Eglantina de oro, succès salué par la presse, y compris par un journal comme La Vanguardia. Ce qui souligne la tendance des Jeux, une cérémonie destinée à commémorer l’Édit de Milan qui se tient à Ripoll sous le patronage de l’Evêque de Vich, Torras y Bagés, figure éminente du catalanisme conservateur dont il était « un definidor, un apostol y un magnate ».

44En décembre 1913, Unamuno, qui est en train d’écrire El Cristo de Vélazquez, envoie une longue lettre, restée inédite, à José Maria, dans laquelle il rattache le jeune écrivain à la grande tradition de Maragall. Littérairement « lancé », José Maria de Sagarra ne se désintéressera pas pour autant de la politique catalane : il a rejoint la Juventud Nacionalista qui regroupe les éléments jeunes de la Lliga, mais il souligne son permanent soucis d’indépendance tempéré par l’estime qu’il porte aux champions de la Mancomunidad et à ses animateurs : Prat de la Riba et Cambó. La conjoncture l’amène à faire un pas en avant dans la politique active. A la demande de Cambó, il accepte de participer avec d’autres amis à la campagne électorale destinée à faire gagner le siège de Solsona à Fernando Valls y Taberner. Devenu électeur, il fait cette remarque : « conocí por primera vez el sabor de la política rural ».

45Les pages consacrées à l’expédition, finalement malheureuse, à Solsona présentent un tableau réaliste et pittoresque d’une campagne électorale en Catalogne, à laquelle devraient se reporter tous les spécialistes de la sociologie électorale.

46Déçu de ne pas avoir de récompense aux Jeux Floraux de 1914, à la suite d’intrigues et de polémiques très caractéristiques de la vie littéraire barcelonaise, José Maria de Sagarra se rend pour la première fois à Paris, au printemps 1914, il y retrouve Agustín Calvet (Gaziel) bientôt correspondant de La Vanguardia et journaliste très apprécié.

47Il aperçoit Anatole France, alors au faîte de sa renommée littéraire, dont il regrette qu’il soit aujourd’hui oublié, et maintes figures parisiennes. Le jour même de l’attentat de Sarajevo, il revenait à Barcelone.

48La guerre éclate, provoquant une confusion totale en Espagne dont la neutralité, aussitôt proclamée, s’accompagne de la formation, on le sait, de deux camps rivaux : les germanophiles et les aliadophiles, indépendamment des options droite ou gauche, puisque par exemple Eugenio d’Ors est germanophile, lui qui est si marqué par la France et Cambó est francophile. José Maria de Sagarra signale que « nuestra peña de l’Ateneo se convirtió en el fervoroso baluarte de la bandera francesa ». L’affrontement conserve un ton passionné, y compris au sein des familles, et malgré l’épidémie de typhus qui frappe durement Barcelone à la fin de l’année 1914.

49Le premier volume de poésie de José Maria de Sagarra paraît alors, dans une édition typographiquement très soignée et conforme aux nouvelles normes orthographiques établies par Pompeyo Fabra et ses disciples, contestées par les animateurs des Juegos Florales.

50Unamuno se rend alors à Barcelone et, grâce à Nicolas d’Olwer, José Maria de Sagarra déjeune avec lui au Lion d’Or. Il note: « No olvidaré nunca esta comida, porque Unamuno me produjo el efecto de un personaje imperial, de un español fabuloso, como los buenos españoles de la época de los Austrias, pero del ramo de los herejes e inflamados ».

51Au cours des années 1914-1916, José Maria de Sagarra poursuit sa production poétique tout en obtenant sa licence de Droit. Il prend la décision de suivre, à Madrid, les cours de l’Institut Diplomatique et Consulaire, prenant la suite des écrivains diplomates, de Stendhal, de Ganivet et de Rubén Darío mais aussi de Paul Claudel et de Paul Morand. Barcelone, avec les conséquences de la guerre, connaît alors une période de prospérité matérielle mais José Maria de Sagarra signale aussi la présence et le rôle de personnages troubles de toutes nationalités. La famille Sagarra doit changer de domicile à la suite du percement de la Vía Layetana et va s’installer dans un immeuble de l’Avenida Diagonal.

52Au début de l’année 1916, José Maria de Sagarra se rend à Madrid où il va résider deux ans. Il éprouve une véritable jubilation à se trouver dans la capitale espagnole loin de ses relations habituelles. C’est avec sa « vitalidad optimista » qu’il va aborder cette nouvelle étape dans un cadre bien différent de sa Barcelone familière. Il explore les différents quartiers de la « Villa y Corte » et ne manque pas de nous informer des personnages qu’il côtoie dans la pension de famille où il est installé.

53Parmi eux se trouve Hermenegildo Giner de los Ríos, frère assez terne de don Francisco. José Maria de Sagarra porte alors un jugement réservé sur la Institución Libre de Enseñanza et sur son fondateur : « no dudo que don Francisco fue una figura irreprochable (desde su punto de vista), pero a mi estas personas de tanta bondad, de tanto almíbar y tanto franciscanismo gratuito me han cargado siempre un poco ».

54À l’Institut Diplomatique et Consulaire, l’ambiance est bien différente de celle, un peu guindée, de sa pension. Le niveau intellectuel est bon et les enseignants de qualité, en général, ils sont proches des milieux politiques d’où une série de portraits, bien enlevés, en particulier de Rafael Altamira, spécialiste de l’Histoire politique de l’Amérique, qui au terme d’une carrière brillante, est « en el fondo, un vivo de los que les cepillan el solideo a los arzobispos y se pone luego la camisa de los jacobinos y cantaba la Marsellesa » .

55José Maria de Sagarra a des contacts avec un autre milieu, celui de l’establishment aristocratique, grâce à ses déjeuners dominicaux chez son vieil oncle Joaquín de Castelarnau, familier depuis longtemps de la Cour et de la famille royale. L’oncle est très aimable et lui fait rencontrer ainsi maints títulos de Castilla mais, ne manque-t-il pas de noter : « Mi tío me presentó sin citar mi nombre, dijo : un sobrino mío de Barcelona, como habéis podido decir un perro perdiguero que nos ha caído encima y aquí le quitamos las pulgas ».

56José Maria de Sagarra enregistre très vite la différence de comportement entre Madrid et Barcelone face à la guerre européenne, dans un brillant parallèle, il écrit :

Barcelona liquidaba el siglo xix con una oleada de brillantez, de explosiva vitalidad nocturna… Madrid aparentemente, se pasaba las noches medio a oscuras, y la vida de la calle y el aspecto de la ciudad no se habían decido aún a romper el hielo, y continuaban viviendo en el más orgulloso, más holgazán y más irreducible siglo xix.

57José Maria de Sagarra est cependant très curieux de saisir l’ambiance des différents quartiers de la capitale avec le souci constant de faire la comparaison avec sa Barcelone. Bientôt, il devient un familier de l’Ateneo de Madrid. Son sens du contact humain fait qu’il est très vite à l’aise dans la docta casa. Il écrit :

Así como en Barcelona, al iniciar la vida universitaria, hice del Ateneo mi campo de trabajo, de relaciones y descubrimiento, y nuestra peña fue para mí una nueva familia moral, al iniciar mis estudios en Madrid, también fue el Ateneo de la calle del Prado, el constante domicilio de mi espíritu, la base para dar tres toques de consistencia humana y social a mi vida.

58Grâce à l’Ateneo, un jeune homme de vingt-deux ans « poseía otro lujo que las paredes de una casa de huéspedes ». Il note très justement : « Cuando llegué à Madrid, el Ateneo pasaba por una etapa de plenitud y de plenitud funambulesca, era rico en todo, la biblioteca desbordaba y la cacharrería producía el máximo ruido ».

59Les pages consacrées aux figures, souvent éminentes, qui fréquentent l’Ateneo nous présentent un tableau pittoresque et vivant du monde intellectuel de l’époque. Tout serait à citer dans ces pages, où défilent les grandes figures du moment, de Valle-Inclán à Pérez de Ayala. On s’arrêtera au portrait nuancé de Manuel Azaña, dont il ne faut pas oublier qu’il figure dans un volume publié dans les années 1950-1960 : 

Gran amigo de Morente y Araquistaín y de aquel grupo de jóvenes progresistas un pie en la literatura y un posible y enigmático pie en las vagas utopías, era Manuel Azaña. En aquel año 1916, Manuel Azaña representaba en el Ateneo, además de secretario de la junta directiva un pequeño prestigio estimado, para que no trascendía en absoluto mas allá de la casa y dentro de la casa únicamente en su grupo.

60Il ajoute :

Precisamente la falta de pretensión y el interés que se tomaba por las cosas del Ateneo hacía de Manuel Azaña este hombre simpático y sencillo que no tenía enemigos, porque, en realidad no le proponía hacer la competencia a nadie.

61José Maria de Sagarra rencontre aussi à l’Ateneo un personnage de son âge qui jouera plus tard un rôle important : José Calvo Sotelo, alors membre de la Juventud maurista, sérieux, travailleur et s’intéressant à la vie politique catalane. Il était à ses côtés lorsque, dans une discussion fort vive avec le très réactionnaire Docteur Albiñana, ce dernier menaça José Maria de Sagarra avec sa canne de bambou, ce qui obligea le président de la séance, Manuel Garcia Morente, à prendre la défense de José Maria de Sagarra en affirmant que l’Ateneo était « une tribune libre ».

62José Maria de Sagarra est très attentif aux réactions des gens de l’Ateneo face à l’essor des lettres catalanes, il souligne l’intérêt passionné que leur porte le critique et poète Enrique Díez-Canedo et au contraire, la relative indifférence de Ramón Pérez de Ayala et surtout le comportement hostile de José Ortega y Gasset. Ce dernier, dont l’art oratoire suscite l’admiration de José Maria de Sagarra :

la oratoria de Ortega y Gasset se me revela como la más oficial, como la más inteligente y sensual que hasta el momento había oído de boca de un intelectual ibérico.

63Mais Ortega manifeste de l’indifférence et même du mépris pour les lettres catalanes, alors que ses articles et ses livres obtiennent déjà à Barcelone et obtiendront, plus tard, un très vif succès. « Ortega y Gasset, note-t-il, a través de sus escritos, ha ignorado voluntariamente todo la espiritual efervescencia de nuestro litoral mediterráneo o lo ha considerado mediocre frívola e inconsciente ».

64Par ailleurs, José Maria de Sagarra rend un hommage particulier à Juan Ramón Jiménez et souligne son grand prestige, bien qu’il ne fréquente pas l’Ateneo et qu’il ne soit pas « un hombre de tertulias », il est pour lui l’incarnation de la grande poésie actuelle et le poète, ainsi que son épouse Zenobia, lui ouvrent largement leur maison.

65L’année 1917 fut, comme le remarque José Maria de Sagarra, « uno de los de aquella época en el cual el espectáculo político produjo efectos cómicos y dramáticos de gran variedad ».

66Il indique qu’il fait partie de la Juventud Nacionalista de la Lliga, « pero era de los más pasivos e inocuos ». Les affrontements politiques par moments le passionnent, mais la plupart du temps, écrit-il, « acepto de las cosas sólo lo que tuvieron de comedia y de pintoresco ». Ses relations personnelles le plaçaient, il est vrai, dans une situation très particulière : il avait, naturellement, des relations et des contacts avec les hommes politiques catalans et, en même temps, on l’a vu, par l’intermédiaire de l’Ateneo il fréquente un milieu où les préoccupations, et les options étaient bien différentes… Une de ses surprises fut de constater que ses amis de l’Ateneo considéraient Lerroux avec sympathie et pensaient qu’il était : « no sólo la cabeza visible de los republicanos españoles sino el valor más grande de la futura revolución »

67L’opinion barcelonaise normale « hacía de Lerroux el gran y nefasto aventurero. Capitán de la piratería radical del Ayuntamiento ». Sagarra prit ainsi un peu plus conscience de « la terrible diferencia de un hecho o de una cosa calquiera, vistos desde Madrid o vistos desde Barcelona ».

68En face de Lerroux se dresse Cambó dont c’est alors un des grands moments. José Maria de Sagarra raconte l’épisode de l’Assemblée – illégale – des Parlementaires en soulignant combien : « Cambó era la médula y el cerebro de todo y él que hacía de cerebro de todo el mundo ». Au cours de cette crise compliquée encore par l’intervention de Juntas de defensa, Cambó, comme le remarque José Maria de Sagarra, tire les ficelles. José Maria de Sagarra assiste à une réunion où, en petit comité, Cambó analyse la situation. L’hommage dithyrambique au leader catalan mérite d’être cité :

En estos momentos la elegancia del prestidigitador y la buena fe del hombre alcanzaron una alta temperatura, tan alta que en ella dio Cambó el do de pecho de su vida y los que sólo pudimos entreverlo en sus mágicos rodeos podemos decir que en Cataluña hemos tenido un nombre que por su bien tallada solidez podría figurar muy dignamente entre las páginas de Plutarco.

69Les élections générales de 1918 donnèrent l’occasion à Cambó de lancer « el tanco de la “España grande” que fue uno de los negocios políticos más afortunados de aquel hombre extraordinario ». Il fallait à tout prix que la Lliga et ses amis obtiennent le maximum de sièges. José Maria de Sagarra qui fréquentait les locaux de la Lliga devait à son tour participer à l’activité despotique de Cambó. Convoqué par ce dernier un matin, il reçoit la mission de se rendre en Aragon, à Barbastro, le soir même pour se mettre aux ordres du candidat Clemente Puga et reçoit pour ses frais personnels cent cinquante pesetas. Le récit, en quatorze pages, de cette expédition, est une véritable nouvelle qui nous introduit mieux que maints ouvrages savants aux mœurs électorales de l’Espagne profonde.

70Rien n’y manque, repas interminables, intrigues compliquées, meetings orageux. Le candidat, don Clemente de Puga y Villamayor, riche propriétaire qui « tenía ideas mauristas pero con tendencia liberal, cosa que no excluía la más sólida religiosidad » attestée par la présence à ses côtés d’un prêtre, son principal conseiller, personnage haut en couleurs qui évoque, écrit José Maria de Sagarra, les curés de la Reconquista. Puga s’était entiché des idées de Cambó mais il fallait affronter le député sortant, un « cacique romanoniste ». Pour renforcer le candidat, dans une circonscription aragonaise qui avoisine la province de Lérida, on envoie malencontreusement sur place un catalaniste passionné qui est très mal accueilli dans les pueblos de la frontière où « media docena de gordos baturros, serviles y vandálicos » le huèrent aux cris de « cerdo separatista y marrano catalán ».

71Evidemment, Puga fut écrasé et José Maria de Sagarra dut rendre compte de son échec à Cambó, lequel, épuisé, lui réserva pourtant un accueil cordial et personnel le félicitant pour ses vers et lui laissant entrevoir que là, plus que dans la carrière diplomatique, était sa vocation. La Lliga triompha en Catalogne mais l’échec de « la España grande » fut total dans tout le reste de l’Espagne. On eut alors enfin recours à Antonio Maura et, le 22 mars 1919, José Maria de Sagarra fut présent à la Chambre des députés pour la présentation du gouvernement. José Maria de Sagarra considère cette séance comme « el último acto grandioso de la monarquía ».

72Tous les protagonistes sont là :

hombres trabajados y conocedores de Antonio Maura, hacía un gran efecto. Don Francisco Cambó adoptó una inmovilidad y una severidad patéticas. Romanones parecía satisfecho. Dato tenía un cierto aspecto de desganado. García Prieto oscilaba entre la ausencia y la indiferencia y don Santiago Alba parecía un moro notable, pero no se podía decir si era amigo o enemigo.

73Après avoir prolongé son séjour à Madrid durant l’été 1918 et en notant sa préférence pour la fréquentation de Juan Ramón Jiménez plutôt que celle, très bohème, de la tertulia du Pombo, José Maria de Sagarra revient à Barcelone et choisit délibérément le chemin de la littérature, abandonnant son projet de carrière diplomatique. Les dernières pages des Memorias sont consacrées aux étonnantes réactions de Barcelone à l’annonce de la victoire des Alliés, en novembre 1918. Une allégresse tumultueuse s’empare de la ville, on chante « La Marseillaise » dans les rues que surveille de près la Garde Civile à cheval. Un grand banquet, à l’Hôtel Oriente, réunit les « aliadophiles », spécialement ceux de l’Ateneo ; Santiago Rusiñol préside et chante deux chansons plutôt que de prononcer un discours au milieu de l’émotion générale

74L’ouvrage se termine sur cette scène. La suite des Memorias, à partir de 1919, n’est jamais parue. On ne peut que le regretter. Jusqu’en 1936, Sagarra poursuivit une carrière brillante de poète et de journaliste mais surtout d’auteur dramatique à succès, en langue catalane. La guerre civile interrompit ce brillant parcours ; comme beaucoup de ses amis, il passa la frontière et se réfugia à Paris. Il ne revint en Espagne qu’une fois la guerre terminée, en 1946, reprenant son activité d’auteur dramatique et de journaliste, retrouvant sa place dans le monde littéraire, échangeant une abondante correspondance avec son vieil ami José Pla.

75Dans son propre livre de souvenirs, Dionisio Ridruejo, autre personnage hors série, vivant alors à Barcelone, rencontre Sagarra « corpulento, con cabeza romana, zumbón y agubi ». José Maria de Sagarra meurt en 1961, il avait prononcé l’année précédente, et à juste titre, le discours célébrant le centenaire de l’Ateneo Barcelonés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bécarud, « En feuilletant les Memorias de José Maria de Sagarra », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 28 avril 2008, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://ccec.revues.org/1533 ; DOI : 10.4000/ccec.1533

Haut de page

Auteur

Jean Bécarud

Conservateur honoraire, Bibliothèque du Sénat

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org