Navigation – Plan du site
Apuntes de lectura

Guernica, pour la première fois, la guerre totale (Guernica and total war), de Ian Patterson

Editions Héloïse d’Ormesson, 2007, 188 pages
Serge Buj

Texte intégral

1Ils craignaient que leur ciel leur tombe sur la tête. C’est ce qui arriva le 26 avril 1937 en fin de journée à Guernica, neuf mois après le déclenchement de l’insurrection militaire qui visait à renverser la IIe république espagnole.

2Vers seize heures trente, un premier bombardier, un Heinkel 111 (ou un Dornier 17E) survola la ville et largua six bombes sur la gare de cette petite bourgade.

3Peu après, une vague de H 111, de chasseurs bombardiers H 51 et de chasseurs Messerschmitt 09 survolèrent la ville. Les premiers bombardèrent une confiserie et les constructions de ses alentours, les seconds mitraillaient les civils en fuite.

4Vers 17 heures quinze, des Junker 52 bombardèrent la ville par vagues successives à la cadence d’un passage toutes les vingt minutes sans interruption jusqu’à 19 heures trente.

5Ils larguaient des bombes explosives de 250 kilos, des bombes antipersonnel et des bombes incendiaires, remplies de phosphore blanc. Au total, probablement 35 tonnes de projectiles furent déversées sur Guernica en moins de deux heures de temps.

6La responsabilité de cet acte meurtrier incombe aux nationalistes et à leurs alliés (en l’occurrence, la Légion Condor). Ils le nièrent pendant des décennies, mais il s’agissait bel et bien d’un acte planifié, prémédité qui est resté comme le premier acte stratégique moderne du xxe siècle de ce que l’on appelle « la guerre totale ».

7C’est à partir de ce fait et de ce qu’en disent les archives et les témoignages, que Ian Patterson a conduit cet essai sur l’usage des bombardements en zone civile en temps de guerre depuis la guerre de 14/18 jusqu’à Hiroshima. Un essai documenté, reposant sur les témoignages des acteurs (victimes et bourreaux) et les travaux d’historiens portant sur ce thème.

8Mais cet essai correspond aussi à la tentative de porter témoignage de ce que fut la pensée intellectuelle anglo-saxonne, de son effort pour repenser la guerre mais également la lutte pour la paix, dans ce nouveau contexte. Il montre quels furent le cynisme et la duplicité des gouvernants britanniques et américains. Il montre aussi comment, de H. G. Wells à Stanley Kubrick, les intellectuels anglo-saxons ne désarmèrent jamais pour les dénoncer.

9Le livre de Ian Patterson, s’il s’insère dans la tradition anglaise bien assise de l’histoire militaire, en renouvelle les données et les objectifs au service d’une conception inédite de la guerre et de la paix. Il propose, à l’échelle de ce fait bien connu, une véritable histoire intellectuelle de la guerre aérienne.

10En lisant ce petit ouvrage on ne peut qu’évoquer Arnold Toynbee :

La guerre ne commence à révéler sa malfaisance que lorsque la société qui s’y livre a commencé à accroître son aptitude économique à exploiter la nature physique et son aptitude politique à organiser « la puissance démographique », mais dès que c’est le cas, le dieu de la guerre auquel cette société en croissance est depuis longtemps vouée se révèle  un Moloch qui dévore une part toujours plus grande des fruits multipliés de l’industrie et de l’intelligence de l’homme en prélevant un tribut toujours plus considérable de vies et de bonheur1

Haut de page

Notes

1 Arnold Toynbee, Préface à Guerre et civilisation, extraits de A study of History rassemblés par Albert Fowler, publiés en 1950 par Oxford University Press, traduction française de 1953, publiée chez Gallimard.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Buj, « Guernica, pour la première fois, la guerre totale (Guernica and total war), de Ian Patterson », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 28 avril 2008, consulté le 29 mai 2017. URL : http://ccec.revues.org/1433

Haut de page

Auteur

Serge Buj

Université Paris-VII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org