Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Marie-Aline Barrachina, Femmes et démocratie :  les Espagnoles dans l’espace public (1868-1978)

Paris, Sedes-CNED, 2007 (CAPES-Agrégation), 160 pages
Christine Lavail

Entrées d’index

Mots clés :

démocratie, femmes

Keywords :

democracy, women
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre, écrit par Marie-Aline Barrachina, Professeur de Civilisation et de Littérature de l’Espagne Contemporaine à l’Université de Nice Sophia-Antipolis, répond aux exigences de la préparation de la question de civilisation au CAPES et à l’Agrégation.

2Cet ouvrage de synthèse, qui affiche une démarche didactique, est bien construit, riche en données numériques et en exemples ; il propose un découpage rigoureux et méticuleux de la longue période envisagée. Il permet ainsi d’avoir une bonne vision d’ensemble sans pour autant négliger les éléments précis. Les connaissances larges et multiples qu’il offre sont assorties par ailleurs d’un approfondissement de la réflexion.

3Dans cet esprit pédagogique, les « Préliminaires historiques et méthodologiques » qui font office d’introduction posent clairement les bases de travail et les outils conceptuels utilisés.

4Marie-Aline Barrachina y rappelle à des lecteurs composés majoritairement d’étudiants que l’histoire des femmes n’est pas une partie de l’histoire en marge des processus historiques généraux mais qu’elle inscrit plutôt les femmes dans le discours historique de façon à rendre visible leur participation à ces processus tout en tenant compte de leurs spécificités.

5La notion de « genre » (gender) est ensuite présentée comme catégorie d’analyse utile pour conduire la réflexion sur l’histoire des femmes. Cette notion, élaborée dans les années 80, notamment par l’historienne américaine Joan W. Scott, permet d’étudier les rapports entre les sexes comme le résultat de constructions historiques et socioculturelles ; elle présente l’avantage sur la notion de « sexe » d’éviter les explications de type biologique et « naturel ». Cependant, s’il est certain qu’un ouvrage destiné à des étudiants de concours n’est pas le lieu pour proposer une théorisation, il est tout de même à regretter que cette notion ne soit pas plus développée car elle est au cœur d’un débat fondamental sur le rôle des femmes dans la société.

6Enfin, toujours dans l’introduction, Marie-Aline Barrachina propose une analyse précise des termes du sujet et des bornes chronologiques. Elle dégage ainsi le sens nécessairement pluriel du terme « femmes » en fonction des réalités historique, sociale et politique dans lesquelles elles s’insèrent, mais aussi la dynamique politique et résolument contemporaine dans laquelle s’inscrit la question de concours par le biais du terme « démocratie ». Il s’agit donc de comprendre le lent processus d’émancipation qui, à partir de 1868, a conduit les femmes espagnoles à investir l’espace public que l’ordre bourgeois, instauré à la fin du xviiie siècle, avait réservé aux hommes. En effet, les nouvelles libertés introduites par le Sexenio Democrático, permettent le début de ce cheminement qui sera cependant interrompu en 1939 par l’instauration du régime franquiste mais retrouvera sa vitalité, après la mort du dictateur, au cours de la transition démocratique.

7L’ouvrage a une structure en 13 chapitres – largement justifiée par le souci pédagogique affiché par l’auteur – qui marquent les avancées et les replis de l’émancipation féminine. Ce découpage, à la fois chronologique et thématique, permet de comprendre les enjeux de l’émancipation des femmes pour chacune des périodes. Il faut y ajouter un appareil critique léger et surtout utile, comme l’affirme l’auteur elle-même, afin de permettre aux étudiants de travailler efficacement :

  • une chronologie divisée en 8 périodes historiques (le Sexenio, la Restauration arrêtée en 1923, la Dictature du général Primo de Rivera, la Seconde République, la Guerre Civile, le premier franquisme jusqu’en 1953, le franquisme d’après 1953, la transition démocratique) comporte des événements internationaux, nationaux et d’autres spécifiquement en rapport avec les femmes (législation, création d’associations, etc)

  • un index qui recense les publications féminines, les institutions, les associations, les partis et syndicats, les personnages importants de la période tant féminins que masculins.

8Les six premiers chapitres sont consacrés au xixe siècle. Après avoir posé la situation des femmes pendant cette période, ils montrent comment, à partir du débat autour de l’éducation et de l’accès des femmes à la culture et au travail, les femmes commencent à s’intégrer à l’espace public. Le rôle du krausisme  et de son principal divulgateur en Espagne, Fernando de Castro, y est mis en exergue, ainsi que celui des Congrès Pédagogiques de la fin du siècle qui montrent l’intérêt grandissant à l’égard des femmes et le questionnement sur leur rôle au sein de la société. Parallèlement, un certain nombre d’initiatives féminines/féministes plus ou moins isolées sont étudiées, notamment celles de Concepción Arenal et Emilia Pardo Bazán.

9Enfin, Marie-Aline Barrachina interroge la notion de « féminisme », l’utilisation du terme par les milieux catholiques et conservateurs et la difficulté grandissante de la gauche à se positionner par rapport à lui.

10Le chapitre 7 étudie la façon dont les théories sur l’éducation aboutissent dans les premières années du xxe siècle à la création d’une élite féminine (issue de la Residencia de Señoritas ou du Lyceum Club), certes minoritaire, mais bien présente, et insiste sur le passage d’un engagement social des femmes à un engagement plus politique. Un certain nombre de conditions se trouvent dès lors réunies pour permettre l’apparition d’un mouvement féministe organisé (comme en témoigne, par exemple, la création en 1918 de la Asociación Nacional de Mujeres Españolas).

11Les chapitres 8 et 9 analysent la période de la Seconde République et ses contradictions. L’auteur montre que, s’il y a consensus quant à la volonté d’améliorer la situation des femmes en matière de législation sociale et du travail, la classe politique et la société en général manifestent leur résistance à tout changement profond susceptible de modifier l’ordre patriarcal (notamment lorsqu’il s’agit du droit de vote ou de la législation sur la famille).

12D’autre part, l’accent est mis sur la polarisation de la vie politique à partir des années 33-34, qui se traduit par la division de l’engagement féminin avec la mobilisation des femmes de droite autour de la Acción Católica Femenina et le regroupement des femmes de gauche au sein de la Asociación de Mujeres Antifascistas.

13Le chapitre 10 rappelle la mobilisation des femmes de gauche pendant la Guerre Civile (celle des femmes de droite étant traitée dans les chapitres suivants sur la Section Féminine) et ferme le cycle républicain. La participation des femmes à l’effort de guerre – soit de façon active, soit à l’arrière-garde – transforme les rapports entre les sexes et Marie-Aline Barrachina insiste à juste titre sur le début d’émancipation de fait que représente la guerre pour les femmes, et cela malgré la brièveté du phénomène. Elle souligne en ce sens la figure mythique de la milicienne, le rôle de Federica Montseny en tant que Ministre de la Santé, mais aussi celui des associations Mujeres Libres et Asociación de Mujeres Antifascistas qui, chacune depuis ses positions idéologiques, se chargent de mobiliser les femmes.

14Les chapitres 11 et 12, consacrés à la Section Féminine de la Phalange, permettent d’aborder, de façon plus générale, la Guerre Civile depuis la perspective nationale et le franquisme.

15Le chapitre 11, très documenté et très complet, analyse en détail la création de la Section Féminine en 1934, son fonctionnement pendant la guerre et la configuration définitive qu’elle adopte à partir de 1939 comme moyen de contrôle social, politique et idéologique de la population féminine. Mais il reste particulièrement intéressant en cela qu’il dégage les contradictions et les paradoxes d’une organisation qui véhicule un idéal féminin entièrement tourné vers l’espace privé alors que ses cadres occupent l’espace public et représentent des femmes émancipées de fait.

16Le chapitre 12 aborde la question de la résistance à ce modèle : les femmes dans la guérilla antifranquiste, les femmes qui créent des réseaux de solidarité pour porter aide et assistance aux prisonniers ; mais aussi plus tard, dans les années 50 et surtout 60, les associations de femmes ouvrières et la naissance du Movimiento Democrático de Mujeres ainsi que la prolifération d’associations et de revues féministes.

17Dans ce contexte, l’évolution de la Section Féminine apparaît comme inévitable et cette organisation est amenée progressivement à accepter une certaine participation des femmes à l’espace public mettant à jour ses propres contradictions. Marie-Aline Barrachina évoque à ce sujet le rôle de la phalangiste Mercedes Formica et propose une excellente analyse de la Ley sobre los derechos políticos, profesionales y de trabajo  de la mujer de 1961.

18Le treizième et dernier chapitre aborde la période de la Transition démocratique et met l’accent sur le fait que l’adoption de la Constitution de 1978 ne signifie pas un passage à la satisfaction des revendications féminines sur l’égalité, le contrôle de leur corps et de leur sexualité. Si l’année internationale de la femme décrétée par l’ONU en 1975 permet aux femmes espagnoles d’exprimer leur désir d’émancipation, la problématique féminine n’est pas une priorité de la Transition qui a recherché avant tout le consensus pour arriver à un accord politique.

19Le livre de Marie-Aline Barrachina apparaît comme un outil de travail indispensable mais aussi comme un ouvrage précieux qui offre un panorama complet de la période proposée par le programme du CAPES et de l’Agrégation, dans lequel la réflexion et la profondeur de vues ne manquent pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Lavail, « Marie-Aline Barrachina, Femmes et démocratie :  les Espagnoles dans l’espace public (1868-1978) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 28 avril 2008, consulté le 30 mai 2017. URL : http://ccec.revues.org/1333

Haut de page

Auteur

Christine Lavail

Maître de conférences, Université Paris-X Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org