Navigation – Plan du site
Les historiens français et l'Espagne contemporaine

Espagne, Espagnes xve-xxe siècles

En guise de présentation*
Bernard Vincent

Entrées d’index

Périodes :

XIXe, XXe
Haut de page

Texte intégral

1Que sait-on, en France, de l'histoire espagnole ? Assurément peu de choses. Elle est scandaleusement absente de l'enseignement secondaire, elle fait des apparitions timides et limitées dans les programmes des concours de recrutement (que je sache, l'Espagne du xvie siècle n'y a pas figuré sauf de manière marginale depuis vingt ans, la résistance aux armées napoléoniennes ou le franquisme attendent encore d'y avoir réellement droit de cité). Malgré de petites améliorations récentes, les éditeurs non universitaires restent frileux et se contentent de publier des travaux d'hispanistes français dans des domaines précis, histoire générale, biographies, inquisition, guerre civile. Et il n'y a pratiquement pas de traductions d'ouvrages écrits en une autre langue, en particulier en espagnol : aucun de Ramón Carande, de José Antonio Maravall, d'Antonio Domínguez Ortiz, de Josep Fontana... Un seul de Claudio Sánchez-Albornoz et encore n'a-t-il paru qu'après sa mort.

2Ces lacunes qui, il est vrai, pourraient être constatées pour d'autres aires géographiques, sont fort dommageables car l'histoire des Espagnes est en pleine expansion. Non pas que la situation soit idyllique outre-Pyrénées. Après l'engouement pour l'histoire qui a suivi le retour de la démocratie en 1975, la discipline a été, ces dernières années, abandonnée par les étudiants optant en masse pour le droit et surtout l'économie; le renouvellement des enseignants est aujourd'hui, faute de postes, extrêmement limité. Mais, pour le moment, ce déficit n'a pas eu d'effet négatif sur la recherche. La recherche dispose de sérieux atouts. Ainsi des possibilités sont offertes par les gouvernements régionaux qui financent projets, rencontres et publications. En particulier les jeunes chercheurs ont d'indéniables et nombreux moyens d'expression : ils publient en castillan, en catalan, en galicien et en basque. Elle bénéficie également de l'existence de documents foisonnants et souvent incomparables et aussi des efforts des maisons d'édition traduisant beaucoup et rapidement. Le revers de la médaille existe parfois : une propension forte au localisme, les chercheurs travaillant sur des domaines extérieurs à l'Espagne sont rarissimes, le cas de l'Amérique hispanique contemporaine n'étant pas le moins surprenant; une application stricte de modèles forgés ailleurs et ne rendant pas bien compte des réalités; un éclatement extrême des revues. Si beaucoup de départements d'histoire moderne et/ou contemporaine ont leur propre organe, la communauté scientifique souffre de la rareté ou de la faiblesse de la plupart des publications d'ambition nationale. Telle qu'elle est l'histoire espagnole manifeste une belle vitalité à laquelle contribue l'apport de l'hispanisme présent un peu partout dans le monde, de   Francfort à Rome, de Tokyo à Oxford, de Bordeaux à Baltimore. Ce numéro de la Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine veut être une illustration de ses richesses, de ses quêtes, de ses interrogations. Une illustration et non un reflet tant le choix des apports retenus laisse dans l'ombre des pans entiers de la recherche en cours : les études menées à partir des sources inquisitoriales, l'histoire des échanges commerciaux sous l’Ancien Régime, l'histoire rurale, plus particulièrement celle de la transition du xviiie au xixe siècle, celle des migrations... Mais ce qui est ici offert incitera le lecteur, espérons-nous, à pénétrer davantage dans le monde hispanique.

3Plusieurs contributions abordent l'histoire culturelle longtemps négligée parce que soupçonnée de céder à la facilité. Peu à peu les préjugés tombent et l'histoire de l'écrit ou celle des représentations qui peuvent reposer sur des matériaux exceptionnels voient s'ouvrir de belles perspectives. Deux articles appartiennent à l'histoire sociale des institutions. Qu'elle soit appliquée á l'époque moderne ou à l'époque contemporaine, à l'Espagne ou à l'Amérique hispanique d'époque coloniale, celle-ci constitue un domaine où les avancées ont été spectaculaires depuis dix ans. Cela est dû, entre autres facteurs, à la fécondité du dialogue instauré entre historiens et historiens du droit. La seconde partie de ce numéro réunit des travaux à caractère plus synthétique autour de thèmes fondamentaux. L'étude de la famille pose le problème de la singularité espagnole souvent affirmée, pas souvent prouvée. Elle s'inscrit dans le courant de nombreuses recherches en cours. Les villes castillanes d'Ancien Régime font l'objet d'un état de la question dont on peut affirmer qu'il est le plus complet qui soit. Enfin industrialisation et mesure du retard économique entre le milieu du xixe siècle et le début du xxe siècle d'une part, les nationalismes et leurs expressions – voyez le dossier du dernier numéro de la revue barcelonaise Manuscrits consacré à cette dernière question – d'autre part, sont des thèmes qui ont suscité ces derniers temps beaucoup de réflexions intéressantes et aussi de vives polémiques. La Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine se devait de s'en faire l'écho car, indéniablement, il s'agit là d'enjeux majeurs.

4Je tiens enfin à souligner que les comptes rendus ici réunis sont un élément essentiel de ce volume. S'ils ne comblent pas toutes les lacunes, ils cherchent à compléter l'information et rendent certaines absences moins criantes.

5*Texte initialement paru dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine, 41-2, avril-juin 1994. Merci à l’auteur et aux éditeurs. L’évolution des choses depuis cette date est visible dans l’entretien accordé en 2007 à notre revue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Vincent, « Espagne, Espagnes xve-xxe siècles  », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 20 juin 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ccec.revues.org/1193 ; DOI : 10.4000/ccec.1193

Haut de page

Auteur

Bernard Vincent

École des Hautes Études en Sciences Sociales

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org