Navigation – Plan du site
Débats. Vous dites civilisation ?

Civilisationnistes ou historiens ?

Jean-Louis Guereña

Entrées d’index

Keywords :

civilization, history

Périodes :

XIXe, XXe
Haut de page

Notes de la rédaction

Extrait de La civilisation en questions. Actes des journées d’études de la Société des Hispanistes Français, Préface de Jacques Soubeyroux (Président de la Société des Hispanistes Français), Indigo, 2003, p. 29-44.

Texte intégral

1Ce n’est certes pas la première fois que la S.H.F. entend se pencher spécifiquement sur l’étude de la « civilisation », l’un des segments importants de nos enseignements et de nos recherches, que ce soit dans le cadre hispanique ou hispano-américain, tant pour l’époque moderne que contemporaine, mais sans doute le fait-elle aujourd’hui avec un plus grand souci d’exhaustivité, ce qui explique le grand nombre d’intervenants et de champs couverts lors de ces Journées d’études d’Amiens sur « la civilisation en questions ».

  • 1 « L’enseignement de la civilisation », in Société des Hispanistes Français de l’Enseignement Supéri (...)

2Par deux reprises en effet, lors de précédentes journées d’études tenues respectivement en 1988 et en 1994, notre Société s’est déjà longuement interrogée sur l’approche de la civilisation, ses rapports avec l’histoire et d’autres disciplines, son enseignement et sa recherche dans le cadre des études hispaniques et hispano-américaines en France 1. Cette insistance à revenir sur le sujet signifierait-elle donc simplement l’importance de l’objet ou, facteur nettement plus inquiétant, la difficulté à l’appréhender ? Sans doute n’est-il pas inutile de revenir sur la nature plurielle de l’hispanisme français (incorporé dans la 14e section du C.N.U.) avant de s’interroger sur l’utilisation et la signification de la civilisation chez les hispanistes et les historiens et d’insister sur la nécessaire approche diachronique des faits de civilisation pour avancer en conclusion quelques propositions tendant à inscrire la civilisation dans le champ de l’histoire culturelle.

I. L’hispanisme comme discipline universitaire plurielle

  • 2 Sur la naissance et la formation comme discipline universitaire de l’hispanisme français, voir Anto (...)
  • 3 Il existe de multiples bilans de la recherche hispanique en France, notamment ceux dressés périodiq (...)

3Il convient en effet de rappeler d’emblée que « l’hispanisme » comme discipline universitaire dans laquelle nous nous situons ne constitue cependant pas une discipline scientifique proprement dite mais simplement un vaste et multiple espace culturel (européen et américain de surcroît) où se croisent à des degrés divers plusieurs disciplines 2, ce qui contribue de ce fait à la diversité intrinsèque mais aussi à la spécificité des études hispanistes et hispano-américaines en France (études littéraires et linguistiques bien sûr, mais aussi historiques, sociologiques, ethnologiques, géographiques, cinématographiques, musicologiques, esthétiques...) 3, tout en entraînant un certain « repli » inévitable sur cette seule aire culturelle, terrain naturel de leurs recherches.

  • 4 Société des Hispanistes Français de l’Enseignement Supérieur, Bulletin bibliographique (1973-1974) (...)
  • 5 Jean Franco, « Thèses soutenues et thèses en cours en Études Ibériques et Latino-américaines », in (...)

4L’on peut facilement repérer cette diversité à la simple lecture par exemple des fiches bibliographiques incluses dans le Bulletin Bibliographique de la Société, d’ailleurs de plus en plus riche chaque année 4 ou de l’intitulé des thèses de doctorat déposées et soutenues en France dans le cadre des Études Ibériques et Ibéro-américaines et pour lesquelles la « civilisation », entendue au sens très large du terme certes (en gros, ce qui n’est pas de la Littérature), se taille actuellement, semble-t-il, la part du lion 5.

5Cette diversité ne date d’ailleurs pas d’aujourd’hui, et nombreux furent les hispanistes français stricto sensu (les agrégés d’espagnol pour simplifier) qui s’étaient investis dans « autre chose » que la littérature – autrement dit de l’histoire – alors que relativement rares étaient par contre – surtout pour l’époque contemporaine – les historiens (les agrégés d’histoire) à s’être consacrés au domaine hispanique. Les premiers auraient-ils d’une certaine manière comblé les vides laissés par les seconds ? Sans doute faudrait-il d’ailleurs tenir compte également d’une autre spécificité française (à part les concours d’agrégation du second degré), à savoir la formation pluridisciplinaire (et donc historique entre autres) reçue par certains étudiants dans les classes préparatoires aux Écoles Normales Supérieures, et observer en outre ce qui se passe du côté des études anglicistes, germaniques ou des italianistes.

  • 6 Il existe une bibliographie des onze premiers congrès : Jaime Fernández S. J., Asociación Internaci (...)
  • 7 Asociación Internacional de Hispanistas.Boletín, Soria, Fundación Duques de Soria, nº1-nº7, 1994-20 (...)

6L’on ne retrouve pas par contre cette large diversité disciplinaire que connaît l’hispanisme français dans d’autres pays, européens ou pas, où l’hispanisme demeure encore relativement cantonné aux seules approches littéraires et linguistiques, ce que l’on peut appréhender notamment au niveau de l’Association Internationale des Hispanistes [A.I.H.] créée en 1962 en Angleterre, tant dans le programme de ses congrès, organisés tous les trois ans 6 qu’au sein de son Bulletin, édité en Espagne depuis 1994 7.

7Il nous faut donc regretter que trop souvent encore l’hispanisme ne soit perçu, y compris par les propres hispanistes eux-mêmes, que comme la seule étude linguistique et littéraire de l’aire hispanique et hispano-américaine (ce que reflète par exemple très concrètement l’actuelle dénomination de la 14e section du C.N.U., « Langues et Littératures romanes », intitulé où personnellement je ne me reconnais pas). C’est donc de ce qui « reste » que nous allons traiter. Mais de quel « reste » ?

II. La notion de « civilisation » chez les hispanistes et les historiens

  • 8 Sur l’introduction du terme de « Civilización » dans le lexique espagnol au XVIIe siècle et ses utl (...)
  • 9 Bernard Vincent, « L’hispanisme français et l’histoire moderne et contemporaine », Jerónima Zurita, (...)

8J’aurais d’ailleurs pu commencer mon intervention en affirmant que je ne sais pas vraiment ce que recouvre le terme, quelque peu confus et ambigu au demeurant, de « civilisation  8», mais que je sais à peu près ce que suppose le regard de l’historien porté sur tel ou tel événement, sur tel ou tel fait de civilisation. Les deux termes de « civilisation » et d’ « histoire » sont-ils donc – pratiquement – des équivalents 9?

9Certes, comme nous le savons tous, « Civilisation » est un terme aujourd’hui (mais depuis relativement peu) très utilisé en France dans la pratique universitaire pour désigner dans les études de langues modernes, et pas simplement donc en Espagnol (que ce soit en filière L.C.E. [Langues,

10Littératures et civilisations étrangères] et bien entendu dans la filière L.E.A. [Langues Étrangères Appliquées] sur laquelle nous allons revenir plus particulièrement au cours de ces Journées, dépourvue « par nature » d’enseignements littéraires au profit d’approches plurielles de la « civilisation » espagnole et latino-américaine, économie, politique, société...), – et ce du DEUG. aux concours de recrutement – ce qui n’est ni la langue proprement dite (traduction, linguistique, expression écrite et orale), ni la littérature, ni le cinéma, domaines qui possèdent leurs propres techniques d’analyse, même si – et nous le verrons lors de ces Journées l’approche de la civilisation, qui regroupe des réalités culturelles diversifiées, peut les inclure mais ne pas s’y réduire.

  • 10 Recueil des lois et règlements du Ministère de l’Éducation Nationale, n° 435-2, p. 3 et 8.
  • 11 Idem., p. 9.

11L’arrêté du 30 avril 1997, le dernier à définir la nature des « DEUG, licence et maîtrise du secteur lettres et langue », se réfère, pour le DEUG mention « Langues, littératures et civilisations étrangères », à des enseignements fondamentaux relatifs à la « culture et civilisation étrangère », et précise en outre, pour ce qui est de la licence correspondante, que « ces enseignements se réfèrent pour moitié à l’étude des sociétés, des économies et des cultures contemporaines 10». Quant à la Licence de « Langues Étrangères Appliquées, le même arrêté est beaucoup plus précis, puisque son contenu comprend des enseignements portant sur les « Institutions publiques et privées et grands problèmes contemporains des pays concernés (aspects économiques, sociaux, juridiques, administratifs et culturels ; culture d’entreprise 11».

12Comme on le voit, sans être vraiment définie officiellement, la civilisation peut recouvrir de multiples aspects. Peut-on dire à ce sujet que l’emploi de la notion de « civilisation » nous a été d’une certaine façon imposée par les « historiens » qui refusaient – à tort ou à raison – que l’on nomme « histoire » ce qui à leurs yeux n’en était qu’une pâle copie ? Et peut-on affirmer pour autant que la civilisation ait acquis par contrecoup une véritable autonomie dans les études hispaniques et hispano-américaines, et en général dans les études de langues modernes ?

13Il est en tout cas clair à nos yeux que l’espace de la civilisation ne peut absolument pas se réduire – comme le voudraient certains – à n’être qu’un simple appendice, un auxiliaire, de l’histoire littéraire (qui se doit certes d’être replacée dans un cadre historique général), mais qu’il occupe désormais une place propre et distincte. Notons d’ailleurs que nombreux sont les hispanistes à pratiquer avec un égal bonheur recherches historiques et recherches littéraires, montrant par là que la coupure serait artificielle et que sans doute la notion de civilisation peut aussi rendre compte de cet investissement multiple.

  • 12 Le dossier du n° 265 (mai 2002) de la revue française L’Histoire, intitulé Civilisations disparues (...)
  • 13 Voir Branislava Tenenti, Annales Économies-Sociétés-Civilisations. Vingt années d’histoire et de sc (...)
  • 14 Régine Robin, La société française en 1789 : Semur-en-Auxois. Paris, Plon (Civilisations et Mentali (...)

14En revanche, la civilisation constitue une notion qui n’est pratiquement pas utilisée de nos jours, sauf sans doute en histoire ancienne 12, chez les historiens stricto sensu, c’est-à-dire les enseignants chercheurs agrégés d’histoire et rattachés à d’autres départements universitaires et à d’autres sections du C.N.U. à l’intitulé significatif, les 21e (« Histoire, civilisation, archéologie et art des mondes anciens et médiévaux ») et 22e sections (« Histoire et civilisations : histoire des mondes modernes; histoire du monde contemporain; de l’art; de la musique »). Si ces collègues sont donc officiellement Maîtres de Conférences et Professeurs des Universités « d’Histoire et Civilisations » que nous reste-t-il donc ? Et il ne faut certes pas oublier que la revue phare de l’historiographie française, les Annales, a longtemps inclus dans son sous-titre (E.S.C. soit « Économies. Sociétés. Civilisations ») le terme de « civilisations » (au pluriel. certes) 13, et qu’une excellente collection historique chez Plon qui publia par exemple Régine Robin, Michel Vovelle ou Yves Castan y faisait explicitement référence, toujours au pluriel (« Civilisations et Mentalités »14). Mais c’était hier...

  • 15 Bibliographie annuelle de l’Histoire de France du cinquième siècle à 1958. Année 2000. Paris, CNRS (...)

15L’on peut néanmoins observer que l’un des instruments majeurs de la recherche bibliographique française dans le domaine historique continue, près de cinquante ans après son lancement, d’utiliser toujours aujourd’hui la notion d’ « histoire de la civilisation » (aux côtés de l’histoire politique, de l’histoire des institutions, de l’histoire économique, de l’histoire sociale, et de l’histoire religieuse) pour se référer à l’histoire de l’enseignement, des corps savants et de la recherche, de l’imprimerie et de la librairie, de la presse, la radio et la télévision, du théâtre et du ballet, de l’art (architecture, sculpture, peinture, arts mineurs, mobilier, boiseries et papiers peints), de la médecine, de la pharmacie et des sciences 15.

  • 16 Idem, p. VIII-IX (« Avertissement » par Martine Sonnet, Brigitte Kernen, Claude Gidati et Isabelle (...)

16Si en quarante ans, de 1960 à 2000, l’histoire sociale s’est fortement développée en France et a intégré de nouveaux objets (histoire de la vie quotidienne, histoire des femmes et de la vie familiale), « l’histoire de la civilisation », telle que définie plus haut, maintient ses positions, particulièrement dans les domaines de l’histoire de l’enseignement et du livre et de l’histoire des sciences 16.

  • 17 Rafael Altamira, Historia de la civilización españoIa, Estudio preliminar y edición de Rafael Asín (...)
  • 18 José María Jover Zamora, La civilización española a mediados del siglo xix, Madrid, Espasa Calpe (A (...)
  • 19 Culturas y civilizaciones. III Congreso de la Asociación de Historia contemporánea, Valladolid, Uni (...)

17L’on peut trouver par ailleurs quelques exemples célèbres dans l’historiographie espagnole d’utilisation de la notion de civilisation, et notamment chez Rafael Altamira (1866-1951), l’auteur d’une célèbre Historia de la civilización española rééditée il y a peu 17, ou plus récemment avec le contemporanéiste José María Jover Zamora qui en revendique explicitement l’usage face à la notion de « culture 18», ou encore avec l’intitulé du IIIe congrès de l’Association espagnole d’histoire contemporaine tenu à Valladolid en 1996 qui, lui, envisageait ensemble les deux notions (au pluriel) de « cultures » et de « civilisations 19».

III. La nécessaire approche diachronique des faits de civilisation

  • 20 Julio Casares. Diccionario ideológico de la lengua española. Desde la idea a la palabra; desde la p (...)

18Selon le Dictionnaire Casares, outre une première acception relative à l’« action et effet de civiliser ou de se civiliser », « civilisation » signifie l’ « ensemble de connaissances et de coutumes qui forment la culture ou l’état social d’un peuple ou d’une race 20». Alors que l’élément diachronique (la connaissance périodisée du passé) est fondamental et même fondateur en histoire, la civilisation apporterait donc un élément plus synchronique ou de nature « sociologique » (l’ensemble des activités humaines et sociales, des pratiques culturelles) mais à inscrire bien entendu dans l’histoire « générale », la périodisation du passé. La « civilisation » engloberait-elle donc un champ plus vaste que l’histoire ? Il nous paraît toutefois certain qu’en dehors de repères chronologiques bien définis nous ne pouvons vraiment saisir des « faits de civilisation » sous peine bien évidemment de tomber dans l’anachronisme et l’amalgame.

  • 21 Voir par exemple Hervé Bastien, La France contemporaine xixe-xxe siècles. Méthode pratique pour la (...)

19L’histoire d’aujourd’hui n’est plus bien entendu et depuis longtemps cantonnée dans l’histoire politique « événementielle » de naguère, et a abordé de nombreux domaines qui, il y a peu encore, n’étaient pas considérés comme pouvant constituer des « objets d’histoire ». De ce point de vue, les « civilisationnistes », (terme dans lequel personnellement je ne me reconnais pas vraiment même si, comme d’autres, je suis bien sûr amené à l’utiliser, mais sans doute pas à le revendiquer), qui visent une approche globale d’une société à un moment donné à travers diverses manifestations sociales et pratiques culturelles concrètes, pourraient être considérés d’une certaine façon comme des précurseurs des Historiens partisans d’une certaine histoire « globale » ou « totale » (ou en tout cas d’une histoire pour laquelle tout est objet d’histoire dans les manifestations humaines, du public à l’intime, que ce soit à travers les discours, les pratiques ou les représentations), en s’aventurant vers certaines terra incognita. Y aurait-il donc convergence de ce point de vue entre « civilisation » et « histoire » 21?

  • 22 Certains hispanistes (de la 14e section) figurent toutefois dans le Répertoire des historiens franç (...)
  • 23 Mais alors que l’inverse est monnaie courante. combien d’hispanistes (de la 14e section) sont-ils i (...)

20Les hispanistes « civilisationnistes », quelque peu boycottés – il faut le dire – par leurs collègues historiens français (alors que l’inverse n’est pas vrai) 22, sont en revanche pleinement reconnus par leurs collègues historiens espagnols, publiant dans des revues espagnoles d’histoire, faisant partie des comités de rédaction de revues historiques espagnoles, intervenant en Espagne dans des colloques d’histoire et y participant à des soutenances de thèse d’histoire 23... Ce qu’ils doivent faire doit bien être quelque chose qui, si ce n’est de l’histoire, doit s’en rapprocher fortement! Il est certain à cet égard que la présence d’hispanistes « civilisationnistes » au sein de la Casa de Velázquez à Madrid a joué un rôle essentiel dans ce « rapprochement ».

21La « civilisation » que nous enseignons et dans le cadre de laquelle nous effectuons des recherches est-elle donc de l’« histoire » ? Oui et non, pourrions-nous dire. Oui, car par définition toute approche culturelle raisonnée du passé (en incluant bien entendu le temps présent) s’inscrit dans l’histoire et suppose par conséquent la prise en compte des grandes périodes historiques et des événements dans leur chronologie, leur temporalité. Oui également par les méthodes utilisées qui fondent l’analyse historique (production de sources et interprétation croisée de documents). Non, car ces documents, ces sources sont rarement avant l’année de maîtrise des sources d’archives (au sens large du terme), le matériau de base de l’historien, mais bien souvent encore et quasi exclusivement des sources littéraires.

  • 24 L’introduction de la question relative à l’Inquisition (« L’Inquisition espagnole et la constructio (...)

22Les programmes des concours de recrutement sont à cet égard fort révélateurs (en ce qui concerne l’agrégation interne notamment), et nous espérons pour notre part que les différents jurys des concours externes poursuivront dans les années à venir ce qu’ils ont introduit en 2002 avec la question relative aux « nationalismes en Espagne, 1876-1978 », c’est-à-dire une question dépourvue de texte d’accompagnement qui ne contribue pas, dans la majeure partie des cas, à clarifier le problème posé mais au contraire à le diluer (et nous pensons à ce propos aux programmes des années antérieures portant sur les xviiie et xixe siècles 24.

IV. Civilisation et histoire culturelle

  • 25 Jean-François Botrel, « Bilan des recherches sur l’histoire du livre et de la lecture », in Roger C (...)
  • 26 Jean-Louis Guereña, Julio Ruiz Berrio et Alejandro Tiana Ferrer (éds.), Historia de la Educación en (...)
  • 27 Jordi Canal i Morell, « Los estudios sobre la sociabilidad en España », Arxius de Sociología, Valen (...)
  • 28 Jean-Louis Guereña, « Hacia una Historia socio-cultural de las clases populares en España (1840-192 (...)
  • 29 Voir les divers bilans chronologiques et thématiques (médias, cinéma, art) recueillis dans La reche (...)
  • 30 Voir par exemple Octavio Ruiz-Manjón, « Nuevas orientaciones en Historia Cultural », in Antonio Mor (...)
  • 31 Voir par exemple pour la France Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (éds.), Histoire cultu (...)
  • 32 Joël Guibert ; Guy Jumel, La socio-histoire, Paris, Armand Colin (Cursus), 2002, 184 p. 
  • 33 Antoine Prost, « Sociale et culturelle, indissociablement », in Jean-Pierre Rioux et Jean-François (...)

23Au vu de ce qui se pratique en général dans les départements universitaires français d’Études hispaniques en matière d’enseignements de civilisation, et surtout de la nature des apports souvent pionniers des hispanistes français à la recherche historique espagnole (que ce soit par exemple en matière d’histoire de la presse et de l’édition 25, d’histoire de l’Éducation – alphabétisation, scolarisation... 26, d’histoire du mouvement ouvrier (socialisme et anarchisme), de la sociabilité 27, des pratiques culturelles populaires 28, de l’histoire des fêtes et des loisirs, de l’histoire des femmes et de la sexualité, de l’histoire des intellectuels, etc.) 29, il me semble que la spécificité de la « civilisation » dans l’hispanisme français puisse être « traduite » d’une certaine façon par la notion d’« Histoire culturelle » 30, chantier encore émergent mais en pleine expansion dans l’historiographie occidentale 31, voire aussi d’ « Histoire sociale », ou de « socio-histoire », telle qu’on la pratique aujourd’hui 32, « Sociale et culturelle, indissociablement », dirions-nous même, en reprenant les propos d’Antoine Prost en 1997 33.

  • 34 Parmi les derniers numéros, tous de caractère monographique, notons les titres suivants, révélateur (...)

24II faut rappeler à ce propos tant pour l’historiographie espagnole que pour l’hispanisme français l’importance que revêtirent les colloques d’histoire contemporaine de l’Espagne lancés à Pau au début des années soixante-dix à l’initiative de l’infatigable Manuel Tuñón de Lara (1915-1997), et la place qu’occupe actuellement la revue qui en assume l’héritage intellectuel – même si, et nous le déplorons vivement, elle a accumulé actuellement un grand retard dans sa parution, le Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne 34. Continuation de l’ancien Bulletin du département de recherches hispaniques de l’Université de Pau fondé par Manuel Tuñón de Lara en 1971, le « Bulletin » est animé par des hispanistes français, et son comité de rédaction regroupe des hispanistes de diverses universités françaises aux côtés d’historiens espagnols et d’hispanistes d’autres pays.

25De même que les colloques de Pau pratiquaient couramment et naturellement l’interdisciplinarité, les hispanistes « civilisationnistes » peuvent recourir à diverses disciplines – et c’est sans doute leur force et leur spécificité –, l’histoire bien sûr, mais aussi la littérature, la linguistique, la sociologie, l’histoire des arts, l’économie, la politologie, l’anthropologie, la géographie... Mais l’historien n’est-il pas aussi un éternel « prédateur ?

  • 35 Hervé Bastien, La France contemporaine xixe-xxe siècles. Méthode pratique pour la recherche histori (...)

26Et c’est également ce à quoi s’attache l’histoire de nos jours, en tentant de réunir des regards et des approches différentes et croisées (en utilisant donc des méthodes et des disciplines diverses) pour une époque donnée en partant de cas concrets. Ouvrons par exemple à cet égard le manuel destiné à l’apprentissage de la recherche historique en France cité plus haut 35. Les « recherches thématiques » qui y sont envisagées englobent ainsi aussi bien « l’économie et la production » que « la vie sociale » (en y incluant la presse) ou « la vie intellectuelle et artistique » (regroupant Littérature, Éducation, Arts et iconographie, et Sciences et techniques). Un programme que ne désavouerait certainement pas un « civilisationniste » !

  • 36 Voir les remarques de Bernard Vincent, op. cit, p. 224-226.
  • 37 Jean-François Botrel, « Bilan de la recherche hispanique en France : Espagne, xixe (1984-1996 », in (...)

27 Nous dirons donc pour finir ces brèves remarques que si la « civilisation » au sens universitaire du terme ne peut se réduire purement et simplement à l’histoire, n’en constitue pas un équivalent exact, l’approche historique, l’inscription dans l’histoire des études de civilisation nous paraît essentielle et nécessaire. La maîtrise de la langue espagnole et la connaissance étendue des productions culturelles hispaniques ou hispano-américaines (et en premier lieu littéraires), loin d’être une faiblesse face à nos collègues historiens, nous paraît constituer au contraire une force et un atout de poids pour les hispanistes « civilisationnistes » et qui orientent à ce titre, comme nous l’avons vu, les directions de leurs enseignements et de leurs recherches 36, souvent novatrices et qui constituent très certainement actuellement par rapport à l’historiographie espagnole un hispanisme de proposition ou de coopération et non plus de substitution comme ce fut autrefois le cas 37.

Haut de page

Notes

1 « L’enseignement de la civilisation », in Société des Hispanistes Français de l’Enseignement Supérieur, Réflexions sur la formation des maîtres, Journées d’Etudes, Paris, 18-19 mars 1988 (I), s. l, S.H.F., 1989, p. 57-65; « Journées d’études de la S.H.F., 25-26 mars 1994. Atelier n’ 5  : l’enseignement de la civilisation : outils pédagogiques et documents », Les Langues néo-latines, Paris, 94e année, n° 314, 3e trimestre 2000. p. 105-109.

2 Sur la naissance et la formation comme discipline universitaire de l’hispanisme français, voir Antonio NiñoRodríguez, Cultura y diplomacia : los hispanistas franceses y España de 1875 a 1931, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1988, XXX-481 p.

3 Il existe de multiples bilans de la recherche hispanique en France, notamment ceux dressés périodiquement à l’initiative de la S.H.F. Voir par exemple  : Société des Hispanistes Français de l’Enseignement Supérieur, La recherche hispanique en France (1962-1984). Espagne et Amérique Latine. Actes du XXe Congrès (Madrid. 30 mars - 1er avril 1984), s.l., S.H.F. 1985, 205 p., et La recherche des hispanistes français (1984-1998), Journées d’Etudes Paris, 20-21 mars 1998. s.l., Société des Hispanistes Français, 2000, 300 p. 

4 Société des Hispanistes Français de l’Enseignement Supérieur, Bulletin bibliographique (1973-1974) et suivants (14 volumes publiés à ce jour, le dernier portant sur la production bibliographique des hispanistes français pendant les années 1998-1999).

5 Jean Franco, « Thèses soutenues et thèses en cours en Études Ibériques et Latino-américaines », in Eliane Lavaud-Fage & Michel Moner (eds.), Doctorat et Recherche dans l’hispanisme européen. Actes des Journées d’Études de Paris et Saint-Jacques de Compostelle, 9-11-12 mai 1996, s.l., Société des Hispanistes Français de l’Enseignement Supérieur. 1998. p. 17-25. Voir aussi Jean-Michel Guittard, Répertoire des thèses françaises relatives au monde ibérique et ibéroaméricain des origines à 1980, Bordeaux-Paris, Maison des Pays Ibériques-Klincksieck (Collection des Mélanges de la Bibliothèque de la Sorbonne), 1993. 663 p. et, pour ce qui est du xxe siècle espagnol, Jacques Maurice, « Penser le xxe siècle », in Jacques Maurice (ed.), Regards sur le xxe siècle espagnol, Nanterre, Université de Paris X-Nanterre, 1993, p. 6-17.

6 Il existe une bibliographie des onze premiers congrès : Jaime Fernández S. J., Asociación Internacional de Hispanistas. Bibliografía de Actas de los Congresos I-XI 1962-1992, Soria, Fundación Duques de Soria-Asociación Internacional de Hispanistas, 1998, 141 p. 

7 Asociación Internacional de Hispanistas.Boletín, Soria, Fundación Duques de Soria, nº1-nº7, 1994-2000. Il est révélateur par exemple que dans la section consacrée à l’hispanisme « d’Espagne » les études historiques soient totalement exclues. Il faut toutefois noter que l’histoire figure parmi les spécialités retenues dans l’annuaire de l’association (Directorio de socios de la Asociación internacional de Hispanistas, Madrid. Asociación Internacional de Hispanistas, 2001.

8 Sur l’introduction du terme de « Civilización » dans le lexique espagnol au XVIIe siècle et ses utllisations au xixe, voir Javier Fernández Sebastián, « Civilización », in Javier Fernández Sebastián y Juan Francisco Fuentes (eds.), Diccionario político y social del siglo xix. Madrid. Alianza Editorial, 2002, p. 144-156.

9 Bernard Vincent, « L’hispanisme français et l’histoire moderne et contemporaine », Jerónima Zurita, Zaragoza. n° 71 (La Historia en el horizonte del año 2000, éd. par Esteban Sarasa et Eliseo Serrano), 1995, p. 221 et 234.

10 Recueil des lois et règlements du Ministère de l’Éducation Nationale, n° 435-2, p. 3 et 8.

11 Idem., p. 9.

12 Le dossier du n° 265 (mai 2002) de la revue française L’Histoire, intitulé Civilisations disparues de la Méditerranée, est là pour nous le rappeler.

13 Voir Branislava Tenenti, Annales Économies-Sociétés-Civilisations. Vingt années d’histoire et de sciences humaines. Table analytique des Annales fondées par Marc Bloch et Lucien Febvre 1949-1968, Paris, Librairie Armand Colin, 1972, p. 311-391. Le cadre de classement comprend les points suivants : Communications de la pensée (Sémiologie, langues. langage; Écriture, imprimerie, Journaux; Publicité, propagande, opinion; Enseignement, pédagogie, Structures et cadres (Droit et institutions Juridiques ; Gouvernement et administration; Institutions religieuses), Formes de la culture (Arts; Littérature; Philosophie, idéologies; Sciences; Photographie, cinéma; Sports et Jeux), et Psychologie collective (Sensibilité, mentalité; Mythes, croyances; Folklore, traditions, mode; Magie, sorcellerie; Sentiments de solidarité collective; Racisme et pathologie collective).

14 Régine Robin, La société française en 1789 : Semur-en-Auxois. Paris, Plon (Civilisations et Mentalités), 1970, 522 p. ; Michel Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence au xviiie siècle. Les attitudes devant la mort d’après les clauses des testaments, Paris, Plon (Civilisations et Mentalités), 1973, 697 p. ; Yves Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc (1715-1780), Paris, Plon (Civilisations et Mentalités), 1974, 699 p. 

15 Bibliographie annuelle de l’Histoire de France du cinquième siècle à 1958. Année 2000. Paris, CNRS Éditions, 2001, « cadre de classement », p. XVI. Avec quelques modifications, ce cadre de classement était celui de la première livraison correspondant à 1955.

16 Idem, p. VIII-IX (« Avertissement » par Martine Sonnet, Brigitte Kernen, Claude Gidati et Isabelle Havelange).

17 Rafael Altamira, Historia de la civilización españoIa, Estudio preliminar y edición de Rafael Asín Vergara, Barcelona, Editorial Crítica-Instituto de Estudios « Juan Gil-Albert », 1988, 326 p. La première édition était de 1902. Voir aussi ses ouvrages Los elementos de la civilización y del carácter españoles, Buenos Aires, Editorial Losada, 1950, 292 p., et Proceso Histórico de la Historiografía Humana, México, El Colegio de México, 1948, 255 p. (en particulier, p. 225-249).

18 José María Jover Zamora, La civilización española a mediados del siglo xix, Madrid, Espasa Calpe (Austral 259), 1991, 387 p. Voir en particulier la deuxième partie (« Por una historia de la civilización española », p. 305-387).

19 Culturas y civilizaciones. III Congreso de la Asociación de Historia contemporánea, Valladolid, Universidad de Valladolid (Serie « Historia y Sociedad », n° 65), 1998, 214 p.

20 Julio Casares. Diccionario ideológico de la lengua española. Desde la idea a la palabra; desde la palabra a la idea, 2e ed., Barcelona, Editorial Gustavo Gili, 1959, p. 187.

21 Voir par exemple Hervé Bastien, La France contemporaine xixe-xxe siècles. Méthode pratique pour la recherche historique, Paris, Masson (Collection « Histoire contemporaine générale »), 1994, 217 p. 

22 Certains hispanistes (de la 14e section) figurent toutefois dans le Répertoire des historiens français pour la période moderne et contemporaine édité par le C.N.R.S. (Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine)  : Daniel Roche (dir.) Répertoire des historiens français de la période moderne et contemporaine. Annuaire 2000, Paris, CNRS Éditions, 2000, p. 480-481.

23 Mais alors que l’inverse est monnaie courante. combien d’hispanistes (de la 14e section) sont-ils invités à participer en France à des soutenances de thèse d’histoire – voire même des mémoires de maîtrise portant sur un domaine hispanique ?

24 L’introduction de la question relative à l’Inquisition (« L’Inquisition espagnole et la construction de la monarchie confessionnelle (1478-1561 » aux concours de 2003-2004 semble poursuivre dans cette voie. Le Bulletin Officiel précise en effet que « cette question de civilisation n’est fondée sur aucun texte de référence en particulier.

25 Jean-François Botrel, « Bilan des recherches sur l’histoire du livre et de la lecture », in Roger Chartier (éd). Histoires de la lecture, Paris, I.M.E.C., 1995, p. 51-63.

26 Jean-Louis Guereña, Julio Ruiz Berrio et Alejandro Tiana Ferrer (éds.), Historia de la Educación en la España contemporánea. Diez años de investigación, Madrid, C.I.D.E. (Investigación, 92), 1994, 394 p. 

27 Jordi Canal i Morell, « Los estudios sobre la sociabilidad en España », Arxius de Sociología, Valencia, n°3, Juin 1999 (La cultura popular a Europa), p. 111-132.

28 Jean-Louis Guereña, « Hacia una Historia socio-cultural de las clases populares en España (1840-1920) », Historia Social, Valencia, n°11, Automne 1991, p. 147-164.

29 Voir les divers bilans chronologiques et thématiques (médias, cinéma, art) recueillis dans La recherche des hispanistes français (1984-1998), op. cit.

30 Voir par exemple Octavio Ruiz-Manjón, « Nuevas orientaciones en Historia Cultural », in Antonio Morales Moya et Mariano Esteban de Vega (éds.), La historia contemporánea en España. Primer Congreso de Historia contemporánea de España Salamanca, 1992, Salamanca, Ediciones Universidad de Salamanca (Acta Salmanticensia Estudios históricos y geográficos, n° 99), 1996, p. 197-205.

31 Voir par exemple pour la France Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (éds.), Histoire culturelle de la France, Paris, Éditions du Seuil, 4 vols. 1997-1998, et pour l’Allemagne Alf Lüdtke (éd), Histoire du quotidien, traduit de l’allemand par Olivier Mannoni, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994, 341 p. 

32 Joël Guibert ; Guy Jumel, La socio-histoire, Paris, Armand Colin (Cursus), 2002, 184 p. 

33 Antoine Prost, « Sociale et culturelle, indissociablement », in Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (éds.), Pour une histoire culturelle, Paris, Editions du Seuil, 1997, p. 131-146.

34 Parmi les derniers numéros, tous de caractère monographique, notons les titres suivants, révélateurs de ces nouvelles approches : L ‘histoire sociale en débat (n°17-18, juin-décembre 1993), Les sociétés musicales et chantantes en Espagne (xixe-xxe siècles) (n° 20, décembre 1994), Imaginaires et symboliques dans l’Espagne du franquisme (n° 24, décembre 1996), Prostitución y sociedad en España. Siglos xix y xx (n° 25, juin 1997), Fêtes, sociabilités, politique dans l’Espagne contemporaine (n° 30-31, décembre 1999-juin 2000).

35 Hervé Bastien, La France contemporaine xixe-xxe siècles. Méthode pratique pour la recherche historique, op. cit.

36 Voir les remarques de Bernard Vincent, op. cit, p. 224-226.

37 Jean-François Botrel, « Bilan de la recherche hispanique en France : Espagne, xixe (1984-1996 », in La recherche des hispanistes français (I984-1998). op. cit., p. 146.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Guereña, « Civilisationnistes ou historiens ? », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 26 octobre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ccec.revues.org/117 ; DOI : 10.4000/ccec.117

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Guereña

Professeur, CIREMIA, Université François Rabelais, Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org