Navigation – Plan du site
Débats. Vous dites civilisation ?

L’enseignement de la civilisation

Jacqueline Covo et Ève-Marie Fell

Entrées d’index

Mots clés :

civilisation, enseignement

Keywords :

civilization, teaching

Périodes :

XIXe, XXe
Haut de page

Notes de la rédaction

Première publication dans Réflexions sur la formation des maîtres (Ire journée détudes de la Société des Hispanistes Français de lenseignement supérieur, Paris, 18-19 mars 1988), Rennes, Université de Rennes 2, 1989, p. 57-60.

Texte intégral

Lenseignement de la civilisation

1La commission a reçu 18 réponses. Dans deux cas, deux collègues avaient répondu au sein du même Département. Ce sont donc 16 départements hispanistes qui ont répondu, soit moins de la moitié des départements concernés. Par ailleurs, les réponses sont très difficiles à traiter, dans la mesure où les filières ne sont pas toujours les mêmes (B et LEA) et où certaines réponses, à caractère individuel, comportent des lacunes. Enfin il faut noter que les grands départements (Paris-III et IV, Bordeaux, Toulouse, etc.) nont pas répondu.

2Pour toutes ces raisons, on ne peut être que très prudent dans les conclusions à tirer de ce matériau... Des tendances significatives se dégagent tout de même et peuvent constituer une bonne base pour la discussion.

Question 1 : Définition de la civilisation par rapport à lHistoire

3Une nette convergence se dégage de lensemble des réponses : la civilisation englobe un champ plus vaste que lHistoire (au sens traditionnel du terme). Elle sattache à létude de lensemble des caractéristiques dune société (« Cités » ethniques, économiques, productions culturelles – les productions artistiques sont souvent citées), etc. Laccent est mis dans une large majorité des cas sur une perspective synchronique et non diachronique : moindre place de lévénementiel, du chronologique, et priorité donnée aux convergences structurelles à une époque donnée. Quelques correspondants soulignent toutefois quune évolution récente de la discipline historique (élargissement du « fait historique », donc des démarches méthodologiques et des supports utilisés) tend à rapprocher la civilisation et la « nouvelle Histoire ».

Question 2 : Part de la civilisation dans les horaires

4Malgré la précision de la question, les réponses sont très désordonnées. Elles se font tantôt en pourcentage sans précision sur le volume de référence, tantôt en volumes horaires – sans indication du volume global offert aux étudiants ; enfin les volumes optionnels sont difficiles à intégrer. Par ailleurs, les situations des départements sont très diverses : une ou deux filières parallèles, pas toujours un 2e cycle, rarement un DEA… On ne peut tirer que des conclusions provisoires et nécessairement approximatives :

  • Présence constante de la civilisation au cours des 3 premières années détudes. Elle disparaît parfois au niveau de la maîtrise et du DEA.

  • De très notables disparités de volumes horaires (variations de plus de 100 % dun département à un autre). La civilisation représente dans les réponses de 2 h à plus de 4 h annuelles au niveau du DEUG, de 1 h à 3 h en Licence, suivant les cas. Ces disparités ne se corrigent pas, elles se cumulent, en général; suivant le département où il sest inscrit, un étudiant hispanisant peut avoir fait très peu ou au contraire un lourd horaire de civilisation. Ce point, et la question quil soulève (faut-il ou non rechercher une harmonisation nationale ?) sera certainement à débattre.

  • LAmérique latine et lEspagne sont presque partout à égalité en DEUG. En revanche, dans le 2e cycle, la proportion semble sétablir aux environs des deux tiers pour lEspagne et un tiers pour lAmérique. On manque malheureusement dinformations sur le contenu des maîtrises (les sujets de recherche respectent-ils ou non cette proportion ?) Autre sujet à débattre.

Objectifs et méthodes

5Les objectifs définis sont convergents: fournir aux étudiants (futurs enseignants) une culture de base indispensable à la connaissance des pays étudiés et à la compréhension des œuvres littéraires qui sont proposées par ailleurs. On observe également que la connaissance de la civilisation savère indispensable au niveau de la traduction (version).

6Lenseignement de la civilisation sinscrit presque toujours dans le cadre de cours magistraux quant à leur définition pédagogique. Mais à lintérieur de ce cadre, il semble quune majorité denseignants fasse appel à la participation active des étudiants (exposés, commentaires de documents dialogué, discussions, etc). Les supports sont très variés: textes dorigines diverses, coupures de presse, photographies, films, cartes, statistiques, reproductions dœuvres dart, documents larchives, etc.

7La réponse à la question : « lenseignement de la civilisation se distingue-t-il de celui de la Littérature? » est complexe. Si une large majorité de collègues répond oui, des réserves apparaissent soit immédiatement, soit à la simple lecture des programmes proposés. On peut dire que 50 % des réponses seraient à classer comme « oui mais... ». La littérature, dans les faits, tend à se réintroduire dans la civilisation ; deux raisons sont invoquées : dune part le programme de civilisation est parfois choisi de façon à éclairer le programme de Littérature, ce qui amène à des confusions; dautre part, la littérature semble assez souvent utilisée comme support dans les cours de civilisation, bien que cette méthode soit perçue comme fâcheuse. Cette absence de cloisonnement sera sans doute à débattre.

Programmes de civilisation

8On constate des convergences:

  • Au niveau de la 1re année du DEUG sont proposées partout des « initiations » à caractère contemporain et structurel. Géographie et économie y sont largement abordées.

  • Des intitulés plus précis (époques, pays) apparaissent en 2e année, avec parfois une initiation à la civilisation des périodes plus reculées (Siècle dOr en particulier).

  • LEspagne du xve au xviiie est majoritairement traitée dans le 2e cycle. On trouve souvent, à partir de la Licence, des cours à dominante artistique (Goya, art précolombien, etc.) En ce qui concerne lAmérique, des cours plus spécialisés (sur tel ou tel pays, ou un phénomène sociopolitique plus délimité) apparaissent à ce niveau.

9Les réponses dont nous disposons ne sont pas très indicatives de lampleur du champ couvert, dans la mesure où les grands départements, qui peuvent offrir plusieurs options en civilisation, nont pas répondu. Néanmoins, une constatation simpose : lhoraire en général très mince affecté à la civilisation latino-américaine, surtout dans le 2e cycle, ne permet de saisir quune infime partie des réalités passées et présentes du continent. Autre débat...

10Par ailleurs, un mini-sondage a été effectué à Tours auprès de collègues du second degré (de tous grades) afin davoir leur opinion sur la formation théorique en civilisation reçue à lUniversité. En général satisfaits en ce qui concerne leurs études supérieures dans ce domaine, ces enseignants sont unanimes à souligner limportance croissante de la civilisation dans lenseignement secondaire (évolution des manuels et forte demande des élèves, de moins en moins « littéraires »). Ils réclament tous un recyclage permanent en civilisation organisé à lUniversité, le recyclage en Littérature leur apparaissant beaucoup plus facile à faire par soi-même. Il paraît clair quil y a là un « créneau » spécifique, à explorer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Covo et Ève-Marie Fell, « L’enseignement de la civilisation », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 12 mai 2007, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://ccec.revues.org/114 ; DOI : 10.4000/ccec.114

Haut de page

Auteurs

Jacqueline Covo

Professeur émérite, Université Lille-III

Articles du même auteur

Ève-Marie Fell

Professeur émérite, Université de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org