Navigation – Plan du site
Débats. Vous dites civilisation ?

Compte-rendu de la commission «Civilisation»

Gérard Chastagnaret

Entrées d’index

Périodes :

XIXe, XXe
Haut de page

Notes de la rédaction

Première publication dans Réflexions sur la formation des maîtres (Ie journée détudes de la Société des Hispanistes Français de lenseignement supérieur, Paris, 18-19 mars 1988), Rennes, Université de Rennes 2, 1989, p. 61-65.

Texte intégral

1Une vingtaine de personnes ont participé aux travaux de la commission. En dépit dune assez large convergence de vues sur la plupart des sujets, les débats ont été très animés. Ils ont permis daborder un large éventail de problèmes. Pour la clarté de la présentation, ceux-ci ont été regroupés et ordonnés de la façon la plus logique possible.

I. La formation des enseignants du Supérieur

2La formation de ceux qui assument la charge denseigner la civilisation constitue tout à la fois le point de départ inévitable de toute réflexion sur le sujet et le domaine dans lequel nos moyens daction sont les plus réduits. Lun des rapporteurs sest permis démettre lidée que beaucoup denseignants ont reçu une formation initiale à dominante littéraire et donc relativement faible dans le domaine de la civilisation. Ils se trouvent de ce fait contraints, dans leur pratique pédagogique, daccorder une large place à la production dun enseignement original au détriment de la reproduction de thèmes ou de méthodes appris pendant leur cursus détudiant, sauf à réintroduire subrepticement la littérature dans leurs cours de civilisation. Cette idée a reçu plusieurs objections :

  • La formation initiale, y compris traditionnelle, na jamais ignoré la civilisation;

  • Il ne faut pas sous-estimer le rôle de la formation continue. Les hispanistes ont témoigné quils savaient la mettre en pratique avec efficacité, notamment en linguistique. De ce point de vue les exigences de lenseignement de civilisation nont rien de vraiment exceptionnel.

  • Leurs recherches personnelles ont rendu nombre denseignants familiers de pratiques de type historique.

3Il est apparu néanmoins quil serait irréaliste dévacuer complètement le problème de la formation des enseignants : plusieurs intervenants ont insisté sur le caractère éminemment littéraire de la formation reçue : est-on sûr que les problématiques de recherche nen conservent pas parfois lempreinte en dépit même des intentions de leurs auteurs ?

II. La nature de lenseignement de civilisation

4Le constat présenté dans le rapport initial a été confirmé et aussi affiné à la lumière de lexpérience des collègues présents dans la commission.

1. Les simples constats

5Au-delà des discussions théoriques sur ses rapports avec lhistoire, la civilisation constitue un enseignement dont personne ne méconnaît, en théorie au moins, la spécificité. Dans la pratique celui-ci remplit de fait une triple fonction qui en constitue sans doute lintérêt mais aussi la difficulté pour les enseignants et les étudiants:

  • naturellement initiation à la civilisation espagnole et ibéro-américaine,

  • mais aussi transmission de connaissances de base (par exemple les mécanismes dune crise économique) à des étudiants ne recevant pas par ailleurs de formation historique,

  • et enfin initiation à la langue.

6Ce dernier aspect est lobjet dun réel débat. Lenseignement en espagnol, auquel la grande majorité dentre nous est attachée, fait perdre une partie du contenu aux étudiants les plus novices. Mais il familiarise lauditoire avec un vocabulaire différent de celui de lanalyse littéraire et il constitue un bain linguistique particulièrement appréciable en DEUG. Ce constat a conduit plusieurs membres de la commission à formuler une conclusion apparemment paradoxale : lemploi du français dans cet enseignement présente moins dinconvénients en licence quen DEUG.

2. Des difficultés aux propositions

Le volume des enseignements dispensés

7À lunanimité, la commission demande que soient mieux respectées les directives officielles sur la présence obligatoire de lenseignement de civilisation en DEUG et licence.

8Elle se montre aussi très sensible à la part souvent trop faible accordée à lAmérique Latine, surtout à partir de la licence.

La nature de lenseignement

9Aucun membre de la commission ne méconnaît lintérêt dune liaison entre civilisation et littérature. Mais dans les faits, il apparaît que certains enseignants peuvent être tentés, à partir de supports littéraires, de réintroduire une analyse proprement littéraire et de pervertir lesprit même de lenseignement de civilisation, qui est dapporter un éclairage extérieur à la littérature afin de permettre la confrontation de la représentation artistique avec la réalité. Plus généralement, lutilisation excessive de supports littéraires crée de graves risques de confusion dans lesprit des étudiants qui ne savent avec quel outillage méthodologique, littéraire ou historique, les documents présentés doivent être traités. Pour remédier à ces périls, une large majorité des membres de la commission demande que lenseignement se fonde dabord sur des documents non littéraires, quitte à retrouver la littérature au terme de la démarche, comme élément de confrontation. Par ailleurs, il est apparu souhaitable de diversifier le plus possible les types de documents proposés. En particulier les documents de nature statistique ou graphique ne doivent pas être réservés aux seuls étudiants de LEA.

10Cest un sujet sur lequel la commission a reconnu manquer déléments dinformation. Elle pense quil pourrait être souhaitable de lancer un questionnaire spécifique sur ce thème, dautant plus intéressant quil touche les concours de recrutement : le fait que la question de civilisation de lagrégation ne donne pas lieu à un commentaire de document est évidemment lié à limpréparation des étudiants à ce type dexercice.

11Des incitations et peut-être quelques propositions concrètes seraient sans aucun doute utiles pour favoriser le développement de la pratique du commentaire et limiter lhétérogénéité des approches méthodologiques.

III. Les concours

12Les débats de la commission ont permis de dégager un accord général sur plusieurs points.

131. Les concours jouent un rôle déterminant, par voie régressive, sur lintégralité de la formation universitaire. Il faut donc leur prêter la plus grande attention.

142. Lintroduction dune question de civilisation à lagrégation despagnol est en ce sens très positive. Il serait éminemment souhaitable quil en soit de même pour le CAPES. Si des raisons defficacité ou dopportunité le justifiaient, cette introduction pourrait, dans un premier temps, prendre la forme dune simple option.

153. En revanche, il apparaît très regrettable que la question de civilisation, dune ampleur au demeurant considérable, soit renouvelée chaque année. La commission unanime a exprimé à ce sujet le vœu que, de manière générale, le programme dagrégation ne soit renouvelé que par moitié chaque année et que, lors de lintroduction de cette pratique, la question de civilisation fasse partie des deux questions maintenues. Elle a par ailleurs demandé que le choix de la question de civilisation tienne compte des conditions de travail effectives des candidats isolés.

IV. Civilisation et hispanisme

16La question de la civilisation a paru finalement déboucher sur une réflexion plus générale sur la conception et la vie de lhispanisme français.

1. Pour une autre conception administrative de lhispanisme

17La commission a vivement regretté les innovations administratives introduites dans les intitulés de sections, aussi bien au CSU-CNU quau CNRS. Pour le CNU, elle souhaite que soit réintroduit le terme de civilisation, lintitulé de la section devant être à nouveau « Langue, littérature et civilisation... ». Pour le CNRS, la commission pense que les langues devraient être détachées de la littérature française pour retrouver lancienne appellation de « Langues, littératures et civilisations étrangères ».

2. La civilisation, un révélateur de la vie et des problèmes de lhispanisme

18Lenseignement de civilisation souligne dabord leffort de formation continue que doivent réaliser les enseignants. Ce phénomène revêt une ampleur particulière pour les enseignants de LEA, confrontés à la nécessité dune double ouverture, méthodologique et langagière. Cette situation pose, à terme, un problème de recrutement denseignants dont la formation initiale serait adaptée à ces nouvelles exigences.

19Enfin, tous les membres de la commission ont relevé que le problème de la civilisation, à tous ses niveaux, mais surtout à lagrégation, montrait la nécessité dune collaboration plus étroite entre spécialistes des différentes disciplines de lhispanisme, en particulier entre linguistes (au sens large du terme), historiens et géographes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Chastagnaret, « Compte-rendu de la commission «Civilisation» », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 13 juin 2007, consulté le 21 août 2017. URL : http://ccec.revues.org/112 ; DOI : 10.4000/ccec.112

Haut de page

Auteur

Gérard Chastagnaret

Professeur, Université de Provence

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • Revues.org